24-Armée de l’air (38)

3ème Zone Aérienne Militaire (3ème Z.A.M)

-La 3ème Zone Aérienne Militaire dispose du 4ème district qui correspond à la 4ème RM, du 5ème district qui correspond à la 5ème région militaire et du 14ème district qui correspond à la 14ème RM.

-Bases aériennes du 4ème district aérien militaire

-Base aérienne 161 de Montoir de Bretagne construite entre 1940 et 1944

-L’aéroport de Nantes-Chateau Bougon sert occasionnellement d’aérodrome militaire rien que par la présence de l’usine de la SNCAO de Bouguenais (livraison des avions), cet aérodrome accueillant des avions en transit lors par exemple d’exercices.

-Base Aérienne 246 de Rennes-Saint Jacques activée à l’été 1948 en utilisant une partie des infrastructures de l’aérodrome

-Bases aériennes du 5ème district aérien militaire

-Base aérienne 113 de Rochefort

-Bases aériennes du 14ème district aérien militaire

-Base aérienne 103 de Châteauroux

-Base aérienne 109 de Tours

-Base aérienne 114 de Romorantin

-Base aérienne 120 de Châteaudun

-Base aérienne 122 de Chartres-Champol

-Base aérienne 123 d’Orléans

-Base aérienne 127 d’Avord

-Plate-forme opérationnelle de Briare désactivée en juillet 1940 lors de la démobilisation. Elle est réactivée en septembre 1948, devenant la base aérienne 187.

4ème Zone Aérienne Militaire (4ème Z.A.M)

-La 4ème Zone Aérienne Militaire dispose du 6ème district qui correspond à la 6ème RM et du 7ème district qui correspond à la 7ème RM.

-Bases aériennes du 6ème district aérien militaire

-Base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac

-Base aérienne 124 de Cazaux

-Base aérienne 136 de Pau

-Bases aériennes du 7ème district aérien militaire

-Base aérienne 101 de Toulouse-Francazal

-Base aérienne 153 de Toulouse-Pérignon

5ème Zone Aérienne Militaire (5ème Z.A.M)

-La 5ème Zone Aérienne Militaire dispose du 8ème district qui correspond à la 8ème RM et du 13ème district qui correspond à la 13ème RM.

-Bases aériennes du 8ème district aérien militaire

-Base aérienne de Lezignan qui en 1944 reçoit le numéro 162

-Base aérienne de Perpignan (terrain de guerre devenue base aérienne en 1945, la BA étant une annexe à un aérodrome civil) qui à sa création effective reçoit le numéro 163

-Bases aériennes du 13ème district aérien militaire

-Une base aérienne est aménagée à Clermont-Ferrand moins dans un rôle opérationnel que pour permettre l’évacuation des avions produits par la SNCAC. Lieu important de stockage d’appareils neufs, il pourrait servir de base de déconcentration en temps de guerre. Reçoit le numéro 243.

6ème Zone Aérienne Militaire (6ème Z.A.M)

-La 6ème Zone Aérienne Militaire dispose du 9ème district qui correspond à la 9ème RM, du 10ème district qui correspond à la 10ème RM et du 11ème district qui correspond à la 11ème RM.

-Bases aériennes du 9ème district aérien militaire

-Base aérienne 108 de Marignane

-Base aérienne 125 d’Istres

-Base aérienne 130 de Salon-de-Provence

-Base aérienne de Cannes-Mandelieu qui en 1944 reçoit le numéro 164

-Base aérienne d’Orange-Plan-de-Dieu qui en 1944 reçoit le numéro 165

-Plate-forme opérationnelle du Luc pérénnisée après la démobilisation qui reçoit ultérieurement le nom de base aérienne 186.

-Plate-forme opérationnelle de Sisteron pérénnisée après la démobilisation qui reçoit ultérieurement le nom de base aérienne 194.

-Base aérienne d’Avignon qui en 1944 reçoit le numéro 166

-Base aérienne de Calvi-Sainte Catherine qui en 1944 reçoit le numéro 167

-Base aérienne de Campo del Oro près d’Ajaccio qui en 1944 reçoit le numéro 168

-Base aérienne de Solenzara qui en 1944 reçoit le numéro 169

-Bases aériennes du 10ème district aérien militaire

-Base aérienne 155 de Romans

-Bases aériennes du 11ème district aérien militaire

-Base aérienne 105 de Lyon-Bron

-Base aérienne de Valence qui en 1944 reçoit le numéro 170

-Plate-forme opérationnelle de Chambarand pérénnisée après la démobilisation mais mise en sommeil entre 1940 et 1948. Elle est réactivée sous le nom de base aérienne 195 en août 1948.

-Plate-forme opérationnelle de Saint-Etienne de St-Geoirs pérénnisée après la démobilisation mais mise en sommeil entre 1940 et 1948. Elle est réactivée sous le nom de base aérienne 196 en août 1948

-Plate-forme opérationnelle de Loyettes pérennisée après la démobilisation et qui ultérieurement reçoit le nom de base aérienne 185.

-Plate-forme opérationnelle de Marcilloles désactivée à la démobilisation et qui ultérieurement reçoit le nom de base aérienne 188.

Publicités

24-Armée de l’air (32)

N-Les bases aériennes de l’armée de l’air

Préambule

Carte des bases aériennes du Nord-Est et du Sud-Est

Carte des bases aériennes du Nord-Est et du Sud-Est

Plus encore que l’armée de terre, l’armée de l’air à besoin de bases bien équipées et bien outillées, des bases nécessaires pour mettre en oeuvre en avions, les réparer, les ravitailler, des bases qu’il convient de protéger des coups de l’ennemi.

En septembre 1939, l’armée de l’air possède de nombreuses bases, possédant des pistes en durs, des hangars d’entretien et de stockage, des dépôts de carburant et de munitions, ces bases étant réparties sur tout le territoire national et dans l’Empire.

A ces bases permanentes s’ajoutent à la mobilisation de nombreux terrains auxiliaires sommairement aménagés, s’agissant le plus souvent de champs sur lesquels on installe quelques tentes pour abriter les équipages, les installations de commandement et de communication. A la démobilisation, toutes ces bases auxiliaires sont désactivées et les champs remis en état avant d’être confiés à nouveau à leurs propriétaires.

Des aérodromes civils sont également réquisitionnés pour y déconcentrer les forces et les rendrent moins vulnérables. Citons par exemple le cas de Le Havre-Octeville et de Rouen-Boos.

Des bases sont également aménagées en Corse (Solenzara dans la plaine orientale) et dans l’Empire notamment en Indochine et les bases existantes en septembre 1939 sont modernisées, les pistes allongées, les hangars agrandis, les dépôts de carburants et de munitions mieux protégés.

Lors de la mobilisation d’août/septembre 1948, la majorité des bases auxiliaires sont réactivées et mieux aménagées qu’en septembre 1939.

Le général d’armée aérienne Mondory anticipe ainsi la mobilisation en demandant la construction de baraquements en bois facilement montables et démontables. Ces baraquements remplacent ainsi avantageusement les tentes utilisées au cours de la guerre de Pologne.

Pour les pistes, les pistes en herbes sont améliorées par la pause de plaques d’acier qui inspireront les américains avec leurs Martson-Mats.

Les plaques françaises évitent ainsi que les terrains en herbe se transforment en bourbiers dès que la pluie tombe ce qui permet à ces terrains de durer même si ils n’ont pas la même «durabilité» que les terrains avec pistes en béton.

Les bases aériennes existantes en septembre 1939

-BA 101 Toulouse-Francazal

-BA 102 Dijon

-SBA 102 de Luxeuil

-BA 103 Châteauroux

-BA 104 Dugny

-BA 105 Lyon-Bron
-BA 106 Bordeaux-Mérignac

-BA 107 Villacoublay (CEMA)

-BA 108 Marignane

-BA 109 Tours

-BA 110 Etampes

-BA 111 Mourmelon

-BA 112 Reims

-BA 113 Rochefort

-BA 114 Romorantin

-BA 116 St-Cyr l’Ecole

-BA 117 Paris-Issy

-BA 118 Orly

-BA 119 Nanterre

-BA 120 Châteaudun

-BA 121 Nancy-Essey

-BA 122 Chartres-Champol

-BA 123 Orléans

-BA 124 Cazaux

-BA 125 Istres

-Base aérienne de Coulommiers-Voisin

-BA 127 Avord

-Base aérienne de Chantilly-les Aigles

-Base Aérienne du Buc (Yvelines)

-BA 130 Salon-de-Provence

-Base Aérienne de Rouen-Boos

– Base Aérienne de Le Havre-Octeville