16-Navires auxiliaires (7)

Les remorqueurs de 600cv

Comme pour les catégories supérieurs de remorqueurs, la catégorie des «600cv» comprend à la fois des constructions financées par la France et d’autres livrés par l’Allemagne au titre de réparations en nature. Le marché à été passé le 31 décembre 1928 avec la Deutsche Schiffe und Machinenbau A.G. Werk Seebeck de Brême.

Quand éclate la guerre de Pologne, ces remorqueurs financés par le gouvernement allemand mais livrés directement à la France sont les suivants  :

-A Cherbourg, la Direction du Port dispose des remorqueurs Barfleur et Roule

-A Brest, la Direction du Port dispose des remorqueurs  Penfeld, Plougastel,Portzic (arrivés à Brest le 01/07/1930) et Aixois (ex-Provençal) (un temps basé à Toulon où il était arrivé le 5 décembre 1930).

-A Toulon, la Direction du Port dispose des remorqueurs Cargese (ex-Corse), Faron et Mont Caume (arrivés à Toulon le 09 août 1930)

-A Bizerte, nous trouvons les remorqueurs  Kairouan (ex Sfax) et Sousse (arrivés à mi-août 1930)

-A Mers el Kebir : on trouve le remorqueur Estérel (qui était jusque là déployé à Toulon où il était arrivé le 5 décembre 1930)

-A Dakar, est en service le remorqueur Cap Vert

-A Fort de France, est en service le Lamentin

Tous ces remorqueurs sont encore en service en septembre 1948.

Caractéristiques Techniques des remorqueurs «allemands»

Déplacement : 333 t

Dimensions : longueur : 28,50 pp largeur 7,20m  tirant d’eau 3,16 m

Propulsion : une machine alternative verticale à triple expansion Deschimag alimentée en vapeur par une chaudière cylindrique Deschimag dévellopant 600ch et entrainant une hélice

Performances : Vitesse maximale 9 noeuds autonomie 900 miles à 9 noeuds

Equipement : – 2 mâts – 1 baleinière – 1 youyou de 5 m  1 pompe d’épuisement de 400 t/h – 1 pompe incendie de 20 t/h

Equipage : nc

D’autres ont été construits dans les chantiers français pour compléter les remorqueurs construits à Brême.

-Le Palmier est construit aux Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes et lancé le 11 mars 1940. Il est mis en service le 4 septembre 1940 et affecté à Mers-El-Kébir pour accompagner la montée en puissance de la base oranaise.

-Le Tatihou est construit aux  Anciens Chantiers Dubigeon de Nantes et lancé le 22 mars 1940. Il est mis en service le 7 octobre 1940 et affecté lui aussi à Mers-El-Kébir.

-Le Lavandou est construit par la Societé Provencale de Construction Navale (SPCN) de La Ciotat. Il est lancé le 12 avril 1940 et affecté à Casablanca qui sans être une base navale de premier plan est le passage quasiment obligé des navires ralliant la Méditerranée depuis Cherbourg, Brest ou Lorient.

-Le Menez Hom mis sur cale en même temps que le Morbihan aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) de Nantes le 4 mars 1940 lancé le 17 septembre 1940 et mis en service le 14 mars 1941. Il est affecté à Brest pour renforcer les moyens du port du Ponnant.

-Le Morbihan mis sur cale en même temps que le Menez Hom aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) de Nantes le 4 mars 1940 lancé le 17 septembre 1940 et mis en service le 14 mars 1941. Il est affecté à Lorient.
-Le Tulear est mis sur cale en même temps que le Padaran  aux chantiers de la Societé Provencale de Construction Navale (SPCN) de La Ciotat le 15 février 1940 lancé le 20 août 1940 et mis en service le 17 février 1941.

Le Tulear est affecté à Diego Suarez rejoignant son affectation sur un cargo en pontée en même que le Padaran qui lui est déployé à Saïgon puis à Cam-Ranh.

-Le Varella est mis sur cale aux chantiers de la Societé Provencale de Construction Navale (SPCN) le 7 octobre 1940 lancé le 4 mai 1941 et mis en service le 21 septembre 1941. Il rejoint lui aussi Saïgon sur le cargo en pontée.

Caractéristiques des remorqueurs «français» de 600cv

Déplacement : standard 383,20 t

Dimensions : longueur hors tout : 32,30 longueur entre perpendiculaires 29,50m largeur :8,068m  Tirant d’eau : 3,58m  Creux : 3,75 m

Propulsion : une machine alternative à triple expansion SPCN alimentée par une chaudière Prudhon Capus développant 600 CV et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 10 noeuds Autonomie : 900 miles à 10 noeuds

Equipements : – 2 mâts – H : 14,00 AV -11,00 AR – écartement : 10,00 m – 1 corne de charge de 3 t – 2 ancres Marell de 450 kg – 1 ancre à jas de 175 kg – 2 youyous de 5 m  – 1 drague
type DC –  1 pompe d’épuisement de 200 t/h – 1 pompe incendie de 20 t/h. et 1 de 400 t/h

Equipage : 14 hommes

10-Contre-torpilleurs (48)

Le Dunois

Jean Dunois (1402-1468) compagnon de Jeanne d'Arc

Jean Dunois (1402-1468) compagnon de Jeanne d’Arc

-Le Dunois est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) sis à Nantes le 1er septembre 1943, ne tardant pas à avoir comme voisin son sister-ship Magon. Les deux contre-torpilleurs sont d’ailleurs lancés en même temps le 4 juin 1945, le Dunois étant achevé à 73% au moment de son lancement.

Les deux contre-torpilleurs quittent Nantes le 2 mars 1946, mouillant dans la nuit du 2 au 3 mars dans l’estuaire de La Loire avant d’effectuer leur essais constructeurs du 3 au 7 mars, date à laquelle ils arrivent à Lorient.

Le 7 mars 1946, une cérémonie est organisée au large de la Pointe de l’Espérance pour transférer la responsabilité juridique du Dunois qui passe de son chantier constructeur à la marine nationale.

Armé pour essais le 9 mars 1946, le Dunois effectue sa première campagne d’essais officiels du 9 au 25 mars, campagne qui se déroule avec quelques difficultés plus liées à une météo capricieuse qu’à de réels problèmes mécaniques même si comme tout navire neuf, le Dunois à des maladies de jeunesse.

Il passe au bassin (bassin occidental) du 26 mars au 11 avril avant de réaliser sa deuxième campagne d’essais du 12 au 30 avril, essais qui montre une série de problèmes mécaniques notamment des vibrations prononcées. Cela nécessite un deuxième passage au bassin du 1er au 14 mai puis une troisième campagne d’essais qui montre l’efficacité des solutions curatives choisies.

Il passe une dernière fois au bassin du 1er au 8 juin pour d’ultimes travaux avant de réaliser ses essais artillerie du 9 au 16 juin notamment au large de Quiberon.

Il quitte Lorient le 17 juin pour Brest où il arrive le lendemain 18 juin pour ses essais de recette de ses tubes lance-torpilles, de ses grenadeurs et de ses rails de mouillage de mines, essais qui ont lieu du 18 au 28 juin, le contre-torpilleur ralliant Lorient le 29 juin 1946.

Le 1er juillet 1946, le Dunois et le Magon quittent Lorient pour leur traversée de longue durée en direction des Antilles.

Traversant l’Atlantique, ils font escale à Pointe à Pitre du 8 au 12 juillet, à Fort de France du 13 au 17 juillet, à Caracas du 20 au 24 juillet, à Cayenne du 27 au 30 juillet, à Rio de Janeiro du 3 au 7 août, traversant ensuite l’Atlantique en direction de Dakar où ils arrivent ensemble le 14 août 1946.

Après une école à feux à Rufisque du 15 au 22 août, les deux contre-torpilleurs quittent Dakar le 23 août, se ravitaillent à Casablanca le 28 août avant de rallier à Mers-El-Kébir le 1er septembre 1946.

Le contre-torpilleur Dunois est admis au service actif le 1er septembre 1946, formant la 4ème DCT avec ses sister-ships Magon et La Hire, cette division appartenant au groupement des contre-torpilleurs de la 4ème Escadre basée à Mers-El-Kébir.

Le 4 septembre 1946, le Magon _navire-amiral de la 4ème DCT_ et son sister-ship Dunois quittent Mers-El-Kébir pour accueillir en haute mer leur sister-ship La Hire dont l’arrivée permet de compléter la 4ème DCT.

Les trois navires rentrent aussitôt à leur port d’attache pour se ravitailler et préparer un exercice majeur en l’occurence un entrainement avec les croiseurs légers Latouche-Tréville et Gambetta de la 8ème DC du 7 au 17 septembre suivit d’une escale à Tunis du 18 au 22 avant un entrainement avec la 7ème DCT venue de Bizerte du 23 septembre au 27 octobre, la petite escadre relâchant à Bizerte jusqu’au 3 novembre quand la 4ème DCT et la 8ème DC mettent cap sur Mers-El-Kébir où ils arrivent le 6 novembre.

Après une période d’entretien à flot commune du 7 au 21 novembre, les trois contre-torpilleurs de la 4ème DCT dont le Dunois sortent pour essais du 22 au 25 novembre avant un exercice de remise en condition opérationnelle et ce du 27 novembre au 12 décembre 1946, restant au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Le 5 janvier 1947, le Dunois, le Magon et le La Hire quittent Mers-El-Kébir pour leur premier entrainement de division au large des côtes nord-africaines, entrainement qui occupe la 4ème DCT du 5 janvier au 2 mars, date de leur retour à Mers-El-Kébir.

Le 10 mars 1947, la 4ème DCT quitte Mers-El-Kébir pour un entrainement au large de la Tunisie. Après un entrainement de division du 10 au 17 mars, les trois contre-torpilleurs effectuent un ravitaillement rapide à Bizerte le 18 mars avant un entrainement commun avec la 3ème DT du 19 mars au 10 avril, la 4ème DCT rentrant à Mers-El-Kébir le 12 avril 1947.

Alors que le Magon est indisponible et que le La Hire effectue un entrainement à la défense aérienne à la mer, le Dunois effectue une école à feux du 18 au 27 avril puis après une escale à Bône du 28 avril au 2 mai, rentre à Mers-El-Kébir le lendemain 3 mai.

Le Dunois et le La Hire participent ensuite aux essais (6 au 9 mai) et à la remise en condition (11 au 30 mai) du Magon,  les trois contre-torpilleurs de la 4ème DCT faisant escale à Alger du 1er au 5 juin avant de rentrer le lendemain à Mers-El-Kébir.

Le Dunois et le Magon sortent pour entrainement du 12 au 23 juin, effectuant des écoles à feux, des lancements et des grenadages simulés. Ils rentrent le lendemain 24 juin 1947 à Mers-El-Kébir.

Le Dunois est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 28 juin au 19 juillet, sortant pour essais du 20 au 23 juillet et pour remise en condition du 24 juillet au 9 août, à chaque fois en compagnie de son sister-ship La Hire.

Les deux contre-torpilleurs gagnent ensuite Alger où ils arrivent le 10 août pour une escale qui est partagée à partir du 15 août par le Magon qui retrouve ses deux compères pour sa remise en condition. Les trois navires sont à la mer du 16 au 23 août, se ravitaillent au port le 24 août avant une deuxième phase d’entrainement du 25 août au 3 septembre, date à laquelle ils rentrent tous à Mers-El-Kébir.

Le Dunois passe sur le dock-flottant de la base du 4 au 14 septembre, une inspection technique des oeuvres vives doublée de quelques menues réparations, une sorte de petit carénage très allégé pour faire simple. Il sort ensuite pour essais du 15 au 18 septembre puis pour remise en condition du 20 au 30 septembre, rentrant dans la foulée à Mers-El-Kébir attendant la disponibilité de ses deux compères de la division.

Les trois contre-torpilleurs sortent pour un entrainement de base du 6 au 17 octobre, prélude à l’entrainement de division automnal mené toujours au large des côtes nord-africaines du 24 octobre au 17 décembre avec notamment des escales à Bonifacio et Alger.

Le Dunois, le Magon et le La Hire commence l’année 1948 comme ils ont terminé l’année 1947 à savoir par un entrainement de division qui occupe la division du 5 janvier au 23 février 1948.

Le 2 mars 1948, la 4ème DCT quitte Mers-El-Kébir, filant plein nord en direction de Port-Vendres où depuis quelques jours, le croiseur de bataille Dunkerque et ses deux torpilleurs d’escadre étaient en escale. Les six navires effectuent un exercice commun jusqu’au 18 mars quand ils gagnent Ajaccio pour une escale jusqu’au 22.

Reprenant la mer, le croiseur de bataille Dunkerque, les deux torpilleurs d’escadre et les contre-torpilleurs retrouvent le Strasbourg pour un exercice jusqu’au 1er avril avec un affrontement entre croiseurs de bataille et contre-torpilleurs puis un exercice d’interception, le Dunkerque et le Strasbourg étant alternativement le chasseur et le gibier, les contre-torpilleurs et les torpilleurs étant les rabatteurs. Tous les navires rentrent à Mers-El-Kébir le 4 avril 1948.

Le 12 avril 1948, la 4ème DCT aurait du appareiller pour un entrainement de division mais une avarie mécanique immobilise La Hire. Le Dunois et le Magon sortent seuls pour une école à feux du 12 au 17 avril, ralliant Alger où ils sont rejoints le 20 avril par le La Hire réparé. L’entrainement de division peut ainsi avoir lieu du 21 avril au 14 juin

Alors que le Magon est indisponible pour entretien et permissions d’été de l’équipage, le Dunois et le La Hire sortent pour une école à feux du 17 au 26 juin, les deux navires rentrant dans la foulée à Mers-El-Kébir.

Le Dunois est indisponible à son tour du 30 juin au 15 juillet, sortant pour essais du 16 au 19 juillet puis pour remise en condition du 20 au 30 juillet, à chaque fois en compagnie du Magon, les deux contre-torpilleurs participant ensuite aux essais (1er au 4 août) et à la remise en condition (5 au 16 août) du La Hire, dernier des trois contre-torpilleurs de la division à avoir connu sa période d’indisponibilité estivale.

Le 20 août, le Dunois et les deux autres contre-torpilleurs de la 4ème DCT passent aux effectifs de guerre, surchargeant le navire de carburant et de munitions (pas de risque d’instabilité, il s’agit simplement de lever les limitations du temps de paix) et se tenait prêt à appareiller en quelques heures.

Le 27 août 1948, suite à l’appareillage d’un croiseur et de deux contre-torpilleurs italiens du port sicilien de Syracuse, le commandant de la 4ème Escadre, l’amiral Orioli ordonne à la 4ème DCT d’appareiller pour «marquer à la culotte» les trois navires italiens dont l’attitude à l’appareillage paraissait suspecte aux agents français du deuxième bureau.

Les trois navires français gagnent la haute-mer mais peu après la mission de poursuite est annulée, les trois navires ralliant directement Tarente en longeant scrupuleusement les côtes italiennes. Les trois contre-torpilleurs restent en mer jusqu’au 1er septembre quand ils rallient Mers-El-Kébir.

Les trois contre-torpilleurs restent au port jusqu’au 5 septembre quand à l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège, la 4ème DCT reçoit l’ordre d’appareiller pour une mission de chasse dans le détroit de Sicile.

10-Contre-torpilleurs (47)

Le Magon

Charles René Magon de Médine (Paris 1763-Trafalgar 1805)

Charles René Magon de Médine (Paris 1763-Trafalgar 1805)

-Le Magon est mis sur cale aux chantiers navals des Ateliers et Chantiers de la Bretagne (ACB) le 12 septembre 1943 et lancé le 4 juin 1945 en même temps que son sister-ship Dunois, achevé à 70%.

Les deux navires vont être inséparables durant leur armement à Nantes comme à Lorient. Les deux contre-torpilleurs quittent Nantes le 2 mars 1946, mouillant dans la nuit du 2 au 3 mars dans l’estuaire de La Loire avant d’effectuer leur essais constructeurs du 3 au 7 mars, date à laquelle ils arrivent à Lorient.

Le 8 mars 1946, une cérémonie est organisée au large de la Pointe de l’Espérance pour transférer la responsabilité juridique du contre-torpilleur qui passe de son chantier constructeur à la marine nationale.

Le Magon passe au bassin du 9 au 25 mars (forme occidentale) avant d’effectuer sa première campagne d’essais officiels du 26 mars au 11 avril avant un nouveau passage au bassin du 12 au 30 avril 1946. Sa deuxième campagne d’essais officiels à lieu du 1er au 14 mai avant un nouveau et dernier passage au bassin du 15 au 30 mai 1946.

Il effectue ses essais artillerie du 1er au 8 juin avant de rallier Brest le 9 juin pour ses essais de recette de ses tubes lance-torpilles, de ses grenadeurs et de ses rails de mouillage de mines et ce du 9 au 21 juin date à laquelle il revient à Lorient.

Le 1er juillet 1946, le Magon et le Dunois quittent Lorient ensemble pour leur traversée de longue durée en direction des Antilles. Traversant l’Atlantique, ils font escale à Pointe à Pitre du 8 au 12 juillet, à Fort de France du 13 au 17 juillet, à Caracas du 20 au 24 juillet, à Cayenne du 27 au 30 juillet, à Rio de Janeiro du 3 au 7 août, traversant ensuite l’Atlantique dans l’autre sens en direction de Dakar où ils arrivent ensemble le 14 août 1946.

Après une école à feux à Rufisque du 15 au 22 août, les deux contre-torpilleurs quittent Dakar le 23 août, se ravitaillent à Casablanca le 28 août avant de rallier à Mers-El-Kébir le 1er septembre 1946.

Le contre-torpilleur Magon est admis au service actif le 1er septembre 1946, formant au sein du groupement de contre-torpilleurs de la 4ème Escadre, la 4ème DCT en compagnie de son sister-ship Dunois.

Le 4 septembre 1946, le Magon _navire-amiral de la 4ème DCT_ et son sister-ship Dunois quittent Mers-El-Kébir pour accueillir en haute mer leur sister-ship La Hire dont l’arrivée permet de compléter la 4ème DCT. Les trois navires rentrent aussitôt à leur port d’attache pour se ravitailler et préparer un exercice majeur.

En effet le 7 septembre 1946, la 4ème DCT quitte Mers-El-Kébir en compagnie du ravitailleur rapide Tarn et surtout des deux croiseurs légers de la 8ème DC, les Latouche-Tréville et Gambetta pour une série de joutes nautiques entre les deux croiseurs légers et le contre-torpilleurs et ce du 7 au 17 septembre avec un ravitaillement à la mer auprès du Tarn qui fait office d’observateur/arbitre.

Après une escale à Tunis du 18 au 22 septembre, la 4ème DCT et la 8ème DC retrouvent au large de Bizerte la 7ème DCT ( Vauquelin Tartu et Chevalier Paul) pour une nouvelle phase d’exercices.

Tout commence par un exercice de défense aérienne à la mer, les différents navires étant du 23 au 30 septembre attaqués soit en escadres soit individuellement par des avions de l’aéronavale et de l’armée de l’air.

Après un ravitaillement à Bizerte les 1er et 2 octobre, les contre-torpilleurs ressortent pour tenter d’intercepter le Tarn et les deux croiseurs légers qui simulent des raider tentant de passer du bassin occidental au bassin oriental de la Méditerranée.

Cet exercice qui à lieu du 3 au 15 octobre est suivit par un exercice de combat antisurface, le Latouche-Tréville prennant la tête de la 7ème DCT et le Gambetta celui de la 4ème DCT (17 au 27 octobre).

Après une dernière escale à Bizerte du 28 octobre au 3 novembre, la 8ème DC, la 4ème DCT et le Tarn quittent la Tunisie pour rentrer en Algérie arrivant à Mers-El-Kébir le 6 novembre 1946.

Après une période d’entretien à flot commune du 7 au 21 novembre, les trois contre-torpilleurs de la 4ème DCT dont le Magon sortent pour essais du 22 au 25 novembre avant un exercice de remise en condition opérationnelle du 27 novembre au 12 décembre 1946, restant au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Le 5 janvier 1947, le Magon, le Dunois et le La Hire quittent Mers-El-Kébir pour leur premier entrainement de division au large des côtes nord-africaines. Après une école à feux du 5 au 12 janvier, les trois contre-torpilleurs font escale à Tunis du 13 au 17 janvier.

Reprenant la mer, le Magon et ses deux compères de la divisions effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 18 au 25 janvier avant de se ravitailler à Bizerte le 26 janvier, chargeant au passage un lot de mines d’exercices pour un entrainement au mouillage de mines et ce du 27 au 31 janvier.

Après une escale à La Valette du 1er au 4 février, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement à la lutte ASM contre les sous-marins Phenix et Frimaire  du 5 au 12 février, se ravitaillant à Bizerte le 13 février avant d’effectuer un exercice de synthèse du 14 février au 2 mars, date à laquelle les trois contre-torpilleurs rentrent à Mers-El-Kébir.

Le 10 mars 1947, le Magon, le Dunois et La Hire quittent Mers-El-Kébir pour un entrainement au large de la Tunisie. Après un entrainement de division du 10 au 17 mars, les trois contre-torpilleurs effectuent un ravitaillement rapide à Bizerte le 18 mars avant un entrainement commun avec la 3ème DT (L’Alsacien Le Breton Le Corse et Le Tunisien) du 19 au 27 mars.

Les sept navires font escale à La Valette sur l’île de Malte du 28 au 31 mars avant d’enchainer par un exercice de défense aérienne à la mer du 1er au 10 avril, les deux divisions se séparant alors pour rentrer dans leurs ports respectifs, la 4ème DCT rentrant à Mers-El-Kébir le 12 avril 1947.

Victime d’une avarie mécanique, le Magon est indisponible du 15 avril au 5 mai, sortant pour essais du 6 au 9 mai puis pour remise en condition du 11 au 30 mai, les trois contre-torpilleurs de la 4ème DCT faisant escale à Alger du 1er au 5 juin avant de rentrer le lendemain à Mers-El-Kébir.

Le Magon et le Dunois sortent pour entrainement du 12 au 23 juin, effectuant des écoles à feux, des lancements et des grenadages simulés. Ils rentrent le lendemain 24 juin 1947 à Mers-El-Kébir.

Le Magon participe ensuite aux essais et à la remise en condition de son sister-ship La Hire, sortant pour cela du 28 juin au 1er juillet puis du 3 au 18 juillet, date à laquelle les deux navires rentrent à leur port d’attache.

Le Magon est indisponible du 20 juillet au 10 août 1947, sortant pour des essais en solitaire du 11 au 14 août avant de retrouver à  Alger ses deux compères de la 4ème DCT pour sa remise en condition. Les trois navires sont à la mer du 16 au 23 août, se ravitaillent au port le 24 août avant une deuxième phase d’entrainement du 25 août au 3 septembre, date à laquelle ils rentrent tous à Mers-El-Kébir.

Avant d’effectuer leur entrainement de division automnal, les trois contre-torpilleurs vont passer sur le dock-flottant pour inspection et quelques réparations, une sorte de petit carénage (très allégé), le Magon succédant au Dunois du 15 au 25 septembre avant de céder sa place au La Hire.

Les trois contre-torpilleurs sortent pour un entrainement de base du 6 au 17 octobre, prélude à l’entrainement de division automnal mené toujours au large des côtes nord-africaines.

Le Magon et ses deux compères de la 4ème DCT quittent Mers-El-Kébir le 24 octobre pour une école à feux jusqu’au 1er novembre quand ils arrivent à Bonifacio pour quelques jours d’escale. Ils reprennent la mer le 5 novembre, effectuant un exercice de défense aérienne à la mer jusqu’au 10 novembre quand ils arrivent à Alger, participant le 11 novembre 1947 aux cérémonies commémoratives de l’armistice du premier conflit mondial.

La 4ème DCT effectue un entrainement au combat antisurface du 13 au 20 novembre, se ravitaillant  à Mers-El-Kébir le 21 novembre avant d’effectuer un entrainement au mouillage de mines du 22 au 27 novembre.
Après un ravitaillement à la mer auprès du Tarn le 28 novembre, la 4ème DCT effectue un entrainement ASM avec comme plastron les sous-marins Artemis et Cornélie  du 29 novembre au 4 décembre 1947.

Après un nouveau ravitaillement auprès du Tarn le 5 décembre, les trois contre-torpilleurs effectuent un exercice de synthèse du 6 au 17 décembre, date du retour de la division à Mers-El-Kébir.

Le Magon, le Dunois et le La Hire commence l’année 1948 par un entrainement de division avec une école à feux du 5 au 12 janvier, faisant escale à Alger du 13 au 17 janvier avant un entrainement de défense aérienne à la mer du 18 au 27 janvier quand les trois contre-torpilleurs arrivent à Tunis pour trois jours d’escale (27 au 30 janvier).

Après un entrainement au combat antisurface du 31 janvier au 7 février, les trois contre-torpilleurs font escale à Bône du 8 au 12 février avant un exercice de synthèse du 13 au 23 février, date de leur retour à Mers-El-Kébir.

Le 2 mars 1948, la 4ème DCT quitte Mers-El-Kébir, filant plein nord en direction de Port-Vendres où depuis quelques jours, le croiseur de bataille Dunkerque et ses deux torpilleurs d’escadre étaient en escale. Les six navires effectuent un exercice commun jusqu’au 18 mars quand ils gagnent Ajaccio pour une escale jusqu’au 22.

Reprenant la mer, le croiseur de bataille Dunkerque, les deux torpilleurs d’escadre et les contre-torpilleurs retrouvent le Strasbourg pour un exercice jusqu’au 1er avril avec un affrontement entre croiseurs de bataille et contre-torpilleurs puis un exercice d’interception, le Dunkerque et le Strasbourg étant alternativement le chasseur et le gibier, les contre-torpilleurs et les torpilleurs étant les rabatteurs. Tous les navires rentrent à Mers-El-Kébir le 4 avril 1948.

Le 12 avril 1948, la 4ème DCT aurait du appareiller pour un entrainement de division mais une avarie mécanique immobilise La Hire. Le Magon et le Dunois sortent seuls pour une école à feux du 12 au 17 avril, ralliant Alger où ils sont rejoints le 20 avril par le La Hire réparé.

L’entrainement de division commence officiellement le 21 avril quand la 4ème DCT entame une école à feux qui s’achève le 29 avril quand les trois contre-torpilleurs arrivent à Bizerte. Ils effectuent un entrainement au mouillage de mines du 30 avril au 2 mai puis un entrainement à la défense aérienne à la mer du 3 au 10 mai, les trois contre-torpilleurs se ravitaillant auprès du Tarn le 11 mai.

Ils enchainent par un entrainement ASM du 12 au 25 mai avec comme plastron les sous-marins Clorinde et L’Andromède. Après un ultime ravitaillement auprès du Tarn le 26 mai, les trois contre-torpilleurs effectuent un exercice de synthèse du 27 mai au 8 juin, rentrant à Mers-El-Kébir le 14 juin après une ultime escale à Alger du 9 au 13 juin 1948.

Le Magon est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 14 au 29 juin 1948, sortant pour essais du 30 juin au 2 juillet et pour remise en condition du 4 au 15 juillet, à chaque fois en compagnie du La Hire.

Le Magon sort ensuite pour les essais (16 au 19 juillet) et pour remise en condition (20 au 30 juillet) du Dunois, les deux contre-torpilleurs participant ensuite aux essais (1er au 4 août) et à la remise en condition (5 au 16 août) du La Hire, dernier des trois contre-torpilleurs de la division à avoir connu sa période d’indisponibilité estivale.

Le 20 août, le Magon et les deux autres contre-torpilleurs de la 4ème DCT passent aux effectifs de guerre, surchargeant le navire de carburant et de munitions (pas de risque d’instabilité, il s’agit simplement de lever les limitations du temps de paix) et se tenait prêt à appareiller en quelques heures.

Le 27 août 1948, suite à l’appareillage d’un croiseur et de deux contre-torpilleurs italiens du port sicilien de Syracuse, le commandant de la 4ème Escadre, l’amiral Orioli ordonne à la 4ème DCT d’appareiller pour «marquer à la culotte» les trois navires italiens dont l’attitude à l’appareillage paraissait suspecte aux agents français du deuxième bureau.

Les trois navires français gagnent la haute-mer mais peu après la mission de poursuite est annulée, les trois navires ralliant directement Tarente en longeant scrupuleusement les côtes italiennes. Les trois contre-torpilleurs restent en mer jusqu’au 1er septembre quand ils rallient Mers-El-Kébir.

Les trois contre-torpilleurs restent au port jusqu’au 5 septembre quand à l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège, la 4ème DCT reçoit l’ordre d’appareiller pour une mission de chasse dans le détroit de Sicile.

10-Contre-torpilleurs (35)

Le Marceau

François Severin Marceau, général de la Révolution Française (1769-1796)

François Severin Marceau, général de la Révolution Française (1769-1796)

-Le Marceau est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes le 7 juin 1941 et lancé le 21 septembre 1942.

Après une période d’achèvement à flot rondement menée, le contre-torpilleur achevé à 97% quitte Nantes le 12 mars 1943, mouille dans l’estuaire de la Loire dans la nuit du 12 au 13 mars avant de rallier Lorient le 14 mars à l’aube.

Il est échoué dans la forme de Lanester du 14 au 30 mars 1943 pour une première période de travaux, l’Arsenal de Lorient réalisant des travaux que le chantier constructeur n’avait pu réaliser en raison d’un calendrier serré. Il est armé pour essais le 1er avril 1943

La première campagne d’essais officiels à lieu du 2 au 11 avril, essais qui se déroulent sans avarie majeure.

Après un nouveau passage au sec dans la forme de Lanester du 12 au 30 avril, le Marceau effectue da deuxième campagne d’essais officiels du 1er au 15 mai, les essais étant perturbés par le mauvais temps.

Il sort à nouveau du 20 au 27 mai, exécutant au large de Quiberon ses premiers tirs d’artillerie sont marqués par des problèmes d’échauffement des tubes et certaines difficultés techniques pour les norias des tourelles II et IV.

La nécessité de réparer ses défaillances oblige le contre-torpilleur à repasser à nouveau au bassin et ce du 28 mai au 7 juin, toujours dans la forme de Lanester. Cela permet de réaliser des travaux sur les œuvres vives, travaux qui auraient du être réalisés à Toulon, le futur port d’attache du contre-torpilleur.

Après une ultime campagne d’essais du 8 au 20 juin,  le contre-torpilleur appareille pour sa traversée longue durée qui se résume au transit entre Lorient et Toulon.

Quittant le Morbihan le 21 juin, le Marceau fait escale à Lisbonne du 24 au 26 juin, à Casablanca du 28 au 30 juin avant de rallier Toulon le 4 juillet 1943.

Le contre-torpilleur Marceau est officiellement admis au service actif le 7 juillet 1943, placé hors rang au sein du groupement des contre-torpilleurs de la 2ème Escadre.

Pour mémoire, à l’époque de l’admission au service actif du Marceau, le Groupement des contre-torpilleurs de la 2ème Escadre dispose de la 2ème DCT (Guépard Bison Lion), de la 5ème DCT (Aigle Albatros Gerfaut) et de la 9ème DCT (Le Fantasque L’Audacieux Le Malin) soit avec le Marceau une force non négligeable de dix contre-torpilleurs puissamment armés.

Après une sortie en solitaire du 10 au 13 juillet 1943, le Marceau fait escale à Nice du 14 au 17 juillet avant de rentrer à Toulon le 18 juillet. Le 20 juillet 1943, le Marceau sort en compagnie de la 2ème DCT (Guépard Lion Bison) et de la 1ère DT (Le Fier L’Agile L’Entreprenant Le Farouche) pour un exercice commun à vocation antisurface du 20 au 31 juillet et à vocation antiaérienne du 2 au 13 août, rentrant à Toulon le 18 août après une escale à Nice du 14 au 17 août 1943.

Le Marceau subit une période d’entretien à flot du 19 au 30 août, sortant pour essais du 31 août au 2 septembre puis pour remise en condition du 4 au 18 septembre. Rentré à Toulon le 19 septembre, il sort pour une école à feu au large de Toulon du 21 au 30 septembre, rentrant à son port d’attache le lendemain 1er octobre 1943.

Du 5 au 17 octobre 1943, le puissant contre-torpilleur (8 canons de 130mm et dix tubes lance-torpilles) manoeuvre avec la 5ème DCT composée des contre-torpilleurs Aigle Albatros Gerfaut), rentrant ce dernier jour à Toulon.

Du 21 au 31 octobre, le Marceau sort pour entrainement en compagnie du croiseur léger Primauguet, des 2ème et 5ème DCT  pour un exercice de combat antisurface,  destiné à intercepter plusieurs cargos «ennemis» symbolisés par des cargos affrétés durant cette période par la marine.

Après un rapide ravitaillement le 1er novembre, le Marceau quitte Toulon le lendemain 2 novembre en compagnie de la 5ème DCT mais également des cuirassés Richelieu et Clemenceau, de leurs torpilleurs d’escorte Corsaire Flibustier Rapière Hallebarde et du ravitailleur rapide L’Adour.

La petite escadre manoeuvre dans le Golfe du Lion jusqu’au 12 novembre quand les cuirassés, leurs torpilleurs d’escorte, les contre-torpilleurs et le ravitailleur font escale à Marseille jusqu’au 18 novembre.

Du 19 au 27 novembre, les contre-torpilleurs tentent d’intercepter les cuirassés qui protégeaient le ravitailleur avant un ravitaillement à la mer le 28 novembre. Après un exercice de défense aérienne à la mer du 29 novembre au 4 décembre, les cuirassés font escale à Ajaccio, le ravitailleur à Calvi et les contre-torpilleurs à l’Ile-Rousse et ce du 5 au 11 décembre. Ils rentrent tous à Toulon le 13 décembre 1943.

Le Marceau est indisponible du 14 au 27 décembre pour permissions de l’équipage, sortant pour essais du 28 décembre au 2 janvier, date de son retour à Toulon.

Le 5 janvier 1944, le Marceau sort en compagnie de la 9ème DCT pour un entrainement en commun.  Après une école à feux du 5 au 12 janvier, les trois contre-torpilleurs font escale à La Ciotat du 13 au 15 janvier avant d’enchainer successivement par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 16 au 20 janvier, un entrainement au combat antisurface du 22 au 30 janvier, un entrainement au mouillage de mines du 1er au 4 février et un entrainement ASM en compagnie des sous-marins Héros et Glorieux 5 au 11 février avant de rentrer à Toulon le 12 février 1944.

Le 10 février 1944, le contre-torpilleur Desaix est admis au service actif à son arrivée à Toulon. Le 13 février, la 12ème DCT est activée, division formée des Marceau (Al) et Desaix. La division effectue sa première sortie du 16 au 21 février avec école à feux et simulation de lancement de torpilles. Elle est de retour à Toulon le lendemain 22 février 1944.

Du 26 février au 3 mars 1944, le Marceau et le Desaix effectuent un entrainement combiné en compagnie de la 9ème DCT et du croiseur lourd Saint Louis. Après un mouillage aux salins d’Hyères du 4 au 12 mars, les deux contre-torpilleurs effectuent une école à feux du 13 au 21 mars, faisant escale à Calvi du 22 au 27 mars avant de rallier Toulon le lendemain 28 mars 1944. Le Marceau et le Desaix sortent pour une école à feux du 5 au 10 avril.

Le 11 avril 1944, le Kléber est officiellement admis au service actif lors de son arrivée à Toulon ce qui permet à la 12ème DCT d’atteindre son format définitif à trois navires.

Le 28 avril 1944, la 12ème DCT appareille pour son premier entrainement de division qui à lieu entre Corse et Continent. Après une école à feux du 28 avril au 2 mai, les trois contre-torpilleurs mouillent aux salins d’Hyères du 3 au 8 mai, mouillage qui ne signifie pas dolce vita, les équipages continuant de s’entrainer avec notamment des exercices de sécurité, les compagnies de débarquement manœuvrant à terre.

Après un entrainement au combat antisurface du 9 au 15 mai, les trois contre-torpilleurs font escale à Bonifacio du 16 au 19 mai, enchainant ensuite par un exercice de défense aérienne à la mer au large du Cap Corse du 20 au 27 mai, faisant escale à Nice du 28 mai au 2 juin.

Après un ravitaillement exprès à Toulon le 3 juin, ravitaillement réalisé comme en temps de guerre (équipage aux postes de combat, DCA armée, machines sous pression), les trois contre-torpilleurs effectuent un exercice de synthèse du 3 au 12 juin, mouillant aux salins d’Hyères du 13 au 21 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain 22 juin 1944.

Le Marceau est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 23 juin au 15 juillet, sortant pour essais du 16 au 19 juillet et pour remise en condition du 21 juillet au 7 août en compagnie du Kléber.

Il participe ensuite aux essais (8 au 11 août) et à la remise en condition (13 au 30 août) du Desaix, les deux contre-torpilleurs allant alors mouiller aux salins d’Hyères. Le 4 septembre, le Kléber les y rejoint après ses essais à la mer, le Marceau et le Desaix sortant alors pour la remise en condition du Kléber et ce du 5 au 21 septembre, date à laquelle les trois contre-torpilleurs ont retrouvé leur poste au quai Noël.

Le 1er octobre, la 12ème DCT quitte Toulon en compagnie du ravitailleur rapide L’Adour, se ravitaillant à la mer pour pouvoir rallier Dakar sans escale.

Le 5 octobre, à la hauteur du cap Bojador, les trois contre-torpilleurs et le ravitailleur rapide font leur jonction avec le ravitailleur de sous-marin Jules Verne et les sous-marins Casabianca Achille et  Persée de la 2ème DSM, les neuf navires ralliant Dakar le 9 octobre 1944.

La 12ème DCT effectue une école à feux du 12 au 17 octobre au polygone de Rufisque puis enchaine par un entrainement au combat antisurface du 19 au 26 octobre puis par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 28 octobre au 4 novembre, faisant relache à Dakar du 5 au 11 novembre.

Du 12 au 18 novembre, les trois contre-torpilleurs affrontent les sous-marins de la 2ème DSM notamment au cours d’un exercice de protection de convois, convoi formé par le ravitailleur rapide L’Adour et le Jules Verne.

Après un exercice de synthèse du 20 novembre au 1er décembre, le Marceau et ses deux compères de la 12ème DCT quittent Dakar en compagnie de l’Adour le 3 décembre, relâchent à Casablanca du 7 au 10 décembre avant de rentrer à Toulon le 14 décembre et de rester au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Le Marceau sort seul du 4 au 11 janvier 1945 pour une école à feux au large de Toulon avant d’aller mouiller aux salins d’Hyères où il rejoint par le Desaix et le Kléber le 13 janvier. Après cinq jours au mouillage (13 au 18 janvier), la 12ème DCT ainsi reconstituée va effectuer son premier entrainement de division de l’année.

Après une école à feux du 19 au 25 janvier, les trois contre-torpilleurs de la 12ème DCT s’entrainent au combat antisurface du 27 janvier au 4 février, à la défense aérienne à la mer du 6 au 11 février, au mouillage de mines du 13 au 17 février, à la lutte ASM contre les sous-marins Venus et Cérès du 19 au 25 février avant un exercice de synthèse du 27 février au 7 mars 1945, date à laquelle les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon.

Victime d’une avarie technique, le Marceau est indisponible du 8 mars au 4 avril, sortant pour essais du 5 au 8 avril puis pour remise en condition du 10 au 30 avril en compagnie de ses deux compères de la 12ème DCT.

Le 7 mai 1945, le Marceau accompagné du Kléber et du Desaix quitte Toulon en compagnie des torpilleurs légers de la 1ère DT. Après un affrontement entre les deux divisions du 7 au 17 mai, la 12ème DCT et la 1ère DT font escale en Corse, la 12ème DCT à Calvi et la 1ère DT à l’Ile-Rousse (18 au 23 mai).

Après un entrainement à la défense aérienne à la mer du 24 au 31 mai, les trois contre-torpilleurs et les quatre torpilleurs légers mouillent en baie d’Ajaccio du 1er au 8 juin avant une école à feux commune du 9 au 16 juin.

Après une escale de ravitaillement à Ajaccio les 17 et 18 juin 1945, les deux divisions effectuent un exercice de synthèse du 19 au 30 juin avec le soutien de l’Adour, ravitaillant les navires à la mer pour leur éviter de rentrer au port. Les deux divisions font escale à Marseille du 1er au 4 juillet avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Le Marceau et le Kléber sortent pour entrainement du 11 au 19 juillet avec école à feux et lancement de torpilles, rentrant à Toulon le 25 juillet après un mouillage aux salins d’Hyères du 20 au 24 juillet.

Le Marceau participe ensuite aux essais (27 au 30 juillet) et à la remise en condition (1er au 17 août) du Desaix qui sortait de sa période d’indisponibilité estivale pour entretien et permissions de l’équipage.

Le navire-amiral de la 12ème DCT est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 18 août au 8 septembre, sortant pour essais du 9 au 11 septembre puis après un mouillage aux salins du 12 au 15 septembre, effectue sa remise en condition en compagnie du Desaix et du Kléber du 16 septembre au 1er octobre 1945, date du retour de la division à Toulon.

Le 7 octobre 1945, la 12ème DCT quitte Toulon pour son entrainement de division automnal. Après avoir embouteillé l’accès à la baie d’Ajaccio à l’aide de mines (7-8 octobre), les trois contre-torpilleurs échappent à la traque menée par l’Aviation Navale et parviennent à se réfugier à Alger où le Marceau et ses deux sister-ships font escale du 9 au 14 octobre.

Après une école à feux du 15 au 20 octobre, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent à Mers-El-Kébir le 21 octobre puis enchaine par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 22 au 29 octobre.

L’escale à Tunis qui devait durer quatre jours (30 octobre au 4 novembre) se prolonge jusqu’au 11 novembre suite à l’avarie du Marceau.

Le temps n’est cependant pas perdu, des démonstrations au mouillage sont effectuées au profit du public nombreux sur les quais à admirer les contre-torpilleurs les plus puissants de notre flotte. Les compagnies de débarquement des trois contre-torpilleurs vont manoeuvrer avec les unités de l’armée de terre stationnées en Tunisie, notamment le 4ème RTT chargée de la défense de la base de Bizerte attaquée par les compagnies de débarquement des navires de la 12ème DCT.

Réparé, le Marceau effectue une courte sortie d’essais le 12 novembre, les résultats étant satisfaisants il est rejoint par ses deux compères en haute mer pour la suite du  programme d’exercice en l’occurence un entrainement ASM en compagnie d’unités de l’aéronavale basée à Karouba (hydravions) et Sidi-Ahmed (avions) avec pour plastron les trois sous-marins encore en service de la 17ème DSM ( l’Atalante, la Vestale et la Sultane, l’Arethuse venant d’être désarmée), exercice réalisé en deux temps du 13 au 18 novembre et du 20 au 25 novembre.

Après un nouveau ravitaillement à Bizerte le 26 novembre, la 12ème DCT effectue un exercice de synthèse du 27 novembre au 7 décembre avant de rallier Toulon le 10 décembre.

Le Marceau effectue une ultime sortie d’entrainement du 17 au 24 décembre avant de se préparer à son premier grand carénage. Le 3 janvier, il transmet son pavillon de navire-amiral de la 12ème DCT au Desaix puis est échoué au bassin n°2 du Missiessy le 5 janvier 1946 pour une remise en état complète, la modernisation concernant uniquement l’électronique qui évolue très rapidement à cette époque.

Remis à flot le 15 mars 1946, il subit des travaux complémentaires à flot puis est armé pour essais le 25 mars. Il sort pour essais du 25 au 28 mars avant d’aller mouiller aux salins d’Hyères le lendemain 29 mars.

Le 3 avril, le Desaix et le Kléber rallient leur ainé après un entrainement de division. Les trois contre-torpilleurs sont à la mer du 4 au 11 avril et du 15 au 27 avril, les deux périodes à la mer étant entrecoupées d’une escale à Marseille. Les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 28 avril 1946 à l’aube. A l’issue de cette remise en condition, le Marceau redevient navire-amiral de la 12ème DCT.

Le 5 mai 1946, la 12ème DCT quitte Toulon pour un entrainement de division délocalisé à Dakar et dans le Golfe de Guinée. Le soutien logistique est assuré par le pétrolier-ravitailleur Liamone et le cargo rapide Tlemcen chargé de vivres, de munitions, de pièces détachées.

Les cinq navires arrivent le 15 mai 1946 à Dakar. Après quelques jours de relâche pour réparer le matériel et reposer les hommes, la 12ème DCT entame son cycle d’exercice par une école à feux du 18 au 21 mai avant d’enchainer par un exercice de défense aérienne à la mer du 23 au 27 mai puis un exercice de défense et d’attaque de convois du 29 mai au 5 juin au cours duquel le Tlemcen et le Liamone sont alternativement protégés par deux contre-torpilleurs et attaqué par le troisième.

Après une nouvelle escale à Dakar du 6 au 9 juin, les trois contre-torpilleurs accompagnés du cargo et du pétrolier ravitailleur quittent la capitale de l’AOF le 10 juin puis rallient Abidjan le 15 juin après un transit marqué par une série d’exercices.

Alors que le Tlemcen est mouillé dans la lagune pour servir de base mobile, la 12ème DCT et le pétrolier-ravitailleur reprennent la mer pour une nouvelle série d’exercice ayant pour thème la protection d’un cargo rapide et ce du 17 au 25 juin. La petite escadre fait ensuite escale à Conakry du 27 au 30 juin, à Libreville du 2 au 6 juillet et à Pointe-Noire du 8 au 11 juillet.

Ils rallient le Tlemcen au large d’Abidjan le 14 juillet et les cinq navires entament le transit retour en direction de Toulon, faisant escale à Dakar du 17 au 20 juillet, Casablanca du 24 au 27 juillet avant de rallier Toulon le 1er août 1946.

Les trois contre-torpilleurs de la 12ème DCT sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 2 au 23 août, sortant pour essais du 24 au 27 août avant un stage de remise en condition du 29 août au 10 septembre, date à laquelle ils rentrent tous à Toulon.

La 12ème DCT sort pour une école à feux commune du 15 au 22 septembre, huit jours avant que le Desaix ne subisse son premier grand carénage.

Le 1er octobre 1946, le Marceau et le Kléber quittent Toulon pour un entrainement de division automnal qui à cette fois lieu dans le Golfe du Lion et au large de la Corse. Après une école à feux du 1er au 6 octobre, les deux contre-torpilleurs font escale à Calvi du 7 au 10 octobre avant d’enchainer par un exercice d’entrainement à la défense aérienne à la mer du 11 au 16 octobre.

Après une escale de ravitaillement à Toulon le 17 octobre, le Marceau et le Kléber effectuent un entrainement au combat antisurface du 18 au 25 octobre puis un entrainement à la lutte ASM du 27 octobre au 4 novembre avec pour plastron les sous-marins Aurore et Antigone  et enfin un exercice de synthèse du 6 au 21 novembre, une escale à La Ciotat du 22 au 27 novembre avant un retour à Toulon le 28 novembre 1946.

Le Marceau subit une période d’entretien à flot du 29 novembre au 12 décembre, sortant pour essais du 13 au 15 décembre. Il participe ensuite aux essais (16 au 18 décembre) et à la remise en condition (20 décembre au 3 janvier) du Desaix qui venait de subir son premier grand carénage.

Les deux contre-torpilleurs sortent pour la première fois de l’année 1947 du 10 au 21 janvier, effectuant un entrainement de routine avec école à feux, des lancements de torpilles. Après une escale à Marseille du 22 au 27 janvier, les deux contre-torpilleurs rentrent à Toulon le lendemain 28 janvier 1947.

La 12ème DCT toujours réduite au Marceau et au Desaix quitte Toulon le 5 février, exécute un entrainement au combat antisurface du 5 au 12 février puis après une escale à Port La Nouvelle du 13 au 17 février, réalise une école à feux du 18 au 23 février, date à laquelle ils rentrent à Toulon.

Le 27 février, le Kléber quitte le bassin n°2 du Missiessy puis sort pour essais du 28 février au 2 mars, en compagnie de ses compères de la 12ème DCT.

Du 3 au 10 mars, les trois contre-torpilleurs de la 12ème DCT s’entrainent en compagnie du cuirassé Alsace, du porte-avions Joffre, du croiseur lourd Henri IV, des croiseurs légers De Grasse et Jean de Vienne, de quatre torpilleurs d’escadre, de trois sous-marins et des pétroliers Elorn Liamone en vue d’un exercice commun avec la flotte britannique de la Méditerranée.

Cette escadre baptisée Force T va donc participer à des exercices avec la Mediterranean Fleet sur le modèle des exercices Entente Cordiale qui engage la flotte de l’Atlantique et la Home Fleet. Cet exercice est baptisé «Cordial Agreement» en guise de clin d’oeil

Pour cette première, la flotte britannique de la Méditerranée à mobilisé les cuirassés Nelson et Rodney, le porte-avions Indomitable, les croiseurs légers Belfast et Newcastle, six destroyers et quatre sous-marins.

L’exercice commence par un exercice à terre le 16 mars pour s’accorder sur les règles lors des exercices et faire travailler la théorique. Les choses sérieuses commence le lendemain 17 mars par un exercice de lutte ASM.

Les sous-marins anglais et français vont ainsi tenter des attaques contre les navires français anglais selon plusieurs scénarios : soit des attaques contre des navires naviguant seuls ou des groupes occasionnels par exemple celui formé par les porte-avions Joffre et Indomitable, le cuirassé Alsace, les croiseurs légers De Grasse Jean Vienne et Belfast et plusieurs destroyers.

Le 18 mars, c’est un exercice de défense aérienne à la mer avec le matin, les deux groupes nationaux attaqués par des chasseurs bombardiers Supermarine Spitfire et des bombardiers torpilleurs Bristol Beaufort basés à Malte mais l’après midi, la force navale britannique attaque avec des bombardiers en piqué Douglas Dauntless et des avions torpilleurs Fairey Albacore les navires français.

Les 19 et 20 mars, c’est un combat d’escadre qui oppose la force T à son homologue britannique, à tour de rôle les deux forces cherchant à défendre Malte d’un raid amphibie.

Le 21 mars, les deux escadres gagnent la Tunisie, des îlots désertiques de la côte tunisienne servant de cible aux canons de 406,380, 203,152,130 et 120mm dans un bruyant concert sans parler des avions embarqués qui utilisent bombes et roquettes.

Les trois cuirassés, les deux porte-avions, les quatre croiseurs légers, le croiseur lourd, les neuf destroyers, les pétroliers et les sous-marins font ensuite escale à Bizerte où ils sont passés en revue par le résident général en Tunisie avant de se séparer le lendemain 22 mars, les navires français rentrant à Toulon le 24 mars 1947 au matin  sauf le Jean de Vienne resté à Bizerte son port d’attache.

Le 2 avril 1947, la 12ème DCT devait appareiller pour un entrainement de division mais le Marceau est victime d’une avarie et doit laisser ses deux compères appareiller seuls pour une école à feux.

Réparé le 11 avril et après des essais satisfaisants, le Marceau rejoint le Desaix et le Kléber aux Salins d’Hyères le 15 avril pour un entrainement au mouillage jusqu’au 21 avril 1947.

La 12ème DCT effectue une école à feux du 22 au 27 avril puis après une escale à Nice du 28 avril au 1er mai, effectue un entrainement à la défense aérienne à la mer du 2 au 9 mai, une escale à  Bastia du 10 au 13 mai avant un entrainement ASM en compagnie d’unités aériennes et des sous-marins La Créole et La Bayadère du 14 au 21 mai, date à laquelle ils vont se ravitailler à Toulon.

L’entrainement de division entamé il y à plus d’un mois se poursuit avec un entrainement au mouillage de mines du 22 au 25 mai puis un exercice de synthèse du 27 mai au 12 juin quand les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon.

Le Marceau est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 13 juin au 3 juillet 1947, sortant pour essais (4 au 7 juillet) et remise en condition (8 au 24 juillet) en compagnie du Kléber.

Le Marceau participe ensuite aux essais (26 au 29 juillet) et à la remise en condition (31 juillet au 15 août) du Desaix, le Marceau et le Desaix participant ensuite aux essais (17 au 20 août) et à la remise en condition (21 août au 5 septembre) du Kléber.

La 12ème DCT sort pour un entrainement de division automnal en Méditerranée occidentale. Le Marceau et ses deux compères effectuent une école à feux du 13 au 17 septembre puis après une escale à Port-Vendres du 18 au 21 septembre un entrainement à la défense antiaérienne à la mer du 22 au 30 septembre quand les trois navires gagnent Sète. Quittant le port héraultais le 4 octobre, le Marceau et ses deux compères effectuent un entrainement au combat antisurface du 4 au 11 octobre, date à laquelle ils vont ravitailler à Toulon.

Après un entrainement au mouillage de mines du 12 au 15 octobre, le Marceau, le Desaix et le Kléber achèvent leur entrainement de division par un entrainement à la lutte ASM contre le sous-marin Aurore du 17 au 24 octobre puis un exercice de synthèse du 26 octobre au 8 novembre. Ils vont mouiller aux salins d’Hyères du 9 au 15 novembre avant de rentrer à Toulon le lendemain 16 novembre 1947.

Victime d’une avarie mécanique, le Marceau est indisponible du 17 novembre au 4 décembre, sortant pour essais du 5 au 8 décembre puis pour remise en condition en compagnie de ses deux compères de la 12ème DCT et ce du 9 au 23 décembre 1947.

La 12ème DCT effectue une première sortie du 7 au 15 janvier pour une école à feux au cours de laquelle sont testés de nouveaux obus explosifs de 130mm, mieux adaptés au bombardement contre la terre.

Après un mouillage aux salins du 16 au 23 janvier, le Marceau et ses deux compères retrouvent en haute mer la 4ème DT (Annamite Hova Somali en attendant le Touareg) pour un exercice commun de combat antisurface du 24 janvier au 4 février, date à laquelle ils arrivent à Ajaccio.

Après une escale de cinq jours (5 au 9 février), les trois contre-torpilleurs et les trois torpilleurs légers subissent les assauts des avions et des hydravions de l’armée de l’air et de la marine et ce du 10 au 19 février qu’il s’agisse des Léo 451 basés à Calvi ou des hydravions Latécoère Laté 298 stationnés à Aspretto.

Après une escale à Alger du 20 au 24 février, les six navires effectuent une école à feux commune du 25 février au 5 mars, date à laquelle ils rentrent à Toulon leur port d’attache.

Le Marceau sort le 13 mars 1948 pour accueillir en haute mer au large des Baléares le Touareg. Ce dernier, huitième torpilleur léger de la classe Colonie venait de Lorient son port d’armement.

Faisant leur jonction le 15 mars, les deux navires devaient manoeuvrer jusqu’au 21 mais la dégradation des conditions météo et une consommation de carburant plus élevée que prévue pour le torpilleur léger fait que les deux navires doivent rallier Ajaccio le 17 mars pour se ravitailler.

Le lendemain 18 mars, les contre-torpilleurs Desaix et Kléber plus les torpilleurs légers Annamite Hova Somali arrivent à Ajaccio. La 12ème DCT et la 4ème DT vont manoeuvrer d’abord chacun de leur côté du 19 au 25 mars puis après ravitaillement le 26 mars, vont s’affronter mutuellement du 27 mars au 6 avril.

Après une escale à Alger du 7 au 11 avril, la 2ème DCT et la 4ème DT subissent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 12 au 22 avril avant une école à feux du 24 avril au 1er mai, date à laquelle ils rallient Calvi où les sept navires font escale du 1er au 5 mai, rentrant dans la soirée à Toulon.

Le Marceau sort pour une école à feux du 12 au 16 juin, retrouvant ensuite au mouillage le Desaix et le Kléber. La 12ème DCT ainsi reconstitué sort pour un entrainement antisurface du 18 au 30 juin, date à laquelle les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon.

Le Marceau est indisponible pour permissions de l’équipage du 1er au 15 juillet, sortant pour essais du 16 au 19 juillet puis pour remise en condition du 21 au 31 juillet, à chaque fois en compagnie du Desaix.

Il participe ensuite aux essais (1er au 4 août) et à la remise en condition (5 au 14 août) du Kléber qui sortait de sa période d’indisponibilité estivale. Accompagné du Kléber, le Marceau participe aux essais (16 au 18 août) et à la remise en condition (19 au 29 août) du Desaix.

Le 30 août, la 12ème DCT passe aux effectifs de guerre avec le rappel des réservistes et la levée des limitations techniques du temps de paix (vitesse maximale, surcharge carburant et munitions). Le Marceau, le Desaix et le Kléber sortent du 31 août au 3 septembre, rentrant à Toulon le 4 septembre, à la veille de l’offensive allemande en Scandinavie.

A l’annonce des bombardements allemands, les trois contre-torpilleurs quittent Toulon pour prendre position entre le Cap Corse et le continent, de crainte que les italiens n’attaquent pour détourner l’attention des alliés du front scandinave.

10-Contre-torpilleurs (34)

H-Contre-torpilleurs classe Hoche

Schéma de la classe Hoche (parfois connue sous le nom de classe Marceau)

Schéma de la classe Hoche (parfois connue sous le nom de classe Marceau)

Une longue gestation empreinte d’hésitations

Depuis la construction des Jaguar, la marine nationale à décidé d’employer ses contre-torpilleurs en division de trois navires. La logique aurait voulu qu’après le Mogador et le Volta, la marine nationale ne s’équipe de quatre contre-torpilleurs identiques pour permettre de compléter la 6ème DCT et de créer une nouvelle DCT. La réalité sera bien différente………. .

Le 2 mai 1938, une tranche complémentaire est votée. Baptisée Tranche 1938bis, elle prévoit la construction d’un contre-torpilleur de type Mogador. Ce programme est modifié le 13 avril 1939 quand est décidé le remplacement de quatre des cinq torpilleurs de type Le Hardi modifié par trois contre-torpilleurs de type Mogador modifiés baptisés. La tranche 1938ter votée le 12 avril avril 1939 prévoit la construction d’un quatrième contre-torpilleur de type Mogador.

A noter qu’un temps, ces navires ont reçu les noms de Dunois La Hire Bayard et Du Guesclin avant d’être au final baptisés le 22 mai Hoche Marceau Desaix Kléber, les noms initialement choisis n’étant pas perdu pour autant.

A l’origine, les quatre contre-torpilleurs des tranches 1938bis et ter  devaient être identiques aux deux premiers Mogador pour permettre de réaliser deux divisions homogènes mais le canon de 138mm modèle 1934 est jugé trop fragile pour être à nouveau construit et il ne peut tirer contre-avions alors que la menace aérienne prise de plus en plus en sérieux doit être contrée par un armement adapté.

La commande est confirmée le 23 mai 1939, les quatre navires doivent être construits par l’industrie _la construction navale privée_ : le Hoche et le Marceau à Nantes aux Ateliers et Chantiers de Bretagne alors que le Desaix et le Kléber doivent l’être par les Ateliers et Chantiers de France à Dunkerque. Ils doivent tous être armés à Lorient.

La construction des quatre Hoche (ces navires ont parfois aussi été baptisés type Marceau mais dans ce domaine, cela tourne vite à la discussion sur le sexe des anges) est confirmée le 18 août 1939 mais le déclenchement de la guerre de Pologne entraine la suspension de la construction le 26 septembre 1939.

La suspension ne concernant que la construction, les discussions continuent. Une note en date du 20 décembre 1939 (soit cinq jours après la fin de la guerre de Pologne) demande d’étudier un contre-torpilleur armé de huit canons de 130mm en quatre tourelles doubles, un affût ACAD modèle 1935 de 37mm, quatre ou six mitrailleuses de 13.2mm.

Ce projet est confirmé le 4 janvier 1940 quand il devient acquis que le canon de 138mm ne peut être adapté au tir contre-avions, les contre-torpilleurs type 1939 vont donc être armés de quatre tourelles doubles de 130mm pouvant tirer contre-avions.

Une dépêche du 23 février 1940  autorise la reprise de la construction des quatre torpilleurs qui en étaient au stade de l’approvisionnement en matériaux. Le projet est définitivement validé le 25 mars 1940.

Le contre-torpilleur type 1939 est un navire de 2980 tW, une vitesse maximale en service courant de 38 noeuds et un armement composé de huit canons de 130mm en quatre tourelles doubles, huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles, six canons de 25mm en trois affûts doubles, dix tubes lance-torpilles de 550mm (deux plate-formes triples et deux plate-formes doubles) et deux grenadeurs de sillage avec une trentaine de projectiles.

Sur le plan technique, les Hoche reprennent la coque des Mogador mais cette coque est renforcée pour supporter les contraintes posées par un armement et une électronique embarquée plus importante. Un gouvernail double est installé pour améliorer la manœuvrabilité insuffisante des Mogador.

Le système propulsif est toujours composé de turbines à engrenages et de chaudières à vapeur surchauffée. Si le Hoche et le Marceau vont disposer de turbines Rateau-Bretagne, le Desaix et le Kléber disposeront de turbines Parson.

Le Hoche

Lazare Hoche (1768-1797)

Lazare Hoche (1768-1797)

-Le Hoche est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) sur la cale n°1 le 29 septembre 1940. La construction avance très vite et il est lancé le 27 février 1942, remorqué à quai pour achèvement à flot.

Il quitte son chantier constructeur le 17 septembre 1942, descendant la Loire et mouillant dans la nuit du 17 au 18 septembre dans l’estuaire avant de rallier Lorient le 18 septembre dans la soirée.

Il est mis au bassin du 19 au 27 septembre pour inspection et des travaux complémentaires qui n’avaient pas été réalisés à Nantes.

Armés pour essais le 28 septembre 1942, il effectue une première campagne d’essais au large de la Bretagne du 28 septembre au 5 octobre, du 6 au 17 octobre et du 19 au 30 octobre, revenant régulièrement à Lorient pour se ravitailler.

Il passe à nouveau au bassin pour démontages et modifications du 1er au 15 novembre, sortant pour des essais de vérification du 16 au 21 novembre 1942.

Le Hoche sort pour essais d’artillerie du 23 au 30 novembre, l’artillerie de 130mm se montrant efficace même si le tir contre avions n’à pas encore été essayé. Il est de nouveau à la mer du 2 au 9 décembre pour de nouveaux essais d’artillerie notamment contre avions ainsi que des essais de lancement de torpilles.

Après un rapide passage à Brest du 10 au 15 décembre, le Hoche effectue en mer d’Iroise des essais de lancement de grenades ASM et de mouillage de mines. Il rentre à Lorient le 17 décembre pour préparer sa traversée longue durée. Il passe ainsi encore au bassin du 18 au 26 décembre 1942.

Le Hoche quitte Lorient le 28 décembre, fait escale à Dublin du 30 décembre 1942 au 2 janvier 1943, à Belfast du 4 au 7 janvier 1943, à Glasgow du 8 au 11 janvier, à Aberdeen du 13 au 16 janvier, Newcastle du 18 au 21 janvier, à Cherbourg du 23 au 26 janvier avant de rentrer à Lorient le 27 janvier 1943.

Le 30 janvier 1943, le Hoche quitte Lorient pour rallier Bizerte, son futur port d’attache. Il se ravitaille à Casablanca du 2 au 5 février avant de reprendre la mer pour rallier la Tunisie.

Le 8 février en milieu de matinée, le Hoche fait sa jonction avec les croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne de la 2ème DC. les deux croiseurs légers et le contre-torpilleur manœuvrant ensemble jusqu’au 13 février quand ils retrouvent à Sfax les Mogador et Volta. Après un entrainement de la 11ème DCT (15 au 18 février), la 11ème DCT va affronter la 2ème DC du 21 au 27 février avant que les deux divisions ne rentrent ensemble à Bizerte le 1er mars 1943.

Le contre-torpilleur Hoche est officiellement admis au service actif le 1er mars 1943, formant la 11ème DCT en compagnie des contre-torpilleurs Mogador (Al) et Volta.  

Le Hoche effectue un premier entrainement de division en compagnie du Mogador et du Volta du 10 mars au 18 avril 1943.

Il enchaine toujours avec le Mogador et le Volta par une tournée en Méditerranée orientale, appareillant de Bizerte le 26 avril. Après une école à feux du 26 au 30 avril, les trois contre-torpilleurs font escale à La Valette sur l’île de Malte du 1er au 4 mai avant un exercice avec des destroyers britanniques basés à Malte du 5 au 12 mai.

Après un ravitaillement à La Valette le 13 mai, les trois contre-torpilleurs traversent la Méditerranée, faisant escale à Patras du 15 au 20 mai puis à Heraklion du 22 au 25 mai. Ils manœuvrent ensuite avec la marine grecque du 26 au 30 mai, la 11ème DCT faisant escale au Pirée du 31 mai au 3 juin, à Thessalonique du 4 au 7 juin, à Istanbul du 8 au 11 juin puis après un exercice avec des destroyers turcs, à Izmir du 15 au 21 juin et à Antalya du 22 au 25 juin 1943.
Le Hoche et ses deux compères font escale à Lattaquié du 26 au 29 juin,  manœuvrent avec l’aviso colonial La Grandière du 30 juin au 4 juillet avant une escale commune à Beyrouth du 5 au 8 juillet.
Les trois contre-torpilleurs font escale à Haïfa du 9 au 13 juillet, à Alexandrie du 15 au 18 juillet avant de rallier Bizerte le 22 juillet après presque trois mois de mer où le matériel s’est bien comporté sans avaries majeures.

Le Hoche et le Volta sortent pour entrainement du 30 juillet au 8 août, faisant escale à La Valette du 9 au 12 août, rentrant le lendemain 13 août à Bizerte. Il participe aux essais et à la remise en condition du Mogador, respectivement du 14 au 17 août et du 19 août au 3 septembre.

Il est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 5 au 26 décembre, sortant pour essais et remise en condition du 27 septembre au 20 octobre en compagnie du Mogador et du Volta.

Du 25 octobre au 4 novembre, le Hoche sort pour une école à feux commune avec le Volta et le Mogador, les trois navires de la 11ème DCT faisant escale à Tunis du 5 au 8 novembre, rentrant le lendemain à Bizerte.
Le 11 novembre 1943 pour le vingt-cinquième anniversaire de l’armistice à lieu une revue navale sur le lac de Bizerte à laquelle participe le Hoche.

Le 20 novembre, la 11ème DCT quitte Bizerte pour un entrainement de division au large de Dakar, soutenus par le pétrolier La Mayenne. Les navires arrivent ainsi à Dakar le 28 novembre sans avoir fait d’escale. L’entrainement de division à lieu du 1er décembre 1943 au 13 janvier 1944, la division rentrant à Bizerte le 25 janvier 1944.

Les trois contre-torpilleurs de la 11ème DCT sont indisponibles pour entretien à flot et permissions de l’équipage du 26 janvier au 17 février 1944, sortant pour essais du 18 au 21 février avant d’effectuer sa remise en condition du 22 février au 8 mars en compagnie de la 3ème DT.

La 11ème DCT devait quitter Bizerte le 15 mars pour un entrainement de division mais cet entrainement est reporté suite à l’avarie du Mogador.

Cela n’empêche pas le Hoche et le Volta sortir pour entrainement du 17 mars au 17 avril, les deux puissants contre-torpilleurs ralliant Bizerte le lendemain.
L’entrainement de division commence enfin le 24 avril quand les trois contre-torpilleurs quittent le lac de Bizerte pour la haute mer où ils manoeuvre du 24 avril au 15 juin, rentrant à Bizerte le lendemain.

Le Hoche et le Mogador sont à la mer pour entrainement généraliste du 23 juin au 2 juillet avec école à feux, lancement simulés et réels de torpilles, combat antisurface, faisant escale à Tunis du 3 au 6 juillet avant de rentrer à Bizerte le lendemain 7 juillet.
Le Hoche est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 9 au 30 juillet, sortant pour essais et remise en condition du du 31 juillet au 20 août. Il sort ensuite en compagnie du Volta du 21 au 24 août pour les essais et du 25 août au 8 septembre pour la remise en condition du Mogador.
Du 12 septembre au 18 octobre 1944, la 11ème DCT quitte Bizerte pour un exercice commun en compagnie de la 7ème DCT et du croiseur léger Emile Bertin.

Le Hoche sort en compagnie du Volta pour un entrainement de division classique au large de la Tunisie du 23 octobre au 1er décembre, faisant escale à Sfax du 2 au 6 décembre, rentrant le lendemain 7 décembre à Bizerte.

La 11ème DCT termine l’année par un entrainement au large de Bizerte du 10 au 22 décembre, restant au port jusqu’à la fin de l’année civile.

Du 4 au 19 janvier 1945, le Hoche participe avec le Volta aux essais et à la remise en condition du Mogador. Le 21 janvier, la 11ème DCT sort en compagnie de la 7ème DCT et du croiseur léger Emile Bertin pour entrainement.

Cet entrainement qui occupe ces sept navires du 21 janvier au 5 février est consacré aussi bien à la défense aérienne à la mer, au combat antisurface qu’à l’attaque et à l’escorte de convois. Après une escale à La Valette du 6 au 9 février, le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 10 février 1945.

Le 21 février 1945, la 11ème DCT sort pour le premier entrainement de division de l’année, entrainement qui occupe le Hoche, le Mogador et le Volta du 21 février au 3 avril, les trois navires rentrant à Bizerte le lendemain 4 avril 1945.

Le Hoche et le Volta sortent pour un entrainement commun du 11 au 22 avril, faisant escale à Alger du 23 au 27 avril, à Tunis du 28 avril au 3 mai, rentrant à  Bizerte le lendemain 4 mai. Le Hoche et le Volta ressortent à nouveau du 11 au 17 mai pour une école à feux.

Du 19 au 27 mai, les trois contre-torpilleurs de la 11ème DCT affrontent le croiseur léger La Galissonnière et les torpilleurs légers de la 3ème DT.

Le Hoche et le Mogador sortent pour entrainement combiné avec l’armée de l’air et de l’aéronavale du 5 au 22 juin, les deux contre-torpilleurs effectuant un entrainement à la surveillance et au combat antisurface avec l’appui des avions et des hydravions basés à terre mais également avec l’opposition de l’aviation pour un entrainement à la défense aérienne à la mer.

Parmi les unités engagées, nous trouvons les Bloch MB-175T de la 10B, les Lioré et Olivier Léo 456 de la 12B, les Grumman G-36A de la 4C mais également les Catalina de la 12R et les Bloch MB-481 de la 12T.

Les deux contre-torpilleurs font escale à Sfax du 23 au 28 juin, ils rentrent à Bizerte le lendemain 29 juin.

Le Hoche sort seul pour école à feux du 6 au 15 juillet, le contre-torpilleur faisant escale à La Valette du 16 au 19 juillet avant de rentrer à Bizerte le lendemain. Il est indisponible du 21 juillet au 12 août, sortant pour essais du 13 au 16 août puis pour remise en condition du 18  au 31 août 1945.

Le Hoche participe ensuite en compagnie du Mogador aux essais du Volta du 4 au 7 septembre puis à sa remise en condition du 8 au 23 septembre.

Le 1er octobre 1945, la 11ème DCT quitte Bizerte pour un entrainement de division dans le bassin oriental de la Méditerranée. Après une école à feux du 1er au 8 octobre, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent au dépôt pétrolier de Gabès le 9 octobre avant de traverser la Méditerranée jusqu’à Beyrouth où ils arrivent le 12 octobre.

Après un entrainement à la défense aérienne à la mer du 13 au 17 octobre, la 11ème DCT effectue un exercice avec l’aviso-colonial La Grandière du 19 au 27 octobre avant une escale à Lattaquié du 28 au 30 octobre. Cet entrainement se termine avec un exercice de synthèse du 2 au 7 novembre, les trois contre-torpilleurs rentrant le 10 novembre à Bizerte.

La 11ème DCT sort à nouveau pour entrainement en compagnie de l’Emile Bertin du 15 au 27 novembre, les quatre navires faisant escale à  Sfax du 28 novembre au 2 décembre 1945 avant de rentrer à Bizerte le 4 décembre 1945.

Le Hoche subit son premier grand carénage, étant échoué dans le bassin n°4 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah du 6 décembre 1945 au 12 mars 1946. Il est remis à flot le 12 mars, armé pour essais le 20 mars et sortant pour essais  du 20 au 24 mars. Il réalise sa remise en condition en compagnie de la 3ème DT du 26 mars au 12 avril. Les cinq navires sont à Alger du 13 au 17 avril, à Tunis du 19 au 23 avril avant de rentrer à Bizerte le lendemain 24 avril 1946.

Le Hoche et le Volta sortent pour une école à feux du 3 au 10 juin puis pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 12 au 20 juin, faisant escale à Tunis du 21 au 26 juin et rentrant le lendemain 27 juin à Bizerte.

Il participe aux essais (29 juin au 1er juillet) et à la remise en condition (3 au 20 juillet) du Mogador avant d’être indisponible du 21 juillet au 11 août. Il sort pour essais (12 au 15 août) et remise en condition (17 août au 1er septembre) en compagnie du Mogador et du Volta.

La division sort au complet du 8 au 17 septembre pour un entrainement de «routine» avec écoles à feux et lancement de torpilles, rentrant le 19 septembre 1946 à Bizerte après une escale à Tunis les 17 et 18 septembre.

Le 24 septembre 1946, la 11ème DCT quitte Bizerte en compagnie de la 7ème DCT, de la 3ème DT, de l’Emile Bertin, du transport Golo et du pétrolier Mékong pour un important cycle d’entrainement.

Après un entrainement dans le triangle Malte-Tunisie-Libye jusqu’au 2 octobre, la petite escadre fait escale à La Valette du 3 au 6 octobre avant un exercice de défense aérienne à la mer du 7 au 12 octobre.

Du 13 au 16 octobre, les torpilleurs légers et les contre-torpilleurs font escale à Zanthe pendant que l’Emile Bertin est à Patras. L’escadre se réunit à la mer le lendemain pour un ravitaillement auprès du Mékong, prélude à une escale du 21 au 25 octobre au Pirée puis à un exercice avec la marine du 26 au 30 octobre.

Après une escale à Thessalonique du 1er au 5 novembre, à Istanbul du 6 au 10 novembre, à Iskenderun du 13 au 17 novembre et à Beyrouth du 20 au 24 novembre, la petite escadre s’entraine avec la DNL du 25 au 29 novembre. Après une ultime escale à Haïfa du 30 novembre au 3 décembre, l’escadre rentre à Bizerte le 7 décembre.

Le 8 décembre 1946, le Mogador transmet son pavillon de navire-amiral de la 11ème DCT au Hoche avant de rentrer en grand carénage.

Alors que le Mogador est immobilisé pour son grand carénage, le Hoche sort en compagnie du Volta pour un dernier entrainement du 14 au 27 décembre, les deux navires étant ensuite indisponibles pour permettre à l’équipage de prendre ses perms.

Le Hoche et le Volta sortent pour la première fois de l’année du 10 au 21 janvier 1947  pour un entrainement de base au large de Bizerte, les deux contre-torpilleurs faisant escale à Alger du 22 au 26 janvier, à Port Vendres du 28 au 31 janvier, à Propriano du 1er au 4 février avant de rallier Bizerte le 7 février à l’aube.

Du 10 au 17 février, le Volta et le Hoche effectuent un entrainement au combat antisurface, faisant escale à Tunis du 18 au 22 février avant d’enchainer par une école à feux du 23 au 27 février, rentrant le lendemain 28 février à Bizerte.

Le Hoche devait sortir avec le Volta le 7 mars mais ce dernier victime d’une avarie est immobilisé au port et le Hoche de sortir seul pour une école à feux du 7 au 14 mars, date de son retour à Bizerte.

Il est de nouveau à la mer pour entrainement du 17 au 23 mars, ralliant alors Tunis où il rejoint le surlendemain par le Mogador qui venait de réaliser ses essais après son grand carénage. Les deux navires sont en mer du 25 mars au 11 avril pour la remise en condition du Mogador qui redevient alors navire-amiral de la 11ème DCT.

Le Hoche et le Mogador sortent pour un entrainement de division qui les occupent du 20 avril au 6 juin, date du retour des deux contre-torpilleurs à Bizerte.

Du 13 juin au 9 septembre 1947, le Hoche subit son deuxième grand carénage pour une remise en état complète.

Armé pour essais le 13 septembre, il sort du 13 au 17 septembre pour les essais réglementaires puis pour remise en condition du 19 septembre au 2 octobre, à chaque fois en compagnie de ses compères de la 11ème DCT.

Le Hoche termine l’année par un entrainement commun à la 11ème DCT et à l’Emile Bertin (7 au 24 octobre), un entrainement de division du 10 au 30 novembre, une escale à Sfax du 1er au 4 décembre avant un retour à Bizerte le lendemain et enfin un entrainement commun à la 11ème DCT, l’Emile Bertin et la 7ème DCT du 8 au 20 décembre, la petite escadre rentrant à Bizerte deux jours plus tard.

Le 8 janvier 1948, la 11ème DCT quitte Bizerte pour un entrainement de division au large de Dakar en compagnie de La Mayenne ce qui permet aux trois contre-torpilleurs de rallier la capitale de l’AOF le 18 janvier sans avoir fait escale. L’entrainement occupe la division du 21 janvier au 5 mars.

Les trois contre-torpilleurs escortent le sous-marin Agosta jusqu’à Brest où ils arrivent tous le 15 mars 1948. Les trois contre-torpilleurs quittent Brest le 16 mars, relâchent à Casablanca du 20 au 23 mars avant de rentrer à Bizerte le 28 mars 1948.

Du 6 au 24 avril, le Hoche et ses compères de la 11ème DCT participent à un exercice à double détente avec la 7ème DCT et l’Emile Bertin. La petite escadre rentre à Bizerte le 26 avril 1948.

Les trois contre-torpilleurs de la 11ème DCT sont en entretien à flot du 27 avril au 5 mai, sortant pour essais et remise en condition du 6 au 13 mai, rentrant le lendemain à Bizerte.

Du 15 mai au 20 juin 1948, Le Hoche accompagné de ses compères Volta et Mogador participent à un exercice commun avec le porte-avions Commandant Teste, le cuirassé Bretagne, le croiseur de bataille Strasbourg, les torpilleurs d’escadre Lansquenet Fleuret L’Eveillé L’Alerte Hussard et Spahi les sous-marins Minerve Junon Cornélie Amirde et les pétroliers Mékong et Tarn.

Le programme était chargé pour ne pas dire copieux avec un exercice de défense aérienne à la mer d’une force navale, la lutte ASM, le raid antisurface au cours duquel le Strasbourg et le Commandant Teste attaquèrent les contre-torpilleurs au canon et avec l’aviation embarqué avant que les contre-torpilleurs et les torpilleurs d’escadre ne tentent d’attaquer les gros.

La force navale occasionnelle exécuta également des tirs contre la terre sur des ilots inhabités du territoire tunisien pour simuler un assaut amphibie. Il termina par un exercice d’escorte de convois composé de deux pétroliers et de deux cargos escortés par les trois contre-torpilleurs et un torpilleur  à l’arrière; le porte-avions, le cuirassé et le croiseur de bataille plus les trois torpilleurs restant formant un groupe de couverture. Le convoi est ainsi attaqué par des sous-marins et des avions basés à terre. La 11ème DCT est de retour à Bizerte le 21 juin 1948.

Le Hoche sort pour une école à feux en compagnie du Volta du 23 juin au 2 juillet, faisant escale à Tunis du 3 au 6 juillet avant de rentrer le lendemain à Bizerte. Le Hoche participe ensuite du 13 juillet au 1er août aux essais à la remise en condition du Mogador. Il est ensuite indisponible du 4 au 24 août, sortant pour essais et remise en condition du 25 août au 5 septembre 1948…….. .