Etats Unis (67) Navires de soutien (2)

Ravitailleurs de destroyers (AD)

Appelés Destroyer Tender dans la langue de Shakespeare, ces navires étaient officiellement destinés à soutenir des divisions, des squadron de destroyers (DesRon) notamment à une époque où les feu Torpedo Boat Destroyer (TBD) avaient les jambes courtes.

Lire la suite

Etats Unis (51) destroyers (11)

USS Philip (DD-496)

USS Philip (DD-498)

-Le USS Philip (DD-496) est mis en service le 8 avril 1945 après vingt-neuf mois de construction, la mise sur cale ayant eu lieu le 3 décembre 1942.

Lire la suite

Etats-Unis (38) croiseurs légers (6)

Croiseurs légers classe Cleveland

USS Cleveland 1943

Avant-propos

Après avoir construit les Brooklyn, les Helena et les Atlanta, les américains s’interrogent sur le futur de leur flotte de croiseurs. Une étude de décembre 1938 prévoit un besoin de 41 croiseurs lourds et de 67 croiseurs légers.

Lire la suite

Etats-Unis (35) croiseurs légers (3)

Croiseurs légers classe Brooklyn

USS Brooklyn 2

USS Brooklyn

Avant propos

Le traité de Washington (1922) avait stoppé la course aux armements entre Washington et Tokyo mais n’avait pas éteint la rivalité entre américains et japonais qui considéraient le Pacifique comme leur zone d’influence naturelle.

Lire la suite

Grande-Bretagne (50) Navires légers (6)

Destroyers légers classe Hunt

Avant-propos

Comme nous l’avons vu à propos des destroyers, les premiers navires armés de torpilles les torpilleurs étaient des navires de petite taille plus comparables à nos vedettes lance-torpilles modernes qu’à nos destroyers.

Prenant rapidement du poids, le torpilleur et son prédateur naturel le destroyer prirent du poids, dépassant très rapidement les 1000 tonnes, le poids moyen d’un destroyer des années trente étant de 1500/1800 tonnes, les contre-torpilleurs français étaient à l’époque hors-normes au point que les anglo-saxons les appelaient Superdestroyer ou small cruiser.

Si la majorité des marines disposaient de destroyers (ou torpilleurs d’escadre) et de torpilleurs, la Royal Navy préféra se concentrer sur des destroyers médians comparables par leurs tonnages à nos Bourrasque, L’Adroit ou Le Hardi.
Les destroyers devant escorter les grandes unités sans oublier d’attaquer les lignes de communication ennemies à la torpille et au canon, il manquait clairement des escorteurs spécialisés ainsi qu’un navire intermédiaire entre le pur escorteur et le destroyer, un navire dont la mission principale est l’escorte mais qui est capable si nécessaire de combattre un ennemi au canon et à la torpille.

C’est l’acte de naissance des destroyers légers de type Hunt, des navires armés de six canons de 102mm en trois tourelles doubles et d’un armement appréciable en torpilles. C’est l’équivalent des Le Fier français.

Vingt-trois Hunt I sont commandés en 1939. Ils sont mis sur cale dans le courant cette année, lancée fin 1940 ou début 1941, les navires étant mis en service en 1942/43.

Neuf autres appartenant au type Hunt II sont commandés en décembre 1939, mis sur cale en septembre 1940 lancés en mars 1942 et mis en service en mai 1943.

Dix autres appartenant au type Hunt III sont commandés en mars 1943, mis sur cale en juin 1944, lancés en septembre 1945 et mis en service en octobre 1946.

Quarante-deux destroyers légers sont donc en service en septembre 1948 dans la Royal Navy. Huit sont commandés par la marine australienne en septembre 1943, construits à l’Arsenal de Cockatoo et mis en service en juin 1947.

Quand le conflit éclate, de nouveaux navires appartenant à un type Hunt IV sont commandés, douze navires, huit pour la marine britannique et quatre finalement revendus à la marine sud-africaine (Royal South African Navy), ces navires couvrant les convois dans l’Océan Indien et dans l’Atlantique Sud.

Comme pour les Flower et les River je ne vais parler ici que des Hunt de la Royal Navy qui remplacent au sein des Destroyer Flottilla les vénérables V&W datant du premier conflit mondial.

Carrière opérationnelle

Type I

Les Hunt furent dessinés à partir des sloops de classe Bittern. La volonté d’un design compact entraina cependant des problèmes de surcharge et de stabilité. Néanmoins vingt-trois Hunt I furent construits pour remplacer les V&W au sein des Destroyer Flottilla.

HMS Atherstone

HMS Atherstone

-Le HMS Atherstone (L05) est mis sur cale aux chantiers navals Cammell Laird de Birkenhead le 8 juin 1939 lancé le 12 septembre 1940 et mis en service le 5 janvier 1942.

Il est affecté à la 11th Destroyer Flottilla stationnée à Portsmouth. En septembre 1948, le destroyer léger était immobilisé pour carénage.

-Le HMS Berkeley (L17) est mis sur cale aux chantiers navals Cammell Laird de Birkenhead le 8 juin 1939 lancé le 8 septembre 1940 et mis en service le 7 janvier 1942.

Tout comme les six premiers Hunt, le Berkeley est affecté à la 11th Destroyer Flottilla stationnée à Portsmouth.
En septembre 1948, le destroyer léger est à la mer pour entrainement. Cet entrainement est interrompu et le destroyer va participer aux opérations de guerre. Pour cela, il va rejoindre la mer du Nord pour protéger les cargos, paquebots et pétroliers transportant le corps expéditionnaire allié.

HMS Cattistock

HMS Cattistock

-Le HMS Cattistock (L35) est mis sur cale aux chantiers navals Yarrow de Scotsoun le 9 juin 1939 lancée le 1er octobre 1940 et mise en service le 7 février 1942.

En septembre 1948, le destroyer léger était à quait. Il va rejoindre la mer du Nord en compagnie de trois de ses sister-ship (Berkeley Eglinton et Exmoor).

-Le HMS Cleveland (L46) est mis sur cale aux chantiers navals Yarrow de Scotsoun le 7 juillet 1939 lancé le 15 octobre 1940 et mis en service le 15 février 1942.

En septembre 1948, le Cleveland affecté à la 11th Destroyer Flottilla était immobilisé pour un grand carénage.

-Le HMS Eglinton (L87) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Tyne le 8 juin 1939 lancé le 7 octobre 1940 et mis en service le 7 mars 1942.

En septembre 1948, le destroyer léger affecté à la 11th Destroyer Flottilla était à la mer pour exercice. A l’annonce des bombardements allemands sur la Norvège et le Danemark, l’Eglinton rallie Portsmouth pour se ravitailler avant de rallier la mer du Nord.

HMS Exmoor

HMS Exmoor

-Le HMS Exmoor (L61) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Tyne le 8 juin 1939 lancé le 21 septembre 1940 et mis en service le 1er mars 1942.

Quand éclate le second conflit mondial, le destroyer de la 11th Destroyer Flottilla était à quai mais ne va pas tarder à appareiller pour rejoindre la mer du Nord et la zone des combats.

-Le HMS Fernie (L11) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown & Company de Clydebank le 8 juin 1939. Victime d’un incendie sur cale le 14 mars 1940, son lancement n’à lieu que le 17 janvier 1941 (trois mois de retard) et mis en service le 4 avril 1942.

Affecté à la 13th Destroyer Flottilla, le destroyer léger est stationné à Gibraltar était à la mer pour entrainement quand éclate le second conflit mondial. Il reste en mer, attendant de nouvelles consignes ou de nouveaux ordres.

Au cas où l’Italie entrerait en guerre, le destroyer léger pourrait pénétrer en Méditerranée pour protéger le trafic commercial ou participer à l’attaque des lignes de communication italiennes depuis Malte ou Bizerte.

HMS Garth

HMS Garth

-Le HMS Garth (L20) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown & Company de Clydebank le 8 juin 1939 lancé le 21 septembre 1940 et mis en service le 12 janvier 1942.

Affecté à Gibraltar au sein de la 13th DF, le destroyer léger était immobilisé pour un grand carénage quand éclate le second conflit mondial. Sa disponibilité n’est pas prévue avant la mi-septembre.

-Le HMS Hambledon (L37) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend-on-tyne le 8 juin 1939 lancé le 5 septembre 1940 et mis en service le 15 janvier 1942.

Affecté à la 13ème flottille de destroyers, le Hunt type I est à quai quand éclate le second conflit mondial. Mis en alerte, il reçoit ordre de se ravitailler en carburant et en munitions et d’attendre la suite des événements.

HMS Holderness

HMS Holderness

-Le HMS Holderness (L48) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend-on-tyne le 29 juin 1939 lancé le 1er octobre 1940 et mis en service le 15 mars 1942, mise en service retardé par une avarie de turbine.

Comme son sister-ship Hambledon, le Holderness était à quai le 5 septembre 1948, venant de rentrer la veille d’une escale dans la ville internationale de Tanger.

-Le HMS Cotswold (L54) est mis sur cale aux chantiers navals Yarrow de Scotstoun le 11 octobre 1939 lancé le 14 février 1941 et mis en service le 4 mai 1942.

Affecté à la 13th Destroyer Flottilla (13th DF), le Cotswold était immobilisé pour un entretien à flot quand éclate le second conflit mondial.

HMS Cottesmore

HMS Cottesmore

-Le HMS Cottesmore (L78) est mis sur cale aux chantiers navals Yarrow de Scotstoun le 12 décembre 1939 lancé le 4 avril 1941 et mis en service le 1er juillet 1942.

Le 5 septembre 1948, le destroyer léger était à quai à Gibraltar.

*
**

HMS Mendip

HMS Mendip

-Le HMS Mendip (L60) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend-on-tyne le 10 août 1939 lancé le 2 décembre 1940 et mis en service le 2 juillet 1942.
Il est affecté à la 14th Destroyer Flottilla, remplaçant à Portsmouth les vénérables destroyers type V&W transformés pour certains en escorteurs.
Le 5 septembre 1948, le destroyer léger était à la mer pour entrainement. Il reçoit l’ordre de regagner son port d’attache pour remise en état et ravitaillement en carburant, vivres et munitions. Il se tient prêt à toute éventualité.
-Le HMS Meynell (L82) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend-on-tyne le 10 août 1939 lancé le 5 décembre 1940 et mis en service le 27 juin 1942.
Quand éclate le second conflit mondial, le destroyer léger était à quai, attendant la suite des événements.

HMS Pytchley

HMS Pytchley

-Le HMS Pytchley (L92) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts de Greenock le 26 juillet 1939 lancé le 1er décembre 1940 et mis en service le 7 juillet 1942.
Affecté lui aussi à la 14ème flottille de destroyers, le HMS Pytchley était le 5 septembre 1948 à quai, attendant la suite des événements.
-Le HMS Quantock (L58) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts de Greenock le 26 juillet 1939 lancé le 1er décembre 1940 et mis en service le 7 juillet 1942.

Le 5 septembre 1948, le destroyer léger était immobilisé pour un carénage dont l’achèvement est prévu pour la fin septembre même si le déclenchement du second conflit mondial pourrait accélérer les travaux.

HMS Quorn

HMS Quorn

-Le HMS Quorn (L66) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White de Cowes le 26 juillet 1939 lancé le 12 décembre 1940 et mis en service le 21 juin 1942.
Affecté à la 14th Destroyer Flottilla , le destroyer était en mer pour une patrouille en Manche.

HMS Southdown

HMS Southdown

-Le HMS Southdown (L25) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White de Cowes le 22 août 1939 lancé le 12 décembre 1940 et mis en service le 27 juin 1942. Le 5 septembre 1948, le destroyer léger était immobilisé pour un grand carénage qui devait s’achever à la mi-octobre.

*
**

HMS Tynedale

HMS Tynedale

-Le HMS Tynedale (L96) est mis sur cale aux chantiers navals Stephens de Linthouse le 27 juillet 1939 lancé le 15 décembre 1940 et mis en service le 14 mars 1942.

Il est affecté à la 15th Destroyer Flottilla qui depuis Devonport est chargée de la sécurité des Western Approaches par des patrouilles et par l’escorte des convois arrivant d’outre-Atlantique.

Le 5 septembre 1948, le destroyer léger était immobilisé pour un grand carénage qui ne devait s’achever que la fin du mois d’octobre mais avec le déclenchement de la guerre, il est probable que les travaux seront accélérés ou que certains travaux d’entretien non essentiels/non urgents seront reportés pour permettre au navire d’être disponible le plus rapidement possible.

-Le HMS Whaddon (L45) est mis sur cale aux chantiers navals Stephens de Linthouse le 27 juillet 1939 lancé le 17 octobre 1940 et mis en service le 2 février 1942.

Affecté à la 15ème flottille de destroyers, le Whaddon était à quai quand les allemands déclenchent l’opération Weserübung.

HMS Blankney

HMS Blankney

-Le HMS Blankney (L30) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown de Clydebank le 18 septembre 1940 lancé le 4 février 1942 et mis en service le 8 novembre 1942.

Affecté lui aussi à la 15ème flottille de destroyers, il était à quai quand débute la première conflit du second conflit mondial.

-Le HMS Blencathra (L24) est mis sur cale aux chantiers navals Cammell Laird de Birkenhead le 18 novembre 1939 lancé le 14 janvier 1941 et mis en service le 2 février 1942.

Le 5 septembre 1948, le destroyer léger était immobilisé pour un grand carénage prévu pour s’achever début octobre.

HMS Brocklesby

HMS Brocklesby

-Le HMS Brocklesby (L42) est mis sur cale aux chantiers navals Cammell Laird de Birkenhead le 14 décembre 1939 lancé le 2 février 1941 et mis en service le 18 mai 1942.

Affecté à la 15ème flottille de destroyers, le vingt-troisième et dernier Hunt type I était en mer pour exercice quand le second conflit mondial éclate. L’entrainement est annulé et le destroyer rentre à Devonport pour recompléter ses soutes.

Type II

Les type I se révèlèrent trop chargés dans les eaux et assez instables. La situation était telle qu’on envisagea de reconstruire les derniers type I avant finalement de les alléger et d’améliorer leur ballastage. Cela résolu une partie des problèmes mais pas tout.

Très rapidement, un modèle amélioré, le Hunt type II est mis au point. Il se caractérise par une coque élargie qui va rendre les destroyers légers nettement meilleurs.

Neuf navires type Hunt II vont être construits. Ils vont être répartis entre la 15th Destroyer Flottilla (un navire), la 16th Destroyer Flottilla (six navires) et la 17th Destroyer Flottilla avec deux navires.

Ils sont commandés en décembre 1939, mis sur cale en septembre 1940 lancés en mars 1942 et mis en service en mai 1943.

HMS Avon Vale

HMS Avon Vale

-Le HMS Avon Vale (L06) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown de Clydebank le 15 septembre 1940 lancé le 1er mars 1942 et mis en service le 2 mai 1943.

Il est affecté à la la 15th Destroyer Flottilla stationné à Devonport, le navire étant à quai le 5 septembre 1948.

Dès le 7, décision est prise de redéployée la flottille à Chatham pour lui permettre de participer aux opérations au large de la Norvège.

-Le HMS Zetland (L-59) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown de Clydebank le 10 septembre 1940 lancé le 5 mars 1942 et mis en service le 1er mai 1943.

Il est affecté à la 16th Destroyer Flottilla, flottille de destroyer stationnée à Portsmouth et le 5 septembre 1948, le destroyer était à quai, attendant la suite des événements.

-Le HMS Tetcott (L-99) est mis sur cale aux chantiers navals Cammell Laird de Birkenhead le 21 septembre 1940 lancé le 15 mars 1942 et mis en service le 8 mai 1943.

Affecté à la 16th Destroyer Flottilla, le destroyer était immobilisé pour un grand carénage quand le second conflit mondial débute. Sa disponibilité est prévu pour la fin du mois de septembre.

-Le HMS Southwold (L10) est mis sur cale aux chantiers navals Cammell Laird de Birkenhead le 19 septembre 1940 lancé le 10 mars 1942 et mis en service le 4 mai 1943.

Affecté lui aussi à la 16ème flottille de destroyer, le quatrième type II était à la mer pour entrainement quand les allemands envahissent la Norvège et le Danemark. L’entrainement est annulé et le destroyer léger rallie son port d’attache pour se ravitailler et être ainsi prêt à toute éventualité.

HMS Chiddingfold

HMS Chiddingfold

-Le HMS Chiddingfold (L31) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts de Greenock le 21 septembre 1940 lancé le 30 mars 1942 et mis en service le 15 mai 1943.

Affecté à la 16th Destroyer Flottilla, le destroyer était à quai quand le second conflit mondial éclate.

-Le HMS Cowdray (L52) est mis sur cale aux chantiers navals Scotts de Greenock le 27 septembre 1940 lancé le 23 mars 1942 et mis en service le 10 mai 1943.
Affecté à la 16ème flottille de destroyers, le navire était immobilisé pour un grand carénage, ne devant être disponible qu’en octobre.

-Le HMS Croome (L62) est mis sur cale aux chantiers navals Alexander Stephens & Sons le 30 septembre 1940 lancé le 28 mars 1942 et mis en service le 17 mai 1943.

Le 5 septembre 1948, le navire est à quai, attendant la suite des événements.

HMS Dulverton

HMS Dulverton

-Le HMS Dulverton (L63) est mis sur cale aux chantiers navals Alexander Stephens & Sons le 20 septembre 1940 lancé le 18 mars 1942 et mis en service le 10 mai 1943.

Il est affecté à la 17th Destroyer Flottilla (17th DF) stationné à Devonport. En septembre 1946, la flottille est transférée en Méditerranée avec Malte pour stationnement.

Le 5 septembre 1948, le destroyer léger est à quai et on attend la réaction des italiens avant de savoir quelle attitude adopter.

-Le HMS Eridge (L68) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend-on-Tyne le 27 septembre 1940 lancé le 23 mars 1942 et mis en service le 14 mai 1943.

Affecté à la 17th DF, le destroyer léger était à la mer pour entrainement. A l’annonce des bombardements allemands sur la Scandinavie, l’Eridge déployé en Méditerranée rentre à Malte pour se ravitailler.

Type III

Dix autres navires appartenant au type Hunt III sont commandés en mars 1943, mis sur cale en juin 1944, lancés en septembre 1945 et mis en service en octobre 1946.

Ces navires ne sont guère différents des type II, la coque est légèrement allongé mais à part cela, il est bien difficile de distinguer un type II d’un type III.

Ces dix navires sont répartis entre la 17th Destroyer Flottilla de Malte (quatre navires) et la 20th Destroyer Flottilla qui dispose de six type III.

-Le HMS Airedale (L07) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown Shipbuilding & Engineering Company le 7 juin 1944 lancé le 2 septembre 1945 et mis en service le 8 octobre 1946.

Le 5 septembre 1948, le destroyer léger était à quai attendant la suite des événements notamment l’attitude des italiens face à l’attaque allemande en Scandinavie.

HMS Albrighton

HMS Albrighton

-Le HMS Albrighton (L12) est mis sur cale aux chantiers navals John Brown Shipbuilding & Engineering Company le 5 juin 1944 lancé le 4 septembre 1945 et mis en service le 10 octobre 1946.

Le 5 septembre 1948, le destroyer léger était en mer pour entrainement. A l’annonce des bombardements allemands,il rentre à Malte pour se ravitailler en carburant et en munitions.

-Le HMS Aldenham (L22) est mis sur cale aux chantiers navals Cammell Laird de Birkenhead le 15 juin 1944 lancé le 10 septembre 1945 et mis en service le 21 octobre 1946.

Le 5 septembre 1948, le navire était immobilisé pour un entretien à flot (aériens des radars, artillerie, travaux de peinture) mais sa disponibilité sera rapide.

-Le HMS Belvoir (L32) est mis sur cale aux chantiers navals Cammell Laird de Birkenhead le 25 juin 1944 lancé le 13 septembre 1945 et mis en service le 19 octobre 1946.

Le 5 septembre 1948, le destroyer léger était à quai.

-Le HMS Blean (L42) est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie le 17 juin 1944 lancé le 7 septembre 1945 et mis en service le 8 octobre 1946.

Affecté à la 20th Destroyer Flottilla (20th DF) et stationné à Portland et le 5 septembre 1948, le destroyer léger était à quai

-Le HM Bleasdale (L50) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-Furness le 10 juin 1944 lancé le 4 septembre 1945 et mis en service le 4 octobre 1946.

Affecté à la 20ème flottille de destroyers, il était lui aussi à quai quand le second conflit mondial éclate.

-Le HMS Bolebroke (L65) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend le 29 juin 1944 lancé le 15 septembre 1945 et mis en service le 11 octobre 1946.

Affecté à la 20ème flottille de destroyers, le destroyer léger était à la mer pour entrainement quand le second conflit mondial éclate. L’exercice est annulé et le destroyer léger rentre à Portland pour se ravitailler.

-Le HMS Border (L67) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend le 25 juin 1944 lancé le 13 septembre 1945 et mis en service le 9 octobre 1946.

Affecté à la 20th Destroyer Flottilla (20th DF), le Border était immobilisé pour entrainement à flot, sa disponibilité étant prévu pour la mi-septembre.

-Le HMS Catterick (L81) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-furness le 21 juin 1944 lancé le 9 septembre 1945 et mis en service le 9 octobre 1946.

Affecté lui aussi à la 20th Destroyer Flottilla de Portland, le destroyer léger était à quai et attendait la suite des événements.

HMS Derwent

HMS Derwent

-Le HMS Derwent (L83) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-furness le 21 juin 1944 lancé le 9 septembre 1945 et mis en service le 9 octobre 1946.

Affecté à la 20ème flottille de destroyers, le destroyer léger était à la mer pour entrainement quand le second conflit mondial éclate. L’exercice est annulé et le destroyer léger rentre à Portland pour se ravitailler.

Caractéristiques Techniques

Type I

Déplacement : 1020 tonnes standard 1360 tonnes pleine charge

Dimensions : longueur 85m largeur 8.8m tirant d’eau 3.27m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par deux chaudières Amirauté dévellopant 19000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 27.5 nœuds (26 nœuds à pleine charge) distance franchissable 3500 miles nautiques à 15 nœuds 1000 miles nautiques à 26 nœuds

Armement : quatre canons de 4 pouces (102mm) en deux affûts doubles (un avant et un arrière), un affût quadruple Pom-Pom, deux canons de 20mm, quarante charges de profondeur avec deux projecteurs et un grenadeur de sillage

Equipage : 146 officiers et marins

Type II

Déplacement : standard 1050 tonnes pleine charge 1430 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 85.34m (80.46m entre perpendiculaires) largeur 9.54m tirant d’eau 2.36m

Propulsion : deux groupes de turbines Parsons alimentées en vapeur par deux chaudières Amirauté dévellopant 19000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 27 nœuds (25 nœuds pleine charge) distance franchissable 2560 miles nautiques à 20 nœuds 1100 miles nautiques à 25.5 nœuds

Armement : six canons de 102mm (4 pouces) en trois affûts doubles (un avant et deux arrières), un Pom-Pom quadruple, deux canons de 20mm et 110 charges de profondeur

Equipage : 9 officiers et 155 hommes d’équipage

Type III

Déplacement : standard 1050 tonnes pleine charge 1545/1630 tonnes

Dimensions : longueur 85.30m largeur 9.60m tirant d’eau 3.04m (pleine charge)

Propulsion : deux groupes de turbines Parsons alimentées en vapeur par deux chaudières Amirauté dévellopant 19000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 27 nœuds (25 nœuds à pleine charge) distance franchissable 2400 miles nautiques à 20 nœuds 1050 miles nautiques à 25.5 nœuds

Armement : quatre canons de 102mm (4 pouces) en deux affûts doubles (un avant un arrière) un affût quadruple Pom-Pom, trois canons de 20mm, deux tubes lance-torpilles de 533mm, 100 charges de profondeur (70 en pratique) avec deux mortiers

Equipage : 9 officiers et 159 hommes d’équipage

Grande-Bretagne (30) Croiseurs lourds (1)

CROISEURS LOURDS

Avant-propos

La majorité des systèmes d’armes sont issue d’une évolution lente et rapide sous l’influence du retour d’expérience et de l’amélioration des techniques et des technologies. Il existe pourtant des générations spontanées, des systèmes d’armes apparus sans longue préparation.

C’est le cas des croiseurs lourds, des heavy cruiser, des croiseurs de 1ère classe, des navires de 8 à 10000 tonnes armés d’un nombre variable de canons de 203mm ou 8 pouces pour suivre les mesures anglo-saxonnes.
A l’origine de cette “génération spontanée” figure le traité de Washington signé le 6 février 1922 après trois mois de réunion.
La conférence de Washington s’est réunie en novembre 1921 à l’initiative de la Grande Bretagne incapable de suivre le rythme imposé par le Japon et les Etats Unis engagés dans une course au cuirassé/croiseur de bataille pour contrôler le Pacifique.
Ce premier traité de limitation des armements navals interdit sauf exception la construction de cuirassés, le cuirassé étant définit comme un navire de plus de 10000 tonnes armés de canons de 203 à 406mm.
Toutes les marines majeures et certaines marines secondaires comme la marine espagnole vont construire des croiseurs lourds armés de six à dix canons de 203mm en tourelles doubles.
Les premiers croiseurs lourds sont des navires rapides, lourdement armés et peu protégés. Un navire étant souvent un compromis imparfait entre vitesse, armement et protection, cette première génération de croiseurs lourds à sacrifié la protection au profit des deux autres facteurs.
La seconde génération revient à de plus sages proportions avec une vitesse moins élevée, une protection plus sérieuse et un armement moins important (un ou deux canons de 8 pouces en moins).
Et la Grande-Bretagne dans tout ça ? Le croiseur lourd à été en partie conçu en partant des croiseurs lourds de classe Hawkins.

Les Hawkins (ici le navire éponyme) étaient armés de sept canons de 190mm

Les Hawkins (ici le navire éponyme) étaient armés de sept canons de 190mm

Ces cinq croiseurs (quatre achevés comme croiseurs, un cinquième achevé en porte-avions léger) armés de sept canons de 190mm en affûts simples sous masque ont été construits pour lutter contre les croiseurs auxiliaires allemands s’attaquant aux navires alliés sur les océans même si les croiseurs furent mis en service après guerre.
Pour éviter de mettre à la casse ces navires, les britanniques réussirent à obtenir que ces navires servent de base de calcul pour ces nouveaux navires.
En dépit de cela, les croiseurs lourds ne furent jamais aimés par les britanniques. Ils étaient trop gros, trop chers pour leurs besoins très importants.
Si les américains et les japonais avaient besoin de navires lourds pour la “bataille décisive” imaginée par les belligérants pour le contrôle du Pacifique, les britanniques avaient besoin de navires nombreux et endurants pour patrouiller sur les routes commerciales interminables reliant la métropole aux colonies et aux dominions.
Résultat après la construction de quinze navires (treize type County et deux de classe York), les britanniques cessent de construire des croiseurs lourds privilégiant les croiseurs légers.

Seulement voilà, les autres pays continuent de construire des croiseurs lourds. Comme il était hors de question que la Royal Navy se retrouve en infériorité, la construction de croiseurs lourds est reprise avec huit croiseurs lourds classe Admiral (six seulement en service en septembre 1948).
Croiseurs lourds classe Hawkins

Traquer les raiders allemands

A l’origine des Hawkins figure un projet de 1912 baptisé “Atlantic Cruiser” (croiseur Atlantique), des navires devant être armées de canons de 190 et de 152mm pour contrer les croiseurs allemands censés être armés de canons de 170mm.
Ce projet n’aboutit pas et les nouveaux croiseurs sont d’abord conçus comme une version dérivée des Town.
Quand le premier conflit mondial éclate, les allemands lancent une guerre de course contre le trafic commercial britannique avec des croiseurs auxiliaires. La Royal Navy ressentit le besoin de croiseurs rapides à long rayon d’action plus que de croiseurs cuirassés ou de croiseurs protégés, des concepts de toute façon obsolètes.
Les futurs Hawkins furent des croiseurs légers élargis pour recevoir un armement principal finalement unique avec sept canons de 190mm (7.5 pouces).
Cinq croiseurs de ce type furent commandés mais seulement quatre furent achevés comme croiseurs, le cinquième étant achevé comme porte-avions léger.
Arrivés trop tard pour participer au premier conflit mondial, les Hawkins furent sauvés du ferraillage en servant de base de calcul pour les limites du traité de Washington, les croiseurs type Washington étant issus des Hawkins.
Ces navires sont en service en septembre 1939 mais ne le seront plus neuf ans plus tard, étant en réserve prêts à être réarmés si besoin est.
Carrière opérationnelle

Le HMS Hawkins

Le HMS Hawkins

-Le HMS Hawkins est mis sur cale à l’Arsenal de Chatham le 3 juin 1916 lancé le 1er octobre 1917 et mis en service le 19 juillet 1919.
Après avoir passé la première partie de sa carrière en Extrême-Orient, le Hawkins rentre en métropole pour subir une refonte. Il est ensuite mis en réserve de mai 1930 à 1932, réarmé pour servir à l’East Indies Station jusqu’en avril 1935 quand il est mis en réserve.

Il est ensuite transformé en navire-école pour permettre à la Royal Navy de respecter le traité de Londres qui interdisait pendant une certaine période la construction de tout croiseur ayant des canons d’un calibre supérieur à 155mm.

Quand la guerre de Pologne, décision est prise de le réarmer pour des patrouilles anti-raider mais le conflit s’achève avant que les travaux soient menés à terme. Il reste navire-école pour la formation des marins et des futurs officiers, opérant depuis Chatham.
Il est à nouveau mis en réserve en septembre 1947 avec un noyau d’équipage mais son réarmement est hautement hypothétique.

Le HMS Raleigh

Le HMS Raleigh

-Le HMS Raleigh est mis sur cale aux chantiers navals William Beardmore & Company de Dalmuir le 4 octobre 1916 lancé le 28 août 1919 et mis en service en juillet 1921.
Sa carrière est extrêmement brève puisqu’il est perdu par échouage le 8 août 1922 sur les côtes du Labrador. L’épave est démolie sur place en septembre 1926.

Le HMS Frobisher

Le HMS Frobisher

-Le HMS Frobisher est mis sur cale à l’Arsenal de Devonport le 2 août 1916 lancé le 20 mars 1920 et mis en service le 3 octobre 1924.
Il est affecté en Méditerranée de 1924 à 1926 puis à la China Station en 1926 avant un carénage en 1927 suivit d’un second en 1929. En novembre 1930, il est mis en réserve puis transformé en navire-école, rôle qui l’occupe de 1932 à 1939. Durant la guerre de Pologne, il est déployé dans l’Océan Indien pour servir d’escorteur et lutter contre les raiders allemands.
Le conflit terminé, il subit un grand carénage de mars 1940 à janvier 1941 avant de redevenir navire-école avec Devonport comme port d’attache. Il assure ce rôle jusqu’en mars 1948 quand il est mis en réserve. Son réarmement est très hypothétique.

Le HMS Effingham

Le HMS Effingham

-Le HMS Effingham est mis sur cale à l’Arsenal de Portsmouth le 2 avril 1917 lancé le 8 juin 1921 et mis en service le 9 juillet 1925.
De 1925 à 1932, il sert en Extrême-Orient avant de rentrer en Métropole où il est réduit au statut de navire de réserve. En 1937/38, il est transformé en croiseur léger avec neuf canons de 6 pouces en remplacement de ses canons de 7.5 pouces.

Durant la guerre de Pologne, il patrouille en mer du Nord à la recherche de croiseurs auxiliaires et de raiders allemands. Le conflit terminé, il sert de navire-école au profit des réservistes jusqu’en septembre 1948.
Quand le second conflit mondial, décision est prise de le maintenir en service. Il rallie donc l’Arsenal de Rosyth pour subir une importante refonte. Il manque donc la campagne de Norvège même si un bombardement allemand l’endommage (une bombe de 250kg à l’avant, souffle et éclats causé par une autre bombe tombée à proximité) le 9 septembre 1948.

Le HMS Vindictive

Le HMS Vindictive

Le cinquième croiseur de classe Hawkins baptisé Cavendish va finalement être achevé comme porte-avions.
Il est mis sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 26 juin 1916. Lancé le 17 janvier 1918, il est rebaptisé Vindictive le 29 juin 1918 et mis en service comme porte-avions en octobre 1928.

Le Vindictive est à nouveau transformé en croiseur en 1923/25, est déployé en 1926 en Extrême-Orient avant de revenir en métropole en mars 1928. Il est mis en réserve en 1929 mais réarmé occasionnellement. En 1936/37, il devient navire-école pour respecter les limitations du traité de Londres.
Il à nouveau transformé, cette fois en navire-atelier en 1940 mais en 1946, il intègre le Training Squadron stationné à Portsmouth en compagnie notamment du HMS Emerald et du HMS Commander Edward Dunning.

Caracteristiques Techniques
Déplacement : standard 9750 tonnes pleine charge 12190 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 184m (172m entre perpendiculaires) largeur 18m tirant d’eau 5.26m

Propulsion : quatre groupes de turbines Parson ou Brown-Curtis sur les Frobisher et Effingham alimentées en vapeur par dix chaudières Yarrow dévellopant 70000ch et entrainant quatre hélices.

Performances : vitesse maximale 31 noeuds (30 noeuds pour le Hawkins) distance franchissable 5400 miles nautiques à 14 noeuds

Protection : ceinture blindée de 76mm au milieu du navire pont blindé 20mm bouclier 20 à 40mm

Armement : sept canons de 7.5 pouces (190mm) en affûts simples sous bouclier, trois canons de 4 pouces (sauf le Hawkins qui disposait de quatre canons de 76mm), quatre canons de 3 pouces supplémentaires pour le Hawkins et pour les autres, deux Pom-Pom simples et six tubes lance-torpilles de 533mm (deux sous-marins et quatre de surface)

Aviation : aucune sauf pour le Vindictive

Equipage : 712 officiers et marins (750 en navire-amiral)

Croiseurs lourds classe County

Genèse

Du temps de la marine à voile, aux côtés des escadres de navires de ligne, véritables forêts de bois, de toile et de cordages armées par des milliers d’hommes figuraient des navires plus petits comme les bricks ou les frégates. Ces dernières qui pouvaient être solidement armées (comme les frégates à 44 canons de la Continental Navy) étaient chargées des liaisons, de la protection du trafic commercial et de l’attaque du trafic ennemi.
L’apparition de la construction en fer associé à la vapeur provoqua la mutation de la frégate en croiseur, ce groupe donnant naissance à différentes espèces, des croiseurs-éclaireurs, des croiseurs protégés, des croiseurs cuirassés.
Cette dernière catégorie dont la France peut en revendiquer légitimement la paternité est l’ancètre directe des croiseurs lourds type Washington, la vitesse en moins, les armoured cruiser étant lents là où les heavy cruiser étaient rapides et véloces.

Ce type de navire ne fût jamais considéré comme satisfaisant, jugé trop gros pour la Royal Navy pour patrouiller sur ses interminables lignes de communication et trop peu puissant pour les américains et les japonais, l’US Navy surnomant ses croiseurs lourds « Thinclad Battleship » ou cuirassés en fer blanc.
Néanmoins une règle dans le domaine militaire impose de s’équiper d’un matériel si au moins une armée en possède. Comme le Japon à été le premier à construire des croiseurs lourds, les autres marines doivent suivre ce chemin en dépit de leur répugnance.
La classe County va se composer au final de treize navires répartis en trois sous-classes, le type Kent (sept navires), le type London (quatre navires) et le type Norfolk composé de deux seulement deux navires, la crise économique de 1929 ayant annulé la construction de deux autres navires baptisés Northumberland et Surrey. A noter que sur ces treize navires, deux furent construits pour la marine australienne mais ils étaient déployés sous commandement de la marine britannique.

Carrière opérationnelle

Type Kent

Le HMS Kent

Le HMS Kent

-Le HMS Kent est mis sur cale à l’Arsenal Royal de Chatham (Kent) le 15 novembre 1924 lancé le 16 mars 1926 et admis au service actif le 25 juin 1928.

Il est affecté à la China Station future British Eastern Fleet formant le 5th Cruiser Squadron en compagnie du Cornwall, du Dorsetshire et un temps du croiseur léger Birmingham jusqu’à ce que soit prise la décision de créer des divisions homogènes.

Le premier croiseur lourd de classe County effectue toute sa carrière en Extrême-Orient, ne revenant en métropole pour les grandes refontes en 1937/38 puis en 1943/44.

A noter que durant la guerre de Pologne, il est affecté au 4th Cruiser Squadron pour renforcer la puissance de cette division traquant les raiders allemands et protégeant les convois transitant par l’Océan Indien.

Le HMS Kent est désarmé le 8 octobre 1946. Il est remplacé au sein du 5th Cruiser Squadron par le London. Le croiseur lourd rentre en métropole au printemps 1947 et va servir de ponton-école à Portsmouth.

Le HMS Suffolk

Le HMS Suffolk

-Le HMS Suffolk est mis sur cale à l’Arsenal de Portsmouth le 30 septembre 1924 lancé le 16 février 1926 et admis au service actif le 31 mai 1928.

Affecté en Extrême-Orient, le navire est surpris par la guerre de Pologne alors qu’il est en refonte à l’Arsenal de Portsmouth. Les travaux sont achevés fin septembre mais il n’est pas opérationnel avant le mois d’octobre.

A l’origine il était prévu de le renvoyer en Asie mais au final on décide de le réaffecter à la Home Fleet et de le baser à Devonport près de Devonport dans le sud de l’Angleterre au sein du 10th Cruiser Squadron composé également des croiseurs lourds Norfolk et London.

Il aurait du subir une grande refonte mais après la mise en servir du Cornwallis (premier croiseur lourd de classe Admiral), il est désarmé le 4 septembre 1946. En mauvais état, il coule suite à une tempête à Devonport.

L’épave gênant la navigation, elle est immédiatement relevée, échouée sur une plage et démantelée entre juin et septembre 1947.

Le HMS Cornwall

Le HMS Cornwall

-Le HMS Cornwall est mis sur cale à l’Arsenal de Devonport le 9 octobre 1924 lancé le 11 mars 1926 et admis au service actif le 8 mai 1928.

A son admission au service actif, le Cornwall fût affecté à la China Station jusqu’en 1936 quand il regagna la Grande Bretagne pour une grande refonte achevée en 1938 suivit d’une réaffectation au sein du 2nd Cruiser Squadron en Amérique latine.

En 1939 cependant, il est de nouveau affecté à la China Station au sein du 5th Cruiser Squadron composé outre du Cornwall, des croiseurs lourds Kent et Dorsetshire et du croiseur léger Birmingham.
A la déclaration de guerre en septembre 1939, le Cornwall fût affecté à la force I composée également du croiseur lourd Dorsetshire et du porte-avions Eagle pour des missions de patrouilles anti-raiders dans l’Océan Indien notamment contre le cuirassé de poche Admiral Graf Spee.

Le conflit terminé, il retourne en Extrême Orient, étant stationné à partir de 1945 à Alor Setar en Malaisie, toujours intégré au 5th Cruiser Squadron en compagnie du Kent et Dorsetshire.

Comme ses sister-ship Kent Suffolk et Cumberland, le Cornwall est désarmé le 8 mars 1947. Il est ramené en métropole en février 1948. Mouillé à Rosyth, il va servir de ponton de DCA, les tourelles de 203mm étant remplacés par des pièces de DCA.

Le HMS Cumberland

Le HMS Cumberland

-Le HMS Cumberland est mis sur cale aux chantiers navals Vickers-Armstrong de Barrow-in-Furness le 18 octobre 1924 lancé le 16 mars 1926 et admis au service actif le 23 février 1928.

Il est d’abord affecté au 5th Cruiser Squadron puis après un carénage en Grande Bretaggne en 1938 est déployé en Amérique du Sud en compagnie du croiseur lourd Exeter et du croiseur léger Ajax au sein d’un 2nd Cruiser Squadron.

Au printemps 1940, on forme un 11th Cruiser Squadron avec le Cumberland et l’Exeter. Ils sont stationnés aux Bermudes pour couvrir l’Atlantique et les Caraïbes.

En mauvais état matériel, il est désarmé le 4 juin 1944 et remplacé au sein de l’unité par le Devonshire (en attendant l’arrivée du Sussex). Il devait rallier la métropole en septembre 1948 mais suite au déclenchement de la guerre, le rapatriement est suspendu.

Le HMS Berwick

Le HMS Berwick

-Le HMS Berwick est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding & Engineering Company de Govan le 15 septembre 1924 lancé le 30 mars 1926 et mis en service le 12 juillet 1927.

Il est affecté successivement en Extrême-Orient puis en Méditerranée avant une refonte en 1937/38 en métropole. Il est ensuite redéployé au sein 8th Cruiser Squadron déployé au sein de l’American & West Indies Squadron en compagnie des croiseurs Orion York et Perth.

La guerre de Pologne terminée, le croiseur lourd resté déployé dans les Bermudes avant d’être redéployé à partir de 1945 à Freetown au sein de la West African Station en compagnie du croiseur lourd York. Ces deux croiseurs sont ultérieurement rejoints par le Shropshire venus de Méditerranée.

Il subit une refonte à Gibraltar en 1946/47 et quand le second conflit mondial éclate, le croiseur lourd va donner la chasse aux croiseurs auxiliaires et autres raiders allemands.

Le HMAS Australia à Sydney

Le HMAS Australia à Sydney

-Le HMAS Australia est mis sur cale aux chantiers navals John Brown de Clydebank le 26 août 1925 lancé le 17 mars 1927 et mis en service le 24 avril 1928.

Durant la guerre de Pologne, il est placé sous l’autorité de la Royal Navy et notamment de l’India Station pour couvrir le passage en Méditerranée de convois amenant au Moyen-Orient des troupes australiennes (deux divisions, l’envoi d’une troisième annulé avant l’appareillage. Ces deux divisions sont rentrées en Australie en 1940).

Le conflit terminé, il est à nouveau remis sous le contrôle de la Royal Australian Navy (RAN) qui le modernise (après avoir envisagé son remplacement par un croiseur lourd type Baltimore) entre 1944 et 1945 à l’Arsenal de Cockatoo près de Sydney.

Quand le second conflit mondial éclate, le croiseur reste sous l’autorité de la RAN et se prépare à escorter d’éventuels convois traversant l’Océan Indien.

Le HMAS Canberra

Le HMAS Canberra

-Le HMAS Canberra est mis sur cale aux chantiers navals John Brown de Clydebank le 9 septembre 1925 lancé le 31 mai 1927 et mis en service actif le 9 juillet 1928.

Durant la guerre de Pologne, il traque dans l’Océan Indien les raiders allemands mais échoua à retrouver les croiseurs auxiliaires Atlantis et Penguin.

A la différence de son sister-ship, il est toujours resté sous l’autorité de la RAN. En septembre 1948, il est immobilisé depuis juin 1947 pour une importante refonte : remise en état de l’appareil propulsif, renforcement de la coque qui donnait des signes de fatigue, embarquement de radars, changement de la catapulte, renforcement de la DCA. Il ne sera de nouveau opérationnel qu’en novembre 1948 avec le statut de navire-amiral de la Royal Australian Navy.

Type London

Le HMS London

Le HMS London

-Le HMS London est mis sur cale à l’Arsenal de Portsmouth le 23 février 1926 lancé le 14 septembre 1927 et mis en service le 31 janvier 1929.

Il est d’abord affecté en Méditerranée au sein du 1st Cruiser Squadron puis subit de mars 1939 à mars 1941 une refonte à l’Arsenal de Chatham. Les travaux terminés, il est affecté au 10th Cruiser Squadron stationné à Devonport, unité qu’il forme avec ses sister-ship Suffolk et Norfolk. Il subit une nouvelle refonte entre septembre 1945 et juin 1946.

Suite à la réorganisation des Cruiser Squadron, le London est redéloyé en Extrême-Orient au sein du 5th CS en compagnie du Dorsetshire et du Norfolk.

Le HMS Devonshire en 1940

Le HMS Devonshire en 1940

-Le HMS Devonshire est mis sur cale à l’Arsenal de Portsmouth le 16 mars 1926 lancé le 22 octobre 1927 et mis en service actif le 18 mars 1929

Au début de sa carrière, il est affecté au 1st Cruiser Squadron déployé en Méditerranée et ce jusqu’en 1932. Après un déploiement en Extrême-Orient en 1932/33, il retrouve la Méditerranée où il va servir durant la guerre de Pologne.

Il subit une refonte à l’Arsenal de Devonport entre mai 1941 et octobre 1942, les travaux portant sur un renforcement des structures, la remise en état de la propulsion, l’installation de radars et le renforcement de la DCA.

Après un nouveau carénage entre juin 1944 et septembre 1945, le Devonshire quitte la Méditerranée et le 1st Cruiser Squadron pour rallier le 11th CS déployé aux Antilles au sein de l’American & West Indies Station.

Le HMS Shropshire en 1930

Le HMS Shropshire en 1930

-Le HMS Shropshire est mis sur cale aux chantiers navals William Beardmore & Company Ltd de Dalmuir le 1er février 1927 lancé le 5 juillet 1928 et mis en service le 12 septembre 1929.

Ce croiseur lourd va effectuer une bonne partie de sa carrière en Méditerranée au sein du 1st Cruiser Squadron, la seule exception étant la guerre de Pologne où il va patrouiller dans l’Océan Indien pour traquer les navires allemands et une refonte à Devonport de novembre 1942 à mars 1944 pour des travaux similaires à ceux de son sister-ship Devonshire.

En septembre 1945 après un bref passage en Méditerranée, il rallie le 8th Cruiser Squadron et les croiseurs lourds Berwick et York qui venaient de quitter les Antilles pour l’Afrique de l’Ouest et la West African Station.

Le HMS Sussex

Le HMS Sussex

-Le HMS Sussex est mis sur cale aux chantiers navals R. & W. Hawthorn Leslie & Company Ltd sis à Hebburn-on-Tyne le 1er février 1927 lancé le 22 février 1928 et mis en service le 19 mars 1929.

Le dernier croiseur lourd type London est déployé en Méditerranée jusqu’en 1934 puis en Océanie au sein de l’Australia Squadron jusqu’en 1936, date à laquelle il retourne en Méditerranée. Il participe dans l’Atlantique à la guerre de Pologne.

Si le conflit s’était prolongé, le croiseur lourd aurait été déployé au sein d’une Eastern Fleet couvrant l’Océan Indien. Comme la guerre de Pologne s’est rapidement achevée, il est redéployé en Méditerranée.

D’avril 1944 à septembre 1945, il est immobilisé à l’Arsenal de Devonport pour une refonte destiné à lui permettre de poursuivre sa carrière encore quelques années. Il rallie ensuite le 11th CS composé des croiseurs lourds Exeter et Devonshire, unité chargée de défendre les Antilles et de traquer les raiders allemands.

Type Norfolk

Le HMS Norfolk

Le HMS Norfolk

-Le HMS Norfolk est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding & Engineering Co. Ltd installés à Govan le 8 juillet 1927 lancé le 12 décembre 1928 et mis en service le 30 avril 1930.

Il est affecté à l’Atlantic Fleet (qui redevient Home Fleet en 1932) et est engagée dans la mutinerie d’Invergordon du 12 au 15 septembre 1931. Il est ensuite affecté à l’America & West Indies Station jusqu’en 1934 suivit d’une affectation à l’East Indies Station de 1935 à 1939, se trouvant en Grande-Bretagne pour carénage quand la guerre de Pologne éclate.

L’entretien terminé, il reste affecté à la Home Fleet au sein d’un nouveau 10th Cruiser Squadron en compagnie des croiseurs lourds Suffolk et London même si les trois navires ne seront pas disponibles en même temps.

Suite à la mise en service des croiseurs lourds plus modernes, le Norfolk est redéployé en Extrême-Orient au sein du 5th Cruiser Squadron en compagnie du Dorsetshire et du London.

Le HMS Dorsetshire

Le HMS Dorsetshire

-Le HMS Dorsetshire est mis sur cale à l’Arsenal de Portsmouth le 21 septembre 1927 lancé le 29 janvier 1929 et mis en service le 30 septembre 1930.

Il est d’abord affecté au 2nd Cruiser Squadron de l’Atlantic Fleet avant d’être déployé en Afrique de 1933 à 1936. Une refonte en Grande-Bretagne est suivie d’un déploiement en Extrême-Orient avant d’être affecté en Méditerranée au sein du 1st Cruiser Squadron en compagnie du Shropshire et du Sussex.

Durant la guerre de Pologne, il participe à la traque du cuirassé de poche Admiral Graf Spee, participant au blocus de Montevideo pour empêcher la fuite du cuirassé allemand.

Il subit en Métropole une grande renfonte de juin 1941 à septembre 1942, les travaux consistant en un renforcement des structures, une remise en état de la propulsion, l’embarquement de radars et le renforcement de la DCA.

Il subit un nouveau carénage entre septembre 1945 à novembre 1946 à Singapour, le croiseur lourd venant d’être redéployé au sein du 5th CS en compagnie du London et du Norfolk.

Le 5 septembre 1948, il était à quai à Alor Setar. Il est mis en alerte, prêt à appareiller en cas de menace directe du Japon.

Caracteristiques Techniques

Type Kent

Déplacement : standard 11074 tonnes pleine charge 15138 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 192.02m (entre perpendiculaires) 179.8m largeur : 20.85m tirant d’eau : 6.24m

Propulsion : 4 turbines à engrenages Parson (Brown-Curtiss pour le Berwick) alimentées par 8 chaudières Amirauté à trois tubes installées dans quatre salles de chauffe dévellopant une puissance totale de 80000ch et entrainant 4 hélices.

Performances : vitesse maximale 31.5 noeuds distance franchissable 9350 miles nautiques à 12 noeuds
Protection : ceinture blindée 110mm pont blindé intermédiaire 31 à 38mm tour de commadement 31 à 102mm selon les endroits tourelles 25mm

Armement : (A la construction) 8 canons de 203mm en quatre tourelles doubles, 4 canons de 102mm anriaériens en quatre affûts simples, deux affûts quadruples Pom-Pom de deux livres (deux affûts octuples pour le Berwick) et deux plate-formes quadruples lance-torpilles de 533mm

(Modifications) Les quatre affûts simples ont été remplacés par quatre affûts doubles de 102mm, les Pom-Pom remplacés progressivement par douze canons de 40mm Bofors en affûts doubles et seize canons de 20mm Oerlikon en affûts simples.

Aviation : une catapulte avec un (Kent) ou trois hydravions (les autres)

Equipage : 685 officiers et marins en temps de paix, 710 en temps de guerre et 785 en tant que navire amiral

Type London

Déplacement : standard 10007 tonnes pleine charge 13528 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 192.8m (entre perpendiculaires) 181.35m largeur 20.12m tirant d’eau : 6.32m

Propulsion : 4 turbines à engrenages Parson (Brown-Curtiss pour le Berwick) alimentées par 8 chaudières Amirauté à trois tubes installées dans quatre salles de chauffe dévellopant une puissance totale de 80000ch et entrainant 4 hélices.

Performances : vitesse maximale 32.3 noeuds distance franchissable 9120 miles nautiques à 12 noeuds

Protection : ceinture blindée 110mm pont blindé intermédiaire 31 à 38mm tour de commadement 31 à 102mm selon les endroits tourelles 25mm

Armement : (A la construction) 8 canons de 203mm (8 pouces) Mark VIII en 4 tourelles doubles (deux avant et deux arrières), 4 canons de 102mm (4 pouces) Mark V en 4 affûts simples HA MkIII, Deux affûts quadruples Pom-Pom de deux livres (deux affûts octuples Pom-Pom pour le Berwick) deux affûts quadruples Mk III de 12.7mm et 8 tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes quadruples

(Modifications) modifications semblables aux Kent sauf pour l’artillerie médiane, les London ont reçu quatre affûts simples supplémentaires portant le nombre à huit avant de recevoir quatre affûts doubles de 102mm au lieu des affûts simples.
Aviation : une catapulte SIIIL avec un à trois hydravions

Equipage : 650 officiers et marins en temps de paix, 820 officiers et marins en temps de guerre

Type Norfolk

Déplacement : standard 10083 tonnes pour le Devonshire 10134 tonnes pour le Norfolk pleine charge 13639 tonnes pour le premier 14833 tonnes pour le second

Dimensions : longueur hors tout 192.83m entre perpendiculaires 181.35m largeur 20.12m tirant d’eau 6.37m

Propulsion : quatre groupes de turbines à engrenages Parson alimentées en vapeur par huit chaudières Amirauté développant 80000ch et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 32.3 noeuds distance franchissable 9120 miles nautiques à 12 noeuds

Protection : ceinture blindée 110mm pont blindé intermédiaire 31 à 38mm tour de commandement 31 à 102mm tourelles 25mm

Armement : (à la construction) huit canons de 203mm en quatre tourelles doubles, quatre canons de 102mm antiaériens en affûts simples, deux affûts quadruples Pom-Pom de 40mm et huit tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes quadruples

(Modification) Les deux Norfolk reçoivent ultérieurement deux affûts quadruples de 12.7mm et quatre affûts doubles de 102mm à la place de quatre affûts simples, deux affûts octuples Pom-Pom remplacent les affûts quadruples. Les mitrailleuses de 12.7mm sont ensuite remplacées par des canons de 20mm.

Aviation : une catapulte SIIIL et deux hydravions

Equipage : 710 officiers et marins en temps de paix, 819 officiers et marins en temps de guerre

Grande-Bretagne (15) Royal Navy (7)

Navires légers

Avant-propos

L’irruption des U-Boot durant le premier conflit mondial entraina l’apparition des premiers escorteurs. C’était des navires légers armés d’un canon médian et de grenades ASM. Ce fût l’arme la plus efficace contre les submersibles bien moins à l’aise en attaquant les convois. Bien plus efficace que les corridors protégés par des champs de mines ou les bateaux-pièges,les Q-Ship aux exploits mythifiés.

Malheureusement durant la période 1919-1939, la lutte anti-sous-marine n’est pas au cœur des préoccupations des amiraux britanniques. En partie par manque d’intérêt mais aussi en raisons de choix budgétaires fort contraints et d’une difficulté à prévoir le bon modèle d’escorteur.

En effet comment trouver un modèle unique d’escorteur quand il faut navire affrontant les sous-marins et les éléments déchainés dans l’Atlantique Nord, des mines, des vedettes lance-torpilles et des sous-marins en Méditerranée, des grandes unités de surface sur les autres océans.

Impossible donc de produite un unique modèle d’escorteur, il faut du sur-mesure, des navires adaptés aux menaces potentielles même si l’adage veut qu’une marine participe à un conflit avec des navires conçus pour un autre genre de confrontation.

En septembre 1939, la Royal Navy dispose des navires d’escorte suivants :

-Des chalutiers armés

-38 Sloops répartis en différentes classes

Les destroyers devant escorter les grandes unités sans oublier d’attaquer les lignes de communication ennemies à la torpille et au canon, il manquait clairement des escorteurs spécialisés ainsi qu’un navire intermédiaire entre le pur escorteur et le destroyer, un navire dont la mission principale est l’escorte mais qui est capable si nécessaire de combattre un ennemi au canon et à la torpille.

Durant la Pax Armada, la Royal Navy va augmenter et renouveler ses forces d’escorte en construisant différents modèles de navires légers :

Le sloop HMS Black Swan (U-57)

Le sloop HMS Black Swan (U-57)

-Des sloops de classe Black Swan modifié pour remplacer les avisos construits durant les
années trente

La corvette HMS Abelia (K-184)

Une corvette de classe Flower à la mer

-Des corvettes de classe Flower, navires déjà commandés par la France

-Des frégates de classe River

-De nouveaux dragueurs de mines suffisamment armés pour pouvoir opérer comme
escorteurs de fortune

-La construction de chalutiers se poursuit pour permettre de disposer à peu de frais
de nombreux patrouilleurs et navires de présence notamment outre-mer.

-Des destroyers légers type Hunt comparables aux torpilleurs légers français.

Quand le second conflit mondial éclate, la marine britannique dispose d’une solide force d’escorte qui va mener la vie dure aux sous-marins, avions et vedettes lance-torpilles ennemis.

Chalutiers armés

-Septembre 1939, la Royal Navy dispose de quinze chalutiers armés en service, quatre chalutiers armés polyvalents, huit chalutiers anti-sous-marins et trois chalutiers dragueurs.

-Ces navires anciens sont remplacés par seize nouveaux navires de classe Isle, des navires armés d’un canon de 3 ou 4 pouces (76 ou 102mm) selon les disponibilités, de quelques canons antiaériens, de mitrailleuses et de grenades ASM.

Ces seize navires vont d’abord opérer en mer du Nord puis vont être rédéployés en outre-mer au fur et à mesure que des escorteurs plus puissants sont mis en service.

-Huit autres navires sont construits ultérieurements, plus adaptés au dragage de mines et au contrairement à leurs devanciers, ils sont déployés en Metropole.

-Seize chalutiers armés classe Tree quasiment identiques aux Isles sont commandés en juin 1945.

Sloops

Aux côtés des chalutiers armés, on trouve des sloops, des navires légers destinés à l’escorte et à la lutte anti-sous-marine. Trente-huit navires sont en service répartis entre différentes classes :

-Un sloop type 24

-Deux classe Bridgewater

-Quatre classe Hastings

-Huit classe Shoreham

sloop HMS Grimsby

sloop HMS Grimsby

-Huit classe Grimsby

-Neuf classe Kingfisher

-Trois classe Bittern

HMS Egret (L-75)

HMS Egret (L-75)

-Trois classe Egret

-Huit classe Black Swan en construction

Entre septembre 1939 et septembre 1948, la flotte évolue, les sloops les plus anciens (type 24, Bridgewater Hastings et Shoreham) sont désarmés, démolis ou mis en réserve avec des réarmements périodiques pour essais et instruction.

Les Grimsby, Kingfisher, Bittern, Egret et Black Swan sont toujours en service soit un total de trente et un navires.

Un seul modèle est commandé, la classe Black Swan mod., des navires plus longs et plus larges pour améliorer la stabilité. La DCA est renforcée.

Dix-sept navires sont commandés en mars 1941, mis sur cale courant 1941 et mis en service en 1943/44, portant la flotte de sloop à quarante-six navires. La commande de huit autres envisagée en 1945 est abandonnée au profit de frégates de classe River supplémentaires.

Corvettes et frégates

Les sloop étaient des navires d’escorte acceptables mais c’était encore des navires militaires, relativement complexes et coûteux à fabriquer. Sans compter que les chantiers navals spécialisés dans les constructions militaires devaient aussi construire des cuirassés, des croiseurs, des porte-avions, des destroyers…. .

L’escorte impliquant plus d’endurance que de performances, germa l’idée d’un navire simple à construire, quasi-consommable avec un armement limité au strict nécessaire : un canon médian pour affronter un sous-marin surpris en surface, des pièces antiaériennes légères, des mitrailleuses pour la défense rapprochée et bien entendu un lot conséquent de grenades ASM.

Les britanniques reprirent le design d’un baleinier pour dessiner un nouveau navire. A nouveau navire, nouvelle désignation, c’est le terme corvette qui est choisit, ressuscitant un terme de la marine à voile, disparu avec la vapeur.
C’est l’acte de naissance des corvettes de classe Flower. Ce programme anglo-français va aboutir à la construction de trente-deux corvettes pour la Marine Nationale et soixante-quatre pour la Royal Navy.

Ces soixante-quatre navires sont mis sur cale entre 1939 et 1942, lancées entre 1940 et 1943 et mises en service entre 1940 et 1944.

Quarante-huit seulement seront au final mises en oeuvre par la Royal Navy, huit rejoignant la marine canadienne et huit autres la marine australienne. Si les premières vont participer à l’escorte des convois transatlantiques, les huit Australian Flower vont protéger la navigation aux antipodes.

La marine canadienne qui mit en œuvre ses Flower dès 1941 se rendit compte rapidement des limites des corvettes notamment par mauvais temps et travailla sur un modèle de navire plus gros, des large corvette avant que ces navires de classe River soit considérés comme des frigate, des frégates, une autre désignation de la marine à voile remise au goût du jour.

La marine canadienne passe commande en septembre 1942 de douze navires de ce type.

L’Australie va passer commande de huit navires pour compléter les Flower déjà en service. Comme les corvettes, elles vont être construites en Australie.

Intéressée la marine britannique va passer commande en juin 1942 de seize navires suivis en septembre 1945 (huit initialement prévues, les huit suivantes remplaçant les Modified Black Swan envisagés) de seize autres navires même si parmi ces derniers seule une partie va mettre mise en service. Anticipant sur les pertes du conflit à venir, seize navires sont commandés dès le mois de septembre 1948.

Dragueurs de mines

La mine et la torpille partage une origine commune avant de diverger vers deux armes totalement différentes. Si la torpille devint mobile, la mine resta immobile, posée à la surface de l’eau ou au fond de l’océan ce qui ne la rendait pas moins redoutable comme la Royal Navy pu s’en rendre compte en perdant au cours du premier conflit mondial plusieurs navires sur mines dont un cuirassé flambant neuf, le HMS Audacious ou le croiseur cuirassé HMS Hampshire dans lequel se trouvait le ministre de la Guerre lord Kitchener.

La présence de dragueurs de mines au sein de la Marine de Sa Majesté n’est donc pas chose étonnante et en septembre 1939, la Royal Navy dispose des dragueurs de mines suivants :

-Trois chalutiers-dragueurs

-Vingt-trois dragueurs de mines classe Hunt

-Vingt et un dragueurs de mines classe Halcyon

Cette flotte modeste va connaitre une certaine croissance durant la Pax Armada avec la nécessité de renouveler la flotte et d’augmenter cette dernière, la mine étant une arme d’un rapport coût/efficacité impatable.

Si les Halcyon sont encore largement capables, les Hunt commencent à se faire vieux. D’où la commande avant même le début de la guerre de Pologne de deux nouvelles classes de dragueurs de mines, les classes Bangor et Algérine.

Les dragueurs de mines classe Bangor sont des dragueus de mines côtiers commandés au printemps 1940, mis sur cale à l’automne 1940 (douze) et au printemps 1941 (douze). Leur lancement s’échelonne entre l’automne 1941 et l’automne 1942 pour une mise en service prononcée entre mai 1942 et septembre 1943 .

Cela permet de désarmer les vingt-trois Hunt et si la majorité est démolie, huit sont transférés à la marine polonaise libre.

La seconde est une classe de dragueurs de mines océaniques (minesweeper oceanic). Commandée en septembre 1943 à douze exemplaires, les navires sont mis sur cale entre le printemps 1944 et l’automne 1945, lancés entre septembre 1945 et mars 1947 avec une mise en service prononcée entre janvier 1947 et juin 1948.

Ainsi quand le second conflit mondial éclate, la Royal Navy dispose de 21 dragueurs de classe Halcyon, de 24 dragueurs de classe Bangor et de 12 dragueurs de classe Algérine soit un total de cinquante-sept dragueurs de mines.

Le programme de guerre fait la part belle aux dragueurs de mines avec la commande de 24 Bangor et de 36 Algerine, ces commandes massives s’expliquant par la crainte de pertes importantes.

Torpilleurs légers

Les torpilleurs et les destroyers étaient à l’origine de petites unités mais rapidement, ce type de navire à pris du poids, la barre des 1000 tonnes étant approchée avant le début du premier conflit mondial (voir les torpilleurs de 800 tonnes français) et dépassée durant celle qui aurait du être la “Der des ders”, les V&W de la Royal Navy atteignant 1300 tonnes.

Si la majorité des pays disposaient à côté de leurs destroyers, de torpilleurs, ce n’était pas le cas de la marine britannique.

Les destroyers devant escorter les grandes unités sans oublier d’attaquer les lignes de communication ennemies à la torpille et au canon, il manquait clairement des escorteurs spécialisés ainsi qu’un navire intermédiaire entre le pur escorteur et le destroyer, un navire dont la mission principale est l’escorte mais qui est capable si nécessaire de combattre un ennemi au canon et à la torpille.

C’est l’acte de naissance des destroyers légers de type Hunt, des navires armés de six canons de 102mm en trois tourelles doubles et d’un armement appréciable en torpilles. C’est l’équivalent des Le Fier français.

Le HMS Albrighton (L-12) type Hunt I

Le HMS Albrighton (L-12) type Hunt I

Vingt-trois Hunt I sont commandés en 1939. Ils sont mis sur cale dans le courant cette année, lancée fin 1940 ou début 1941, les navires étant mis en service en 1942/43.

Neuf autres appartenant au type Hunt II sont commandés en décembre 1939, mis sur cale en septembre 1940 lancés en mars 1942 et mis en service en mai 1943.

Dix autres appartenant au type Hunt III sont commandés en mars 1943, mis sur cale en juin 1944, lancés en septembre 1945 et mis en service en octobre 1946.

Quarante-deux destroyers légers sont donc en service en septembre 1948 dans la Royal Navy. Huit sont commandés par la marine australienne en septembre 1943, construits à l’Arsenal de Cockatoo et mis en service en juin 1947.

Quand le conflit éclate, de nouveaux navires appartenant à un type Hunt IV sont commandés, douze navires, huit pour la marine britannique et quatre finalement revendus à la marine sud-africaine (Royal South African Navy), ces navires couvrant les convois dans l’Océan Indien et dans l’Atlantique Sud.