23-Armée de terre Ligne Maginot (13)

Miscellanées : entrées, logements, stockage des munitions……..

Les entrées (1) le Nord-Est

Là encore, l’expérience de la Grande Guerre à influencé la conception des entrées des ouvrages de la ligne Maginot. La bataille de Verdun notamment avait montré l’utilité d’entrées séparées pour les hommes et les munitions ainsi que la nécessité de les camoufler.

Les conceptions initiales prévoient la construction de deux entrées distinctes, l’une pour les hommes (EH) et l’autre pour les munitions (EM), établies selon les règles suivantes :

-Etres suffisamment séparées pour qu’un tir dirigé contre l’une des entrées ne mette en danger l’autre entrée.

-Etres disposées pour qu’elles puissent se surveiller et s’appuyer mutuellement, en principe l’EH se trouvant à l’est et l’EM à l’ouest sauf les cas particuliers du Fermont du Simserhof, du Grand-Hohekirkel et Four-à-chaux.

-Etre situées le plus loin possible de la ligne de feux pour éviter un coup de main ennemi

-Etre sous la protection d’une arme à tir courbe de l’ouvrage

Les entrées vont se diviser en trois catégories principales : entrée des hommes (EH), entrée des munitions (EM) et entrée mixte, les entrées pouvant être de plain-pied, en plan incliné ou en puits.

-L’Entrée des Hommes (EH) comme son nom l’indique est réservée au passage des hommes et sert aussi de prise d’air aux ouvrages. Elle se compose d’un passage en chicane, d’une chambre de tir et d’une ou plusieurs cloches. Dans les ouvrages à magasin M1, elle sert de sortie de secours en cas de destruction de l’EM.

Deux types de façades ont été adoptées : une à façade pseudo-bastionnée et une autre à façade droite avec un créneau mitrailleuse et un créneau FM. Comme les entrées servent de prise d’air, elles sont souvent sur les points hauts pour échapper aux gaz de combat.

Avec leur façades comportant d’énormes ouvertures, les blocs EH sont les plus mal conçus de la fortification CORF car on estime que leur résistance au souffle en cas de bombardement par gros calibre ou bombes d’avion est estimée assez faible. La configuration la plus courante est une entrée en puits.

-L’Entrée des Munitions (EM) est nettement plus imposante que l’EH et pour cause : elle doit laisser passer un véhicule qu’il s’agisse d’un train circulant sur voie de 60 qui pénètre dans l’ouvrage avant d’être déchargé et que des wagonnets du réseau intérieur les amènent aux magasins (type A) ou une entrée ne pouvant recevoir que des camions qui déchargent à l’entrée les munitions qui sont pris en charge par les wagonnets du réseau intérieur.

Chaque entrée à façade pseudo-bastionnée comporte deux chambres de tir, de part et d’autre du passage qui franchit le fossé diamant sur un pont dormant. Elle obturée par une grille à la verticale de la façade et deux portes blindées formant sas.

-L’Entrée Mixte comme son nom l’indique regroupe en un seul bloc une EH et une EM. C’est tout sauf un choix puisque les trois premières réalisées dans le Nord-Est sont mixtes car l’entrée des hommes n’à tout simplement pas été construite.

En 1934, un nouveau type d’entrée mixte tirant partie des enseignements des premiers travaux (notamment dans les Alpes) est conçue pour équiper les Nouveaux Fronts.

-L’entrée mixte «2.0» est une vraie entrée mixte avec sous un même accès, deux chemins un pour les hommes et un pour les munitions. Le passage camions est fermé par une porte à éclipse verticale, une grille et une porte blindée étanche.

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

Canon antichar de 47mm en position. Le canon est mobile, pouvant être remplacé si nécessaire par un JM

La défense est assurée face à la route par un créneau pour mitrailleuse et canon antichar de 47mm et en flanquement par deux créneaux pour armes mixtes à savoir une mitrailleuse et un canon de 25mm.

En dépit des améliorations apportées par cette nouvelle entrée, seuls les ouvrages d’artillerie du Chesnois et Velosnes la recevront.

Les entrées (2) les Alpes

Les entrées des ouvrages d’infanterie relèvent de plusieurs types avec pour les ouvrages initiaux une entrée arrière séparée donnant accès aux locaux souterrains et aux blocs de combat. Les ouvrages de barrage ultérieurs ont leur entrée directement dans la casemate active.

Les ouvrages d’interdiction disposent généralement de deux entrées comme les ouvrages du Nord-Est même si pour certains, la deuxième entrée ne sera pas réalisée ou se limitera à une simple porte dans le mur en béton.

Les éléments extérieurs (1) : les cuirassements

Les cuirassements complètent la protection des ouvrages, protection essentiellement composée de béton.

Ces cuirassements sont répartis en trois grandes catégories : les cuirassements formant organes (cloches, tourelles), les cuirassements servant de support à une arme (créneaux, trémies,volets) et les cuirassements servant à obturer un passage (portes blindées, grilles).

Les cloches ne sont pas une création de la ligne Maginot, existant déjà sur les forts de la génération précédente pour l’observation (type Digoin) ou pour la défense (type Pamart). Ils sont généralisés sur les ouvrages de la ligne Maginot en dépit de dimensions rendant malaisé leur camouflage.

On trouve tout d’abord des cloches passives et des cloches actives, les premières étant en fait des prises d’air. Chaque ouvrage en comporte deux, une pour expulser l’air vicié et l’autre pour le renouveler. Quand aux cloches actives, elles ont un doubles rôle à la fois d’observation et de défense rapprochée mais également d’action de flanquement.

Les cloches actives se divisent en plusieurs catégories : cloches GFM, cloches pour mitrailleuses, cloches observatoires et cloches diverses.

-Le premier type de cloche que l’on peut décrire est la cloche GFM ou Guetteur et Fusil Mitrailleur.

C’est le type de cloche le plus courant car présent à un ou deux exemplaires sur l’ensemble des ouvrages, les exceptions étant peu nombreuses (pour le Nord-Est, seuls le Molvange bloc 5, le Hackenberg bloc 1 et le Mont-des-Welches bloc 3 n’ont pas reçu de cloche de ce type).

Cette cloche est équipée en permanence d’un fusil mitrailleur et participe aux tirs de l’ouvrage en cas d’attaque massive de l’ennemie. Elle sert aussi à abriter donc un guetteur chargé de la surveillance générale, du guêt.

Deux modèles ont été réalisé, le modèle 1929 ou type A équipé de trois à cinq créneaux pouvant recevoir un FM et un mortier de 50mm + différents modèles d’épiscopes et de périscopes.

Le deuxième modèle, le modèle 1934 ou type B aux parois plus épaisses et aux épiscopes plus solides, ce modèle étant dépourvu de support pour mortier de 50mm. A noter que quelques cloches type A ont été modifiées en type B.

Cloche pour Jumelage de mitrailleuses (JM)

Cloche pour Jumelage de mitrailleuses (JM)

-Le deuxième type de cloche est la cloche à mitrailleuses, terme qui recouvre trois types différents à savoir la cloche JM (jumelage de mitrailleuses) modèle 1930 avec deux mitrailleuses de 7.5mm utilisables en flanquement ou en tir frontal, la cloche pour armes mixtes modèle 1934 avec un canon de 25mm et un jumelage de mitrailleuses et enfin la cloche JM modifié AM où le jumelage d’origine est remplacé par un trumelage combinant un canon court de 25mm et deux mitrailleuses de 7.5mm, cette modification apportant une défense antichar dans certains intervalles jusque là battus uniquement par des mitrailleuses.

-En ce qui concerne les cloches observatoires, elles se répartissent en deux types, les cloches observatoires à vision périscopique (VP) ou plus nombreuses, les cloches observatoire à vision directe et périscopique.

Cloche à Vision Directe et Périscopique (VDP)

Cloche à Vision Directe et Périscopique (VDP)

-Pour finir, le domaine des cloches diverses, on trouve des cloches lance-grenades destinées
à abriter un mortier qui ne fût souvent jamais installée et enfin la cloche issue de secours.

Les ouvrages alpins utilisent certes les cloches décrites ci-dessus mais en raison des particularités géographiques, ils vont également utiliser des systèmes spécifiques notamment des cloches démontables en deux, trois ou quatre éléments d’une tonne, ces cloches démontables pouvant être à vision périscopique ou à vision directe.

*En ce qui concerne la tourelle, le système choisit pour la ligne Maginot est celui de la tourelle à éclipse, un système tout sauf neuf car déjà présent depuis 1905 sur les forts de Verdun. Les tourelles de la ligne Maginot sont donc une perfectionnement de leurs aïeules de Verdun.

En ce qui concerne les tourelles d’artillerie, quatre modèles existent : la tourelle de 75mm modèle 1933, une tourelle de 135mm modèle 1932, une tourelle de 81mm modèle 1932 et une tourelle de 75mm modèle 1932R alors que les tourelles d’infanterie sont armées uniquement de mitrailleuses sauf certaines équipées de canons de 25mm.

tourelle de 75mm modèle 1932R (Raccourci)

tourelle de 75mm modèle 1932R (Raccourci)

En ce qui concerne les Nouveaux Fronts, les ouvrages sont équipés de tourelle de 75mm modèle 1905R, non installées avant le premier conflit mondial (sur 73 commandées, 16 étant disponibles) et au final cinq tourelles furent installées. Douze tourelles furent modifiées avec un canon de 25mm et un jumelage de mitrailleuses. On trouve également une tourelle pour arme mixte et un mortier de 50mm.

Dans les Alpes, on trouve également deux tourelles de 155L, des tourelles appartenant au vieux fort Suchet et intégré à l’ensemble CORF du Barbonnet. Ces tourelles sont tournantes et non à éclipse.

Afin de conserver aux pièces tout leur champ d’action sans pour autant présenter des ouvertures béantes, il est nécessaire de recourir à un cuirassement spécifique appelé trémie qui obture entièrement la fente faite dans le béton moins la volée ou le canon de la pièce. La trémie apporte une sécurisation accrue et est nécessaire pour améliorer la surpression des ouvrages.

Pour ce qui est des pièces d’artillerie, la technologie choisie est une rotule coulissant dans une embrasure laissant passer la bouche de la pièce pour ce qui concerne les pièces tirant à un angle fixe (mortier de 81mm), les pièces mobiles recevant en plus un tourillonement pour manœuvrer la pièce.

Pour ce qui est des armes d’infanterie, le principe est voisin de celui des pièces d’artillerie mais avec une double différenciation : d’une part les fusils-mitrailleurs sont montés sur une rotule et d’autre part les jumelages de mitrailleuses et les canons antichars sur un créneau mobile s’encastrant dans une trémie en acier mobile. On trouve quatre modèles de trémies, modèles parfois adaptés aux considérations particulières de la géographie alpine.

*La fermeture des ouvrages et aux galeries est assuré par trois types de «portes» : les portes grilles, les portes étanches et les portes blindées non étanches. Ces deux dernières catégories se subdivisent également en deux variantes : portes roulantes et portes à gonds.

Pour simplifier, on peut dire que les grilles sont situées en façades d’ouvrages pour remplir un rôle de prise d’air. Elle évite une prise par surprise des accès tout en laissant parler l’air frais. Les portes blindées étanches sont munies d’un joint en cuir dont la compression est obtenue par serrage de verrous à excentriques. C’est une notice de janvier 1931 intitulée «Fermeture et défense des galeries donnant accès aux ouvrages de fortification» qui décrit les différentes portes de la Ligne Maginot.

-En ce qui concerne l’Entrée des Munitions (EM), elles sont fermées d’abord par des grilles à quatre vantaux (ouvrages de la première tranche) ou deux vantaux (autres ouvrages). Les portes étanches (2.50 ou 3.00×3.07m) sont au nombre de deux, formant SAS, leur taille variant en fonction du type d’entrée (type A ou type B)

-En ce qui concerne l’Entrée des Hommes (EH), cette dernière est barrée successivement par une grille en façade et une porte blindée étanche au fond d’un couloir en chicane. La largeur des couloirs variant, il existe deux types de grilles, la grille G type 9 (1.50m x1.95m) et la grille G type 9ter (1.00m x1.95m).
Pour ce qui est des portes étanches, il existe logiquement deux modèles, la porte G type 4 bis (1.50m x1.95m) et la porte G type 4ter (1.00 x1.95m).

-Pour les casemates, la disposition varie en fonction du type de casemate. Ceux des Anciens Fronts disposant d’une porte blindée étanche et d’une porte blindée non étanche alors que ceux des Nouveaux Fronts disposent d’une grille et d’une porte blindée étanche.

-Les galeries souterraines sont également équipées de portes blindées non étanches alors que les issues de secours sont fermées par une grille et une porte étanche.

Les dessous de la Ligne Maginot (1) : le stockage des munitions

Tout comme les entrées, l’aménagement des organes souterrains à tiré pleinement les leçons des bombardements du premier conflit mondial, la neutralisation des ouvrages de Liège et de Verdun étant encore dans tous les esprits. Parfaitement aménagées, aérées et ventilées, elles doivent protéger l’équipage des bombardements.

Le stockage des munitions a toujours été un problème vital de la fortification car il faut répondre au double problème d’avoir des munitions à proximité immédiate des pièces et les soustraire aux bombardements adverses. Dans les ouvrages CORF, le problème est résolu par la création de trois magasins différents : M1,M2 et M3.

Le magasin M1 situé non loin de l’entrée munitions est le magasin principal de l’ouvrage dans lequel sont stockées les différentes munitions dans des galeries généralement parallèles à la galerie principale avec une galerie extérieure en fer à cheval et des niches para-souffle situées aux extrémités de chaque cellule.

Douze ouvrages seulement seront équipés d’un magasin type M1 mais ne présentent pas le même état d’achèvement avec neuf cellules (Hackenberg), sept (Hochwald Simserhof), six (Métrich et Molvange), cinq (Bréhain, Rochonvilliers, Anzelig et Latiremont), trois (Fermont et Soetrich) et deux cellules (Galgenberg).

Le magasin M2 est un local plus spécialisé puisqu’il ne contient que les munitions propres à un bloc de combat. Il est situé au pied même des blocs de combat et se compose généralement de deux cellules séparées.

Les ouvrages d’artillerie ne possédant pas de magasin central M1 (dix dans le Nord-Est) comportent des magasin M1-M2 (cellule M1 : munitions en caisses, cellule M2 : munitions en châssis).

Le magasin M3 consiste en des armoires métalliques ou en bois, situées à proximité immédiate des pièces et servant de réserve pour le cas où l’approvisionnement viendrait à cesser. Les tourelles de 75mm disposent ainsi d’une réserve de 600 coups.

En outre, chaque bloc d’infanterie (d’un courage ou d’un PO) dispose d’un local souterrain, situé au pied de la cage d’escalier, où sont entreposées les caisses de cartouches.

Les dessous de la Maginot Line (2) : l’usine et les filtres

Pour que le fonctionnement de tous les matériels mis en oeuvre dans les ouvrages soit assuré en permanence, il est prévu que tous les ouvrages disposent d’une source d’alimentation propre constituée par un groupe de moteurs diesels destinés à produire le double de l’énergie nécessaire à chaque ouvrage.
Vous ne serez pas étonnés d’apprendre que ces installations sont regroupés à proximité de l’Entrée des Hommes pour faciliter l’évacuation des gaz d’échappements. C’est également à proximité de l’EH que sont implantés les filtres destinés à éviter que l’air vicié par la fumée des bombardements et les gaz de combat n’empoisonnent l’équipage.

Les dessous de la Maginot line (3) : les logements, les cuisines, les sanitaires et les installations sanitaires

Comme les entrées et les galeries, les logements des équipages de la Ligne Maginot sont particulièrement soignés car les fantassins comme les artilleurs ou les sapeurs doivent pouvoir y vivre plusieurs semaines voir plusieurs mois dans des conditions confortables. Là encore, il est sur que l’expérience des tranchées à inspiré la CORF dans la conception des ouvrages.

Deux types principaux de casernement sont proposés par la CORF : des casernements parallèles à la galerie de l’Entrée des Hommes et un casernement dans l’angle des galeries de l’EH et de l’EM. Si le Nord-Est voit les casernements être des deux types, ceux des ouvrages alpins sont exclusivement du premier type.

Les chambres pour la troupe et les sous-officiers sont assez exiguës puisque conçues pour 18 hommes elles en accueilleront jusqu’à 32 ! Le principe de deux couchages pour trois hommes est retenu comme dans la marine ce qui explique peut être pourquoi dans les ouvrages des Nouveaux Fronts certaines chambres sont équipées de hamacs.

A ces logements s’ajoute naturellement des sanitaires (douches et latrines), des locaux de service général (poste de garde, salle de service et locaux disciplinaires) et les locaux annexes (magasins….)

Le casernement des officiers sont naturellement de taille plus réduite et comprennent une chambre pour le commandant d’ouvrage, un bureau, un poste téléphonique, des chambres (individuelles ou non), une salle de réunion servant aussi de mess, des sanitaires et des latrines.

L’infirmerie à pour mission d’assurer les premiers soins voir quelques interventions d’urgence, elle comporte des locaux techniques (salle de triage, salle de pansement, salle d’opération, pharmacie et bureau), diverses salles d’hospitalisation (chambres pour malades et pour blessés graves), des locaux destinés au personnel médical (chambres et magasins) et des locaux d’hygiène.

Rattachée à l’infirmerie mais dotée d’une entrée indépendante, une installation pour la désinfection des hommes atteints par gaz vésicants est prévue. Elle se compose d’une salle d’attente et de triage, d’une salle de déshabillage, d’une salle de douches, d’une salle de rhabillage et de bacs pour le stockage des effets souillés.

Dans les locaux destinés à l’alimentation, on trouve les cuisines troupes et officiers, divers magasins, une laverie, une réserve de vivres dite de sûreté (autonomie 45 jours). Si les officiers disposent d’un mess, les hommes de troupes doivent manger dans les blocs de combat et sur des tables rabattables dans les galeries. L’approvisionnement à également été soigné tant pour l’eau de boisson que pour le refroidissement des armes.

La majorité des gros ouvrages et quelques ouvrages de plus petite dimension sont équipés d’une issue secrète réalisée généralement par utilisation d’un puits de service. Cette issue secrète qui se greffe sur un des locaux de l’arrière (égout, galerie…..) débouche à l’air libre dans une zone discrète, située généralement entre les entrées et les blocs de combat.

Comme nous l’avons fait remarquer plus haut, la construction des galeries à été particulièrement soignée. Ces galeries servent à la circulation des hommes, des véhicules et supportent conduits d’évacuation des eaux usées, gaines électriques et téléphoniques………… . Ces galeries sont classées en sept types différents :

-Type I (H = 3.50m Largeur = 3.30m): galeries où peuvent circuler les trains utilisant le réseau ferré de 60 extérieur. Pas d’équipement électrique, garages en alignements droits ou en courbe.

-Type II (H = 3.35m Largeur = 3.05m) : galeries où peuvent circuler du matériel léger pour alimenter des pièces d’artillerie. Garages en alignements droits ou en courbe

-Type III (H = 3.10m Largeur = 2.15m): galeries où peuvent circuler du matériel léger pour alimenter des pièces d’artillerie. Garages en alignements droits ou en courbe

-Type IV (H = 3.10m Largeur = 1.65m) : galeries où peuvent circuler du matériel léger pour alimenter les ouvrages d’infanterie ou comme galeries principales pour les petits ouvrages. Garages en alignements droits uniquement.

-Type V (H = 2.50m Largeur = 1.50m): galeries desservant des antennes à faible circulation et comportant une voie de 60. Elles disposent d’un garage en cul de sac pour un wagonnet et des niches d’abri pour piéton

-Type VI (H = 2.35m Largeur = 1.20m): galeries desservant des antennes à faible circulation sans voie de 60. Pas de garages mais des niches à chariots ou à piétons.

Naturellement la défense de ces galeries est prévue. Pour contrer un coup de main ennemi qui aurait réussi par surprise à s’emparer des entrées, on trouve une porte blindée défendue par un blochkaus de défense intérieure avec un FM, la porte étant équipée également de créneaux de défense rapprochée.

Si l’ennemi est parvenu dans les galeries en neutralisant les blocs de l’avant, l’objectif est de stopper sa progression tout en ménageant la possibilité de reprendre la position. On trouve donc une porte blindée, des niches à mines qui en explosant bloque sa progression tout en limitant les dégâts pour ne pas empêcher la réutilisation ultérieure de la position.

23-Armée de terre Ligne Maginot (12)

Une ligne Maginot particulière : la Ligne Maginot alpine

La fortification alpine reprend une grande partie des formes architecturales dévellopées pour sa grande soeur du Nord-Est mais le terrain, les conditions climatiques obligent à de naturelles adaptations.

Les organisations d’intervalles

Une seule casemate type CORF _l’annexe de Saint Antoine_ est réalisée tout simplement car ce type d’ouvrage ne se justifie pas. Le plus souvent les ouvrages de flanquement d’infanterie sont intégrés dans les ouvrages. On trouve également une casemate cuirassée appelée officiellement «petit ouvrage» à Saint Ours Bas qui dispose pas moins de trois cloches pour mitrailleuses et de deux cloches GFM.

Cloche pour Jumelage de mitrailleuses (JM)

Cloche pour Jumelage de mitrailleuses (JM)

Plus encore que dans le Nord-Est, la question des abris est crucial. La topographie de la frontière Sud-Est impose des abris-caverne. Ces abris se subdivisent entre des abris défensifs totalement passifs et les abris actifs ou ouvrages d’infanterie destinés à abriter des troupes, des abris équipés d’un organe actif.

La réalisation des observatoires est également prévue mais la préférence donnée aux observatoires de campagne fait que seuls trois observatoires seront réalisés en temps de paix dont deux dans le Secteur Fortifié des Alpes Maritimes (SFAM) sur les treize prévus dans les plans initiaux.

Les ouvrages

Qu’ils soient d’infanterie, mixtes ou d’artillerie, tous les ouvrages des Alpes sauf Saint-Ours Bas comportent une organisation souterraine et des organes de surface (blocs).

Contrairement aux ouvrages d’infanterie du Nord-Est qui doivent assurer une mission de flanquement, les ouvrages d’infanterie des Alpes doivent assurer plutôt le barrage des vallées et l’interdiction des cols.

Peu d’ouvrages de la ligne Maginot alpine ressemblent aux ouvrages du nord-est, le plus approchant, celui de Granges-Communes aurait été identique si le bloc d’entrée avait été réalisé.

Les blocs-casemates d’infanterie

Très peu d’ouvrages des Alpes comportent des blocs-casemates d’infanterie type Nord-Est avec chambre de tir à deux créneaux pour jumelage et un ou plusieurd cloches tout simplement parce que la mission des ouvrages fortifiés de la ligne Maginot alpine est de barrer des axes. On trouve plutôt ce type d’ouvrage :

-des blocs pour mitrailleuses à un, deux ou trois casemates agissant en flanquement ou en action frontale.

-des blos à action multidirectionnelle comportant des jumelages de mitrailleuses ou de FM, des jumelages d’armes mixtes (remplacés dans la pratique par des JM) et des FM (PO de seconde génération)

-des blocs-casemates cuirassées équipées de cloches JM (bloc 2 de Granges-Communes)

-des blocs composés d’une simple cloche GFM ou observatoire par éléments.
Les blocs d’artillerie

Dans les Alpes, le manque de place conjugué avec la superposition des axes de tir amène les concepteurs des dits ouvrages à concentrer sous un même bloc des armes de nature différente, donnant un aspect particulier aux ouvrages.

La notice du 31 août 1931 définit la configuration des casemates d’artillerie des Alpes qui doivent être de deux types : le casemate de flanquement et le casemate d’action fronale. Il se présente sous une forme compacte avec deux canons de 75mm (au lieu de trois dans le Nord-Est).

En pratique, peu de casemates pour 75 en pays de montagne seront réalisés, la CORF préférant plutôt «alpiniser» les casemates de flanquement du Nord-Est. Aucun casemate d’action frontale ne sera construit avec des canons-obusiers modèle 1929 et une poignée de casemates de ce type équipés de canons de 75mm modèle 1931 seront réalisés.

mortier de 81mm modèle 1932  jadis installé dans la Ligne Maginot

mortier de 81mm modèle 1932 jadis installé dans la Ligne Maginot

En raison du manque de place donc, la majorité ces casemates d’artillerie des Alpes vont regrouper dans un même bloc jusqu’à deux canons de 75mm et deux mortiers de 81mm, faisant donc cohabiter des armes à tir tendu et des armes à tir courbe.

Ces blocs multidirectionnels peuvent se ranger en deux catégories : les casemates de flanquement dont il existera au final un seul exemplaire, le bloc 2 de Roquebrune (SFAM) combinant un mortier de 75mm modèle 1931 et un de 81mm, aucun casemate ne combinant dans cette catégorie une arme à tir tendu et un matériel à tir courbe. Les casemates de flanquement type Nord-Est allégé seront eux plus nombreux.

Les casemates d’action frontale vont être paradoxalement les plus difficiles à mettre au point alors que logiquement, cela aurait du être le contraire. Les tourelles de 75mm étant réservés à des ouvrages précis et l’embrasure frontale étant exclue, il à fallut innover pour trouver une solution efficace.

Chronologiquement, on trouve successivement la casemate sous roc, le bloc de barrage, la casemate cuirassée et la casemate défilée.

Les premiers nommés sont souvent situés dans de vieux forts remaniés, des embrasures largement ouvertes pour laisser place à un canon de 75mm de campagne. Certains plus élaborés étaient armés d’un canon-obusier de 75mm modèle 1933.

Le bloc de barrage appelé aussi casemate bétonnée d’action frontale n’à été construit qu’à deux exemplaires à chaque fois dans le Secteur Fortifié des Alpes Maritimes. Le canon de 75mm est ainsi accompagné de mitrailleuses et de mortiers de 81mm.

Le bloc de barrage n’ayant pas donné satisfaction, il est remplacé par la casemate cuirassée pouvant recevoir soit un mortier de 75mm modèle 1931 ou un modèle 1933.

Ailleurs, le bloc de barrage est remplacé par la casemate défilée installée à contre-pente le dissimulant à la vue de l’ennemi avec le prix modique d’un petit nombre d’angles morts.

On à également trouvé trace d’un projet de casemate d’action frontale à deux obusiers de 75mm modèle 1933 et deux mortiers de 81mm pour l’ouvrage de Flaut sans réalisation concrète à la différence des blocs-casemates équipés uniquement de mortiers de 81mm.

Les autres blocs

-La Ligne Maginot alpine dispose de blocs mixtes qui comme leur nom l’indique regroupe de l’artillerie et des armes d’infanterie en raison d’un terrain exigu et parfois difficile à aménager. Le bloc 2 du Janus dispose par exemple de deux jumelages pour mitrailleuses et deux mortiers de 81mm.

-Si le Nord-Est permet la généralisation de la tourelle, ce n’est pas le cas dans les Alpes ce qui explique la rareté des blocs-tourelles installés uniquement sur des sites optimaux. On en trouve ainsi quatre (deux au Mont-Agel et deux au Monte Grosso soit un total de trois tourelles de 75mm et une tourelle de 135mm), deux autres devant être réalisés mais abandonnés pour des raisons budgétaires.

Tourelle de 135mm à éclipse

Tourelle de 135mm à éclipse

-Comme pour le cas des blocs-tourelles, les blocs casemates-tourelles sont peu nombreux sur le front des Alpes avec deux exemples, le Bloc 5 de Roche-la-Croix (une tourelle de 75mm modèle 1933 associé à un casemate de flanquement modèle 1931 combinant deux canons de 75mm modèle 1931 et deux mortiers de 81mm) et le Bloc 3 de l’Agaisen (une tourelle de 75mm modèle 1933 et un bloc de deux 81mm).

-C’est la note du 15 avril 1930 qui indique les types d’observatoires destinés à la fortification alpine, trois types d’observatoires doivent être construits :

-des observatoires cuirassés pour l’observation et le service des engins de feux sous tourelle ou sous casemate agissant frontalement. Ces observatoires sont équipés soit d’une cloche VDP, soit d’une cloche GFM ou des deux.

-des observatoires bétonnés pour le service des engins de feux agissant en flanquement, ces observatoires sont équipés de créneaux bétonnés installés le plus souvent dans les casemates d’artillerie.

-des cloches de guetteurs pour la surveillance des abords et le service des armes de défense rapprochée.

En fait peu d’ouvrages sont dotés d’observatoires spécifiques et, dans la plupart des cas, les cloches observatoires sont intégrés dans un bloc d’ouvrage.

Les ouvrages mixtes alpins (artillerie et infanterie)

Comme leurs homologues du Nord-Est, les ouvrages mixtes de la ligne Maginot alpine peuvent disposer de plusieurs types, plusieurs modèles d’entrée, une entrée en plain-pied (la plus courante), une entrée en puits ou encore une entrée en plan inclinée. Certains ouvrages ont deux entrées et d’autres une entrée mixte, ces dernières se distinguant dans les Alpes par la présence d’un pont levis et parfois d’un téléphérique.

A la différence des ouvrages du Nord-Est, les ouvrages alpins bénéfécient de la protection de la roche et les locaux soutterains sont généralement établis de plain-pied avec l’entrée, un plus évident pour le ravitaillement. Avec des galeries réduites, la distinction «zone avant/zone arrière» est nettement plus ténue.

Si les ouvrages alpins disposent comme en Lorraine et en Alsace d’usines de production électriques, les soutes à munitions sont de dimensions plus réduites et surtout il n’existe pas de soute à munitions centrales (magasin M1).

Plus encore que dans le Nord-Est, la nécessaire concentration des organes s’impose en raison d’un sol souvent difficile à creuser et le faible dévellopement des ouvrages qui fait cohabiter oeuvre vives et blocs de combat.

Caractéristiques des ouvrages de Corse et de Tunisie

Les casemates d’Infanterie de Corse

Pour ce qui est des casemates de première génération (1932-33), il s’agit de casemates type CORF allégés à un ou deux étages. Ces casemates sont équipés de jumelages de mitrailleuses, de fusils-mitrailleurs sous créneau, d’une cloche GFM (et quelques fois d’une cloche mitrailleuse) mais sans armement antichar.

Pour les casemates de seconde génération (1939-40), il s’agit d’un compromis entre la casemate CORF et le blockaus double STG dont il reprend la forme générale. Chaque chambre de tir dispose de deux créneaux équipés de jumelages de mitrailleuses et d’un canon de 47mm antichar. Ces casemates sont à niveau unique. Les deux casemates reçoivent seulement fin 1940 une cloche GFM type B.

Pour ce qui est des blockaus, il s’agit de simples blocs carrés armés d’une mitrailleuse Hotchkiss 8mm puis Darne de 7.5mm pour assurer le flanquement des casemates doubles de Saint Florent et de Bastia.

Les casemates d’artillerie de Corse

Trois casemates d’artillerie ont été réalisés, un double à Santa Manza et deux simples, le premier à L’Arena et le second à Saint Cyprien. Deux des quatre canons-obusiers de 75mm modèle 1929 sont issus du bloc de flanquement nord non construit au Barbonnet. Ils ne disposent pas de cloche mais d’un créneau d’observation par direction.

Les abris de Corse

Des abris sont construits à Pertusato par la Main d’Oeuvre Militaire en 1932-33 sur le modèle d’abris cavernes simplifiés comportant deux entrées, deux galeries parallèles protégées par six mètres de roc. Chacun des trois abris peuvent abriter soixante-dix hommes.

Particularités des organisations fortifiées de Tunisie

La Ligne Mareth est organisée en points d’appuis avec un total de quarante-neuf PA, vingt-huit sur la LPR (Ligne Principale de Résistance) et vingt-un sur la ligne d’arrêt. . La physionomie varie en fonction de l’emplacement des points d’appui : plaine ou montagne.

L’essentiel des constructions bétonnées ont été construites entre 1936 et 1939 et se décomposent en plusieurs types :

-La casemate d’infanterie ressemble fortement à une casemate STG (Service Technique du Génie qui à repris le flambeau de la CORF le 1er janvier 1936) allégée à deux créneaux de mitrailleuses en échelon refusé. L’épaisseur des murs le met à l »abri d’un coup isolé de 105 mm.

-Le poste commandement (PC) se présente sous deux formes soit comme PC de surface comme dans l’Oued Gouabasia ou comme PC-caverne type A10.

-La casemate/PC ressemble aux casemates du Rhin, combinant comme son nom l’indique un poste de commandement et une casemate de mitrailleuses, l’épaisseur de ses murs étant similaire à celle des murs des casemates d’infanterie.

-La casemate ou plate-forme pour 47M est une plate-forme bétonnée ressemblant aux cuves aménagées dans le Nord-Est pour un canon de 65mm dôtée d’un toit en tôle et accolée à un abri pour le personnel.

-La casemate à canon de 75mm est conçue pour abriter un canon de 75mm de marine. Elle se présente sous la forme d’un bloc carré ressemblant au blockaus modèle 1936 pour canon antichar. Dix casemates de ce type ont été construits.

23-Armée de terre Ligne Maginot (6)

Les Alpes

Comme dans le nord-est, la ligne Maginot alpine est divisée en secteurs défensifs et en secteurs fortifiés.

-Le Secteur Défensif du Rhône est long de 180km. Très accidenté, il est ignoré des programmes initiaux et n’est couvert que de quelques ouvrages au cours de la guerre de Pologne. Ce n’est qu’avec les travaux du CEZF que ce secteur va être réellement fortifié et protégé.

Le SD-Rhône est subdivisé en trois sous-secteurs, le sous-secteur de la Faucille, le sous-secteur du Chablais et enfin celui de l’Avre supérieur.

L’infanterie y à déployé la 230ème demi-brigade alpine de forteresse (230ème DBAF) qui dispose de deux bataillons alpins de forteresse, les 179ème et 189ème BAF ainsi que le 199ème BCHM (Bataillon de Chasseurs de Haute-Montagne). A cela s’ajoute la 2ème compagnie du 440ème régiment de pionniers.

Canon de 105L modèle 1913S

Canon de 105L modèle 1913S

L’artillerie du SD-Rhône est représentée par la 1ère batterie du 164ème Régiment d’Artillerie de Poisition (164ème RAP) qui dispose de quatre canons de 95mm modèle 1888, trois canons de 105 L13 et quatre canons de 155L modèle 1917. On y trouve également deux sections de génie.

-Le Secteur Fortifié de Savoie est situé au sud du SD-Rhône. Il est subdivisé en six sous-secteurs appelés Beaufortin, Tarentaise, Palet-Vanoise, Haute-Maurienne, Moyenne-Maurienne et Basse-Maurienne.

Le SF Savoie dispose de troupes nombreuses avec pour l’infanterie, deux demi-brigades alpines de forteresse, la 16ème DBAF qui dispose de trois bataillons (70ème 80ème BAF 6ème BCM) et la 30ème DBAF qui dispose elle aussi de trois bataillons (71ème 81ème et 91ème BAF) auxquelles s’ajoutent deux compagnies de pionniers (2ème et 3ème compagnie du 440ème régiment).

L’artillerie est représentée par quatre groupes du 164ème RAP (équipés de canons de 75mm, de 105mm, de 120mm,de 155mm plus des canons de 65mm et des canons de tranchée de 150mm) et le génie par le 214ème bataillon de sapeurs mineurs plus des unités de soutien.

-Le Secteur Fortifié du Dauphiné est connu à l’origine sous le nom de Secteur fortifié des Hautes Alpes (1924-33) et s’étend du camp des Rochilles (limite avec le SF-Savoie) à Bayasse au camp des Fourches/Le Pra qui sert de limite avec le Secteur Fortifié des Alpes Maritimes (SFAM). Il couvre ainsi les vallées de la Haute-Durance, du Guil et de l’Ubaye.

De 1935 à 1939, le SFD est commandé par le général commandant la 27ème DIAlp mais à la mobilisation générale de septembre 1939, le gouverneur militaire de Briançon le remplace.

Comme le secteur fortifié de la Savoie, le SF-Dauphiné dispose de deux DBAF, la 75ème DBAF qui dispose de quatre bataillons alpins de forteresse, les 72ème 82ème 92ème et 102ème alors que la 157ème DBAF ne dispose que de deux bataillons, les 73ème et 83ème BAF. A cela s’ajoute les 4ème et 5ème compagnie du 440ème régiment de pionniers.

L’artillerie est présente avec les 154ème et 162ème RAP alors que le génie à déployé le 216ème bataillon de génie de forteresse plus quelques unités de soutien.

Le Secteur Fortifié des Alpes-Maritimes (SFAM) s’étend sur plus de cent kilomètres de la région de Restefond-Les Fourches jusqu’à la Méditerranée. Son rôle est capital car il doit couvrir Nice revendiquée comme terre irrédente par Mussolini et le régime fasciste.

Créé par décret le 24 octobre 1924, le SFAM dispose au printemps 1940 de nombreuses unités d’infanterie avec trois demi-brigades alpines de forteresse, la 40ème DBAF à trois bataillons alpins de forteresse numérotés 75ème 85ème et 95ème, la 58ème DBAF à trois bataillons (76ème 86ème et 96ème) et enfin la 61ème DBAF qui dispose des 74ème 84ème et 94ème BAF. On peut y ajouter le 450ème régiment de pionniers à trois bataillons et les 9ème et 10ème bataillons de mitrailleurs.

L’artillerie est elle aussi présente en force avec les 157ème 158ème et 167ème régiments d’artillerie de position (RAP) alors que le génie à déployé trois compagnies du 251ème bataillon de génie de forteresse.

23-Armée de terre ligne Maginot (2)

Les Alpes

Si la frontière nord-est est la plus sensible car directement menacée par l’Allemagne (dont on connait très rapidement les sentiments revanchards symbolisé par le Dolchloss _le coup de poignard dans le dos_), la frontière du sud-est face à l’Italie et la Suisse ne doit pas être négligée non seulement parce que les allemands pourraient choisir de passer par la Suisse plutôt que par la Belgique et que rapidement les relations franco-italiennes virent à l’aigre.

La faute à la frustration italienne qui n’à pas obtenu les terres irrédentes promises par le traité de Londres de 1915, une situation économique difficile et l’arrivée au pouvoir de Benito Mussolini qui ne tarda pas à réclamer le retour de la Savoie et de Nice à la «mère patrie italienne».

Des fortifications existent déjà en 1918, des fortifications héritées du passé qu’il s’agisse de l’oeuvre de Vauban ou de Serré de Rivière qui construisirent des ouvrages d’interdiction d’accès aux vallées, d’ouvrages haut-perchés pour pour protéger les ouvrages inférieurs et des ouvrages de surveillance.

En 1920, pour les deux pays, l’organisation de 1914 demeure la norme de leur système fortifié mais en 1930, cette norme aura radicalement changé tant du côté français que du côté italien.

En juin 1920, le ministre de la guerre André Lefèvre demande au Conseil Supérieur de la Guerre (CSG) une étude, un état des lieux sur les fortifications. Le général Nivelle est chargé des Alpes et de la Méditerranée. Son constat est alarmant : fortfications à l’abandon, garnisons désertées mais ce cri d’alarme tombe dans le vide, l’Italie n’est pas la menace principale pour la France.

Tout change avec donc l’arrivée au pouvoir de Mussolini qui comme tout dictateur joue sur la corde nationaliste pour asseoir son pouvoir. La potentialité d’un conflit franco-italien croit chaque jour et la question des fortifications alpines cesse d’être secondaire.

Si l’Italie seule serait bien incapable de mener un conflit contre la France, elle pourrait très bien renouer avec les manes de la Triplice de 1882 et se rapprocher de Berlin. La France fait alors un terrible cauchemar d’une attaque allemande sur la frontière du nord-est associée à une attaque italienne dans le Sud-Est, immobilisant des troupes qui auraient été utiles ailleurs.

Le 25 février 1925, le général Nollet, ministre de la Guerre du gouvernement Herriot demande au général Degoutte, commandant désigné de l’Armée des Alpes de «préciser le tracé d’une ligne de résistance de l’Armée des Alpes», événement qui peut être considéré comme le premier acte de la future «Ligne Maginot alpine».

La nature du milieu et le caractère secondaire de ce théâtre d’opérations dans la stratégie française impose des contraintes différentes par rapport à celle du TONE.

Avec des effectifs réduits, elle doit tenir le terrain. Point positif cependant, les ouvrages anciens encore loin d’être déclassés sont en bien meilleur état que les forts Serré de Rivière de l’Est victimes des bombardements du premier conflit mondial et de la nécessité de disposer d’artillerie lourde.

Le projet imaginé par le général Degoutte est composé essentiellement de petits ouvrages qui vont s’insérer dans le système existant. Plus encore que sur le front nord-est, il s’agit d’établir une véritable défense profondeur pour compenser ainsi l’infériorité numérique des troupes françaises face aux italiens qui pourraient aligner 340000 hommes.

Le programme global (ouvrages fortifiés, amélioration des infrastructures de transport) est estimé à 1.2 milliards (5 milliards pour le dispositif Nord-Est).

Des crédits sont débloqués dès 1927 notamment pour améliorer les défenses de Nice mais alors que le programme Degoutte n’à pas encore atteint sa vitesse de croisière, le CDF estime le 23 août 1927 que les ouvrages sont trop prêts de la frontière pour être efficaces.

Un programme réduit destiné à moderniser les défenses de Nice est cependant adopté, la défense de la métropole azuréenne étant jugée prioritaire face aux menaces italiennes, menaces verbales pour le moment.

Au cours de l’année 1927, on renonce à un front continu, le programme initial qui prévoyait 440km à fortifier est réduit à 155km ce qui nécessite tout de même la construction de 400 ouvrages pour un budget global de 400 à 500 millions plus 150 millions pour les routes et téléphériques. Au niveau des troupes, cela nécessite dix-huit bataillons d’infanterie dont douze de chasseurs alpins.

Le «programme Degoutte» est mis en pièces par le CDF le 11 janvier 1928 et il est décidé de tout reprendre à zéro pour uniformiser la situation de la frontière alpine par rapport à la frontière du nord-est. C’est à partir de cette date que l’on peut véritablement parler de «Ligne Maginot alpine», l’étude concernant la défense du Sud-Est étant publié par le CDF le 12 février 1929.

Le 28 mars 1928, en effet, le CORF avait vu son autorité étendue à toutes les frontières de la France, les Alpes vont être l’objet de soins attentifs du Comité d’Organisation des Régions Fortifiées.

Dès le 12 novembre 1928, le comité rend ses conclusions. On renonce à une protection continue au profit de la protection des points vitaux : Nice et les grandes vallées de pénétration, protection s’appuyant sur les reliefs et plus encore que dans le Nord-Est sur les fortifications existantes ce qui génère de substansielles économies.

Concrètement le CDF propose un programme estimé à 700 millions de francs (dont 328 pour la construction et 105 pour l’armement et les munitions), comprennant 103 ouvrages (75 ouvrages à construire, 28 existants à améliorer) représentant 298 organes de feux. Un programme restreint de 205 millions est lancé immédiatement.

Alors que la conception des ouvrages commence en tirant partie du terrain et des conditions météos plus difficiles que dans le Nord-Est, le calendrier est affiné suite à l’approbation du ministre Painlevé.

Dans un premier temps, un programme restreint de 208 millions destiné à parer au plus pressé à savoir le barrage des grands axes, ce programme restreint englobant le programme réduit de la défense de Nice.

Dans un second temps, les travaux complémentaires qui doivent s’achever en six ans (1935-40), ce programme de deuxième urgence allait comme en Alsace-Lorraine être relégué aux oubliettes. La réalisation est confiée au CORF à l’aide de trois délégations à Grenoble, Briançon et Nice qui vont dessiner respectivement les ouvrages des secteurs de Savoie, de Durance et des Alpes-Maritimes.

Ce premier projet est remis en cause par le général Belhague le 31 mars 1930 qui dénonce des insuffisances de ce projet restreint, des insuffisances notamment budgétaires, le projet estimé à 208 millions étant maintenant estimé à 366 millions (+80%).

Le général Degoutte réapparaît alors et propose à nouveau son projet de petits ouvrages plus économiques alors que l’heure est aux économies mais à nouveau, il n’à pas gain de cause, le choix de son projet ayant pour conséquence de provoquer un retard d’un an au minimum.

Néanmoins, le projet Degoutte de petits ouvrages renaît sous la forme des ouvrages d’avant-postes (AP) qui seront construits par la Main d’Oeuvre Militaire (MOM).

Après d’ultimes discussions, le projet est approuvé, un projet de 362 millions qui à la fin de décembre 1930 atteint sa phase de croisière, le projet étant approuvé par le général Weygand le 26 janvier 1931.

Pour résumé cette genèse douloureuse, la ligne maginot alpine présente le même visage que sa consœur alsaco-lorraine, une ligne fortifiée à base d’ouvrages puissants à base d’artillerie avec le renfort d’ouvrages légers dans les intervalles et dans les avant-postes.

Gros ouvrage de Rimplac, Secteur Fortifié des Alpes Maritimes

Gros ouvrage de Rimplac, Secteur Fortifié des Alpes Maritimes

Devant les menaces italiennes, les travaux vont commencer en même temps qu’au Nord-Est à savoir en septembre 1928 avec  l’ouvrage de Rimplas dans les Alpes Maritimes à 80km de Nice.

Pour le reste de la Ligne Maginot Alpine, le gros des travaux commence au printemps 1931 au plus tard à l’été pour les ouvrages en altitude. Outre le gros oeuvre, on commence également le tracé des routes d’accès aux ouvrages. Ce n’est cependant que le 15 décembre 1931 que les derniers marchés sont passés avec des entreprises locales.

Les travaux sont menés à une allure soutenue mais le climat lié à l’altitude réduit pour nombre d’ouvrages la période de travail effective à trois ou quatre mois. Début 1931, six ouvrages de Savoie sont commencés, six en Haute Durance et dix dans les Alpes Maritimes. Dès l’automne 1931 certains ouvrages méridionaux (où le climat permet de travailler toute l’année) peuvent être considérés comme achevés à défaut d’être pleinement opérationnels.

Comme dans le Nord-Est, on assiste à des dépassements de budget, 110 millions de francs dès la fin 1932 ce qui nécessite pour rester dans les clous des ajournements acceptés par le ministre le 28 janvier 1933 mais cela n’économisant que 17 millions, d’autres ajournements ont lieu au printemps 1933.

Comme de nouveaux ajournements seraient préjudiciables à la solidité des positions, on se résout à demander une rallonge au contribuable. C’est chose faite le 6 juillet 1934 quand le Parlement autorise une nouvelle rallonge de 800 millions, nouvelle et dernière rallonge pour régulariser les dépassements des crédits au Nord-Est et dans les Alpes.
En 1935, Paris et Rome se rapprochent et on s’interroge sur l’opportunité de poursuivre la construction des ouvrages défendant les Alpes contre une possible agression italienne. Cette embellie sera cependant de courte durée. En octobre, l’Italie envahit l’Ethiopie, menace l’Angleterre d’une guerre et le 1er novembre 1936 se rapproche définitivement de l’Allemagne, abandonnant sa menace d’intervention en cas d’Anschluss.

La France doit donc se résigner à reprendre les travaux défensifs. La CORF et ses délégations locales ayant été dissoutes depuis le 1er janvier 1936 par le ministre Fabry, la direction des travaux est décentralisée. Celle de l’organisation défensive du Sud-Est est confiée au général Mittelhauser qui en cas de guerre doit prendre la tête de l’armée des Alpes.

Pour le général Mittelhauser, la priorité c’est de terminer l’oeuvre engagée par la CORF et ensuite simplement de remédier aux lacunes constatées. Les travaux sont loins d’être achevés quand éclate le conflit resté dans l’histoire sous le nom de guerre de Pologne et même quand ce conflit se termine, il reste beaucoup de travail et le programme d’avenir décidé par Mittelhauser et approuvé par son successeur le général Besson est loin d’être achevé, fusionnant dans la pratique avec le CEZF.

Le programme CEZF va lui aussi avoir un impact sur le front alpin, des ouvrages de campagne musclés ou des gros ouvrages simplifiés c’est selon vont être construits, amélioration sensiblement la défense de certains secteurs notamment les plus négligés comme le SD-Rhône.

La Corse

Quand il arrive au pouvoir en 1922, Mussolini va jouer sur la corde nationaliste, profitant de la frustration d’une Italie qui s’estime volée dans ses revendications territoriales. Aux traditionnelles régions irrédentes de Dalmatie, de l’Istrie et du Tyrol, le dictateur italien ajoute d’autres terres ayant autrefois appartenu à l’Italie : le duché de Savoie, le comté de Nice et la Corse.

L’Ile de Beauté n’étant situé qu’à 12km de la Sardaigne, celle-ci clairement menacée par les armées italiennes. Aussi dès 1926, le général Debeney s’inquiète des fortifications protégeant la Corse et s’en ouvre au chef d’état-major de la marine, le vice-amiral Salaun.

Le constat fait par ce dernier n’est guère rassurant. Si Ajaccio bénéficie d’une défense de côte assez solide, ce n’est pas le cas de Bastia et de la région Bonifaccio-Porto-Vecchio. Un débarquement amphibie italien n’aurait aucun mal à investir le sud de l’île en profitant également de la médiocrité des infrastructures routières et ferroviaires de l’île.

Cette préoccupation est également partagée par les parlementaires à partir de mars 1927 quand le sénateur Tissier de la commission de la Marine au Sénat attire l’attention de ses collègues. Les premiers projets ébauchés prévoit un renforcement des défenses des approches de Bonifaccio et d’Ajaccio et néglige la défense de Bastia.

Contrairement aux défenses du Nord Est ou aux défenses alpines, les premiers travaux sont menés au coup par coup avec par exemple la construction d’une batterie de 4 canons de 138mm à Boca di Valle qui est achevée en 1930. un projet nettement plus ambitieux avec deux tourelles de 340mm et quelques batteries annexes est repoussée à plus tard en raison de son coût démesuré (200 millions).

Cependant les défenses réalisées au coup par coup jusqu’au début des années trente sont très vulnérables à une attaque par l’arrière au cas ou l’ennemi débarquerait dans les baies situées à l’est et à l’ouest de Bonifaccio. C’est là que la CORF va intervenir pour parer à cette menace.

Le 13 avril 1928, le ministre de la guerre demande au général Fournier, commandant supérieur de la défense de la Corse de lui proposer un programme de défense de l’île. Son projet très complet (défenses des côtes, infrastructures de transport, terrains d’aviation) pour un coût global de 6 milliards de francs.

On ne lui accorde que 42 millions et pas un centime dans la loi-programme du 14 janvier 1930 alors qu’un exercice combiné armée-marine exécuté en mars 1929 avait montré la position stratégique de Bonifaccio et la nécessité de protéger l’arrière.

En octobre 1930, le général Fournier revient à la charge en proposant pour dix millions, la constructions de 25 petits blocs de campagne pour défendre les plages du sud de l’île et barrer les routes menant à Bonifaccio.

Ce projet reçoit un accueil favorable du parlement qui estime néanmoins nécessaire de consulter la CORF. Après une reconnaissance sur le terrain réalisé en février 1931, un rapport est publié en avril 1931.

Le 25 juin 1931, ce rapport est examiné par le sénateur Charles Dumont _rapporteur général du budget au Sénat_, le général Gamelin et l’amiral Levavasseur _inspecteur général des forces maritimes du Midi_. Le projet est approuvé par le ministre de la Marine le 7 juillet et par le ministre de la Guerre le 14 août 1931.

Parallèlement le 15 juin 1931, le projet 344/F du colonel André qui reprend en partie le plan du général Fournier, détaille le programme qui bénéficie d’un budget de 25 millions pour construire des routes, développer un réseau de transmission et construire de petits casemates destinés à protéger les approches terrestres de Bonifacio.

En octobre 1933, les travaux sont désormais évalués à 27 millions (casemates, routes et rocades, nouvelle caserne de Bonifacio) auxquels il convient d’ajouter un montant de deux millions pour l’armement et les munitions.

La réalisation effective commence en 1932, les derniers travaux sont approuvés par le ministre le 1er octobre. L’ensemble réalisé par la CORF représente trois casemates d’artillerie et douze casemates d’infanterie auxquelles s’ajoutent cinq abris réalisés par la Main d’Oeuvre Miliaire.

Les travaux réalisés au début des années trente sont complétés en 1939/40 au cours de la guerre de Pologne et immédiatement après celle-ci par des travaux complémentaires, complétant les défenses de Bonifacio et améliorant nettement celles des approches de Bastia.

Comme ailleurs le CEZF va réaliser des travaux en Corse notamment dans la région de Porto Vecchio et de Solenzara où une importante base aérienne est construite avec comme but évident d’attaquer l’Italie et de rendre invivable la mer Tyrrhénienne ce qui devrait considérablement gêner la marine italienne qui dispose là de deux bases importantes : La Spezia près de Gênes et Gaète près de Naples.

22-Armée de terre : armement et matériel (104) ordre de bataille (38)

R-Stratégie générale et plans d’action

Préambule

Mise à part le plan Dyle-Breda imaginé par le général Gamelin, il n’y à pas de véritable stratégie militaire qu’elle soit offensive et défensive. On semble guidé par les événements, réagissant plutôt qu’agissant.

Il y à là à la fois un manque de volonté de prendre l’ennemi à la gorge mais également certaines limites propres aux démocraties. Si l’Allemagne nazie ou l’Italie fasciste peuvent se permettre de violer la neutralité d’un pays pour satisfaire leurs intérêts vitaux, la France et la Grande Bretagne ne peuvent se permettre un tel impair au droit international, impair qui donnerait alors le beau rôle à Rome et surtout à Berlin.

Le général Villeneuve appuyé par le gouvernement conservateur veut rémédier à cela. Ils veulent pouvoir anticiper les actions potentielles de l’ennemi et pour cela décide de tracer des plans militaires d’action tout en améliorant la diplomatie et la propagande.

La renaissance de la Petite Entente

A l’origine la Petite Entente est une alliance militaire passée entre la Tchécoslovaquie, la Roumanie et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes _Yougoslavie à partir de 1929_ signée le 14 août 1920 pour se prémunir de la menace hongroise.

Cette alliance est renforcée par des accords bilatéraux entre la Roumanie et la Tchécoslovaquie (23 avril 1921), entre la Roumanie et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes (7 juin 1921) et entre le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes et la Tchécoslovaquie (31 août 1921). La Petite Entente entend garantir, par la force si besoin, les traités de paix et notamment celui de Trianon (4 juin 1920).

Cette alliance est cependant imparfaite et incomplète puisque ne prenant pas en compte les autres menaces que ce soit l’URSS (vis à vis de la Roumanie), l’Italie (vis à vis de la Yougoslavie) ou encore l’Allemagne et la Pologne (vis à vis de la Tchécoslovaquie).

Suite aux accords de Locarno, la France signe des alliances militaires avec Prague (16 octobre 1925), avec Bucarest (10 juin 1926) et Belgrade (novembre 1926).

Cependant cette alliance ne va être d’aucun secours alors que la guerre menace chaque jour un peu plus à la fois en raison des hésitations et de la prudence française mais également en raison des divergences entre signataires et de l’évolution intérieure de ces pays.

Effondrée, ridiculisée, la Petite Entente renait sous une nouvelle forme avec la Yougoslavie et la Grèce avec qui Paris signe des traités d’amitié et de coopération, respectivement le 14 septembre 1945 et le 8 octobre 1946. Des tentatives vis à vis de la Hongrie, de la Roumanie et de la Bulgarie se heurtent à une telle inertie qu’elle équivaut à une fin de non recevoir.

Cette relance est donc limitée mais s’accompagne d’une coopération politique et militaire avec notamment la livraison de matériel militaire moderne ainsi que l’envoi comme dans les années vingt de missions militaires, le général Gamelin dirigeant celle en Yougoslavie et le général Georges celle envoyée en Grèce.

A l’ouest rien de nouveau

Une reprise du plan Dyle-Breda

A l’ouest rien de nouveau en effet car le général Villeneuve privilégie les plaines belges comme théâtre d’opérations principal, une attaque sur le Rhin et un passage en force de la ligne Siegfried lui semblant bien trop hasardeux pour en faire le Schwerpunkt d’une offensive alliée.

La Ligne Maginot sert donc de bouclier et l’aile marchante se trouve entre la mer du Nord et les Ardennes.

En cas d’offensive allemande, les troupes du Groupe d’Armée n°1 à l’exception de la 2ème armée doit pénétrer en Belgique pendant que les Corps d’Armée de réserve et/ou l’Armée Polonaise en France sont mis en alerte prêt à gagner la frontière pour renforcer l’aile marchante ou repousser une percée allemande.

Si les alliés prennent l’offensive, le scénario est le même sauf que les Corps de Réserve gagnent le sud de la Belgique laissant 100 à 150km avec la ligne de front pour soit soutenir les unités engagées ou empêcher d’être débordés par les allemands.

L’objectif est d’atteindre le Rhin, de contrôler ces ponts et ensuite plusieurs options s’ouvrent aux alliés :

-Une option Nord menant à Hambourg, Brême et les ports de la Baltique et pour tendre la main aux danois. Cette option est défendue par les anglais qui voit là un moyen d’isoler la Kriegsmarine en Baltique et tordre définitivement le cou à une menace amphibie sur les côtes anglaises.

Cette hypothèse ne rencontre chez les français que le scepticisme. Les plus virulents y voit qu’une volonté des britanniques que de défendre leurs intérêts et leur sécurité et les plus polis comme le généralissime Villeneuve y voit un intérêt militaire limité à la possibilité d’envoyer renforts et hommes par ces ports (si ils n’ont pas été sabotés et minés par les allemands) et l’armée danoise aurait bien «du mal à s’insérer dans la manoeuvre générale en raison de sa faiblesse numérique et de sa non participation à un conflit depuis 1866».

-L’option Centre est nettement plus intéressante. En effet, il vise à neutraliser la Rhur, l’un des poumons économiques allemands avec la Silésie. Si sa prise ne mettra pas fin à la guerre, elle aurait le mérite de priver l’Allemagne d’une part non négligeable de sa production de charbon et d’acier.

Le Rhin franchit, les forces alliées devraient exercer un mouvement tournant pour encercler cette zone en coopération avec le Groupe d’Armée n°2 qui pourrait lancer une offensive frontale contre le Westwall ou ligne Siegfried ou contourner cette «muraille de l’ouest» par le Sud, ces deux pinces pouvant faire de sacrés dégâts.

-L’Option Sud est fortement liée à la précédente sauf que cette fois l’attaque serait dirigé en direction de la Bavière et de l’Autriche puis de la défunte Tchécoslovaquie, éventuellement en liaison avec l’URSS.

Tout ceci reste bien entendu de grandes théories et comme tous les plans militaires soumis à de nombreux aléas dont le moindre étant la réaction de l’ennemi qui réagit rarement comme on le voudrait dans les simulations. La sagesse militaire disant d’ailleurs que la première victime de la guerre c’est le plan.
Scandinavie et Balkans : deux fronts périphériques

Comme nous l’avons vu, la France avait songé à intervenir en soutien de la Finlande agressée par l’armée Rouge. Cela ne s’est pas fait, la seule assistance étant l’envoi d’armes et de conseillers militaires.

Cela n’empêche pas la France et la Grande Bretagne de surveiller cette région et d’échaffauder des plans d’intervention avec toutes les difficultés que cela comporte : neutralité des pays concernés, absence de frontière terrestre commune obligeant à tout transporter par mer dont le contrôle est disputée par une marine puissante……. .

Si une intervention préventive est impensable pour les raisons expliquées plus haut (une violation de neutralité faisant les affaires de l’Allemagne), une intervention après agression allemande est possible voir même souhaitable.

Débarquer en Finlande ? Peu utile et délicat en raison d’un climat hostile et surtout que ce geste pourrait être mal interprété par Moscou sans parler du fait qu’il faudrait l’accord des finlandais.

Débarquer en Suède ne serait possible qu’en Scanie et nécessiterait une maitrise de la Baltique et une maitrise de l’espace aérien ce qui serait difficile et générait de lourdes pertes.

Il reste donc le Danemark ou la Norvège. Leur contrôle par les allemands serait une catastrophe pour les alliés, permettant aux allemands d’y stationner avions, sous-marins et navires de surface, donnant à l’Allemagne une marge de manoeuvre appréciable.

Entre 1940 et 1948, Paris et Londres essayeront de convaincre Oslo de sortir de sa stricte neutralité et de rejoindre une alliance formelle. Le gouvernement norvégien refusera avec énergie, estimant qu’une telle position provoquerait le courroux allemand.

Il ne reste plus qu’une intervention a posteriori des troupes alliées sous la forme d’un Corps Expéditionnaire composé de troupes anglaises, françaises et polonaises (une brigade de montagne levée en Ecosse) soutenu par les flottes alliées et des forces aériennes basées en Grande Bretagne, essentiellement des unités de la Royal Air Force et quelques unités composées de pilotes polonais et tchèques.

Ce corps expéditionnaire doit soutenir la petite armée norvégienne (8 à 20000 hommes selon les sources) et stabiliser la situation le temps que d’autres unités alliées ne débarquent pour chasser les allemands de Norvège.

Quand au Danemark, le général Villeneuve ne se fait pas d’illusions sur sa capacité de résistance face à une attaque allemande décidée «Au pire, ils laisseront passer les troupes allemandes et au mieux meneront quelques combats pour l’honneur. J’aurais aimé que l’esprit des redoutables vikings animent les soldats danois» (Général Villeneuve Mémoires d’un simple soldat Grasset 1957).

Une intervention en direction du Danemark est écartée, tout juste pourrait-on imaginer un raid aéronaval contre les forces allemandes pour géner leur progression vers la Norvège ou l’action décidée des sous-marins contre les convois venant des ports allemands de la mer du Nord, des piqures d’épingle à l’efficacité limitée.

Dans le cas où l’intervention alliée serait un succès, les troupes déployées en Norvège progresseraient vers le Danemark pour fixer l’ennemi et divertir des forces faisant face aux forces alliées sur le Rhin, dans les plaines belges et aux Pays Bas.

Pour cette intervention en Norvège, la France prévoit d’engager la 1ère Division Légère d’Infanterie, la Brigade de Haute Montagne, des unités de la Légion Etrangère, deux compagnies de chars autonomes, de l’artillerie et des unités de soutien cette force devant servir à «mettre le pied dans la porte», à contrôler les principaux ports pour permettre l’arrivée de renforts plus lourds.

En ce qui concerne les Balkans, la situation est différente et ce pour plusieurs raisons :

-L’Italie est une puissance militaire nettement moins impressionante que l’Allemagne

-Les alliés bénéficient de bases plus proches qu’il s’agisse de l’Egypte et de la Palestine mandataire pour la Grande Bretagne, de la Syrie et du Liban pour la France.

-Des accords militaires ont été signé avec la Grèce et la Yougoslavie, des plans communs signés dans un but défensif ou offensif.

Néanmoins, il est admis que l’intervention alliée est plus probable suite à une attaque allemande ou suite à une demande grecque ou yougoslave d’un soutien militaire pour contrer la Bulgarie à la neutralité bienveillante vis à vis de l’Allemagne et à la Roumanie largement inféodée à Berlin sans oublier la Hongrie du régent Horty.

Néanmoins une option stratégique Balkans est étudiée par l’état-major allié dans le cadre d’une action concertée contre l’Italie.

Une stratégie prévoyant une attaque par l’Albanie suivit d’une remontée par le Monténégro et la Dalmatie en liaison avec l’armée yougoslave direction l’Istrie ce qui permettrait de pénétrer en Italie par le Nord.

Parallèlement, d’autres troupes alliées pourraient débarquer dans la région de Bari et de Tarente pour remontrer la péninsule jusqu’à Rome et hâter la chute d »un régime qui serait durablement affaibli par la perte de la Sardaigne, de la Sicile et de l’Afrique Septentrionnale Italienne, l’actuelle Libye.

Contre l’Italie,une stratégie indirecte

Alliés durant le premier conflit mondial, la France et l’Italie ont oscillé durant l’entre-deux-guerre entre une franche amitié et une hostilité à peine voilée liée à une rivalité maritime (l’Italie ayant obtenu la parité avec la France au traité de Washington en 1922) et aux revendications mussoliniennes sur Nice, la Savoie, la Corse, la Tunisie et Djibouti considérées comme «terres irrédentes».

C’est le refus des français et des anglais de soutenir les prétentions italiennes sur l’Abyssinie qui poussa Rome à mettre bas les masques et se rapprocher clairement de Berlin (axe Rome-Berlin, pacte anti-Kommintern…….).

Durant la guerre de Pologne, l’Italie se déclare en état de non-belligérance, refusant de s’engager clairement aux côtés des troupes allemandes, proposant même sa médiation durant la crise qui mène à l’ouverture du conflit.

Entre 1940 et 1948, une véritable guerre froide règne entre l’Italie et la France, plusieurs incidents de frontière sur les Alpes et dans les colonies sont à deux doigts de déclencher un véritable conflit armé.

Les plan français sont régulièrement revus en fonction de la montée en puissance (relative) des forces italiennes qui sont en septembre 1948 nettement mieux préparées que neuf ans plus tôt.

-Sur les Alpes, la défensive prévaut. Les fortifications de la Ligne Maginot alpine protègent la France d’une attaque italienne surprise et un raid amphibie sur les côtes de Provence serait aisement contré par la 2ème Escadre stationnée à Toulon (cinq cuirassés, un porte-avions, des croiseurs lourds et légers), l’aviation basée dans le Sud-Est et en Corse……. .

L’action semble devoir se déplacer plus au sud en direction de la Sardaigne, de la Sicile et de l’ASI, véritables ventres mous de la défense italienne.

En cas d’attaque italienne sur les Alpes, il est prévu une riposte immédiate de l’aviation avec des raids sur l’industrie dans la région de Turin, sur le port de Gênes pour désorganiser gravement la logistique italienne.

Il est prévu également de mener le même type de raids sur la Sardaigne et la Sicile, des raids d’ampleur pour faire croire à un prochain débarquement allié alors que l’action principale est prévue contre l’ASI pour débarasser l’Afrique du Nord de la présence italienne et sécuriser le flanc sud des alliés pour rendre par exemple plus sure la traversée de convois entre le détroit de Gibraltar et le canal de Suez.

L’action principale sera menée par la France depuis la Tunisie voir l’Algérie, les anglais se contentant de fixer les forces italiennes à Benghazi.

Espagne, Portugal et Turquie : à surveiller

La péninsule ibérique est partagée entre neutralité et engagement aaux côtés des forces de l’Axe notament l’Espagne, Franco devant son arrivée en pouvoir au soutien massif de l’Italie et de l’Espagne et dans une moindre mesure le Portugal de Salazar.

L’hypothèse d’une attaque espagnole qui apparaît probable en 1939 devient de plus en plus improbable au fur et à mesure où les années passent, Franco devant assurer son pouvoir face à des maquis communistes et anarchistes remuants, relancer l’industrie et réparer les dégâts de la guerre civile.

De plus, une politique d’influence est menée vis à vis de la faction pro-alliée du gouvernement espagnol pour faire pencher du côté d’une neutralité bienveillante, la politique extérieure espagnole au grand dam de Ramon Serano Suner, le cunadissimo «le beaufrerissime», beau frère de Franco et accessoirement ministre des Affaires Etrangères, notoirement connu pour ses sympathies pro-allemandes.

Cette politique d’influence est mené en liaison avec la Grande-Bretagne et les Etats-Unis du moins jusqu’en 1944 quand le président Linbergh tourne le dos à l’Europe.

Outre l’action des diplomates français à Madrid et à Lisbonne, on trouve une aide économique en argent et en nature (huile, blé, charbon) sans parler d’une livraison très discrète de matériel militaire.

Résultat si en 1948, des troupes françaises sont déployées dans les Pyrénées c’est plus pour donner le change vis à vis des allemands ce que Franco dans son palais d’Orient à Madrid comprend très bien.

Vis à vis du Portugal, les relations sont polies sans chaleur ni hostilité. L’influence britannique et la faiblesse de l’armée portugaise rend illusoire une action hostile vis à vis de la France, de l’Angleterre et des colonies.

Des plans sont cependant dressés au cas où pour occuper le Maroc espagnol et les colonies portugaises ainsi que les Açores et Madère. Il est néanmoins acquis que ces plans ne seront déclenchés que si Lisbonne nous devient réellement hostile.

En ce qui concerne la Turquie, la cession à Ankara du Sandjak d’Alexandrette en 1939 à amadoué la Turquie peut pressée de répondre aux solicitations allemandes et surtout inquiète du renforcement de la flotte russe reste dans une neutralité prudente.

Orient lointain

En Extrême Orient, la menace japonaise est prégnante. La guerre sino-japonaise lancée en 1937 menace clairement l’Indochine.

De plus, les richesses du Sud-Est asiatique (pétrole des Indes Néerlandaises, caoutchouc de Malaisie, charbon et riz d’Indochine) sont clairement convoitées par le Japon qui sous couvert de «L’Asie aux asiatiques» et de «Sphère de coprospérité» rêve d’agrandir son empire colonial.

Cette menace devient prégnante à partir de 1943 quand une nouvelle offensive réduit encore un peu plus le territoire contrôlé par le Guomintang de Tchang-Kaï-Chek au point que l’on craint un accord entre la Chine et le Japon.

La France renforce clairement ses positions en Indochine avec des unités plus modernes, mieux entrainées et mieux équipées.

La stratégie est clairement défensive mais une défensive agressive s’appuyant sur un relief favorable à la défense. Les priorités sont de couvrir la conurbation Hanoï-Haïphong en s’appuyant sur la ligne Doumer, la frontière ne devant faire l’objet que de combats retardateurs.

Plus au sud, les villes de Hué et de Tourane doivent devenir des forts sur lesquels la machine de guerre nippone doit se briser, le commandement espérant pouvoir tenir une à deux semaines avant de devoir se replier plus au sud.

La base navale de Cam-Ranh avec ses puissantes fortifications doit servir d’abcès de fixation, un point d’ancrage sur lequel la défense doit s’organiser, un assaut japonais direct sur la base semblant peu probable.

Si ou plutôt quand la base est tombée, les forces encore en état de combattre doit lutter en retraitant jusqu’à Saïgon, la capitale de la Cochinchine disposant de fortifications de campagne permettant à la ville de tenir le plus longtemps possible.

Ensuite, quand cessera toute résistance organisée, le commandement français espère en liaison avec des sectes nationalistes voir le parti communiste indochinois organiser un guérilla dans le Delta du Mékong pour rendre la vie impossible aux japonais et les empêcher d’exploiter leur conquête.

Et pour finir…….Le Pacifique

Dans cette région, la France est présente sur le Caillou _La Nouvelle Calédonie_ et en Polynésie, deux territoires aux destins différents.

En effet, si l’archipel polynésien est hors de portée des japonais (qui ne s’y intéressèrent guère), tel n’est pas le cas de la Nouvelle Calédonie qui permettrait en cas de capture par les japonais de menacer les communications entre les Etats Unis et le bloc Australie-Nouvelle Zélande.

D’où le renforcer des installations portuaires et d’entretien, la construction d’une base aérienne/hydrobase/base aéronavale à Nouméa-Tantouta et le déploiement de forces plus modernes qu’elles soient terrestres, aériennes et navales.

Il est prévu que els américains y déploient une division, de l’artillerie et de l’aviation et que Nouméa devienne une base de ravitaillement et une base d’entretien avancé, les navires endommagés par les combat devant y être sommairement réparés avant de rallier Pearl Harbor ou la côte ouest pour une remise en état complète doublée d’une modernisation.

La stratégie est comme ailleurs défensive et dépendra de la capacité ou non des britanniques de tenir la Malaisie et Singapour, aux néerlandais de s’accrocher à leurs Indes et aux américains de rendre très indigeste la conquête des Philippines. Un renforcement des défenses des Salomon par l’Australie est fortement envisagée, une base aérienne devant être construite sur l’île de Guadalcanal.

21-Armée de terre (65)

Les régiments d’artillerie de la Ligne Maginot (1) : les RARF/RAMF

Préambule

La mise en place de la «Muraille de France» plus connue sous le nom de la Ligne Maginot entraine un changement sensible dans l’armée française avec la création de l’infanterie de forteresse. Il faut aussi armer les ouvrages et garder les intervalles. On décide de créer une artillerie de forteresse aussi spécialisée que l’est l’infanterie de forteresse.

Le 15 avril 1933, dans la Région Fortifiée de Metz, le 39ème RARF voit le jour avec deux groupes de 75mm et un groupe de 155C en compagnie de deux régiments d’artillerie de position, les 151ème et 163ème RAP.

Le même jour, dans la Région Fortifiée du Lauter, est mis sur pied le 155ème RAP qui fournit trois groupements de position, deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.

Si aucune unité n’est prévue pour le Rhin, au niveau des Alpes, il est prévu deux régiments d’artillerie de position, le 154ème RAP de Grenoble et le 157ème RAP de Nice.

Le 1er septembre 1935, le groupement automobile du 155ème RAP devient le 59ème RARF à Sarrebourg et un an plus tard, le 39ème RARF se dédouble pour former le 46ème RARF.

Le paysage de l’artillerie de forteresse ne cessait d’évoluer en fonction de l’extention et de l’évolution de la Ligne Maginot. En 1935, le 5ème groupe du 151ème RAP s’installe à Stenay dans le Secteur Fortifié de Montmedy tandis que le 4ème groupe s’installe à Belfort, reprennant les traditions du 188ème RALT.

En 1936, le 5ème groupe créé le 1er juin s’établit à Morhange pour fournir l’artillerie au Secteur Défensif de la Sarre dépourvu d’ouvrages d’artillerie. En 1937, le 15ème RAD de Douai créé un groupe de position (7ème groupe) alors qu’un second groupe du 155ème RAP s’installe à Strasbourg au sein du Secteur Fortifié du Bas-Rhin.

Toujours en 1937, de nouveaux régiments d’artillerie de position sont mis sur pied comme le 166ème RAP créé à partir du 5ème groupe du 155ème RAP et d’éléments du 59ème RARF, ce régiment assurant notamment l’artillerie du SF de Rorbach.

Dans la 7ème région militaire (Besançon), le 159ème RAP est mis sur pied avec les deux groupes de position du 188ème RA.

En 1938, le 3ème et 7ème groupes du 17ème RAD sont transformés en unités de type forteresse et déployés respectivement à Sedan et Stenay.

D’autres modifications auraient du être menées mais le déclenchement de la guerre de Pologne ne le permet pas.

Les régiments mobiles d’artillerie de forteresse (RAMF)

En août 1939, les trois régiments d’artillerie de région fortifiée du temps de paix (39ème, 46ème et  59ème RARF) vont donner naissance à sept régiment de guerre affectées à la défense de la RF Metz et de la RF Lauter. Deux autres régiments sont mis sur pied à partir du 17ème RAD (pout le 99ème RAMFH) et un noyau actif du 1er groupe du 166ème RAP pour le 49ème RAMF du SD Sarre.

A ce moment donné, une question de sigle se pose. RARF ? RAMF  voir même RAAF (Régiment Automobile d’Artillerie de Forteresse pour le 23ème) ou RAMFA (Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse Automobile) ?

Pour des raisons de commodités, j’ai choisit le terme RAMF, le terme mobile permettant de différencier ces régiments des RAP.

Chaque RAMF mobilisé dispose d’un état-major, d’une batterie hors-rang, de deux groupes de 75mm modèle 1897 et un groupe de 155C modèle 1917, tous les canons étant à traction automobile.

Chaque groupe est organisé en un état-major, une colonne de ravitaillement et trois batteries de quatre pièces.

-Le 23ème régiment d’artillerie mobile de forteresse est mis sur pied par le CMA 46 de Metz avec l’aide d’un noyau actif du 39ème RARF et affecté au Secteur Fortifié du Boulay. Il compte deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.  Il est maintenu en ligne après la démobilisation.

-Le 39ème régiment d’artillerie de région fortifiée de Metz est créé le 15 avril 1933 avec des batteries issues du 61ème RA et les deux groupes lourds du 25ème RAD.

Le 1er septembre 1936, le 39ème RARF se dédouble pour former le 46ème RARF et un nouveau 39ème RARF avec deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.  A l’hiver 1937-38, ce régiment est motorisé et devient le 39ème RAMF ou Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse.

A la mobilisation d’août 1939, le 39ème RAMF se dédouble à nouveau, formant un 23ème RAMF et un 39ème RAMF de guerre qui est affecté au Secteur Fortifié de Faulquemont. Il est maintenu en ligne sous cette forme après la démobilisation.

-La 46ème régiment d’artillerie de région fortifiée de Thionville est recréé le 1er septembre 1936 sous le nom de 46ème RARF par dédoublement du 39ème RARF. Lors de la mobilisation, il se dédouble en deux régiments «de guerre», le 46ème et le 70ème RAMF.

Ce régiment de guerre compte comme les autres RAMF/RARF deux groupes de 75mm équipés de modèle 1897 et de 155C montés sur pneumatiques. Il est maintenu en ligne après la démobilisation de l’été et l’automne 1940.

-Le 49ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (ou de Région Fortifiée) est mis sur pied à la fin du mois d’août 1939 avec un noyau actif du 1er groupe du 166ème RAP. Comme les autres régiments de ce type, il forme deux groupes de 75mm et un groupe de 155C, formant l’artillerie mobile du Secteur Fortifié de la Sarre. Il est dissous à la démobilisation d’août/septembre 1940.

-Le 59ème régiment d’artillerie de région fortifiée de Sarrebourg est officiellement créé à Sarrebourg le 1er septembre 1935 par changement du nom du groupement d’artillerie mobile de la RF Lauter (5ème, 6ème et 7ème groupe du 155ème RAP).

En avril 1937, le 59ème RARF compte six groupes, quatre groupes à Sarrebourg au sein de la Région Fortifiée de la Lauter et deux groupes à Morhange au sein du Secteur Défensif de la Sarre, ce dernier détachement étant à la base du 166ème RAP.

En 1939, le 59ème RARF compte trois groupes de 75mm à deux batteries et un groupe de 155C à trois batteries. A la mobilisation, le 59ème RARF donne naissance à trois régiments de guerre, les 59ème, 60ème et 69ème RAMF.

Le 59ème RAMF de guerre est formé par le 3ème groupe du 59ème RARF et de la 15ème batterie (155) et compte deux groupes de 75mm et un groupe de 155C, régiment affecté au Secteur Fortifié du Rorbach. Il est maintenu en ligne après la démobilisation.

-Le 60ème régiment d’artillerie mobile de forteresse est mis sur pied par le CMA 220 de Sarrebourg en août 1939 à partir d’un noyau actif formé par le 1er groupe du 59ème RARF et affecté au 43ème Corps d’Armée de Forteresse (ex-Secteur Fortifié des Vosges). Il est maintenu en ligne après la démobilisation.

-Le 69ème RARF/RAMF est mis sur pied par le CMA 220 de Sarrebourg à partir du 2ème groupe du 59ème RARF et affecté au Secteur fortifié d’Haguenau avec un groupe de 75mm tracté et un groupe de 155C. Il est maintenu après la démobilisation.

-Le 70ème RAMF est mis sur pied en août 1939 avec un noyau actif du 46ème RARF, formant avec le 151ème RAP l’artillerie du Secteur Fortifié du Thionville. Comptant deux groupes de 75mm et un groupe de 155C automobile, il est dissous au mois d’août 1940.

-Le 99ème régiment d’artillerie mobile de forteresse hippomobile est mis sur pied par le CMA 2 de Sedan avec pour noyau actif, le 3ème groupe du 17ème RAD et affecté au SF de Montmedy. Il est dissous en août 1940.

A la mobilisation de septembre 1948, les 49ème et 70ème RAMF sont réactivé. A partir d’octobre 1948 alors que la guerre fait rage en Norvège, on renforce les RAMF en leur ajoutant un troisième groupe de 75mm équipé de canons TAZ modèle 1939, la mission de ce troisième groupe étant davantage la lutte antichar à longue portée que le tir d’interdiction.

Les régiments d’artillerie de la ligne Maginot (2) : les régiments d’artillerie de position (RAP)

Comme pour les RARF/RAMF, les régiments d’artillerie de position (RAP) du temps de paix vont donner naissance à des régiments de mobilisation. En juillet 1939, on trouve sept régiments d’artillerie de position d’active :

-Le 151ème régiment d’artillerie de position de Thionville

-Le 154ème régiment d’artillerie de position de Grenoble

-Le 155ème régiment d’artillerie de position d’Haguenau

-Le 157ème régiment d’artillerie de position de Nice

-159ème régiment d’artillerie de position de Belfort

-163ème régiment d’artillerie de position de Metz

-166ème régiment d’artillerie de position de Morhange

A la mobilisation, ces sept régiments vont donner naissance à vingt-régiments d’artillerie de position numérotés de 150 à 170. A la différence des RAMF, le matériel des régiments de position est extraordinairement hétérogène et très ancien.

150ème régiment d’artillerie de position

-Le 150ème régiment d’artillerie de position est mis sur pied à la fin du mois d’août par le CMA 220 (Sarrebourg et Sarre-Union) à partir d’un noyau actif pour fournir par le 3ème groupe du 166ème RAP.

Affecté au Secteur Fortifié de Rorbach, ce régiment dispose d’un PC, d’un 1er groupe chargé de l’action d’ensemble avec des canons de 155mm (8 155L modèle 1918 et 8 155L modèle 1877) et des canons de 145mm (8 canons de 145L modèle 1916), d’un 2ème groupe chargé de l’appui du 153ème RIF (8 canons de 155L modèle 1918, 8 canons de 155C Saint Chamond et 8 canons de 120L De Bange), un Groupement d’ouvrages et une Section de Transport Automobile.

A la démobilisation, le régiment est dissous mais le 1er groupe est transféré au 59ème RAMF. Cette situation perdure jusqu’au 1er septembre 1948 quand le 150ème RAP est réactivé et que le premier groupe retrouve son régiment d’origine avec le même matériel moins les canons de 120mm De Bange remplacés par des canons de 105mm modèle 1913.

Le 151ème régiment d’artillerie de position

-Le 151ème régiment d’artillerie de position est créé le 5 mai 1929 à Thionville et à Douai à partir du 311ème régiment d’artillerie et d’un groupe du 15ème RAD (futur 3ème groupe du régiment). Le 15 avril 1933, le 151ème RAP forme avec le 39ème RA(futur RARF) et le 163ème RAP, l’artillerie de la Région Fortifiée de Metz.

Le 16 mars 1936, il est réorganisé en batteries d’ouvrages et de positions répartis en six groupes avec trois groupes de forteresse regroupant six batteries et un groupe de position avec trois batteries. Le 1er avril 1937, une nouvelle batterie d’ouvrage rejoint le régiment.

A la mobilisation d’août 1939, le 151ème RAP se dédouble pour donner naissance au 151ème RAP de guerre à deux groupes de position et le 152ème RAP à un groupe de position.

Le 151ème RAP de guerre est affecté au Secteur Fortifié de Thionville disposant pour assurer sa mission d’un 1er groupe avec deux batteries de 4 canons de 155L modèle 1877 et une batterie lourde avec deux canons de 240mm modèle 1884 et deux canons de 220L modèle 1917 alors que le 2ème groupe dispose de trois batteries disposant chacun de quatre canons de 155L modèle 1877.

Maintenu après la démobilisation, le régiment reçoit deux groupes de 75mm du 70ème RAMF dissous en août 1940 ce qui entraine une profonde réorganisation :

-1er groupe avec trois batteries de quatre canons de 155L modèle 1877

-2ème groupe avec deux batteries de quatre canons de 155L modèle 1877 et deux batteries de 75mm (issus du 70ème RAMF)

-3ème groupe équipé de quatre batteries de 75mm (issus du 70ème RAMF)

-une batterie lourde indépendante avec deux canons de 240mm modèle 1884 modifié 1944 et deux canons de 220L modèle 1917.

Suite à la mobilisation d’août 1948, le 151ème RAP met sur pied une nouvelle organisation. Il participe ainsi à la réactivation du 152ème RAP tandis que les batteries de 75mm forment à nouveaux deux groupes de 75mm. Le 151ème RAP est organisé alors avec un 1er groupe à trois batteries de quatre canons de 155L modèle 1877 et un 2ème groupe disposant de deux batteries de quatre canons de 155L modèle 1877 plus la batterie lourde ancienement indépendante.

152ème régiment d’artillerie de position

-Le 152ème régiment d’artillerie de position est mis sur pied à la fin du mois d’août 1939 à Thionville et Conflans-Labry par le Centre Mobilisateur d’Artillerie n°206 (CMA 206) avec un noyau actif fournit par les 2ème et 5ème groupe du 151ème RAP, le nouveau régiment occupant le Secteur Fortifié de Crusnes.

Ce régiment dispose de trois batteries d’ouvrages et d’un groupe de position disposant de deux batteries de 155C modèle 1917 et deux batteries de 155L modèle 1877. A la démobilisation, le régiment est dissous.

Réactivé le 1er septembre 1948, le 152ème RAP dispose de la même organisation mais les canons de 155L modèle 1877 ont été remplacés par des canons de 155C modèle 1917, unifiant l’équipement du régiment.

153ème régiment d’artillerie de position

-Le 153ème régiment d’artillerie de position est mis sur pied à la fin du mois d’août 1939 par le CMA 46 à Metz et dans sa région avec un noyau actif fournit par les 2ème et 3ème groupe du 163ème RAP, le premier pour les batteries d’ouvrages, le second pour les batteries de position.

Affecté au Secteur Fortifié du Boulay, ce régiment dispose des moyens suivants :

-Un premier groupe pour appuyer le 162ème RIF avec trois batteries de quatre canons de 75mm modèle 1897 et une batterie de quatre canons de 240L modèle 1884

-Un deuxième groupe disposant de cinq batteries de 155L modèle 1877 et de deux batteries de 120L remplacés ultérieurement par des canons de 105L modèle 1913

-Un troisième groupe disposant de trois batteries de quatre canons de 155L modèle 1918 Schneider

-Un quatrième groupe assure l’appui du 160ème RIF avec deux groupes de 75mm modèle 1897 et deux canons de 65mm pour la lutte antichar.

A cela s’ajoute quatre canons de 75mm sous casemates. Le régiment est dissous à la démobilisation de l’été/automne 1940.

Il est reconstitué dès le 30 août 1948 et dispose une fois ses effectifs et son matériel complété de deux groupes de 75mm, deux groupes de 105mm et un groupe équipé de pièces lourdes en l’occurence quatre canons de 240L et 4 canons de 155L. Il arme toujours quatre canons de 75mm sous casemate.

154ème régiment d’artillerie de position

-Le 154ème régiment d’artillerie de position est créé à Grenoble le 1er août 1919 sous le nom de 154ème régiment d’artillerie à pied avec trois groupes à deux batteries  plus deux batteries indépendantes soit un total de huit batteries.

Réorganisé le 15 octobre 1934, il dispose d’un état-major et d’un peloton hors-rang, d’un 1er groupe disposant de deux batteries (1ère et 2ème batteries), d’un 2ème groupe disposant de trois batteries numérotées 4,5 et 6 et d’un troisième groupe disposant des 7ème et 8ème batteries, le régiment formant l’artillerie des Secteurs Fortifiés de Savoie et du Dauphiné. En juin 1938, quatre batteries d’ouvrages sont créés, le 154ème régiment d’artillerie à pied devenant régiment d’artillerie de position.

La mobilisation d’août 1939 voit le 154ème RAP mettre sur pied trois régiments de guerre, le 1er groupe formant le 164ème RAP en Savoie, le 2ème groupe forme le 162ème RAP et le 3ème groupe forme un 154ème RAP de guerre.

Ce régiment de guerre est mis sur pied par le CMA 214 de Grenoble, disposant d’un état-major, de trois groupes à trois batteries et une section de transport hippomobile, une batterie d’ouvrage au Janus, le régiment assurant la garde du Secteur Fortifié du Dauphiné.

Le matériel est des plus hétéroclite avec au sein du 1er groupe une 1ère batterie disposant de  8 canons de 75mm modèle 1897, 3 canons de 65mm modèle 1906, 4 canons de 155C Saint Chamond  et 2 mortiers de tranchée 150T, une 3ème batterie avec 4 canons de 75mm modèle 1897, 6 canons de 120L modèle 1878, 3 canons de 65mm modèle 1906 et deux mortiers de tranchée 150T, une 6ème batterie disposant de quatre canons de 280mm modèle 1914 et quatre canons de 220C modèle 1916 et la 11ème batterie installée au Janus.

Le 2ème groupe dispose d’une 2ème batterie avec 8 canons de 155L (4 modèle 1877 et 4 modèle 1877/14) et 4 canons de 105L modèle 1913, d’une 4ème batterie avec 4 canons de 75mm modèle 1897 et 4 canons de 65mm modèle 1906, une 5ème batterie avec 4 canons de 75mm modèle 1897 et 4 canons de 155C Saint Chamond et une 7ème batterie équipée de 4 canons de 155L modèle 1877 et 4 canons de 105L modèle 1913.

Enfin le 3ème groupe dispose d’une 8ème batterie avec 4 canons de 155L modèle 1916 et 2 matériels de 194GPF sur chenilles, d’une 9ème batterie avec quatre canons de 155L modèle 1877 et deux mortiers de 150T et d’une 10ème batterie aec 6 canons de 65mm modèle 1906 et 6 canons de 75mm modèle 1897.

Après la démobilisation, le 154ème RAP maintien les trois groupes réduits à deux batteries. Le 1er groupe dispose de deux batteries de 75mm (huit canons), le 2ème groupe dispose de deux batteries équipées de canons de 105L modèle 1913 (huit canons) et le 3ème groupe dispose de deux batteries, une de quatre obusiers de 280mm et une de quatre canons de 220C modèle 1916.

A la mobilisation d’août 1948, chaque groupe reçoit une troisième batterie, le 1er groupe recevant une batterie de huit canons de 75mm, le 2ème groupe une batterie de huit canons de 155C modèle 1917 et le 3ème groupe une batterie de 155L modèle 1917 modifié 1944.

21-Armée de terre (4)

B-Régiments, divisions, corps d’armée, armées et groupe d’armée : le squelette de l’armée de terre

Cinq millions d’hommes sous les drapeaux !

Dès la fin du mois d’août 1939, les premiers réservistes sont rappelés pour compléter les unités pendant que les structures de mobilisation sont mises en place notamment les état-majors de groupe d’armée, d’armées et de corps d’armée.

La guerre déclarée, la mobilisation bat son plein, orchestrée par les régions militaires qui complètent d’abord les effectifs des divisions de première échelon qui montent aussitôt à la frontière avant de mettre sur pied des unités de réserve à partir des réservistes les plus âgés, unités assez mal équipées ce qui n’aura aucune conséquence puisque mis à part quelques escarmouches entre patrouilles, il n’y eut aucun combat sur le front occidental.

Sous l’autorité du général Gamelin, on trouve la majorité des effectifs en métropole et notamment sur le front nord-est. Le Théâtre des Opérations du Nord-Est (TONE) placé sous l’autorité du général Georges concentre l’essentiel des unités de combat.

Ces unités de combat sont regroupées en trois groupes d’armées. Le n°1 couvre la zone allant de la mer du Nord à Longuyon avec la 1ère, la 7ème armée, le BEF, la 2ème et la 9ème armée, les trois premières devant pénétrer en Belgique pour appliquer la manoeuvre Dyle-Breda, les deux autres armées composées essentiellement d’unités de réservistes doivent servir de pivot à la manoeuvre et tenir fermement le massif des Ardennes.

Le groupe d’armée n°2 couvre la frontière allemande, en arrière de la ligne Maginot de Longuyon à Selestat avec les 3ème, 4ème, 5ème soit quarante divisions, un nombre important alors que la ligne Maginot est censée économiser des hommes en les remplaçant par du béton. Au lieu de cela, la muraille de France devient une véritable éponge, absorbant toujours plus de troupes.

Le groupe d’armées n°3 occupe le Haut Rhin avec les 8ème et 6ème armées pour prevenir une éventuelle manoeuvre allemande par la Suisse.

Le Théâtre d’Opérations du Sud-Est (TOSE) couvre les Alpes pour prevenir une éventuelle attaque italienne. Il ne dispose que de l’armée des Alpes mais s’appuie également sur des fortifications qui ajoutées au relief et au climat rende sa conquête extrêmement difficile si on ne dispose pas de moyens colossaux ou que l’on est prêt à sacrifier un grand nombre d’hommes.

Un Détachement d’Armées des Pyrénées est mis sur pied à la mobilisation pour surveiller les agissements de Franco. Ce dernier qui doit consolider son pouvoir et relever une Espagne ravagée par la guerre civile n’est guère interessé par une aventure militaire outre-pyrenées et se tient tranquille ce qui entraine la dissolution du détachement le 24 octobre 1939.

En dépit des progrès de la motorisation et de la mécanisation, l’armée de terre mobilisée en septembre 1939 ne diffère guère de celle de 1914 avec une prédominance écrasante des divisions d’infanterie.

On trouve ainsi sur le seul front Nord-Est, soixante-trois divisions d’infanterie et sept divisions d’infanterie motorisées soit soixante divisions d’infanterie sur la centaine de grandes unités disponibles à l’issue de la mobilisation.

A l’issue de la démobilisation, le nombre d’unités d’infanterie retombe à son niveau du temps de paix comme nous l’avons vu plus haut mais le nombre d’unités de «cavalerie» va croitre de manière très importante avec la création de nouvelles D.L.M et des DCr.

La réforme de mars 1942

En mars 1942, le général Villeneuve réorganise totalement la chaine de commandement. Son QG installé au château de Vincennes est un véritable état-major combiné ayant pleine autorité sur l’armée de terre (dirigée par un partisan de ses thèses, le général de Ganelon) et uniquement en temps de guerre sur la marine et l’armée de l’air.

Il divise l’armée de terre en quatre groupements. Outre le Corps d’Armée Cuirassé commandé par le général Billote puis par le général Delestraint placé sous l’autorité du chef d’état major de l’armée de terre, il conserve trois groupes d’armées dont la zone de responsabilité est modifiée par rapport à 1939.

Le GA1 à pour zone de responsabilite le territoire allant de la mer du Nord aux Ardennes inclues, le GA2 chargé de la défense de la zone arrière de la ligne Maginot mais également du Jura, la limite entre le GA2 et le GA3 étant fixé au lac Leman. Le GA3 lui couvre les Alpes face à la menace italienne.

Ces groupes d’armées disposeront peu ou prou des mêmes unités qu’en septembre 1939. Un texte de septembre 1946 prévoit le schéma suivant.

-Groupe d’Armées n°1 : 1ère et 7ème armée, Corps Expéditionnaire Britannique, 2ème et 9ème armée auxquelles s’ajoutent, deux corps de cavalerie, le 1er C.C disposant des 1ère et 5ème DLM et le 2ème CC disposant des 3ème et 7ème DLM.

La 1ère armée doit disposer de trois corps d’armée à deux divisions chacun, la 7ème armée doit disposer de deux corps d’armée à trois divisions, la British Expeditionnary Force doit aligner  douze divisions (douze divisions d’infanterie puis dix d’infanterie et deux blindées), la 2ème armée doit disposer de trois corps d’armée à deux DI et la 9ème armée de  trois corps d’armée à deux divisions soit un total de  24 divisions d’infanterie (+12 divisions britanniques) et 4 divisions de cavalerie.

-Groupe d’Armées n°2 : 3ème, 4ème, 6ème et 8ème armées auxquelles s’ajoute le 3ème Corps de Cavalerie disposant des 2ème, 4ème et 8ème DLM.

Les 3ème et 4ème armée doivent disposer de trois corps d’armée à deux divisions plus un corps d’armée britannique à deux divisions soit seize divisions, la 6ème armée devant disposer de trois corps d’armée à deux divisions soit six divisions (dont une alpine), la 8ème armée disposant elle de deux corps d’armée à deux divisions plus un corps d’armée disposant d’une division d’infanterie et d’une division alpine destinée à intervenir en Suisse sur demande du gouvernement de la confédération helvétique soit grandes unités ce qui nous donne un total de 28 divisions.

-Groupe d’Armées n°3 : 5ème armée dite Armée des Alpes composée de trois corps d’armée à trois divisions d’infanterie. Ce GA n°3 disposant également de la 6ème DLM, le GA n°3 dispose de dix divisions. Ce groupe d’armée prend également sous son aile, les troupes stationnées en Corse.

Les deux CAC sont théoriquement placés sous le commandement du CEMAT mais en cas de besoin,  ils peuvent être placés sous le commandement des groupes d’armées, l’idée étant d’engager en bloc les DC pour former une masse de manoeuvre critique.

Selon  donc ce document, la force de manoeuvre de l’armée de terre doit se composer de 84 divisions dont 14 divisions «blindées-mécanisées» mais ce chiffre n’inclus ni les troupes néerlandaises (six à huit divisions), belges (vingt-deux divisions) et côté français, les divisions de réserve générale, seize divisions d’infanterie regroupés en huit corps d’armée censés n’intervenir qu’en cas d’attaque massive ou en cas de menace d’invasion du territoire national.

Pour ce qui est des troupes dans l’Empire, elles sont modernisées voir augmentées (des brigades devenant des divisions par exemple) mais les structures de commandement ne changent pas.