Mitteleuropa Balkans (87) Roumanie (17)

ARMEE DE TERRE ROUMAINE

Histoire

Les origines

Soldat roumain en tenue ancienne

L’histoire roumaine est ancienne, les roumains s’estimant être les descendants des Daces qui donnèrent du fil à retordre aux romains qui eurent besoin de deux guerres pour s’emparer de cette province riche en bois et en or. A l’usage elle fût abandonnée car trop difficile à défendre alors que l’armée romaine devait faire face à des peuples barbares de plus en plus remuants que ce soit sur le Rhin, sur le Danube ou même au Moyen-Orient.

Au Moyen-Age les roumains s’illustrèrent surtout dans leur guerre contre les ottomans sans oublier des conflits contre les mongols et contre les hongrois. Les différentes principautés alternèrent entre alliance et opposition avec la Sublime Porte.

Les armées des principautés comprenaient des archers (arcasig), des cavaliers (călărași, des chevaux légers ou rosiori), de l’infanterie (dorobanti), des mousquetaires ou puscasi, de l’artillerie (tunari) mais aussi différentes unités irrégulières très présentes dans cette région (arnaoutes razesi).

L’armée de terre roumaine voit le jour en 1859 lors de la naissance des Principautés-Unies de Roumanie, onze ans après une première tentative infructueuse lancée en 1848 au moment du «Printemps des Peuples».

Elle dispose d’un état-major général et de trois commandements territoriaux (Moldavie, Valachie et Oltenie).

Cette armée comprend à l’origine sept régiments d’infanterie à deux bataillons à quatre compagnies chacun. En 1860 le premier bataillon de fusiliers voit le jour en attendant la création de bataillons d’infanterie de montagne qui comme dans nombre de pays vont être rapidement les meilleures de l’armée roumaine.

La cavalerie n’est pas oubliée avec deux régiments de cavalerie à quatre escadrons de lanciers auxquels vont s’ajouter un escadron de stockage.

L’artillerie peut être considérée comme le parent pauvre de l’armée roumaine avec seulement six batteries (quatre en Moldavie et deux en Valachie).

Cette armée est dirigée par le Domnitor Alexandre-Jean Cruza et ce jusqu’à son abdictation survenu en 1866.

Onze ans plus tard les Principautés-Unies de Roumanie vont participer aux côtés des russes à une nouvelle guerre russo-ottomane que les roumains vont appeler guerre d’indépendance puisqu’à l’issue de ce conflit la Roumanie devient indépendante, indépendance qui se double d’un changement de statut en 1881. Exit le statut de principauté et bonjour le statut de royaume.

Durant cette guerre qui dure du 24 avril 1877 au 10 mars 1878 les roumains vont jouer un rôle non négligeable. Huit jours plus tôt la Roumanie avait signé avec la Russie le traité de Bucarest pour autoriser le passage des troupes russes sur son territoire pour combattre la Sublime Porte pourtant puissance suzeraine des Principautés-Unies de Roumanie.

Dans un premier temps la Roumanie joue un rôle passif en mobilisant 120000 soldats dans le sud pour empêcher les ottomans de traverser son territoire.

Son intervention effective ne commence que le 24 juillet 1877 à la demande de la Russie qui avait déjà subit de lourdes pertes. 66000 soldats roumains accompagnés par 190 canons vont combattre les ottomans aux côtés de 280000 russes et de 50000 bulgares.

L’armée de terre roumaine participe au siège de Plevna (20 juillet au 10 décembre 1877). Cette victoire est cependant une victoire à la Pyrrhus, les pertes sont telles (5000 morts, 15000 blessés, 40000 prisonniers soit la moitié des effectifs engagés) que la Russie ne peut pas s’engager dans une conquête de Constantinople, la capitale de l’empire ottoman.

Cette bataille montre définitivement la supériorité de fusil à répétition sur le fusil à un coup et ça toutes les armées l’ont compris et entendu.

Après l’occupation de Plevna, les roumains retournent combattre sur le Danube, participant aux batailles de Vidin et de Smardan. Ils ont également participé aux batailles de Grivitsa et de Rahova.

Le 19 janvier 1878, l’empire ottoman demande l’armistice et le 13 janvier 1878 l’indépendance des principautés-unies de Roumanie est reconnue par la Sublime Porte.

Les pertes de l’armée roumaine à l’issue du conflit vont être très lourdes avec près de 20000 pertes (4302 tués et disparus, 3316 blessés et 19904 soldats ayant succombé à la maladie qui tue plus que les combats en eux-mêmes, situation qui changera avec le premier conflit mondial).

Cette arme s’organise progressivement et comme en France est créée une gendarmerie destinée à tenir et à défendre les zones rurales. Elle est créée en 1893 et réorganisée en 1908 après son échec dans la jacquerie de 1907.

En 1900 l’armée de terre roumaine comprend quatre commandement de corps d’armée, neuf divisions d’infanterie qui disposent chacune d’une bataillon d’infanterie de montagne.

Artillerie roumaine durant le premier conflit mondial. Une batterie de 75mm traverse une ville roumaine (probablement Bucarest).

Sa substance offensive comprend trente-quatre régiments d’infanterie à trois bataillons chacun, onze régiments d’artillerie équipés de batteries de canons de 75mm et d’obusiers de 120mm, une batterie d’artillerie de montagne, deux régiments d’artillerie de forteresse et deux régiments du génie.

Pendant plus de trente ans l’armée roumaine reste l’armée au pied. Si elle n’est pas engagée dans la première guerre balkanique, elle participe à la deuxième guerre balkanique même si aucune perte au combat ne sera enregistrée. Son seul engagement obligera la Bulgarie à demander la paix à ses anciens alliés.

Mitteleuropa Balkans (71) Roumanie (1)

UNE AUTRE SECONDE GUERRE MONDIALE
T.11 MITTELEUROPA ET BALKANS
VOLUME 3 : ROUMANIE

Drapeau de la Roumanie au temps de la monarchie

AVANT-PROPOS

Le 22 mai 2020 j’ai commencé le tome 11 de ma gigantesque que dis-je de ma monumentale, de ma vertigineuse uchronie qui après dix tomes (T1 France T2 Allemagne T3 Grande-Bretagne T4 Etats-Unis T5 Japon T6 Italie T7 URSS T8 Dominions T9 Benelux T10 Scandinavie) comprend 8395 pages !

Le 24 août 2020 j’ai terminé la Bulgarie (Tome 11 vol.2) ce qui porte le total de pages écrites à 8792 pages.

Ce Tome 11 est le dernier des tomes concernant des nations belligérantes puisque le Tome 12 sera consacré aux nations neutres.

Ce Tome 11 disposera de six volumes, le premier consacré à la Hongrie, le deuxième consacré à la Bulgarie, le troisième consacré à la Roumanie, le quatrième à la Yougoslavie, le cinquième à la Grèce et enfin le sixième à l’Etat indépendant de Slovaquie apparu au printemps 1939 suite au démantèlement de ce qui restait de la Tchécoslovaquie. Comme pour le tome 10 il y aura des nations alliées et des nations ayant appartenu à l’Axe.

L’organisation sera différente selon les volumes. Si le volume 1 ne possédait pas de partie marine, si le volume 6 consacré à la Slovaquie n’en possedera pas non plus (et pour cause !), les volumes 2 à 5 consacré respectivement à la Bulgarie, à la Roumanie, à la Grèce et à la Yougoslavie posséderont une partie consacrée à la marine qui fera suite à la partie traditionnelle consacrée à l’histoire générale.

La troisième partie sera consacrée à l’armée de terre avec d’abord une partie sur l’histoire militaire du pays, une partie sur l’organisation générales et des plus ou moins grandes unités et enfin une partie sur l’armement et les véhicules. Je terminerai par une partie consacrée à l’armée de l’air, son histoire, son organisation et son équipement.

Après cette partie consacrée au plan général revenons un peu sur l’histoire avec un grand H. J’ai eu du mal à définir l’étendue géographique qui est nettement moins évidente que celles des deux derniers tomes (Scandinavie, Benelux). J’ai finalement choisit «Mitteleuropa et Balkans» soit en français «Europe du milieu et Balkans».

Tout comme le terme Scandinavie il est peut être inapproprié pour les puristes mais je pense que c’est pas mal (j’avais un temps pensé à «Europe danubienne et balkanique» mais cela ne me satisfaisait pas totalement).

Mis à part peut être la Grèce ces pays ont un point commun celle d’avoir été gravement impactés par la première guerre mondiale et les traités qui y ont mis fin.

Nous avons d’abord les pays vaincus comme la Hongrie et la Bulgarie qui ont souffert de traités particulièrement musclés notamment le pays des magyars qui passa du statut de puissance majeure au sein d’une double-monarchie austro-hongroise au statut d’une puissance de second ordre enclavée en Europe centrale. La Bulgarie avait du également rendre des comptes aux alliés occidentaux pour s’être alliée aux empires centraux.

La Yougoslavie était elle un des états issus de l’éclatement de l’empire austro-hongrois en compagnie de la Tchécoslovaquie et partiellement de la Pologne. De cet état tchécoslovaque naquit au printemps 1939 un état slovaque souverain, une souveraineté biaisée par le fait que Bratislava devait tout à l’Allemagne.

La Roumanie et la Grèce en revanche avaient appartenu au camp des vainqueurs même si leur participation à la première guerre mondiale à été plutôt limitée, Bucarest livrant une prestation catastrophique et ne devant son salut qu’à une preste assistance alliée (et surtout française) alors qu’Athènes fût engagée contrainte et forcée dans le conflit, sa participation étant parasitée par un conflit entre un premier ministre pro-allié (Venizelos) et un roi pro-allemand (Constantin 1er).

Dans l’immédiat après guerre cette région est traversée par de vigoureuses secousses entre Blancs et Rouges, entre pro-allemands et pro-alliés. C’est aussi le théâtre d’une lutte d’influence où la France tente de nouer un réseau d’alliance pour contre une réemergence de la menace allemande et pour tendre un cordon sanitaire contre la Russie bolchevique. Pas étonnant que ces différents pays aient connu pour la plupart des régimes autoritaires souvent réactionnaires parfois fascisants.

C’est l’acte de naissance de la Petite Entente. Les français n’en sont pourtant pas à l’origine puisque son origine remonte au 14 août 1920 quand la Tchécoslovaquie, la Roumanie et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes Yougoslavie à partir de 1929 signent un accord d’assitance pour se prémunir de la menace hongroise, Budapest n’ayant jamais accepté le traité du Trianon le 4 mai 1920.

Cette alliance est renforcée par des accords bilatéraux entre la Roumanie et la Tchécoslovaquie (23 avril 1921), entre la Roumanie et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes (7 juin 1921) et entre le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes et la Tchécoslovaquie (31 août 1921). La Petite Entente entend garantir, par la force si besoin, les traités de paix.

Cette alliance est cependant imparfaite et incomplète puisque ne prenant pas en compte les autres menaces que ce soit l’URSS (vis à vis de la Roumanie), l’Italie (vis à vis de la Yougoslavie) ou encore l’Allemagne et la Pologne (vis à vis de la Tchécoslovaquie).

Suite aux accords de Locarno, la France signe des alliances militaires avec Prague (16 octobre 1925), avec Bucarest (10 juin 1926) et Belgrade (novembre 1926).

Suite aux renoncements français de la fin des années trente, ces pays vont davantage se tourner vers l’Allemagne.

Nul doute que si la guerre de Pologne était devenu un conflit mondial nul doute que cette région aurait durablement échappé aux alliés. Son arrêt brutal en décembre 1939 permet à Paris et à Londres de remettre l’ouvrage sur le métier.

Plus facile à dire qu’à faire puisque si la réputation dégringole par l’ascenseur, elle remonte par l’escalier. Il faudra du temps, de la patience, du doigté et un soupçon de chance pour rendre la région moins hostile aux alliés.

C’est ainsi que des accords formels de coopération et d’assistance militaires sont signés avec la Yougoslavie et la Grèce, le premier étant signé à Belgrade le 14 septembre 1945 et le second à Athènes le 8 octobre 1946. Des tentatives vis à vis de la Hongrie, de la Roumanie et de la Bulgarie se heurtent à une telle inertie qu’elle équivaut à une fin de non recevoir.

Cette relance est donc limitée mais s’accompagne d’une coopération politique et militaire avec notamment la livraison de matériel militaire moderne ainsi que l’envoi comme dans les années vingt de missions militaires, le général Gamelin dirigeant celle en Yougoslavie et le général Georges celle envoyée en Grèce.

Quand la guerre s’annonce inévitable à très court terme la région concernée par ce tome se partage entre pays pro-alliés mais sans excès (Yougoslavie, Grèce), des pays clairement pro-allemands (Hongrie, Slovaquie, Roumanie) et une Bulgarie qui accepte de se faire courtiser par les deux camps tout en veillant à ne pas se mettre à dos la Russie qui bien que communiste est toujours considérée par nombre de bulgares comma la Troisième Rome, protectrice des slaves.

Quand la seconde guerre mondiale éclate le 5 septembre 1948 ces différents pays mobilisent mais ne s’engagent pas directement dans le conflit. Question de temps dirions nous…… .


Le Volume 3 de ce Tome 11 est donc consacré à la Roumanie. Ce pays à été unifié au milieu du XIXème siècle mais peut se targuer de racines très anciennes avec les Daces qui sont aux roumains ce que les gaulois sont aux français.

La Roumanie entre 1949 et 1953

Néanmoins à la différence de la Bulgarie point d’empire ou de grand royaume sur lequel le réveil national à pu se greffet sérieusement au moment du «réveil des nationalités» au 19ème siècle.

En effet après la conquête romaine ce qui allait devenir la Roumanie et plus généralement le peuple roumain allait être en permanence sous domination étrangère, byzantine d’abord ottomane ensuite (NdA bien entendu je simplifie à l’extrême).

Sur quoi allait donc s’appuyer le nationalisme roumain pour bâtir une nation ? Sur ce qu’on à appelé les «principautés danubiennes», la Valachie et la Moldavie mais aussi la Transylvanie, territoire disputé avec la Hongrie.

Vlad III Tepes (tableau du XVème siècle)

Des figures mythiques émergent comme un célèbre prince valaque, Vlad III Tepes dit l’empaleur tout un programme qui allait servir de source d’inspiration pour un écrivain britannique d’origine irlandaise, Bram Stoker qui allait le transformer en vampire de Transylvanie à une époque où l’occulte est à la mode dans la société victorienne.

En 1859 les principautés de Valachie et de Moldavie s’unissent ce qui est considéré comme le début de la Roumanie moderne. A l’époque cette union n’est pas encore synonyme d’indépendance. En 1866 après l’abdication forcée d’Alexandre Jean Cuza et le refus du comte de Flandre, un prince allemand est élu et devient Carol 1er, premier roi de Roumanie en 1881.

La Roumanie entre 1859 et 1878

En 1877 la Roumanie proclame officiellement son indépendance en profitant d’une nouvelle guerre russo-ottomane à laquelle elle participe du côté russe. Son indépendance est reconnue au Congrès de Berlin en 1878.

Le pays va alors se dévelloper mais ne participe pas à la première guerre balkanique. En revanche il participe à la deuxième, jouant un rôle important dans la défaite finale de la Bulgarie. Bucarest récucpère ainsi la Dobroudja du Sud ce qui va durablement envenimer les relations roumano-bulgares.

Neutre au début du premier conflit mondial, la Roumanie s’engage aux côtés des alliés en 1916 mais après des succès s’expliquant par une disproportion des forces importantes en leur faveur, les roumains subissent une terrible défaite qui les obligent à se retirer du conflit le 9 décembre 1917 par un armistice confirmé par un traité de paix, le traité de Bucarest le 7 mai 1918.

La paix est très favorable à la Roumanie qui devient une Grande Roumanie (NdA nom informel) puisqu’au vieux Royaume vont s’ajouter la Bessarabie, la Bucovine, la Transylvanie, les Maramures, la Crisana et le Banat.

Dans l’immédiat après guerre la Roumanie peut être considérée comme un état stable, une monarchie parlementaire où les réformes améliorent considérablement le niveau de vie de la population y compris celle des non-roumanophones qui représentent 28% de la population (allemands, roms, hongrois, juifs).

La crise de 1929 ainsi que différentes affaires permet la montée des extrémistes notamment la Garde de Fer, un mouvement nationaliste et antisémite qui avait émergé dès le début des années vingt mais qui était à l’époque resté confidentiel.

Une politique xénophobe et antisémite est menée pour tenter de contrer ces mouvements en reprenant ses idées. En 1938 le roi Carol II fait adopter une constitution imposant une dictature royale ou dictature carliste. Ce n’est cependant pas un régime fasciste, la Roumanie restant plus proche des alliés que de l’Allemagne.

Cela va changer avec les multiples renoncements des démocraties occidentales qui se discréditent aux yeux des élites d’Europe centrale et orientale. Même l’arrivée d’un régime conservateur en France, même les efforts d’une diplomatie plus musclée ne permettra pas de raccrocher le wagon roumain, Bucarest choisissant pour le meilleur et pour le pire l’alliance allemande mais sans excès de germanophilie.

Le début des années quarante est particulièrement houleux avec un coup d’état du maréchal Antonescu qui fait suite au dépeçage de la Grande Roumanie par la Bulgarie, la Hongrie et l’URSS sans que la France ou la Grande-Bretagne n’ait fait autre chose que protester verbalement mezzo voce.

Carol II renversé est remplacé par son fils Michel 1er jugé plus malléable. Es-ce la fin des troubles et de l’instabilité ? Pas vraiment car le maréchal Antonescu est très vite confronté à l’extrémisme de la Garde de Fer qui tente de le renverser en janvier 1941 mais sans succès. Le mouvement est durement réprimé et cesse de représenter autre chose qu’une nuisance occasionnelle.

La Roumanie devient un état national-légionnaire plus proche du Portugal de Salazar ou de l’Autriche de Dolfuss que de l’Allemagne nazie ou de l’Italie fasciste.

Sur le plan diplomatique néanmoins le choix de l’alliance allemande est clairement fait, les efforts franco-britanniques comme nous l’avons vu n’étant pas couronnés de succès. Pire même le régime roumaine se servira des offres alliées comme moyen de pression pour obtenir davantage des allemands.

Durant le second conflit mondial la Roumanie va devenir l’allié privilégié de l’Allemagne notamment par ses champs pétrolifères indispensables pour un pays disposant de très faibles ressources.

Elle va participer à l’opération BARBAROSSA aux côtés des allemands, jouant un rôle important au sein du Heeresgruppe Süd, conquérant Odessa et une partie de l’Ukraine puis en 1951 à l’opération FRIEDRICH où l’armée roumaine subit de très lourdes pertes lors de l’opération URANUS, la contre-offensive soviétique.

A l’automne 1953 l’opération PIOTR VELIKYI provoque l’effrondrement de l’armée roumaine et le basculement de la Roumanie dans le camp communiste, le roi Michel 1er devant abdiquer et s’exiler.

La Roumanie va terminer le conflit aux côtés des soviétiques, expulsant manu militari les troupes allemandes du territoire, la nouvelle armée roumaine terminant la guerre en Hongrie aux côtés de la RKKA.

Tout comme la Bulgarie, la Roumanie va basculer dans l’immédiat après guerre dans l’orbite communiste, devenant pour plus de quarante ans une «démocratie populaire».