22-Armée de terre : armement et matériel (98) ordre de bataille (32)

Commandement des Forces Armées de Tunisie (COMFAT)

Le COMFAT à sous son autorité toutes les unités terrestres déployées en Tunisie. C’est le protectorat où l’effort le plus important est mené, la menace italienne étant nettement plus prégnante que la menace espagnole.

-Infanterie

-Situation en septembre 1939

Le protectorat tunisien dispose de deux divisions territoriales, celles de Tunis et celle de Sousse qui alignent les moyens suivants :

-La Division de Tunis dispose du 4ème régiment de zouaves, des 4ème et 8ème régiments de tirailleurs tunisiens.

-La Division de Sousse dispose de trois régiments d’infanterie, les 5ème, 10ème et 18ème régiments de tirailleurs sénégalais.

A la mobilisation de septembre 1939, les divisions territoriales sont transformées en deux Divisions d’Infanterie d’Afrique (D.I.A) auxquelles s’ajoute deux divisions formées en Algérie :

-La 83ème DIA est l’ancienne 7ème brigade d’infanterie algérienne de la Division de Constantine avec les 3ème, 7ème et 11ème régiments de tirailleurs algériens qui à son arrivée en Tunisie troque le 11ème RTA contre le 344ème RI.

-La 84ème DIA est l’ancienne Division de Tunis alignant trois régiments, le 4ème régiment de zouaves et deux régiments de tirailleurs tunisiens, les 4ème et 8ème régiments.

-La 85ème DIA alignant deux régiments de tirailleurs algériens, les 11ème et 19ème RTA.

-La 88ème DIA est l’ancienne division de Sousse alignant à l’origine, les 5ème, 10ème et 18ème régiments de tirailleurs sénégalais puis le 10ème RTS, le 18ème RTS et enfin le 257ème régiment d’infanterie.

-Démobilisation et évolution

Suite à la démobilisation de l’été 1940, le COMFAT dispose de deux divisions d’infanterie :

-Le 84ème DIA remplace la Division de Tunis avec le 4ème régiment de zouaves et le 8ème régiment de tirailleurs tunisiens, le 4ème régiment de tirailleurs tunisiens après avoir été menacé de dissolution est finalement affecté à la place de Bizerte sous l’autorité de la marine.
-La 88ème DIA remplace la Division de Sousse et aligne deux régiments de tirailleurs sénégalais, les 10ème et 18ème RTS.

Ce dispositif est complété par la 5ème Division Légère d’Infanterie (5ème DLI). Il s’agit en réalité de l’ancienne 1ère demi-brigade d’infanterie légère qui disposait de trois bataillons, les 11ème 12ème et 25ème BILA.

Lors de sa transformation en DLI, le 25ème BILA à été dissous, les 11ème et 12ème BILA devenant les 4ème et 5ème RILA avec l’apport des effectifs du 25ème BILA

A la mobilisation d’août/septembre 1948, le dispositif est musclé avec l’envoi en Tunisie de deux nouvelles divisions d’infanterie, les 83ème et 87ème DIA.

-Chars et Cavalerie

-Trois Bataillons de Chars de Combat (61ème, 65ème et 67ème BCC) équipés de Renault D-1 puis d’AMX-42

-1ère Division Légère de Cavalerie (1ère DLC)

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 4ème régiment de spahis tunisiens équipé d’AMX-42

-Un régiment de combat, le 1er Régiment Etranger Cavalerie équipé de Somua S-40

VBCP Lorraine 39L

VBCP Lorraine 39L

-Un régiment de chasseurs portés, le 4ème régiment de chasseurs d’Afrique équipé de Lorraine 39L

-Un régiment d’artillerie, le 78ème régiment d’artillerie tout terrain tracté avec un état-major, une batterie hors rang et deux groupes de 105mm tractés par des Lorraine 39L

-Une batterie divisionnaire antichar avec des canons de 47mm modèle 1939 tractés par des Lorraine 39L

-Une batterie antiaérienne divisionnaire avec des canons de 25mm portés sur Lorraine 39L pour coller au train des chars

-Le 1er bataillon de génie d’Afrique à trois compagnies

-Une compagnie radio

-Une compagnie télégraphique

-Un bataillon de réparations divisionnaires avec une compagnie automobile de quartier général, une compagnie automobile de transport, un groupe d’exploitation divisionnaire et le 25ème Escadron de réparation divisionnaire

-Un bataillon sanitaire divisionnaire

-Quatre Groupements de Reconnaissance de Division d’Infanterie (GRDI) : le 42ème GRDI (88ème DIA), le 88ème GRDI (84ème DIA), le 83ème GRDI (83ème DIA) et le 87ème GRDI (87ème DIA)

-Artillerie

-1er Régiment d’Artillerie Coloniale de Tunisie intégré à la 84ème DIA

-88ème Régiment d’Artillerie d’Afrique intégré à la 88ème DIA

-3ème Régiment Léger d’Artillerie d’Afrique intégré à la 5ème Division Légère d’Infanterie

-Génie et unités de soutien

-Un bataillon par division, bataillon numéroté de 45 à 52 soit le 47ème BG pour la 84ème DIA et le 50ème BG pour la 88ème DIA. A cela s’ajoute le 57ème BG pour la 5ème Division Légère d’Infanterie.

-34ème régiment du génie de Tunis

Publicités

21-Armée de terre (41)

-77ème GRDI : mis sur pied par le CMC 17, ce groupement est affecté à la 7ème Division d’Infanterie Coloniale et dissous en même temps qu’elle le 24 juillet 1940.

-78ème GRDI : mis sur pied par le CMC 21 ce groupement est affecté à la 8ème Division d’Infanterie Coloniale et dissous en même temps qu’elle le 29 juillet 1940.

-80ème GRDI : mis sur pied par le 3ème régiment de spahis marocains et le CMC 18, il est affecté à la 1ère Division Marocaine et préservé après la démobilisation. Il est transformé en GRDI motorisé par la suite.

-81ème GRDI : mis sur pied par le 1er régiment de spahis algériens et le 1er centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 81ème Division d’Infanterie d’Afrique et donc pérénnisé après la démobilisation, devenant un groupement motorisé.

-82ème GRDI : mis sur pied à partir du 2ème régiment de spahis algériens, du 2ème centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique et du CMC 5, il est rattaché à la 82ème DIA. Pérénnisé après la démobilisation, il est transformé en GR motorisé.

-83ème GRDI : mis sur pied à partir du 3ème régiment de spahis algériens et par le 3ème centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 83ème DIA. Pérénnisé après la démobilisation, il est transformé en GR motorisé.

-84ème GRDI : mis sur pied à partir du 4ème régiment de spahis tunisiens et par le le 4ème centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 84ème DIA. En mars 1940, il fusionne avec le 98ème GRDI pour donner naissance au 42ème GRDI.

-85ème GRDI : mis sur pied à partir du 1er régiment de spahis algériens et par le 1er centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 85ème DIA. Dissous en même temps que la division.

-86ème GRDI : mis sur pied à partir du 8ème régiment de spahis algériens, du 8ème régiment de chasseurs d’Afrique et du centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est affecté à la 86ème DIA et dissous en même temps que la division à laquelle il est rattaché.

-87ème GRDI : mis sur pied à partir du le 3ème centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique et du 16ème dépôt de cavalerie, il est rattaché à la 87ème DIA. Pérénnisé après la démobilisation, il est transformé en GR motorisé.

-88ème GRDI : mis sur pied à partir du 4ème régiment de spahis tunisiens, du 1er REC et du 8ème centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 88ème DIA dissoute à la démobilisation ce qui entraine la dissolution du groupement rattaché.

-89ème GRDI : mis sur pied à partir du 3ème régiment de spahis marocains, du 1er régiment de chasseurs d’Afrique et du centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 3ème Division Marocaine dont la dissolution entraine celle du groupement de reconnaissance.

-91ème GRDI : mis sur pied par le 9ème cuirassiers et par le CMC 14, il est rattaché à la 1ère Division d’Infanterie Nord Africaine (1ère DINA), une unité d’active. Le groupement est donc maintenu après la démobilisation et transformé en unité motorisée.

-92ème GRDI : mis sur pied par le 9ème régiment de dragons et le CMC 26, il est rattaché à la 2ème DINA, une unité d’active. Le groupement est donc maintenu après la démobilisation et transformé en unité motorisée.

-93ème GRDI : mis sur pied par le 20ème régiment de dragons et le CMC 29, il est rattaché à la 3ème DINA, une unité d’active. Le groupement est donc maintenu après la démobilisation et transformé en unité motorisée.

-94ème GRDI : mis sur pied par le 3ème régiment de hussards et le CMC 20, il est rattaché à la 4ème DINA, une unité d’active. Le groupement est donc maintenu après la démobilisation et transformé en unité motorisée.

-95ème GRDI : créé par le CMC 14, il est rattaché à la 5ème DINA et dissous en même temps que la division à laquelle il avait été rattaché.

-96ème GRDI : mis sur pied par le 9ème dépôt de cavalerie, il est rattaché à la 6ème DINA et dissous en même temps que la division à laquelle il est rattaché.

-97ème GRDI : mis sur pied par les 1er et 2ème REC, il est rattaché à la 7ème DINA et dissous en même temps que la division à laquelle il est rattaché.

-98ème GRDI : mis sur pied à Tarascon par le CMC 13, il fusionne avec le 84ème GRDI pour donner naissance au 42ème GRDI.

-181ème GRDI : mis sur pied par le 2ème dépôt de cavalerie d’Afrique et par le dépôt du 5ème régiment de cavalerie d’Afrique , il est rattaché à la 181ème DIA, il est dissous en même temps que la division à laquelle il est rattaché.

-182ème GRDI : mis sur pied par le 2ème dépôt de cavalerie d’Afrique et par le dépôt du 2ème régiment de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 182ème DIA pérénnisé après la démobilisation et transformé en unité motorisée.

-183ème GRDI : mis sur pied par le 3ème dépôt de Cavalerie d’Afrique et par le dépôt du 3ème régiment de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 183ème DIA et dissous en même temps que cette division.

-191ème GRDI : mis sur pied par le dépôt du 1er régiment de spahis marocains, il est rattaché à la 191ème DIA, division pérénnisé après la démobilisation et transformé en GRDI motorisé.

-192ème GRDI :  mis sur pied par le dépôt du 1er régiment de spahis marocains, il est rattaché à la 192ème DIA, division dissoute lors de la démobilisation de l’été 1940.

A l’issue de la démobilisation, seuls vingt-huit GRDI sont conservés en métropole et dix en AFN et au Levant, les sept motorisés avec automitrailleuses et trois groupes montés ou type normal qui sont progressivement motorisés entre septembre 1940 et juin 1943.

Automitrailleuse puissante AM modèle 1940P

Automitrailleuse puissante AM modèle 1940P

Théoriquement donc les GRDI sont tous organisés de la même façon mais en pratique, une dichotomie s’opère : les GRDI de métropole sont équipés (sauf les GRDI des DIAlp) d’AMP Panhard 201 à canon de 47mm et de chars légers (neuf équipés de Hotchkiss H-39, neuf équipés de FCM-42 et dix équipés AMX-44) en guise d’AMR alors que les GRDI déployés en Afrique du Nord et au Levant sont équipés de Panhard AMD 178 et d’AMR 33 et 35.

Le H-39 équipe les 2ème, 5ème, 15ème, 18ème, 23ème, 32ème, 71ème, 74ème et 93ème GRDI, le FCM-42 équipe les 1er, 4ème, 6ème, 16ème, 20ème, 25ème, 27ème, 37ème et 39ème GRDI, l’AMX-42 les 3ème, 17ème, 72ème et 94ème, l’AMX-44 équipant les six restants en l’occurence les 7ème,  21ème, 73ème, 91ème et 92ème  GRDI à raison de vingt véhicules par GRDI.

Pour ce qui est des canons antichars automoteurs, les Renault ZT2 et ZT3 à canon de 25mm sont remplacés par des Lorraine 39L ou des Renault DAJ-1 à canon de 47mm.

A la mobilisation d’août 1948, les GRDI de métropole vont participer à la mise sur pied des GRDI de mobilisation et des GRCA avec l’aide des Centres Mobilisateurs de Cavalerie