Pologne et Pays Neutres (62) Suisse (12)

Fusils mitrailleurs et mitrailleurs

-Fusil mitrailleur Leichtes Maschinengewehr Modell 1925

En septembre 1948 le fusil-mitrailleur standard de l’armée suisse est le Leichtes Maschinengewehr modell 1925 (Lmg 25) connu également sous le nom de Furrer M-25 du nom de son concepteur Adolf Furrer qui eut moins de succès avec un pistolet mitrailleur héritant du système interne de l’arme le Lmg.-Pistole Mod. 1941/44.

Cette mitrailleuse légère modèle 1925 est la première arme automatique suisse utilisable par un seul homme. Elle mettait en œuvre la cartouche suisse standard de 7.5mm via un chargeur incurvé de 30 cartouches installé sur le côte droit. Cette arme est restée en service jusqu’en 1960 dans l’armée suisse quand elle à été remplacée par une version lourde du fusil d’assaut suisse Stgw modèle 1965.

Ce fusil mitrailleur était utilisé essentiellement par l’infanterie et ce à plusieurs niveaux. On trouve par exemple dans chaque bataillon d’infanterie une compagnie de mitrailleuses qui dispose de trois mitrailleuses moyennes et de neuf fusils mitrailleurs.

A cela s’ajoute au niveau de la section de combat une arme servit également par trois hommes qui assurent l’appui de neuf fusiliers (puis de sept fusiliers, un fusilier-grenadier et un tireur de précision).

Chaque bataillon d’infanterie suisse était organisée en un état-major, une compagnie de commandement et de soutien, trois compagnies de combat et une compagnie de mitrailleuses.

La compagnie de mitrailleuses disposait d’une section de mitrailleuses avec six mitrailleuses moyennes et trois fusils-mitrailleurs alors que la compagnie de combat dispose de trois sections de combat plus une section de mortiers.

La compagnie d’infanterie dispose de neuf fusils mitrailleurs au sein des trois sections de combat et de deux armes au sein de la section de combat soit un total de onze fusils mitrailleurs pour la compagnie.

Le bataillon dispose de trente fusils-mitrailleurs et de six mitrailleuses moyennes soit pour le régiment un total de 133 fusil-mitrailleurs et mitrailleuses.

Outre l’infanterie cette arme était utilisée par la cavalerie comme arme d’appui, par l’artillerie (défense rapprochée des batteries) mais aussi par les unités cyclistes et les unités de forteresse.

Outre la version standard (Standardversion) s’ajoute une version adaptée pour la cavalerie (Spezialausführung für die Kavallerie mit Klappschaft) et une version munie d’un rail de visée télescopique (LmG 25 mit Zielfernrohrschiene)

Le Leichtes Maschinengewehr modell 1925 (Lmg 25) est un fusil-mitrailleur de conception et de fabrication suisse. D’un calibre de 7.5mm, pesant 8.65kg, il mesurait 1163mm de long, disposait d’un canon de 585mm. Tirant la cartouche de 7.5x55mm, il pouvait toucher une cible à une distance maximale de 2000m à raison de 500 coups par minute sachant que l’alimentation se faisait par un chargeur courbé de trente cartouches installé sur la droite de l’arme.

Maschinengewehr modell 1911

En septembre 1948 la mitrailleuse moyenne standard de l’armée suisse est la Maschinengewehr modell 1911 ou MG-11. Certes des mitrailleuses plus modernes avaient été mis en service depuis mais l’ainée restait toujours bon pied bon œil.

Cette mitrailleuse est issue de la mitrailleuse à refroidissement par eau Maxim, une arme développée initialement par Hiram Maxim à des fins humanitaires (à l’époque les hommes mouraient davantage à la guerre de maladies que des combats, Hiram Maxim souhaitant remplacer dix fusils par une mitrailleuse soit dix fois moins d’hommes pouvant succomber aux épidémies qui ravageaient également les pays traversés) sous la forme d’un modèle 1895.

La Suisse fait partie des pionniers dans l’utilisation des mitrailleuses puisqu’entre 1891 et 1894 la confédération helvétique à acquis soixante-douze mitrailleuses auprès de Maxim, de Nordenfelt et de Deutsche Waffen und Munitionsfabriken (DWM), des armes désignées MG-94.

Ces armes furent utilisées par les troupes de forteresse et les troupes de montagnes. Elles ont été utilisées jusqu’en 1944 par des unités territoriales. Cette mitrailleuse à d’abord tiré la cartouche 7.5×53.5mm GP-90 puis la 7.5x55mm GP-11. A noter que six de ces mitrailleuses ont été modifiées en arme à refroidissement par air pour être utilisées par l’aviation.

En 1899 la Suisse à acquis soixante-neuf mitrailleuses désignées MG-00, des armes essentiellement fournies par Vickers, Sons & Maxim de Londres. Munies d’un tripode ces armes ont été conçues pour être utilisées par la cavalerie. Quelques exemplaires étaient encore en service au sein des régiments légers en septembre 1948.

Les MG-11 ont été d’abord fournies par la société berlinoise Deutsche Waffen und Munitionsfabriken (DWM) mais le déclenchement de la première guerre mondiale interrompt logiquement les livraisons. Le relais est prise en 1915 par la Eidgenössischen Waffenfabrik W+F Bern.

C’était toujours une mitrailleuse refroidies par eau montée sur tripode tirant dès l’origine la nouvelle cartouche de 7.5mm, la 7.5x55mm GP-11 plus puissante que sa devancière. Elle fût utilisée par l’infanterie, la cavalerie, les unités de forteresse, les chars et les avions.

Pour la variante forteresse, le refroidissement par eau se faisait via un réservoir interne au bunker et l’affût était muni de caoutchouc pour empêcher l’entrée dans le blockhaus de l’essence d’un lance-flammes.

En 1934/35 les mitrailleuses modèle 1911 sont modernisées notamment par le remplacement des ceintures de munitions en tissu par des ceintures de munitions en métal. Un suppresseur de flash lumineux est installé sur le canon ainsi qu’une nouvelle détente pour permettre de tirer avec une main. Pour les distinguer des mitrailleuses non modernisées, les armes modifiées ont reçu une bande blanche sur toute la longueur du manchon de refroidissement.

Les MG-11 et les MG-11/34 (ou MG-11/35) sont restées en service jusqu’en 1957 quand la Maschinengewehr modell 57 à commencé à entrer en service. Quelques armes sont restées stockées jusqu’en 1980 quand les armes encore stockées ont prit une retraite bien méritée.

La Maschinengewehr modell 1911 est une mitrailleuse moyenne pesant 18.7kg mesurant 1100mm de long, disposant d’un canon de 721mm pour permettre le tir de la cartouche 7.5x55mm GP-11. La portée maximale est de 1000 à 2000m, la cadence de tir étant de 500 coups par minute, l’alimentation se faisant par des bandes de cartouches de 250 ou 500 cartouches.

Mitrailleuse Maschinengewehr 30 (MG-30)

Fusils antichars

Fusil antichar Solothurn MSS-41 : version produite sous licence du PzB MSS-41, un fusil antichar germano-tchécoslovaque. Tirant la cartouche 7.92×94 Patr.318, l’arme de type bullpup pesait 13kg, mesurait 1360mm (1100mm pour le canon) et pouvant percer 30mm de blindage à 100m et 20mm à 300m.

-Fusils antichars Solothurn S-18 S-18/100 et S-18/1100

Mortiers

Lance-mines 8.1cm modèle 1933 version modifiée et produite sous licence par la Waffenfabrik de Berne du mortier Brandt modèle 1927/31.

-La Suisse à envisagé l’acquisition ou la mise au point de mortiers plus lourd mais ce projet ne s’est concrétisé qu’après guerre.

Pologne et Pays Neutres (61) Suisse (11)

Fusils

Fusils Schmidt-Rubin

Schmidt Rubin modèle 1889

Les fusils Schmidt-Rubin sont une famille de fusils à répétition mis en service entre 1889 et 1958 date à laquelle les derniers modèles ont été remplacés par un fusil de la SIG, un fusil automatique qui annoncent les fusils d’assaut. Fusils à répétition, ils tiraient la cartouche 7.5x55mm Schmidt-Rubin. Naturellement avec une telle durée de service (soixante-neuf ans) de nombreux modèles ont été mis au point, les derniers étant très éloignés du modèle d’origine au point qu’on les considère souvent comme des modèles indépendants.

Le premier modèle est le fusil Schmidt-Rubin modèle 1889. Le nom est la combinaison du concepteur du fusil (le colonel Rudolf Schmidt) et le concepteur de la munition (le colonel Eduard Rubin). La production commence en 1891 et ce fusil est plutôt avancé pour l’époque. Il à été remplacé par plusieurs modèles que ce soit le modèle 1896, le modèle 1896/11, la carabine modèle 1911 et le K-31.

Le modèle 1889 pesait 4.43kg mesurait 1302mm de long, disposait d’un canon de 780mm tirant la cartouche suisse 7.5×53.5mm via un magazine de douze cartouches.

Le Schmidt-Rubin model 1889/96 est le premier modèle destiné à remplacer le modèle 1889. La principale différence est une modification du système de verrouillage. Adopté en 1896, cette arme devrait plutôt être désigné Vogelsgang-Rebholz car le colonel Rudolf Schmidt avait refusé cette modification l’estimant impossible à faire.

Les modèles 1889/96 sont par la suite modifiés en 1911 donnant naissance au modèle 1896/11, la principale différence étant une augmentation de la vélocité de la cartouche.

Le Schmidt-Rubin Modèle 1897 est un fusil à un coup utilisant une cartouche à puissance réduite car prévu pour les cadets soit des adolescents qui n’étaient pas encore suffisament formés pour utiliser un fusil d’adulte. 7900 exemplaires ont été produits.

Le fusil court Schmidt-Rubin modèle 1899/1900 est un modèle destiné à remplacer la carabine Mannlicher modèle 1893. Il était destiné à l’artillerie et à d’autres unités n’ayant pas besoin d’un fusil mais ayant besoin d’une arme plus puissante qu’un revolver ou un pistolet. 18750 exemplaires ont été produits entre 1901 et 1911. Il fût au final utilisé par les troupes de forteresse, l’artillerie, les unités cyclistes et les compagnies de ballons. La majorité des modèles produits ont été modifiés ultérieurement en carabines modèle 1911.

Ce fusil pesait 3.8kg mesurait 1105mm de long avec un canon de 592mm et tirait la cartouche suisse de 7.5×53.5mm

Le Schmidt-Rubin modèle 1896/11 est une adaptation du modèle 1896 avec une cartouche plus puissante que les modèles Schmidt-Rubin précédents. Le modèle 1896/11 disposait d’un canon rayé à quatre rainures au lieu de trois, une poignée pistolet, un magazin de six cartouches déjà utilisée par le modèle 1899/1900 et le changement des systèmes de visée.

Ce fusil pesait 4.5kg, mesurait 1300mm, disposait d’un canon de 780mm tirant la cartouche 7.5x55mm (GP-11) via un magazine détachable de six cartouches.

Soldats suisses armés de Schmidt-Rubin modèle 1911

Le Schmidt-Rubin modèle 1911 est une adaptation pour l’utilisation d’une cartouche plus puissante avec d’autres modifications comme l’installation d’une poignée pistolet. Une mirée graduée est également installé. Ces armes étaient toujours en service en septembre 1948.

La Carabine modèle 1911 («K-11») est destinée aux unités de soutien et à la cavalerie. Arme réussie, elle allait servir de base au futur modèle 1931. Outre des modèles neufs vont s’ajouter la conversion de modèles plus anciens (modèle 1900 et 1905).

Au total ce sont 1 366 228 exemplaires ont été produits par la Waffenfabrik de Berne.

-Karabiner modell 31

Mousqueton modèle 1931

Le mousqueton modèle 1931 est en septembre 1948 le fusil standard de l’armée suisse. Mis en service en 1933 il à été retiré du service à partir de 1959 remplacé par un fusil automatique fortement inspiré du MAS-40 français, une première étape avant la mise au point de fusils d’assaut qui ne devaient cette fois rien à personne.

Remplaçant le modèle 1911, le mousqueton modèle 1931 était le dernier rejeton de la grande famille des Schmidt-Rubin même si le fusil est suffisamment différent pour justifier d’être considéré comme une nouvelle arme.

Cette arme est plus compacte que ses devanciers ce qui la rendait plus facile à utiliser par des hommes ayant besoin d’une arme plus petite qu’un fusil d’infanterie. Cela simplifiait la logistique puisqu’un seul modèle pouvait remplacer plusieurs ce qui est toujours appréciable.

Cette arme était donc utilisée par l’infanterie au sein des unités de fusiliers mais aussi par la cavalerie, l’artillerie et le génie sans oublier les troupes de forteresse. Certaines unités de police furent équipés de cette arme tout comme la garde suisse pontificale.

Au modèle standard s’ajoute des adaptations pour le tir de précision que ce soit le modèle 1931/42 ou encore le modèle 1931/43. Ces deux modèles quasiment identiques étaient munis d’une lunette grossissement x6, une lunette de fabrication suisse.

Une variante améliorée le modèle 1931/45 est mis en service en 1947 mais n’était disponible qu’en petit nombre en septembre 1948. Cette arme à été simplifiée pour faciliter la fabrication et l’entretien en temps de guerre.

Après le retrait du service les armes encore en état sont stockées pour être réutilisés en cas de besoin notamment en cas de conflit majeur. Les dernières armes ont été déstockées en 1995, certaines vendues à des musées et d’autres à des collectionneurs après neutralisation. Au final ce sont 724520 exemplaires qui ont été produits.

Le mousqueton modèle 1931 était un fusi à répétition de conception et de fabrication suisse. D’un calibre de 7.5mm, il pesait 4kg à vide. Mesurant 1105mm de long, disposant d’un canon de 652mm il tirait la cartouche suisse 7.5x55mm GP-11 à une distance maximale effective de 500m sachant que les éléments de visée sont reglés de 100 à 1500m et que la cartouche peut atteindre en théorie la distance maximale de 5500m. Il à été alimenté par des chargeurs internes détachables de 6 cartouches et pouvait mettre en œuvre des grenades à fusil.