Italie (26) Croiseurs Lourds (3)

Croiseurs lourds classe Ragusa

CA Zara 8

Les Ragusa sont une évolution des Zara (ici le Zara)

Avant-Propos

Comme nous l’avons vu plus haut le croiseur lourd est une véritable créature du traité de Washington signé le 6 février 1922 puisque ces caractéristiques répondent au maximum autorisé à savoir environ 10000 tonnes et une artillerie principale d’un calibre maximal de 203mm même si mis à part les soviétiques avec leurs canons de 180mm, aucun croiseur type Washington sera armé d’un autre calibre que le 203mm (les Hawkins et leurs canons de 190mm ont servis de maitres étalons).

Lire la suite

17-Aviation navale (11)

2-Les différentes unités de l’Aviation Navale

A-Escadrilles de chasse

Avant propos

Un Dewoitine D-373 appontant sur le Béarn

Un Dewoitine D-373 appontant sur le Béarn

Au début de la guerre de Pologne, les chasseurs sont une denrée rare au sein de l’Aéronautique Navale avec seulement quatre escadrilles. Deux (AC-1 et AC-2) sont théoriquement embarquées mais leurs avions (Dewoitine D-373 et 376) comme leur porte-avions (Le Béarn) sont à bout de souffle et deux autres (AC-3 et AC-4) sont basées à terre pour la protection respective de Bizerte et de Cherbourg avec des appareils dépassés (Bloch MB-151) ou en voie de l’être (Curtiss H-75).

La situation s’améliore un peu durant le conflit avec le remplacement des Dewoitine D-373 et 376 par des bimoteurs ou des monomoteurs mais la situation n’est guère brillante. Par exemple, une escadrille AC-5 créée pour protéger Brest ne reçoit ses appareils (des Curtiss H-75) qu’en janvier 1940.

Heureusement, comme le reste de l’Aviation Navale, la composante chasse de la marine va connaître un bon spectaculaire. De cinq escadrilles à la fin de la guerre de Pologne, elle passe le 31 août 1948 à vingt-cinq escadrilles soit 253 appareils terrestres, embarqués et «hybrides» (hydravions de chasse).

Ces vingt-cinq escadrilles se répartissent en onze escadrilles de chasse terrestre dont une bimoteur, onze escadrilles de chasse embarquées sur cinq porte-avions (un lourd, deux d’escadre et deux légers) et trois escadrilles d’hydravions de chasse.

Le matériel à lui aussi fait un bon spectaculaire et n’à rien à envier aux meilleures réalisations terrestres. Une preuve si il en est : le chasseur le plus ancien en 1948 est le Dewoitine D-520 qui peut faire plus que bonne figure huit ans après sa mise en service.

Escadrille 1C

Curtiss H-75 en vol

Curtiss H-75 en vol

Crée sous le nom d’AC-4, elle est implantée à Cherbourg-Chantereyne qui avant la montée en puissance de Calais-Marck est la plus importante BAN de la 1ère région maritime. A son activation, elle reçoit douze Curtiss H-75 cédés de mauvaise grâce par l’armée de l’air.

En cas de conflit, la mission de cette escadrille est de participer à la défense du  port militaire de Cherbourg et plus généralement des ports de la façade Manche-Mer du Nord que ce soit Le Havre, Boulogne, Calais et même Dunkerque.

A partir du 15 septembre 1940 et de la naissance de l’Aviation Navale, l’escadrille AC-4 intègre la 1ère flottille d’aviation navale (1ère FAN) qui regroupe les avions terrestres basés sur les côtes de la Manche. Un mois plus tard, l’escadrille est redésignée 1C.

Le 12 mars 1942, les premiers Dewoitine D-520 sont pris en compte par l’unité. Ses six premiers appareils sont d’anciens appareils de l’armée de l’air reconditionnés par la BAN d’Orly. Les six autres appareils _neufs cette fois-ci_ sont livrés le 15 juin 1942. Ils remplacent seulement dix Curtiss H-75, deux ayant été perdus par accident (pilotes indemnes à chaque fois).

L’escadrille 1C est donc totalement transformée sur D-520 à l’été 1942, sa mission ne change pas et les entrainements sont nombreux et variés, exercices d’interceptions contre des avions de l’armée de l’air et entrainement des navires à la défense aérienne à la mer constituant les principaux.

Cette transformation s’accompagne d’une relocalisation. L’escadrille 1C dit en effet adieu à Cherbourg-Chantereyne et bonjour à Calais-Marck pour assurer la protection de la base navale de Dunkerque, l’antre de l’Escadre Légère du Nord (ELN).

Au 5 septembre 1948, elle est toujours équipée de douze Dewoitine D-520 et à l’annonce des bombardements allemands sur la Norvège, met en place une patrouille permanente de deux chasseurs au dessus de Dunkerque et de ses environs, étant relayée par la 3C équipée elle de bimoteurs de Hanriot NC-600 et plus apte à la chasse de nuit.

Sur les douze appareils de l’unité, neuf sont ceux livrés à l’été 1942, trois ayant été perdus par accident dont un malheureusement mortel.

Escadrille 2C

Créée sous le numéro 7C1, cette escadrille est l’une des deux unités de chasse de la 1ère flottille d’aviation embarquée (F1A), le groupe aérien du porte-avions Béarn.

Quand ce dernier est mis à terre en septembre 1939, cette escadrille qui à été numérotée AC-2 en 1938 dispose de quatre Dewoitine D-373 et de onze Dewoitine D-376, des monoplans à aile haute rapidement dépassés.

Cessant d’être une unité embarquée, l’escadrille quitte Lanvéoc-Poulmic pour Hyères-Le Palyvestre afin d’assurer une nouvelle mission : la défense aérienne de Toulon.

Peu avant la fin de la guerre de Pologne, l’AC-2 est transformée sur Bloch MB-151, un appareil plus moderne que son devancier mais connaissant un certain nombre de problèmes.

A partir du 15 septembre 1940, il intègre la 2ème flottille d’aviation navale (2ème FAN) qui va regrouper les avions terrestres basés à Hyères-Le Palyvestre et dans le mois qui suis, l’escadrille AC-2 devient l’escadrille 2C.

En janvier 1941, les dix Bloch MB-151 survivants sont remplacés par seize Grumman G-36A plus connu sous leur désignation américaine de F4F Wildcat. Ces appareils avaient été commandés en vue de servir sur le Béarn mais ces appareils embarqués ne le seront jamais.

Le 12 avril 1946, douze Dewoitine D-551 stockés sur la BAN d’Orly pour être confiés aux bons soins de la 2C qui hérite d’une monture remarquable.

Après une mois d’entrainement intensif, la 2C quitte Orly le 16 mai 1946 pour rallier Hyères-Le Palyvestre où elle va reprendre sa mission de défense du port de Toulon.

Au 31 août 1948, l’escadrille 2C dispose toujours de douze Dewoitine D-551 mais trois d’entre-eux n’appartient pas à la livraison initiale, ayant remplacé des appareils accidentés (aucune perte chez leurs infortunés pilotes)

A partir du 1er septembre, décision est prise de maintenir une patrouille de deux chasseurs au dessus de Toulon. Ce dispositif est maintenu jusqu’au 15 septembre 1948 quand l’absence de menace sur Toulon entraine sa levée et son remplacement par des décollages sur alerte.

Escadrille 3C

Créée sous le numéro 7C2, cette escadrille est l’autre unité de chasse de la 1ère flottille d’aviation embarquée (F1A), le groupe aérien du porte-avions Béarn.

Quand ce dernier est mis à terre en septembre 1939, cette escadrille qui à été numérotée AC-1 en 1938 dispose de quatre Dewoitine D-373 et de onze Dewoitine D-376, des monoplans à aile haute rapidement dépassés.

Basée à Lanvéoc-Poulmic, elle cesse d’être une unité embarquée le 5 octobre 1939. Rééquipée de bimoteurs Potez 631, elle est redéployée début décembre 1939 à Calais-Marck.

Potez 631 en vol

Potez 631 en vol

Ce choix s’explique à la fois par la rareté des appareils modernes à l’époque et la volonté de la marine de préparer l’avenir, l’aéronautique navale envisageant sérieusement l’embarquement de chasseurs bimoteurs pour la défense aérienne de la flotte à longue distance, en détruisant hors de portée visuelle, les avions et hydravions d’observation.

Finalement, cette opportunité ne se réalisa, l’appareil envisagé _le Hanriot NC-650_ se révélant être une calamité volante avec des moteurs douées de performances pures remarquables mais aux faiblesses considérables et aux innombrables avaries sans parler d’une excessive perte de place sur des porte-avions (Joffre et Painlevé) aux dimensions restreintes.

Le 15 septembre 1940, l’escadrille AC-1 intègre la 1ère flottille d’aviation navale (1ère FAN) et un mois plus tard, en octobre 1940, l’AC-1 devient l’escadrille 3C.

Le 21 juin 1943, douze Hanriot NC-600 flambant neufs sont amenés par les pilotes de l’unité de convoyage à Orly pour être confiés aux pilotes de l’escadrille 3C qui ne disposaient plus à cette époque que dix Potez 631.

Le Potez 631 était un triplace et le nouvel appareil un biplace, les hommes en surnuméraire sont transférés dans d’autres unités, généralement des unités d’instruction pour transmettre leur expérience aux jeunes pilotes et navigants.

Après six semaines d’entrainement intensif, les Hanriot NC-600 de la 3C quittent Orly le 8 août 1943 pour rallier Calais-Marck. Il reprend sa mission de protection de Dunkerque en coopération avec la 1C équipée de Dewoitine D-520.

A l’annonce des attaques allemandes sur Danemark et la Norvège le 5 novembre 1948, la 3C participe au dispositif de protection de la région de Dunkerque en coopération avec la 1C. Les douze NC-600 de l’unité étaient pour cinq d’entre-eux des appareils de remplacement de la première commande, trois appareils ayant été perdus à l’atterrissage (pilotes et mitrailleurs indemnes) et deux en mer (équipage tué)

Escadrille 4C

L’escadrille AC-3 est créée le 11 décembre 1939 pour renforcer la protection de la base navale de Bizerte qui pouvait être aisement menacée par l’aviation italienne venue de Libye ou de Sicile.

Le personnel est issu des escadrilles d’hydravions de chasse HC1 et HC2 dissoutes à la même date après le retrait du Loire 210. L’Escadrille est équipé de seize Bloch MB-151 pris en compte à Orly avant de rejoindre Sidi-Ahmed, la base aéronavale liée à la base navale de Bizerte, Karouba abritant les hydravions.

Placée hors rang, l’escadrille AC-3 devient en octobre 1940 l’escadrille 4C qui intègre en juillet 1941 la 4ème flottille d’aviation navale qui regroupe tous les avions terrestres basés à Sidi-Ahmed.

Le 8 octobre 1941, les pilotes de la 4C qui ont rejoint Orly par bateau entre Bizerte et Marseille puis par avion de la marine (les douze Bloch MB-151 survivants avaient un rayon d’action trop court pour rejoindre la métropole) prennent possession de seize Grumman G-36A. Après un mois d’entrainement en région parisienne, la 4C rallie par étapes la Tunisie pour reprendre sa mission de protection de Bizerte.

Comme les autres unités de chasse, elle participe à des exercices au profit de la 6ème escadre légère, entrainant les canonniers antiaériens de l’Emile Bertin, des croiseurs de la 2ème DC, des contre-torpilleurs et des torpilleurs légers.

Ces exercices sont poussés au maximum de réalisme. Les G-36A de l’unité (mais c’est aussi le cas des autres unités de chasse) utilisent des bombes d’exercice de 50kg et des hauts-parleurs fixés sous les ailes transmettent le bruit d’explosion de bombes pour habituer les marins au stress du combat.

L’escadrille 4C se livre également à des duels contre les autres unités de l’Aviation Navale déployée en Tunisie ainsi que contre des unités de l’armée de l’air avec lesquelles règne une saine rivalité.

Le 6 juin 1946, l’escadrille 4C rallie avec ses quatorze Grumman G-36A survivants (deux pilotes sans monture ralliant la région  parisienne par un avion de transport) à Orly pour être transformée sur un nouvel appareil en l’occurence le Dewoitine D-551. Les chasseurs américains ne sont pas détruits, ils vont être reconditionnés et stockés pour servir d’appareils de réserve en cas de conflit.

Après cinq semaines d’entrainement intensif en région parisienne et en Normandie, la 4C rallie la Tunisie pour reprendre sa mission de protection de la base navale de Bizerte et plus généralement de la Tunisie, véritable tête de pont pour frapper l’Italie au coeur.

Quand la guerre éclate le 5 septembre 1948, la 4C est déjà sur la brèche, maintenant depuis le 1er septembre une patrouille de deux chasseurs en vol en permanence. L’Italie ne bougeant pas, le dispositif est levé le 13 septembre et remplacé par un décollage sur alerte.

Sur les douze Dewoitine D-551, deux sont des appareils de remplacement, un chasseur ayant été perdu lors d’une collision avec un avion de l’armée de l’air (piloté tué) et un deuxième ayant été perdu mystérieusement en mer (piloté disparu présumé mort), l’hypothèse la plus probable était une panne moteur suivit d’un crash si bref que le pilote n’à pas eu le temps de lancer un message de détresse.

Escadrille 5C

Cette escadrille de chasse est créée à Lanvéoc-Poulmic le 10 décembre 1939 pour fournir une couverture de chasse à la base navale de Brest.

Quand la guerre de Pologne s’achève cinq jours plus tard, elle ne dispose toujours pas d’appareils et aurait pu être dissoute mais finalement en janvier 1940, elle reçoit douze Curtiss H-75 qui comme les autres unités de chasse assurent la protection de la région de Brest et l’entrainement à la défense aérienne à la mer des unités navales de la région à savoir la 1ère Escadre et la 3ème Escadre Légère.

L’escadrille AC-5 rejoint le 15 septembre 1940 la 3ème flottille d’aviation navale (3ème FAN) et devient un mois plus tard, l’escadrille 5C.

Au niveau du matériel, elle troque ses neuf Curtiss H-75 survivants (deux appareils perdus à l’atterrissage, pilote indemne mais appareils bons pour la casse après cannibalisation et un appareil perdu en mer _pilote disparu présumé mort_) contre des Dewoitine D-520. La transformation de l’unité se fait du 27 juillet au 7 septembre 1942, les douze rutilants monomoteurs rejoignant par étapes leur base de Lanvéoc-Poulmic.

Ces appareils sont toujours en service le 5 septembre 1948 quand éclate le second conflit mondial mais à la différence des autres unités de chasse, elle ne met pas en place une permanence aérienne mais reçoit l’ordre de rallier dès que l’ordre sera donné le Nord de la France pour renforcer la protection des ports de la Manche alors que le transfert du BEF avait commencé en toute discrétion dès le 1er septembre.

Les douze appareils disponibles le 5 septembre 1948 appartiennent à la livraison initiale de l’été 1942 sauf trois qui ont remplacé un appareil perdu en mer (pilote tué) et deux appareils endommagés en vol au cours d’un entrainement au combat aérien, les deux avions parvenant à se poser on ne sait trop comment, leurs deux pilotes étant légèrement blessés. Trop endommagés, les deux appareils ont été cannibalisés.

15- Pétroliers et Ravitailleurs Rapides (1)

15°) PÉTROLIERS ET RAVITAILLEURS RAPIDES

En guise d’avant propos……

Après la rame et la voile, la navigation à pleinement profité de l’apparition de la propulsion mécanique avec la machine à vapeur alimentée par le charbon qui avait certes un fort pouvoir calorifique mais avait un certain nombre d’inconvénients : une masse importante, un ravitaillement très long et des panaches de fumées facilement repérables à l’horizon.

D’où la décision de passer au mazout issu du pétrole dont les premiers gisements ont été découverts au milieu du 19ème siècle notamment par le Dr Drake à Titusville aux Etats-Unis même si ce n’est qu’au début du vingtième siècle que les marines de guerre vont passer au pétrole.

L’Europe est cependant handicapée par l’absence de sources d’approvisionnement sous son contrôle, les principaux gisements étant avant le premier conflit mondial situés en Roumanie, au Mexique et au Texas.

Cela nécessite donc des navires spécialisés dans leur transport, des navires logiquement appelés pétroliers qui apparaissent dans la Royale en 1909. Il faut cependant reconnaître que la France n’est guère pressée d’adopter la chauffe au mazout puisqu’elle dispose de ressources charbonnières encore abondantes.

Si on prend l’exemple des cuirassés, les Courbet ne seront jamais totalement transformés pour chauffer au mazout et les Bretagne ne le seront que dans les années trente, près de vingt ans après les Queen Elisabeth de la Royal Navy alors que la Grande Bretagne possède elle aussi des réserves charbonnières intéressantes.

Le pétrolier qui avait commencé comme un simple cargo transportant des barils de pétrole devient peu à peu un navire équipés de soutes adaptées au transport de ce liquide visqueux, noirâtre et hautement addictif.

La nécessité de ravitailler les navires à la mer en carburant mais également en munitions, en vivres et pièces détachées entrainera la transformation des pétroliers qui deviendront de véritables ravitailleurs de combat.

Quand éclate la guerre de Pologne, la marine nationale dispose de quatorze pétroliers, une flotte assez ancienne puisqu’elle comporte des pétroliers de seconde main (Rhône Garonne Dordogne Loire et Odet) et des pétroliers acquis neufs mais construits souvent après le premier conflit mondial (Loing Mékong Niger Elorn Var et Nivôse), de simples transports pétroliers encore bien incapables de mener des ravitaillement à la mer.

Cette situation est cependant amenée à s’améliorer car plusieurs navires sont en construction à savoir les quatre pétroliers ravitailleurs d’escadre de classe La Seine et les six ravitailleurs rapides de classe L’Adour même si seulement cinq sont sur cale (L’Adour Lot Tarn Charente La Saône), les autres étant au stade de l’approvisionnement.

A ces dix navires vont s’ajouter ultérieurement quatre pétroliers-caboteurs de 2500 tonnes financés aux tranches 1943 (Rance Lèze) et  1944 (Ardèche et Blavet) ainsi que deux pétrolier-ravitailleurs d’escadre (PRE) financés à la tranche 1944 (Le Rhône et La Garonne).

Anticipant sur le conflit à venir, des pétroliers de la marine marchande doivent également être réquisitionnés, certains navires étant partiellement financés par la marine nationale et disposant de certaines prédispositions pour le ravitaillement à la mer et l’installation d’armes (canons et mitrailleuses).

Des travaux d’infrastructures sont également menés. Les dépôts de Brest, de Lorient, de Toulon,  et de Bizerte sont agrandis et modernisés. D’autres dépôts sont aménagés à Beyrouth, Saïgon, Cam-Ranh, Nouméa, Papeete Mers-El-Kébir mais également à Gabès.

La marine nationale et la marine marchande vont travailler de concert à améliorer l’approvisionnement pétrolier du pays.

Des terminaux pétroliers sont ainsi construits à  Dunkerque, au Verdon, à Fos sur Mer et à Arzew, ce dernier servant à transférer en métropole le pétrole brut du Sahara algérien qui est raffiné à Fos sur Mer.

C’est le seul terminal à travailler majoritairement avec du pétrole «national», Dunkerque travaillant essentiellement avec du pétrole mexicain et texan alors que Le Verdon préfère du pétrole venu du Venezuela.

A-Les premiers pétroliers de la marine nationale

Le Rhône

Le Rhône, premier pétrolier de la marine nationale

Le Rhône, premier pétrolier de la marine nationale

-Le Radioléine est mis sur cale aux Chantiers de Normandie (appartenant à la Société Anonyme des Ateliers et Chantiers de Saint Nazaire-Penhoët) du Grand-Quevilly le 15 juillet 1909 et lancé le 26 mars 1910.

La coque est remorquée à Saint-Nazaire pour recevoir ses machines puis effectuer ses essais. Après quelques opérations commerciales, le Radioléine est acquis par la marine nationale en décembre 1910 où il est rebaptisé Rhône.

Quand éclate la guerre de Pologne, le Rhône est basé à Brest, ravitaillant les navires en rade de Brest mais effectuant également des transports de mazout et de diesel entre le port pétrolier du Verdon et les dépôts pétroliers de Lorient et de Brest.

Le Rhône est désarmé le 30 septembre 1941 et condamné le 7 octobre 1941. La coque est remorquée à Landevennec où elle y était toujours en septembre 1948.

Caractéristiques Techniques du pétrolier Rhône

Déplacement : standard 2781 tW pleine charge 8860 tonnes avec 4400 tonnes de port en lourd

Dimensions : longueur hors tout 112.47m longueur entre perpendiculaires 106.70m largeur 13.78m tirant d’eau 7.06m en charge

Propulsion : une machine alternative 3 cylindres alimentées par deux chaudières cylindriques Du Temple dévellopant 2100ch et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale 11 noeuds distance franchissable 8160 miles nautiques à 8,5 noeuds

Capacités : 22 citernes dont 4 citernes d’été totalisant 5994 mètres cubes + une cale à marchandise de 218 mètres cubes

Armement (1940) : un canon de 100mm et deux mitrailleuses de 8mm

Equipage : trois officiers et 57 officiers mariniers et QMM.

La Garonne

La Garonne

La Garonne

En 1912 est construit à Sunderland un pétrolier baptisé Lucellum. Le 18 février 1913, décision est prise d’acheter un deuxième pétrolier. C’est le Lucellum qui est choisit, ce pétrolier livré en décembre 1913 est rebaptisé Garonne.

En juin 1940, il est basé à Lorient servant de base mobile de ravitaillement en attendant que les citernes enterrées soient inaugurées (septembre 1942). Il est désarmé le 4 octobre 1941 et remorqué comme brise-lames à la pointe de l’Espérance, brise-lames équipé de pièces de DCA en septembre 1948.

A noter que le 4 décembre 1945, le contre-torpilleur Vautour victime d’un blocage de barre entre en collision avec l’ancien pétrolier La Garonne. Les dégâts sont cependant limités des deux côtés.

L’ancien pétrolier y était toujours en septembre 1948.

Caractéristiques Techniques de La Garonne

Déplacement : standard 3533 tW pleine charge 11250 tonnes 7262 tonnes de port en lourd

Dimensions : longueur hors tout 120.08m largeur 15.48m tirant d’eau 5.80m lège 8.25m en charge

Propulsion : une machine alternative à triple expansions alimentée en vapeur par deux chaudières cylindriques dévellopant 2740ch et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale 11 noeuds distance franchissable 5100 miles nautiques à 9.5 noeuds

Capacités : 16 citernes répartis en huit tanks pout un total de 8035 mètres cubes (6942 t) deux pompes de 150 tonnes par heure et cinq mats de charge de 3 tonnes

Armement : deux canons de 100mm modèle 1898 et deux mitrailleuses de 8mm installés en 1939 mais débarquées dès juillet 1940.

Equipage : 6 officiers et 57 hommes (officiers mariniers, quartiers maitres et matelots)

La Dordogne
Le 5 août 1914, l’attaché naval français à Londres achète le pétrolier San Isodoro de l’Ango-Mexican Petroleum Cie, pétrolier rebaptisé Dordogne.

Ce pétrolier neuf va être utilisé durant le premier conflit mondial pour ravitailler les ports français depuis les Etats-Unis avant de passer l’entre-deux-guerre à charger du pétrole brut en mer Noire mais également depuis Curacao dans les Caraïbes.

Mise en réserve spéciale en février 1935, La Dordogne est réarmée début mai 1937, subissant une révision générale. Connaissant des problèmes récurrents de chaudières, la marine qui manque de pétroliers, décide de changer les chaudières à l’automne 1939.

Basé à Bizerte au sein de la 4ème puis de la 6ème Escadre Légère, il doit ravitailler les navires basés en Tunisie à flot faute de système de ravitaillement à la mer, La Dordogne étant jugée trop ancienne pour le recevoir. Elle va également assurer des transports pétroliers entre Batoum et Bizerte et entre Haïfa et Bizerte.

Il devait être  désarmé début 1942 mais il sera prolongé jusqu’à la mise en service du Mayenne en mars 1943. Il est désarmé le 7 avril 1943 et va servir de ponton au dépôt pétrolier de Gabès. Ce ponton sert de stockage additionnel au dépôt à terre.

Victime d’une voie d’eau, l’ancien pétrolier Dordogne coule le 7 mai 1947. La coque est relevée, rapidement réparée et remorquée en haute mer pour servir de cible à l’aéronavale, l’ancien pétrolier Dordogne encaissant une torpille et quatre bombes avant de sombrer dans la Mare Nostrum.

Caractéristiques Techniques du pétrolier Dordogne

Déplacement : standard 7333 tW pleine charge 24000 tonnes 15160 tonnes de port en lourd

Dimensions : longueur hors tout 168.35m longueur entre perpendiculaires 161.54m largeur 20.30m tirant d’eau 5.80m lège 9.15m en charge

Propulsion : une machine alternative à 4 cylindres alimentée en vapeur par 4 chaudières cylindriques dévellopant 4000ch et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale 11 noeuds rayon d’action inconnu

Capacités : 12 tanks (15778 mètres cubes et 14520 tonnes) plus 8 tanks d’été (2104 mètres cubes et 1839 tonnes) et une soute alimentaire

Armement : deux canons de 155mm puis deux canons de 100mm

Equipage : 6 officiers et 83 hommes (officiers mariniers, quartiers maitres et matelots)

13-Sous-marins (16) sous-marins classe Argonaute (2)

L’Amphitrite

L'Amphitrite

L’Amphitrite

-L’Amphitrite (Q-159) est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 8 août 1928 lancé le 20 décembre 1930 et mis en service le 8 juin 1933.

En septembre 1939, le sous-marin Amphitrite forme la 18ème DSM en compagnie des sous-marins Méduse Oréade et Psyché, division qui dépend de la 2ème escadrille, la composante sous-marine de la 6ème Escadre basée à Oran pour participer notamment à la sécurisation du détroit de Gibraltar.

La réorganisation de septembre 1940 affecte la 18ème DSM et donc le sous-marin Amphitrite à la 2ème flottille de sous-marin, la composante sous-marine de la 4ème escadre dont l’antre et la moderne base de Mers-El-Kébir.

Du 16 mai au 30 juin 1941, il est échoué sur le dock flottant pour sous-marins pour un grand carénage destiné à le remettre totalement en état. Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 12 juillet 1941.

Il réalise ses essais officiels du 13 au 15 juillet et sa remise en condition du 17 au 31 juillet, ralliant Mers-El-Kébir le lendemain 1er août. Il effectue sa première patrouille post-carénage du 8 au 18 août 1941.

Du 25 avril au 3 mai 1943, il participe avec son compère Méduse à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Vauban Valmy Verdun de la 4ème DCT. L’Amphitrite enchaine par un entrainement ASM avec le contre-torpilleur Vauban du 2 au 13 août 1943.

Du 10 au 30 janvier 1944, l’Amphitrite est de nouveau échoué sur le dock flottant de Mers-El-Kébir pour un petit carénage. Armé pour essais le 6 février 1944, il exécute ses essais officiels les 7 et 8 février et sa remise en condition du 10 au 20 février, effectuant sa première patrouille post-carénage du 25 février au 6 mars 1944.

Du 11 au 22 février 1945, l’Amphitrite accompagné par l’Oréade participe à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Aigle Albatros et Gerfaut (5ème DCT) pour ce qui est le dernier exercice de ce sous-marin.

Mis en position de complément le 14 juin 1945, l’Amphitrite est désarmé le 30 juin 1945 et condamné le 7 juillet 1945 sous le numéro Q-159. Il est remorqué à Toulon le 4 septembre 1945 et confiés aux bons soins du DNM et y était toujours le 5 septembre 1948.

L’Antiope
-L’Antiope (Q-160) est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime (ACSM) du Trait le 28 décembre 1928 lancé le 18 août 1931 et mis en service le 12 octobre 1933.

En septembre 1939, l’Antiope forme la 16ème DSM en compagnie de ses compères Orphée Amazone et Sibylle, division qui dépend du préfet maritime de la 1ère région (Premar I) avec Cherbourg comme port d’attache.

Du 6 juillet au 9 septembre 1940, le sous-marin Antiope est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Cherbourg pour un grand carénage. Après une période d’entretien à flot, il est armé pour essais le 20 septembre, exécutant ses essais officiels les 21 et 22 septembre puis sa remise en condition du 24 septembre au 5 octobre, rentrant à Cherbourg le lendemain 6 octobre 1940. Il effectue sa première patrouille post-carénage du 16 au 26 octobre 1940.

La réorganisation de septembre 1940 rattache temporairement la 16ème DSM à la 5ème Escadre puisque la division de l’Antiope devant à terme intégrer une future Escadre de la Manche et de la Mer du Nord. Elle est basée à Cherbourg.

Le 17 mars 1942, un décret du ministre de la Marine créé officiellement l’Escadre Légère du Nord (ELN) dont la base est Dunkerque. La 16ème DSM quitte Cherbourg le lendemain et rallie Dunkerque à l’aube le 19 mars 1942.

Du 15 au 22 novembre 1942, les sous-marins Antiope et Amazone participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Kersaint et Cassard de la 8ème DCT.

Du 17 au 26 juin 1943, l’Antiope et le Sibylle participent à un nouvel entrainement ASM avec les deux contre-torpilleurs de la 8ème DCT.

Du 9 au 15 octobre 1943, la 16ème DSM au complet participe à un entrainement commun avec la 8ème DCT (Kersaint et Cassard) ainsi que la 3ème (Panthère Lynx Tigre) et de la 6ème DCT (Vautour Milan Epervier) venues de Brest.

Du 20 octobre au 30 novembre 1943, le sous-marin Antiope est échoué au bassin Tourville de l’Arsenal de Brest pour un nouveau grand carénage.

Après une période de travaux complémentaires, il est armé pour essais le 10 décembre 1943. Il réalise ses essais officiels les 11 et 12 décembre et sa remise en condition du 14 au 28 décembre, rentrant à Dunkerque le 29 décembre. Il effectue sa première patrouille post-carénage du 6 au 17 janvier 1944.

L’année suivante, l’Antiope va participer à l’exercice franco-britannique «Entente Cordiale 45» en compagnie des sous-marins  Pasteur Ajax et Sibylle mais également des cuirassés Gascogne et Alsace; du porte-avions Painlevé, des contre-torpilleurs de la 6ème DCT (Vautour Milan Epervier), ainsi que du pétrolier-ravitailleur La Seine (sans oublier les torpilleurs d’escadre d’escorte).

L’exercice «Entente Cordiale 1945» commence le 5 mai 1945 et s’achève le 15 mai, le tout au large des Shetlands, les sous-marins français et leurs homologues britanniques attaquant Scapa Flow le 11 mai 1945.

Mis en position de complément le 7 juillet 1945 en même temps que l’Amazone, l’Antiope est officiellement désarmé le 16 juillet 1945 puis ramené à Cherbourg le 21 juillet 1945 où il est condamné sous le numéro Q-160.

Le 8 mars 1946, il est pris en remorqué pour être ramené à Brest (DNA-Landevennec) mais une voie d’eau oblige le remorqueur à couper la remorque. Avant même que le remorqueur ne passe une nouvelle remorque, le Q-160 s’enfonce et sombre au large de Saint-Malo.

L’Amazone
-L’Amazone (Q-161) est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Seine-Maritime (ACSM) le 14 janvier 1929 lancé le 28 décembre 1931 et mis en service le 12 octobre 1933.

En septembre 1939, l’Amazone forme la 16ème DSM en compagnie de ses compères Orphée Antiope et Sibylle, division qui dépend du préfet maritime de la 1ère région (Premar I) avec Cherbourg comme port d’attache.

Du 10 septembre au 14 novembre 1940, le sous-marin Amazone est échoué au bassin n°3 de l’Arsenal de Cherbourg pour un grand carénage. Après une période de travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 24 novembre 1940.

Les essais officiels ont lieu du 25 au 27 novembre et sa remise en condition du 29 novembre au 10 décembre, l’Amazone effectue sa première patrouille post-carénage du 17 au 27 décembre 1940.

La réorganisation de septembre 1940 rattache temporairement la 16ème DSM à la 5ème Escadre puisque la division de l’Antiope devant à terme intégrer une future Escadre de la Manche et de la Mer du Nord. Elle est basée à Cherbourg.

Le 17 mars 1942, un décret du ministre de la Marine créé officiellement l’Escadre Légère du Nord (ELN) dont la base est Dunkerque. La 16ème DSM quitte Cherbourg le lendemain et rallie Dunkerque à l’aube le 19 mars 1942.
Du 15 au 22 novembre 1942, les sous-marins Amazone et Antiope participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Kersaint et Cassard de la 8ème DCT.

Du 9 au 15 octobre 1943, la 16ème DSM au complet participe à un entrainement commun avec la 8ème DCT (Kersaint et Cassard) ainsi que la 3ème (Panthère Lynx Tigre) et de la 6ème DCT (Vautour Milan Epervier) venues de Brest.

Du 1er décembre 1943 au 22 janvier 1944, l’Amazone est échoué au bassin Tourville de l’Arsenal de Brest pour un grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 3 février. Les essais officiels de l’Amazone ont lieu les 4 et 5 février et sa remise en condition du 7 au 21 février, date de son retour à Dunkerque. Il effectue sa première patrouille post-carénage du 1er au 12 mars 1944 en mer du Nord.

Mis en position de complément le 7 juillet 1945 en même temps que l’Antiope, l’Amazone est officiellement désarmé le 24 juillet 1945. Remorqué à Cherbourg, le sous-marin est condamné sous le numéro Q-161 le 12 août 1945.

Mouillé en grande rade de Cherbourg, il est ensuite transféré au DNA à Landevennec le 14 avril 1946 et y était toujours en septembre 1948.

L’Atalante

L'Atalante

L’Atalante

-L’Atalante est mis sur cale aux chantiers Schneider de Chalons sur Saône le 17 août 1928 lancé le 5 août 1930 et mis en service le 18 septembre 1934.

En septembre 1939, l’Atalante appartient à la 17ème DSM, division formée avec les sous-marins Aréthuse Vestale et Sultane, la 17ème Division de Sous-Marins formant la 6ème escadrille avec la 20ème DSM (Turquoise Rubis Saphir Nautilus) qui avec la 5ème escadrille (9ème 10ème et 11ème DSM) forme la 4ème flottille qui dépend de la 4ème région maritime même si elle est régulièrement mise à disposition pour emploi au profit de la 4ème Escadre Légère.

Du 20 novembre au 2 décembre, la 17ème DSM au grand complet participe à un exercice commun avec la 11ème DCT (contre-torpilleurs Milan Bison Aigle) et la 12ème DCT, les neuf navires faisant escale à Tunis du 3 au 8 décembre avant de rentrer à Bizerte le lendemain 9 décembre 1940.

La réorganisation décidée en septembre 1940 intègre la 17ème DSM au sein de la 3ème flottille de sous-marins qui regroupe tous les sous-marins de la  6ème Escadre Légère.

Du 16 octobre au 30 novembre 1941, le sous-marin Atalante est échoué sur le dock flottant pour sous-marins de l’Arsenal de Sidi-Abdalah pour un grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, l’Atalante est armé pour essais le 12 décembre 1941, réalisant ses essais officiels du 13 au 15 décembre et sa remise en condition du 17 au 31 décembre, effectuant sa première patrouille post-carénage du 8 au 18 janvier 1942.

Le 11 novembre 1943, l’Atalante participe à une revue navale sur le lac de Bizerte en compagnie des sous-marins L’Arethuse Turquoise et Nautilus.

Du 18 au 27 novembre 1944, les sous-marins L’Atalante et La Vestale de la 17ème DSM participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs Vauquelin Chevalier Paul et Tartu (7ème DCT).
Du 1er janvier au 12 février 1945, le sous-marin L’Atalante est échoué sur le dock flottant de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour un grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 23 février, réalisant ses essais officiels les 24 et 25 février et sortant pour remise en condition du 27 février au 7 mars 1945. Il réalise sa première patrouille post-carénage du 15 au 25 mars 1945.

Du 11 au 18 octobre 1945, l’Atalante et l’Arethuse de la 17ème DSM participent à l’entrainement ASM de la 10ème DCT. La 17ème DSM réduite aux sous-marins Atalante Vestale Sultane participe ensuite à l’entrainement ASM de la 12ème DCT (Marceau Desaix Kléber) et ce du 13 au 18 novembre et du 20 au 25 novembre 1945.

Du 29 mars au 5 avril 1946, la 17ème DSM participe à l’entrainement ASM de la 5ème DCT et de la 1ère DT au large des côtes du Levant.

Mis en position de complément le 17 avril 1946, l’Atalante est officiellement désarmé le 28 avril 1946. Condamné le 7 mai 1946 sous le numéro Q-162. Il est remorqué le 14 juin 1946 à Toulon et mouillé au Bregaillon jusqu’au 24 juin 1948 quand il est vendu à la démolition et démantelé par un chantier naval toulonnais.

13-Sous-marins (15) sous-marins classe Argonaute (1)

E-Sous-marins de 630 tonnes classe Argonaute

En guise d’introduction

La première guerre mondiale à laissé de profondes traces en France à la fois matérielles, humaines (plus d’un million de morts) et morales. Le pacifisme est une force prégnante dans l’opinion tout comme est prégnant la volonté de sanctuariser le territoire national vis vis de l’Allemagne au premier abord mais plus généralement de toutes les menaces visant la Métropole voir l’Empire.

La défense des côtes bénéficie donc de crédits qui ne sont pas forcément investis dans la réalisation de fortifications pour protéger nos ports. Point en effet de Ligne Maginot navale pour protéger Brest, Toulon, Lorient, Cherbourg.

A quoi on servit ces crédits alors ? Eh bien tout simplement à financer de manière «détournée» des navires supplémentaires et notamment des sous-marins dont les seize sous-marins de classe Argonaute.

Dérivés des sous-marins précédents, le financement des Argonaute est repartit entre le contingent 1926 (Argonaute Aréthuse Diane Meduse), 1927 (Amphitrite Antiope Amazone Atalante), 1928 (Orphée Oréade Orion Ondine II) et 1929 (Psyché Vestale Sibylle Sultane), tous construits comme leurs prédecesseurs par l’Industrie. A noter que les sous-marins du contingent 1926 n’ont pas reçu de numéro Q…… .

L’Argonaute

L'Argonaute

L’Argonaute

-L’Argonaute est mis sur cale aux chantiers Schneider de Chalons sur Saône le 19 décembre 1927 lancé le 23 mai 1929 et mis en service le 1er juin 1932.

Quand la guerre de Pologne éclate en septembre 1939, l’Argonaute appartient à la 19ème DSM qu’il forme avec les sous-marins de classe Sirène Sirène Naïade et Galatée. Cette division dépend du préfet maritime de la 3ème région (Premar III).

Lors de la réorganisation de septembre 1940, l’Argonaute reste intégré à la 19ème DSM mais cette division est transférée à la 5ème escadrille (5ème ESM) qui regroupe tous les «600 tonnes», tous les sous-marins de moyenne patrouille de la 1ère FSM, la composante sous-marine de la 2ème escadre.

Du 1er août au 7 septembre 1941, l’Argonaute est échoué sur le dock flottant de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour un grand carénage.

Armé pour essais le 18 septembre, il exécute ses essais réglementaires du 19 au 21  puis sort pour sa remise en condition du 23 septembre au 7 octobre. Rentrant à Toulon le 10 octobre, il effectue sa première patrouille post-carénage du 15 au 25 octobre 1941

Le 25 septembre 1942, le sous-marin Galatée est désarmé ce qui entraine la dissolution de la 19ème DSM, laissant l’Argonaute hors rang pendant près de dix huit mois au cours duquel il enchaine les patrouilles à un tel rythme que son dernier commandant dira qu’il connaissait par cœur les fonds du Golfe de Gênes.

Alors que son désarmement était prévu en septembre 1944, une avarie au retour d’une patrouille entraine sa mise en position de complément le 14 mars 1944. L’Argonaute est officiellement désarmé le 31 mars 1944.

Condamné le 5 avril sous le numéro Q-26-1, l’ex-Argonaute est remorqué au Bregaillon et confié au DNM le 6 avril 1944. Il y est stocké jusqu’au 14 mai 1947 quand il est vendu à la démolition et démantelé par un chantier de démolition marseillais.

L’Aréthuse

L'Aréthuse à la mer

L’Aréthuse à la mer

-L’Aréthuse est mis sur cale aux chantiers Schneider de Chalons sur Saône le 6 janvier 1928 lancé le 8 août 1929 et mis en service le 14 juillet 1933.

Quand éclate la guerre de Pologne en septembre 1939, le deuxième sous-marin du contingent 1926 est affecté à Bizerte au sein de la 17ème DSM qu’il forme avec ses sister-ships Vestale Sultane Atalante.

Cette division est l’une des deux DSM de la 6ème escadrille de sous-marin qui dépend de la 4ème flottille de sous-marins qui est la composante sous-marine de la 4ème escadre légère.

La réorganisation de septembre 1940 ne change pas grand chose pour l’Arethuse si ce n’est que désormais la 17ème DSM qui dépend toujours de la 6ème escadrille est désormais placée sous le commandement de la  3ème flottille de sous-marins, composante sous-marine de la 6ème Escadre Légère.

Du 20 novembre au 2 décembre 1940, les quatre sous-marins de la 17ème DSM effectue un exercice commun avec la 11ème DCT et la 12ème DT,  les neuf navires faisant escale à  Tunis du 3 au 8 décembre avant de rentrer à Bizerte le 9 décembre 1940.

Du 8 septembre au 15 octobre 1941, l’Arethuse est échoué sur le dock flottant pour sous-marin de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour un grand carénage.

Après des travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 26 octobre, sortant pour ses essais officiels du 27 au 29  puis pour sa remise en condition opérationnelle du 31 octobre au 11 novembre, le sous-marin effectuant sa première patrouille post-carénage du 16 au 26 novembre  avec pour cadre le canal d’Otrante.

Du 13 avril au 2 mai 1942, l’Arethuse et La Vestale participent à l’entrainement ASM du contre-torpilleur Mogador et des torpilleurs légers de la 12ème DT.

Le 12 février 1943, il participe un exercice avec le croiseur léger Emile Bertin, le torpillant après qu’il ait mouillé ses mines, deux torpilles sont tirées contre le croiseur.

Le 11 novembre 1943, il est mouillé au milieu du lac de Bizerte pour une revue navale à laquelle participent les sous-marins L’Atalante, Turquoise et Nautilus.

Décidément fort actif, l’Arethuse participe aux manoeuvres «Harmattan» du 12 mai au 10 juin 1944, ces manoeuvres destinées à répondre à des exercices imposants en Libye italienne voyant L’Aréthuse, La Vestale, Le Saphir et le Nautilus participent à deux exercices ASM.

Du 12 au 28 septembre 1944, l’Arethuse et son compère La Sultane participe à un exercice commun avec des unités de la 2ème Escadre à savoir les croiseurs lourds Algérie Dupleix et Henri IV et des unités de la 4ème Escadre en l’occurence les sous-marins Artémis et Amirde.

Du 15 novembre au 30 décembre 1944, l’Arethuse est échoué sur le dock flottant pour le dernier grand carénage de sa carrière. Armé pour essais le 7 janvier 1945, il exécute ses essais officiels du 8 au 10 janvier puis sa remise en condition du 12 au 22 janvier 1945. Il effectue sa première patrouille post-carénage du 30 janvier au 12 février.

Du 11 au 18 octobre 1945, l’Arethuse et son compère l’Atalante participent à l’entrainement ASM des contre-torpilleurs de la 10ème DCT.

Mis en position de complément le 17 novembre 1945, l’Arethuse est officiellement désarmé le 1er décembre 1945.

Condamné le 12 décembre 1945 sous le numéro Q-26-2 (26 : année de financement et 2 deuxième navire du contingent), il reste mouillé sur le lac de Bizerte jusqu’au 7 juin 1947 quand vendu à la démolition, il est remorqué à un chantier de Tunis qui commence le démantèlement le 12 juin et le termine le 5 juillet 1947.

Le Diane

-Le Diane est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 4 janvier 1928 lancé le 13 mai 1930 et mis en service le 1er septembre 1932.

En septembre 1939, le troisième sous-marin du contingent 1926 appartient à la 14ème DSM en compagnie des sous-marins Danae Ariane et Eurydice, cette division basée à Oran dépendant de la 6ème escadre créée quelques semaines plutôt pour participer à la sécurisation des approches du détroit de Gibraltar en coopération avec les britanniques.

La réorganisation de septembre 1940 voit la 14ème DSM migrer de quelques kilomètres, étant redéployée à Mers-El-Kébir, intégrant la 2ème flottille de sous-marin, composante sous-marine de la 4ème Escadre.

Du 21 janvier au 30 mars 1941, le sous-marin Diane est échoué pour grand carénage sur le dock flottant de Mers-El-Kébir.

Après une période de travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 12 avril, réalisant ses essais officiels du 13 au 15 avril puis sa remise en condition du 17 avril au 1er mai. Il réalise sa première patrouille post-carénage du 2 au 12 mai 1941.

Le désarmement du Danaé en janvier 1943 entraine automatiquement la dissolution de la 14ème DSM, le Diane restant hors rang jusqu’à son désarmement prévu pour l’automne 1944.

Pour lui permettre de tenir jusqu’à cette période, il subit un petit carénage sur le dock flottant du 5 au 30 juin 1943, effectuant ses essais officiels les 7 et 8 juillet puis sortant pour remise en condition du 10 au 20 juillet, effectuant sa première patrouille après travaux du 27 juillet au 5 août 1943.

Du 21 au 27 août, juste avant d’entamer une nouvelle patrouille, il sert de plastron pour l’entrainement anti-sous-marin du contre-torpilleur Valmy de la 4ème DCT.

Mis en position de complément le 12 septembre 1944, le Diane est officiellement désarmé le 25 septembre et condamné le 2 octobre 1945 sous le numéro Q-26-3. Remorqué à Toulon le 2 novembre 1945, il est confié aux bons soins du Dépôt Naval de la Méditerranée (plus connu sous le nom de cimetière naval du Bregaillon) et y était toujours un certain 5 septembre 1948.

La Méduse
-La Méduse est mis sur cale aux chantiers Auguste Normand du Havre le 1er janvier 1928 lancé le 26 août 1930 et mis en service le 1er septembre 1932.

En septembre 1939, le sous-marin Méduse forme la 18ème DSM en compagnie des sous-marins Amphitrite Oréade et Psyché, division qui dépend de la 2ème escadrille, la composante sous-marine de la 6ème Escadre basée à Oran pour participer notamment à la sécurisation du détroit de Gibraltar.

La réorganisation de septembre 1940 affecte la 18ème DSM et donc le sous-marin Méduse à la 2ème flottille de sous-marin, la composante sous-marine de la 4ème escadre dont l’antre est la moderne base de Mers-El-Kébir.

Du 31 mars au 15 mai 1941, le sous-marin Méduse est échoué sur le dock flottant pour sous-marins pour un grand carénage. Après une période de travaux complémentaires à flot, il est armé pour essais le 25 mai.

Ses essais officiels ont lieu du 26 au 28 mai et sa remise en condition du 30 mai au 11 juin, le sous-marin Méduse effectuant sa première patrouille post-carénage du 18 au 28 juin avec pour cadre les côtes espagnoles.

Du 25 avril au 3 mai 1943, il participe à l’entrainement ASM de la 4ème DCT (Valmy Verdun Vauban classe Guépard) en compagnie de son compère Amphitrite. Il enchaine par un entrainement anti sous-marin particulier au profit du Vauban et ce du 16 au 23 août 1943.

Mis en position de complément le 6 juin 1944, il est désarmé officiellement le 21 juin et condamné le 4 juillet 1944 sous le numéro Q-26-4. Il est provisoirement mouillé dans la base de Mers-El-Kébir en attendant qu’il soit transféré à Toulon.

Le 7 septembre 1944, l’ex-Méduse est secoué par une violente explosion qui déclenche un incendie vite incontrôlable. Un remorqueur réussit à éloigner l’épave infernale jusqu’à la haute mer où elle est détruite par les batteries côtières. L’enquête révélera que l’explosion avait été causée par le non dégazage d’un réservoir, les vapeurs s’étant enflammées suite à un pic de chaleur.

10-Contre-torpilleurs (21)

Le Kersaint

Le contre-torpilleur Kersaint

Le contre-torpilleur Kersaint

La construction du Da-11 est attribuée par le marché n°5268B signé entre la marine nationale et les Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) de Nantes, marché signé comme les cinq autres de la classe Vauquelin le 17 octobre 1929. La construction est sous-traitée aux Chantiers Navals Français sis à Caen.

-Le Da-11 est mis sur cale le 19 septembre 1930 et peu après baptisé Kersaint. Il est lancé le 14 novembre 1931. Après presque un an d’armement à flot, le Kersaint quitte Caen le 1er novembre, relâche à Cherbourg avant de rallier son port d’armement _en l’occurence Lorient_ le 8 novembre 1932.

Les essais officiels qui commencent le 24 novembre 1932 se passent normalement mais le 24 janvier 1933, il est victime d’une avarie qui va l’immobilisé jusqu’au 10 juillet le temps que la pièce défectueuse sois réparée.

Le programme d’essais est achevé le 9 août 1933 et le 16, le Kersaint rentre en démontages et modifications. Le 4 décembre 1933, il est à Brest pour recetter ses torpilles sortant du 7 au 9 décembre en compagnie du Lion.

Armé définitivement le 31 décembre 1933, le Kersaint est admis au service actif le 15 janvier 1934 au sein de la 2ème Escadre basée à Brest.

A son admission au service actif, le Kersaint intègre le groupe des contre-torpilleurs et plus précisément la 6ème DL, division formée également par le Maillé-Brézé et le Léopard.

Le 22 octobre 1934, la 6ème DL composée des contre-torpilleurs Maillé-Brézé Vauquelin et Kersaint quitte Brest pour rallier Toulon, intégrant la 1ère Escadre sous le nouveau nom de 9ème DL.

Au cours de l’année 1936-37, la composition de la 9ème DL évolue, le Vauquelin quittant la division et étant remplacée par le Cassard.

Comme les autres divisions de la 3ème escadre légère, la 9ème DL participe aux opérations liées à la guerre d’Espagne. Au mois d’avril 1937, la 9ème DL devient 9ème DCT avec comme composition à savoir le Maillé-Brézé (Al), le Cassard et le Kersaint.
Quand la guerre de Pologne éclate le 1er septembre 1939, la 9ème DCT est toujours composée des même navires, navires qui vont mener des missions de surveillance et d’escorte de convois en dépit du fait qu’ils n’étaient bien équipés pour une la dernière mission nommée.

La 9ème DCT est en entretien à flot du 1er au 17 janvier, sortant pour essais du 18 au 21 janvier avant remise en condition du 23 au 17 février 1940. Ils rentrent tous à Toulon le 22 février après une escale à Marseille du 18 au 21 février.

Victime d’une avarie, le Kersaint est indisponible du 24 février au 15 mars, sortant pour essais du 16 au 19 mars, retrouvant le lendemain 20 mars aux salins d’Hyères ses sister-ships Cassard et Maillé-Brézé avec lesquels il exécuté une école à feu jusqu’au 24 mars 1940 quand les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon.

La 9ème DCT exécute alors un entrainement de division. Quittant Toulon le 30 mars, les trois contre-torpilleurs commencent cet entrainement par une école à feux du 30 mars au 8 avril puis après un ravitaillement à Toulon le 9 avril par un entrainement au combat antisurface du 10 au 15 avril suivit après un nouveau ravitaillement par un entrainement au mouillage de mines du 17 au 21 avril date à laquelle les trois navires reprennent leur poste au quai Noël.

Alors que le Cassard est indisponible suite à une avarie mécanique, le Maillé-Brézé et le Kersaint sortent pour une école à feux nocturne du 27 avril au 1er mai, date à laquelle ils vont mouiller aux salins d’Hyères jusqu’au 8 mai.

Le lendemain 9 mai, le Cassard les y rejoint pour un entrainement commun (combat antisurface, école à feux) du 9 au 18 mai. Après une escale commune à La Ciotat du 19 au 24 mai, les trois navires rentrent à Toulon le 25 mai 1940.

La 9ème DCT sort pour une école à feux du 30 mai au 5 juin et si le Maillé-Brézé mouille en grande rade, le Kersaint et le Cassard reviennent au quai Noël.

Le 8 juin au matin, le Kersaint et le Cassard devaient appareiller pour rejoindre le Maillé-Brézé, la 9ème DCT devant mener un entrainement de division. A 9.14, peu après un entrainement au lancement simulé de torpilles, une explosion secoue le Maillé-Brézé qui finira par couler.

La 9ème DCT se retrouve donc limitée à deux navires, le Kersaint Reprenant le pavillon de navire-amiral de la division.

Le Kersaint et le Cassard sortent pour entrainement du 12 au 20 juin sans leurs tubes lance-torpilles qui ont été débarquées pour inspection et modification. Il faut en effet se rappeler que le 23 février 1940 à Casablanca, le torpilleur d’escadre La Railleuse avait connu un accident similaire ce qui à accéléré les modifications déjà envisagées pour éviter qu’un tel accident dramatique ne se reproduise.

Après un  mouillage aux salins d’Hyères du 21 au 27 juin, les deux contre-torpilleurs sortent pour une école à feux du 28 juin au 6 juillet, rentrant à Toulon le 10 juillet après une escale à Sète du 7 au 9 juillet.

Les deux contre-torpilleurs sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 10 juillet au 1er août, sortant pour essais du 2 au 5 août et pour remise en condition du 6 au 23 août avec cette fois leurs tubes lance-torpilles. Ils rentrent à Toulon le 24 août 1940.

Le 1er septembre 1940, décision est prise de détacher à Casablanca la 9ème DCT pour renforcer la surveillance des côtes du Maroc. Les deux contre-torpilleurs quittent Toulon le 2 septembre et arrivent à leur nouveau port d’attache Casablanca le 7 septembre.

Le Kersaint appareille pour sa première mission de surveillance du 9 au 15 septembre, mission menée en liaison avec les Bréguet Bizerte de l’escadrille E1 avant de passer le relais au Cassard qui mène sa mission de surveillance du 16 au 24 septembre.

Le Kersaint est à nouveau à la mer du 25 septembre au 1er octobre 1940 puis en entretien à flot du 2 au 10 octobre, date à laquelle il prend le relais du Cassard pour une nouvelle mission de surveillance du 11 au 23 octobre.

Le 24 octobre, la 9ème DCT appareille de Casablanca pour une mission commune jusqu’à Dakar pour pister un cargo suspect, soupçonné de livrer des armes à des tribus insoumises du Sud-marocain. Le navire en question est arraisonné le 28 octobre mais aucune arme n’est trouvée à bord et le navire est autorisé à reprendre sa route.

Les deux contre-torpilleurs font relâche à Dakar du 29 octobre au 5 novembre, date à laquelle ils appareillent pour une école à feux au polygone de Rufisque du 6 au 13 novembre. Après un ravitaillement à Dakar le 14, les deux navires rentrent à Casablanca le 18 novembre.

Le Kersaint mène encore quatre missions de surveillance (20 au 27 novembre, 6 au 13 décembre, 18 au 23 décembre et 29 décembre 1940 au 7 janvier 1941) qui ne sont marquées par aucun événement notoire.

Le 10 janvier 1941, décision est prise de redéployer à Toulon la 9ème DCT qui quitte donc le maroc le 11 janvier pour rallier Toulon où les deux navires arrivent le 15 janvier. Ils sont indisponibles jusqu’au 2 février, sortant pour essais et remise en condition du 4 au 27 février 1941.

Le 5 mars, la 9ème DCT sort pour un entrainement de division au large de Toulon. Après un entrainement au combat antisurface diurne et nocturne du 5 au 12 mars, les deux navires enchainent après ravitaillement par un entrainement au mouillage de mines du 14 au 18 mars puis par une école à feux du 20 au 27 mars, les deux contre-torpilleurs faisant escale à Propriano du 28 au 31 mars puis à Port-Bouc du 1er au 6 avril avant de rentrer à Toulon le 8 avril 1941.

Le Cassard étant indisponible, le Kersaint sort seul pour une école à feu du 16 au 24 avril avant de faire escale à Oran du 25 au 28 avril puis à Alger du 29 avril au 4 mai. Quittant le port de la ville blanche le 4 mai au matin, il retrouve au large d’Ajaccio le Cassard.

La 9ème DCT ainsi reconstituée manoeuvre du 5 au 12 mai, faisant escale ensuite à Bastia du 13 au 17 mai, à Nice du 18 au 21 mai, mouille aux salins d’Hyères du 22 au 27 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 28 mai 1941.

La 9ème Division de Contre-Torpilleurs va mouiller en rade de Villefranche du 5 au 17 juin avant de sortir pour un entrainement au combat antisurface du 18 au 26 juin. Après une escale à La Ciotat du 27 juin au 2 juillet, les deux contre-torpilleurs effectuent une école à feu du 3 au 10 juillet, rentrant à Toulon le lendemain 11 juillet 1941.

Le Kersaint débarque alors ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué dans le bassin n°3 du Missiessy le 16 juillet pour remise en état et modernisation de sa DCA composée désormais de trois affûts doubles de 37mm Schneider modèlé 1941 et de quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40  en affûts simples. Des radars et un Asdic rudimentaire sont installés tout comme un système performant de ravitaillement à la mer.

Remis à flot le 8 octobre 1941, le Kersaint sort pour essais du 10 au 13 octobre avant un stage de remise en condition réalisé en solitaire du 15 octobre au 5 novembre, date à laquelle il rentre à Toulon.

Le Kersaint sort du 10 au 17 novembre pour un entrainement de défense aérienne à la mer avant une escale à Port-Vendres du 18 au 22 novembre qui est suivit par une école à feux du 23 novembre au 2 décembre. Après un mouillage aux salins d’Hyères du 3 au 9 décembre, le contre-torpilleur sort pour un entrainement au combat antisurface du 10 au 21 décembre avant de rentrer à Toulon le 22 décembre 1941.

Le 30 décembre 1941, le Cassard est remis à flot après près de trois mois de travaux. Il sort pour essais du 31 décembre au 3 janvier avant remise en condition du 4 au 21 janvier 1942.

Le 1er janvier 1942 dans le cadre de la réorganisation des divisions de contre-torpilleurs, le Kersaint forme avec le Cassard une nouvelle 8ème DCT, affectée en Manche avec Dunkerque pour port d’attache.

Le 22 janvier 1942, la nouvelle 8ème DCT quitte Toulon, se ravitaille à Casablanca le 26 janvier, relache à Lisbonne du 28 janvier au 2 février, se ravitaille à Brest le 5 février avant de rallier Cherbourg le 6 février 1942.

La base de la future Escadre Légère du Nord (ELN) est Dunkerque mais les installations n’étant pas encore prêtes, la 8ème DCT est rattachée à la préfecture de la 1ère Région Maritime (Cherbourg) et basé dans le port haut-normand.

Le Kersaint et le Cassard effectuent une école à feux du 9 au 15 février puis après ravitaillement le 16 février rallie Le Havre le 18 février où ils retrouvent la 1ère DCT (Jaguar Chacal) pour un exercice commun.

Les deux divisions manœuvrent du 19 février au 2 mars avant de faire escale à Dunkerque du 3 au 10 mars pour entretien, la mer s’étant montré virulente avec les lévriers des mers. Après un nouvel exercice du 11 au 25 mars, les deux divisions se séparent, la 8ème DCT rentrant à Cherbourg le 26 mars 1942.

Le 17 mars 1942, un décret du ministre de la Marine officialise la création de l’Escadre Légère du Nord (ELN) et l’activation de la station navale de Dunkerque qui bénéficie du soutien de la base aéronavale de Calais-Marck.

La 8ème DCT quitte Cherbourg le 29 mars 1942 et rallie son nouveau port d’attache le lendemain 30 mars. Les deux contre-torpilleurs ressortent dès le lendemain pour un entrainement de base jusqu’au 6 avril quand les deux navires rentrent à Dunkerque.

Après une période d’entretien à flot du 7 au 30 avril, les deux contre-torpilleurs sortent pour essais du 1er au 4 mai avant remise en condition. Ils enchainent successivement une école à feux du 5 au 14 mai puis après un ravitaillement à Dunkerque le 15 mai ressortent pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 15 au 23 mai, affrontant les Potez 631 de la marine et les Léo 451 de l’armée de l’air basés respectivement à Calais-Marck et à Lille-Lesquin.

Le 1er juin, les deux contre-torpilleurs appareillent de Dunkerque pour effectuer une tournée en mer du Nord. Le Kersaint et le Cassard effectuent une escale à Ostende du 2 au 6 juin, à Zeebruge du 7 au 11 juin, Anvers du 12 au 15 juin, Rotterdam du 17 au 21 juin, Oslo du 23 au 25 juin, Newcastle du 27 au 30 juin, Londres du 2 au 5 juillet, Douvres du 6 au 9 juillet avant de rentrer à Dunkerque le lendemain 10 juillet 1942.

Le Kersaint est indisponible pour entretien courant et permissions de l’équipage du 11 juillet au 4 août, sortant pour essais du 5 au 8 août avant remise en condition du 9 au 23 août. Il sort ensuite pour les essais et la remise en condition du Cassard du 30 août au 20 septembre, les deux navires  rentrant à Dunkerque le 21 septembre 1942.

Le 28 septembre, le Kersaint et le Cassard quittent Dunkerque pour participer à des manoeuvres avec le cuirassé Jean Bart et ses escorteurs, les torpilleurs d’escadre L’Ôpiniâtre et L’Aventurier. La 8ème DCT retrouve les navires brestois au large de la  Normandie le lendemain 29 septembre.

Le cuirassé, les torpilleurs d’escadre et les contre-torpilleurs manœuvrent ensemble du 29 septembre au 5 octobre, se séparant le 9 octobre après une escale commune à Cherbourg. Les deux contre-torpilleurs rentrent à Dunkerque le lendemain 10 octobre.

La 8ème DCT quitte Dunkerque le 15 octobre pour un entrainement de division au large de la Belgique. Il était prévu que le Corps Naval Belge participe à cet exercice mais au final sa participation à été annulée apparemment pour des raisons de politique intérieure.

Après une école à feux du 15 au 22 octobre, les deux contre-torpilleurs relâchent à Douvres du 23 au 26 octobre avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 27 octobre au 4 novembre, se ravitaillant à Dunkerque le 5 novembre avant d’effectuer un entrainement au combat antisurface du 6 au 13 novembre.

Cet entrainement de division se termine par un entrainement à la lutte ASM contre les sous-marins  Antiope et Amazone de la 16ème DSM du 15 au 22 novembre et par un entrainement au mouillage de mines du 24 au 28 novembre. La 8ème DCT rentre à Dunkerque le 5 décembre après une escale à Calais du 29 novembre au 4 décembre.

La 8ème DCT sort pour un entrainement de lutte antisurface du 8 au 13 décembre puis pour une école à feux du 16 au 21 décembre, rentrant à Dunkerque le 22 décembre et restant au port (quai Ronarch) jusqu’à la fin de l’année civile.

Le 7 janvier 1943, la 8ème DCT sort pour entrainement de division en Manche. Après un entrainement à la navigation de combat du 7 au 13 janvier, les deux navires effectuent une école à feux du 14 au 21 janvier, faisant ensuite escale au Havre du 22 au 27 janvier avant d’enchainer par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 28 janvier au 4 février.

Après une nouvelle escale au Havre du 5 au 8 février, le Kersaint et le Cassard participent à un entrainement au mouillage de mines du 9 au 15 février puis un entrainement à la lutte ASM du 17 au 24 février en compagnie des sous-marins  Orphée et Sibylle de la 16ème DSM. Ils rentrent à Dunkerque le lendemain 25 février  1943.

Le Kersaint est indisponible suite à une avarie mécanique du 26 février au 13 mars, sortant pour essais du 14 au 17 mars avant une sortie de remise en condition du 18 au 25 mars en compagnie du Cassard, les deux navires réalisant notamment une école à feux.

Le 28 mars 1943, les trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT (Jaguar Chacal Léopard) arrivent à Dunkerque pour manoeuvrer avec la 8ème DCT.

Tout commence par un exercice de défense aérienne à la mer du 31 mars au 7 avril, les cinq lévriers des mers étant assaillis par les avions de l’aéronavale (Bloch MB-175T de l’escadrille 1B et Hanriot NC-600 de l’escadrille 3C) et de l’armée de l’air (bombardiers Lioré et Olivier Léo 451 et chasseurs Dewoitine D-520). Ils rentrent tous à Dunkerque dans la soirée du 7 avril.

La 1ère DCT quitte Dunkerque le 8 avril pour se positionner dans le sud du détroit du Pas de Calais pour un exercice d’interception, le Kersaint et le Cassard jouant le rôle de croiseurs auxiliaires cherchant à passer dans l’Atlantique.

A l’issue de cet exercice mené du 8 au 17 avril, les cinq navires font escale à Douvres en Angleterre jusqu’au 21 avril quand ils reprennent la mer pour un exercice de synthèse du 22 au 27 avril, les cinq navires regagnant Dunkerque pour une ultime escale du 27 au 30 avril 1943. La 1ère DCT repart le lendemain 1er mai et rentre à Brest le 3 mai 1943.

De son côté la 8ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division à partir du 10 mai quand les deux navires prennent la mer pour une école à feux jusqu’au 17 mai date à laquelle les deux navires arrivent à Ostende pour une escale de cinq jours jusqu’au 22 mai 1943.

Ils effectuent ensuite un entrainement avec le Corps Naval Belge plus précisément les torpilleurs Ostende et Zeebruge avec lesquels ils mènent une série d’affrontements de jour et de nuit du 23 au 27 mai avant une escale commune à Anvers du 28 au 31 mai.

Reprenant la mer le 1er juin, la 8ème DCT subit un entrainement de défense aérienne franco-belge du 1er au 9 juin avec notamment l’assaut d’hydravions torpilleurs Latécoère Laté 298 dont le «plat pays» avait acheté douze exemplaires.

Après une escale à Calais du 10 au 12 juin, le Kersaint et le Cassard subit un entrainement au mouillage de mines du 13 au 15 juin avant d’enchainer par un entrainement à la lutte ASM du 17 au 26 juin en compagnie des sous-marins Antiope et Sibylle, la division de sous-marins de l’ELN. Après une ultime escale au Havre du 27 au 30 juin, le Kersaint et le Cassard rentrent à Dunkerque le 1er juillet 1943.

Alors que le Cassard est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage, le Kersaint effectue une expérimentation de navire de raid amphibie. L’idée est d’utiliser les lévriers des mers pour renouer avec les «descentes» du temps de la marine à voile.

Le Kersaint subit une courte période de travaux du 2 au 7 juillet avant de gagner Cherbourg le 8 juillet pour embarquer une compagnie de fusiliers marins soit 130 hommes armés de fusils MAS 36, de plusieurs fusils-mitrailleurs Châtellerault modèle 1924/29, de fusils VB, de pistolets mitrailleurs MAS 38, de deux mortiers de 60mm………. .

Le contre-torpilleur profite du mauvais temps pour approcher sans être détecté du port de Dunkerque et notamment de la zone militaire.

Le Kersaint effectue des tirs d’obus éclairants et d’obus fumigènes pour couvrir le débarquement des fusiliers marins qui après avoir débordé une garnison surprise, parvient à s’emparer de la zone militaire qui est ravagée, le Cassard étant symboliquement coulé en dépit de la résistance de l’équipe de gardiennage composée d’une douzaine d’hommes.

Cet exercice est jugé intéressant et porteur de nombreuses leçons notamment pour la sécurisation de la zone militaire.

Le Kersaint sort à nouveau du 12 au 18 juillet pour une école à feu avant une escale à Boulogne du 19 au 23 juillet, rentrant à Dunkerque le 24 juillet 1943.

Le Kersaint est indisponible du 25 juillet au 18 août pour entretien et permissions de l’équipage. Il sort pour essais du 19 au 21 août avant d’effectuer sa remise en condition du 22 août au 4 septembre en compagnie du Cassard.

Le 10 septembre 1943, La 8ème DCT accueillie au large de Dunkerque, les 3ème (Tigre et Panthère) et 6ème DCT (Vautour Milan Epervier) pour un entrainement commun.

Les sept contre-torpilleurs présents vont enchainer quatre exercices : entrainement au combat de surface diurne du 11 au 19 septembre, entrainement à la défense aérienne à la mer du 21 au 28 septembre, entrainement au combat de surface nocturne du 30 septembre au 7 octobre avant un entrainement à la lutte ASM avec la 16ème DSM du 9 au 15 octobre 1943.Les 3ème et 6ème DCT quitte Dunkerque le 16 octobre et rentrent à Brest le 18 octobre 1943.

Après une école à feu du 22 au 30 octobre _école au cours de laquelle le canon de 138mm III tire des obus sous-calibrés_, les deux contre-torpilleurs effectuent une escale à Zeebruge du 31 octobre au 2 novembre, rentrant à Dunkerque le lendemain 3 novembre.

Le 6 novembre 1943, la 8ème DCT et la 5ème DT accueille la 1ère DCT venue de Brest pour un exercice commun aux trois divisions.

Cet exercice commence par un entrainement au combat antisurface du 9 au 15 novembre puis de nuit du 17 au 25 novembre avant une escale de relâche à Dunkerque du 26 au 30 novembre.

Les trois divisions effectuent ensuite un entrainement de défense aérienne à la mer du 1er au 10 décembre avant de regagner Dunkerque pour une escale commune du 11 au 15 décembre 1943. La 1ère DCT quitte Dunkerque le 16 décembre et rentre à Brest le 19 décembre 1943.

Le Kersaint et le Cassard sont ensuite en entretien à flot du 20 décembre 1943 au 4 janvier 1944, sortant pour essais du 5 au 8 janvier avant un stage de remise en condition du 9 au 22 janvier, les deux navires rentrant à Dunkerque le 27 janvier après une escale à  Douvres du 23 au 26 janvier.

Le Kersaint et le Cassard effectue alors un entrainement de division, sortant d’abord du 1er au 8 février pour un école à feux. Après une escale à Dieppe du 9 au 12 février 1944, les deux contre-torpilleurs subissent un entrainement à la défense antiaérienne du 13 au 21 février, ralliant ensuite Dunkerque le 22 février le temps de  se ravitailler et de débarquer deux marins, un pour indiscipline et un deuxième pour maladie.

Les deux navires de la 8ème DCT effectuent un entrainement au combat antisurface du 22 février au 1er mars, enchainant ensuite par un entrainement à la lutte ASM contre deux sous-marins britanniques (qui effectuaient leur retour à la mer après un grand carénage) du 2 au 12 mars, les deux sous-marins et les deux contre-torpilleurs faisant escale à Chatham du 13 au 16 mars avant que les deux navires ne termine leur entrainement de division par un entrainement au mouillage de mines du 17 au 21 mars puis par un entrainement au raid amphibie du 22 au 26 mars, des fusiliers marins venus de Cherbourg attaquant le fort de Zuydcote. Les deux navires rentrent à quai le 27 mars.

Le Cassard victime d’une avarie laisse le Kersaint seul effectuer un entrainement à la surveillance maritime du 2 au 5 avril en  liaison avec des hydravions (deux Potez-CAMS 141 de la 5E venus de Cherbourg-Querqueville) et des avions de la marine (Bloch MB-175T de la 1B), cet entrainement étant suivit d’une école à feux du 6 au 11 avril puis d’une escale à Ostende du 12 au 17 avril.

Le lendemain 18 avril, le contre-torpilleur au mouillage au large du port belge rompt ses amarres et vient heurter violemment un bateau-feux. L’avant du navire est enfoncé mais la structure du navire n’est pas atteinte en profondeur, le navire pouvant continuer ses missions jusqu’à son grand carénage prévu au mois de juin.

Il quitte la Belgique le jour même et retrouve au large de Dunkerque le Cassard réparé après son avarie de turbine. Alors que le Cassard attend au mouillage, le Kersaint va se ravitailler avant de participer aux essais du 18 au 21 avril puis à sa remise en condition du 23 avril au 8 mai 1944.

La 8ème DCT sort pour une école à feu du 12 au 17 mai, faisant escale au Havre du 18 au 22 mai avant un entrainement de division du 23 mai au 2 juin, les deux contre-torpilleurs effectuant une escale à Dieppe du 3 au 7 juin avant de rentrer à Dunkerque le 8 juin 1944.

Le 11 juin 1944, le Kersaint quitte Dunkerque pour Cherbourg afin de subir un grand carénage, une remise en état doublée d’une modernisation. Il débarque ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué au bassin le 13 juin pour presque quatre mois de travaux.

Le navire est d’abord  entièrement remis en état : coque grattée, sablée et repeinte, changement des hélices, les chaudières sont retubées, les turbines remise en état tout comme les locaux vie. Un système de RAM plus performant est installé.

L’électronique est modernisée avec de nouveaux radars et l’installation d’un Asdic pour améliorer les capacités ASM du contre-torpilleur.

En ce qui concerne l’armement, les cinq canons de 138mm sont remplacés par cinq canons de 130mm modèle 1932 en cinq affûts simples modèle 1941. La DCA est modernisée et unifiée avec dix canons de 37mm Schneider modèle 1941 en cinq affûts doubles, le nombre de grenades ASM est augmenté.

Remis à flot le 4 octobre, il retrouve au mouillage dans la grande rade le Cassard avec lequel il sort pour essais du 5 au 8 octobre avant un stage de remise en condition du 10 au 27 octobre, date à laquelle les deux navires se séparent, le Cassard entrant en grand carénage à Cherbourg alors que le Kersaint rentre à Dunkerque le 28 octobre 1944.

Le Kersaint sort pour une école à feu du 5 au 10 novembre, faisant escale à Anvers du 11 au 15 novembre avant de sortir pour exercices avec le Corps Naval Belge du 16 au 21 novembre, le Kersaint et les deux torpilleurs Gand et Bruges faisant escale à Calais du 22 au 27 novembre avant de se séparer, les navires belges rentrant à leur base de Zeebruge alors que le Kersaint rallie Dunkerque le 28 novembre 1944.

Le Kersaint termine l’année par un entrainement au mouillage de mines du 5 au 8 décembre puis par un entrainement à la lutte ASM du 10 au 18 décembre en compagnie de deux sous-marins néerlandais et d’un sous-marin britannique.  Il reste ensuite à quai jusqu’à la fin de l’année.

Le Kersaint quitte Dunkerque le 7 janvier pour une école à feux et lancement de torpilles jusqu’au 15 janvier quand il fait escale à Dieppe et ce jusqu’au 20 janvier. Reprenant alors la mer, le contre-torpilleur gagne Cherbourg pour embarquer une compagnie de fusiliers marins pour un raid amphibie contre la station navale de Dunkerque le 22 janvier 1945.

Le Kersaint sort ensuite pour un entrainement au mouillage de mines du 24 au 27 janvier puis à un entrainement de défense aérienne à la mer du 29 janvier au 9 février avant de rentrer à Dunkerque le lendemain 10 février 1945.

Le 14 février, le Kersaint quitte Dunkerque pour Cherbourg où il arrive dans la soirée. Il mouille en grande rade où le retrouve le Cassard qui est remis à flot le 15 février. Le Kersaint sort avec le Cassard pour les essais de ce dernier du 16 au 19 février.

Le Kersaint participe ensuite à la remise en condition du Cassard, remise en condition menée en Manche et au large de la Bretagne du 21 février au 13 mars, date à laquelle ils arrivent à Brest.

Après des travaux à flot du 15 au 27 mars, les deux contre-torpilleurs quittent Brest pour Dakar, faisant escale à Casablanca pour se ravitailler le 31 mars, les deux navires arrivant à destination le 5 avril 1945.

Le Kersaint et le Cassard sort pour une école à feux du 8 au 16 avril avant une escale de ravitaillement à Dakar le 17 avril. Les deux contre-torpilleurs enchainent par un entrainement antisurface du 18 au 27 avril puis après un nouveau ravitaillement le 28 avril, effectuent un entrainement de défense aérienne à la mer du 29 avril au 7 mai.

Après une nouvelle escale à Dakar du 8 au 11 mai, les deux contre-torpilleurs effectuent un entrainement au mouillage de mines du 12 au 15 mai puis un entrainement à la lutte ASM du 17 au 27 mai contre les sous-marins Minerve et Junon de la 12ème DSM.

Après une ultime escale à Dakar du 28 au 31 mai, les deux contre-torpilleurs quittent Dakar pour escorter les sous-marins jusqu’à Mers-El-Kébir, le Kersaint et le Cassard arrivant avec les sous-marins à destination le 7 juin 1945.

La 8ème DCT quitte l’Algérie le 8 juin, relâche à Casablanca pour ravitaillement du 11 au 13 juin, à Brest du 16 au 18 juin avant de rentrer à  Dunkerque le 19 juin 1945.

Les deux contre-torpilleurs sont indisponibles pour entretien courant et permissions de l’équipage du 20 juin au 13 juillet, sortant pour essais du 14 au 17 juillet avant un stage de remise en condition du 18 juillet au 7 août 1945.

La 8ème DCT sort pour un entrainement de division en Manche et en mer du Nord. Après un entrainement au combat antisurface du 14 au 23 août, les deux contre-torpilleurs font escale à Douvres du 24 au 27 août avant d’enchainer par une école à feux du 28 août au 2 septembre, date à laquelle ils arrivent à Calais où ils font escale du 3 au 7 septembre.

Les exercices s’enchainent, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 8 au 18 septembre est suivit par une escale à Boulogne du 19 au 22 septembre avant un entrainement au mouillage de mines du 23 au 27 septembre. Après une escale à Zeebruge du 28 au 30 septembre, les deux navires rentrent à Dunkerque le lendemain 1er octobre 1945.

Le 8 octobre 1945, le Cassard quitte en toute discrétion Dunkerque pour Cherbourg alors que le Kersaint appareille lui aussi pour mouiller au large de Dunkerque.

Le 10 octobre, il est informé d’une menace contre le port de Dunkerque, un raider (joueur par le Cassard) cherchant à réaliser un raid amphibie contre ce grand port. Le Kersaint intercepte le Cassard après que ce dernier eut débarqué sa compagnie de fusiliers marins et le coule ce qui n’empêche pas les fusiliers marins de ravager le port de Dunkerque.

La 8ème DCT sort pour une école à feu du 16 au 22 octobre 1945, faisant ensuite escale au Havre du 23 au 27 octobre avant d’enchainer par un entrainement à la lutte ASM du 28 octobre au 3 novembre contre le sous-marin Sibylle, le dernier survivant de la 16ème DSM qui à d’ailleurs été dissoute après le désarmement de l’Orphée au mois de septembre.

Après un entrainement au mouillage de mines du 6 au 10 novembre, les deux contre-torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 12 au 20 novembre. Ils rentrent à Dunkerque le 21 novembre 1945.

Les deux navires subissent une période d’entretien à flot consacrée à l’artillerie et à l’électronique embarquée du 22 novembre au 9 décembre, sortant pour essais du 10 au 13 décembre avant un stage d’entrainement à la mer du 14 au 24 décembre avec notamment une école à feux mené entièrement au radar.

Le 5 janvier 1946, la 8ème DCT entame son premier entrainement de division de l’année. Ce cycle d’entrainement commence par une école à feux du 5 au 9 janvier avant une escale à Douvres du 10 au 13 janvier et un entrainement au combat antisurface du 14 au 20 janvier.

Après un ravitaillement et quelques menues réparations menées à Dunkerque les 21 et 22 janvier, le Kersaint et le Cassard subissent un entrainement à la lutte ASM du 23 au 30 janvier en compagnie du sous-marin Sibylle qui est désarmé peu après.

Après une escale à Calais du 31 janvier au 4 février, les deux contre-torpilleurs subissent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 5 au 12 février et après un ravitaillement à Dunkerque le 13 février, enchainent par un exercice de mouillage de mines du 14 au 17 février, exercice qui clos ce cycle d’entrainement, les deux navires rentrant à Dunkerque le lendemain 18 février 1946.

Victime d’une avarie technique, le Kersaint est indisponible du 19 février au 15 mars, sortant pour essais du 16 au 19 mars mais au retour à Dunkerque, il s’échoue sur un banc de sable ce qui retarde sa remise en condition, le contre-torpilleur ne sortant que le 25 mars en compagnie du Cassard pour un stage de remise en condition qui s’achève le 19 avril quand les deux navires s’amarrent à leurs postes quai Ronar’ch.

La 8ème DCT sort le 27 avril pour un nouvel entrainement de division. Après un entrainement au combat antisurface du 27 avril au 4 mai, les deux navires font escale à Anvers du 5 au 8 mai, escale qui est suivit par un entrainement à la lutte ASM avec deux sous-marins néerlandais et ce du 9 au 15 mai avant que les deux navires français ne fassent escale à Chatham du 16 au 20 mai.

Reprenant la mer, les deux «lévriers des mers» s’entrainent à la défense aérienne à la mer, un entrainement franco-anglais puisque le Kersaint et le Cassard sont attaqués du 21 mai au 1er juin aussi bien par des avions français que des avions britanniques.

Après un ravitaillement à Dunkerque le 2 juin, les deux contre-torpilleurs terminent ce cycle d’entrainement par un entrainement au mouillage de mines du 3 au 7 juin, rentrant à Dunkerque le lendemain 8 juin.

Le Kersaint est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 9 juin au 2 juillet, sortant ensuite pour essais du 3 au 6 juillet avant remise en condition du 7 au 25 juillet, date à laquelle le Cassard est à son tour disponible. Il participe ensuite aux essais (26 au 29 juillet) et à la remise en condition (31 juillet au 19 août) du Cassard.

Le 1er septembre 1946, la 8ème DCT quitte Dunkerque pour un nouvel entrainement de division, entrainement qui commence par une école à feux du 1er au 7 septembre et se poursuit après une escale à Calais du 8 au 10 septembre par un entrainement au combat antisurface du 12 au au 21 septembre et un entrainement à la lutte ASM contre le sous-marin Fructidor du 22 au 25 septembre.

Après un rapide ravitaillement, les deux contre-torpilleurs accueillent au large de Dunkerque le croiseur Waldeck-Rousseau qui devient navire-amiral de l’ELN. Les deux contre-torpilleurs reprennent ensuite la mer pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 26 septembre au 4 octobre avant de successivement réaliser un entrainement au mouillage de mines du 6 au 10 octobre et un entrainement au raid amphibie du 12 au 15 octobre, date à laquelle les deux navires rentrent à Dunkerque.

Le Kersaint et le Cassard sont à nouveau à la mer du 22 au 29 octobre pour une école à feu qui se double de lancements simulés de torpilles et d’entrainement au bombardement littoral contre les défenses côtières de la région. Les deux navires sont ensuite en escale à Zeebruge du 30 octobre au 3 novembre, rentrant le 4 novembre à Dunkerque.

Le 5 novembre 1946, le croiseur léger Waldeck-Rousseau quitte Dunkerque en compagnie de la 8ème DCT pour un entrainement combiné en mer du Nord, entrainement qui s’achève le 18 novembre quand les trois navires rentrent à Dunkerque.

Après une école à feux du 23 au 30 novembre, le Kersaint quitte Dunkerque le 1er décembre direction Cherbourg où il arrive le 2 pour subir un nouveau grand carénage. Il débarque ses munitions, vidange ses soutes puis est échoué au bassin pour une remise en état complète du 3 décembre 1946 au 18 février 1947.

Après avoir réalisé ses essais à la mer du 19 au 22 février, le Kersaint est désigné pour réaliser une expérimentation, celle de l’embarquement d’une catapulte sur un contre-torpilleur. L’idée est d’améliorer les capacités de renseignement de la marine.

Si cet expérimentation réussie, ses partisans pensent pouvoir réarmer le Jaguar, le Chacal et le Léopard qui seraient modifiés en éclaireurs rapides.

Pour réaliser cette expérimentation, le Kersaint perd ses trois canons de 130mm arrière et reçoit en échange une catapulte et une grue pour hydravions. Les essais menés du 25 février au 7 mars donnent raison aux sceptique, ce système apporte plus de soucis qu’autre chose.

L’expérimentation s’arrête là et le Kersaint retrouve sa configuration classique, sortant pour essais du 9 au 11 mars avant remise en condition du 12 au 31 mars, le contre-torpilleur rentrant à Dunkerque le lendemain 1er avril 1947.

Le Kersaint quitte Dunkerque le 8 avril pour une école à feux en Manche, école à feux qui se termine le 15 avril quand le contre-torpilleur fait escale à Rouen et ce jusqu’au 18 avril avant de remonter la Seine pour effectuer un entrainement à la navigation de combat et ce du 19 au 27 avril, date à laquelle il arrive au Havre pour une escale de courtoisie qui s’achève le 4 mai quand le contre-torpilleur quitte le port normand pour rentrer à Dunkerque le 5 mai à l’aube.

Après un nouvel entrainement en solitaire du 10 au 18 mai, le contre-torpilleur quitte Dunkerque le 19 mai pour Cherbourg où il arrive le lendemain 20 mai. Le 21, le Cassard est remis à flot après son grand carénage. Le Kersaint participe aux essais du Cassard du 22 au 25 mai puis à sa remise en condition du 27 mai au 17 juin, les deux navires rentrant à Dunkerque le 22 juin après une escale au Havre du 18 au 21 juin 1947.

Le Kersaint est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 23 juin au 15 juillet, sortant pour essais du 16 au 19 juillet avant un stage de remise en condition du 21 juillet au 12 août.

Il participe ensuite aux essais (13 au 17 août) et à la remise en condition du Cassard après sa période d’indisponibilité (19 au 31 août).

Le Kersaint sort du 5 au 12 septembre pour une école à feux avant de retrouver à Calais le 13 septembre son sister-ship Cassard qui venait de réaliser un entrainement ASM avec le sous-marin Brumaire. Les deux contre-torpilleurs de la 8ème DCT sortent ensemble pour un entrainement au combat antisurface du 13 au 21 septembre, rentrant à Dunkerque le lendemain 22 septembre 1947.

Le 27 septembre 1947, le Waldeck-Rousseau sort avec la 8ème DCT et la 5ème DT pour une importante série de manoeuvres automnales baptisées «Noroit».

Tout commence par un exercice de défense aérienne à la mer du 27 septembre au 7 octobre suivit d’un ravitaillement le 8 octobre auprès du Suroit, ravitaillement mené en condition de guerre avec deux pièces de 130mm prêtes à tirer et la DCA légère totalement armée.

Les sept navires quittent Dunkerque le 9 octobre pour un entrainement au combat de nuit jusqu’au 16 octobre quand ils rentrent à Dunkerque pour ravitaillement mené le 17 octobre. Du 18 au 28 octobre, le Waldeck-Rousseau prend la tête de la 5ème DT pour attaquer la 8ème DCT qui simulaient deux raiders tentant de franchir le détroit du Pas de Calais. L’exercice terminée, les navires français font escale à Chatham du 29 octobre au 3 novembre.

Le 4 novembre, le croiseur léger antiaérien, les quatre torpilleurs légers et les deux contre-torpilleurs quittent la Grande Bretagne en compagnie de quatre destroyers britanniques pour un exercice commun du 5 au 10 novembre avant une escale à Dunkerque du 11 au 15 novembre 1947.

Les navires français et britanniques reprennent la mer pour un exercice avec le croiseur-éclaireur Léopold 1er et les torpilleurs légers Ostende et Zeebruge du Corps Naval Belge. L’escadre multinationale manoeuvre ensemble du 16 au 24 novembre avant une escale commune à Anvers du 25 au 28 novembre, se séparant alors, les navires français rentrant à Dunkerque le 30 novembre 1947.

Le 1er décembre 1947, le Kersaint devient navire-amiral de l’ELN en remplacement du Waldeck-Rousseau parti à Cherbourg subir un petit carénage.

La 8ème DCT sort pour entrainement du 3 au 12 décembre, effectuant des écoles à feu diurnes et nocturnes ainsi que des lancement de torpilles. Après une escale à Calais du 13 au 16 décembre, les deux contre-torpilleurs terminent l’année par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 17 au 23 décembre, rentrant dans la foulée à Dunkerque et ne ressortant plus jusqu’à la fin de l’année civile.

Le Kersaint et le Cassard subissent une période d’entretien à flot commun du 3 au 17 janvier, sortant pour essais du 18 au 21 janvier puis pour remise en condition du 23 janvier au 15 février, date à laquelle ils rentrent à Dunkerque.
Le 20 février 1948, la 8ème DCT et la 5ème DT accueillent au large de Dunkerque la 6ème DCT venue de Brest pour un entrainement commun au large de la Normandie.

Du 22 février au 1er mars, la 8ème DCT et la 6ème DCT s’allient pour affronter les torpilleurs légers de la 5ème DT, les neuf navires faisant ensuite escale à Boulogne du 2 au 5 mars 1948. Ils enchainent par un entrainement de défense aérienne à la mer du 6 au 14 mars, entrainement suivit d’une escale au Havre du 15 au 19 mars.

La 6ème DCT prend alors sous son aile la 5ème DT, les trois contre-torpilleurs et les quatre torpilleurs légers cherchant du 20 au 27 mars à intercepter la 8ème DCT qui simulait la tentative de  passage dans l’Atlantique de deux raiders qui sont coulés à la torpille et au canon de 100 et de 130mm.

Après une dernière escale commune à Cherbourg du 28 mars au 2 avril, les navires rentrent dans leurs ports respectives, la 8ème DCT retrouvant le quai Ronar’ch le 3 avril 1948 au soir.

La 8ème DCT quitte à nouveau Dunkerque le 8 avril pour un entrainement de division en mer du Nord en compagnie de la 16ème DSM. Après un affrontement entre navires de surface et sous-marins du 8 au 17 avril, les trois sous-marins et les deux contre-torpilleurs font escale à Newcastle du 18 au 21 avril. Reprenant la mer, les deux contre-torpilleurs escortent les sous-marins jusqu’à Dunkerque où les submersibles arrivent le 23 avril.

Le Kersaint et le Cassard enchainent après un ravitaillement par un entrainement de défense aérienne à la mer du 25 avril au 3 mai puis après un rapide ravitaillement à Dunkerque le 4 mai effectuent une école à feu du 5 au 15 mai, un entrainement au mouillage de mines du 17 au 21 mai et enfin un entrainement au combat antisurface du 23 au 31 mai, date de leur retour à Dunkerque.

Le Kersaint et le Cassard sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 1er au 22 juin, sortant pour essais du 23 au 26 juin et pour remise en condition du 28 juin au 13 juillet 1948.

La 8ème DCT sort pour un entrainement antisurface du 17 au 24 juillet puis pour école à feu du 26 au 31 juillet.

La 8ème DCT sort pour un entrainement au combat antisurface du 1er au 10 août en compagnie du Waldeck-Rousseau, les trois navires se ravitaillant auprès du Blavet, un pétrolier-caboteur qui les accueille à Boulogne pour une escale du 11 au 14 août. Ils rentrent à Dunkerque le 15 août 1948.

Le 21 août,  les deux contre-torpilleurs de la 8ème DCT passent à l’effectif de guerre. A partir de ce jour, un des deux contre-torpilleurs à ses chaudières sous pression pour un appareillage en urgence.

Les deux contre-torpilleurs sortent pour une école à feu du 22 au 28 août puis pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 30 août au 3 septembre.

A l’annonce de l’attaque allemande contre le Danemark et la Norvège le 5 septembre, le Waldeck-Rousseau appareille de Dunkerque en compagnie de la 8ème DCT pour une patrouille dans le détroit du Pas de Calais.

Le Kersaint

La construction du Da-11 est attribuée par le marché n°5268B signé entre la marine nationale et les Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) de Nantes, marché signé comme les cinq autres de la classe Vauquelin le 17 octobre 1929. La construction est sous-traitée aux Chantiers Navals Français sis à Caen.

-Le Da-11 est mis sur cale le 19 septembre 1930 et peu après baptisé Kersaint. Il est lancé le 14 novembre 1931. Après presque un an d’armement à flot, le Kersaint quitte Caen le 1er novembre, relâche à Cherbourg avant de rallier son port d’armement _en l’occurence Lorient_ le 8 novembre 1932.

Les essais officiels qui commencent le 24 novembre 1932 se passent normalement mais le 24 janvier 1933, il est victime d’une avarie qui va l’immobilisé jusqu’au 10 juillet le temps que la pièce défectueuse sois réparée.

Le programme d’essais est achevé le 9 août 1933 et le 16, le Kersaint rentre en démontages et modifications. Le 4 décembre 1933, il est à Brest pour recetter ses torpilles sortant du 7 au 9 décembre en compagnie du Lion.

Armé définitivement le 31 décembre 1933, le Kersaint est admis au service actif le 15 janvier 1934 au sein de la 2ème Escadre basée à Brest.

A son admission au service actif, le Kersaint intègre le groupe des contre-torpilleurs et plus précisément la 6ème DL, division formée également par le Maillé-Brézé et le Léopard.

Le 22 octobre 1934, la 6ème DL composée des contre-torpilleurs Maillé-Brézé Vauquelin et Kersaint quitte Brest pour rallier Toulon, intégrant la 1ère Escadre sous le nouveau nom de 9ème DL.

Au cours de l’année 1936-37, la composition de la 9ème DL évolue, le Vauquelin quittant la division et étant remplacée par le Cassard.

Comme les autres divisions de la 3ème escadre légère, la 9ème DL participe aux opérations liées à la guerre d’Espagne. Au mois d’avril 1937, la 9ème DL devient 9ème DCT avec comme composition à savoir le Maillé-Brézé (Al), le Cassard et le Kersaint.

Quand la guerre de Pologne éclate le 1er septembre 1939, la 9ème DCT est toujours composée des même navires, navires qui vont mener des missions de surveillance et d’escorte de convois en dépit du fait qu’ils n’étaient bien équipés pour une la dernière mission nommée.

La 9ème DCT est en entretien à flot du 1er au 17 janvier, sortant pour essais du 18 au 21 janvier avant remise en condition du 23 au 17 février 1940. Ils rentrent tous à Toulon le 22 février après une escale à Marseille du 18 au 21 février.

Victime d’une avarie, le Kersaint est indisponible du 24 février au 15 mars, sortant pour essais du 16 au 19 mars, retrouvant le lendemain 20 mars aux salins d’Hyères ses sister-ships Cassard et Maillé-Brézé avec lesquels il exécuté une école à feu jusqu’au 24 mars 1940 quand les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon.

La 9ème DCT exécute alors un entrainement de division. Quittant Toulon le 30 mars, les trois contre-torpilleurs commencent cet entrainement par une école à feux du 30 mars au 8 avril puis après un ravitaillement à Toulon le 9 avril par un entrainement au combat antisurface du 10 au 15 avril suivit après un nouveau ravitaillement par un entrainement au mouillage de mines du 17 au 21 avril date à laquelle les trois navires reprennent leur poste au quai Noël.

Alors que le Cassard est indisponible suite à une avarie mécanique, le Maillé Brézé et le Kersaint sortent pour une école à feux nocturne du 27 avril au 1er mai, date à laquelle ils vont mouiller aux salins d’Hyères jusqu’au 8 mai.

Le lendemain 9 mai, le Cassard les y rejoint pour un entrainement commun (combat antisurface, école à feux) du 9 au 18 mai. Après une escale commune à La Ciotat du 19 au 24 mai, les trois navires rentrent à Toulon le 25 mai 1940.

La 9ème DCT sort pour une école à feux du 30 mai au 5 juin et si le Maillé-Brézé mouille en grande rade, le Kersaint et le Cassard reviennent au quai Noël.

Le 8 juin au matin, le Kersaint et le Cassard devaient appareiller pour rejoindre le Maillé Brézé, la 9ème DCT devant mener un entrainement de division.A 9.14, peu après un entrainement au lancement simulé de torpilles, une explosion secoue le Maillé-Brézé qui finira par couler.

La 9ème DCT se retrouve donc limitée à deux navires, le Kersaint Reprenant le pavillon de navire-amiral de la division.

Le Kersaint et le Cassard sortent pour entrainement du 12 au 20 juin sans leurs tubes lance-torpilles qui ont été débarquées pour inspection et modification. Il faut en effet se rappeler que le 23 février 1940 à Casablanca, le torpilleur d’escadre La Railleuse avait connu un accident similaire ce qui à accéléré les modifications déjà envisagées pour éviter qu’un tel accident dramatique ne se reproduise.

Après un mouillage aux salins d’Hyères du 21 au 27 juin, les deux contre-torpilleurs sortent pour une école à feux du 28 juin au 6 juillet, rentrant à Toulon le 10 juillet après une escale à Sète du 7 au 9 juillet.

Les deux contre-torpilleurs sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 10 juillet au 1er août, sortant pour essais du 2 au 5 août et pour remise en condition du 6 au 23 août avec cette fois leurs tubes lance-torpilles. Ils rentrent à Toulon le 24 août 1940.

Le 1er septembre 1940, décision est prise de détacher à Casablanca la 9ème DCT pour renforcer la surveillance des côtes du Maroc. Les deux contre-torpilleurs quittent Toulon le 2 septembre et arrivent à leur nouveau port d’attache Casablanca le 7 septembre.

Le Kersaint appareille pour sa première mission de surveillance du 9 au 15 septembre, mission menée en liaison avec les Bréguet Bizerte de l’escadrille E1 avant de passer le relais au Cassard qui mène sa mission de surveillance du 16 au 24 septembre.

Le Kersaint est à nouveau à la mer du 25 septembre au 1er octobre 1940 puis en entretien à flot du 2 au 10 octobre, date à laquelle il prend le relais du Cassard pour une nouvelle mission de surveillance du 11 au 23 octobre.

Le 24 octobre, la 9ème DCT appareille de Casablanca pour une mission commune jusqu’à Dakar pour pister un cargo suspect, soupçonné de livrer des armes à des tribus insoumises du Sud-marocain. Le navire en question est arraisonné le 28 octobre mais aucune arme n’est trouvée à bord et le navire est autorisé à reprendre sa route.

Les deux contre-torpilleurs font relâche à Dakar du 29 octobre au 5 novembre, date à laquelle ils appareillent pour une école à feux au polygone de Rufisque du 6 au 13 novembre. Après un ravitaillement à Dakar le 14, les deux navires rentrent à Casablanca le 18 novembre.

Le Kersaint mène encore quatre missions de surveillance (20 au 27 novembre, 6 au 13 décembre, 18 au 23 décembre et 29 décembre 1940 au 7 janvier 1941) qui ne sont marquées par aucun événement notoire.

Le 10 janvier 1941, décision est prise de redéployer à Toulon la 9ème DCT qui quitte donc le maroc le 11 janvier pour rallier Toulon où les deux navires arrivent le 15 janvier. Ils sont indisponibles jusqu’au 2 février, sortant pour essais et remise en condition du 4 au 27 février 1941.

Le 5 mars, la 9ème DCT sort pour un entrainement de division au large de Toulon. Après un entrainement au combat antisurface diurne et nocturne du 5 au 12 mars, les deux navires enchainent après ravitaillement par un entrainement au mouillage de mines du 14 au 18 mars puis par une école à feux du 20 au 27 mars, les deux contre-torpilleurs faisant escale à Propriano du 28 au 31 mars puis à Port-Bouc du 1er au 6 avril avant de rentrer à Toulon le 8 avril 1941.

Le Cassard étant indisponible, le Kersaint sort seul pour une école à feu du 16 au 24 avril avant de faire escale à Oran du 25 au 28 avril puis à Alger du 29 avril au 4 mai. Quittant le port de la ville blanche le 4 mai au matin, il retrouve au large d’Ajaccio le Cassard.

La 9ème DCT ainsi reconstituée manoeuvre du 5 au 12 mai, faisant escale ensuite à Bastia du 13 au 17 mai, à Nice du 18 au 21 mai, mouille aux salins d’Hyères du 22 au 27 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 28 mai 1941.

La 9ème Division de Contre-Torpilleurs va mouiller en rade de Villefranche du 5 au 17 juin avant de sortir pour un entrainement au combat antisurface du 18 au 26 juin. Après une escale à La Ciotat du 27 juin au 2 juillet, les deux contre-torpilleurs effectuent une école à feu du 3 au 10 juillet, rentrant à Toulon le lendemain 11 juillet 1941.

Le Kersaint débarque alors ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué dans le bassin n°3 du Missiessy le 16 juillet pour remise en état et modernisation de sa DCA composée désormais de trois affûts doubles de 37mm Schneider modèlé 1941 et de quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples.

Des radars et un Asdic rudiméntaire sont installés tout comme un système performant de ravitaillement à la mer.

Remis à flot le 8 octobre 1941, le Kersaint sort pour essais du 10 au 13 octobre avant un stage de remise en condition réalisé en solitaire du 15 octobre au 5 novembre, date à laquelle il rentre à Toulon.

Le Kersaint sort du 10 au 17 novembre pour un entrainement de défense aérienne à la mer avant une escale à Port-Vendres du 18 au 22 novembre qui est suivit par une école à feux du 23 novembre au 2 décembre. Après un mouillage aux salins d’Hyères du 3 au 9 décembre, le contre-torpilleur sort pour un entrainement au combat antisurface du 10 au 21 décembre avant de rentrer à Toulon le 22 décembre 1941.

Le 30 décembre 1941, le Cassard est remis à flot après près de trois mois de travaux. Il sort pour essais du 31 décembre au 3 janvier avant remise en condition du 4 au 21 janvier 1942.

Le 1er janvier 1942 dans le cadre de la réorganisation des divisions de contre-torpilleurs, le Kersaint forme avec le Cassard une nouvelle 8ème DCT, affectée en Manche avec Dunkerque pour port d’attache.

Le 22 janvier 1942, la nouvelle 8ème DCT quitte Toulon, se ravitaille à Casablanca le 26 janvier, relache à Lisbonne du 28 janvier au 2 février, se ravitaille à Brest le 5 février avant de rallier Cherbourg le 6 février 1942.

La base de la future Escadre Légère du Nord (ELN) est Dunkerque mais les installations n’étant pas encore prêtes, la 8ème DCT est rattachée à la préfecture de la 1ère Région Maritime (Cherbourg) et basé dans le port haut-normand.

Le Kersaint et le Cassard effectuent une école à feux du 9 au 15 février puis après ravitaillement le 16 février rallie Le Havre le 18 février où ils retrouvent la 1ère DCT (Jaguar Chacal) pour un exercice commun.

Les deux divisions manoeuvrent du 19 février au 2 mars avant de faire escale à Dunkerque du 3 au 10 mars pour entretien, la mer s’étant montré virulente avec les lévriers des mers. Après un nouvel exercice du 11 au 25 mars, les deux divisions se séparent, la 8ème DCT rentrant à Cherbourg le 26 mars 1942.

Le 17 mars 1942, un décret du ministre de la Marine officialise la création de l’Escadre Légère du Nord (ELN) et l’activation de la station navale de Dunkerque qui bénéficie du soutien de la base aéronavale de Calais-Marck.

La 8ème DCT quitte Cherbourg le 29 mars 1942 et rallie son nouveau port d’attache le lendemain 30 mars. Les deux contre-torpilleurs ressortent dès le lendemain pour un entrainement de base jusqu’au 6 avril quand les deux navires rentrent à Dunkerque.

Après une période d’entretien à flot du 7 au 30 avril, les deux contre-torpilleurs sortent pour essais du 1er au 4 mai avant remise en condition. Ils enchainent successivement une école à feux du 5 au 14 mai puis après un ravitaillement à Dunkerque le 15 mai ressortent pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 15 au 23 mai, affrontant les Potez 631 de la marine et les Léo 451 de l’armée de l’air basés respectivement à Calais-Marck et à Lille-Lesquin.

Le 1er juin, les deux contre-torpilleurs appareillent de Dunkerque pour effectuer une tournée en mer du Nord. Le Kersaint et le Cassard effectuent une escale à Ostende du 2 au 6 juin, à Zeebruge du 7 au 11 juin, Anvers du 12 au 15 juin, Rotterdam du 17 au 21 juin, Oslo du 23 au 25 juin, Newcastle du 27 au 30 juin, Londres du 2 au 5 juillet, Douvres du 6 au 9 juillet avant de rentrer à Dunkerque le lendemain 10 juillet 1942.

Le Kersaint est indisponible pour entretien courant et permissions de l’équipage du 11 juillet au 4 août, sortant pour essais du 5 au 8 août avant remise en condition du 9 au 23 août. Il sort ensuite pour les essais et la remise en condition du Cassard du 30 août au 20 septembre, les deux navires rentrant à Dunkerque le 21 septembre 1942.

Le 28 septembre, le Kersaint et le Cassard quittent Dunkerque pour participer à des manoeuvres avec le cuirassé Jean Bart et ses escorteurs, les torpilleurs d’escadre L’Ôpiniâtre et L’Aventurier. La 8ème DCT retrouve les navires brestois au large de la Normandie le lendemain 29 septembre.

Le cuirassé, les torpilleurs d’escadre et les contre-torpilleurs manoeuvrent ensemble du 29 septembre au 5 octobre, se séparant le 9 octobre après une escale commune à Cherbourg. Les deux contre-torpilleurs rentrent à Dunkerque le lendemain 10 octobre.

La 8ème DCT quitte Dunkerque le 15 octobre pour un entrainement de division au large de la Belgique. Il était prévu que le Corps Naval Belge participe à cet exercice mais au final sa participation à été annulée apparemment pour des raisons de politique intérieure.

Après une école à feux du 15 au 22 octobre, les deux contre-torpilleurs relachent à Douvres du 23 au 26 octobre avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 27 octobre au 4 novembre, se ravitaillant à Dunkerque le 5 novembre avant d’effectuer un entrainement au combat antisurface du 6 au 13 novembre.

Cet entrainement de division se termine par un entrainement à la lutte ASM contre les sous-marins Antiope et Amazone de la 16ème DSM du 15 au 22 novembre et par un entrainement au mouillage de mines du 24 au 28 novembre. La 8ème DCT rentre à Dunkerque le 5 décembre après une escale à Calais du 29 novembre au 4 décembre.

La 8ème DCT sort pour un entrainement de lutte antisurface du 8 au 13 décembre puis pour une école à feux du 16 au 21 décembre, rentrant à Dunkerque le 22 décembre et restant au port (quai Ronarch) jusqu’à la fin de l’année civile.

Le 7 janvier 1943, la 8ème DCT sort pour entrainement de division en Manche. Après un entrainement à la navigation de combat du 7 au 13 janvier, les deux navires effectuent une école à feux du 14 au 21 janvier, faisant ensuite escale au Havre du 22 au 27 janvier avant d’enchainer par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 28 janvier au 4 février.

Après une nouvelle escale au Havre du 5 au 8 février, le Kersaint et le Cassard participent à un entrainement au mouillage de mines du 9 au 15 février puis un entrainement à la lutte ASM du 17 au 24 février en compagnie des sous-marins Orphée et Sibylle de la 16ème DSM. Ils rentrent à Dunkerque le lendemain 25 février 1943.

Le Kersaint est indisponible suite à une avarie mécanique du 26 février au 13 mars, sortant pour essais du 14 au 17 mars avant une sortie de remise en condition du 18 au 25 mars en compagnie du Cassard, les deux navires réalisant notamment une école à feux.

Le 28 mars 1943, les trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT (Jaguar Chacal Léopard) arrivent à Dunkerque pour manoeuvrer avec la 8ème DCT.

Tout commence par un exercice de défense aérienne à la mer du 31 mars au 7 avril, les cinq lévriers des mers étant assaillis par les avions de l’aéronavale (Bloch MB-175T de l’escadrille 1B et Hanriot NC-600 de l’escadrille 3C) et de l’armée de l’air (bombardiers Lioré et Olivier Léo 451 et chasseurs Dewoitine D-520). Ils rentrent tous à Dunkerque dans la soirée du 7 avril.

La 1ère DCT quitte Dunkerque le 8 avril pour se positionner dans le sud du détroit du Pas de Calais pour un exercice d’interception, le Kersaint et le Cassard jouant le rôle de croiseurs auxiliaires cherchant à passer dans l’Atlantique.

A l’issue de cet exercice mené du 8 au 17 avril, les cinq navires font escale à Douvres en Angleterre jusqu’au 21 avril quand ils reprennent la mer pour un exercice de synthèse du 22 au 27 avril, les cinq navires regagnant Dunkerque pour une ultime escale du 27 au 30 avril 1943. La 1ère DCT repart le lendemain 1er mai et rentre à Brest le 3 mai 1943.

De son côté la 8ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division à partir du 10 mai quand les deux navires prennent la mer pour une école à feux jusqu’au 17 mai date à laquelle les deux navires arrivent à Ostende pour une escale de cinq jours jusqu’au 22 mai 1943.

Ils effectuent ensuite un entrainement avec le Corps Naval Belge plus précisément les torpilleurs Ostende et Zeebruge avec lesquels ils mènent une série d’affrontements de jour et de nuit du 23 au 27 mai avant une escale commune à Anvers du 28 au 31 mai.

Reprenant la mer le 1er juin, la 8ème DCT subit un entrainement de défense aérienne franco-belge du 1er au 9 juin avec notamment l’assaut d’hydravions torpilleurs Latécoère Laté 298 dont le «plat pays» avait acheté douze exemplaires.

Après une escale à Calais du 10 au 12 juin, le Kersaint et le Cassard subit un entrainement au mouillage de mines du 13 au 15 juin avant d’enchainer par un entrainement à la lutte ASM du 17 au 26 juin en compagnie des sous-marins Antiope et Sibylle, la division de sous-marins de l’ELN. Après une ultime escale au Havre du 27 au 30 juin, le Kersaint et le Cassard rentrent à Dunkerque le 1er juillet 1943.

Alors que le Cassard est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage, le Kersaint effectue une expérimentation de navire de raid amphibie. L’idée est d’utiliser les lévriers des mers pour renouer avec les «descentes» du temps de la marine à voile.

Le Kersaint subit une courte période de travaux du 2 au 7 juillet avant de gagner Cherbourg le 8 juillet pour embarquer une compagnie de fusiliers marins soit 130 hommes armés de fusils MAS 36, de plusieurs fusils-mitrailleurs Chatelleraut modèle 1924/29, de fusils VB, de pistolets mitrailleurs MAS 38, de deux mortiers de 60mm………. .

Le contre-torpilleur profite du mauvais temps pour approcher sans être détecté du port de Dunkerque et notamment de la zone militaire.

Le Kersaint effectue des tirs d’obus éclairants et d’obus fumigènes pour couvrir le débarquement des fusiliers marins qui après avoir débordé une garnison surprise, parvient à s’emparer de la zone militaire qui est ravagée, le Cassard étant symboliquement coulé en dépit de la résistance de l’équipe de gardiennage composée d’une douzaine d’hommes.

Cet exercice est jugé intéressant et porteur de nombreuses leçons notamment pour la sécurisation de la zone militaire.

Le Kersaint sort à nouveau du 12 au 18 juillet pour une école à feu avant une escale à Boulogne du 19 au 23 juillet, rentrant à Dunkerque le 24 juillet 1943.

Le Kersaint est indisponible du 25 juillet au 18 août pour entretien et permissions de l’équipage. Il sort pour essais du 19 au 21 août avant d’effectuer sa remise en condition du 22 août au 4 septembre en compagnie du Cassard.

Le 10 septembre 1943, La 8ème DCT accueillie au large de Dunkerque, les 3ème (Tigre et Panthère) et 6ème DCT (Vautour Milan Epervier) pour un entrainement commun.

Les sept contre-torpilleurs présents vont enchainer quatre exercices : entrainement au combat de surface diurne du 11 au 19 septembre, entrainement à la défense aérienne à la mer du 21 au 28 septembre, entrainement au combat de surface nocturne du 30 septembre au 7 octobre avant un entrainement à la lutte ASM avec la 16ème DSM du 9 au 15 octobre 1943.Les 3ème et 6ème DCT quitte Dunkerque le 16 octobre et rentrent à Brest le 18 octobre 1943.

Après une école à feu du 22 au 30 octobre _école au cours de laquelle le canon de 138mm III tire des obus sous-calibrés_, les deux contre-torpilleurs effectuent une escale à Zeebruge du 31 octobre au 2 novembre, rentrant à Dunkerque le lendemain 3 novembre.

Le 6 novembre 1943, la 8ème DCT et la 5ème DT accueille la 1ère DCT venue de Brest pour un exercice commun aux trois divisions.

Cet exercice commence par un entrainement au combat antisurface du 9 au 15 novembre puis de nuit du 17 au 25 novembre avant une escale de relâche à Dunkerque du 26 au 30 novembre.

Les trois divisions effectuent ensuite un entrainement de défense aérienne à la mer du 1er au 10 décembre avant de regagner Dunkerque pour une escale commune du 11 au 15 décembre 1943. La 1ère DCT quitte Dunkerque le 16 décembre et rentre à Brest le 19 décembre 1943.

Le Kersaint et le Cassard sont ensuite en entretien à flot du 20 décembre 1943 au 4 janvier 1944, sortant pour essais du 5 au 8 janvier avant un stage de remise en condition du 9 au 22 janvier, les deux navires rentrant à Dunkerque le 27 janvier après une escale à Douvres du 23 au 26 janvier.

Le Kersaint et le Cassard effectue alors un entrainement de division, sortant d’abord du 1er au 8 février pour un école à feux. Après une escale à Dieppe du 9 au 12 février 1944, les deux contre-torpilleurs subissent un entrainement à la défense antiaérienne du 13 au 21 février, ralliant ensuite Dunkerque le 22 février le temps de se ravitailler et de débarquer deux marins, un pour indiscipline et un deuxième pour maladie.

Les deux navires de la 8ème DCT effectuent un entrainement au combat antisurface du 22 février au 1er mars, enchainant ensuite par un entrainement à la lutte ASM contre deux sous-marins britanniques (qui effectuaient leur retour à la mer après un grand carénage) du 2 au 12 mars, les deux sous-marins et les deux contre-torpilleurs faisant escale à Chatham du 13 au 16 mars avant que les deux navires ne termine leur entrainement de division par un entrainement au mouillage de mines du 17 au 21 mars puis par un entrainement au raid amphibie du 22 au 26 mars, des fusiliers marins venus de Cherbourg attaquant le fort de Zuydcote. Les deux navires rentrent à quai le 27 mars.

Le Cassard victime d’une avarie laisse le Kersaint seul effectuer un entrainement à la surveillance maritime du 2 au 5 avril en liaison avec des hydravions (deux Potez-CAMS 141 de la 5E venus de Cherbourg-Querqueville) et des avions de la marine (Bloch MB-175T de la 1B), cet entrainement étant suivit d’une école à feux du 6 au 11 avril puis d’une escale à Ostende du 12 au 17 avril.

Le lendemain 18 avril, le contre-torpilleur au mouillage au large du port belge rompt ses amarres et vient heurter violement un bateau-feux. L’avant du navire est enfoncé mais la structure du navire n’est pas atteinte en profondeur, le navire pouvant continuer ses missions jusqu’à son grand carénage prévu au mois de juin.

Il quitte la Belgique le jour même et retrouve au large de Dunkerque le Cassard réparé après son avarie de turbine. Alors que le Cassard attend au mouillage, le Kersaint va se ravitailler avant de participer aux essais du 18 au 21 avril puis à sa remise en condition du 23 avril au 8 mai 1944.

La 8ème DCT sort pour une école à feu du 12 au 17 mai, faisant escale au Havre du 18 au 22 mai avant un entrainement de division du 23 mai au 2 juin, les deux contre-torpilleurs effectuant une escale à Dieppe du 3 au 7 juin avant de rentrer à Dunkerque le 8 juin 1944.

Le 11 juin 1944, le Kersaint quitte Dunkerque pour Cherbourg afin de subir un grand carénage, une remise en état doublée d’une modernisation. Il débarque ses munitions et vidange ses soutes avant d’être échoué au bassin le 13 juin pour presque quatre mois de travaux.

Le navire est d’abord entièrement remis en état : coque grattée, sablée et repeinte, changement des hélices, les chaudières sont retubées, les turbines remise en état tout comme les locaux vie. Un système de RAM plus performant est installé.

L’électronique est modernisée avec de nouveaux radars et l’installation d’un Asdic pour améliorer les capacités ASM du contre-torpilleur.

En ce qui concerne l’armement, les cinq canons de 138mm sont remplacés par cinq canons de 130mm modèle 1932 en cinq affûts simples modèle 1941. La DCA est modernisée et unifiée avec dix canons de 37mm Schneider modèle 1941 en cinq affûts doubles, le nombre de grenades ASM est augmenté.

Remis à flot le 4 octobre, il retrouve au mouillage dans la grande rade le Cassard avec lequel il sort pour essais du 5 au 8 octobre avant un stage de remise en condition du 10 au 27 octobre, date à laquelle les deux navires se séparent, le Cassard entrant en grand carénage à Cherbourg alors que le Kersaint rentre à Dunkerque le 28 octobre 1944.

Le Kersaint sort pour une école à feu du 5 au 10 novembre, faisant escale à Anvers du 11 au 15 novembre avant de sortir pour exercices avec le Corps Naval Belge du 16 au 21 novembre, le Kersaint et les deux torpilleurs Gand et Brugge faisant escale à Calais du 22 au 27 novembre avant de se séparer, les navires belges rentrant à leur base de Zeebruge alors que le Kersaint rallie Dunkerque le 28 novembre 1944.

Le Kersaint termine l’année par un entrainement au mouillage de mines du 5 au 8 décembre puis par un entrainement à la lutte ASM du 10 au 18 décembre en compagnie de deux sous-marins néerlandais et d’un sous-marin britannique. Il reste ensuite à quai jusqu’à la fin de l’année.

Le Kersaint quitte Dunkerque le 7 janvier pour une école à feux et lancement de torpilles jusqu’au 15 janvier quand il fait escale à Dieppe et ce jusqu’au 20 janvier. Reprenant alors la mer, le contre-torpilleur gagne Cherbourg pour embarquer une compagnie de fusiliers marins pour un raid amphibie contre la station navale de Dunkerque le 22 janvier 1945.

Le Kersaint sort ensuite pour un entrainement au mouillage de mines du 24 au 27 janvier puis à un entrainement de défense aérienne à la mer du 29 janvier au 9 février avant de rentrer à Dunkerque le lendemain 10 février 1945.

Le 14 février, le Kersaint quitte Dunkerque pour Cherbourg où il arrive dans la soirée. Il mouille en grande rade où le retrouve le Cassard qui est remis à flot le 15 février. Le Kersaint sort avec le Cassard pour les essais de ce dernier du 16 au 19 février.

Le Kersaint participe ensuite à la remise en condition du Cassard, remise en condition menée en Manche et au large de la Bretagne du 21 février au 13 mars, date à laquelle ils arrivent à Brest.

Après des travaux à flot du 15 au 27 mars, les deux contre-torpilleurs quittent Brest pour Dakar, faisant escale à Casablanca pour se ravitailler le 31 mars, les deux navires arrivant à destination le 5 avril 1945.

Le Kersaint et le Cassard sort pour une école à feux du 8 au 16 avril avant une escale de ravitaillement à Dakar le 17 avril. Les deux contre-torpilleurs enchainent par un entrainement antisurface du 18 au 27 avril puis après un nouveau ravitaillement le 28 avril, effectuent un entrainement de défense aérienne à la mer du 29 avril au 7 mai.

Après une nouvelle escale à Dakar du 8 au 11 mai, les deux contre-torpilleurs effectuent un entrainement au mouillage de mines du 12 au 15 mai puis un entrainement à la lutte ASM du 17 au 27 mai contre les sous-marins Minerve et Junon de la 12ème DSM.

Après une ultime escale à Dakar du 28 au 31 mai, les deux contre-torpilleurs quittent Dakar pour escorter les sous-marins jusqu’à Mers-El-Kébir, le Kersaint et le Cassard arrivant avec les sous-marins à destination le 7 juin 1945.

La 8ème DCT quitte l’Algérie le 8 juin, relâche à Casablanca pour ravitaillement du 11 au 13 juin, à Brest du 16 au 18 juin avant de rentrer à Dunkerque le 19 juin 1945.

Les deux contre-torpilleurs sont indisponibles pour entretien courant et permissions de l’équipage du 20 juin au 13 juillet, sortant pour essais du 14 au 17 juillet avant un stage de remise en condition du 18 juillet au 7 août 1945.

La 8ème DCT sort pour un entrainement de division en Manche et en mer du Nord. Après un entrainement au combat antisurface du 14 au 23 août, les deux contre-torpilleurs font escale à Douvres du 24 au 27 août avant d’enchainer par une école à feux du 28 août au 2 septembre, date à laquelle ils arrivent à Calais où ils font escale du 3 au 7 septembre.

Les exercices s’enchainent, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 8 au 18 septembre est suivit par une escale à Boulogne du 19 au 22 septembre avant un entrainement au mouillage de mines du 23 au 27 septembre. Après une escale à Zeebruge du 28 au 30 septembre, les deux navires rentrent à Dunkerque le lendemain 1er octobre 1945.

Le 8 octobre 1945, le Cassard quitte en toute discretion Dunkerque pour Cherbourg alors que le Kersaint appareille lui aussi pour mouiller au large de Dunkerque.

Le 10 octobre, il est informé d’une menace contre le port de Dunkerque, un raider (joueur par le Cassard) cherchant à réaliser un raid amphibie contre ce grand port. Le Kersaint intercepte le Cassard après que ce dernier eut débarqué sa compagnie de fusiliers marins et le coule ce qui n’empêche pas les fusiliers marins de ravager le port de Dunkerque.

La 8ème DCT sort pour une école à feu du 16 au 22 octobre 1945, faisant ensuite escale au Havre du 23 au 27 octobre avant d’enchainer par un entrainement à la lutte ASM du 28 octobre au 3 novembre contre le sous-marin Sibylle, le dernier survivant de la 16ème DSM qui à d’ailleurs été dissoute après le désarmement de l’Orphée au mois de septembre.

Après un entrainement au mouillage de mines du 6 au 10 novembre, les deux contre-torpilleurs effectuent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 12 au 20 novembre. Ils rentrent à Dunkerque le 21 novembre 1945.

Les deux navires subissent une période d’entretien à flot consacrée à l’artillerie et à l’électronique embarquée du 22 novembre au 9 décembre, sortant pour essais du 10 au 13 décembre avant un stage d’entrainement à la mer du 14 au 24 décembre avec notamment une école à feux mené entièrement au radar.

Le 5 janvier 1946, la 8ème DCT entame son premier entrainement de division de l’année. Ce cycle d’entrainement commence par une école à feux du 5 au 9 janvier avant une escale à Douvres du 10 au 13 janvier et un entrainement au combat antisurface du 14 au 20 janvier.

Après un ravitaillement et quelques menues réparations menées à Dunkerque les 21 et 22 janvier, le Kersaint et le Cassard subissent un entrainement à la lutte ASM du 23 au 30 janvier en compagnie du sous-marin Sibylle qui est désarmé peu après.

Après une escale à Calais du 31 janvier au 4 février, les deux contre-torpilleurs subissent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 5 au 12 février et après un ravitaillement à Dunkerque le 13 février, enchainent par un exercice de mouillage de mines du 14 au 17 février, exercice qui clos ce cycle d’entrainement, les deux navires rentrant à Dunkerque le lendemain 18 février 1946.

Victime d’une avarie technique, le Kersaint est indisponible du 19 février au 15 mars, sortant pour essais du 16 au 19 mars mais au retour à Dunkerque, il s’échoue sur un banc de sable ce qui retarde sa remise en condition, le contre-torpilleur ne sortant que le 25 mars en compagnie du Cassard pour un stage de remise en condition qui s’achève le 19 avril quand les deux navires s’amarrent à leurs postes quai Ronar’ch.

La 8ème DCT sort le 27 avril pour un nouvel entrainement de division. Après un entrainement au combat antisurface du 27 avril au 4 mai, les deux navires font escale à Anvers du 5 au 8 mai, escale qui est suivit par un entrainement à la lutte ASM avec deux sous-marins néerlandais et ce du 9 au 15 mai avant que les deux navires français ne fassent escale à Chatham du 16 au 20 mai.

Reprenant la mer, les deux «lévriers des mers» s’entrainent à la défense aérienne à la mer, un entrainement franco-anglais puisque le Kersaint et le Cassard sont attaqués du 21 mai au 1er juin aussi bien par des avions français que des avions britanniques.

Après un ravitaillement à Dunkerque le 2 juin, les deux contre-torpilleurs terminent ce cycle d’entrainement par un entrainement au mouillage de mines du 3 au 7 juin, rentrant à Dunkerque le lendemain 8 juin.

Le Kersaint est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 9 juin au 2 juillet, sortant ensuite pour essais du 3 au 6 juillet avant remise en condition du 7 au 25 juillet, date à laquelle le Cassard est à son tour disponible. Il participe ensuite aux essais (26 au 29 juillet) et à la remise en condition (31 juillet au 19 août) du Cassard.

Le 1er septembre 1946, la 8ème DCT quitte Dunkerque pour un nouvel entrainement de division, entrainement qui commence par une école à feux du 1er au 7 septembre et se poursuit après une escale à Calais du 8 au 10 septembre par un entrainement au combat antisurface du 12 au au 21 septembre et un entrainement à la lutte ASM contre le sous-marin Fructidor du 22 au 25 septembre.

Après un rapide ravitaillement, les deux contre-torpilleurs accueillent au large de Dunkerque le croiseur Waldeck-Rousseau qui devient navire-amiral de l’ELN. Les deux contre-torpilleurs reprennent ensuite la mer pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 26 septembre au 4 octobre avant de successivement réaliser un entrainement au mouillage de mines du 6 au 10 octobre et un entrainement au raid amphibie du 12 au 15 octobre, date à laquelle les deux navires rentrent à Dunkerque.

Le Kersaint et le Cassard sont à nouveau à la mer du 22 au 29 octobre pour une école à feu qui se double de lancements simulés de torpilles et d’entrainement au bombardement littoral contre les défenses côtières de la région. Les deux navires sont ensuite en escale à Zeebruge du 30 octobre au 3 novembre, rentrant le 4 novembre à Dunkerque.

Le 5 novembre 1946, le croiseur léger Waldeck-Rousseau quitte Dunkerque en compagnie de la 8ème DCT pour un entrainement combiné en mer du Nord, entrainement qui s’achève le 18 novembre quand les trois navires rentrent à Dunkerque.

Après une école à feux du 23 au 30 novembre, le Kersaint quitte Dunkerque le 1er décembre direction Cherbourg où il arrive le 2 pour subir un nouveau grand carénage. Il débarque ses munitions, vidange ses soutes puis est échoué au bassin pour une remise en état complète du 3 décembre 1946 au 18 février 1947.

Après avoir réalisé ses essais à la mer du 19 au 22 février, le Kersaint est désigné pour réaliser une expérimentation, celle de l’embarquement d’une catapulte sur un contre-torpilleur. L’idée est d’améliorer les capacités de renseignement de la marine.

Si cet expérimentation réussie, ses partisans pensent pouvoir réarmer le Jaguar, le Chacal et le Léopard qui seraient modifiés en éclaireurs rapides.

Pour réaliser cette expérimentation, le Kersaint perd ses trois canons de 130mm arrière et reçoit en échange une catapulte et une grue pour hydravions. Les essais menés du 25 février au 7 mars donnent raison aux sceptique, ce système apporte plus de soucis qu’autre chose.

L’expérimentation s’arrête là et le Kersaint retrouve sa configuration classique, sortant pour essais du 9 au 11 mars avant remise en condition du 12 au 31 mars, le contre-torpilleur rentrant à Dunkerque le lendemain 1er avril 1947.

Le Kersaint quitte Dunkerque le 8 avril pour une école à feux en Manche, école à feux qui se termine le 15 avril quand le contre-torpilleur fait escale à Rouen et ce jusqu’au 18 avril avant de remonter la Seine pour effectuer un entrainement à la navigation de combat et ce du 19 au 27 avril, date à laquelle il arrive au Havre pour une escale de courtoisie qui s’achève le 4 mai quand le contre-torpilleur quitte le port normand pour rentrer à Dunkerque le 5 mai à l’aube.

Après un nouvel entrainement en solitaire du 10 au 18 mai, le contre-torpilleur quitte Dunkerque le 19 mai pour Cherbourg où il arrive le lendemain 20 mai. Le 21, le Cassard est remis à flot après son grand carénage. Le Kersaint participe aux essais du Cassard du 22 au 25 mai puis à sa remise en condition du 27 mai au 17 juin, les deux navires rentrant à Dunkerque le 22 juin après une escale au Havre du 18 au 21 juin 1947.

Le Kersaint est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 23 juin au 15 juillet, sortant pour essais du 16 au 19 juillet avant un stage de remise en condition du 21 juillet au 12 août.

Il participe ensuite aux essais (13 au 17 août) et à la remise en condition du Cassard après sa période d’indisponibilité (19 au 31 août).

Le Kersaint sort du 5 au 12 septembre pour une école à feux avant de retrouver à Calais le 13 septembre son sister-ship Cassard qui venait de réaliser un entrainement ASM avec le sous-marin Brumaire. Les deux contre-torpilleurs de la 8ème DCT sortent ensemble pour un entrainement au combat antisurface du 13 au 21 septembre, rentrant à Dunkerque le lendemain 22 septembre 1947.

Le 27 septembre 1947, le Waldeck-Rousseau sort avec la 8ème DCT et la 5ème DT pour une importante série de manoeuvres automnales baptisées «Noroit».

Tout commence par un exercice de défense aérienne à la mer du 27 septembre au 7 octobre suivit d’un ravitaillement le 8 octobre auprès du Suroit, ravitaillement mené en condition de guerre avec deux pièces de 130mm prêtes à tirer et la DCA légère totalement armée.

Les sept navires quittent Dunkerque le 9 octobre pour un entrainement au combat de nuit jusqu’au 16 octobre quand ils rentrent à Dunkerque pour ravitaillement mené le 17 octobre. Du 18 au 28 octobre, le Waldeck-Rousseau prend la tête de la 5ème DT pour attaquer la 8ème DCT qui simulaient deux raiders tentant de franchir le détroit du Pas de Calais. L’exercice terminée, les navires français font escale à Chatham du 29 octobre au 3 novembre.

Le 4 novembre, le croiseur léger antiaérien, les quatre torpilleurs légers et les deux contre-torpilleurs quittent la Grande Bretagne en compagnie de quatre destroyers britanniques pour un exercice commun du 5 au 10 novembre avant une escale à Dunkerque du 11 au 15 novembre 1947.

Les navires français et britanniques reprennent la mer pour un exercice avec le croiseur-éclaireur Léopold 1er et les torpilleurs légers Ostende et Zeebruge du Corps Naval Belge. L’escadre multinationale manoeuvre ensemble du 16 au 24 novembre avant une escale commune à Anvers du 25 au 28 novembre, se séparant alors, les navires français rentrant à Dunkerque le 30 novembre 1947.

Le 1er décembre 1947, le Kersaint devient navire-amiral de l’ELN en remplacement du Waldeck-Rousseau parti à Cherbourg subir un petit carénage.

La 8ème DCT sort pour entrainement du 3 au 12 décembre, effectuant des écoles à feu diurnes et nocturnes ainsi que des lancement de torpilles. Après une escale à Calais du 13 au 16 décembre, les deux contre-torpilleurs terminent l’année par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 17 au 23 décembre, rentrant dans la foulée à Dunkerque et ne ressortant plus jusqu’à la fin de l’année civile.

Le Kersaint et le Cassard subissent une période d’entretien à flot commun du 3 au 17 janvier, sortant pour essais du 18 au 21 janvier puis pour remise en condition du 23 janvier au 15 février, date à laquelle ils rentrent à Dunkerque.

Le 20 février 1948, la 8ème DCT et la 5ème DT accueillent au large de Dunkerque la 6ème DCT venue de Brest pour un entrainement commun au large de la Normandie.

Du 22 février au 1er mars, la 8ème DCT et la 6ème DCT s’allient pour affronter les torpilleurs légers de la 5ème DT, les neuf navires faisant ensuite escale à Boulogne du 2 au 5 mars 1948. Ils enchainent par un entrainement de défense aérienne à la mer du 6 au 14 mars, entrainement suivit d’une escale au Havre du 15 au 19 mars.

La 6ème DCT prend alors sous son aile la 5ème DT, les trois contre-torpilleurs et les quatre torpilleurs légers cherchant du 20 au 27 mars à intercepter la 8ème DCT qui simulait la tentative de passage dans l’Atlantique de deux raiders qui sont coulés à la torpille et au canon de 100 et de 130mm.

Après une dernière escale commune à Cherbourg du 28 mars au 2 avril, les navires rentrent dans leurs ports respectives, la 8ème DCT retrouvant le quai Ronar’ch le 3 avril 1948 au soir.

La 8ème DCT quitte à nouveau Dunkerque le 8 avril pour un entrainement de division en mer du Nord en compagnie de la 16ème DSM. Après un affrontement entre navires de surface et sous-marins du 8 au 17 avril, les trois sous-marins et les deux contre-torpilleurs font escale à Newcastle du 18 au 21 avril. Reprenant la mer, les deux contre-torpilleurs escortent les sous-marins jusqu’à Dunkerque où les submersibles arrivent le 23 avril.

Le Kersaint et le Cassard enchainent après un ravitaillement par un entrainement de défense aérienne à la mer du 25 avril au 3 mai puis après un rapide ravitaillement à Dunkerque le 4 mai effectuent une école à feu du 5 au 15 mai, un entrainement au mouillage de mines du 17 au 21 mai et enfin un entrainement au combat antisurface du 23 au 31 mai, date de leur retour à Dunkerque.

Le Kersaint et le Cassard sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 1er au 22 juin, sortant pour essais du 23 au 26 juin et pour remise en condition du 28 juin au 13 juillet 1948.

La 8ème DCT sort pour un entrainement antisurface du 17 au 24 juillet puis pour école à feu du 26 au 31 juillet.

La 8ème DCT sort pour un entrainement au combat antisurface du 1er au 10 août en compagnie du Waldeck-Rousseau, les trois navires se ravitaillant auprès du Blavet, un pétrolier-caboteur qui les accueille à Boulogne pour une escale du 11 au 14 août. Ils rentrent à Dunkerque le 15 août 1948.

Le 21 août, les deux contre-torpilleurs de la 8ème DCT passent à l’effectif de guerre. A partir de ce jour, un des deux contre-torpilleurs à ses chaudières sous pression pour un appareillage en urgence.

Les deux contre-torpilleurs sortent pour une école à feu du 22 au 28 août puis pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 30 août au 3 septembre.

A l’annonce de l’attaque allemande contre le Danemark et la Norvège le 5 septembre, le Waldeck-Rousseau appareille de Dunkerque en compagnie de la 8ème DCT pour une patrouille dans le détroit du Pas de Calais.

10-Contre-torpilleurs (10)

Le Lion

Le contre-torpilleurs Lion lors de ses essais à la mer

Le contre-torpilleurs Lion lors de ses essais à la mer

-Le Lion est mis sur cale aux chantiers navals des Ateliers et Chantiers de France (ACF) le 27 juillet 1927 et lancé le 5 août 1929. Comme de coutume, les ACF lancent un navire quasiment achevé ce qui explique que le navire prend armement pour essais le 1er juillet 1929.

La clôture d’armement est prononcée le 21 janvier et la commission supérieure d’armement se réunit le 27 janvier. Le 5 février 1931, le contre-torpilleur Lion est admis au service actif

A son admission au service actif, le Lion est affecté à la 2ème escadre basée à Brest. Il forme la 4ème Division Légère (4ème DL) avec le Léopard et le Lynx (classe Jaguar). Il quitte Lorient le 8 février et arrive à Brest le même jour.

Du 10 au 27 juin 1931, il effectue une croisière en mer Baltique en compagnie de son sister-ship Bison. Au printemps 1932, la composition de la 4ème DL évolue puisque la division est désormais composée du Lion, du Vauban et du Lynx.

Le 15 avril 1933, la composition des Divisions Légères de l’Escadre du Ponant évolue encore, le Lion formant la 4ème DL en compagnie du Léopard et du Lynx. Le 15 octobre 1933, les divisions légères sont à nouveau réorganisées, le Lion formant désormais la 6ème DL avec le Maillé-Brézé.

Le 1er octobre 1934, les divisions légères de la 2ème escadre sont modifiées. La 4ème DL est ainsi formée du Milan, de l’Epervier et du Valmy, la 6ème DL du Bison, du Lion et du Vauban et la 8ème DL du Chacal, du Lynx et du Léopard. Le Bison cesse d’être navire-amiral remplacé par le Milan.

Un an après la précédente réorganisation, la composition des divisions légères de la 2ème Escadre est à nouveau modifiée avec une 4ème DL composée des contre-torpilleurs Milan Epervier Valmy (au lieu des Bison et Vauban), une 6ème DL composée des Bison Lion et Vauban (au lieu de Lion et Maillé-Brézé) et une 8ème DL composée des contre-torpilleurs Chacal Léopard Lynx (au changement).

En septembre 1936, le Lion est redéployé à Toulon au sein de la 1ère escadre où le 27 septembre devient navire-amiral de la 1ère flottille de sous-marins à Toulon. Il va assurer ce rôle jusqu’en août 1938, assurant le commandement de sous-marins fort occupés par le conflit espagnol. Outre les taches classiques de commandement, le Lion sert souvent de but pour des tirs simulés de torpilles ou des tirs réels.

Le 15 août 1938, le Lion quitte la 1ère FSM remplacé par l’Aigle. Son état matériel est jugé mauvais et il subit un grand carénage du 15 août au 1er novembre 1938.

Un mois plus tard est créé une 1ère DCT avec le Lion et le Vauban. Cette division est affectée à l’EALM (Ecole de Lancement à la Mer), un élément de la division d’instruction. Cette 1ère DCT remplace les Tigre, Panthère et Lynx qui forment une 4ème DCT prévue un temps pour l’Atlantique mais qui au final va servir au sein de la 3ème Escadre Légère en Méditerranée.

Le 1er octobre 1938, la division d’instruction devient l’escadre d’instruction commandée par le vice-amiral Devin qui met sa marque sur le vénérable cuirassé Paris.

Dans la nuit du 11 au 12 avril, la 1ère DCT redevient une division opérationnelle, le Lion et le Vauban réintégrant l’Escadre de la Méditerranée le 17 avril 1939. Le Lion quitte Toulon le 2 juin et rallie Oran le lendemain, la 1ère DCT étant dissoute la veille tout comme l’escadre d’instruction qui devient la 5ème Escadre.
La force navale d’Oran à été formée le 10 mai 1939 et placé sous le commandement du contre-amiral Donval. La mission de cette 6ème escadre (à partir du 1er juillet) est de compléter à l’est l’action des britanniques à l’ouest du détroit de Gibraltar.

Le Lion est affecté à ce groupement occasionnel jusqu’au 26 août quand il est transféré à la 4ème escadre (basée à Bizerte), formant une nouvelle 1ère DCT avec le Vauban et l’Aigle. La mission de cette escadre créée le 1er juillet 1939 est d’attaquer les communications italiennes entre la Sicile et l’Afrique.

Le Lion arrive à Bizerte le 23 août 1939, le Vauban arrivant lui le 25 août. La 1ère DCT est reconstituée le lendemain mais ne sera complète que le 9 octobre quand l’Aigle sera de nouveau disponible. Il va assurer des missions d’escorte, bien loin des missions prévues lors de leur conception à savoir l’attaque éclair des communications ennemies.

Après plusieurs missions d’escorte notamment un transport d’or, le Lion subit un grand carénage de décembre 1939 à mai 1940. A noter que ce grand carénage est mené à Bizerte dans un des trois bassins de radoub du port en raison de la saturation de l’Arsenal de Sidi-Abdallah.

Il est en essais du 21 au 24 mai avant remise en condition du 25 mai au 8 juin. Il réintègre la 1ère DCT désormais formée par le Vauban (navire-amiral), le Lion et l’Epervier.

La 1ère DCT sort pour un entrainement de division du 17 juin au 2 juillet, une succession d’exercices de combat antisurface et d’écoles à feux. Ils rentrent à Bizerte le 8 juillet 1940 après une escale à Tunis du 3 au 7 juillet.

Les trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT subissent une période d’entretien à flot du 9 au 21 juillet, sortant ensuite pour essais du 22 au 25 juillet avant remise en condition du 27 juillet au 16 août, les trois navires de la 1ère DCT rentrant à Bizerte le 21 août 1940 après une escale à Tunis du 17 au 20.

Le 2 septembre 1940, la 1ère DCT quitte Bizerte pour un entrainement de division jusqu’au 17 septembre quand les trois contre-torpilleurs rentrent à leur port d’attache. La division sort à nouveau pour un entrainement de division du 25 septembre au 8 octobre, les trois navires faisant escale à Sfax du 9 au 13 octobre avant de rentrer à Bizerte le lendemain.

Alors que le Vauban est en grand carénage, le Lion _devenu navire-amiral de la 1ère DCT_ et l’Epervier sortent pour un entrainement du 22 octobre au 3 novembre, faisant escale à Malte du 4 au 7 novembre avant de traverser la Méditerranée, direction Lattaquié où ils font escale du 10 au 15 novembre avant de reprendre la mer et de rentrer à Bizerte le 21 novembre 1940.

Le Lion sort à nouveau pour un entrainement du 24 novembre au 4 décembre 1940 avant de rentrer à Bizerte le lendemain 5 décembre. Il participe ensuite à la remise en condition du Vauban du 12 au 30 décembre 1940.

Alors que l’Epervier est en grand carénage, le Lion et le Vauban sortent pour un entrainement de division avec école à feux et lancement de torpilles du 7 au 21 janvier, faisant escale à Tunis du 22 au 27 janvier avant de rentrer à Bizerte le lendemain. La 1ère DCT sort à nouveau pour entrainement du 30 janvier au 9 février, date de son retour à Bizerte. Le Lion participe ensuite avec le Vauban à la remise en condition de l’Epervier et ce du 22 février au 12 mars 1941.

Du 2 au 12 mai, les 1ère et 3ème DCT  participent à un exercice de défense et d’escorte de convois en compagnie de l’Emile Bertin.  Après une escale dans le port de La Valette du 13 au 20 mai 1941, l’Emile Bertin et les deux divisions de contre-torpilleurs participent à un exercice de défense aérienne à la mer du 21 mai au 2 juin 1941 avant de rentrer le lendemain à Bizerte.

Du 3 au 17 juin,  les trois contre-torpilleurs subissent une période d’entretien à flot (ce qui permet à une partie de l’équipage de prendre ses permissions) au cours de laquelle la DCA des trois navires est modernisée.

Les quatre canons de 37mm modèle 1925 en affûts simples et les quatre mitrailleuses de 13.2mm modèle 1932 en deux affûts doubles sont remplacés par six canons de 37mm Schneider modèle 1941 en affûts doubles et quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples.

La division sort pour essais du 18 au 20 juin avant un entrainement de division du 21 juin au 13 juillet, les trois contre-torpilleurs effectuant ensuite une escale à Alger du 15 au 20 juillet, à Ajaccio du 21 au 25 juillet avant de rentrer à Bizerte le 27 juillet à l’aube.

La 1ère DCT effectue un nouvel entrainement divisionnaire du 7 au 21 août, entrainement consacré essentiellement au combat antisurface mais également à la défense aérienne à la mer. Après une escale à Tunis du 22 au 25 août et à La Valette du 27 au 31 août, la 1ère DCT rentre à Bizerte le 2 septembre 1941.

Le 8 septembre, le croiseur léger Emile Bertin quitte Bizerte avec un chargement de mines d’exercices soit 60 mines. Profitant du mauvais temps, il échappe à ses «mouchards» en l’occurence trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT chargés d’intercepter un mouilleur de mines ennemi et va déposer son chargement dans le Golfe de Gabès le 10 septembre 1941.

L’Emile Bertin file plein nord mais est «intercepté» par la 1ère DCT  qui coule le navire à  la torpille et au canon le 11 septembre. Le champ de mines n’est pas repéré jusqu’à ce qu’un cargo ne «saute» sur une mine.

Une observation aérienne repère le champ de mines qui est dragué par des aviso-dragueurs et des dragueurs auxiliaires (des chalutiers réquisitionnés) du 13 au 17 septembre. Une mine dérivante est coulée à la mitrailleuse par un hydravion de grande patrouille Bréguet Bizerte.

La 6ème Escadre Légère ressort au complet du 15 au 30 octobre pour des manoeuvres combinées avec pour thèmes l’escorte et l’attaque de convois, le bombardement littoral, le combat de nuit et la défense aérienne à la mer.

La 6ème EL fait escale à La Valette du 1er au 7 novembre puis à Alexandrie du 10 au 15 novembre avant un exercice avec la marine britannique jusqu’au 21 novembre quand les navires des deux marines se séparent.

L’Emile Bertin et ses contre-torpilleurs font escale à Lattaquié du 23 au 27 novembre puis à Beyrouth du 28 novembre au 2 décembre. Le croiseur mouilleur de mines manoeuvre avec le Primauguet, navire-amiral de la DNL du 3 au 12 décembre avant que la 6ème EL ne rentre à sa base le 16 décembre et d’y rester jusqu’à la fin de l’année 1941.

Le 1er janvier 1942, le contre-torpilleur Lion quitte Bizerte pour Toulon où il forme une nouvelle 2ème DCT avec ses sister-ship Guépard et Bison.

Le Lion quitte Bizerte le 5 janvier 1942, se ravitaille à Ajaccio le 8 janvier avant d’arriver à Toulon le lendemain 9 janvier en compagnie de ses deux nouveaux compagnons, le Guépard comme le Bison étant par le passé basés également en Tunisie.

Après une période d’entretien à flot commune du 9 au 24 janvier 1942, les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT entament une importante phase d’entrainement pour trouver des automatismes, la division était censée ne faire qu’un au combat, cette phase les occupants jusqu’au 2 mars avant un retour à Toulon le lendemain.

La 2ème DCT quittent Toulon le 12 mars en compagnie de la 5ème DCT pour une série d’exercices. Jusqu’au 15 avril,enchainant les différents exercices avec tout de même une escale à Ajaccio du 21 au 24 mars et une escale à Tunis du 1er au 5 avril.

Le Lion sort pour un entrainement au combat de nuit du 22 au 30 avril, faisant escale à Calvi du 1er au 4 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 5 mai. Il participe ensuite du 13 mai au 2 juin en compagnie du Bison à la remise en condition du Guépard. Les trois contre-torpilleurs font escale à Nice du 3 au 7 juin avant de rentrer à Toulon le 8 juin 1942.

La 2ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division le 15 juin, le dernier avant un nouveau cycle de grand carénage. La division de contre-torpilleurs enchaine les exercices jusqu’au 14 juillet 1942, date de leur retour à Toulon après une escale à Nice du 10 au 13 juillet.

Durant l’indisponibilité du Guépard, le Lion et le Bison sortent pour entrainement du 21 juillet au 12 août 1942 , faisant escale à Port-Vendres du 13 au 17 août, manquant d’entrer en collision avec un paquebot italien Comte Da Giovanni lors de leur départ du port catalan. Les deux contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 19 août 1942 à l’aube.

Le Lion sort à nouveau pour entrainement au combat de nuit du 25 août au 4 septembre avant de participer à la remise en condition du Bison du 9 au 23 septembre 1942.

Du 6 octobre 1942 au 7 janvier 1943 le Lion va subir un grand carénage doublé d’une modernisation. Il Lion reçoit un radar de veille combinée, un radar de navigation, un radar de conduite de tir et un Asdic plus de nouvelles grenades anti-sous-marines plus performantes.

Il sort pour essais du 8 au 11 janvier avant remise en condition en compagnie du Guépard du 14 janvier au 2 février, les deux navires rentrant à Toulon le 8 février après une escale à Marseille du 3 au 7 février 1943.

Le Lion sort pour un entrainement à la lutte ASM du 15 au 22 février en compagnie du sous-marin Pégase, rentrant à Toulon le lendemain 23 février 1943.

Le 27 février 1943, la 2ème DCT (réduite aux seuls Guépard et Lion) quitte Toulon pour un entrainement au combat antisurface du 27 février au 12 mars, rentrant le même jour à Toulon.

Le 15 mars 1943, le Bison est remis à flot à la fin de son grand carénage, sortant pour essais du 16 au 19 mars avant remise en condition en compagnie du Lion et du Guépard du 23 mars au 18 avril 1943.

La 2ème et la 5ème DCT quittent ensemble Toulon pour une série d’exercices en Méditerranée occidentale du 22 avril au 25 mai, rentrant à Toulon le lendemain et après des escales à Ajaccio du 30 avril au 3 mai et à Mers-El-Kébir du 13 au 16 mai.
Après une période d’entretien à flot du 27 mai au 12 juin,  les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT sortent pour essais du 13 au 16 juin avant remise en condition du 18 juin au 13 juillet 1943.

Le 20 juillet 1943, la 2ème DCT sort en compagnie de la 1ère DT et du contre-torpilleur Marceau pour un exercice commun à vocation antisurface du 20 au 31 juillet et à vocation antiaérienne du 2 au 13 août, rentrant à Toulon le 18 août après une escale à Nice du 14 au 17 août 1943.

Le Lion sort pour un entrainement à la lutte ASM du 24 août au 2 septembre en compagnie du sous-marin Astrée, faisant escale à Nice du 3 au 6 septembre avant de rentrer à Toulon le 7 septembre 1943.

La 2ème DCT ressort au complet pour entrainement du 12 septembre au 6 octobre, faisant escale à Bastia du 7 au 12 octobre avant de rallier Toulon le 14 octobre 1943. Elle enchaine par un exercice avec la 5ème DCT, le contre-torpilleur Marceau et le croiseur léger Primauguet du 21 au 31 octobre 1943.

Après une période d’entretien à flot commune du 2 au 13 novembre, les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT sortent pour essais du 14 au 17 novembre avant un stage de remise en condition du 18 au 30 novembre.

Rentrés à Toulon le 30 novembre au soir, le Guépard le Lion et le Bison sortent à nouveau pour un entrainement de division du 7 au 21 décembre, rentrant à Toulon  le lendemain 22 décembre et restant à quai jusqu’à la fin de cette année 1943.

Le Lion sort pour entrainement au combat antisurface du 7 au 19 janvier, faisant escale à Marseille du 20 au 23 janvier avant de rentrer à Toulon le lendemain 24 janvier 1944. Du 27 janvier au 13 février 1944, le Lion et le Bison sortent pour remise en condition du Guépard.  Les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 22 février après une escale à Sète du 14 au 21 février 1944.

La 2ème DCT sort pour un entrainement de division du 26 février au 19 mars, les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon pour quelques heures afin de se ravitailler. Ils reprennent la mer en compagnie de la 1ère DT pour un exercice en commun du 21 mars au 8 avril, les six navires faisant escale à Bastia du 9 au 12 avril avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Du 25 avril au 8 mai 1944, le Lion et ses deux compères de la 2ème DCT sortent en compagnie de la 5ème DCT et des croiseurs lourds Suffren et Dupleix sortent pour un entrainement au combat antisurface. Après une escale à Alger du 9 au 12 mai et à Ajaccio du 13 au 17 mai, les deux croiseurs rentrent à Toulon le 18 mai 1944.

Victime d’une avarie mécanique, le Lion est indisponible du 19 au 27 mai, effectuant des essais à la mer concluants du 28 au 31 mai et reprenant alors l’entrainement. Le Lion sort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 4 au 15 juin, rentrant à Toulon le 18 juin après un mouillage aux salins d’Hyères du 15 au 17 juin 1944.

Du 21 au 30 juin 1944, le Lion participe à la remise en condition du Guépard avant d’être à son tour indisponible et ce du 1er au 18 juillet 1944 pour l’entretien et les permissions de l’équipage. Il sort pour essais et remise en condition en compagnie  Guépard du 19 juillet au 3 août 1944.

Le désarmement des Jaguar laissant seulement deux divisions de contre-torpilleurs à Brest, la marine décide de redéployer une division à Brest. C’est la 2ème DCT qui est choisit pour se déployer en Bretagne.

Après un ultime entrainement de division du 7 août au 2 septembre, les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT prépare leur départ à Brest, quittant définitivement Toulon et ralliant Brest le 18 septembre, la 2ème DCT devenant la 1ère DCT. Du 19 au 27 septembre, ils sortent en compagnie du Léopard pour prendre leurs marques en mer d’Iroise, en Manche et dans le Golfe de Gascogne. Ils rentrent tous le 28 septembre, jour où le Léopard est placé en position de complément.

Après une période d’entretien à flot du 29 septembre au 20 octobre 1944, les trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT sortent pour essais du 21 au 25 octobre avant remise en condition du 26 octobre au 12 novembre quand les trois navires rentrent à Brest.

La 1ère DCT effectue un entrainement de division du 15 novembre au 16 décembre, ne rentrant à Brest que le 22 décembre 1944 après une escale à Saint-Malo du 17 au 21 décembre. Elle enchaine par une période d’exercices au large de Dakar en compagnie du ravitailleur Lot du 12 janvier au 15 février. La 1ère DCT quitte Dakar le 16 février et rentre à Brest en compagnie du Lot le 23 février 1945.

Le Bison et le Lion sortent pour entrainement au combat antisurface du 27 février au 7 mars, les deux contre-torpilleurs gagnant Lorient le 8 mars pour retrouver leur compère Guépard. Les trois navires enchainent par une série d’exercice jusqu’au 3 avril, faisant escale à Saint-Nazaire du 18 au 22 mars et à Lorient du 4 au 8 avril avant de rentrer à Brest le lendemain.

Le Lion sort pour entrainement de combat de surface du 15 au 23 avril, faisant escale à  Saint-Nazaire du 24 au 27 avril avant d’enchainer par un exercice de défense aérienne à la mer du 28 avril au 9 mai avant de rentrer à Brest le 10 mai 1945.

Du 17 mai au 2 juin 1945, le Lion participe avec le Bison à  la remise en condition du Guépard qui sortait d’une période d’indisponibilité.

La 1ère DCT sort à nouveau pour un entrainement de division, un entrainement très intense mené du 10 juin au 17 juillet, les trois contre-torpilleurs rentrant à Brest le lendemain.

Le Lion est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 19 juillet au 2 août, sortant ensuite pour essais du 3 au 6 août, rentrant à Brest dans la soirée.

La 1ère DCT sort ensuite avec la 4ème DC du 7 au 21 août pour exercice de défense aérienne à la mer, combat antisurface et attaque/protection de convois avant de rentrer à Brest le 25 août après une escale à Cherbourg du 22 au.

Le 27 août 1945, le contre-torpilleur Bison est placé en position de complément, première étape vers son désarmement _effectif le 8 septembre_, laissant la 1ère DCT avec les Guépard et Lion.

Le Lion sort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 1er au 7 septembre, rentrant à Brest le lendemain 8 septembre 1945.

La 1ère DCT ainsi réduite sort pour entrainement du 12 au 23 septembre, faisant escale à Cherbourg du 24 au 28 septembre avant de reprendre la mer pour un entrainement à la lutte ASM avec les sous-marins Ile de Re et Ile d’Yeu du 29 septembre  au 7 octobre, date du retour du Guépard et du Lion à Brest.

Après une période d’entretien à flot du 8 au 12 octobre, le Guépard et le Lion sortent pour une école à feux du 13 au 21 octobre avant d’enchainer par un entrainement à la lutte ASM du 23 octobre au 4 novembre 1945 avec le sous-marin Agosta.
Après un ultime entrainement dans le Golfe de Gascogne du 5 au 15 novembre, le Guépard est mis en position de complément le 18 novembre 1945, date à laquelle la 1ère DCT est dissoute, laissant le Lion en position de navire hors rang au sein du groupement de contre-torpilleurs de la 3ème Escadre Légère.

Le Lion sort pour un ultime entrainement du 22 au 29 novembre avant d’être mis en position de complément le 30 novembre 1945. Il est échoué au bassin n°6 du 1er au 8 décembre 1945.

Le 9 décembre 1945, le contre-torpilleur Lion est désarmé. Le lendemain, il mouille à Landevennec en compagnie du Guépard et du Bison.