21-Armée de terre (5)

Les divisions d’infanterie

En dépit du dévellopement des unités de l’arme «cavalerie» et de l’arme «chars de l’infanterie» qui n’allaient bientôt plus faire qu’une (arme blindée-cavalerie), l’infanterie reste la reine des batailles tout simplement parce qu’il faut occuper le terrain une fois la percée obtenue et pour cela il faut des hommes, beaucoup d’hommes.

Le temps des charges massives à la baïonette est bien entendu révolu, cette tactique s’étant révélée suicidaire face aux mitrailleuses allemandes. La tactique qui à longtemps prévalu était une tactique assez frileuse, à contre-coup de la tactique ultra-offensive en vogue avant 1914.

Cela avait le tort de privé le fantassin français de son caractère débrouillard, de la furia francese qui faisait du combattant français un être redoutable sur le champ de bataille.

La «révolution villeneuvienne» à son impact sur l’infanterie. La puissance de feu des différentes divisions augmente avec de nouvelles armes (mitrailleuses plus modernes, mortiers de 120mm, lance-grenades, équipement convenable en matière d’armes antichars et antiaériennes) et une nouvelle «race» de fantassins apparaît, les chasseurs portés destinés à accompagner les chars des Divisions Cuirassés, chasseurs portés qui finiront par intégrer l’ABC tout en conservant les traditions et l’allant de leurs ainés, les chasseurs à pied («Pige vite et galope») surnommés par les allemands les «Schwarze Teufels» ou diables bleus.

Sur le plan tactique, l’avertissement du général Petain «le feu tue» (qui lui avait valut une carrière bloquée qui se serait terminée prématurement sans le premier conflit mondial) empêche un retour aux errements d’avant 1914.

L’allant offensif de l’infanterie se dote d’une recherche tactique poussée qui s’inspire sans vouloir l’avouer des unités d’assaut allemandes. L’augmentation de la puissance de feu se double d’une recherche de la percée, de la manoeuvre pour tourner et fragmenter le dispositif ennemi.

Sur le plan de la motorisation, elle progresse même si comme nous l’avons vu le rève du général Villeneuve de divisions d’infanterie totalement motorisées se heurta à la réalité.

Tout de même la situation était nettement plus favorable qu’en septembre 1939 avec huit divisions totalement motorisées (alors même que les D.I.M de septembre 1939 ne l’était en réalité que partiellement) tandis que les autres D.I (type Nord-Est, DINA, DIC et DLI) peuvent bénéficier des unités spécialisées du train.

En septembre 1948, il existe six types de division d’infanterie. Si les DI type Nord-Est, les D.I.M, les D.I.C et les D.I.N.A sont organisées de la même façon, les autres divisions (D.I.A,D.I.Alp, DM, DLI…..) sont organisées selon un format allégé soit parce le terrain l’impose (colonies) ou parce que leur mission est de mener des opérations expéditionnaires ce qui impose de limiter leur poids en espérant que cette limitation ne soit pas handicapante opérationnellement parlant.

Les Divisions d’Infanterie de type Nord-Est (D.I)

A partir des années vingt, l’armée de terre entame un processus de modernisation, un processus limité de motorisation qui sauve probablement l’existence de la cavalerie qui doit dire en partie adieu aux canassons au profit des véhicules à moteur.

Pour ce qui est de l’infanterie, la motorisation concerne à la fois le transport de l’infanterie, du génie ainsi que le remorquage des pièces . Hélas les budgets ne permettent pas de motoriser complètement les divisions d’infanterie et seules sept d’entre-eux l’était partiellement en 1939 (voir ci-après).

L’immense majorité des Divisions déployées en métropole appartiennent au type Nord-Est. En septembre 1939 on trouve les divisions suivantes :

-10ème Division d’Infanterie (Paris)

-11ème Division d’Infanterie (Nancy) devenue en septembre 1947, la 11ème Division d’Infanterie Motorisée

-13ème Division d’Infanterie (Besançon)

-14ème Division d’Infanterie (Colmar)

-19ème Division d’Infanterie (Rennes)

-21ème Division d’Infanterie (Nantes)

-23ème Division d’Infanterie (Tours)

-36ème Division d’Infanterie (Bayonne)

-42ème Division d’Infanterie (Metz)

-43ème Division d’Infanterie (Strasbourg)

Ces dix puis neuf divisions de type Nord-Est sont organisées en septembre 1948 de la façon suivante :

-Elements de Quartier Général

-Trois régiments d’infanterie à trois bataillons (certaines divisions dispose d’une demi-brigade de chasseurs à pied à trois bataillons et non d’un troisème régiment d’infanterie de ligne)
-Un Régiment d’Artillerie Divisionnaire équipé de deux groupes de canons de 75mm, de deux groupes de 105 et d’un groupe de 155mm à traction hippomobile.

-Une compagnie puis batterie antichar de division équipé de pièces tractées

-Un bataillon antiaérien de division équipé de pièces tractées et de pièces motorisées, les premières plus destinées à la protection de l’arrière, les pièces motorisées pour la protection de l’avant

-Une compagnie de pionniers

-Une Compagnie de sapeurs mineurs

-Une compagnie radio

-Une compagnie télégraphique

Ultérieurement (1944), est mis sur pied un bataillon du génie regroupant la compagnie de pionniers, la compagnie de sapeurs mineurs, la compagnie radio et la compagnie télégraphique.

-Un Groupe d’exploitation divisionnaire (intendance)

-Un Groupe sanitaire divisionnaire

-Une Compagnie automobile de transport pour le transport du matériel

-Une compagnie automobile de quartier général qui contrairement à ce que son nom indique regroupe  les éléments du train du QG (secrétaires, plantons…), des formations de santé et d’intendance, une section sanitaire auto, et un détachement de circulation routière.

En temps de guerre, le R.A.D doit être subdivisé entre un R.A.D équipé des pièces de 75mm et un R.A.L.D équipé des canons de 105 et de 155mm. Un GRDI est rattaché pour emploi à la division.

Les Divisions d’Infanterie Motorisées (D.I.M.)

Dès le premier conflit mondial, l’infanterie connait une phase de motorisation, employant des camions pour le transport notamment sur la fameuse Voie Sacrée entre Bar le Duc et Verdun.

Après guerre, certaines divisions vont être motorisées. Une motorisation partielle, superficielle pourrait même t-on dire, la Division d’Infanterie Motorisée en septembre 1939 aurait bien été incapable de manoeuvrer rapidement pour suivre les DLM et les DC.

Or c’est bien ce que souhaite le général Villeneuve, le «Général Tornade» qui rêve d’une armée totalement motorisée avec tous les D.I pouvant se déplacer en autonome.

Rapidement, il doit réduire ses ambitions à motoriser complètement les sept D.I.M puis à obtenir la transformation d’une D.I type Nord-Est en D.I.M.

En septembre 1939, on trouve donc sept Divisions d’Infanterie Motorisée :

-1ère Division d’Infanterie Motorisée (Lille)

-3ème Division d’Infanterie Motorisée (Amiens)
-5ème Division d’Infanterie Motorisée (Caen)

-9ème Division d’Infanterie Motorisée (Bourges)

-12ème Division d’Infanterie Motorisée (Châlons sur Saône)

-15ème Division d’Infanterie Motorisée (Dijon)

-25ème Division Motorisée (Clermont-Ferrand)

A l’origine, il était prévu de motoriser trois D.I mais au final, seule la 11ème DI est transformée en Division d’Infanterie Motorisée. Seulement ces huit Grandes Unités sont totalement motorisées avec  l’organisation suivante :

-Éléments de QG

-Trois régiments d’infanterie à trois bataillons

-Un Régiment d’Artillerie Divisionnaire à deux groupes de 75mm, deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm

-Un compagnie puis batterie antichar de division

-Un bataillon antiaérien de division

-Un bataillon du génie (créé en 1944) regroupant la compagnie de pionniers, la compagnie de sapeurs mineurs, la compagnie radio et la compagnie télégraphique.

-Un Groupement d’exploitation divisionnaire (intendance et soutien santé)

-Une Compagnie automobile de transport

-Une compagnie automobile de quartier général

Par rapport aux D.I type Nord Est, les D.I motorisées sont totalement autonomes. Les trois régiments d’infanterie disposent de leurs propres véhicules de transport, une solution plus couteuse que l’idée envisagée d’un groupement de transport mais qui avait l’avantage de rendre la division bien plus autonome, elle pouvait coler à une DC ou une D.L.M. .

Le régiment d’artillerie divisionnaire remorque ses pièces via des tracteurs tandis que des chenillettes assure le remorquage des pièces antichars et des pièces antiaériennes, une partie de ces dernières étant des pièces étant mises en oeuvre depuis des véhicules pour la protection des unités de l’avant.

En temps de guerre, ces D.I.M doivent recevoir un GRDI  tandis que le RAD doivent se scinder entre un R.A.D avec les canons de 75mm et un R.A.LD avec les canons de 105 et de 155mm.

Les Divisions d’Infanterie Alpine (DIAlp)

Comme l’armée italienne (Alpini) et l’armée allemande (Gerbijager), l’armée française dispose d’unités conçues spécifiquement pour combattre en milieu alpin, les chasseurs alpins issus de la spécialisation de certains bataillons de chasseurs à pieds.
En septembre 1939, il existe deux divisions d’infanterie alpine, la 27ème DIAlp stationnée dans la région de Grenoble et la 31ème DIAlp stationnée loin des Alpes dans la région de Montpelier avec un recrutement Pyrénéen.

Ces deux divisions sont placés en réserve de GQG, la 27ème DIAlp étant plus spécifiquement préparée à une intervention en Suisse en cas d’agression allemande.

Les divisions alpines se rapprochent des D.I type Nord-Est mais le milieu spécifique dans lequel elles évoluent ainsi que les traditions de l’arme imposent un certain nombre de différence.

En septembre 1948, les trois divisions d’infanterie alpine sont organisées de la façon suivante :

-Éléments de QG

-Deux brigades d’infanterie alpine à une demi-brigade et un régiment d’infanterie alpine (27ème DIAlp) ou deux régiments d’infanterie alpine (31ème DIAlp).

-Un Régiment d’Artillerie de Montagne équipée de pièces spécifiques en l’occurence l’obusier de montagne de 75mm modèle 1942 (trois groupes à deux batteries de quatre pièces) et le canon de 105mm de montagne modèle 1944 (un groupe à trois batteries de quatre canons)

-Un batterie antichar divisionnaire

-Un bataillon antiaérien divisionnaire

-Un bataillon du génie (créé en 1944) regroupant une compagnie de pionniers, une compagnie de sapeurs mineurs, une compagnie radio et une compagnie télégraphique

-Un Groupe d’exploitation divisionnaire (intendance)

-Un Groupe sanitaire divisionnaire

-Une Compagnie automobile de transport

-Une compagnie automobile de quartier général

Théoriquement, les deux divisions d’infanterie alpine doivent recevoir un GRDI même si le terrain rend peu probable cette hypothèse. L’affection d’un B.C.C en soutien ne semble se justifier que dans le cas d’une offensive en Italie. Le régiment d’artillerie de la division doit se dédoubler en un RAM (obusiers de 75mm) et un RALM (Régiment d’Artillerie Lourde de Montagne) équipé du canon de 105mm.

Les Divisions d’Infanterie Coloniale (D.I.C)

En dépit de leur dénomination, les quatre divisions d’infanterie coloniale sont en septembre 1939 stationnées en métropole. La 1ère DIC est ainsi à Bordeaux, la 2ème DIC est à Toulon, la 3ème DIC à Paris et la 4ème DIC à Toulouse. Trois autres divisions sont mises sur pied à la mobilisation mais elles ne sont pas conservées après démobilisation.

Ce sont de véritables troupes d’intervention, destinées à intervenir dans l’Empire en cas de menaces extérieures ou en cas de révolte généralisée qui dépasserait les moyens de répression des forces de souveraineté sur place.

Elles peuvent aussi être engagées en Europe, leur organisation et leur équipement en faisant des divisions à mi-chemin entre la D.I type Nord-Est et la D.I.M.

Si l’infanterie ne dispose pas de véhicules de transport organiques, l’artillerie est entièrement motorisée après avoir été longtemps hippomobile.

En septembre 1948, les quatre DIC sont organisées de la façon suivante :

-Éléments de Quartier Général

-Trois régiments d’infanterie à trois bataillons. Les 1ère, 2ème et 4ème DIC disposent d’un régiment à recrutement métropolitain et de deux régiments de recrutement sénégalais (en fait de toute l’Afrique de l’ouest) alors que la 3ème DIC dispose de trois régiments de recrutement métropolitain

-Un Régiment d’Artillerie Coloniale équipé de canons de 75mm, de 105 et de 155mm à traction hippomobile puis automobile.

-Un batterie antichar de division équipé de pièces tractées en l’occurence douze canons de 47mm

-Un bataillon antiaérien de division équipé de pièces tractées et de pièces motorisées, les premières plus destinées à la protection de l’arrière, les pièces motorisées pour la protection de l’avant

-Une compagnie de pionniers

-Une Compagnie de sapeurs mineurs

-Une compagnie radio

-Une compagnie télégraphique

Ces quatre dernières compagnies forment en 1944 un bataillon du génie comme dans toutes les DI.

-Un Groupe d’exploitation divisionnaire (intendance)

-Un Groupe sanitaire divisionnaire
-Une Compagnie automobile de transport pour le transport du matériel

-Une compagnie automobile de quartier général qui contrairement à ce que son nom indique regroupe  les éléments du train du QG (secrétaires, plantons…), des formations de santé et d’intendance, une section sanitaire auto, et un détachement de circulation routière.

-Un groupement de transport du train destiné au transport de l’infanterie

En temps de guerre, le régiment d’artillerie coloniale doit se dédoubler en un régiment d’artillerie coloniale avec les pièces de 75mm et un régiment d’artillerie lourde coloniale avec les canons de 105 et de 155mm. Il est prévu également de leur rattacher si nécessaire un GRDI et un B.C.C.

A la mobilisation, trois nouvelles divisions d’infanterie coloniales sont mises sur pied, les 5ème, 6ème et 7ème DIC composées chacune de deux régiments de tirailleurs sénégalais et d’un régiment d’infanterie coloniale.

21-Armée de terre (1)

21°) ARMÉE DE TERRE

A-Une brève histoire de l’armée de terre

Avant-propos

Défilé de la victoire le 14 juillet 1919 ouvert par Foch et Joffre

Défilé de la victoire le 14 juillet 1919 ouvert par Foch et Joffre

Le 14 juillet 1919, l’armée française défile sur les Champs Élysées, un défilé de la victoire digne de la première armée du monde, la plus puissante, la plus moderne, armée qui porta sur ses épaules l’essentiel du conflit, étant présente sur le front occidental, en Orient mais également sur le front italien où son intervention fût précieuse pour requinquer une armée italienne laminée à Caporetto.

Bien que l’armistice eut été signé le 11 novembre 1918, la première guerre mondiale ne s’achève vraiment pour l’armée française qu’en octobre 1919 et plus précisément entre le 14 et le 16 octobre quand une série de décrets acte la démobilisation générale, une loi proclamant la fin du conflit le 23 octobre 1919.

Bien que la paix soit de retour sur le continent européen, l’armée de terre ne croise pas les bras et reste mobilisée dans une phase de fermeté qui la voit occuper la Rhur (avec des unités belges) pour contraindre l’Allemagne à payer, intervenir en Europe centrale ou orientale au nom de la SDN sans oublier les interventions dans les colonies notamment dans le Rif soulevé par Abd-el-Kader. La fin des années vingt marque la fin de cette période active.

Le pacifisme de l’opinion, la crise économique et des budgets réduits empêche l’armée de terre de poursuivre sa modernisation ou de maintenir au niveau d’excellence qu’elle avait atteint au printemps 1918 quand une succession d’offensives (où certains on pu voir les prémices de l’art opératif brillamment théorisé par les soviétiques) avaient acculé l’Allemagne à l’armistice ce qui abrégea le conflit mais permit à l’armée allemande de nier sa défaite et de lancer la légende du «coup de poignard dans le dos» (Dolchstoßlegende).

Suite à la démobilisation, l’armée de terre aligne encore des effectifs importants avec 600000 hommes disposant de 2600 chars, 2500 avions et plus de 12000 hommes mais cet état de fait dure peu, le nombre de divisions ne cesse de diminuer passant de 55 en 1919 à seulement 20, ces unités disposant d’effectifs fort réduits, nécessitant une mobilisation partielle pour conduire des opérations de guerre.

Voilà pourquoi la France n’à pu s’opposer à l’expansionnisme hitlérien jusqu’en septembre 1939, donnant à penser au dictateur nazi qu’il avait tous les droits et un sentiment d’invincibilité. Même la déclaration de guerre du 3 septembre 1939 ne l’inquiéta pas et on peu se mettre à frémir en imaginant ce qui se serait passé si Adolf Hitler n’était pas mort dans l’attentat du 9 novembre 1939 qui mit en  pratique fin à la guerre de Pologne.

Cette première alerte aurait pu passer pour pertes et profits et ne rien changer à la situation politique et militaire de la France.

Fort heureusement, ce court conflit servit de véritable électrochoc au sein de la classe politique et de l’opinion qui mit de côté le pacifisme intégral des années vingt et trente pour une politique ferme contre l’Allemagne qui n’avait pas abandonné ces funestes projets d’annexion.

Bien entendu et comme nous l’avons pour ce qui concerne le PSF, les française ne sont pas passés du pacifisme intégral d’août 1939 à un bellicisme agressif. Ils se sont résignés à un nouveau conflit européen vingt-ans après la «der des ders» et veulent tout faire pour la gagner quitte à rayer l’Allemagne de la carte.
Comme le dira le colonel de La Rocque à l’un de ses adjoints «Si les allemands déclarent à nouveau la guerre, cette fois nous irons jusqu’à Berlin».

L’évolution générale de l’armée de terre

Comme nous l’avons vu plus haut, la stratégie offensive destinée à prendre l’Allemagne à la gorge dès qu’elle violerait le traité de Versailles devient caduque à partir de 1926. Ce changement de posture s’explique à la fois par une opinion publique frileuse, le vieillissement du corps des officiers généraux et le manque de moyens.

La France adopte une stratégie clairement défensive symbolisée par la «muraille de France» ou ligne Maginot qui couvre la frontière de Nice à Sedan, négligeant la frontière belge en raison de l’alliance franco-belge et de la nécessite de se conserver un espace de manoeuvre où affronter l’armée allemande sans risquer de provoquer de nouveaux dégâts au territoire national.

Si les crédits accordés à la ligne Maginot n’ont pas été vraiment au détriment des unités de manoeuvre, la construction de cette ligne fortifiée devient le prétexte commode pour réduire les crédits sous le fallacieux prétexte que l’on investira quand la menace extérieure nous y poussera.

La mécanisation (combattre avec des engins blindés) et la motorisation (la faculté de se déplacer en engins mécaniques) _la première concernant plus la cavalerie et la seconde l’infanterie_ n’est donc que partielle et la cavalerie dispose encore en septembre 1939 d’unités à cheval.

Avant la mobilisation consécutive à l’agression allemande contre la Pologne, l’armée de terre aligne les divisions suivantes :

-Dix Divisions d’Infanterie de type Nord-Est : 10ème DI (Paris) 11ème DI (Nancy) 13ème DI (Besançon), 14ème DI (Colmar), 19ème DI (Rennes), 21ème DI (Nantes), 23ème DI (Tours), 36ème DI (Bayonne), 42ème DI (Metz) et 43ème DI (Strasbourg)

-Sept Divisions d’Infanterie Motorisée : 1ère DIM (Lille), 3ème DIM (Amiens), 5ème DIM (Caen), 9ème DIM (Bourges), 12ème DIM (Châlons sur Saône), 15ème DIM (Dijon), 25ème DIM (Clermont-Ferrand)

-Deux Division d’Infanterie Alpine : 27ème DIA (Grenoble)  et 31ème DIA (Montpelier)

-Quatre Divisions d’Infanterie Coloniale : 1ère DIC à Bordeaux, 2ème DIC à Toulon, 3ème DIC à Paris et 4ème DIC à Toulouse.

-Quatre divisions d’infanterie nord-africaine :1ère DINA à Lyon 2ème DINA à Toulon, 3ème DINA à Poitiers et 4ème DINA à Épinal

-Trois divisions de cavalerie : la 1ère DC d’Orléans, la 2ème DC de Lunéville et la 3ème DC de Paris auxquelles s’ajoutent la 1ère brigade de spahis (Compiègne) et la 2ème brigade de spahis (Orange).

-Deux Divisions Légères Mécaniques (D.L.M), les unités s’approchant le plus des Panzerdivisionen allemandes puisque unités entièrement mécanisées et motorisées.
-Les sept régiments indépendants de cavalerie forment en temps de paix  trois groupements de cavalerie  qui doivent à la mobilisation servir de base à la mise sur pied des GRDI (Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie) et des GRCA (Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée). Ces régiments ne sont pas reconstitués, les GRDI étant préservés après la démobilisation.

On trouve également douze régiments de chars de combat qui vont disparaître à la mobilisation pour donner naissance à des Bataillons de Chars de Combat (BCC).

L’artillerie est également présente avec différents types de régiments allant du régiment d’artillerie de campagne au régiment d’artillerie sur voie ferrée en passant par les régiments d’artillerie lourde de corps d’armée, les régiments d’artillerie mobile fortifiée ou d’artillerie de position, ces deux types d’unités assurant l’appui des ouvrages de la ligne Maginot.

Dès la fin du mois d’août 1939, les premiers réservistes sont rappelés pour compléter les unités pendant que les structures de mobilisation sont mises en place notamment les état-majors de groupe d’armée, d’armées et de corps d’armée.

La guerre déclarée, la mobilisation bat son plein, orchestrée par les régions militaires qui complètent d’abord les effectifs des divisions de première échelon qui montent aussitôt à la frontière avant de mettre sur pied des unités de réserve à partir des réservistes les plus âgés, unités assez mal équipées ce qui n’aura aucune conséquence puisque mis à part quelques escarmouches entre patrouilles, il n’y eut aucun combat sur le front occidental.

En quelques semaines, l’armée de terre se métamorphose approchant la centaine d’unités de combat réparties en trois groupes d’armées + une armée des Alpes, huit armées (plus une en réserve face à la Suisse), vingt-six corps d’armée et 94 divisions.

Sur ces quatre-vingt quatorze divisions, on compte une grande majorité de divisions d’infanterie, les GU n’appartenant pas cette arme étant les trois divisions de cavalerie et les deux D.L.M  en  attendant la mise sur pied de deux autres divisions légères mécaniques (par transformation des unités de cavalerie) et surtout des DCr ou Divisions Cuirassés de Réserve que l’on pourrait résumer par des D.L.M avec des chars lourds.

La montée en puissance de l’armée de terre ne cesse pas avec la fin de la guerre de Pologne le 15 décembre 1939. A cette situation paradoxale deux raisons : une méfiance vis à vis de l’Allemagne et l’inertie propre à une armée qui atteint les cinq millions d’hommes.

A partir du printemps 1940 règne une paix armée en Europe. La question n’est pas de savoir si la guerre éclatera en Europe mais quant.

La prudence voudrait que l’armée reste sur le pied de guerre mais c’est économiquement impossible de maintenir autant d’hommes sous les drapeaux sans parler du facteur moral, les trois mois d’inaction ayant provoqué leur lot de dépressions et de mutilations volontaires.

La démobilisation va donc être engagée à partir de mars 1940 mais hors de question de faire ça à la hussarde. Il faut préserver les compétences et rester cohérent dans le schéma organisationnel sans parler du simple côte pratique de démobiliser plusieurs millions d’hommes, de garder une trace de leur engagement, de les avertir de leur rôle de réserviste sans parler du matériel à stocker et/ou à détruire ainsi que de la remise en état de terrains et de battisses.

Cette démobilisation achevée à l’automne 1940 ne s’accompagne pas d’un retour à la situation antérieure au conflit.

En effet, le nouveau chef d’état-major général de l’armée, le général Villeneuve qui succède à Gamelin en juin 1940 est bien décidé à moderniser l’armée pour que quand un nouveau conflit éclatera en Europe, elle soit capable de faire face à des menaces limitées sans mobiliser et si la menace se révèle immédiatement mortelle de tenir le choc le temps que la mobilisation mette sur pied les divisions nécessaires au combat.

Pour cela, le général Pierre Harcourt de Villeneuve va renouer avec les mannes du général Estienne en adoptant un ton résolument offensif. À l’armée à dominante d’infanterie, succède l’armée villeneuvienne où les unités mécanisées et blindées forment le fer de lance d’une armée sur la voie d’une motorisation complète ou peu s’en faut.