22-Armée de terre : armement et matériel (96) ordre de bataille (30)

Théâtre d’Opérations d’Afrique du Nord (TOAFN)

Préambule : la situation géopolitique

Durant la décennie 1940, la situation géopolitique de l’Afrique du Nord est la suivante :

-Le Maroc est un protectorat français et espagnol

-L’Algérie est une colonie française, la seule véritable colonie de peuplement de notre Empire

-La Tunisie est un protectorat français

-La Libye est une colonie italienne sous le nom d’Africa Septentrionale Italiana (ASI)

-L’Egypte est un protectorat britannique.

Alors que les premiers mouvements autonomistes et indépendantistes émergent dans ces pays au sein des élites indigènes (dont la promotion est favorisée par Paris et Londres en vue d’une lointaine et hypothétique décolonisation), l’Afrique du Nord est le théâtre de rivalités entre puissances coloniales, rivalités pouvant alimenter un futur conflit voir même le déclencher.

-Au Maroc, la partie sous protectorat espagnol à joué un rôle clé dans la victoire des troupes nationalistes. Sans les troupes marocaines, les nationalistes auraient eu bien du mal à triompher des forces républicaines.

La guerre terminée, certains nationalistes rêvent d’un Maroc tout entier sous protectorat espagnol ce qui pousse la France à moderniser les forces défendant la partie sous protectorat français.

-En Algérie, les menaces extérieures sont inexistantes. Il y à bien des actions de groupes irréguliers et de bandes d’insoumis. En dépit de ces faibles menaces extérieures, les troupes déployées dans notre seule colonie de peuplement sont modernisées à la fois pour faire face à des menaces intérieures mais également pour pouvoir mener des opérations extérieures.

-La Tunisie est le protectorat français le plus menacé car partageant une frontière avec la colonie italienne d’Afrique Septentrionnale Italienne sans oublier la proximité de la Sicile et des petites îles de Pantelleria et de Lampedusa.

Elle est donc la «colonie» où les renforcements sont les plus importants avec une sérieuses modernisation des unités déployées et la mise sur pied de la 1ère Division Légère de Cavalerie (1ère DLC).

Le 14 mars 1944 est mis sur pied le Théâtre d’Opération d’Afrique du Nord (TOAFN) qui à sous son commandement toutes les forces françaises stationnées au Maroc, en Algérie et en Tunisie.

Son commandant est un général d’armée et à son autorité trois commandements, le COMMAR (Commandement Militaire Maroc), le COMMAL (Commandement Militaire Algérie) et le COMFAT ou Commandement des Forces Armées de Tunisie, des commandements chargés de la préparation en temps de paix et du commandement en temps de guerre.

Commandement Militaire Maroc (COMMAR) (Casablanca)

-Infanterie

-Situation en septembre 1939

On trouve trois divisions d’infanterie stationnées dans le royaume chérifien :

-1ère Division Marocaine : 1er, 2ème et 7ème régiments de tirailleurs marocains

-2ème division marocaine : 2ème et 4ème régiments étrangers d’infanterie 3ème régiment de tirailleurs sénégalais.

-3ème division marocaine : 3ème régiment étranger d’infanterie, 21ème régiment de zouaves et 6ème régiment de tirailleurs sénégalais.

On trouve également des régiments indépendants, le 1er régiment de zouaves, le 4ème régiment de tirailleurs marocains et le bataillon autonome d’infanterie coloniale.

-Evolution

Suite à la démobilisation, le dispositif au Maroc est allégé et réorganisé avec l’évolution suivante :

-La 1ère Division Marocaine aligne deux régiments de tirailleurs marocains avec le 1er et le 7ème RTM, le 2ème RTM étant dissous

-La 2ème Division Marocaine aligne le 2ème régiment étranger d’infanterie et le 4ème régiment étranger d’infanterie, le 3ème régiment de tirailleurs sénégalais étant dissous.

-La 3ème Division Marocaine est elle dissoute mais si le 21ème régiment de zouaves et le 6ème régiment de tirailleurs sénégalais sont dissous, le 3ème REI est préservé, étant déployé dans le Sud marocain.

-Le 4ème régiment de tirailleurs marocains est dissous

Ultérieurement, le dispositif au Maroc est renforcé par une 4ème DLI (Division Légère d’Infanterie) qui dispose de trois régiments avec le 3ème Régiment d’Infanterie Légère d’Afrique, le 1er et le 6ème Régiment Etranger d’Infanterie.

Quand éclate le second conflit mondial, en septembre 1948, le COMMAR dispose des moyens d’infanterie suivants :

-La 1ère Division Marocaine (1ère DM) est envoyée en métropole

-La 2ème Division Marocaine (2ème DM) avec les 2ème et 4ème Régiments Etrangers d’Infanterie

-La 3ème Division Marocaine (3ème DM) est réactivée avec le 2ème régiment de tirailleurs
marocains et le 21ème régiment de zouaves et envoyée en Corse

-4ème Division Légère d’Infanterie : 21ème RILA, 1er et 6ème régiments étrangers d’infanterie
-1er régiment de zouaves

-Bataillon autonome d’infanterie coloniale

-Chars et Cavalerie

-1er régiment de chasseurs d’Afrique qui reste partiellement motorisé, sa motorisation complète prévue ne fût pas réalisée en raison du déclenchement du second conflit mondial

-2ème régiment de spahis marocain

-3ème régiment de spahis marocains

-8ème régiment de spahis algériens

Ces trois régiments reste en configuration montée sans que leur motorisation n’ait semble-t-il été envisagée

-2ème Régiment Etranger Cavalerie : régiment monté puis régiment motorisé à partir du printemps 1947 pour appuyer le 3ème REI dans le Sud marocain. C’est un régiment comparable aux régiments de découverte avec AMD.

-Une compagnie montée saharienne transformée en compagnie portée sur véhicules tout terrain avec quelques AM-39 Gendron-Somua.

-Deux Bataillons de Chars de Combat, les 62ème et 66ème B.C.C équipés de Renault FT remplacés rapidement par des Renault R-35.

-On trouve également deux Groupements de Reconnaissance de Division d’Infanterie (GRDI), le 80ème GRDI accompagnant la 1ère Division Marocaine et le 89ème GRDI accompagnant la 3ème Division Marocaine, ce dernier disposant d’AMD 178 Panhard, les chars légers prévus n’étant pas encore livrés en septembre 1948 quand la division rallie la Corse.

-Artillerie

-Le 63ème régiment d’artillerie d’Afrique de Fès à cinq groupes de 65 ou de 75mm intègre après la démobilisation la 1ère Division Marocaine. La 1ère DM devant en temps de guerre être déployée en Europe, elle est progressivement portée aux standards européens en terme d’équipement. Il est ensuite rebaptisé 64ème RAD.

-Le 64ème régiment d’artillerie d’Afrique de Casablanca à cinq groupes de 65 ou de 75mm reste indépendant.

-Régiment (ex-groupement) d’artillerie coloniale du Maroc (RACM) intégré ultérieurement à la 2ème Division Marocaine.

-2ème Régiment Léger d’Artillerie d’Afrique (2ème RLAA) intégré à la 4ème Division Légère d’Infanterie

-Génie et unités de soutien

-La 1ère DM dispose du 43ème bataillon du génie, la 2ème DM du 44ème BG et le 56ème BG pour la 4ème DLI

-31ème régiment du génie

22-Armée de terre : armement et matériel (88) ordre de bataille (22)

6ème Division Légère Mécanique

La création à Orange le 7 mars 1943 de la 6ème Division Légère Mécanique (6ème DLM) est marquée par deux premières.

La première nouveauté c’est que c’est la première DLM créée ex-nihilo sans partir d’une Division de Cavalerie existante.

La seconde nouveauté c’est qu’elle marque l’introduction d’une nouvelle organisation à deux brigades légères mécaniques autonomes, organisation sur laquelle les cinq premières DLM vont être réorganisées et que deux autres seront ultérieurement créées.

Enfin, on pourrait ajouter une troisième différence c’est que cette 6ème DLM sera la seule déployée dans le Sud du pays, en enfant perdu sous la direction du commandant de l’Armée des Alpes qui dispose là ainsi d’une capacité chars.

Sa mission peut être défensive notamment en cas d’attaque amphibie italienne (pour tourner les puissants ouvrages de la Ligne Maginot alpine) mais également offensive.

La 6ème Division Légère Mécanique est organisée selon le schéma suivant :

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 2ème régiment de cuirassiers

Somua S-40

Somua S-40

-11ème Brigade Légère Mécanique avec un régiment de chars, le 4ème régiment de dragons et un régiment de dragons portés le 9ème RDP accompagnés et appuyés par le 11ème groupe de canons d’assaut, le 11ème escadron antichar porté, le 11ème escadron antiaérien porté et le 11ème groupe de reconnaissance.

-12ème Brigade Légère Mécanique avec un régiment de chars, le 11ème régiment de Chasseurs à cheval (RCch) et un régiment de dragons portés, le 10ème RDP accompagnés et appuyés par le 12ème groupe de canons d’assaut, le 12ème escadron antichar porté, le 12ème escadron antiaérien porté et le 12ème groupe de reconnaissance.

-70ème Régiment d’Artillerie de Division Légère Mécanique (70ème RADLM)

-Le 6ème bataillon du génie avec trois compagnies de sapeurs mineurs portés et une compagnie d’ouvriers de pont.

-Deux compagnies de transmission (une compagnie téléphonique et une compagnie télégraphiste)

-Une compagnie automobile de quartier général

-Une compagnie automobile de transport

-Un bataillon sanitaire divisionnaire

-Un groupe d’exploitation divisionnaire

-Un escadron de réparations divisionnaire, le 17ème ERD rattaché administrativement au 4ème dragons.

Commandement des Forces de Défense de la Corse (CFDC)

Ce commandement installé à Ajaccio à été créé officiellement le 17 mars 1942. Le titulaire de ce poste est un général de corps d’armée qui en temps de paix fait office de gouverneur militaire pour la Corse bien que l’île de Beauté ne soit pas à proprement à parler une région militaire, la Corse dépendant de la 9ème région militaire de Marseille.

En temps de paix, sa mission principale de commander les travaux, de préparer la future mobilisation et en temps de guerre, de commander les troupes chargées de la défense de la Corse.

En raison du relief, la défense est décentralisée avec un Secteur Nord et un Secteur Sud, chaque secteur étant armé par un régiment d’infanterie :

-Le Secteur Nord est armé par le 373ème régiment d’infanterie alpine appelé également la 373ème demi-brigade d’infanterie alpine (373ème DBIA) qui aligne pas moins de sept bataillons associé à des équipages d’ouvrages. Il bénéficie également du soutien du 3ème régiment de mitrailleurs.

-Le Secteur Sud est armé par le 173ème régiment d’infanterie alpine (173ème RIA) qui à la mobilisation devient la 173ème Demi-Brigade d’Infanterie Alpine avec pas moins de six bataillons, les trois bataillons du temps de paix se dédoublant. Ils sont associés à des équipages d’ouvrages. Il bénéficie du soutien du 5ème régiment de mitrailleurs.

En ce qui concerne l’artillerie, le 92ème Régiment d’Artillerie de Montagne (92ème RAM) issu du Groupement Autonome d’Artillerie de Corse (GAAC) dont les moyens étaient fournis par le 2ème Régiment d’Artillerie Coloniale.

Il dispose de deux groupes de 75mm (1er à Bastia et 2ème à Bonifaccio) et deux équipés de canons de 155C (3ème à Ajaccio et 4ème à Porto-Vecchio) ce qui permet d’armer les Secteurs Nord et Sud de deux groupes soit six batteries et vingt-quatre canons.
A la mobilisation en septembre 1948, l’artillerie en Corse est renforcée avec le 363ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée qui dispose de deux groupes de 155L équipé d’un total de vingt-quatre canons de 155mm GPF-T. Il est basé à Ajaccio et maintenu comme régiment de réserve à la différence du 92ème RAM.

En ce qui concerne la cavalerie, le 43ème Escadron de Mitrailleuses et d’Engins du 10ème régiment de dragons activé en 1939 et dissous à la démobilisation n’est pas reconstitué et la composante cavalerie du CFDC est composé de deux unités :

Char léger modèle 1940R dit Renault R-40

Char léger modèle 1940R dit Renault R-40, monture du 30ème BCC

-Le 30ème Bataillon de Chars de Combat (30ème BCC) équipé de 45 Renault R-40  toujours en service en septembre 1948. Il est stationné à Bastia

-Le Groupement Motorisé de Corse (GMC) est une unité équivalente aux GRDI avec  douze chars légers Hotchkiss H-39 et huit automitrailleuses de découverte Panhard AMD  178 à canon de 25mm. Il est stationné à Ajaccio.

On trouve également des unités de génie et des transmissions, de l’intendance et du service de santé ainsi qu’un régiment de pionniers de Corse chargé de travaux d’aménagement et de fortifications.

Suite au déclenchement du second conflit mondial, la défense de la Corse en première ligne face à l’Italie est nettement renforcée avec l’envoi de la 3ème Division Marocaine (2ème régiment de tirailleurs marocains et 21ème régiment de zouaves) et de la 27ème Demi-Brigade de Chasseurs Alpins (87ème, 91ème et 95ème BCA), prémices à l’envoi éventuel du reste de la 17ème DI sans parler de l’envoi d’autres divisions si l’île devait être attaquée où servir de base un assaut contre la Sardaigne où l’Italie péninsulaire.

21-Armée de terre (62)

Les régiments d’artillerie nord-africain (RANA)

Comme leur nom l’indique, les régiments d’artillerie nord-africain sont les régiments d’artillerie des Divisions d’Infanterie Nord-Africaine (DINA).  En août 1939, ils sont au nombre de quatre :

-Le 20ème régiment d’artillerie nord-africain de Poitiers est rattaché à la 3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine

-Le 33ème régiment d’artillerie nord-africain d’Epinal est rattaché à la 4ème Division d’Infanterie Nord-Africaine

-Le 40ème régiment d’artillerie nord-africain de Verdun est rattaché à la 2ème Division d’Infanterie Nord-Africaine

-Le 54ème régiment d’artillerie nord-africain de Lyon est rattaché à la 1ère Division d’Infanterie Nord-Africaine

Lors de la guerre de Pologne, d’autres régiments sont mis sur pied pour équiper les DINA, les DIA (Divisions d’Infanterie d’Afrique) ainsi que certaines divisions «non-africaines» :

-Le 6ème régiment d’artillerie nord-africain est mis sur pied par le CMA 27 de Chaumont et rattaché à la 6ème Division d’Infanterie Nord-Africaine

-Le 80ème régiment d’artillerie nord-africain est un régiment d’artillerie réparti entre les 191ème et 192ème DIA, les deux groupes de 75mm sont pour la première division et le groupe de 155mm pour la 192ème Division d’Infanterie d’Afrique.

-Le 81ème régiment d’artillerie nord-africain est affecté à la 7ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (7ème DINA)

-Le 82ème régiment d’artillerie nord-africain est mis sur pied par le CMA 16 de Castres et affecté à la 8ème Division d’Infanterie.

-Le 380ème régiment d’artillerie nord-africain est le régiment d’artillerie de la 180ème DIA

-Le 385ème régiment d’artillerie nord-africain est le régiment d’artillerie de la 181ème DIA

-Le 386ème régiment d’artillerie nord-africain est le régiment d’artillerie de la 182ème DIA

-Le 387ème régiment d’artillerie nord-africain est le régiment d’artillerie de la 183ème DIA

Comme pour les Régiments d’Artillerie Divisionnaire, certains RANA se dédoublent, formant un RANA de guerre et un Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain :

-Le 220ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est issu du 20ème RANA de la 3ème DINA. Mis sur pied par le CMA 9 de Poitiers, il est affecté à la même division.

-Le 233ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est issu du 33ème RANA de la 4ème DINA. Mis sur pied par le CMA 60 d’Epinal, il est affecté à la même division.

-Le 240ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est issu du 40ème RANA de la 2ème DINA et mis sur pied par le CMA 20 de Nancy et affecté à la même division.
-Le 254ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est issu du 54ème RANA de la 1ère DINA. Mis sur pied par le CMA 14 de Lyon, il est affecté à la même division.

-Le 282ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est mis sur pied par le CMA 13 d’Issoire et affecté à la 8ème DI en compagnie du régiment-mère, le 82ème RANA.

A l’issue de la démobilisation menée à l’été et à l’automne 1940, les quatre RANA sont maintenus en compagnie d’un régiment de mobilisation, le 386ème RANA intégré à l’unique 182ème DIA déployée an Levant, ce régiment qui ne dispose que de deux groupes de 75mm et un groupe de 155mm, étant rebaptisé 61ème RANA en mars 1941. Cela donne nous donne le paysage suivant :

-Le 6ème régiment d’artillerie nord-africain de Lyon fait partie intégrante de la Réserve Générale.

-Le 20ème régiment d’artillerie nord-africain de Poitiers est rattaché à la 3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine

-Le 33ème régiment d’artillerie nord-africain d’Epinal est rattaché à la 4ème Division d’Infanterie Nord-Africaine

-Le 40ème régiment d’artillerie nord-africain de Verdun est rattaché à la 2ème Division d’Infanterie Nord-Africaine

-Le 54ème régiment d’artillerie nord-africain de Lyon est rattaché à la 1ère Division d’Infanterie Nord-Africaine

-Le 61ème régiment d’artillerie nord-africaine de Lyon est rattaché à la 182ème Division d’infanterie d’Afrique et déployé au Levant.

En septembre 1939, les Régiments d’Artillerie Nord-Africain sont organisés comme les Régiments d’Artillerie Divisionnaire. Cette situation n’évoluant pas, les RANA suivent la réforme des RAD disposant avant mobilisation de trois groupes de 75mm, de deux groupes de 105mm et d’un groupe de 155mm selon le schéma suivant :

-Un Etat-major avec un poste de commandement, les transmissions, le renseignement et des éclaireurs motocyclistes.

-Une batterie hors-rang (ravitaillement, approvisionnement, dépannage, sanitaire)

-Six groupes de tir (trois de 75mm, deux de 105mm et un de 155mm) soit un total de 72 pièces (36 de 75mm, 24 pièces de 105mm et 12 de 155mm), chaque groupe disposant d’un état-major, d’une colonne de ravitaillement et de trois batteries de quatre pièces.

Lorsque la mobilisation est entamée à la fin août 1948, les RANA d’active se dédoublent, formant un «régiment léger» avec les trois groupes de 75mm, une batterie d’instruction et une batterie antichar de 47mm (affecté à la division mais rattachée administrativement au RANA)  et un régiment lourd appelé RALNA avec les deux groupes de 105mm et le groupe de 155mm.

-Le 206ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est issu du 6ème RANA de la Réserve Générale et mis sur pied avec l’aide du CMA 14 de Lyon. Ces deux régiments intègrent la 6ème Division d’Infanterie Nord-Africaine.

-Le 220ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est issu du 20ème RANA de la 3ème DINA. Mis sur pied par le CMA 9 de Poitiers, il est affecté à la même division.

-Le 233ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est issu du 33ème RANA de la 4ème DINA. Mis sur pied par le CMA 60 d’Epinal, il est affecté à la même division.

-Le 240ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est issu du 40ème RANA de la 2ème DINA et mis sur pied par le CMA 20 de Nancy et affecté à la même division.

-Le 254ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est issu du 54ème RANA de la 1ère DINA. Mis sur pied par le CMA 14 de Lyon, il est affecté à la même division.

A noter que le 61ème RANA ne se dédouble pas à la différence des régiments d’artillerie nord-africain de métropole.

La mobilisation voit la mise sur pied de six nouveaux régiments d’artillerie nord-africain, quatre en métropole et deux en Afrique du Nord.

Les régiments de métropole sont formés selon le même principe que les RANA d’active avec trois groupes de 75mm, une batterie d’instruction et d’une batterie antichar de 47mm, des RALNA étant également mis sur pied avec deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm quand naturellement les pièces étaient disponibles.

Quand aux deux régiments mis sur pied en Afrique du Nord, ils sont organisés selon un nouveau modèle avec deux groupes de 75mm, un groupe de 105mm et une batterie antichar de 47mm.

-Le 126ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain est mis sur pied par le CMA 16 de Castres et intégré à la 5ème DINA.

-Le 6ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain est intégré à la mobilisation à la 6ème DINA, quittant donc la réserve générale pou cette nouvelle division.

-Le 81ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain est mis sur pied par le CMA 15 de Nimes et intégré à la 7ème DINA.

-Le 127ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain est mis sur pied par le CMA 27 de Chaumont et intégré à la 8ème DINA.

-Le 128ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain est mis sur pied au Maroc pour intégrer la 3ème Division Marocaine

-Le 129ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain est mis sur pied au Maroc pour intégrer la 85ème Division d’Infanterie Africaine.

Les régiments d’artillerie nord-africaine des 5ème, 7ème et 8ème DINA donnent par ricochet naissance à des RALNA.

-Le 281ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est mis sur pied par le CMA 15 de Nimes et intégré à la 7ème DINA.

-le 326ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est mis sur pied par le CMA 16 de Castres et intégré à la 5ème DINA
-Le 327ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain est mis sur pied par le CMA 27 de Chaumont et intégré à la 8ème DINA.

Régiments d’Artillerie d’Afrique et les autres unités d’artillerie dans l’Empire

Bien que les menaces concernant l’Empire sont assez limitées (sauf cas particulier de la Tunisie et dans une grande improbabilité le Maroc), cela n’empêche pas le déploiement dans ces régions d’unités d’artillerie, des régiments ou des unités plus petites.

Après la mobilisation d’août/septembre 1939, la situation est la suivante :

-Le 62ème régiment d’artillerie d’Afrique de Tunis est intégré à la Division de Tunis

-Le 63ème régiment d’artillerie d’Afrique de Fès à cinq groupes de 65 ou de 75mm

-Le 64ème régiment d’artillerie d’Afrique de Casablanca à cinq groupes de 65 ou de 75mm

-Le 65ème régiment d’artillerie d’Afrique de Blida est intégré à la Division d’Alger

-Le 66ème régiment d’artillerie d’Afrique de Tlemcen est intégré à la Division d’Oran

-Le 67ème régiment d’artillerie d’Afrique de Constantine est intégré à la Division de Constantine

-Le 85ème régiment d’artillerie d’Afrique est le régiment d’artillerie de la 85ème DIA

-Le 86ème régiment d’artillerie d’Afrique est le régiment d’artillerie de la 86ème DIA

-Le 87ème régiment d’artillerie d’Afrique est le régiment d’artillerie de la 87ème DIA

-Le 88ème régiment d’artillerie d’Afrique est le régiment d’artillerie de la 88ème DIA

-Groupement d’artillerie autonome coloniale de Tunis basé à Sousse et intégré à la division du même nom qui à la mobilisation devient le 1er régiment d’artillerie coloniale de Tunisie.

-2ème régiment d’artillerie coloniale de Tunisie affecté à la 88ème DIA

-Groupement autonome d’artillerie coloniale du Maroc basé à Marrakech devient le régiment d’artillerie coloniale du Maroc intégré à la 2ème Division Marocaine.

-Au Levant, on trouve le Régiment d’artillerie coloniale du Levant à trois groupes de 65 ou 75 mm stationné à Damas et qui devient le 41ème RAC après la mobilisation.

-A Fort de France, on trouve une batterie mixte d’artillerie coloniale

-A Madagascar, on trouve deux groupes autonomes, le Groupe autonome d’artillerie coloniale de Diego-Suarez et le Groupe autonome d’artillerie coloniale de l’Emyne.

Suite à la démobilisation, le nombre de régiments et d’unités diminue mais parallèlement, la qualité de leur matériel augmente, les derniers canons de 65mm sont ainsi retirés du service et l’entrainement nettement amélioré. Cela nous donne la situation suivante :

-Le 62ème régiment d’artillerie d’Afrique de Tunis est intégré à la Division de Tunis puis rendu indépendant

-Le 63ème régiment d’artillerie d’Afrique de Fès à cinq groupes (trois de 75mm et deux de 155mm) intégre à la démobilisation la 1ère Division Marocaine

-Le 64ème régiment d’artillerie d’Afrique de Casablanca à cinq groupes (quatre de 75mm et un de 155mm) reste indépendant.

-Le 65ème régiment d’artillerie d’Afrique de Blida est intégré à la Division d’Alger puis à la 81ème DIA qui la remplace, ce régiment disposant de trois groupes de 75mm et un groupe de 105mm.

-Le 66ème régiment d’artillerie d’Afrique de Tlemcen est intégré à la Division d’Oran puis à la 82ème DIA qui la remplace, ce régiment disposant de deux groupes de 75mm et d’un groupe de 155mm.

-Le 67ème régiment d’artillerie d’Afrique de Constantine est intégré à la Division de Constantine puis à la 83ème DIA qui la remplace, ce régiment disposant de deux groupes de 75mm et d’un groupe de 105mm

-Le 87ème régiment d’artillerie d’Afrique est le régiment d’artillerie de la 87ème DIA et dispose pour l’appuyer de deux groupes de 75mm et un groupe de 105mm.

-Le 88ème régiment d’artillerie d’Afrique est le régiment d’artillerie de la 88ème DIA qui succède à la division de Sousse, ce régiment disposant de deux groupes de 75mm et d’un groupe de 105mm.

-Le 1er régiment d’artillerie coloniale de Tunisie intègre la 84ème DIA qui remplace la division de Tunis, disposant pour l’appuyer de trois groupes de 75mm.

-Le 2ème régiment d’artillerie coloniale de Tunisie intègre la 182ème DIA avec pout équipement deux groupes de 75mm et un groupe de 155mm.

-A Fort de France, on trouve une batterie mixte d’artillerie coloniale équipé de canons de 75mm

-A Madascar, on trouve deux groupes autonomes, le Groupe autonome d’artillerie coloniale de Diego-Suarez et le Groupe autonome d’artillerie coloniale de l’Emyne qui disposent de canons de 75mm.

-Pour ce qui est de l’Indochine, les 4ème et 5ème Régiments d’Artillerie Coloniaux intègrent les 6ème et 7ème DLI alors que le groupe autonome déployé en Chine est dissous;

Au printemps 1944, décision est prise de standardiser l’équipement et l’organisation des RAA selon le schéma suivant :

-Un Etat-major avec un poste de commandement, les transmissions, le renseignement et des éclaireurs motocyclistes.

-Une batterie hors-rang (ravitaillement, approvisionnement, dépannage, sanitaire)

-Deux groupes de 75mm et un groupe de 105mm, chaque groupe disposant d’un état-major, d’une colonne de ravitaillement et de trois batteries de quatre pièces soit un total de 24 canons de 75mm modèle 1897 et douze canons de 105mm, des Schneider modèle 1917 retirés du service de métropole mais toujours capable de servir dans l’Empire.

Le nombre de Régiments d’Artillerie d’Afrique ne change pas à la mobilisation d’août/septembre 1948, une batterie d’instruction étant activée pour former les recrues destinées aux RAA mais également aux RANA.

21-Armée de terre (18)

Bataillons de chasseurs alpins

Le 24 décembre 1888, douze bataillons de chasseurs à pied deviennent alpins. Ces bataillons sont ceux stationnés au sein des 14ème (Lyon) et 15ème (Nice) régions militaires soit pour la 14ème RM, les 11ème, 12ème, 13ème, 14ème, 22ème, 28ème et 30ème bataillons alors que pour la 15ème RM, on trouve les 6ème, 7ème, 23ème, 24ème et 27ème bataillons.

Conservant la  tenue bleue des chasseurs, ils adoptent cependant rapidement une coiffure propre à savoir la tarte, le grand béret montagnard pendant que leur uniforme s’adapte aux contraintes du combat en montagne.

Au début du premier conflit mondial, comme pour les chasseurs à pieds, les chasseurs alpins crééent de nouvelles unités, sept bataillons de chasseurs alpins territoriaux sont ainsi créés ainsi que des bataillons de réserve, chaque bataillon de réserve portant le numéro de son corps d’origine augmenté de quarante (par exemple le 11ème BCA active le 51ème BCA).

La «Der des ders» terminée, les bataillons de réserve et les bataillons territoriaux sont dissous, ne laissant en ligne que les douze bataillons de chasseurs alpins historiques dont certains participent aux opérations de pacification du Rif, région montagneuse du Maroc où ils ne se sentent guère dépaysés.

Quand éclate la guerre de Pologne, les bataillons de chasseurs alpins sont au nombre de douze comme à leur création avec les stationnements suivants :

-Le 6ème bataillon de chasseurs alpins (6ème BCA) est stationné à Grenoble

-Le 7ème BCA est à Albertville

-Le 9ème BCA à Antibes

-Le 11ème BCA à Gap

-Le 13ème BCA à Chambéry

-Le 15ème BCA à Barcelonnette

-Le 18ème BCA à Grasse

-Le 20ème BCA à Antibes

-Le 22ème BCA à Nice

-Le 24ème BCA à Villefranche-sur-Mer

-Le 25ème BCA à Menton

-Le 27ème BCA à Annecy

Ces bataillons organisés comme les RI type Nord-Est sont répartis au sein de deux des trois divisions d’infanterie alpine ou DIAlp.

-La 27ème Division d’Infanterie Alpine (E.M à Grenoble) dispose de la 5ème demi-brigade de chasseurs alpins qui regroupe les 7ème, 13ème et 27ème bataillons, demi-brigade qui forme la 53ème brigade d’infanterie alpine en compagnie du 99ème régiment d’infanterie alpine (99ème RIA).

Toujours au sein de la 27ème division, on trouve la 7ème demi-brigade de chasseurs alpins qui regroupe les 6ème, 15ème et 23ème bataillons, demi-brigade qui forme la 54ème brigade d’infanterie alpine en compagnie du 159ème RIA.

-La 29ème DIAlp dispose de deux demi-brigades de chasseurs alpins, la 6ème demi-brigade  composée des 22ème, 24ème et 25ème bataillons, demi-brigade qui forme avec le 3ème RIA la 57ème brigade d’infanterie alpine.

La 2ème demi-brigade est formée des 9ème, 18ème et 20ème bataillons qui forment avec le 141ème RIA, la 58ème brigade d’infanterie alpine.

A la mobilisation liée à la guerre de Pologne sont mis sur pied le 199ème bataillon de chasseurs de montagne dont les cadres sont fournis par l’Ecole de Haute Montagne de Chamonix ainsi qu’un total de huit bataillons de chasseurs alpins de série A et douze bataillons alpins de série B, portant le total à trente-six.

Les bataillons de série A prennent le numéro de leurs corps d’origine augmenté de quarante ce qui nous donne les 47ème, 49ème, 53ème, 60ème, 62ème, 64ème, 65ème et 67ème BCA qui sont donc respectivement créés par le 27ème, 29ème, 13ème,20ème,22ème,24ème,25ème et 27ème BCA.

Les bataillons de série B prennent le numéro de leur corps d’origine augmenté de quatre-vingt ce qui nous donne les 86ème, 87ème, 89ème, 91ème, 93ème, 95ème, 98ème, 100ème, 102ème, 104ème 105ème et 107ème mis sur pied depuis les 6ème, 7ème, 9ème, 11ème, 13ème,15ème, 18ème,20ème, 22ème, 24ème, 25ème et 27ème BCA.

Ces vingt bataillons qui sont organisés comme les BCA d’active (un état-major, une compagnie hors rang, trois compagnies de combat, une compagnie d’accompagnement et une section d’éclaireurs skieurs) et les trente six BCA sont répartis en douze demi-brigades de chasseurs alpins :

-La 2ème DBCA regroupe les 9ème, 20ème et 49ème BCA et est rattachée à la 30ème DI

-La 5ème DBCA regroupe les 13ème, 27ème et 67ème BCA puis les 13ème, 53ème et 67ème BCA et est rattachée à la 28ème DIAlp

-La 6ème DBCA regroupe les 24ème, 25ème et 65ème BCA et est rattachée à la 29ème DIAlp

-La 7ème DBCA regroupe les 11ème, 15ème et 28ème BCA et est rattachée à la 27ème DIAlp

-La 22ème DBCA regroupe les 18ème, 23ème et 60ème BCA et est rattachée à la 30ème DIAlp

-La 25ème DBCA regroupe les 7ème, 47ème et 53ème BCA puis les 7ème, 27ème et 47ème BCA, demi-brigade rattachée à la 28ème DIAlp.

-La 26ème DBCA regroupe les 22ème, 62ème et 64ème BCA et est rattachée à la 29ème DIAlp

-La 27ème DBCA regroupe les 6ème, 12ème et 14ème DBCA et est rattachée à la 27ème Division d’Infanterie Alpine.

-La 42ème DBCA regroupe les 89ème, 98ème et 100ème BCA et est intégrée à la 65ème division d’infanterie

-La 45ème DBCA regroupe les 87ème, 93ème et 107ème BCA et est intégrée à la 64ème division d’infanterie

-La 46ème DBCA regroupe les 102ème, 104ème et 105ème BCA et est intégrée à la 65ème division d’infanterie

-La 47ème DBCA regroupe mes 86ème, 91ème et 95ème BCA, cette demi-brigade étant elle aussi placée sous l’autorité de la 65ème DI.

Suite à la démobilisation, les bataillons mobilisés en août 1939 sont dissous, le nombre de BCA retombe donc à douze bataillons de chasseurs alpins

Quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948, les trois divisions alpines sont toujours en position.

Dès l’été (fin juin-début juillet), des frontaliers et des réservistes avaient été discrètement rappelés pour former des bataillons destinés non pas à être engagés en bloc mais pour préparer une montée en puissance plus rapide en cas de déclenchement du second conflit mondial qui semblait une question de mois voir pire de semaines.

Selon une directive militaire du 17 juillet 1948, il est décidé de mettre sur pied quatre demi-brigade indépendantes de chasseurs alpins à trois bataillons de chasseurs alpins chacun plus une demi-brigade à trois bataillons qui doit rejoindre la 31ème DIAlp de Montpelier qui ne disposait que de deux régiments d’infanterie alpine soit un total de quinze bataillons de chasseurs alpins.

Comme en août 1939, sont d’abord créés les huit bataillons de série A qui ajoutent quarante à leur corps d’origine donnant naissance aux  47ème, 49ème, 53ème, 60ème, 62ème, 64ème, 65ème et 67ème BCA qui sont donc respectivement créés par le 7ème,9ème, 13ème,20ème,22ème,24ème,25ème et 27ème BCA.

A la différence de septembre 1939, seuls sept bataillons de série B sont mis sur pied pour compléter une DBCA indépendante qui regroupe deux bataillons de série A et un bataillon de série B, pour armer complètement la quatrième DBCA indépendante (trois bataillons) et pour armer la demi-brigade appelée à rejoindre la 31ème DIAlp.

C’est ainsi que sont mis sur pied les 86ème, 87ème, 89ème, 91ème, 93ème, 95ème, 98ème BCA,  mis sur pied depuis les 6ème, 7ème, 9ème, 11ème, 13ème,15ème et 18ème BCA.

Cela nous donne le dispositif suivant :

-La 27ème DIAlp regroupe la 5ème DBCA (7ème, 13ème 27ème BCA) ainsi que la 7ème DBCA (6ème 15ème et 23ème BCA)

-La 29ème DIAlp regroupe la 6ème DBCA (22ème 24ème et 25ème) et la 2ème DBCA (9ème 18ème 20ème BCA)

-La 22ème DBCA regroupe ainsi le 47ème, le 53ème et 62ème BCA

-La 25ème DBCA regroupe le 49ème, 60ème et 64ème BCA

-La 26ème DBCA regroupe les 65ème, 67ème et 86ème BCA

-La 27ème DBCA regroupe les 87ème, 91ème et 95ème BCA

-La 42ème DBCA regroupe les 89ème 93ème et 98ème BCA.

Les quatre premières demi-brigade sont déployées dans les Alpes, alors que la 42ème DBCA rallie la région de Montpelier pour renforcer la 31ème DIAlp qui doit dissuader l’Espagne de toute menée hostile à notre égard.

L’invasion allemande de la Norvège entraine la mise en place d’un corps expéditionnaire franco-anglo-polonais. Naturellement, allez combattre dans un pays froid sans les chasseurs alpins serait inconcevable et les hommes à la tarte sont de la partie.

Une Brigade de Haute Montagne (BHM) est ainsi mise sur pied avec la 2ème et la 5ème DBCA qui sont remplacés respectivement au sein de leurs divisions par la 22ème et la 25ème DBCA. La BHM rallie aussitôt les ports de Caen, de Rouen et du Havre pour embarquer à bord de navires réquisitionnés qui rejoindront en mer le gros du convoi parti de Brest.

Quand à la 26ème DBCA elle rejoint ultérieurement la 30ème DIAlp, laissant la 27ème DBCA au sein de la 17ème DI pour peu de temps car dès novembre 1948, elle rallie la Corse pour renforcer les défenses de l’Ile de Beauté assurée par des forces de souveraineté mais également par la 3ème Division Marocaine réactivée à la mobilisation.