11-Torpilleurs d’escadre (6)

L’Ouragan

Le torpilleur d'escadre L'Ouragan

Le torpilleur d’escadre L’Ouragan

-L’Ouragan est mis sur cale aux Chantiers Navals Français (CNF) installés à Caen le 7 septembre 1923 lancé le 6 décembre 1924 et armé pour essais le 1er décembre 1925.

Il entre en armement pour essais le 1er octobre 1926, la clôture d’armement est prononcée le 19 janvier 1927 et l’Ouragan est admis au service actif le 15 septembre 1927.

A son admission au service actif, l’Ouragan est affecté à la 1ère escadre (Méditerranée) et plus précisément au sein de la 1ère escadrille de la 1ère flottille, escadrille composée des torpilleurs Tempête Simoun Orage Bourrasque et Ouragan. L’Ouragan reste dans cette unité jusqu’au 31 octobre 1930.

Le 1er mars 1929, le terme escadrille est remplacé par le terme Division et le terme flottille devient Escadrille ce qui ne change pas grand chose à la position de l’Ouragan qui est toujours dans la même division et dans la même escadrille.

Du 1er novembre 1930 au 31 août 1932, l’Ouragan est affecté au groupe de complément de la flottille des torpilleurs de la 1ère escadre en compagnie des Bourrasque et Orage. Cette première division est affectée au secteur de Brest en remplacement des torpilleurs plus anciens notamment les «japonais».

Le 1er octobre 1934, la 1ère DT retrouve à l’escadre et devient à cette occasion la 2ème DT avec pour un temps L’Adroit, l’Orage, l’Ouragan et le Bourrasque mais le 1er septembre 1935, ces navires sont affectés au groupe de complément.

Peu verni, l’Ouragan est endommagé à plusieurs reprise, encastrant le quai Noël le 29 juin 1932 et étant en réparations à Toulon jusqu’à la fin du mois de septembre. Un an plus tard, le 27 octobre, il aborde l’Orage  au cours d’un exercice de nuit ce qui impose des réparations à Cherbourg jusqu’en juillet 1934 et en janvier 1935, il est endommagé par une de ses propres torpilles.

A partir du 15 août 1936, les unités du groupe de complément sont endivisionnés, l’Ouragan formant la 4ème division de torpilleurs (4ème DT) avec le Bourrasque et l’Orage, cette division étant déployée en Méditerranée de mars 1938 à avril 1939 quand la fin du conflit permet aux trois torpilleurs de rentrer à Brest.

Quand la guerre de Pologne éclate le 3 septembre 1939, la Flotte de l’Atlantique est réorganisée en deux forces : la Force de Raid avec les navires les plus rapides pour mener des raids contre les navires allemands engagés dans la guerre de course et les Forces Maritimes de l’Ouest (FMO) qui sous l’autorité d’Amiral-Ouest sont chargées de l’escorte des convois entre l’Angleterre, Brest, Gibraltar et Casablanca, les torpilleurs ralliant les FMO.

L’Ouragan et l’Orage sortent pour entrainement du 9 au 17 janvier 1940 avant de participer aux essais et à la remise en condition du Bourrasque, respectivement du 25 au 28 janvier et du 30 janvier au 9 février.

Le 16 février 1940, la 4ème DT quitte Brest pour un entrainement de division jusqu’au 4 mars. Ils font ensuite escale à Lorient du 5 au 10 mars, à  Saint-Nazaire du 11 au 15 mars, à Royan du 16 au 20 mars, à Hendaye du 21 au 24 mars avant de rentrer à Brest le 26 mars 1940.

Le 2 avril 1940, l’Ouragan et ses sister-ship Orage et Bourrasque quittent Brest pour rallier le lendemain 3 avril le port de Lorient où ils retrouvent la 14ème DT pour entrainement du 4 avril au 8 mai, rentrant à Brest le lendemain.

L’Ouragan et ses deux compères de la 4ème DT effectuent une école à feux au large d’Ouessant du 16 au 23 mai, faisant escale à Saint-Malo du 24 au 30 mai avant de rentrer à Brest le lendemain 31 mai 1940.

L’Ouragan effectue une école à feux du 3 au 12 juin, rentrant à Brest le lendemain 13 juin. Il est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 16 juin au 1er juillet, sortant pour essais du 2 au 5 juillet et pour remise en condition du 7 au 16 juillet à chaque fois en compagnie du Bourrasque,  les deux torpilleurs disponibles de la 4ème DT participant ensuite aux essais (18 au 21 juillet) et à la remise en condition (23 juillet au 7 août) de l’Orage, les trois torpilleurs rentrant à Brest le lendemain.

Avant d’entrer dans un cycle de grand carénage, la 4ème DT effectue un entrainement de division du 15 août au 2 septembre, rentrant à Brest le lendemain.

La réorganisation de septembre 1940 rattache le Bourrasque, l’Orage et l’Ouragan, les trois navires de la 4ème DT à la 1ère Escadre au sein de la 2ème flottille de torpilleurs.

Le 14 septembre,  l’Ouragan et l’Orage _navire-amiral intérimaire de la 4ème DT_ sortent pour un entrainement de division dans le Golfe de Gascogne jusqu’au 9 octobre, faisant escale à Saint-Nazaire du 10 au 14 avant de rentrer à Brest le lendemain.

Le 21 octobre 1940, le torpilleur Ouragan est échoué dans le bassin n°1 (dit aussi bassin Tourville) pour une remise en état complète, la modernisation de la DCA devant attendre la disponibilité de pièces modernes. Il reçoit néanmoins un Asdic, un radar de navigation et d’un radar de veille combinée.

Le 10 décembre 1940, l’Ouragan quitte le bassin Tourville, étant remplacé dès le lendemain par l’Orage. Il sort pour essais (17 au 21 décembre) et pour remise en condition (23 décembre au 9 janvier) en compagnie du Bourrasque, les deux navires faisant escale à Saint-Malo du 10 au 15 janvier et à Cherbourg du 16 au 21 janvier, rentrant à Brest le 23 janvier 1941.

Le 27 janvier 1941, l’Ouragan participe avec le Bourrasque aux essais (28 au 31 janvier) et à la remise en condition (2 au 16 février) de l’Orage qui venait de subir un grand carénage.  Les trois torpilleurs d’escadre rentrent à Brest le lendemain.
Du 24 février au 8 mars, la 4ème DT sort pour entrainement avec le cuirassé Courbet, les quatre navires faisant escale à Saint-Nazaire du 8 au 12 mars avant de rentrer à Brest le lendemain 13 mars 1941.

Le 20 mars 1941, la 2ème Flottille de torpilleurs quitte Brest pour un entrainement de grande ampleur qui occupe les torpilleurs du 20 mars au 4 avril qui rentrent tous à Brest le lendemain.

Après une période d’entretien à flot du 6 au 17 avril, l’Ouragan et les deux autres torpilleurs de la 4ème DT sortent pour essais et remise en condition du 18 au 30 avril, date de leur retour à Brest.

La 4ème DTE effectue alors un entrainement de division dans le Golfe de Gascogne du 8 mai au 5 juin, l’Ouragan, l’Orage et le Bourrasque rentrant à Brest le lendemain 6 juin 1941.

L’Ouragan sort pour une école à feux en solitaire au large de Quiberon du 13 au 19 juin, rentrant à Brest le lendemain 20 juin. Il est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 28 juin au 18 juillet, sortant pour essais (19 au 21 juillet) et pour remise en condition (22 juillet au 4 août) en compagnie du Bourrasque et de l’Orage.

Le 8 août 1941, le Bourrasque transmet son pavillon de navire-amiral de la 4ème DTE à son sister-ship Orage. Il est le même jour placé en position de complément et entame le processus qui doit conduire à son désarmement.

La 4ème DTE est donc désormais réduite à deux unités, les Ouragan et Orage. La 4ème DTE sort pour un entrainement de division du 12 août au 27 septembre, les deux torpilleurs d’escadre rentrant à Brest le lendemain 28 septembre 1941.

Alors que l’Orage est indisponible, l’Ouragan sort pour un entrainement en solitaire du 7 au 22 octobre, effectuant des écoles à feux antisurface et antiaériennes (contre des cibles remorquées, exercice différent d’un exercice DAM) et des lancements réels et simulés, l’Orage faisant escale à Lorient du 23 au 28 octobre avant de participer aux essais  de l’Ouragan du 29 octobre au 2 novembre puis à sa remise en condition du 4 au 18 novembre 1941.

La 4ème DTE effectuant ensuite un entrainement de division du 25 novembre au 29 décembre 1941, date de leur retour à Brest.

L’Ouragan et l’Orage effectuent un dernier entrainement de division du 7 au 16 janvier, faisant escale à Saint-Malo du 17 au 22 janvier avant de rallier Brest le lendemain 23 janvier 1942.

Le 27 janvier 1942, l’Orage est mis en position de complément ce qui entraine la dissolution de la 4ème DTE,  l’Ouragan étant désormais navire-amiral de la 2ème Flottille de Torpilleurs. L’Ouragan sort pour entrainement du 1er au 15 février, faisant escale à Saint-Malo du 16 au 20 février avant de rentrer à Brest le lendemain.

Le 26 février 1942, la 2ème flottille de torpilleurs appareille de Brest pour un importante exercice dans l’Atlantique. L’Ouragan, navire hors-rang et navire-amiral de la 2ème FT est le premier à appareiller suivit par les 2ème, 5ème et 6ème DTE au complet.

Ce sont donc au total dix torpilleurs d’escadre (2ème DTE Fougueux Frondeur L’Adroit 5ème DTE Brestois Foudroyant Boulonnais 6ème DTE Cyclone Siroco Mistral plus l’Ouragan) qui vont manoeuvrer ensemble.

Après un exercice de navigation de combat du 26 février au 1er mars, les dix torpilleurs se ravitaillent à Cherbourg le 2 mars avant d’enchainer par une école à feux du 3 au 7 mars, une escale au Havre du 8 au 10 mars, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 11 au 17 mars, une escale à Boulogne du 18 au 20 mars, une exercice de synthèse du 21 au 30 mars, rentrant le 31 à Brest.

L’Ouragan sort en solitaire pour entrainement à partir du 4 avril, effectuant une école à feux du 4 au 12 avril, se ravitaillant à Lorient le 13 avril avant d’effectuer un entrainement de défense aérienne à la mer du 14 au 25 avril, faisant escale à Royan du 26 au 30 avril avant un entrainement au combat antisurface du 1er au 8 mai, date de son retour à Brest.

Le 15 mai, l’Ouragan sort en compagnie des torpilleurs d’escadre de la 2ème DTE (Fougueux Frondeur L’Adroit) pour un exercice commun, les quatre torpilleurs effectuant une école à feux du 15 au 23 mai, se ravitaillant à Lorient le 24 mai avant d’enchainer par un entrainement au combat antisurface du 25 mai au 2 juin.

Les quatre torpilleurs d’escadre font escale à La Pallice du 3 au 7 juin avant un entrainement à la défense aérienne à la mer du 8 au 20 juin, les quatre torpilleurs faisant escale à Bordeaux du 21 au 27 juin avant de rallier Brest le lendemain.

Après une école à feux du 5 au 12 juillet 1942, l’Ouragan va mouiller en baie de Douarnenez du 13 au 22 juillet avant de rentrer à Brest le lendemain 23 juillet.

Il effectue une sortie pour combat antisurface du 1er au 14 août, effectuant une ultime escale à Royan du 15 au 20 août, rentrant à Brest le lendemain 21 août.

Le 22 août, l’Ouragan est mis en position de complément, cessant d’être navire-amiral de la 2ème FT, rôle dans lequel il n’est pas remplacé. Il passe au bassin (bassin Tourville) du 2 au 12 septembre 1942.

Le torpilleur d’escadre Ouragan est officiellement désarmé le 13 septembre 1942. Il est condamné le 14 septembre sous le numéro de Q-05.

Mouillé en rade de Brest, il est remorqué à Lanvéoc-Poulmic pour servir de ponton-caserne en compagnie du Q-01 (ex-Bourrasque), étant toujours en place en septembre 1948.

11-Torpilleurs d’escadre (5)

L’Orage

Le torpilleur d'escadre Orage à la mer

Le torpilleur d’escadre Orage à la mer

-L’Orage est mis sur cale aux Chantiers Navals Français (CNF) sis à Caen le 20 août 1923 lancé le 30 août 1924 et armé pour essais le 1er août 1925.

Il entre en armement définitif le 1er septembre 1926, la clôture d’armement est prononcée le 1er octobre 1926 et son admission au service actif le 19 janvier 1927.

A son admission au service actif, l’Orage est affecté à la 1ère escadrille de la 1ère flottille, la 1ère escadrille devenant 1ère DT le 1er mars 1929. Du 1er novembre 1930 au 31 août 1932, l’Orage est affecté au groupe de complément de la flottille des torpilleurs de la 1ère escadre en compagnie des Bourrasque et Ouragan. Cette première division est affectée au secteur de Brest en février 1932.

Le 1er octobre 1934, la 1ère DT retrouve à l’escadre et devient la 2ème DT avec pour un temps L’Adroit, l’Orage, l’Ouragan et le Bourrasque mais le 1er septembre 1935, ces navires sont affectés au groupe de complément.

A partir du 15 août 1936, les unités du groupe de complément sont endivisionnés, l’Orage formant la 4ème division de torpilleurs avec le Bourrasque et l’Ouragan.

En mars 1938, la 4ème DT (Bourrasque Ouragan et Orage) quitte Brest pour la Méditerranée afin de renforcer la présence française dans cette zone troublée par la guerre d’Espagne qui s’achève en avril 1939 et la 4ème DT peut regagner la Bretagne.

Quand la seconde guerre mondiale éclate le 3 septembre 1939, la Flotte de l’Atlantique est réorganisée en deux forces : la Force de Raid avec les navires les plus rapides pour mener des raids contre les navires allemands engagés dans la guerre de course et les Forces Maritimes de l’Ouest (FMO) qui sous l’autorité d’Amiral-Ouest sont chargées de l’escorte des convois entre l’Angleterre, Brest, Gibraltar et Casablanca.

Le 8 janvier 1940, la 4ème DT aurait du appareiller pour une école à feux mais le Bourrasque est victime d’une avarie et doit rester à Brest le temps que l’équipage et les ouvriers de l’Arsenal ne réparent l’avarie. Cela n’empêche l’Orage et l’Ouragan de sortir pour un entrainement en duo du 9 au 17 janvier, entrainement mêlant école à feux, lancement de torpilles, lutte contre les avaries………. .

Rentré à Brest le lendemain 18 janvier 1940, les deux torpilleurs «valides» de la 4ème DT sortent pour les essais et la remise en condition du Bourrasque, respectivement du 25 au 28 janvier et du 30 janvier au 9 février.

Le 16 février 1940, la 4ème DT quitte Brest pour un entrainement de division qui occupe la division jusqu’au 4 mars. Ils font ensuite escale à Lorient du 5 au 10 mars, à  Saint-Nazaire du 11 au 15 mars, à Royan du 16 au 20 mars, à Hendaye du 21 au 24 mars avant de rentrer à Brest le 26 mars 1940.

Le 2 avril 1940, l’Orage et ses sister-ship Bourrasque et Ouragan quittent Brest pour rallier le lendemain 3 avril le port de Lorient où ils retrouvent la 14ème DT. Les deux divisions vont manoeuvrer ensemble du 4 avril au 8 mai, faisant escale à Nantes du 23 au 30 avril. Ils rentrent à Brest le 9 au matin.

L’Orage et ses deux compères de la 4ème DT effectuent une école à feux au large d’Ouessant du 16 au 23 mai, faisant escale à Saint-Malo du 24 au 30 mai avant de rentrer à Brest le lendemain 31 mai 1940.

L’Orage sort pour un entrainement  du 5 au 12 juin, faisant escale à Lorient du 13 au 15 juin avant de participer aux essais (16 au 19 juin) et à la remise en condition (21 au 30 juin) du Bourrasque qui sortait de sa traditionnelle période d’indisponibilité estivale.

Il est indisponible du 2 au 17 juillet 1940, sortant pour essais (18 au 21 juillet) et pour remise en condition (23 juillet au 7 août) en compagnie de ses compères Bourrasque et Ouragan, les trois torpilleurs rentrant à Brest le lendemain 8 août 1940.

Avant d’entrer dans un cycle de grand carénage, la 4ème DT effectue un entrainement de division qui occupe l’Orage et ses deux compères du 15 août au 2 septembre, rentrant à Brest le lendemain après notamment à Saint-Nazaire du 23 au 27 août.

La réorganisation de septembre 1940 rattache le Bourrasque, l’Orage et l’Ouragan, les trois navires de la 4ème DT à la 1ère Escadre au sein de la 2ème flottille de torpilleurs en compagnie des 2ème, 5ème et 6ème DT.

Les trois navires de la  4ème DT vont alors subir un grand carénage, un grand carénage destiné à une remise en état complète. Le 7 septembre, le Bourrasque qui est le premier à y passer, transmet son pavillon de navire-amiral de la 4ème DT à l’Orage.

Le 14 septembre, l’Orage et l’Ouragan sortent pour un entrainement de division dans le Golfe de Gascogne qui occupe les deux torpilleurs du 14 septembre au 9 octobre, faisant escale à Saint-Nazaire du 10 au 14 octobre avant de rentrer à Brest le lendemain.

L’Orage  effectue une école à feux du 18 au 25 octobre avant de rentrer à Brest le lendemain. Il sort ensuite pour les essais (2 au 5 novembre) et pour la remise en condition (7 au 21 novembre) du Bourrasque. Le 22 novembre 1940, le Bourrasque redevient navire-amiral de la 4ème DT alors que l’Ouragan est toujours en grand carénage.

Le 27 novembre 1940, l’Orage et le Bourrasque sortent pour entrainement jusqu’au 7 décembre, date à laquelle il rentrent à Brest. Si l’Orage va  subir un grand carénage, le Bourrasque va participer aux essais et à la remise en condition de l’Ouragan.

L’Orage vidange ses soutes et débarque ses munitions. Il est échoué dans le bassin Tourville le 11 décembre 1940 pour une remise en état complète, la modernisation de la DCA devant attendre la disponibilité de pièces d’artillerie moderne (canons de 37mm Schneider modèle 1941 notamment). Il reçoit néanmoins un Asdic, un radar de navigation et d’un radar de veille combinée.

Armé pour essais le 27 janvier 1941, l’Orage sort pour essais (28 au 31 janvier) et pour remise en condition (2 au 16 février) en compagnie du Bourrasque et de l’Ouragan. Les trois torpilleurs d’escadre rentrent à Brest le lendemain 17 février 1941.

Du 24 février au 7 mars 1941, la 4ème DT sort pour entrainement en compagnie du cuirassé Courbet. Après une escale commune à Saint-Nazaire du 8 au 12 mars 1941, les quatre navires rentrent à Brest le lendemain 13 mars 1941.

Le 20 mars 1941, la 2ème Flottille de torpilleurs quitte Brest pour un entrainement de grande ampleur qui occupe les torpilleurs du 20 mars au 4 avril, tous les torpilleurs rentrant à Brest le lendemain.

Après une période d’entretien à flot du 6 au 17 avril, l’Orage et les deux autres torpilleurs de la 4ème DT sortent pour essais et remise en condition du 18 au 30 avril, date de leur retour à Brest.

La 4ème DTE effectue alors un entrainement de division dans le Golfe de Gascogne du 8 mai au 5 juin, les trois torpilleurs d’escadre rentrant à Brest le 6 juin 1941.

L’Orage est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 6 au 27 juin 1941. Au cours de cette période d’indisponibilité, il reçoit enfin une DCA moderne, les canons de 37mm modèle 1925 et les mitrailleuses de 13.2mm modèle 1929 étant remplacés par quatre canons de 37mm Schneider  modèle 1941. Il sort pour essais du 28 au 30 juin puis pour remise en condition du 1er au 15 juillet, cette dernière sortie étant réalisée avec le Bourrasque.

L’Orage et le Bourrasque participent ensuite aux essais (19 au 21 juillet) et à la remise en condition (22 juillet au 4 août) de l’Ouragan après sa période d’indisponibilité estivale.

Le 8 août 1941, le Bourrasque transmet son pavillon de navire-amiral de la 4ème DTE à son sister-ship Orage. Il est le même jour placé en position de complément et entame le processus qui doit conduire à son désarmement.

La 4ème DTE est donc désormais réduite à deux unités, les Orage et Ouragan. La division sort pour un entrainement de division du 12 août au 27 septembre, ralliant Brest le lendemain après notamment une escale à Bordeaux du 13 au 17 septembre.

Victime d’une avarie mécanique, l’Orage est indisponible du 5 au 27 octobre, sortant pour essais du 29 octobre au 2 novembre puis pour remise en condition du 4 au 18 novembre 1941 à chaque fois en compagnie de l’Ouragan.

La 4ème DTE sort pour un entrainement de division, quittant Brest le 25 novembre pour rallier la baie de Douarnenez. Ils gagnent la haute mer le 28 novembre pour entrainement de division jusqu’au 28 décembre, rentrant le lendemain à Brest après une escale à La Rochelle du 16 au 19 décembre 1941.

L’Orage et l’Ouragan effectuent un dernier entrainement de division du 7 au 16 janvier, faisant escale à Saint Malo du 17 au 22 janvier avant de rallier Brest le lendemain 23 janvier 1942.

L’Orage effectue une ultime sortie du 24 au 26 janvier avant d’être placé en position de complément le 27 janvier 1942. Cette décision entraine la dissolution de la 4ème DTE, l’Ouragan étant désormais navire-amiral de la 2ème FT.

Il passe au bassin Tourville du 3 au 10 février 1942 pour préparer son désarmement et sa conservation de longue durée.

Le torpilleur d’escadre Orage est officiellement désarmé le 12 février 1942 et condamné le 20 février 1942 sous le numéro Q-04.

Mouillé en Penfeld, il est remorqué à Landevennec en septembre 1942, retrouvant ses sister-ships au Dépôt Naval de l’Atlantique (DNA).

11-Torpilleurs d’escadre (2)

A-Torpilleurs d’escadre classe Bourrasque

Avant-propos

Si les constructions des navires majeurs s’arrêtent durant le premier conflit mondial, les études elles continuent et c’est particulièrement vrai dans le domaine des navires légers dont les manques sont particulièrement criant qu’il s’agisse des croiseurs pour l’éclairage de la flotte ou les torpilleurs pour l’escorte de l’escadre et des convois ainsi que l’attaque à la torpille d’une force navale ennemie.

Les réflexions déjà engagées et les leçons du conflit aboutissent à deux documents de synthèse publiés les 25 février et 12 mars 1919 mais les grandes lignes étaient déjà établies à savoir l’attaque au canon et à la torpille des forces de surface ennemies

Un premier avant-projet est présenté en avril 1920 qui donne un torpilleur de 1350 tonnes, filant à 33 noeuds, un rayon d’action de 3000 miles nautiques à 15 noeuds et un armement composé de quatre canons de 100mm, deux de 75mm contre-avions et deux à trois jumelages lance-torpilles.

Le Conseil Supérieur de la Marine demande un armement plus important, un pièce d’un calibre intermédiaire entre 100 et 138.6mm. Après avoir envisagé un canon de 120mm, on se rabat sur une version allégée de la pièce existante de 130mm. Le déplacement du torpilleur est alors porté à 1425 tonnes. Le projet définitif est adopté le 9 décembre 1921 aboutissant à des navires de 1455 tonnes.

Le 18 mars 1922, le Sénat vote la première tranche du programme naval qui comprend notamment la construction de douze torpilleurs, construction attribuées à sept chantiers privés Les chantiers navals de Penhoët à Saint Nazaire, Les Ateliers et Chantiers de France à Dunkerque, les Anciens Chantiers Dubigeon à Nantes, les Chantiers Navals Français à Caen et Blainville, les Forges et Chantiers de la Méditerranée au Havre, les Forges et Chantiers de la Gironde à Bordeaux et à Harfleur et les Chantiers Dyle et Bacaln sis eux aussi à Bordeaux.

Le Bourrasque

Le torpilleur d'escadre Bourrasque avec les cheminées et les masques modifiés

Le torpilleur d’escadre Bourrasque avec les cheminées et les masques modifiés

-Le Bourrasque est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France (ACF) sis à  Dunkerque le 12 novembre 1923, lancé le 5 août 1925, armé pour essais le 15 août 1925 et entré en armement définitif le 10 juillet 1926. La clôture d’armement est prononcée le 23 septembre 1926 tout comme son admission au service actif.

A sa mise en service, le premier torpilleur de sa classe est affecté à la 1ère DT de la 1ère flottille avec Brest comme port d’attache. Du 1er novembre 1930 au 31 août 1932, le torpilleur est affecté au groupe des torpilleurs en réserve, formant une 1ère DT avec l’Orage et l’Ouragan.

Le 15 octobre 1932, la 1ère DT (Bourrasque Orage Ouragan) quitte la 2ème  escadre légère pour être affecté au secteur de Brest pour la défense du littoral, remplaçant la 2ème DT jusque là équipée de torpilleurs de construction japonaise qui sont mis en réserve.

Le 1er octobre 1934, la 1ère DT (L’Adroit L’Orage L’Ouragan et La Bourrasque) est réintégrée dans l’escadre et rebaptisée 2ème DT (une autre 1ère DT est recréée en Méditerranée). Le 1er février 1935, la division perd L’Adroit et le 1er septembre, la division dans son ensemble est affectée au groupe de complément en compagnie de L’Alcyon.

Les besoins engendrés par la guerre d’Espagne entraine une profonde réorganisation des unités de torpilleurs et à partir du 1er novembre 1936, le groupe de complément disparaît.

Les torpilleurs de l’Escadre de l’Atlantique regroupés au sein de la 2ème flottille avec comme bâtiment-amiral, le contre-torpilleur Jaguar sont organisés en six divisions, le Bourrasque appartenant à la 4ème division de torpilleurs (4ème DT) toujours en compagnie des Ouragan et Orage.

En mars 1938, la 4ème DT (Bourrasque Ouragan et Orage) quitte Brest pour la Méditerranée afin de renforcer la présence française dans cette zone troublée par la guerre d’Espagne qui s’achève en avril 1939, la 4ème DT pouvant alors regagner la Bretagne.

Quand éclate la guerre de Pologne, la 4ème DT de la 2ème flottille dépend de Premar II puis des Forces Maritimes de l’Ouest (FMO), menant des opérations d’escorte notamment pour les convois entre Brest, Casablanca et Dakar, des convois de matériel et de troupes.

Le torpilleur Bourrasque commence mal l’année 1940. En effet alors qu’il devait appareiller le 8 janvier 1940 pour une école à feux en compagnie de l’Orage et de l’Ouragan, il est victime d’une avarie qui l’immobilise jusqu’au 25 janvier quand il ressort pour essais jusqu’au 28 janvier puis pour remise en condition du 30 janvier au 9 février, à chaque fois en compagnie de ses deux compères de la 4ème DT.

Le 16 février 1940, la 4ème DT quitte Brest pour un entrainement de division. Après une école à feux du 16 au 23 février, les trois torpilleurs se ravitaillent à Lorient le 24 février avant d’enchainer par un entrainement au combat antisurface du 25 février au 4 mars. Ils font ensuite escale à Lorient du 5 au 10 mars, à  Saint-Nazaire du 11 au 15 mars, à Royan du 16 au 20 mars, à Hendaye du 21 au 24 mars avant de rentrer à Brest le 26 mars 1940.

Le 2 avril 1940, le Bourrasque et ses sister-ship Orage et Ouragan quittent Brest pour rallier le lendemain 3 avril le port de Lorient où ils retrouvent la 14ème DT. Cette division composée des torpilleurs légers Bouclier La Melpomène et La Flore était essentiellement chargée de missions d’instruction ce qui ne l’empêchait pas d’être prête à mener de véritables opérations de combat. Après une école à feux commune du 4 au 12 avril marquée par le tir simultané de douze canons de 130mm et de six canons de 100mm, les deux divisions se ravitaillent à Lorient le 13 avril avant d’effectuer un entrainement au combat antisurface du 14 au 22 avril.

Après une escale commune à Nantes du 23 au 30 avril, les deux divisions mènent un un ultime exercice du 1er au 8 mai, les deux divisions se séparant alors pour rentrer dans leurs ports respectifs, les torpilleurs Bourrasque, Orage et Ouragan rentrant à Brest le 9 mai 1940 au matin.

Le Bourrasque et ses deux compères de la 4ème DT effectuent une école à feux au large d’Ouessant du 16 au 23 mai, faisant escale à Saint Malo du 24 au 30 mai avant de rentrer à Brest le lendemain 31 mai 1940.

Le Bourrasque est indisponible (entretien et permissions de l’équipage) du 1er au 15 juin, sortant pour essais du 16 au 19 juin puis pour remise en condition du 21 au 30 juin à chaque fois en compagnie de l’Orage.

Il participe ensuite aux essais (2 au 5 juillet) et à  la remise en condition (7 au 16 juillet) de l’Ouragan, les deux torpilleurs disponibles de la 4ème DT participant ensuite aux essais (18 au 21 juillet) et à la remise en condition (23 juillet au 7 août) de l’Orage, les trois torpilleurs rentrant à Brest le lendemain.

Avant d’entrer dans un cycle de grand carénage, la 4ème DT effectue un entrainement de division, effectuant une école à feux du 15 au 22 août, faisant escale à Saint-Nazaire du 23 au 27 août avant un entrainement au combat antisurface du 28 août au 2 septembre, rentrant à Brest le lendemain 3 septembre.

La réorganisation de septembre 1940 rattache le Bourrasque, l’Orage et l’Ouragan, les trois navires de la 4ème DT à la 1ère Escadre au sein de la 2ème flottille de torpilleurs en compagnie de la 2ème DT (Fougueux Frondeur L’Adroit), de la 5ème DT (Brestois Foudroyant Boulonnais) et enfin de la 6ème DT (Cyclone Siroco Mistral).

Les trois navires de la  4ème DT vont alors subir un grand carénage, un grand carénage destiné à une remise en état complète.

Le 7 septembre 1940, le Bourrasque transmet son pavillon de navire-amiral de la 4ème DT à son sister-ship Orage, débarque ses munitions puis est échoué dans le bassin Tourville le 8 septembre pour six semaines de travail jusqu’au 20 octobre, date de sa remise à flot.

Armé pour essais le 1er novembre, il sort pour essais du 2 au 5 novembre puis pour remise en condition en compagnie de l’Orage du 7 au 21 novembre. Le 22 novembre 1940, le Bourrasque redevient navire-amiral de la 4ème DT.

Le 27 novembre 1940, le Bourrasque et l’Orage sortent pour entrainement jusqu’au 7 décembre, date à laquelle il rentrent à Brest.

Le Bourrasque après une sortie pour école à feux du 9 au 15 décembre, participe aux essais (17 au 21 décembre) et à la remise en condition (23 décembre au 9 janvier) de l’Ouragan, les deux navires faisant escale à Saint Malo du 10 au 15 janvier et à Cherbourg du 16 au 21 janvier, rentrant à Brest le 23 janvier 1941.

Le 27 janvier 1941, le Bourrasque participe avec l’Ouragan aux essais (28 au 31 janvier) et à la remise en condition (2 au 16 février) de l’Orage qui venait de subir un grand carénage. Les trois torpilleurs d’escadre rentrent à Brest le lendemain 17 février 1941.

Le 24 février 1941, la 4ème DT sort pour entrainement en compagnie du cuirassé Courbet. Après un entrainement à la navigation en formation du 24 au 27 février, les trois torpilleurs se ravitaillent à Lorient le 28 février avant d’enchainer par un entrainement au combat antisurface contre le Courbet qui simule un croiseur corsaire dans le Golfe de Gascogne du 1er au 7 mars. Les quatre navires rentrent à Brest le 13 mars après une escale à Saint-Nazaire du 8 au 12 mars.

Le 20 mars 1941, la 2ème Flottille de torpilleurs quitte Brest pour un entrainement de grande ampleur. Si les 4ème, 2ème et 5ème DT sortent au complet, la 6ème DT n’est représenté que par le Mistral, le Cyclone étant encore en remise en condition et le Siroco en grand carénage.

Cet entrainement à lieu en mer d’Iroise du 20 mars au 4 avril avec des ravitaillements réguliers à Brest. Au cours de cet exercice, les torpilleurs effectuent un entrainement à l’évolution, des écoles à feux, des lancements simulés et réels de torpilles, des grenades. Tous les torpilleurs rentrent à Brest le lendemain.

Après une période d’entretien à flot du 6 au 17 avril, le Bourrasque et les deux autres torpilleurs de la 4ème DT sortent pour essais et remise en condition du 18 au 30 avril, date de leur retour à Brest.

Le 1er mai 1941, la 4ème DT devient 4ème DTE (Division de Torpilleurs d’Escadre) suite à l’activation à Toulon d’une 1ère DT avec les premiers torpilleurs de type Le Fier.  

La 4ème DTE effectue alors un entrainement de division dans le Golfe de Gascogne. Appareillant de Brest le 8 mai, la division effectue une école à feux du 8 au 13 mai avant de se ravitailler à Lorient le 14 mai.

Les trois torpilleurs effectuent ensuite un entrainement au combat antisurface du 15 au 22 mai, entrainement qui est suivit par une escale à Quiberon du 23 au 30 mai puis par une nouvelle école à feux du 1er au 5 juin, le Bourrasque, l’Orage et l’Ouragan rentrant à Brest le lendemain.

Le Bourrasque dont le désarmement approche sort en solitaire pour une école à feux au large d’Ouessant du 11 au 27 juin, participant ensuite du 1er au 15 juillet à la remise en condition de l’Orage qui sortait d’une période d’indisponibilité estivale de trois semaines.

Le Bourrasque et l’Orage participent ensuite aux essais (19 au 21 juillet) et à la remise en condition (22 juillet au 4 août) de l’Ouragan après sa période d’indisponibilité estivale.

Le 8 août 1941, le Bourrasque transmet son pavillon de navire-amiral de la 4ème DTE à son sister-ship Orage. Il est le même jour placé en position de complément et entame le processus qui doit conduire à son désarmement.

Il passe au bassin Tourville du 23 au 30 août puis est mouillé en Penfeld en attendant que son sort final soit décidé.

Le 31 août 1941, le torpilleur d’escadre Bourrasque est officiellement désarmé. Condamné le lendemain 1er septembre, son nom est rayé du registre et il est renuméroté Q-01.

Le 8 octobre 1941, décision est prise de remorquer l’ex-torpilleur au Poulmic pour servir de ponton à la Base Aéronavale de Lanvéoc-Poulmic. Amarré sur place le 15 octobre, il reçoit des logements supplémentaires pour accueillir le personnel notamment le personnel non permanent qui peinait à être logée dans le périmètre de la base.