21-Armée de terre (31)

7ème Division Légère Mécanique (7ème D.L.M.)

Cette division est créée le 1er septembre 1947 à Valenciennes sur le modèle de la 6ème DLM créée en mars 1943 et sur lequel les autres D.L.M se sont réorganisés.

Si en un an, le matériel à été livré, l’unité est encore novice, manquant d’expérience et cohésion. Elle peut cependant compter sur les unités les plus anciennes pour parfaire son entrainement, la 7ème DLM étant intégrée au 2ème Corps de Cavalerie en compagnie de la 3ème DLM qui dispose d’une expérience importante.

-Un état-major de division

-Un régiment de découverte, le 1er régiment de cuirassiers

-La 13ème brigade légère mécanique avec un état-major, un régiment de chars, le 3ème régiment de hussards; un régiment de dragons portés, le 11ème régiment de dragons portés, le 13ème groupe de canons d’assaut, le 13ème escadron antichar porté, le 13ème escadron antiaérien porté et le 13ème groupe de reconnaissance équipé de FCM-44.

-La 14ème brigade légère mécanique avec un état-major, un régiment de chars le 5ème régiment de dragons, un régiment de dragons portés le 12ème régiment de dragons portés, le 14ème groupe de canons d’assaut, le 14ème escadron antichar porté, le 14ème escadron antiaérien porté et le 14ème groupe de reconnaissance équipé de FCM-44.

-Le 76ème régiment d’artillerie de DLM créé à partir d’éléments fournis par le 73ème et le 75ème RADLM (sur le plan humain notamment)

-7ème bataillon du génie

-13ème compagnie télégraphique

-14ème compagnie radio

-307ème  compagnie automobile de quartier général

-407ème compagnie automobile de transport

-43ème bataillon sanitaire divisionnaire

-un groupe d’exploitation divisionnaire

8ème Division Légère Mécanique (8ème D.L.M.)

Cette 8ème division est créée à Epinal en septembre 1947 en même temps que la 7ème DLM pour renforcer le 3ème Corps de Cavalerie qui disposait déjà de la 2ème et de la 4ème DLM. Cette division comme les autres est organisée selon le modèle introduit par la 6ème DLM.

-Un état-major de division

-Un régiment de découverte, le 3ème régiment de cuirassiers

-La 15ème brigade légère mécanique avec un état-major, un régiment de chars, le 2ème régiment de hussards; un régiment de dragons portés, le 13ème régiment de dragons portés, le 15ème groupe de canons d’assaut, le 15ème escadron antichar porté, le 15ème escadron antiaérien porté et le 15ème groupe de reconnaissance équipé d’AMX-44.

-La 16ème brigade légère mécanique avec un état-major, un régiment de chars le 3ème régiment de chasseurs à cheval, un régiment de dragons portés le 14ème régiment de dragons portés, le 16ème groupe de canons d’assaut, le 16ème escadron antichar porté, le 16ème escadron antiaérien porté et le 16ème groupe de reconnaissance équipé d’AMX-44.

-Le 77ème régiment d’artillerie de DLM créé à partir d’éléments fournis par le 71ème et le 73ème RADLM (sur le plan humain notamment)

-8ème bataillon du génie

-15ème compagnie télégraphique

-16ème compagnie radio

-308ème  compagnie automobile de quartier général

-408ème compagnie automobile de transport

-44ème bataillon sanitaire divisionnaire

-un groupe d’exploitation divisionnaire

-Un escadron de réparations divisionnaire

A l’annonce de l’invasion allemande de la Norvège et du Danemark, les D.L.M rejoignent les zones de concentration au sein des Groupe d’Armées, à la frontière belge pour les 1er et 2ème C.C, à la frontière allemande pour le 3ème C.C. La 6ème D.L.M est elle aussi mise en alerte, parée à se déployer sur le littoral pour contrer un coup de force italien.

21-Armée de terre (4)

B-Régiments, divisions, corps d’armée, armées et groupe d’armée : le squelette de l’armée de terre

Cinq millions d’hommes sous les drapeaux !

Dès la fin du mois d’août 1939, les premiers réservistes sont rappelés pour compléter les unités pendant que les structures de mobilisation sont mises en place notamment les état-majors de groupe d’armée, d’armées et de corps d’armée.

La guerre déclarée, la mobilisation bat son plein, orchestrée par les régions militaires qui complètent d’abord les effectifs des divisions de première échelon qui montent aussitôt à la frontière avant de mettre sur pied des unités de réserve à partir des réservistes les plus âgés, unités assez mal équipées ce qui n’aura aucune conséquence puisque mis à part quelques escarmouches entre patrouilles, il n’y eut aucun combat sur le front occidental.

Sous l’autorité du général Gamelin, on trouve la majorité des effectifs en métropole et notamment sur le front nord-est. Le Théâtre des Opérations du Nord-Est (TONE) placé sous l’autorité du général Georges concentre l’essentiel des unités de combat.

Ces unités de combat sont regroupées en trois groupes d’armées. Le n°1 couvre la zone allant de la mer du Nord à Longuyon avec la 1ère, la 7ème armée, le BEF, la 2ème et la 9ème armée, les trois premières devant pénétrer en Belgique pour appliquer la manoeuvre Dyle-Breda, les deux autres armées composées essentiellement d’unités de réservistes doivent servir de pivot à la manoeuvre et tenir fermement le massif des Ardennes.

Le groupe d’armée n°2 couvre la frontière allemande, en arrière de la ligne Maginot de Longuyon à Selestat avec les 3ème, 4ème, 5ème soit quarante divisions, un nombre important alors que la ligne Maginot est censée économiser des hommes en les remplaçant par du béton. Au lieu de cela, la muraille de France devient une véritable éponge, absorbant toujours plus de troupes.

Le groupe d’armées n°3 occupe le Haut Rhin avec les 8ème et 6ème armées pour prevenir une éventuelle manoeuvre allemande par la Suisse.

Le Théâtre d’Opérations du Sud-Est (TOSE) couvre les Alpes pour prevenir une éventuelle attaque italienne. Il ne dispose que de l’armée des Alpes mais s’appuie également sur des fortifications qui ajoutées au relief et au climat rende sa conquête extrêmement difficile si on ne dispose pas de moyens colossaux ou que l’on est prêt à sacrifier un grand nombre d’hommes.

Un Détachement d’Armées des Pyrénées est mis sur pied à la mobilisation pour surveiller les agissements de Franco. Ce dernier qui doit consolider son pouvoir et relever une Espagne ravagée par la guerre civile n’est guère interessé par une aventure militaire outre-pyrenées et se tient tranquille ce qui entraine la dissolution du détachement le 24 octobre 1939.

En dépit des progrès de la motorisation et de la mécanisation, l’armée de terre mobilisée en septembre 1939 ne diffère guère de celle de 1914 avec une prédominance écrasante des divisions d’infanterie.

On trouve ainsi sur le seul front Nord-Est, soixante-trois divisions d’infanterie et sept divisions d’infanterie motorisées soit soixante divisions d’infanterie sur la centaine de grandes unités disponibles à l’issue de la mobilisation.

A l’issue de la démobilisation, le nombre d’unités d’infanterie retombe à son niveau du temps de paix comme nous l’avons vu plus haut mais le nombre d’unités de «cavalerie» va croitre de manière très importante avec la création de nouvelles D.L.M et des DCr.

La réforme de mars 1942

En mars 1942, le général Villeneuve réorganise totalement la chaine de commandement. Son QG installé au château de Vincennes est un véritable état-major combiné ayant pleine autorité sur l’armée de terre (dirigée par un partisan de ses thèses, le général de Ganelon) et uniquement en temps de guerre sur la marine et l’armée de l’air.

Il divise l’armée de terre en quatre groupements. Outre le Corps d’Armée Cuirassé commandé par le général Billote puis par le général Delestraint placé sous l’autorité du chef d’état major de l’armée de terre, il conserve trois groupes d’armées dont la zone de responsabilité est modifiée par rapport à 1939.

Le GA1 à pour zone de responsabilite le territoire allant de la mer du Nord aux Ardennes inclues, le GA2 chargé de la défense de la zone arrière de la ligne Maginot mais également du Jura, la limite entre le GA2 et le GA3 étant fixé au lac Leman. Le GA3 lui couvre les Alpes face à la menace italienne.

Ces groupes d’armées disposeront peu ou prou des mêmes unités qu’en septembre 1939. Un texte de septembre 1946 prévoit le schéma suivant.

-Groupe d’Armées n°1 : 1ère et 7ème armée, Corps Expéditionnaire Britannique, 2ème et 9ème armée auxquelles s’ajoutent, deux corps de cavalerie, le 1er C.C disposant des 1ère et 5ème DLM et le 2ème CC disposant des 3ème et 7ème DLM.

La 1ère armée doit disposer de trois corps d’armée à deux divisions chacun, la 7ème armée doit disposer de deux corps d’armée à trois divisions, la British Expeditionnary Force doit aligner  douze divisions (douze divisions d’infanterie puis dix d’infanterie et deux blindées), la 2ème armée doit disposer de trois corps d’armée à deux DI et la 9ème armée de  trois corps d’armée à deux divisions soit un total de  24 divisions d’infanterie (+12 divisions britanniques) et 4 divisions de cavalerie.

-Groupe d’Armées n°2 : 3ème, 4ème, 6ème et 8ème armées auxquelles s’ajoute le 3ème Corps de Cavalerie disposant des 2ème, 4ème et 8ème DLM.

Les 3ème et 4ème armée doivent disposer de trois corps d’armée à deux divisions plus un corps d’armée britannique à deux divisions soit seize divisions, la 6ème armée devant disposer de trois corps d’armée à deux divisions soit six divisions (dont une alpine), la 8ème armée disposant elle de deux corps d’armée à deux divisions plus un corps d’armée disposant d’une division d’infanterie et d’une division alpine destinée à intervenir en Suisse sur demande du gouvernement de la confédération helvétique soit grandes unités ce qui nous donne un total de 28 divisions.

-Groupe d’Armées n°3 : 5ème armée dite Armée des Alpes composée de trois corps d’armée à trois divisions d’infanterie. Ce GA n°3 disposant également de la 6ème DLM, le GA n°3 dispose de dix divisions. Ce groupe d’armée prend également sous son aile, les troupes stationnées en Corse.

Les deux CAC sont théoriquement placés sous le commandement du CEMAT mais en cas de besoin,  ils peuvent être placés sous le commandement des groupes d’armées, l’idée étant d’engager en bloc les DC pour former une masse de manoeuvre critique.

Selon  donc ce document, la force de manoeuvre de l’armée de terre doit se composer de 84 divisions dont 14 divisions «blindées-mécanisées» mais ce chiffre n’inclus ni les troupes néerlandaises (six à huit divisions), belges (vingt-deux divisions) et côté français, les divisions de réserve générale, seize divisions d’infanterie regroupés en huit corps d’armée censés n’intervenir qu’en cas d’attaque massive ou en cas de menace d’invasion du territoire national.

Pour ce qui est des troupes dans l’Empire, elles sont modernisées voir augmentées (des brigades devenant des divisions par exemple) mais les structures de commandement ne changent pas.