22-Armée de terre : armement et matériel (76) ordre de bataille (10)

-5ème Corps d’Armée

Ce 5ème Corps d’Armée mis sur pied par la 5ème région militaire de Poitiers dispose de deux divisions avec une division d’active, la 3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (3ème DINA) et une division de réserve de série B, la 55ème Division d’Infanterie.

-Le 5ème CA dispose d’unités qui lui sont propres avec le 605ème régiment de pionniers, le 12ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (12ème GRCA) équipé de chars légers Hotchkiss H-39 (en attendant la disponbilité du FCM-42) et d’automitrailleuses de découverte Panhard AMD 178 à canon de 47mm en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

Canon de 155mm long Schneider modèle 1917

Canon de 155mm long Schneider modèle 1917

Il dispose également d’un régiment d’artillerie lourde, le 110ème Régiment d’Artillerie Lourde Colonial Hippomobile disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155mm modèle 1917 ainsi que de diverses unités de soutien.

Dewoitine D-720

Dewoitine D-720

L’armée de l’air déploie au profit de ce corps d’armée, le 505ème Groupe Aérien d’Observation (505ème GAO) équipé de huit Bloch MB-175 de reconnaissance armée, de douze Dewoitine D-720 de coopération et de quinze ANF-Mureaux ANF-123 d’observation et de réglage de tir soit un total de trente-cinq appareils.

-La 3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (3ème DINA) est une unité d’active dont l’état-major est implanté à Poitiers. Cette division dispose de deux régiments de tirailleurs, les 14ème et 15ème régiments de tirailleurs algériens ainsi qu’un régiment de zouaves, le 12ème régiment de zouaves.

Elle dispose également de deux régiments d’artillerie (20ème RANA et 220ème RALNA), de la 603ème batterie divisionnaire antichar nord-africaine, du 603ème bataillon de défense antiaérienne nord-africain, du 41ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 93ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (93ème GRDI) équipé de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-La 55ème Division d’Infanterie est une division de mobilisation de série B disposant de trois régiments d’infanterie de ligne (213ème, 295ème et 331ème RI), de deux régiments d’artillerie (45ème RAD et 245ème RALD), de la 655ème batterie divisionnaire antichar, du 655ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 64ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (64ème GRDI) équipé de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte Panhard AMD 178 en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-6ème Corps d’Armée

Le 6ème Corps d’Armée dispose d’unités qui lui sont directement rattachées en l’occurence les unités suivantes :

-606ème régiment de pionniers

-Le 6ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (6ème GRCA) mis sur pied par     le CMC n°23 de Bayonne dispose de chars légers Hotchkiss H-39 (en attendant la disponibilité de FCM-42) et d’automitrailleuses de     découverte AMD 178.

-Le 118ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (118ème RALH) dispose de deux groupes de 105mm équipés de 105L modèle 1936 et deux groupes de 155L modèle 1917

-Diverses unités de soutien (génie, transmissions, train, intendance et santé)

-L’armée de l’air détache au profit du 6ème Corps d’Armée, le Groupe Aérien d’Observation n°506 équipé de Bloch MB-175, de Dewoitine D-720 et   d’ANF-Les Mureaux ANF-123.

-La 1ère Division d’Infanterie Coloniale (1ère DIC) est une unité d’active dont l’état-major est installé en temps de paix à Bordeaux. Elle dispose d’un régiment d’infanterie coloniale (3ème RIC) et de deux régiments de tirailleurs sénégalais (12ème et 14ème RTS).

Elle aligne également deux régiments d’artillerie (1er Régiment d’Artillerie Colonial et 201ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale), de la 601ème batterie divisionnaire antichar coloniale, du 601ème bataillon de défense antiaérienne coloniale, du 35ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 71ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (71ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-La 41ème Division d’Infanterie est une division de mobilisation (série A) disposant de trois régiments d’infanterie de ligne (101ème, 103ème et 104ème RI), de deux régiments d’artillerie (13ème RAD et 213ème RALD), de la 641ème batterie divisionnaire antichar, du 641ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 36ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (36ème GRDI) qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte Panhard AMD 178 en attendant la disponibilité d’AM modèle 1940P.

-22ème Corps d’Armée

Le 22ème Corps d’Armée dispose comme unités directement rattachées du 622ème régiment de pionniers, du 22ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (22ème GRCA) équipés de chars légers FCM-42 (Hotchkiss H-39 en attendant leur disponibilité) et d’automitrailleuses de découverte Panhard AMD 178.

Il dispose également du 180ème régiment d’artillerie lourde tractée (180ème RALT) qui aligne deux groupes de 105mm (105L modèle 1941S) et deux groupes de 155mm (155L GPF-T) ainsi que diverses unités du génie, des transmissions, du train, de l’intendance, de la santé.

L’armée de l’air détache au profit du 22ème CA, le Groupe Aérien d’Observation n°522 équipé comme les autres unités de de ce type de Bloch MB-175, de Dewoitine D-720 et d’ANF-Les Mureaux ANF-123.

-La 3ème Division d’Infanterie Coloniale (3ème DIC) est une solide unité d’active dont l’état-major est stationnée en temps de paix à Paris dispose de trois régiments d’infanterie coloniale (1er, 21 et 23ème RIC), de deux régiments d’artillerie (3ème RAC et 203ème RALC),  la 603ème batterie divisionnaire antichar coloniale, du 603ème bataillon de défense antiaérienne coloniale, du 37ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.
Elle bénéficie également du soutien du 73ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (73ème GRDI) qui dispose de chars légers AMX-44 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-La 71ème Division d’Infanterie est une unité de mobilisation de série B composée donc de réservistes expérimentés. Elle dispose de trois régiments d’infanterie (120ème, 205ème et 246ème RI), de deux régiments d’artillerie (38ème RAD et 238ème RALD), la 671ème batterie divisionnaire antichar, du 671ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle dispose également du soutien du 60ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (60ème GRDI) qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte AMD 178 en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

Publicités

21-Armée de terre (12)

Régiments d’infanterie coloniale (R.I.C)

Les troupes dites coloniale regroupent plusieurs réalités. Nous venons de voir les régiments de tirailleurs qui appartiennent à la Coloniale. A part leur encadrement, ils sont formés d’indigènes qu’ils soient sénégalais (en réalité de toute l’Afrique Noire), algériens, marocains, tunisiens, malgaches ou indochinois.

L’autre versant de la Coloniale se sont les régiments coloniaux qui sont eux formés d’engagés métropolitains qui ne doivent eux pas être confondus avec les troupes de l’Armée d’Afrique comme les zouaves ou les chasseurs d’Afrique.

Les troupes coloniales ont pour origine les compagnies ordinaires de la mer créées par le cardinal de Richelieu pour fournir de l’infanterie aux navires de la marine royale et ainsi participer à l’arbordage des navires ennemis.

Surnomés marsouins (et bigors pour les artilleurs), les fantassins de la marine participe à la guerre franco-allemande de 1870 au sein de la Division Bleue. Ce conflit terminé, l’infanterie de marine participa aux conquêtes coloniales en Afrique et en Asie.

En 1872, on trouvait quatre régiments d’infanterie de marine en métropole, des régiments logiquement basés dans les bases de la Royale, le 1er étant stationné à Cherbourg, le 2ème à Brest, le 3ème à Rochefort et le 4ème à Toulon.

En 1890, les régiments de métropole se dédoublent, le 5ème et le 6ème RIM étant basés à Lyon, le 7ème à Bordeaux et le 8ème à Toulon. On trouve également quatre régiments en Indochine (9ème à Hanoï, le 10ème à Haïphong, le 11ème et le 12ème à Saïgon). De nouveaux régiments sont régulièrement créés pour faire face aux besoins de la conquête coloniale

Le 7 juillet 1900, une loi est promulguée faisant passer ces troupes dans le giron du Ministère de la Guerre, les Troupes de Marine prennent le nom de Troupes coloniales.

Placé sous l’autorité de la 8ème direction du ministère de la guerre (7 janvier 1901), les troupes coloniales sont cependant placées sous l’autorité du ministère des Colonies quand elles sont déployées dans l’Empire.

En 1902, le nombre de régiments d’infanterie coloniale passe à 24 régiments avant de bientôt retomber à vingt et un suite à des dissolutions.

Si les régiments dans l’Empire restent indépendants, les douze régiments d’infanterie coloniale stationnés en métropole forment trois divisons d’infanterie coloniale à deux brigades de deux régiments d’infanterie coloniale chacune, ses trois divisions formant un corps d’armée colonial.

Durant le premier conflit mondial, les troupes coloniales écrivent avec leur sang les plages les plus glorieuses notamment dans la boue des tranchées.

Avec le deuxième empire du monde derrière l’Empire britannique, les troupes coloniales sont plus que jamais nécessaires et comme avant le premier conflit mondial, elles sont à la fois stationnées en métropole et dans l’Empire. Ainsi en septembre 1939, la Coloniale affiche pour ces régiments d’infanterie le visage suivant :

-Le 1er régiment d’infanterie coloniale (1er RIC) stationné à Paris est intégré à la 3ème DIC

-Le 2ème régiment d’infanterie coloniale (2ème RIC) stationné à Brest est intégré à la 4ème DIC

-Le 3ème régiment d’infanterie coloniale (3ème RIC) stationné à Bordeaux est intégré à la 1ère DIC

-Le Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc (R.I.C.M) stationné à Aix appartient lui à la 2ème DIC

-Le 9ème régiment d’infanterie coloniale est déployé en Indochine

-Le 11ème régiment d’infanterie coloniale est déployé en Indochine

-Le 16ème régiment d’infanterie coloniale est déployé en Chine

-Le 21ème régiment d’infanterie coloniale (21ème RIC) stationné à Paris appartient à la 3ème DIC

-Le 23ème régiment d’infanterie coloniale (23ème RIC) stationné à Paris appartient à la 3ème DIC.

-le bataillon autonome d’infanterie coloniale est stationné à Ouezzan au Maroc

-Le bataillon de marche d’infanterie coloniale stationné au Levant devient peu après la mobilisation le 24ème régiment de marche d’infanterie coloniale puis en 1944, le 24ème régiment d’infanterie coloniale. Il intégre ensuire la 191ème DIA qu’il forme avec le 12ème RTT (le 16ème RTT qui appartenait à la division à été dissous quand les DIA ont été reformés sur le mode DLI à deux RI.)

-Le bataillon d’infanterie coloniale de l’AOF est déployé au Sénégal

-103ème bataillon de marche d’infanterie coloniale stationné en Chine

-104ème bataillon de marche d’infanterie coloniale stationné en Chine

-108ème bataillon de marche d’infanterie coloniale stationné en Chine

-Le 10ème régiment mixte d’infanterie coloniale est stationné en Indochine

-Le19ème régiment mixte d’infanterie coloniale est stationné en Indochine

-Quatre compagnies mixtes d’infanterie coloniale basée à Fort de France, à Camp Jacob (Guadeloupe), à Cayenne et à Papeete.

La situation évolue entre septembre 1939 et septembre 1948. La compagnie mixte d’infanterie coloniale stationnée à Fort de France devient le 12ème régiment d’infanterie coloniale qui dispose de deux bataillons plus un troisième activé à la mobilisation.

La compagnie mixte stationnée à Camp Jacob en Guadeloupe devient un bataillon mixte d’infanterie coloniale.

La compagnie mixte stationnée à Cayenne en Guyane est complétée en 1945 par un bataillon de tirailleurs sénégalais de Guyane.

La compagnie mixte stationnée à Papeete devient un bataillon appelé le 1er bataillon d’infanterie coloniale du Pacifique.

-Un régiment d’infanterie coloniale du Pacifique est créé en septembre 1945 avec un recrutement chez les caldoches alors qu’un temps il fût prévu que le régiment soit mixte. Ce régiment reçoit en juin 1948 le n°1 pour prévoir la création éventuelle d’autres régiments de ce type.

A la mobilisation générale d’août 1948, trois nouvelles divisions d’infanterie coloniale sont mises sur pied, les 5ème, 6ème et 7ème DIC.

Trois nouveaux régiments d’infanterie coloniale sont ainsi créés, le 1er régiment d’infanterie coloniale donne naissance au 4ème RIC qui intègre la 5ème DIC en compagnie des 11ème et 21ème RTS, le 2ème RIC donne naissance au 5ème RIC qui intègre la 6ème DIC en compagnie des 19ème et 22ème RTS alors que le 3ème RIC donne naissance au 7ème RIC qui intègre la 7ème DIC en compagnie des 20ème et 25ème RTS.