22-Armée de terre : armement et matériel (83) ordre de bataille (17)

-9ème Corps d’Armée

Mis sur pied par la 9ème région militaire (Marseille) doit assurer la défense d’une portion de frontière correspondant au Secteur Fortifié de Colmar.

-Il dispose pour cela de deux divisions d’infanterie mais également d’unités qui lui sont directement rattachées :

-609ème régiment de pionniers

-9ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (9ème GRCA) équipés de chars
légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité     d’automitrailleuses puissantes.

-121ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (121ème RALH) équipé de deux     groupes de 105mm équipés de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155mm équipés de     155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, de l’intendance, des transmissions et du train

-L’armée de l’air détache pour emploi auprès du 9ème CA du Groupe Aérien d’Observation     n°509 équipé de Bloch MB-175, de Dewoitine D-720 et d’ANF-Les Mureaux ANF-123.

-La 13ème Division d’Infanterie est une Division de type Nord-Est, une division d’active dont l’état-major est en temps de paix stationné à Besançon.

Elle dispose de deux régiments d’infanterie de ligne (21ème et 60ème RI), d’un régiment de tirailleurs marocains (8ème RTM); de deux régiments d’artillerie (28ème RAD et 228ème RALD); de la 613ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 613ème bataillon de défense antiaérienne, du 25ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 17ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (17ème GRDI) avec des chars légers AMX-42 et des automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-La 32ème Division d’Infanterie est une division de mobilisation, de série A. Elle dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (7ème, 122ème et 143ème RI); de deux régiments d’artillerie (3ème RAD et 203ème RALD); de la 632ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 632ème bataillon de défense antiaérienne, du 84ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 38ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (38ème GRDI) avec des chars légers AMX-42 et des automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-12ème Corps d’Armée

Ce Corps d’Armée est déployé au sud du 9ème CA, assurant la défense du Secteur Fortifié de Mulhouse.

-Il dispose d’unités qui lui sont directement rattachées comme le 612ème régiment de pionniers ou le 12ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (12ème GRCA) chargé d’assurer son éclairage.
Il aurait du être constitué avec des chars légers AMX-44 et des automitrailleuses puissantes mais en attendant leur disponibilité, le 12ème GRCA dispose d’automitrailleuses de découverte et des Hotchkiss H-39.

Canon de 105mm long modèle 1936S

Canon de 105mm long modèle 1936S

Il dispose également du 112ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (112ème RALH) qui dispose  de deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L modèle 1917 puis 1945 ainsi que des unités du génie, de l’intendance, des transmissions et du train

-L’armée de l’air détache pour emploi auprès du 12ème CA du Groupe Aérien d’Observation n°512 équipé de Bloch MB-175, de Dewoitine D-720 et d’ANF-Les Mureaux ANF-123.

-La 35ème Division d’Infanterie est une division de mobilisation, de série A qui dispose de trois régiments d’infanterie avec deux régiments de ligne (11ème et 123ème RI) et un régiment de la Légion Etrangère (8ème REI); deux régiments d’artillerie (14ème et 214ème RALD), la 635ème Batterie Divisionnaire Antichar, le 635ème Bataillon Antiaérien, un bataillon du génie et diverses unités de soutien.

Char léger modèle 1940R dit Renault R-40

Char léger modèle 1940R dit Renault R-40

Elle bénéficie également du soutien du 29ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (29ème GRDI) équipé de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes. Les FCM-42 n’étaient pas encore disponibles au 5 septembre 1948, des Renault R-40 lui sont livrés.

-La 40ème Division d’Infanterie est une division de mobilisation, de série A qui dispose de trois demi-brigades de chasseurs à pied avec la 6ème demi-brigade de chasseurs à pied (43ème, 47ème et 51ème BCP), la 7ème demi-brigade de chasseurs à pied (44ème, 48ème et 52ème BCP) et la 8ème demi-brigade de chasseurs à pied (53ème, 54ème et 55ème BCP);

L’appui-feu est assuré par deux régiments d’artillerie (79ème RAD et 279ème RALD), de la 640ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 640ème bataillon de défense antiaérienne, du 86ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 43ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (43ème GRDI) qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-28ème Corps d’Armée

Ce corps d’armée mis sur pied par la 11ème région militaire (Lyon) couvre le Secteur Fortifié d’Altkirch avec deux divisions, deux divisions d’active, la 43ème Division d’Infanterie de Strasbourg et la 27ème Division d’Infanterie Alpine (27ème DIAlp) de Grenoble.

La mission de ce corps d’armée est de couvrir la frontière jusqu’à la hauteur de Montbéliard et si nécessaire de tendre la main aux suisses en cas d’agression allemande même si cette dernière mission était davantage du ressort de la 8ème Armée déployée au sud.

-Comme tous les Corps d’Armée, le 28ème CA dispose d’unités qui lui sont directement rattaché :

-628ème régiment de pionniers

-28ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (28ème GRCA) qui dispose de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte Panhard AMD 178 en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.
-120ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (120ème RALT) qui dispose de deux     groupes de 105mm équipés de Schneider modèle 1936 et de deux groupes de 155mm     équipés de canons de 155 GPF-T.

-Des unités du génie, des transmissions, de soutien

-L’armée de l’air détache pour emploi auprès du 28ème CA du Groupe Aérien d’Observation     n°528 équipé de Bloch MB-175, de Dewoitine D-720 et d’ANF-Les Mureaux ANF-123.

-La 43ème Division d’Infanterie est une division d’active qui dispose d’un régiment d’infanterie de ligne (le 158ème RI), d’une demi-brigade de chasseurs à pied (la 4ème DBCP) et d’un régiment de tirailleurs (le 3ème Régiment de Tirailleurs Marocains); de deux régiments d’artillerie (12ème RAD et 212ème RALD), de la 643ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 643ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 32ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (32ème GRDI) qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-La 27ème Division d’Infanterie Alpine dispose de la 53ème brigade d’infanterie alpine (99ème RIA et 5ème demi-brigade de chasseurs alpins) et de la 54ème brigade d’infanterie alpine (159ème RIA et 7ème demi-brigade de chasseurs alpins) ; de deux régiments d’artillerie (93ème Régiment d’Artillerie de Montagne et 293ème Régiment d’Artillerie Lourde de Montagne); de la 627ème Batterie Divisionnaire Antichar; du 627ème Bataillon de défense antiaérienne, du 32ème bataillon du génie et d’unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 20ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (20ème GRDI) qui aligne des chars légers FCM-42 et des automitrailleuses de découverte.

21-Armée de terre (19)

Bataillons alpins de forteresse

Genèse des Alpins du béton

La couverture de la frontière Nord-Est avait suscité la création des Régiments d’Infanterie de Région Fortifiée devenus par la suite Régiments d’Infanterie de Forteresse ou R.I.F.

Le choix résolu d’étendre la Ligne Maginot à la frontière franco-italienne entraine la nécessite de troupes spécialement formées pour combattre depuis les ouvrages et dans un milieu nettement plus hostile que le Nord, la Lorraine, l’Alsace et le Jura.

La décision de créer des troupes de forteresse pour les Alpes est prise le 12 août 1933 par le ministre de la Guerre Edouard Daladier. Les premières études prévoient en temps de paix trois demi-brigades qui se transformeraient à la mobilisation en quatre régiments d’infanterie de forteresse soit les 30ème 157ème 58ème et 61ème RIF.

La 14ème région militaire (Lyon) proteste vigoureusement contre ce projet estimant qu’il briserait l’esprit de corps (argument moral) et démantélerait des bataillons capables de combattre en autonome (argument opérationnel). Elle demande donc le maintien en temps de guerre des demi-brigade et obtient gain de cause le 1er avril 1937.

Les troupes alpines de forteresse voient officiellement le jour en avril 1934. Leur création suit le même parcours que les R.I.F avec dans un premier temps cinq bataillons et quatre compagnies autonomes rattachées aux régiments d’infanterie alpine des 14ème et 15ème régions militaires à savoir le 99ème RIA (Lyon et Modane) et le 159ème RIA (Briançon) pour la première et aux 3ème (Hyères et Sospel) et 141ème RIA (Marseille et Nice) pour la seconde.

Le 1er juin 1935, on passe à six bataillons et deux compagnies autonomes :

-4ème bataillon du 99ème RIA et une 17ème compagnie rattachée à ce même régiment

-4ème et 5ème bataillon du 159ème RIA ainsi qu’une 18ème compagnie rattachée à ce même régiment

-4ème et 5ème bataillons du 3ème RIA

-4ème bataillon du 141ème RIA

Le 1er octobre 1935 (application de la loi du 29 juin et du décret du 24 juillet), ces unités sont transformés en sept Bataillons Alpins de Forteresse (B.A.F.) numérotés 70 à 76 selon le schéma suivant :

-Le 70ème BAF est formé à partir des 17 et 18ème compagnies du 99ème RIA qui formèrent un temps un 5ème bataillon

-Le 71ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 99ème RIA

-Le 72ème BAF est formé à partir du 5ème bataillon du 159ème RIA ainsi que de la 18ème compagnie autonome rattachée à ce même régiment

-Le 73ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 159ème RIA

-Le 74ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 141ème RIA

-Le 75ème BAF est formé à partir du 4ème bataillon du 3ème RIA

-Le 76ème BAF est formé à partir du 5ème bataillon du 3ème RIA

Ces sept bataillons sont regroupés en trois demi-brigades, la 30ème DBAF (E.M à Modane) regroupant les 70ème et 71ème BAF étant affectée au Secteur Fortifié de Savoie, la 157ème DBAF (E.M à Jausiers) regroupant les 72ème et 73ème BAF étant affectée au Secteur Fortifié du Dauphiné alors que la 58ème DBAF (E.M à Nice) regroupant les 74ème, 75ème et 76ème BAF étant affectée au Secteur Fortifié des Alpes Maritimes.

Chaque bataillon alpin de forteresse (temps de paix) dispose d’un état-major, d’une section de commandement, d’une section hors-rang, d’une section d’éclaireurs skieurs, d’une compagnie d’engins d’accompagnement (CEA) transformée en 1938 en Compagnie d’Equipages d’ouvrage (CEO) et trois compagnies mixtes (fusiliers voltigeurs et mitrailleurs)

Chacune de ces compagnies mixtes dispose d’une section de commandement, de trois sections de fusiliers voltigeurs à trois groupes de combat disposant chacun de deux FM et d’une section de mitrailleuses à deux groupes de deux mitrailleuses et un groupe de combat réduit avec sept hommes et deux fusils-mitrailleurs.

A la mobilisation d’août 1939, cinq nouvelles demi-brigades voient le jour (16ème, 40ème 61ème, 75ème et 230ème DBAF) avec des BAF qui sont créés comme les RIF plus au nord, un BAF du temps de paix donnant naissance à des bataillons de guerre, le 72ème BAF de la 157ème DBAF donnant par exemple naissance à quatre bataillons les 72ème, 82ème, 92ème et 102ème BAF.

Les bataillons d’active

-Le 70ème BAF qui disposait à l’origine d’un état-major et d’une section de commandement de trois compagnies mixtes, d’une compagnie d’engins d’accompagnement, d’une compagnie hors rang et d’une section d’éclaireurs skieurs reçoit ensuite une compagnie d’équipage d’ouvrages et une 4ème compagnie mixte.

Le 70ème BAF mobilise deux bataillons, un 70ème BAF de guerre et le 80ème BAF, ces deux bataillons formant la 16ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (16ème DBAF) chargée de la défense du Secteur Fortifié de la Savoie.

-Le 71ème BAF dispose à sa création d’un état-major et d’une section de commandement de trois compagnies mixtes, d’une compagnie d’engins d’accompagnement, d’une compagnie hors rang et d’une section d’éclaireurs skieurs. Il reçoit par la suite deux compagnies d’équipage d’ouvrages ce qui donne un bataillon organisé en trois compagnies mixtes, deux CEO et une CHR.

A la mobilisation d’août 1939, le bataillon donne naissance à trois nouveaux bataillons, les 71ème, 81ème et 91ème qui forment la 30ème DBAF affectée elle aussi au Secteur Fortifié de Savoie.

-Le 72ème BAF est formé à l’origine par les 17ème et 18ème compagnies autonomes du 159ème RIA qui forme un cinquième bataillon à l’origine du 72ème bataillon alpin de forteresse officiellement créé le 16 octobre 1935.

Formant la 157ème DBAF avec le 73ème BAF, le 72ème dispose peu avant la mobilisation d’août 1939 d’un PC, d’une Compagnies Hors Rang, de quatre compagnies mixtes, d’une compagnie d’équipage d’ouvrages et d’une section d’éclaireurs skieurs.

A la mobilisation, le 72ème bataillon alpin de forteresse cesse d’exister dans son organisation du temps de paix pour crééer les quatre bataillons de la 75ème demi-brigade alpine de forteresse affecté au Secteur Fortifié du Dauphiné.

C’est ainsi que la 1ère compagnie donne naissance au 82ème BAF, la 2ème au 92ème BAF, la 3ème compagnie à un 72ème BAF de guerre et la quatrième compagnie à un 102ème BAF. La SES intègre le 92ème BAF, une nouvelle étant créée au sein du 72ème BAF, la CEO elle étant dissoute.

-Le 73ème BAF à pour origine le 4ème bataillon du 159ème RIA qui devient le 73ème bataillon alpin de forteresse le 16 octobre 1935. Il aligne deux compagnies d’intervalles, deux compagnies d’équipages d’ouvrage et une CHR auxquelles s’ajoute une SES.

A la mobilisation d’août 1939, le 73ème BAF du temps de paix se dédouble en deux nouveaux bataillons destinés à former la 157ème DBAF du temps de guerre, composée des 73ème et 83ème BAF, demi-brigade déployée au sein du Secteur Fortifié du Dauphiné.

-Le 74ème BAF est issu du 4ème bataillon du 141ème RIA créé lui le 10 avril 1934. Ce bataillon devient le 74ème BAF le 16 octobre 1935, bataillon composé de quatre compagnies mixtes, une compagnie d’engins d’accompagnement et une section hors rang qui devient compagnie en 1937.

A la mobilisation de septembre 1939, le 74ème BAF du temps de paix va donner naissance à trois nouveaux bataillons alpins de forteresse, les 74ème, 84ème et 94ème BAF qui vont former la 61ème DBAF affectée au Secteur Fortifié des Alpes Maritimes (SFAM).

-Le 75ème BAF est issu du 4ème bataillon du 3ème RIA créé le 10 avril 1934 et devenu le 75ème Bataillon Alpin de Forteresse (BAF) le 16 octobre 1935. Il comporte trois puis quatre compagnies mixtes, une CEA et une SHR avant de recevoir bientôt une SES.

A la mobilisation, ce bataillon forme trois nouveaux bataillons appelés à former la 40ème DBAF du SFAM. Ainsi la 1ère compagnie est à l’origine du 75ème BAF, la 2ème compagnie donne naissance au 85ème BAF et la 3ème compagnie au 95ème BAF.

-Le 76ème BAF est issu du 5ème bataillon du 3ème RIA créé le 10 avril 1934 et devenu bataillon alpin de forteresse le 16 octobre 1935 avec comme composition interne trois compagnies mixtes, une compagnie d’engins d’accompagnement et une section hors-rang. Ultérieurement, il reçoit une SES et la section hors-rang devient compagnie.

A la mobilisation d’août 1939, le 76ème bataillon alpin de forteresse met sur pied les trois bataillons de la nouvelle 58ème DBAF. La 1ère compagnie met sur pied un 76ème BAF de guerre, la 2ème compagnie le 86ème BAF et la 3ème compagnie le 96ème BAF

Quand éclate la guerre de Pologne, le nombre de demi-brigades alpines de forteresse est passé de trois à huit, chacune de ces demi-brigades alignant un état-major, une section de commandement, une section hors rang, une section d’éclaireurs motocyclistes, une compagnie d’engins équipés de neuf canons de 25mm et trois groupes de mortiers de 81mm) et deux, trois ou quatre bataillons alpins de forteresse.

Le dispositif opérationnel est le suivant :

-Dans le Secteur Défensif du Rhône, il n’existe pas en temps de paix d’unités d’active. La 230ème demi-brigade alpine de forteresse (230ème DBAF) qui regroupe les 179ème et 189ème BAF ainsi que le 199ème BCHM est ainsi formé par les réservistes de la 5ème demi-brigade de chasseurs alpins.

-La 16ème DBAF outre les 70ème et 80ème BAF reçoit le 6ème BCM (Bataillon de Chasseurs de Montagne)

-La 30ème DBAF dispose de trois bataillons alpins de forteresse, les 71ème, 81ème et 91ème BAF

Ces deux demi-brigades assurent la garde du Secteur fortifié de Savoie.

-La 75ème DBAF dispose de quatre bataillons alpins de forteresse, les 72ème, 82ème, 92ème et 102ème BAF

-La 157ème DBAF dispose de deux bataillons alpins de forteresse, les 73ème et 83ème BAF.

Ces deux demi-brigades assure la garde du Secteur Fortifié du Dauphiné.

-La 61ème DBAF dispose des 74ème, 84ème et 94ème BAF

-La 40ème DBAF dispose des 75ème, 85ème et 95ème BAF

-La 58ème DBAF dispose des 76ème, 86ème et 96ème BAF

Ces trois demi-brigades assure la garde du Secteur Fortifié des Alpes Maritimes.

Les bataillons alpins de mobilisation

230ème DBAF

Au milieu des années trente, le plan de mobilisation prévoit d’affecter à la défense du Secteur Défensif du Rhône la 80ème demi-brigade de chasseurs alpins (80ème DBCA). Cette demi-brigade doit disposer de trois bataillons de chasseurs alpins, les 112ème, 113ème et 114ème BCA.

Pour cela un bataillon de disponibles est constitué au sein de la 5ème DBCA à trois compagnies mixtes plus trois sections de disponibles du 99ème RIA, formant à la mobilisation trois bataillons, les 179ème et 189ème BAF ainsi que le 199ème BAF qui devient un BCHM ou Bataillon de Chasseurs de Haute Montagne.

Devenue la 230ème DBAF, l’hypothétique 80ème DBCA dispose d’un état-major, une compagnie de commandement, une compagnie d’engins (CRE) et trois bataillons :

-Le 179ème BAF (qui à l’origine aurait du être le 112ème BCA) dispose d’un PC, d’une compagnie hors rang et de trois compagnies mixtes.

-Le 189ème BAF ( qui à l’origine aurait du être le 114ème BCA) dispose d’un PC, d’une compagnie hors-rang, de quatre compagnies mixtes et deux sections d’éclaireurs skieurs.

-Le 199ème BAF puis BCHM (qui à l’origine aurait du être le 113ème BCA) dispose de trois compagnies mixtes et de quatre SES, cette appellation s’expliquant par la quasi-absence d’ouvrages fortifiés à défendre dans le secteur du Mont Blanc.

16ème DBAF

-Le 70ème BAF de guerre (16ème DBAF) mis sur pied par les 1ère et 3ème compagnies mixtes du 70ème BAF du temps de paix aligne un état-major, une compagnie hors rang, une compagnie hors rang, une compagnie d’équipages d’ouvrage et trois compagnies mixtes.

-Le 80ème BAF est mis sur pied à partir de la 2ème compagnie mixte du 70ème BAF du temps de paix et aligne pour cela un état-major, une compagnie hors-rang, deux compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

-6ème Bataillon de Mitrailleurs (6ème BM) dispose d’un état-major, d’une compagnie hors rang, de trois compagnies de mitrailleuses, d’une compagnie d’engins et de fusiliers voltigeurs ainsi que d’une SES.

30ème DBAF

-Le 71ème BAF du temps de guerre est formé à la mobilisation avec un noyau actif fourni par la 1ère compagnie du 71ème du temps de paix. Une fois les effectifs complétés, elle aligne un état-major, une compagnie hors rang, une compagnie d’équipage d’ouvrages, une section de mortiers et deux sections d’éclaireurs skieurs.

-Le 81ème BAF est formé à la mobilisation à partir d’un noyau actif fournit par la 2ème compagnie et la 2ème CEO du 71ème BAF. Il dispose au final d’un état-major, d’une compagnie hors-rang, de deux compagnies mixtes et d’une SES.

-Le 91ème BAF est formé à la mobilisation à partir d’un noyau actif fournit par la 3ème compagnie mixte du 71ème BAF. A effectifs complets, ce bataillon aligne un état-major, une compagnie hors-rang, une compagnie mixte, une compagnie d’ouvrage et une section d’éclaireurs skieurs.

75ème DBAF

-Le 72ème BAF de guerre est mis sur pied à la mobilisation à partir de la 3ème compagnie et d’éléments de la CHR qui forment un bataillon composé d’une CHR et de trois compagnies mixtes.

-Le 82ème BAF est mis sur pied à la mobilisation à partir de la 1ère compagnie du 72ème BAF du temps de paix avec deux compagnies mixtes, une compagnie hors rang et une section d’éclaireurs skieurs. Une troisième compagnie mixte sera formée par la suite.

A noter que fût un temps envisagé la formation d’une 52ème DBAF avec ces deux bataillons mais ce projet n’eut pas de suite et les bataillons ci-dessus sont restés sous le commandement de la 75ème demi-brigade alpine de forteresse.

-Le 92ème BAF est mis sur pied à la mobilisation avec un noyau actif fournit par la 2ème compagnie du 72ème BAF du temps de paix. Une fois à l’effectif complet, il comporte deux compagnies mixtes, une compagnie hors-rang et une section d’éclaireurs skieurs. Une 3ème compagnie est formée ultérieurement.

-Le 102ème BAF est mis sur pied à la mobilisation avec un noyau actif fournit par la 4ème compagnie du 72ème BAF du temps de paix, disposant de deux compagnies mixtes et d’une CHR. Une Section d’Éclaireurs Skieurs est également formée ultérieurement.

157ème DBAF

-Le 73ème BAF du temps de guerre est formé à partir d’éléments du 73ème BAF du temps de paix, comprenant un état-major et une section de commandement, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes et une compagnie d’équipages d’ouvrages. Deux SES sont créés ultérieurement.

-Le 83ème BAF est créé à partir des 1ère et 3ème compagnies du 73ème BAF, disposant à l’issue de la démobilisation d’un état-major, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes, deux compagnies d’équipages d’ouvrages et deux sections d’éclaireurs skieurs.

61ème DBAF

-Le 74ème BAF du temps de guerre est formé à la fin du mois d’août 1939 avec un noyau actif fourni par les 1ère et 4ème compagnies mixtes de la version temps de paix du même bataillon. Il compte au final un état-major, une compagnie hors rang, quatre compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

-Le 84ème BAF du temps de guerre est formé à la fin du mois d’août 1939 avec un noyau actif fournit par le 74ème BAF du temps de paix complété par des réservistes. A effectifs complets, il aligne un état-major, une compagnie hors rang et deux compagnies mixtes auxquelles s’ajoute ultérieurement une CEO et une SES.

-Le 94ème BAF est lui aussi formé à partir du 74ème BAF du temps de paix, disposant d’un état-major, d’une compagnie hors-rang, de deux compagnies mixtes et d’une section d’éclaireurs skieurs.

40ème DBAF

-Le 75ème BAF de guerre est créé à partir de la 1ère compagnie du 75ème BAF du temps de paix, comprennant au total trois compagnies mixtes et une compagnie hors rang. Une section d’éclaireurs skieurs s’ajoute ultérieurement.

-Le 85ème BAF est créé à partir d’un noyau actif fourni par la 2ème compagnie du 75ème BAF, disposant au final d’une compagnie hors rang, de deux compagnies mixtes et d’une section d’éclaireurs skieurs.

-Le 95ème BAF est créé à partir d’un noyau actif fournit par la 3ème compagnie et une partie de la CHR du 75ème BAF du temps de paix. Il aligne au final un état-major, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

58ème DBAF

-Le 76ème BAF du temps de guerre est formé à partir de la 1ère compagnie du 76ème BAF du temps de paix. Une fois les réservistes et les frontaliers rappelés, le bataillon aligne un état-major, une compagnie hors-rang, deux compagnies mixtes et une section d’éclaireurs skieurs.

-Le 86ème BAF est formé à partir d’un noyau dur fournit par la 3ème compagnie du 76ème BAF du temps de paix. Une fois à effectifs pleins, il aligne un état-major, une compagnie hors rang, deux compagnies mixtes, trois compagnies d’équipage d’ouvrage et une SES.

-Le 96ème BAF est formé à partir de la 2ème compagnie du 76ème BAF du temps de paix, noyau complété par des réservistes et des frontaliers.

Une fois ses effectifs complétés, le 96ème bataillon alpin de forteresse dispose d’un état-major, d’une compagnie hors rang, de deux compagnies mixtes et d’une section d’éclaireurs skieurs.

Réduire la voilure

Suite à la mobilisation, les sept bataillons alpins de forteresse ont donc donné naissance à vingt bataillons alpins de forteresse. Cette situation ne peut évidement pas rester en état une fois la paix revenue en Europe. Comme dans le Nord-Est, le nombre de BAF va être sensiblement réduit.

Au sein du Secteur Défensif du Rhône, la 230ème DBAF est dissoute et l’unique 179ème BAF est maintenu dans ce secteur pour assurer une présence militaire minimale dans une région moins menacée par la Suisse que par une éventuelle percée allemande par la Confédération Helvétique.

Au sein du Secteur Fortifié de Savoie, seule la 30ème DBAF est maintenue avec les 70ème et 71ème BAF

Au sein du Secteur Fortifié du Dauphiné, seule la 157ème DBAF est maintenue avec les 72ème, 73ème et 83ème BAF, ce dernier bataillon composée à l’origine de réserviste étant pérénnisé pour renforcer le dispositif  opérationnel.

Au sein du Secteur Fortifié des Alpes Maritimes, de neuf, le nombre de BAF est réduit à cinq avec les 74ème, 75ème, 76ème, 84ème et 85ème bataillons alpins de forteresse, les demi-brigades étant dissoutes.

Le nombre de BAF passe donc à onze au lieu de sept avant septembre 1939 ce qui constitue un progrès conséquent. A noter que les 81ème et 91ème BAF dissous en septembre 1940 sont recréés en 1944 mais déployés dans le Jura au sein du SF qui devient à la mobilisation la 108ème Division d’Infanterie de Forteresse (108ème DIF).

Quand le second conflit mondial éclate en septembre 1948, les bataillons alpins de forteresse retrouvent peu ou prou le visage qui était le leur durant la guerre de Pologne :

Dans le Secteur Défensif du Rhône, la 230ème DBAF renait de ses cendres avec ses trois bataillons à savoir les 179ème et 189ème BAF ainsi que le 199ème Bataillon de Chasseurs de Haute Montagne

Dans le Secteur Fortifié de Savoie, on trouve à nouveau deux DBAF, la 16ème DBAF avec trois bataillons d’infanterie (101ème 111ème BAF 6ème BCM) et la 30ème DBAF avec elle aussi trois bataillons d’infanterie (70ème 71ème BAF et 8ème BCM), le 70ème BAF ayant donné naissance au 101ème, le 71ème BAF au 111ème BAF, les 6ème et les 8ème Bataillons de mitrailleurs ayant été créé ex-nihilo.

Dans le Secteur Fortifié du Dauphiné, on trouve à nouveau deux demi-brigade alpines de forteresse, la 75ème demi-brigade étant formé d’un bataillon d’active (ou du moins sa version de guerre), le 72ème BAF qui forme les 82ème et 92ème BAF, la 157ème DBAF étant alors formée d’un bataillon d’active (ou du moins sa version de guerre), le 73ème BAF avec deux bataillons de réserve, le 83ème et le 102ème BAF.

Dans le Secteur Fortifié des Alpes Maritimes (SFAM), on trouve à nouveau trois demi-brigades alpines de forteresse :

-40ème demi-brigade alpine de forteresse (40ème DBAF) avec les 74ème, 75ème et 84ème BAF

-58ème demi-brigade alpine de forteresse (58ème DBAF) avec les 76ème, 86ème et 96ème BAF

-61ème demi-brigade alpine de forteresse (61ème DBAF) avec les 94ème, 95ème et 97ème BAF

21-Armée de terre (18)

Bataillons de chasseurs alpins

Le 24 décembre 1888, douze bataillons de chasseurs à pied deviennent alpins. Ces bataillons sont ceux stationnés au sein des 14ème (Lyon) et 15ème (Nice) régions militaires soit pour la 14ème RM, les 11ème, 12ème, 13ème, 14ème, 22ème, 28ème et 30ème bataillons alors que pour la 15ème RM, on trouve les 6ème, 7ème, 23ème, 24ème et 27ème bataillons.

Conservant la  tenue bleue des chasseurs, ils adoptent cependant rapidement une coiffure propre à savoir la tarte, le grand béret montagnard pendant que leur uniforme s’adapte aux contraintes du combat en montagne.

Au début du premier conflit mondial, comme pour les chasseurs à pieds, les chasseurs alpins crééent de nouvelles unités, sept bataillons de chasseurs alpins territoriaux sont ainsi créés ainsi que des bataillons de réserve, chaque bataillon de réserve portant le numéro de son corps d’origine augmenté de quarante (par exemple le 11ème BCA active le 51ème BCA).

La «Der des ders» terminée, les bataillons de réserve et les bataillons territoriaux sont dissous, ne laissant en ligne que les douze bataillons de chasseurs alpins historiques dont certains participent aux opérations de pacification du Rif, région montagneuse du Maroc où ils ne se sentent guère dépaysés.

Quand éclate la guerre de Pologne, les bataillons de chasseurs alpins sont au nombre de douze comme à leur création avec les stationnements suivants :

-Le 6ème bataillon de chasseurs alpins (6ème BCA) est stationné à Grenoble

-Le 7ème BCA est à Albertville

-Le 9ème BCA à Antibes

-Le 11ème BCA à Gap

-Le 13ème BCA à Chambéry

-Le 15ème BCA à Barcelonnette

-Le 18ème BCA à Grasse

-Le 20ème BCA à Antibes

-Le 22ème BCA à Nice

-Le 24ème BCA à Villefranche-sur-Mer

-Le 25ème BCA à Menton

-Le 27ème BCA à Annecy

Ces bataillons organisés comme les RI type Nord-Est sont répartis au sein de deux des trois divisions d’infanterie alpine ou DIAlp.

-La 27ème Division d’Infanterie Alpine (E.M à Grenoble) dispose de la 5ème demi-brigade de chasseurs alpins qui regroupe les 7ème, 13ème et 27ème bataillons, demi-brigade qui forme la 53ème brigade d’infanterie alpine en compagnie du 99ème régiment d’infanterie alpine (99ème RIA).

Toujours au sein de la 27ème division, on trouve la 7ème demi-brigade de chasseurs alpins qui regroupe les 6ème, 15ème et 23ème bataillons, demi-brigade qui forme la 54ème brigade d’infanterie alpine en compagnie du 159ème RIA.

-La 29ème DIAlp dispose de deux demi-brigades de chasseurs alpins, la 6ème demi-brigade  composée des 22ème, 24ème et 25ème bataillons, demi-brigade qui forme avec le 3ème RIA la 57ème brigade d’infanterie alpine.

La 2ème demi-brigade est formée des 9ème, 18ème et 20ème bataillons qui forment avec le 141ème RIA, la 58ème brigade d’infanterie alpine.

A la mobilisation liée à la guerre de Pologne sont mis sur pied le 199ème bataillon de chasseurs de montagne dont les cadres sont fournis par l’Ecole de Haute Montagne de Chamonix ainsi qu’un total de huit bataillons de chasseurs alpins de série A et douze bataillons alpins de série B, portant le total à trente-six.

Les bataillons de série A prennent le numéro de leurs corps d’origine augmenté de quarante ce qui nous donne les 47ème, 49ème, 53ème, 60ème, 62ème, 64ème, 65ème et 67ème BCA qui sont donc respectivement créés par le 27ème, 29ème, 13ème,20ème,22ème,24ème,25ème et 27ème BCA.

Les bataillons de série B prennent le numéro de leur corps d’origine augmenté de quatre-vingt ce qui nous donne les 86ème, 87ème, 89ème, 91ème, 93ème, 95ème, 98ème, 100ème, 102ème, 104ème 105ème et 107ème mis sur pied depuis les 6ème, 7ème, 9ème, 11ème, 13ème,15ème, 18ème,20ème, 22ème, 24ème, 25ème et 27ème BCA.

Ces vingt bataillons qui sont organisés comme les BCA d’active (un état-major, une compagnie hors rang, trois compagnies de combat, une compagnie d’accompagnement et une section d’éclaireurs skieurs) et les trente six BCA sont répartis en douze demi-brigades de chasseurs alpins :

-La 2ème DBCA regroupe les 9ème, 20ème et 49ème BCA et est rattachée à la 30ème DI

-La 5ème DBCA regroupe les 13ème, 27ème et 67ème BCA puis les 13ème, 53ème et 67ème BCA et est rattachée à la 28ème DIAlp

-La 6ème DBCA regroupe les 24ème, 25ème et 65ème BCA et est rattachée à la 29ème DIAlp

-La 7ème DBCA regroupe les 11ème, 15ème et 28ème BCA et est rattachée à la 27ème DIAlp

-La 22ème DBCA regroupe les 18ème, 23ème et 60ème BCA et est rattachée à la 30ème DIAlp

-La 25ème DBCA regroupe les 7ème, 47ème et 53ème BCA puis les 7ème, 27ème et 47ème BCA, demi-brigade rattachée à la 28ème DIAlp.

-La 26ème DBCA regroupe les 22ème, 62ème et 64ème BCA et est rattachée à la 29ème DIAlp

-La 27ème DBCA regroupe les 6ème, 12ème et 14ème DBCA et est rattachée à la 27ème Division d’Infanterie Alpine.

-La 42ème DBCA regroupe les 89ème, 98ème et 100ème BCA et est intégrée à la 65ème division d’infanterie

-La 45ème DBCA regroupe les 87ème, 93ème et 107ème BCA et est intégrée à la 64ème division d’infanterie

-La 46ème DBCA regroupe les 102ème, 104ème et 105ème BCA et est intégrée à la 65ème division d’infanterie

-La 47ème DBCA regroupe mes 86ème, 91ème et 95ème BCA, cette demi-brigade étant elle aussi placée sous l’autorité de la 65ème DI.

Suite à la démobilisation, les bataillons mobilisés en août 1939 sont dissous, le nombre de BCA retombe donc à douze bataillons de chasseurs alpins

Quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948, les trois divisions alpines sont toujours en position.

Dès l’été (fin juin-début juillet), des frontaliers et des réservistes avaient été discrètement rappelés pour former des bataillons destinés non pas à être engagés en bloc mais pour préparer une montée en puissance plus rapide en cas de déclenchement du second conflit mondial qui semblait une question de mois voir pire de semaines.

Selon une directive militaire du 17 juillet 1948, il est décidé de mettre sur pied quatre demi-brigade indépendantes de chasseurs alpins à trois bataillons de chasseurs alpins chacun plus une demi-brigade à trois bataillons qui doit rejoindre la 31ème DIAlp de Montpelier qui ne disposait que de deux régiments d’infanterie alpine soit un total de quinze bataillons de chasseurs alpins.

Comme en août 1939, sont d’abord créés les huit bataillons de série A qui ajoutent quarante à leur corps d’origine donnant naissance aux  47ème, 49ème, 53ème, 60ème, 62ème, 64ème, 65ème et 67ème BCA qui sont donc respectivement créés par le 7ème,9ème, 13ème,20ème,22ème,24ème,25ème et 27ème BCA.

A la différence de septembre 1939, seuls sept bataillons de série B sont mis sur pied pour compléter une DBCA indépendante qui regroupe deux bataillons de série A et un bataillon de série B, pour armer complètement la quatrième DBCA indépendante (trois bataillons) et pour armer la demi-brigade appelée à rejoindre la 31ème DIAlp.

C’est ainsi que sont mis sur pied les 86ème, 87ème, 89ème, 91ème, 93ème, 95ème, 98ème BCA,  mis sur pied depuis les 6ème, 7ème, 9ème, 11ème, 13ème,15ème et 18ème BCA.

Cela nous donne le dispositif suivant :

-La 27ème DIAlp regroupe la 5ème DBCA (7ème, 13ème 27ème BCA) ainsi que la 7ème DBCA (6ème 15ème et 23ème BCA)

-La 29ème DIAlp regroupe la 6ème DBCA (22ème 24ème et 25ème) et la 2ème DBCA (9ème 18ème 20ème BCA)

-La 22ème DBCA regroupe ainsi le 47ème, le 53ème et 62ème BCA

-La 25ème DBCA regroupe le 49ème, 60ème et 64ème BCA

-La 26ème DBCA regroupe les 65ème, 67ème et 86ème BCA

-La 27ème DBCA regroupe les 87ème, 91ème et 95ème BCA

-La 42ème DBCA regroupe les 89ème 93ème et 98ème BCA.

Les quatre premières demi-brigade sont déployées dans les Alpes, alors que la 42ème DBCA rallie la région de Montpelier pour renforcer la 31ème DIAlp qui doit dissuader l’Espagne de toute menée hostile à notre égard.

L’invasion allemande de la Norvège entraine la mise en place d’un corps expéditionnaire franco-anglo-polonais. Naturellement, allez combattre dans un pays froid sans les chasseurs alpins serait inconcevable et les hommes à la tarte sont de la partie.

Une Brigade de Haute Montagne (BHM) est ainsi mise sur pied avec la 2ème et la 5ème DBCA qui sont remplacés respectivement au sein de leurs divisions par la 22ème et la 25ème DBCA. La BHM rallie aussitôt les ports de Caen, de Rouen et du Havre pour embarquer à bord de navires réquisitionnés qui rejoindront en mer le gros du convoi parti de Brest.

Quand à la 26ème DBCA elle rejoint ultérieurement la 30ème DIAlp, laissant la 27ème DBCA au sein de la 17ème DI pour peu de temps car dès novembre 1948, elle rallie la Corse pour renforcer les défenses de l’Ile de Beauté assurée par des forces de souveraineté mais également par la 3ème Division Marocaine réactivée à la mobilisation.