22-Armée de terre : armement et matériel (83) ordre de bataille (17)

-9ème Corps d’Armée

Mis sur pied par la 9ème région militaire (Marseille) doit assurer la défense d’une portion de frontière correspondant au Secteur Fortifié de Colmar.

-Il dispose pour cela de deux divisions d’infanterie mais également d’unités qui lui sont directement rattachées :

-609ème régiment de pionniers

-9ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (9ème GRCA) équipés de chars
légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité     d’automitrailleuses puissantes.

-121ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (121ème RALH) équipé de deux     groupes de 105mm équipés de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155mm équipés de     155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, de l’intendance, des transmissions et du train

-L’armée de l’air détache pour emploi auprès du 9ème CA du Groupe Aérien d’Observation     n°509 équipé de Bloch MB-175, de Dewoitine D-720 et d’ANF-Les Mureaux ANF-123.

-La 13ème Division d’Infanterie est une Division de type Nord-Est, une division d’active dont l’état-major est en temps de paix stationné à Besançon.

Elle dispose de deux régiments d’infanterie de ligne (21ème et 60ème RI), d’un régiment de tirailleurs marocains (8ème RTM); de deux régiments d’artillerie (28ème RAD et 228ème RALD); de la 613ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 613ème bataillon de défense antiaérienne, du 25ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 17ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (17ème GRDI) avec des chars légers AMX-42 et des automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-La 32ème Division d’Infanterie est une division de mobilisation, de série A. Elle dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (7ème, 122ème et 143ème RI); de deux régiments d’artillerie (3ème RAD et 203ème RALD); de la 632ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 632ème bataillon de défense antiaérienne, du 84ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 38ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (38ème GRDI) avec des chars légers AMX-42 et des automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-12ème Corps d’Armée

Ce Corps d’Armée est déployé au sud du 9ème CA, assurant la défense du Secteur Fortifié de Mulhouse.

-Il dispose d’unités qui lui sont directement rattachées comme le 612ème régiment de pionniers ou le 12ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (12ème GRCA) chargé d’assurer son éclairage.
Il aurait du être constitué avec des chars légers AMX-44 et des automitrailleuses puissantes mais en attendant leur disponibilité, le 12ème GRCA dispose d’automitrailleuses de découverte et des Hotchkiss H-39.

Canon de 105mm long modèle 1936S

Canon de 105mm long modèle 1936S

Il dispose également du 112ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (112ème RALH) qui dispose  de deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L modèle 1917 puis 1945 ainsi que des unités du génie, de l’intendance, des transmissions et du train

-L’armée de l’air détache pour emploi auprès du 12ème CA du Groupe Aérien d’Observation n°512 équipé de Bloch MB-175, de Dewoitine D-720 et d’ANF-Les Mureaux ANF-123.

-La 35ème Division d’Infanterie est une division de mobilisation, de série A qui dispose de trois régiments d’infanterie avec deux régiments de ligne (11ème et 123ème RI) et un régiment de la Légion Etrangère (8ème REI); deux régiments d’artillerie (14ème et 214ème RALD), la 635ème Batterie Divisionnaire Antichar, le 635ème Bataillon Antiaérien, un bataillon du génie et diverses unités de soutien.

Char léger modèle 1940R dit Renault R-40

Char léger modèle 1940R dit Renault R-40

Elle bénéficie également du soutien du 29ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (29ème GRDI) équipé de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes. Les FCM-42 n’étaient pas encore disponibles au 5 septembre 1948, des Renault R-40 lui sont livrés.

-La 40ème Division d’Infanterie est une division de mobilisation, de série A qui dispose de trois demi-brigades de chasseurs à pied avec la 6ème demi-brigade de chasseurs à pied (43ème, 47ème et 51ème BCP), la 7ème demi-brigade de chasseurs à pied (44ème, 48ème et 52ème BCP) et la 8ème demi-brigade de chasseurs à pied (53ème, 54ème et 55ème BCP);

L’appui-feu est assuré par deux régiments d’artillerie (79ème RAD et 279ème RALD), de la 640ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 640ème bataillon de défense antiaérienne, du 86ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 43ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (43ème GRDI) qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-28ème Corps d’Armée

Ce corps d’armée mis sur pied par la 11ème région militaire (Lyon) couvre le Secteur Fortifié d’Altkirch avec deux divisions, deux divisions d’active, la 43ème Division d’Infanterie de Strasbourg et la 27ème Division d’Infanterie Alpine (27ème DIAlp) de Grenoble.

La mission de ce corps d’armée est de couvrir la frontière jusqu’à la hauteur de Montbéliard et si nécessaire de tendre la main aux suisses en cas d’agression allemande même si cette dernière mission était davantage du ressort de la 8ème Armée déployée au sud.

-Comme tous les Corps d’Armée, le 28ème CA dispose d’unités qui lui sont directement rattaché :

-628ème régiment de pionniers

-28ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (28ème GRCA) qui dispose de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte Panhard AMD 178 en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.
-120ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (120ème RALT) qui dispose de deux     groupes de 105mm équipés de Schneider modèle 1936 et de deux groupes de 155mm     équipés de canons de 155 GPF-T.

-Des unités du génie, des transmissions, de soutien

-L’armée de l’air détache pour emploi auprès du 28ème CA du Groupe Aérien d’Observation     n°528 équipé de Bloch MB-175, de Dewoitine D-720 et d’ANF-Les Mureaux ANF-123.

-La 43ème Division d’Infanterie est une division d’active qui dispose d’un régiment d’infanterie de ligne (le 158ème RI), d’une demi-brigade de chasseurs à pied (la 4ème DBCP) et d’un régiment de tirailleurs (le 3ème Régiment de Tirailleurs Marocains); de deux régiments d’artillerie (12ème RAD et 212ème RALD), de la 643ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 643ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 32ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (32ème GRDI) qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-La 27ème Division d’Infanterie Alpine dispose de la 53ème brigade d’infanterie alpine (99ème RIA et 5ème demi-brigade de chasseurs alpins) et de la 54ème brigade d’infanterie alpine (159ème RIA et 7ème demi-brigade de chasseurs alpins) ; de deux régiments d’artillerie (93ème Régiment d’Artillerie de Montagne et 293ème Régiment d’Artillerie Lourde de Montagne); de la 627ème Batterie Divisionnaire Antichar; du 627ème Bataillon de défense antiaérienne, du 32ème bataillon du génie et d’unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 20ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (20ème GRDI) qui aligne des chars légers FCM-42 et des automitrailleuses de découverte.

Publicités

21-Armée de terre (20)

Régiments d’infanterie alpine

Alpins du 299ème Régiment d'Infanterie Alpine (299ème RIA)

Alpins du 299ème Régiment d’Infanterie Alpine (299ème RIA)

Les régiments d’infanterie alpine ou R.I.A voient le jour le 1er octobre 1887 lors de la création des dix-huit régiments régionaux. Trois d’entre-eux furent affectés à la défense des Alpes en l’occurence le 157ème RI de Lyon qui fournit deux bataillons pour la défense de l’Ubaye, le 158ème RI de Lyon  qui fournit deux bataillons pour la défense de la Tarentaise et de la Maurienne et enfin le 159ème de Nice qui dès 1890 est déployé dans le Briançonnais.

Ces régiments sont déployés été comme hiver dans les Alpes, ils constituent la partie fixe de la défense des Alpes face à une Italie théoriquement hostile puisque signataire de la Triple Alliance ou Triplice en 1882 avec l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie à la différence des chasseurs alpins qui eux sont des unités mobiles.

Ultérieurement, le 97ème RI de Chambery est également transformé en R.I.A tout comme le 96ème RI de Gap, le 99ème RI de Lyon et le 140ème RI de Grenoble, portant le nombre à sept régiments d’infanterie alpine. Si les hommes de ces régiments portaient la tarte, ils portaient le pantalon garance, un moyen infaillible de les différencier des chasseurs alpins.

Les R.I.A participent naturellement au premier conflit mondial et en septembre 1939, sont toujours présents dans l’ordre de bataille de l’armée française :

-Le 3ème régiment d’infanterie alpine (3ème RIA) de Sospel est l’un des deux régiments d’infanterie de la 57ème brigade d’infanterie alpine qui dépend de la 29ème Division d’Infanterie Alpine de Nice.

-Le 15ème régiment d’infanterie alpine (15ème RIA) d’Albi appartient à la 31ème division d’infanterie alpine de Montpelier.

-Le 80ème régiment d’infanterie alpine (80ème RIA) stationné à Metz est l’un des trois régiments d’infanterie de la 42ème division d’infanterie de Metz

-Le 99ème régiment d’infanterie alpine (99ème RIA) stationné à Lyon appartient à la 53ème brigade d’infanterie alpine en compagnie de la 5ème demi-brigade de chasseurs alpins, brigade qui dépend de la 27ème DIAlp.

-Le 141ème régiment d’infanterie alpine (141ème RIA) de Nice appartient à la 58ème brigade d’infanterie alpine qui dépend de la 29ème DIAlp de Nice.

-Le 159ème régiment d’infanterie alpine (159ème RIA) de Briançon est l’un des deux régiments d’infanterie de la 53ème brigade d’infanterie alpine, brigade qui dépend de la 27ème DIAlp.

A la mobilisation de septembre 1939, d’autres R.I.A sont mis sur pied à partir des régiments d’infanterie alpine d’active :

-Le  55ème RIA de Digne est intégré à la 30ème DIAlp

-Le 81ème RIA de Montpelier est intégré à la 31ème DIAlp de Montpelier

-Le 96ème RIA de Montpelier est intégré à la 31ème DIAlp de Montpelier

-Le 97ème RIA de Chambery est intégré à la 28ème DIAlp en compagnie du 99ème RIA

-Le 112ème RIA de Hyères est intégré à la 29ème DIAlp

-Le 140ème RIA de Grenoble est intégré à la 27ème DIAlp où il remplace le 99ème RIA

-Le 203ème RIA de Hyères est intégré à la 65ème division d’infanterie

-Le 299ème RIA de Lyon est intégré lui à la 64ème division d’infanterie.

A l’issue de la démobilisation, ces huit régiments de mobilisation sont dissous en compagnie généralement des divisions de formation.

Huit ans plus tard, en août 1948, la 28ème DIAlp est réactivée avec trois régiments d’infanterie alpine en l’occurence le 97ème RIA de Chambery, le 140ème RIA de Grenoble et le 203ème RIA de Hyères.

La 30ème DIAlp est elle aussi réactivée mais avec seulement deux régiments en l’occurence le 55ème RIA de Digne et le 81ème RIA de Montpelier auxquels s’ajoute ultérieurement la 22ème DBCA. Le 96ème RIA recréé est intégré à la 57ème DI stationné dans le Jura.

Les autres régiments d’infanterie alpine activés en septembre 1939 ( 112ème RIA et 299ème RIA) ne sont pas réactivés, la création d’une nouvelle division alpine pour couvrir l’Espagne ayant été jugée superflu avec la présence de six bataillons de chasseurs pyrénéens (neuf après mobilisation, un dixième bataillon d’instruction pouvant si nécessaire servir d’unité de combat) et de la 31ème DIAlp de Montpelier qui aligne deux RIA et une demi-brigade de chasseurs alpins, la 42ème DBCA qui regroupe les 89ème 93ème et 98ème BCA. .

Les régiments d’infanterie alpine sont organisés comme des régiments d’infanterie type Nord-Est avec comme différence une adaptation à leur milieu particulier.

Bataillons de chasseurs pyrénéens

Insigne du 9ème Bataillon de Chasseurs Pyrénéens (9ème BCPyr)

Insigne du 9ème Bataillon de Chasseurs Pyrénéens (9ème BCPyr)

Si les chasseurs alpins sont connus et célèbres, les chasseurs pyrénéens n’ont pas l’aura et la célébrité de leurs homologues alpins probablement parce que contrairement à l’Italie, l’Espagne de Franco resta dans une neutralité qui passa progressivement d’une neutralité amicale vis à vis de l’Axe à une neutralité qui tenait à donner de plus en plus de gages aux alliés quand le cours de la guerre évolua en leur faveur.

A la mobilisation d’août/septembre 1939, un Détachement d’Armées des Pyrénées est mis en place pour surveiller un Franco dont on ignorait les desseins. Allait-il se ranger du côté de l’Axe en remerciement l’aide apportée par Berlin et Rome ? Allait-il menacer la France d’une riposte après son soutien au gouvernement légitime ?

Ce détachement d’armées des Pyrénées à l’existence éphémère (il est dissous dès le 25 octobre 1939) voit la mobilisation de dix bataillons de chasseurs pyrénéens numérotés de 1 à 10 (1er BCPyr au 10ème BCPyr).

Ces bataillons sont organisés comme les BCA avec un état-major, une compagnie hors-rang, trois compagnies de fusiliers voltigeurs et une compagnie d’accompagnement.

Ces dix bataillons sont regroupés en cinq demi-brigades de chasseurs pyrénéens, les 1er et 2ème bataillons formant la 1ère demi-brigade de chasseurs pyrénéens (1ère DBCPyr), les 3ème et 4ème bataillons forment la 2ème DBCPyr, les 5ème et 6ème bataillons forment la 3ème DBCPyr, les 7ème et 8ème bataillons la 4ème DBCPyr et enfin les 9ème et 10ème BCPyr forment une 5ème DBCPyr.

Une fois la neutralité de Franco assurée et le détachement d’armées des Pyrénées dissous, ces demi-brigades sont envoyées dans l’Est de la France pour renforcer le TONE.

Après avoir envisagé d’en maintenir une partie, la démobilisation de septembre 1940 provoque la dissolution de tous les BCPyr et de leurs DBCPyr.

Il semblait dit que les chasseurs pyrénéens appartiendraient désormais à l’histoire mais au printemps 1944, un facteur extérieur va permettre leur renaissance.

En effet à partir de mars 1944, l’agitation communiste, anarchiste et socialiste reprend en Espagne, donnant du fil à retordre au régime franquiste qui pensait avec une répression féroce avoir maté les ferments qui permettrait un retour de l’ancien régime républicain.

Des maquis voient le jour notamment dans le Val d’Aran et dans le nord de Catalogne, à proximité immédiate de la frontière française. Comme souvent dans ce genre de situation, les irréguliers frappent en Espagne et leur forfait accomplit se replie en France à l’abri des foudres franquistes, bénéficiant de la complicité de nombreux immigrés espagnols installés dans le Sud-Ouest.

Excédé, Franco menace de s’octroyer un droit de poursuite en France, en clair d’ignorer la frontière française et de laisser la Guardia Civil voir l’armée traquer les guérilleros jusqu’en France.

Pour éviter une telle situation, le général Villeneuve décide de réactiver les BCPyr sous la forme de six bataillons répartis en trois demi-brigades de chasseurs pyrénéens, une DBCPyr pour le secteur de l’Adour, une pour le secteur de Geronne et un autre pour le secteur Roussillon (qui remplace le secteur «Aude» de l’ancien Détachement d’Armées des Pyrénées).

La 1ère DBCPyr regroupe les 1er et 2ème BCPyr, la 2ème DBCPyr regroupe les 3ème et 4ème BCPyr et la 3ème DBCPyr regroupe les 5ème et 6ème BCPyr, la première étant affecté au secteur Adour, la troisième au secteur de Geronne et la troisième pour le secteur Roussillon, le tout sous l’autorité du général commandant le Détachement d’Armées du Sud-Ouest.

Ces BCPyr nouvelle génération dispose d’un état-major, d’une section de commandement, d’une compagnie hors-rang, de trois compagnies de fusiliers voltigeurs, d’une compagnie d’accompagnement (canons de 25mm, mitrailleuses et mortiers) et nouveauté d’une section d’éclaireurs skieurs.

La mise en place de ces trois demi-brigades chargées de tenir les cols va considérablement apaiser la situation et va gêner le dévellopement des mouvements de guérillas espagnols qui n’étaient pas vraiment en odeur de sainteté à Paris, le gouvernement conservateur ne voulant surtout pas d’un troisième front au delà des Pyrénées.

A la mobilisation de septembre 1948, les DBCPyr sont musclées avec l’activation dans chaque demi-brigade d’un troisième bataillon.

C’est ainsi que la 1ère DBCPyr regroupe désormais les 1er, 2ème et 7ème BCPyr, la 2ème DBCPyr regroupe les 3ème, 4ème et 8ème BCPyr alors que la 3ème DBCPyr regroupe au final les 5ème, 6ème et 9ème BCPyr.

Un 10ème BCPyr est également activé à Perpignan avec une double mission : défense de la capitale du Roussillon et instruction des recrues des autres BCPyr.

21-Armée de terre (17)

Bataillons de chasseurs à pied

Bien que leur existence puisse être inscrite dès le 18ème siècle avec plusieurs unités de francs-tireurs, combattant en «enfants perdus» et non en ligne, les chasseurs à pieds ne voient réellement le jour que sous la Révolution Française, notamment en 1793 avec la création des demi-brigades d’infanterie légère, le nombre de demi-brigades atteignant le chiffre respectable de trente et une.

Ces demi-brigades deviennent des régiments d’infanterie légère avec quatorze puis douze compagnies de chasseurs appuyées par des voltigeurs et des carabiniers. Au moment de la Restauration, chaque légion départementale est censée comporter un bataillon à huit compagnies de chasseurs à pied. Par la suite en 1820, de nouveaux régiments d’infanterie légère sont créés, la tenue bleue de la ligne étant de nouveau abandonnée pour une tenue verte.

En 1838 est créé le bataillon de chasseurs d’essai, considéré comme le premier bataillon moderne de chasseurs à pied qui après quelques atermoiements adopte la tenue bleue avec le liseré jonquille.

L’essai est transformé le 28 septembre 1940 avec la création de dix bataillons de chasseurs à pieds non enregimentés, le 1er bataillon est à Metz, le 2e à Vincennes, le 4e à Besançon, le 7e à Strasbourg et le 9e à Toulouse. Les 3e, 5e, 6e, 8e et 10e bataillons partent eux pour l’Algérie.

Ils s’illustrent en Algérie avec notamment les batailles de l’Isly et de Sidi-Brahim, l’équivalent de la bataille de Camerone pour la Légion Etrangère. Suite à la mort du duc d’Orléans le 13 juillet 1842, ils deviennent des bataillons de chasseurs d’Orléans, retrouvant leur appélation de chasseurs à pied en 1848 lors de l’avénement de la Deuxième République.

En 1853, Napoléon III créé dix bataillons supplémentaires portant leur nombre à vingt dont douze bataillons seront engagés dans la guerre de Crimée, nombre qui sera porté à vingt et un bataillons qui combattirent durant la guerre franco-allemande de 1870. Ces vingt et un bataillons sont rejoints au cours du combat par trente-quatre bataillons de marche, formés par les compagnis de dépôt.

La loi du 24 juillet 1873 fixe à trente le nombre de bataillons de chasseurs à pied, l’ancien bataillon de chasseurs à pied de la garde impériale recevant le n°24. Ces bataillons sont d’abord intégrés par corps d’armée qu’ils quittent progressivement entre 1881 et 1887 pour retrouver leur indépendance.
A la fin du 19ème siècle, des expérimentations diverses prouvent la possibilité à des unités spécialisées de combattre en milieu alpin.

Le 24 décembre 1888, douze bataillons de chasseurs à pied deviennent alpins. Ces bataillons sont ceux stationnés au sein des 14ème (Lyon) et 15ème (Nice) régions militaires soit pour la 14ème RM, les 11ème, 12ème, 13ème, 14ème, 22ème, 28ème et 30ème bataillons alors que pour la 15ème RM, on trouve les 6ème, 7ème, 23ème, 24ème et 27ème bataillons.

C’est cependant durant le premier conflit mondial que les chasseurs à pied vont écrire leur légende avec une telle tenacité et une telle hargne (cinq fourragères de la légion d’honneur, vingt-quatre aux couleurs de la médaille militaire et quarante et une aux couleurs de la croix de guerre) qu’ils reçoivent le surnom de schwarze teufel les «diables noirs» traduit en français par les «Diables bleus» en référence à la couleur de leur uniforme.

En 1913, un 31ème BCP avait été créé à Saint-Dié portant le nombre de bataillons de chasseurs (à pied ou alpins) à trente et un (dix-neuf à pied et douze alpins). Quand le premier conflit mondial éclate, chaque bataillon forme un bataillon de réserve qui reçoit pour numéro celui du corps d’origine augmenté de quarante, les nouveaux BCP et BCA recevant donc les numéros 41 à 71.

Sept bataillons de chasseurs alpins territoriaux sont également créés tout comme neuf bataillons de marche soit un total de de soixante-dix huit bataillons de chasseurs et dix groupes de chasseurs cyclistes. Trois divisions furent ainsi entièrement formées par des unités de chasseurs, les 46e, 47e et 66e divisions d’infanterie.

Le bataillon de chasseurs à pied, en 1914, a un effectif théorique de 30 officiers et 1700 hommes, répartis en six compagnies, une section hors rang et une section de mitrailleuses. Le bataillon de chasseurs alpins a un effectif un peu moindre avec 32 officiers et 1500 hommes.
L’effectif total des corps de chasseurs, d’environ 72 000 hommes, est constamment renouvelé car les pertes totales dans ces unités au cours de la guerre sont de 82 000 morts soit un taux de perte supérieur à 100% !

A la fin de la guerre, les bataillons de réserve, territoriaux et de marche sont dissous, les bataillons de chasseurs retombant à trente et un, bataillons qui participent aussi bien à la guerre russo-polonaise en soutien de Varsovie (huit bataillons), qu’à la pacification du Rif (cinq bataillons de chasseurs alpins) où au renforcement de la position française en Tunisie (7ème et 13ème BCA).
En 1929, le nombre de bataillons tombe à vingt et un mais pour peu de temps car en 1937, deux nouveaux bataillons sont recréés mais comme bataillons de chasseurs portés pour les futures DCr.

Quand la guerre de Pologne éclate, le panorama des chasseurs à pied est le suivant :

-Le 1er BCP est stationné à Strasbourg

-Le 2ème BCP est caserné à Mulhouse

-Le 4ème BCP est stationné à Colmar

-Le 8ème BCP est caserné à Toul

-Le 10ème BCP est stationné à Saverne et à Monswiller

-Le 16ème BCP est à Toul

-Le 29ème BCP est à Gerardmer

-Le 30ème BCP est à Saint Nicolas du Port

-Le 31ème BCP est à Mulhouse
Ces neuf bataillons d’active ne sont pas indépendants, ils forment trois demi-brigades à trois bataillons chacun, intégrées au sein de trois divisions d’infanterie type Nord-Est :

-La 1ère demi-brigade de chasseurs à pied de Sarrebourg regroupe les 8ème, 16ème et 30ème BCP et constitue l’infanterie de la 11ème division d’infanterie de Nancy en compagnie des 26ème et 170ème RI.

-La 3ème demi-brigade de chasseurs à pied de Belfort regroupe les 2ème, 4ème et 31ème BCP et constitue l’infanterie de la 14ème division d’infanterie de Colmar en compagnie des 35ème et 152ème RI.

-La 4ème demi-brigade de chasseurs à pied d’Obernai regroupe les 1er, 10ème et 29ème BCP et constitue l’infanterie de la 43ème division d’infanterie de Strasbourg en compagnie du 158ème régiment d’infanterie (de ligne) et du 3ème régiment de tirailleurs marocains.

A la mobilisation, huit nouveaux bataillons de chasseurs à pied sont formés ainsi que quinze bataillons de réserve A numérotés 41 à 71 portant le nombre total à tente-deux BCP.
La démobilisation de l’été 1940 voit les chasseurs à pied réduire sérieusement la voilure avec la dissolution des bataillons de réserve A tandis que six des huit bataillons formés à la mobilisation sont transformés en bataillons de chasseurs portés pour fournir l’infanterie nécessaire aux Divisions Cuirassés de réserve, chaque DCr disposant d’un puis deux bataillons (un par brigade cuirassée) dont les 5ème et 17ème BCP. Quatre autres bataillons sont créés ultérieurement pour les 5ème et 6ème DC qui reprennent les numéros de BCP dissous comme leurs ainés.
Chaque bataillon de chasseurs à pieds est organisé de la même façon qu’un bataillon d’infanterie de ligne avec un état-major et une compagnie de commandement, une compagnie hors-rang, trois compagnies de combat et une compagnie d’accompagnement.

A la mobilisation d’août 1948, quinze nouveaux bataillons de chasseurs à pied sont créés numérotés de 41 à 55, ces BCP formant quatre demi-brigades de chasseurs à pied, les 2ème, 5ème, 6ème et 7ème DBCP, prévus d’abord pour être indépendantes avant de finalement intégrer des divisions de mobilisation :

-2ème demi-brigade de chasseurs à pied : 41ème, 45ème et 49ème BCP

-5ème demi-brigade de chasseurs à pied : 42ème, 46ème et 50ème BCP

-6ème demi-brigade de chasseurs à pied : 43ème, 47ème et 51ème BCP

-7ème demi-brigade de chasseurs à pied : 44ème, 48ème et 52ème BCP

-8ème demi-brigade de chasseurs à pied : 53ème, 54ème et 55ème BCP

C’est ainsi que la 2ème Demi-brigade de chasseurs à pied  intègre la 47ème DI, la 5ème Demi-Brigade de chasseurs à pied intègre la 52ème DI alors que les 6ème, 7ème et 8ème DBCP forment l’infanterie de la 40ème DI.

21-Armée de terre (9)

Organisation d’un régiment d’infanterie

Régiment d’infanterie type Nord-Est

Généralités

-La Compagnie de Commandement dispose d’un PC, de moyens de transmissions, de renseignement, des éclaireurs motocyclistes et des sapeurs pionniers

-Trois bataillons d’infanterie

-Un Etat-major et une section de commandement

-Une Compagnie d’accompagnement avec une section de commandement, quatre sections de quatre mitrailleuses MAC-36 et une section d’engins avec deux canons de 25 puis de 47mm et deux mortiers de 81mm puis de 120mm.

-Trois compagnies de fusiliers-voltigeurs avec une section de commandement avec un puis deux mortiers de 60mm et quatre sections de combat à trois groupes de combat.

-La Compagnie Régimentaire d’Engins (CRE) dispose de deux mortiers de 81mm puis 120mm ainsi que de 6 canons de 25mm puis 47mm

-La Compagnie Hors-Rang est chargé du ravitaillement, de l’approvisionnement, du dépannage et du soutien sanitaire

Dans le détail

Le groupe de combat

Le groupe de combat est l’unité élémentaire de l’infanterie. Au plan tactique, le groupe de combat de se subidivse en deux demi-groupes, le demi-groupes de fusiliers et le demi-groupe de voltigeurs, le premier étant l’élément feu et le second étant l’élément mouvement.

Le demi-groupe de fusiliers comprend le sergent chef de groupe armé d’un fusil, le caporal _adjoint au chef de groupe_ lui aussi armé d’un fusil, le tireur FM qui outre son fusil-mitrailleur dispose d’un pistolet retiré en 1940 et remplacé par un pistolet mitrailleur, un chargeur FM lui aussi armé d’un pistolet mitrailleur et trois pourvoyeurs armés d’un fusil.

Le demi-groupe de voltigeurs comprend un premier voltigeur armé d’un fusil. Meilleur tireur du groupe, il dispose généralement d’un fusil à lunette. Il est accompagné de trois autres voltigeurs armés d’un fusil qui peuvent utiliser des grenades à fusil antichars et antipersonnelles.

Le groupe de combat dispose donc de onze hommes. Sur le plan de l’armement, tous les hommes possèdent un pistolet automatique, leur arme de base auxquels s’ajoutent neuf fusils, un fusil-mitrailleur et deux pistolets mitrailleurs.

Chaque groupe de combat est désigné par les lettres A,B  ou C.

La section de combat

Chaque section se compose de trois groupes de combat et d’un «groupe» de commandement avec l’officier commandant, d’un sous-officier adjoint, d’un agent de transmissions, d’un observateur et d’une équipe lance-grenades avec trois binômes de lance-grenades de 50mm soit dix hommes.

La compagnie de combat

L’effectif de la compagnie de combat est d’environ quatre officiers et cent quatre-vingt hommes et celle-ci s’organise en une section de commandement et quatre sections de combat.

La section de commandement dispose d’un groupe de commandement avec treize hommes, d’un groupe de ravitaillement avec douze hommes et deux véhicules, un véhicule d’allègement qui remorque la cuisine roulante.

La section de commandement dispose également d’un groupe de mortiers de 60mm avec deux pièces servies par huit hommes.

Tous les hommes de la section de commandement disposent d’un pistolet automatique, d’un pistolet mitrailleur pour les servants de mortier et les chauffeurs, d’un fusil pour les autres soit un total de 34 hommes, 34 pistolets automatiques, 10 pistolets mitrailleurs et 24 fusils.

La section de combat dispose donc d’un groupe de commandement et de trois groupes de combat tel que nous venons de le voir.

La compagnie d’accompagnement

Comme son nom l’indique cette unité accompagne les unités de combat en lui fournissant l’appui-feu nécessaire pour ses missions qu’il s’agisse de mortiers, de mitrailleuses ou de canons antichars.

Elle est organisée en une section de commandement, quatre sections de mitrailleuses et une section d’engins.

Section de commandement

Elle se compose d’un  groupe de commandement avec un groupe du capitaine (huit soldats et un sergent chef de groupe) et un groupe de ravitaillement avec quatre véhicules et quinze hommes.

Section de mitrailleuses

La compagnie d’engins dispose de quatre sections de ce type toutes organisées de la même façon à savoir deux groupes de deux pièces.

Le groupe est commandé par un sergent-chef armé d’un mousqueton puis d’un fusil, d’un mitrailleur-mécanicien et de deux équipes de pièces avec un caporal-chef de pièce armé d’un mousqueton puis d’un fusil ou d’un pistolet-mitrailleur, un chargeur, un tireur et deux pourvoyeurs tous armés d’un mousqueton puis d’un PM. On trouve également deux conducteurs par voiturette, chaque voiturette transportant deux armes (à cel s’ajoute une voiturette porte-munitions par groupe).

Section d’engins

La section d’engins est placée sous le commandement d’un aspirant (voir d’un adjudant-chef ou d’un adjudant) dispose de deux agents de transmission et de deux groupes pour un effectif de cinq sous-officiers, quatre caporaux et trente-deux hommes avec sept voiturettes.

Le groupe mortiers dispose de deux mortiers de 81mm servies par vingt-deux hommes dont un sergent chef de groupe armé d’un mousqueton puis d’un fusil ou d’un pistolet-mitrailleur, un télémétreur adjoint au chef de groupe armé d’un pistolet automatique puis d’un pistolet-mitrailleur et deux équipes dee dix hommes pour le service des mortiers (un caporal-chef de pièce, un pointeur et un chargeur _armés d’un fusil_, un artificier, quatre pourvoyeurs et deux conducteurs armés d’un pistolet mitrailleur).

La mise en service du mortier de 120mm entraine la mise en place permanente à l’échelle du groupe de deux chenilettes Renault UE pour le remorquage des pièces, le transport des munitions et d’une partie des servants.

Le groupe antichar est équipé de deux canons de 25mm, chaque pièce mise en oeuvre par cinq hommes avec un sergent-chef de pièce, un caporal tireur, un chargeur, deux pourvoyeurs et un conducteur tous armés d’un mousqueton puis d’un fusil.

Conformément à la décision de motoriser toutes les unités antichars, le groupe antichar disposera à partir de la fin 1940 de deux chenilettes Renault UE pour le remorquage des pièces, le transport des munitions et des servants.

Ultérieurement, dans les unités métropolitaines, le canon de 25mm est remplacé par un canon de 47mm plus apte à contrer les chars allemands.

Au niveau des munitions, la compagnie d’accompagnement dispose de 5362 cartouches par mitrailleuses, 150 coups par mortier de 81mm réduit ensuite à 120 par mortier de 120mm et 156 obus de 25mm par canon, nombre réduit à 140 obus de 47mm.

Bataillon d’infanterie

Le bataillon d’infanterie est organisé en un état-major, une section de commandement, trois compagnies de combat et une compagnie d’accompagnement.

L’état-major comprend onze hommes avec le chef du bataillon, le capitaine adjudant-major, un officier de renseignement, un médecin-lieutenant ou sous-lieutenant, un sergent secrétaire, un secrétaire, trois cyclistes, un mototyclistes et un chauffeur automobile.

La section de commandement dispose d’un groupe de transmission (un adjudant et vingt hommes), d’un groupe de ravitaillement avec un adjudant-chef, un adjudant et une dizaine de conducteurs, un groupe sanitaire avec un médecin auxiliaire, quatre infirmiers et seize brancardiers.

Le transport d’un bataillon nécessite un train (cinquante wagons) et soixante camions soit un convoi de trois kilomètres.

La compagnie régimentaire d’engins

La CRE est aux bataillons ce que la compagnie d’accompagnement est aux compagnies de combat, une réserve d’appui-feu pour la manoeuvre.
La section de commandement dispose d’un adjudant, de quatre sous-officiers  et de vingt hommes (un sous-officier chargé du renseignement, un sous-officier des équipages, trois agents de transmissions, deux observateurs, deux télémétreurs, un motocycliste et un cycliste).

-La CRE dispose également de trois sections antichars équipées de canons de 25mm. Chaque section est organisée de la même façon avec un groupe de commandement (un lieutenant ou un adjudant-chef commandant la section, un sous-officier adjoint, trois agents de transmissions et un conducteur) et trois pièces de 25mm servies par sept hommes.

Ultérieurement, les canons de 25mm sont motorisés avec un tracteur léger d’artillerie Latil M71 ou une chenillette Renault UE. Comme au sein de la compagnie d’accompagnement, les canons de 25mm de la CRE sont progressivement remplacés par des canons de 47mm modèle 1937 ou modèle 1939.

-Le groupe de mortiers de 81mm dispose d’un sous-officier et d’un télémétreur et surtout de deux pièces servies par un caporal et sept servants auxquels s’ajoutent deux conducteurs.

La compagnie de commandement

Cette compagnie dispose de douze officiers et deux cents hommes. Elle est organisée en une section de services, une section d’état-major, une section de transmissions, une section de pionniers et une section d’éclaireurs motocyclistes.

La section d’éclaireurs motocyclistes _seul réel élément de combat de la compagnie_ est placée sous le commandement direct du chef de corps. Elle dispose d’un officier, de trois sous-officiers, quatre caporaux et dix-huit éclaireurs.

La section est divisée en deux groupes de deux escouades de quatre éclaireurs avec un fusil-mitrailleur et trois mousquetons remplacés ensuite par un fusil (quand l’unité à laquelle elle était rattachée recevait le tant attendu MAS 36).

Dans les régiments d’infanterie type NE, tout le personnel de la section est sur moto solo sauf le chef de section en side-car (dans les régiments motorisés, toute la section est sur side-car).

Et pour finir le régiment……… .

Le RI type Nord-Est commandé par un colonel dispose de trois bataillons d’infanterie, d’une compagnie de commandement, d’une compagnie régimentaire d’engins et d’une compagnie hors-rang (six officiers et deux cent hommes).

Le parc de véhicules est conséquent avec en 1939 cinquante voitures hippomobiles, six chenilettes pour le ravitaillement et le remorquage des canons (ce parc augmenta avec la décision de motoriser toutes les unités antichars quelque soit l’échelon).

Le régiment d’infanterie dispose au final de 80 officiers et environ 3000 hommes, deux cents voiturettes ou voitures hippomobiles, une cinquantaine d’automobiles et neuf chenilettes.

Quand à l’armement collectif, il se compose de cent-douze fusils mitrailleurs, quarante huit mitrailleuses, trente-si lance grenades de 50mm, de neuf puis dix-huit mortiers de 60mm, huit mortiers de 81mm et douze canons de 25mm puis de 47mm.

Liste des unités d’active

Avant la mobilisation d’août 1939 qui multiplia les régiments d’infanterie de ce type, on trouvait les régiments d’active suivant :

-La 10ème division d’infanterie (Paris) dispose ainsi du 5ème R.I de Courbevoie, du 24ème R.I et du 46ème R.I tous les deux encasernés à Paris

-La 11ème division d’infanterie (Nancy) dispose du 26ème régiment d’infanterie de Jarville la Malgrange et du 170ème R.I installé à Epinal

-La 13ème division d’infanterie (Besançon) dispose du 21ème régiment d’infanterie de Chaumont et du 60ème régiment d’infanterie de Lons le Saunier.

-La 14ème division d’infanterie (Colmar) dispose du 35ème régiment d’infanterie de Belfort et du 152ème R.I qui lui est installé à Chaumont.

-Le 19ème divisions d’infanterie (Rennes) dispose de trois régiments d’infanterie avec le 41ème R.I de Rennes, le 71ème R.I de Mamers et le 117ème R.I du Mans.

-La 21ème division d’infanterie (Nantes) dispose du 48ème régiment d’infanterie de Fontenay le Comte, le 65ème régiment d’infanterie de Nantes et le 137ème régiment d’infanterie de Lorient

-La 23ème division d’infanterie (Tours) dispose des 32ème R.I d’Angers, du 107ème R.I d’Angoulème et du 126ème R.I de Brive.

-La 36ème divisions d’infanterie (Bayonne) dispose du 14ème régiment d’infanterie de Toulouse, du 18ème régiment d’infanterie de Bayonne et du 57ème régiment d’infanterie de Bordeaux

-La 42ème division d’infanterie (Metz) dispose de deux régiments d’infanterie, le 94ème RI de Bar le Duc et le 151ème RI de Commercy.

-La 43ème division d’infanterie (Strasbourg) dispose d’un seul régiment d’infanterie type Nord-Est en l’occurence le 158ème R.I d’Obernai.

On trouve donc 24 régiments d’infanterie type Nord-Est, chiffre qui tombera à 22 après la transformation de la 11ème DI de Nancy en Division d’Infanterie Motorisée.