23-Armée de terre Ligne Maginot (5)

-Secteur de la 3ème Armée :

Le 42ème CAF (Corps d’Armées de Forteresse ex-SF de Crusnes) dispose de trois régiments d’infanterie de forteresse, les 149ème 139ème et 128ème associés à des unités du 152ème RAP (1er groupe équipé de deux batteries de 155C modèle 1917 et deux batteries de 155L modèle 1877, 21,22 et 23ème batteries d’ouvrages) et le 46ème RAMF équipés de deux groupes de 75mm et un groupe de 155C

Canon de 155mm long De Bange modèle 1877

Canon de 155mm long De Bange modèle 1877. Cette arme antique était encore utilisée en 1939 au sein des RAP et autres RAMF

On oublie pas les unités habituelles de génie, d’intendance et de transmission représentées notamment les 1ère et 2ème compagnie du 142ème bataillon du génie de forteresse, bataillon qui engerbe également la 81ème compagnie télégraphiste, la 82ème compagnie radio et le 83ème détachement colombophile.

Le SF de Thionville dispose de trois RIF, les 169ème 168ème et 167ème associés à deux régiments d’artillerie, les 151ème RAP (deux groupes servant cinq batteries de 155L, 2 canons de 220L, 2 pièces de 240mm + des batteries d’ouvrages) et 70ème RAMF (deux groupes de 75mm et un groupe de 155C)

Le génie déploie dans ce secteur le 203ème bataillon du génie de forteresse qui dispose de deux compagnies de génie (1ère et 2ème), la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio.

Canon de 240L modèle 1884 Saint Chamond

Canon de 240L modèle 1884 Saint Chamond

Le SF de Boulay dispose de quatre régiments d’infanterie de forteresse, les 160ème 161ème et 162ème et 164ème RIF associés à deux régiments d’artillerie, les 153ème RAP (1er groupe équipé de trois batteries de 75mm et d’une batterie de 240mm, le 2ème groupe équipé de cinq batteries de 155L et deux batteries de 105L, le 3ème groupe équipé de trois batteries de 155L et un 4ème groupe équipé de deux groupes de 75mm et deux canons de 65mm de marine utilisés en antichar) et 23ème RARF équipé de deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.

Le génie y déploie le 202ème bataillon du génie de forteresse qui prend sous son aile également une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.

-Secteur de la 4ème Armée :

Le SF de Faulquemont dispose de deux régiments d’infanterie de forteresse, les 146ème et 156ème RIF associés à deux régiments d’artillerie, les 163ème RAP (18 batteries équipées de 42 canons de 75mm dont 6 de forteresse, douze canons de 155C et vingt-quatre de 155L) et 39ème RAMF (deux groupes de 75mm et un groupe de 155C)

Le génie dispose du 201ème bataillon de génie de forteresse qui prend sous son aile une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.

Le SF de la Sarre dispose lui d’un régiment d’infanterie de forteresse, le 133ème RIF, de trois régiments de mitrailleurs d’infanterie de forteresse, les 69ème 82ème RMIF et 174ème RMIF et de deux régiments de mitrailleurs d’infanterie coloniale, les 41ème et 51ème RMIC.

Ils sont appuyés par deux régiments d’artillerie, les 166ème RAP (1er groupe équipé de 8 canons de 75mm, 8 canons de 105L et 8 canons de 155C; 2ème groupe équipé de 16 canons de 155L, 4 canons de 155C et 4 canons de 105L) et 49ème RAMRF (deux groupes de 75mm et un groupe de 155C) et par le 5ème Bataillon de Mitrailleurs sans oublier les unités du génie et de soutien, le génie de forteresse déployant le 208ème bataillon du génie de forteresse.

-Secteur de la 5ème armée :

Le SF de Rorbach est armé par les 37ème 153ème et 166ème RIF, la 7ème compagnie du 400ème régiment de pionniers appuyés par deux régiments d’artillerie, les 150ème RAP (1er groupe équipé de seize canons de 155L et 8 canons de 145L; 2ème groupe équipé de 8 canons de 155L, 8 canons de 155C) et 59ème RAMF (trois groupes de 75mm et un groupe de 155mm) sans oublier les unités de génie et de soutien (207ème bataillon du génie de forteresse, une compagnie radio, une compagnie télégraphiste).

Le 43ème CAF (ex-SF des Vosges) dispose des 154ème et 165ème RIF, de la 5ème compagnie du 400ème régiment de pionniers appuyés par le 46ème GRCA, les 168ème RAP (un groupe équipé de 8 canons de 75mm et 16 canons de 155C, un 2ème groupe équipé de 8 canons de 155C et de 8 canons de 155L) et 60ème RAMF (deux groupes de 75mm et un groupe de 155C) sans oublier différentes unités de génie et de soutien dont le 143ème bataillon du génie de forteresse.

Le SF d’Haguenau dispose de cinq RIF, les 22ème 23ème 68ème 70ème et 79ème, de la 6ème compagnie du 400ème Régiment de Pionniers appuyés par deux régiments d’artillerie les 156ème RAP (1er groupe équipé de 16 canons de 155L modèle 1918 et le 2ème groupe équipé de 4 canons de 75mm, de 4 canons de 145mm et de 8 canons de 155L modèle 1918) et le 69ème RAMF qui lui dispose de deux groupes de 75mm et un groupe de 155C ainsi que des unités du génie, de transmission et de soutien (notamment le 206ème bataillon du génie de forteresse).

Canon de 145/155 Saint Chamond modèle 1916

Canon de 145/155 Saint Chamond modèle 1916

Le SF du Bas Rhin devenu la 103ème DIF est armé par les 34ème et 172ème RIF, le 237ème RI de secteur fortifié ainsi que le 155ème RAP (1er groupe équipé de douze canons de 155L et un 2ème groupe équipé de 8 canons de 75mm, 8 canons de 145L, 4 canons de 150T et deux batteries d’ouvrages ex-allemands) sans oublier le génie (compagnies du génie 228/1 et 228/2), les transmissions et la logistique.

-Secteur de la 8ème armée :

Canon de 120mm De Bange modèle 1878

Canon de 120mm De Bange modèle 1878

La 104ème DIF (ex-SF de Colmar) aligne les 28ème et 42ème RIF, le 242ème RI de SF, le 1er groupe du 170ème RAP (équipé d’une batterie de 12 canons de 75mm modèle 1897 et d’une batterie composite disposant de 4 canons de 120L modèle 1878, 4 canons de 155L modèle 1877 et 4 canons de 155C) et des unités du génie notamment la 1ère compagnie du 229ème BGF.

La 105ème DIF (ex SF de Mulhouse) aligne le 10ème RIF, le 2ème groupe du 159ème RAP (équipé de 8 canons de 75mm, 4 canons de 155mm, 12 canons de 47mm de marine et 6 pièces de 150T) ainsi que les unités du génie et de soutien comme la 1ère compagnie du 230ème bataillon de génie de forteresse.

Le SF d’Altkirch aligne les 12ème et 171ème RIF, les IIIème et IVème Groupe du 159ème RAP (le 3ème groupe dispose de 14 canons de 75mm dont 6 en casemates, 4 canons de 155C et 4 canons de 155L) plus des unités du génie et de soutien comme la 1ère compagnie du 205ème bataillon du génie de forteresse.

Le SF de Montbeliard dispose de……..chasseurs pyrénéens avec les 21ème et 61ème BCPyr, le VIIème groupe du 159ème RAP (12 canons de 105L, 4 canons de 75mm, 4 canons de 155L et 4 canons de 155C) plus des unités du génie et de soutien.

La défense de Belfort est assurée par les vieux forts construits au 19ème et à peine modernisée. La RF de Belfort devenu le 44ème CAF dispose du 371ème RI, des Vème et VIème groupes du 159ème RAP équipés de canons de 75 et de 155mm sous tourelle pour le premier, de pièces d’artillerie fixe, de 8 canons de 155L modèle 1916 et de 4 canons de 240mm modèle 1884 pour le second.

-Le 45ème CAF est créé en janvier 1940 pour couvrir le Jura, faisant la liaison entre la 8ème Armée et l’Armée des Alpes. Il dispose de la 1ère demi-brigade de chasseurs pyrénéens avec les 1er 2ème et 6ème BCPyr, le 2ème groupe du 170ème RAP (équipé de 10 canons de 75mm modèle 1897, 16 canons de 155C, 4 canons de 90mm, et 6 canons de 155L), la 7ème compagnie du 400ème régiment de pionniers et le 213ème bataillon du génie de forteresse.

Publicités

21-Armée de terre (70)

Régiments d’Artillerie Lourde à Grande Puissance (RALGP)

Comme leur nom l’indique, les RALGP regroupent les pièces les plus puissantes de l’artillerie française en dehors bien entendu de l’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée. En temps de paix, les pièces sont stockées.

Dès le déclenchement du processus de mobilisation générale, quatre régiments sont mis sur pied par deux centre mobilisateurs d’artillerie avec des pièces d’un calibre respectable : 220 et 280mm.

Le Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est organisé en  un état-major, une batterie hors rang et trois groupes de deux batteries de quatre pièces, chaque groupe disposant d’un état-major, d’une colonne de ravitaillement et donc de deux batteries de tirs.

-Le 171ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 25 de Bourges avec pour équipement, le canon de 280mm Schneider TR.

-Le 172ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 25 de Bourges avec pour équipement, le canon de 280mm Schneider TR.

-Le 173ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 15 de Nimes avec pour équipement, le canon de 220L 17 Schneider.

-Le 174ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance est mis sur pied par le CMA 15 de Nimes avec pour équipement, le canon de 220L 17 Schneider.

Ces quatre régiments sont affectés à la Réserve Générale. Lors du processus de démobilisation, seul le 172ème RALGP est maintenu en ligne. Sa structure du temps de paix post-guerre de Pologne est modifiée avec quatre groupes, deux équipés de 280TR et deux équipés de 220L17.

A la mobilisation d’août/septembre 1948, le 172ème RALGP se détriple pour reformer les 171ème, 173ème et 174ème RALGP avec le même équipement qu’en 1939.

Deux autres régiments d’artillerie lourde à grande puissance sont mis sur pied en septembre 1948, le 175ème et le 176ème RALGP équipés de trois groupes à trois batteries de quatre 194GPF tractés, un véritable revenant.

Ce canon conçu comme pièce tractée et comme pièce chenilée (équipant le 184ème RALT) n’avait été mise en service que comme pièce chenilée en 1919 en raison de l’armistice. En 1944, le général Villeneuve décide de relancer sa fabrication pour pouvoir équiper deux RALGP en temps de guerre soit un total de 96 pièces produites (72 en ligne et 24 en réserve).

Régiments d’Artillerie Lourde Portée (RALP)

Dans l’artillerie française de 1939, on trouve également des Régiments d’Artillerie Lourde Portée (RALP). Ces régiments sont organisés en un état-major, une batterie hors-rang et trois groupes à trois batteries de quatre pièces.

-Le 351ème Régiment d’Artillerie Lourde Puissante est mis sur pied par le CMA 11 de Vannes avec pour équipement le canon de 105L13. Il est affecté à la réserve générale.

-Le 352ème Régiment d’Artillerie Lourde Puissante est mis sur pied en mai 1940 à partir de deux groupes (numérotés X et XI) du 143ème RALH avec pour équipement des 105 de montagne.

-Le 355ème Régiment d’Artillerie Lourde Puissante est un régiment d’active lui aussi équipé de canons de 105L13. Il est affecté à la Réserve Générale.

-Le 361ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Portée est mis sur pied par le CMA 26 de Châlons sur Marne. Il est équipé de trois groupes de 155C17. Il est affecté comme les autres régiments à la Réserve Générale.

-Le 363ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Portée est un régiment d’active. Il est équipé de deux groupes de 155C17. Il est affecté comme les autres régiments à la Réserve Générale.

-Le 364ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Portée est mis sur pied par le CMA 16 de Castres. Il est équipé de trois groupes de 155C17. Il est affecté comme les autres régiments à la Réserve Générale.

A l’issue de la démobilisation, seuls les deux régiments d’active sont maintenus en ligne, le 355ème RALP de Nantes et le 363ème de Draguignan. Leur équipement évolue entre 1940 et 1948, les 105L13 du 355ème RALP sont remplacés par des 105L41 de Tarbes tandis que les 155C17 du 363ème RALP sont remplacés par des 155GPFT.

A la mobilisation d’août/septembre 1948, les 355ème et 363ème participent à la réactivation des régiments mobilisés en 1939 à l’exception du 352ème RALP qui n’est pas reconstitué dans sa base levantine.

-Le 351ème Régiment d’Artillerie Lourde Puissante est remis sur pied avec trois groupes de 105mm équipés de 105L36 Schneider.

-Le 361ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Porté est remis sur pied avec trois groupes, deux groupes de 105 équipés de 105L41 de l’Etablissement de Tarbes et un groupe équipé de 155GPFT.

-Le 364ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Porté est réactivé avec trois groupes de 155mm équipés de GPFT.

Courant octobre, prévoyant une guerre longue, le généralissime Villeneuve ordonne la mise sur pied de deux nouveaux RALP, le 356ème équipé de deux groupes de 105L41 et un groupe de 155 GPFT et le 357ème équipé de trois groupes de 105L41.

21-Armée de terre (67)

161ème régiment d’artillerie de position

Canon de 105mm modèle 1913S dans un musée finlandais

Canon de 105mm modèle 1913S dans un musée finlandais

Ce régiment est mobilisé en août 1939 à Valenciennes et à Maubeuge avec pour noyau actif le 7ème groupe du 15ème RAD de Douai. Ce régiment va mettre sur pied pas moins de quatre groupes de position repartis le long de la frontière belge.

-Le 1er groupe affecté au Secteur Fortifié de l’Escaut et au Secteur Défensif des Flandres dispose de trois batteries avec un total de 8 canons de 75mm modèle 1897, 8 canons de 120L modèle 1878, 4 canons de 105L modèle 1913S et 8 canons de 155L modèle 1877.

-Le 2ème groupe affecté au SF Maubeuge (future 101ème DIF) assure l’appui du 87ème RIF avec trois batteries cumulant dix canons de 75mm modèle 1897 dont deux en casemates, huit canons de 155L modèle 1877, quatre canons de 105L modèle 1913S et huit canons de 120L modèle 1878.

-Le 3ème groupe affecté lui aussi au SF de Maubeuge en appui du 84ème RIF dispose de trois batteries soit un total de quatre canons de 105L modèle 1913S, 8 canons de 120L modèle 1878, 8 canons de 155L modèle 1877 et 8 canons de 75mm (sept modèle 1897 et un modèle 1897/33).

-Un 4ème groupe est mis sur pied avec deux batteries, la 10ème disposant de huit canons de 75mm modèle 1897 et la 11ème battterie disposant de douze canons du même modèle mais employé en antichar.

Suite à la démobilisation, le régiment est maintenu dans les secteurs où il était stationné durant la guerre de Pologne mais il réduit son format et se réorganise. Dans le Secteur Fortifié des Flandres, les 10ème et 11ème batteries sont maintenues en ligne avec avec seulement six pièces chacune.

Le 1er groupe déployé au sein du SF Escaut aligne désormais 16 canons de 75mm modèle 1897 en deux batteries et une batterie équipée de huit canons de 105L modèle 1913S, eux aussi montés sur un train de roulement moderne.

Si le 3ème groupe est dissous et les pièces stockées, le 2ème groupe est maintenu en ligne avec de 16 canons de 75mm modèle 1897 (deux batteries) et une batterie de 8 canons de 105mm modèle 1913S (une batterie).

A la mobilisation d’août 1948, le 4ème groupe déployé dans les Flandres prend en charge une partie de la défense côtière et reçoit pour cela une batterie de huit canons de 155mm GPF en plus de deux batteries de huit canons de 75mm modèle 1897.

Si le 1er et le 2ème groupe ne changent pas, le 3ème groupe est réactivé avec huit canons de 105L modèle 1913S.

162ème régiment d’artillerie de position

Ce régiment est mobilisé à Grenoble et à Tournoux en août 1939 avec comme noyau actif, la 5ème batterie du 2ème groupe du 154ème RAP. Il est affecté au Secteur Fortifié du Dauphiné.

Il est composé d’un 1er groupe dissous en février 1940 pour former le 4ème groupe du 164ème RAP, un 2ème groupe regroupant les batteries 4, 5 et 6 disposant de canons de 65mm, de 75mm, de 105 et de 155mm, tractés ou en casemates, d’un troisième groupe avec les 7ème et 8ème batteries disposant de canons de 65mm, de 95mm ; de 105 et de 155mm et d’un groupe d’ouvrages avec les 9ème, 11ème, 12ème, 13ème et 14ème batteries.

Dissous le 7 août 1940, le 162ème RAP est reconstitué avec un groupe d’ouvrage et deux groupes disposant chacun de trois batteries : une batterie de 75mm, une batterie de 105mm et une batterie de 155mm GPFT.

163ème régiment d’artillerie de position

Le 163ème régiment d’artillerie de position est officiellement créé à Metz à partir de l’ancien 153ème régiment d’artillerie à pied et complété par des éléments du 281ème régiment d’artillerie lourde à tracteur.

En 1931, elle dispose de trois groupes de 280mm modèle 1914 et le 15 avril 1933 intègre la Région Fortifiée de Metz. Le 15 avril 1934, trois nouvelles batteries sont créées et le 16 mars 1936, le 163ème régiment d’artillerie à pied devient régiment d’artillerie de position.

A ce moment là, le régiment dispose d’un 1er groupe de position (trois batteries) affecté au SF de Faulquemont, les 2ème et 3ème groupes (ouvrages et position) au SF du Boulay et le 4ème groupe de position à deux batteries à la position de barrage de Metz.

A la mobilisation d’août 1939, le 163ème RAP donne naissance à trois régiments de guerre en l’occurence le 153ème RAP, le 163ème et le 165ème RAP.

Le 163ème RAP (parfois appelé également Régiment d’Artillerie de Forteresse) comporte trois groupes, tous affectés au Secteur Fortifié de Faulquemont avec un 1er groupe appuyant le 156ème RIF (une batterie de 75 et une batterie de 155mm), un 2ème groupe appuyant le 160ème RIF avec deux batteries de 75mm et un 3ème groupe destiné à l’artillerie lourde longue portée avec trois batteries disposant de canons de 155mm et une batterie  chargée d’armer les ouvrages.

Ce régiment est pérennisè après la démobilisation et à la mobilisation d’août/septembre 1948, il reste déployé dans le Secteur Fortifié de Faulquemont.

164ème régiment d’artillerie de position

Le 164ème régiment d’artillerie de position est mobilisé à partir du 25 août 1939 avec un noyau actif fournit par le 1er groupe du 154ème RAP et affecté au Secteur Fortifié de Savoie à l’exception de la 1ère batterie déployée dans le Secteur Fortifié du Rhône.

Les 1er et 2ème groupes sont déployés en Maurienne, le 3ème puis un 4ème groupe (créé en janvier 1940) sont déployés en Tarentaise. Comme les autres RAP, le régiment d’un matériel assez hétéroclite avec des canons de 75mm (modèle 1897), de 105mm (modèle 1913), de 155mm (C et L), de 145/155 modèle 1916, de canons de 95mm, de mortiers de tranchée 150T modèle 1917…… .

Suite à la démobilisation, la 1ère batterie du 164ème RAP reste détachée dans le SF du Rhône avec néanmoins des moyens réduits en l’occurence, les trois canons de 105mm et les quatre canons de 155mm, le Fort l’Ecluse étant mis en sommeil.

Le reste du 164ème RAP reste déployé dans le Secteur Fortifié de Savoie avec seulement les 2ème et 3ème batterie du 1er groupe, le 2ème et le 3ème groupe, le 4ème groupe étant dissous.

A la mobilisation d’août 1948, le 164ème RAP est totalement réorganisé avec quatre groupes,  deux groupes de 75mm, un groupe de 155mm et un groupe antichar mixte (75 et 47mm).

165ème régiment d’artillerie de position

Le 165ème RAP est mobilisé à la fin du mois d’août 1939 par le CMA 46 de Metz à partir d’un noyau actif fournit par le 163ème RAP. Avec le 1er groupe du 160ème RAP, il assure avec ses trois groupes la défense de la place de Metz.

Il dispose comme armement des pièces d’artillerie des forts ex-allemands (74 canons de 100 et de 150mm), des canons de 120L modèle 1878, des mortiers de 75T pour la défense rapprochée des forts et 12 canons de 75mm utilisés comme pièces antichars (position de barrage de Metz)

Devant également mener des missions offensives contre la ligne Siegfried, il reçoit des pièces lourdes avec 12 canons Schneider 220C (1er groupe) et 8 mortiers de 280 au sein du 3ème groupe, le 2ème groupe recevant ultérieurement quatre mortiers de 370mm Filloux.

Après la démobilisation, il est pérennisè sous une forme réduite. Les forts allemands sont mis en sommeil entrainant la dissolution du 1er groupe. Le 2ème groupe dispose de trois batteries de huit canons de 120L De Bange modèle 1878 puis de canons de 105L modèle 1913S et le 3ème groupe disposant d’une batterie de huit canons de 75mm et d’une batterie de douze canons de 47mm destinés à la lutte antichar.

A la mobilisation d’août/septembre 1948, le 1er groupe est réactivé, les effectifs des 2ème et 3ème groupe sont complétés avec pour le 3ème groupe une troisième batterie de huit canons de 75mm.

Un 4ème groupe est créé en octobre 1948 avec des pièces puissantes en l’occurence les canons de 220mm et les mortiers de 280mm déjà présents en 1939/40 et ressortis des dépôts pour l’occasion.

166ème régiment d’artillerie de position

Le 166ème régiment d’artillerie de position est créé le 1er septembre 1937 à partir du 5ème groupe du 155ème RAP ainsi que d’éléments des 12ème et 59ème RA. Affecté au Secteur Défensif de la Sarre, il dispose d’un état-major et de trois groupes.

A la mobilisation, il se dédouble pour former trois régiments : le 49ème RAMRF à partir du 1er groupe, le 150ème RAP à partir du 3ème groupe et le 166ème RAP à partir du 2ème groupe.

Le 166ème RAP de guerre compte trois groupes à trois batteries et une section de transport hippomobile et est affecté au Secteur Défensif devenu en mars 1940 Secteur Fortifié de la Sarre.

Le 1er groupe dispose de 8 canons de 75mm et 16 canons de 155mm, le 2ème groupe de 20 canons de 75mm (dont quatre en casemates) et de 8 canons de 155mm et le 3ème groupe d’un parc hétéroclite avec 12 canons de 120L modèle 1878, 12 canons de 155mm, deux canons de 220mm modèle 1917 et 2 mortiers de 280mm.

A la démobilisation, ce régiment est maintenu en ligne avec des moyens plus réduits, les pièces lourdes étant stockées, les canons de 120L trop usés étant feraillés, ne laissant en ligne que les canons de 75mm et de 155mm. Quand le régiment mobilise en août 1948, seules les pièces lourdes sont remises en service.

167ème régiment d’artillerie de position

Le 167ème régiment d’artillerie de position est mis sur pied en août 1939 à partir d’un noyau actif incarné par le 3ème groupe du 157ème RAP.

Affecté au SFAM (Secteur Fortifié des Alpes Maritimes), il dispose de trois groupes, le 1er groupe à deux batteries (canons de 65 et de 155mm), le 2ème groupe à trois batteries (canons de 65, de 105 et de 155mm), un 3ème groupe à deux batteries _une d’ouvrage et une équipée de canons de 65 et de 155mm_ et enfin d’un quatrième groupe avec deux batteries d’ouvrages et une batterie de position elle aussi équipée de canons de 65 et de 155mm.

A la démobilisation, ce régiment d’artillerie de position est mis en sommeil. Il est réactive le 30 août 1948 avec un premier groupe qui concentre sous son autorité les batteries d’ouvrage, un deuxième groupe disposant de deux batteries de huit canons de 75mm modèle 1897 et un troisième groupe disposant de trois batteries de huit canons de 155L modèle 1877 et 155C modèle 1917.

168ème régiment d’artillerie de position

Le 168ème RAP est mis sur pied en août 1939 à Haguenau et Sarrebourg par le CMA 220 à partir d’un noyau actif, le 5ème groupe du 155ème RAP. Le nouveau régiment est affecté au Secteur Fortifié des Vosges devenu un temps le 43ème CAF.

Il est composé d’un 1er groupe à trois batteries (une de 75mm et deux de 155C) et d’un 2ème groupe à trois batteries de 155mm. Ce régiment est pérennisè à la démobilisation, sa structure n’évolue pas jusqu’à la mobilisation de septembre 1948 quand un 3ème groupe est activé avec deux batteries de 8 canons de 105L modèle 1913S.

169ème régiment d’artillerie de position

Sans le déclenchement de la guerre de Pologne, la création d’un 169ème RAP aurait été mené à pied  avec un groupe hippomobile, un groupe à pied et une batterie d’ouvrage.

Finalement, le 169ème RAP est mis sur pied à la mobilisation par le CMA 2 à Stenay et Sedan avec pour noyau actif le 7ème groupe de position du 17ème RAD. Il forme l’artillerie du Secteur Fortifié de Montmedy avec un seul et unique groupe disposant de deux batteries de 155mm, une batterie de 120L De Bange, six batteries de 105mm, une batterie d’ouvrages armant des forts de la région de Verdun et une section de transport automobile ou STA.

Maintenu en ligne après la démobilisation, le 169ème RAP est réorganisé en 1942 avec deux groupes, un premier groupe équipé d’une batterie de 155mm et deux batteries de 105mm et un deuxième groupe avec deux batteries d’ouvrages, une pour les forts de Verdun et un autre pour les casemates du SF Montmedy et une batterie de 105mm.

A la mobilisation d’août 1948, une batterie de douze canons de 47mm modèle 1937 est intégrée au régiment pour renforcer la défense antichar du secteur.

170ème régiment d’artillerie de position

Le 170ème RAP est mis sur pied à la mobilisation à partir du 1er groupe du 159ème RAP avec deux groupes :

Le 1er groupe affecté au Secteur Fortifié de Colmar (future 104ème DIF) dispose d’une 1ère batterie avec 12 canons de 75mm modèle 1897 et une 2ème batterie équipée de 4 canons de 120L modèle 1878, 4 canons de 155L modèle 1877 et 4 canons de 155C Saint Chamond modèle 1915.

Le 2ème groupe affecté au Secteur Fortifié du Jura (futur 45ème CAF) dispose d’une 3ème batterie avec 4 canons de 75mm, 4 canons de 90mm et 4 canons de 155C Saint Chamond modèle 1915, une 4ème batterie avec 4 canons de 155C Schneider modèle 1917, deux canons de 155L modèle 1877 et deux canons de 75mm modèle 1897.

La 5ème batterie dispose de 4 canons de 155C et 4 canons de 75mm modèle 1897 et la 6ème batterie dispose de 4 canons de 155C modèle 1917 et 4 canons de 155L modèle 1877.

Le 1er groupe est maintenu après la démobilisation mais le 2ème est dissous, laissant la région du Jura sans couverture.

Ce n’est qu’à la mobilisation que le 170ème RAP renait comme véritable régiment, le 1er groupe participant à la mise en place de deux groupes d’artillerie de position tout en restant déployés à Colmar.

Ces deux groupes déployés dans le Jura disposent chacun d’une batterie de huit canons de 155mm, de deux batteries de 75mm et d’une batterie antichar à canons de 47mm. Ultérieurement, une batterie d’artillerie lourde équipée de canons de 240mm modèle 1884/44 intégrera le 2ème groupe pour renforcer les défenses du secteur.

21-Armée de terre (65)

Les régiments d’artillerie de la Ligne Maginot (1) : les RARF/RAMF

Préambule

La mise en place de la «Muraille de France» plus connue sous le nom de la Ligne Maginot entraine un changement sensible dans l’armée française avec la création de l’infanterie de forteresse. Il faut aussi armer les ouvrages et garder les intervalles. On décide de créer une artillerie de forteresse aussi spécialisée que l’est l’infanterie de forteresse.

Le 15 avril 1933, dans la Région Fortifiée de Metz, le 39ème RARF voit le jour avec deux groupes de 75mm et un groupe de 155C en compagnie de deux régiments d’artillerie de position, les 151ème et 163ème RAP.

Le même jour, dans la Région Fortifiée du Lauter, est mis sur pied le 155ème RAP qui fournit trois groupements de position, deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.

Si aucune unité n’est prévue pour le Rhin, au niveau des Alpes, il est prévu deux régiments d’artillerie de position, le 154ème RAP de Grenoble et le 157ème RAP de Nice.

Le 1er septembre 1935, le groupement automobile du 155ème RAP devient le 59ème RARF à Sarrebourg et un an plus tard, le 39ème RARF se dédouble pour former le 46ème RARF.

Le paysage de l’artillerie de forteresse ne cessait d’évoluer en fonction de l’extention et de l’évolution de la Ligne Maginot. En 1935, le 5ème groupe du 151ème RAP s’installe à Stenay dans le Secteur Fortifié de Montmedy tandis que le 4ème groupe s’installe à Belfort, reprennant les traditions du 188ème RALT.

En 1936, le 5ème groupe créé le 1er juin s’établit à Morhange pour fournir l’artillerie au Secteur Défensif de la Sarre dépourvu d’ouvrages d’artillerie. En 1937, le 15ème RAD de Douai créé un groupe de position (7ème groupe) alors qu’un second groupe du 155ème RAP s’installe à Strasbourg au sein du Secteur Fortifié du Bas-Rhin.

Toujours en 1937, de nouveaux régiments d’artillerie de position sont mis sur pied comme le 166ème RAP créé à partir du 5ème groupe du 155ème RAP et d’éléments du 59ème RARF, ce régiment assurant notamment l’artillerie du SF de Rorbach.

Dans la 7ème région militaire (Besançon), le 159ème RAP est mis sur pied avec les deux groupes de position du 188ème RA.

En 1938, le 3ème et 7ème groupes du 17ème RAD sont transformés en unités de type forteresse et déployés respectivement à Sedan et Stenay.

D’autres modifications auraient du être menées mais le déclenchement de la guerre de Pologne ne le permet pas.

Les régiments mobiles d’artillerie de forteresse (RAMF)

En août 1939, les trois régiments d’artillerie de région fortifiée du temps de paix (39ème, 46ème et  59ème RARF) vont donner naissance à sept régiment de guerre affectées à la défense de la RF Metz et de la RF Lauter. Deux autres régiments sont mis sur pied à partir du 17ème RAD (pout le 99ème RAMFH) et un noyau actif du 1er groupe du 166ème RAP pour le 49ème RAMF du SD Sarre.

A ce moment donné, une question de sigle se pose. RARF ? RAMF  voir même RAAF (Régiment Automobile d’Artillerie de Forteresse pour le 23ème) ou RAMFA (Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse Automobile) ?

Pour des raisons de commodités, j’ai choisit le terme RAMF, le terme mobile permettant de différencier ces régiments des RAP.

Chaque RAMF mobilisé dispose d’un état-major, d’une batterie hors-rang, de deux groupes de 75mm modèle 1897 et un groupe de 155C modèle 1917, tous les canons étant à traction automobile.

Chaque groupe est organisé en un état-major, une colonne de ravitaillement et trois batteries de quatre pièces.

-Le 23ème régiment d’artillerie mobile de forteresse est mis sur pied par le CMA 46 de Metz avec l’aide d’un noyau actif du 39ème RARF et affecté au Secteur Fortifié du Boulay. Il compte deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.  Il est maintenu en ligne après la démobilisation.

-Le 39ème régiment d’artillerie de région fortifiée de Metz est créé le 15 avril 1933 avec des batteries issues du 61ème RA et les deux groupes lourds du 25ème RAD.

Le 1er septembre 1936, le 39ème RARF se dédouble pour former le 46ème RARF et un nouveau 39ème RARF avec deux groupes de 75mm et un groupe de 155C.  A l’hiver 1937-38, ce régiment est motorisé et devient le 39ème RAMF ou Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse.

A la mobilisation d’août 1939, le 39ème RAMF se dédouble à nouveau, formant un 23ème RAMF et un 39ème RAMF de guerre qui est affecté au Secteur Fortifié de Faulquemont. Il est maintenu en ligne sous cette forme après la démobilisation.

-La 46ème régiment d’artillerie de région fortifiée de Thionville est recréé le 1er septembre 1936 sous le nom de 46ème RARF par dédoublement du 39ème RARF. Lors de la mobilisation, il se dédouble en deux régiments «de guerre», le 46ème et le 70ème RAMF.

Ce régiment de guerre compte comme les autres RAMF/RARF deux groupes de 75mm équipés de modèle 1897 et de 155C montés sur pneumatiques. Il est maintenu en ligne après la démobilisation de l’été et l’automne 1940.

-Le 49ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (ou de Région Fortifiée) est mis sur pied à la fin du mois d’août 1939 avec un noyau actif du 1er groupe du 166ème RAP. Comme les autres régiments de ce type, il forme deux groupes de 75mm et un groupe de 155C, formant l’artillerie mobile du Secteur Fortifié de la Sarre. Il est dissous à la démobilisation d’août/septembre 1940.

-Le 59ème régiment d’artillerie de région fortifiée de Sarrebourg est officiellement créé à Sarrebourg le 1er septembre 1935 par changement du nom du groupement d’artillerie mobile de la RF Lauter (5ème, 6ème et 7ème groupe du 155ème RAP).

En avril 1937, le 59ème RARF compte six groupes, quatre groupes à Sarrebourg au sein de la Région Fortifiée de la Lauter et deux groupes à Morhange au sein du Secteur Défensif de la Sarre, ce dernier détachement étant à la base du 166ème RAP.

En 1939, le 59ème RARF compte trois groupes de 75mm à deux batteries et un groupe de 155C à trois batteries. A la mobilisation, le 59ème RARF donne naissance à trois régiments de guerre, les 59ème, 60ème et 69ème RAMF.

Le 59ème RAMF de guerre est formé par le 3ème groupe du 59ème RARF et de la 15ème batterie (155) et compte deux groupes de 75mm et un groupe de 155C, régiment affecté au Secteur Fortifié du Rorbach. Il est maintenu en ligne après la démobilisation.

-Le 60ème régiment d’artillerie mobile de forteresse est mis sur pied par le CMA 220 de Sarrebourg en août 1939 à partir d’un noyau actif formé par le 1er groupe du 59ème RARF et affecté au 43ème Corps d’Armée de Forteresse (ex-Secteur Fortifié des Vosges). Il est maintenu en ligne après la démobilisation.

-Le 69ème RARF/RAMF est mis sur pied par le CMA 220 de Sarrebourg à partir du 2ème groupe du 59ème RARF et affecté au Secteur fortifié d’Haguenau avec un groupe de 75mm tracté et un groupe de 155C. Il est maintenu après la démobilisation.

-Le 70ème RAMF est mis sur pied en août 1939 avec un noyau actif du 46ème RARF, formant avec le 151ème RAP l’artillerie du Secteur Fortifié du Thionville. Comptant deux groupes de 75mm et un groupe de 155C automobile, il est dissous au mois d’août 1940.

-Le 99ème régiment d’artillerie mobile de forteresse hippomobile est mis sur pied par le CMA 2 de Sedan avec pour noyau actif, le 3ème groupe du 17ème RAD et affecté au SF de Montmedy. Il est dissous en août 1940.

A la mobilisation de septembre 1948, les 49ème et 70ème RAMF sont réactivé. A partir d’octobre 1948 alors que la guerre fait rage en Norvège, on renforce les RAMF en leur ajoutant un troisième groupe de 75mm équipé de canons TAZ modèle 1939, la mission de ce troisième groupe étant davantage la lutte antichar à longue portée que le tir d’interdiction.

Les régiments d’artillerie de la ligne Maginot (2) : les régiments d’artillerie de position (RAP)

Comme pour les RARF/RAMF, les régiments d’artillerie de position (RAP) du temps de paix vont donner naissance à des régiments de mobilisation. En juillet 1939, on trouve sept régiments d’artillerie de position d’active :

-Le 151ème régiment d’artillerie de position de Thionville

-Le 154ème régiment d’artillerie de position de Grenoble

-Le 155ème régiment d’artillerie de position d’Haguenau

-Le 157ème régiment d’artillerie de position de Nice

-159ème régiment d’artillerie de position de Belfort

-163ème régiment d’artillerie de position de Metz

-166ème régiment d’artillerie de position de Morhange

A la mobilisation, ces sept régiments vont donner naissance à vingt-régiments d’artillerie de position numérotés de 150 à 170. A la différence des RAMF, le matériel des régiments de position est extraordinairement hétérogène et très ancien.

150ème régiment d’artillerie de position

-Le 150ème régiment d’artillerie de position est mis sur pied à la fin du mois d’août par le CMA 220 (Sarrebourg et Sarre-Union) à partir d’un noyau actif pour fournir par le 3ème groupe du 166ème RAP.

Affecté au Secteur Fortifié de Rorbach, ce régiment dispose d’un PC, d’un 1er groupe chargé de l’action d’ensemble avec des canons de 155mm (8 155L modèle 1918 et 8 155L modèle 1877) et des canons de 145mm (8 canons de 145L modèle 1916), d’un 2ème groupe chargé de l’appui du 153ème RIF (8 canons de 155L modèle 1918, 8 canons de 155C Saint Chamond et 8 canons de 120L De Bange), un Groupement d’ouvrages et une Section de Transport Automobile.

A la démobilisation, le régiment est dissous mais le 1er groupe est transféré au 59ème RAMF. Cette situation perdure jusqu’au 1er septembre 1948 quand le 150ème RAP est réactivé et que le premier groupe retrouve son régiment d’origine avec le même matériel moins les canons de 120mm De Bange remplacés par des canons de 105mm modèle 1913.

Le 151ème régiment d’artillerie de position

-Le 151ème régiment d’artillerie de position est créé le 5 mai 1929 à Thionville et à Douai à partir du 311ème régiment d’artillerie et d’un groupe du 15ème RAD (futur 3ème groupe du régiment). Le 15 avril 1933, le 151ème RAP forme avec le 39ème RA(futur RARF) et le 163ème RAP, l’artillerie de la Région Fortifiée de Metz.

Le 16 mars 1936, il est réorganisé en batteries d’ouvrages et de positions répartis en six groupes avec trois groupes de forteresse regroupant six batteries et un groupe de position avec trois batteries. Le 1er avril 1937, une nouvelle batterie d’ouvrage rejoint le régiment.

A la mobilisation d’août 1939, le 151ème RAP se dédouble pour donner naissance au 151ème RAP de guerre à deux groupes de position et le 152ème RAP à un groupe de position.

Le 151ème RAP de guerre est affecté au Secteur Fortifié de Thionville disposant pour assurer sa mission d’un 1er groupe avec deux batteries de 4 canons de 155L modèle 1877 et une batterie lourde avec deux canons de 240mm modèle 1884 et deux canons de 220L modèle 1917 alors que le 2ème groupe dispose de trois batteries disposant chacun de quatre canons de 155L modèle 1877.

Maintenu après la démobilisation, le régiment reçoit deux groupes de 75mm du 70ème RAMF dissous en août 1940 ce qui entraine une profonde réorganisation :

-1er groupe avec trois batteries de quatre canons de 155L modèle 1877

-2ème groupe avec deux batteries de quatre canons de 155L modèle 1877 et deux batteries de 75mm (issus du 70ème RAMF)

-3ème groupe équipé de quatre batteries de 75mm (issus du 70ème RAMF)

-une batterie lourde indépendante avec deux canons de 240mm modèle 1884 modifié 1944 et deux canons de 220L modèle 1917.

Suite à la mobilisation d’août 1948, le 151ème RAP met sur pied une nouvelle organisation. Il participe ainsi à la réactivation du 152ème RAP tandis que les batteries de 75mm forment à nouveaux deux groupes de 75mm. Le 151ème RAP est organisé alors avec un 1er groupe à trois batteries de quatre canons de 155L modèle 1877 et un 2ème groupe disposant de deux batteries de quatre canons de 155L modèle 1877 plus la batterie lourde ancienement indépendante.

152ème régiment d’artillerie de position

-Le 152ème régiment d’artillerie de position est mis sur pied à la fin du mois d’août 1939 à Thionville et Conflans-Labry par le Centre Mobilisateur d’Artillerie n°206 (CMA 206) avec un noyau actif fournit par les 2ème et 5ème groupe du 151ème RAP, le nouveau régiment occupant le Secteur Fortifié de Crusnes.

Ce régiment dispose de trois batteries d’ouvrages et d’un groupe de position disposant de deux batteries de 155C modèle 1917 et deux batteries de 155L modèle 1877. A la démobilisation, le régiment est dissous.

Réactivé le 1er septembre 1948, le 152ème RAP dispose de la même organisation mais les canons de 155L modèle 1877 ont été remplacés par des canons de 155C modèle 1917, unifiant l’équipement du régiment.

153ème régiment d’artillerie de position

-Le 153ème régiment d’artillerie de position est mis sur pied à la fin du mois d’août 1939 par le CMA 46 à Metz et dans sa région avec un noyau actif fournit par les 2ème et 3ème groupe du 163ème RAP, le premier pour les batteries d’ouvrages, le second pour les batteries de position.

Affecté au Secteur Fortifié du Boulay, ce régiment dispose des moyens suivants :

-Un premier groupe pour appuyer le 162ème RIF avec trois batteries de quatre canons de 75mm modèle 1897 et une batterie de quatre canons de 240L modèle 1884

-Un deuxième groupe disposant de cinq batteries de 155L modèle 1877 et de deux batteries de 120L remplacés ultérieurement par des canons de 105L modèle 1913

-Un troisième groupe disposant de trois batteries de quatre canons de 155L modèle 1918 Schneider

-Un quatrième groupe assure l’appui du 160ème RIF avec deux groupes de 75mm modèle 1897 et deux canons de 65mm pour la lutte antichar.

A cela s’ajoute quatre canons de 75mm sous casemates. Le régiment est dissous à la démobilisation de l’été/automne 1940.

Il est reconstitué dès le 30 août 1948 et dispose une fois ses effectifs et son matériel complété de deux groupes de 75mm, deux groupes de 105mm et un groupe équipé de pièces lourdes en l’occurence quatre canons de 240L et 4 canons de 155L. Il arme toujours quatre canons de 75mm sous casemate.

154ème régiment d’artillerie de position

-Le 154ème régiment d’artillerie de position est créé à Grenoble le 1er août 1919 sous le nom de 154ème régiment d’artillerie à pied avec trois groupes à deux batteries  plus deux batteries indépendantes soit un total de huit batteries.

Réorganisé le 15 octobre 1934, il dispose d’un état-major et d’un peloton hors-rang, d’un 1er groupe disposant de deux batteries (1ère et 2ème batteries), d’un 2ème groupe disposant de trois batteries numérotées 4,5 et 6 et d’un troisième groupe disposant des 7ème et 8ème batteries, le régiment formant l’artillerie des Secteurs Fortifiés de Savoie et du Dauphiné. En juin 1938, quatre batteries d’ouvrages sont créés, le 154ème régiment d’artillerie à pied devenant régiment d’artillerie de position.

La mobilisation d’août 1939 voit le 154ème RAP mettre sur pied trois régiments de guerre, le 1er groupe formant le 164ème RAP en Savoie, le 2ème groupe forme le 162ème RAP et le 3ème groupe forme un 154ème RAP de guerre.

Ce régiment de guerre est mis sur pied par le CMA 214 de Grenoble, disposant d’un état-major, de trois groupes à trois batteries et une section de transport hippomobile, une batterie d’ouvrage au Janus, le régiment assurant la garde du Secteur Fortifié du Dauphiné.

Le matériel est des plus hétéroclite avec au sein du 1er groupe une 1ère batterie disposant de  8 canons de 75mm modèle 1897, 3 canons de 65mm modèle 1906, 4 canons de 155C Saint Chamond  et 2 mortiers de tranchée 150T, une 3ème batterie avec 4 canons de 75mm modèle 1897, 6 canons de 120L modèle 1878, 3 canons de 65mm modèle 1906 et deux mortiers de tranchée 150T, une 6ème batterie disposant de quatre canons de 280mm modèle 1914 et quatre canons de 220C modèle 1916 et la 11ème batterie installée au Janus.

Le 2ème groupe dispose d’une 2ème batterie avec 8 canons de 155L (4 modèle 1877 et 4 modèle 1877/14) et 4 canons de 105L modèle 1913, d’une 4ème batterie avec 4 canons de 75mm modèle 1897 et 4 canons de 65mm modèle 1906, une 5ème batterie avec 4 canons de 75mm modèle 1897 et 4 canons de 155C Saint Chamond et une 7ème batterie équipée de 4 canons de 155L modèle 1877 et 4 canons de 105L modèle 1913.

Enfin le 3ème groupe dispose d’une 8ème batterie avec 4 canons de 155L modèle 1916 et 2 matériels de 194GPF sur chenilles, d’une 9ème batterie avec quatre canons de 155L modèle 1877 et deux mortiers de 150T et d’une 10ème batterie aec 6 canons de 65mm modèle 1906 et 6 canons de 75mm modèle 1897.

Après la démobilisation, le 154ème RAP maintien les trois groupes réduits à deux batteries. Le 1er groupe dispose de deux batteries de 75mm (huit canons), le 2ème groupe dispose de deux batteries équipées de canons de 105L modèle 1913 (huit canons) et le 3ème groupe dispose de deux batteries, une de quatre obusiers de 280mm et une de quatre canons de 220C modèle 1916.

A la mobilisation d’août 1948, chaque groupe reçoit une troisième batterie, le 1er groupe recevant une batterie de huit canons de 75mm, le 2ème groupe une batterie de huit canons de 155C modèle 1917 et le 3ème groupe une batterie de 155L modèle 1917 modifié 1944.

21-Armée de terre (61)

Les régiments d’artillerie coloniale (RAC)

Le régiment d’artillerie coloniale type 1943 est organisé comme en septembre 1939 en un type métropolitain identique aux RAD et un type empire qui ne dispose que de deux groupes de 75mm et d’un groupe de 105mm qui contrairement au type métropolitain ne se dédoublent pas.

En août 1948, les bigors disposent des régiments d’artillerie suivants :

-Le 1er régiment d’artillerie coloniale (RAC) de Libourne est rattaché à la 1ère Division d’Infanterie Coloniale de Bordeaux

-Le 2ème régiment d’artillerie coloniale de Nimes est rattaché à la 2ème Division d’Infanterie Coloniale de Nimes

-Le 3ème régiment d’artillerie coloniale de Joigny est rattaché à la 3ème Division d’Infanterie Coloniale de Paris

-4ème  régiment d’artillerie coloniale en Indochine intégré à la 6ème Division Légère d’Infanterie

-5ème  régiment d’artillerie coloniale en Indochine intégré à la 7ème Division Légère d’Infanterie

-6ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 8ème Division Légère d’Infanterie

-7ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 9ème Division Légère d’Infanterie

-8ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 10ème Division Légère d’Infanterie

-9ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 11ème Division Légère d’Infanterie

-10ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 12ème Division Légère d’Infanterie

-11ème régiment d’artillerie coloniale intégré à la 13ème Division Légère d’Infanterie

-Le 12ème régiment d’artillerie coloniale d’Agen est rattaché à la 4ème Division d’Infanterie Coloniale de Toulouse.

-Le 41ème Régiment d’Artillerie Coloniale est rattaché à la 191ème Division d’Infanterie d’Afrique déployée au Levant.

-Le 42ème régiment d’artillerie coloniale  intégre la 2ème Division Légère d’Infanterie.

-A Fort de France, on trouve une batterie mixte d’artillerie coloniale

-A Madagascar, on trouve deux groupes autonomes, le Groupe autonome d’artillerie coloniale de Diego-Suarez et le Groupe autonome d’artillerie coloniale de l’Emyne.

-En Chine, le groupe mixte d’artillerie coloniale à été dissous en 1944

Avant la mobilisation, les bigors disposent donc de quinze régiments d’artillerie coloniale, cinq de type métropolitain (1er, 2ème, 3ème, 9ème et 12ème) et dix de type colonial.

La mise sur pied de trois nouvelles divisions d’infanterie coloniale, les 5ème, 6ème et 7ème DIC entraine la mise sur pied de trois nouveaux régiments d’artillerie coloniale :

-Le 13ème régiment d’artillerie coloniale est mis sur pied par des éléments du 1er RAC de Libourne  et affecté à la 5ème DIC. Il est du type métropolitain.

-Le 14ème régiment d’artillerie coloniale est mis sur pied par des éléments du 2ème RAC de Nimes  et affecté à la 6ème DIC. Il est du type métropolitain.

-Le 15ème régiment d’artillerie coloniale est mis sur pied par des éléments du 3ème RAC de Paris et et affecté à la 7ème DIC. Il est du type métropolitain.

Comme les RAD, les quatre RAC type métropolitain d’active et les trois RAC type métropolitain de mobilisation donnent naissance à un RALC ou Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale selon le schéma suivant :

-201ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 1ère DIC

-202ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 2ème DIC

-203ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 3ème DIC

-212ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 12ème DIC

-213ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 5ème DIC

-214ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 6ème DIC

-215ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale affecté à la 7ème DIC

Intégré à la Réserve Générale, on trouve également, le 364ème régiment d’artillerie lourde coloniale équipé de canons de 155C modèle 1917. Perennisé après la démobilisation, il reçoit ultérieurement deux groupes de 105 L36 et deux groupes de 155 GPFT.