24-Armée de l’air (43)

Groupement d’Aviation de la 3ème armée

Couvrant le secteur compris entre Longuyon et Sarreguemines, la 3ème armée et ses quatre corps d’armée (trois français et un britannique) s’appuie sur des ouvrages de la ligne Maginot et dispose également d’un groupement d’aviation pour assurer la couverture, l’appui et l’éclairage.

Le Dewoitine D-520 est au printemps 1940 le chasseur le plus moderne de l'armée de l'air

Le Dewoitine D-520 est au printemps 1940 le chasseur le plus moderne de l’armée de l’air et en septembre 1948, il fait encore bonne figure

Le GRAVIA IIIA dispose de deux escadres de chasse, la 5ème escadre équipée de Curtiss H-81 et de Bréguet Br700C2 stationnée sur la base aérienne 138 de Metz Frescaty et la 7ème escadre équipée de Dewoitine D-520 et de Bréguet Br700C2 soit un total de 216 chasseurs répartis entre 162 monomoteurs et 54 bimoteurs, la 7ème EC étant stationnée à Toul-Ochey sur la base aérienne 159.

L’appui-feu est assuré par le GBA III/40 équipé de Loire-Nieuport LN-430 stationné sur la BA 239 de Chamblay en compagnie d’un groupe de bombardement d’assaut, le GBA III/51 équipé de Bréguet Br695.

L'élégant Amiot 351

L’élégant Amiot 351

Le bombardement horizontal est assuré depuis la base aérienne de Saint Dizier par les GB II/34 et III/34 équipés chacun de 27 Amiot 351.

La reconnaissance est assurée par le GR I/33 équipé de Bloch MB-175 qui décolle depuis la base de Châtel-Cléhery (BA 177) en compagnie du GAO-507.

Le GRAVIA III-A dispose de 216 chasseurs, 27 bombardiers en piqué,27 avions d’assaut, 54 bombardiers moyens et 36 avions de reconnaissance soit 360 appareils.

A ce total appréciable s’ajoute les trois Groupes Aériens d’Observation (GAO), le GAO-507 déployé depuis la base aérienne de Châtem-Cléhery dispose pour éclairer le 7ème Corps d’Armée dispose de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

Le GAO-523 qui opère depuis la base aérienne 238 de Mars-la-Tour dispose pour éclairer le 23ème CA ou Corps d’Armée Colonial dispose de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

Le GAO-524 qui opère depuis la base aérienne 180 de Velaine en Haye près de Nancy éclaire le 24ème CA avec huit Bloch MB-176 de reconnaissance armée, douze Dewoitine D-720 de coopération et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 d’observation et de réglage de tir.

Le total d’appareils disponibles pour le GRAVIA III-A est de 465 appareils (216 chasseurs, 108 bombardiers et avions d’assaut, 141 avions de reconnaissance et d’observation).

Groupement d’Aviation de la 4ème armée

La 4ème armée qui couvre le secteur Sarreguemines-Selestat dispose pour assurer sa couverture aérienne, son appui au sol et son éclairage d’un groupement d’aviation qui comprend les éléments suivants :

Lockheed P-38 Ligthning de l'USAAF

Lockheed P-38 Ligthning de l’USAAF, l’équivalent du H-322 Eclair de notre armée de l’air

-Deux escadres de chasse : la 6ème EC équipée de Dewoitine D-520 et de Lockheed H-322 basée à Strasbourg-Entziheim (BA 244) et la 19ème EC équipée de Dewoitine D-551, de Bréguet Br700C2 (deux escadrilles) et de Lockheed H-322 (une escadrille) stationnée à Xaffevillers sur la base aérienne 173.

-Une escadre de bombardement d’assaut, la 41ème Escadre de Bombardement d’Assaut (41ème EBA) composée de trois groupes de Bréguet Br696 tous stationnés à Morhange sur la BA 242.

Schéma de l'Amiot 354

Schéma de l’Amiot 354

-Une escadre de bombardement moyen la 21ème EBM stationnée à Adelot sur la BA 240 avec trois groupes d’Amiot 354.

-Un groupe de reconnaissance, le GR II/33 équipé de Bloch MB-175 ayant pour base la base aérienne 241 de Delme

Bloch MB-175

Bloch MB-175

Le GRAVIA IVA dispose de 216 chasseurs, 81 avions d’assaut, 81 bombardiers moyens et 36 avions de reconnaissance soit un total de 414 appareils.

A cela s’ajoute les 105 appareils du GAO-508 (Strasbourg-Entziheim), du GAO-525 (Xaffevilliers) et du GAO-526 (Morhange) tous équipés de avec huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

Le total d’appareils disponibles pour la 4ème armée et son GRAVIA IV-A s’établit à 519 avions.

24-Armée de l’Air (42)

Groupement d’Aviation de la 9ème armée

Dernière armée concernée par la manoeuvre Dyle-Breda, la 9ème Armée dispose comme les autres d’un groupement d’aviation pour assurer sa couverture aérienne, son appui et son éclairage.

Le GRAVIA-IXA dispose de la 1ère escadre de chasse stationnée à Laon-Couvron (BA 178) avec pour équipement l’Arsenal VG-33 (neuf escadrilles sur douze) et le Bréguet Br700C2 (trois escadrilles sur douze) soit un total de 108 chasseurs (81 monomoteurs et 27 bimoteurs).

Il dispose également d’un groupe de bombardiers en piqué, le GB II/40 équipé de Loire-Nieuport LN-430 et stationné sur la BA 230 de Villiers-Les Guise en compagnie du GBA I/51, un groupe de bombardement d’assaut équipé de Bréguet Br691 et Br693.

Le GB III/12 équipé de Lioré et Olivier Léo 451 quitte sa base du temps de paix sur la BA 139 de Persant Baumont pour rejoindre sa base du temps de guerre, la base aérienne 232 d’Athiès où il cohabite avec le GAO-504.

Enfin le Groupement Aviation de la 9ème armée dispose du GR III/35, un groupe de reconnaissance stationné sur la base aérienne 235 d’Attigny où ses Bloch MB-176 cohabitent avec les avions du GAO-521.

Le GRAVIA IX-A dispose de 108 chasseurs (81 Arsenal VG-33 et 27 Bréguet Br700C2), de 27 bombardiers en piqué Loire-Nieuport LN-430, de 27 avions d’assaut Bréguet 691/693, de 27 Lioré et Olivier Léo 451 et de 36 Bloch MB-176 soit un total de 225 avions.

A ce total peut s’ajouter les trois GAO de la 9ème armée, le GAO 503 qui dispose de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux ANF-123, le GAO 504 qui dispose de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux AN-123 et du GAO 521 qui dispose de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux AN-123 soit un total de 16 Bloch MB-175, 8 Bloch MB-176, 36 Dewoitine D-720 et 45 ANF-Les Mureaux AN-123 soit un total de 105 appareils.

Le total d’appareils disponibles pour ce groupement est donc de 330 appareils.

Groupement d’Aviation de la 2ème armée

Le pivot de la manoeuvre Dyle-Breda, la 2ème armée chargée de couvrir le massif Ardennais dispose elle aussi d’un groupement d’aviation pour couvrir les troupes au sol et assurer leur appui ou celui de la manoeuvre stratégique qui se déroule plus au nord.

Curtiss H-81

Curtiss H-81

Le GRAVIA II-A dispose de la 4ème escadre de chasse stationnée sur la base aérienne 172 de Suippes avec pour équipement 81 Curtiss H-81 (plus connu sous le nom de P-40 Warhawk) et 27 Lockheed H-322 Eclair.

Douglas DB-7

Douglas DB-7

L’appui-feu est assuré par deux groupes de bombardement léger, les GB I/32 et II/32 équipés de Douglas DB-7D stationnés sur la base aérienne 190 (B.A 190) de Challerange et un groupe de bombardement moyen, le GB I/34 équipé d’Amiot 351 stationné lui sur la base aérienne 157 de Vitry le François en compagnie du GR IV/35 équipé de Bloch MB-176.

L'élégant Amiot 351

L’élégant Amiot 351

Le GRAVIA II-A dispose de 108 chasseurs, de 81 bombardiers et 36 avions de reconnaissance soit un total de 227 avions.

A ce total peut s’ajouter les trois Groupes Aériens d’Observation des trois corps d’armée de la 2ème armée en l’occurence le GAO-505 équipé de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 qui est stationné sur la base aérienne 237 d’Etain, le GAO-506 déployé sur la base aérienne 236 de Spincourt qui dispose de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 et enfin le GAO-522 déployé sur la base aérienne 234 de Stenay qui dispose de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 soit un total de 105 avions.

Au final, le GRAVIA II-A peut compter sur 332 appareils de disponible pour mener à bien sa mission.

Le Groupe d’Armée n°1 dispose de 1476 avions pour appuyer sa manœuvre sans oublier les avions rattachés à la «Réserve générale» (GIR et GIAR).

24-Armée de l’air (41)

Commandement d’Action Tactique (CAT)

Groupement d’Aviation de la 7ème armée

Zones de responsabilités (approximatives) des différentes armées et de leurs Groupements d'Aviation (GRAVIA)

Zones de responsabilités (approximatives) des différentes armées et de leurs Groupements d’Aviation (GRAVIA)

Comme les neuf autres armées massées aux frontières, la 7ème armée chargée de couvrir les côtes de la mer du Nord et de tendre la main aux néerlandais dispose d’un groupement d’aviation formé d’unités de chasse, d’attaque, de bombardement et de reconnaissance.

Des escadrilles de transport peuvent y être rattachées temporairement tout comme les deux Groupes Aériens d’Observation (GAO) rattachés en temps normal aux corps d’armée mais qui peuvent être placés sous la direction du GRAVIA VIIA.

Ces avions sont déployés dans des aérodromes du Nord et du Pas de Calais. Des accords secrets signés au printemps 1948 permettent à ces unités d’utiliser des aérodromes anglais et belges.

Bloch MB-157

Bloch MB-157

Il dispose ainsi de la 8ème escadre de chasse déployée depuis la Base Aérienne 197 de Dunkerque avec 108 chasseurs, 81 Bloch MB-157 et 27 Lockheed H-322 Eclair répartis en trois groupes de trente-six appareils (27 monomoteurs et 9 bimoteurs).

Avion d'assaut Bréguet Br693

Avion d’assaut Bréguet Br693

Au niveau des unités d’attaque, le GRAVIA VIIA dispose de deux groupes de bombardement d’assaut stationnés sur la BA 143 de Saint Omer, les GBA I/35 et II/35 équipés respectivement de Bréguet Br691 et de Bréguet Br693 et d’un groupe de bombardement en piqué équipé de Loire-Nieuport LN-430, le GB I/40 stationné sur la base aérienne BA 144 Norrent-Fontes.

Ce groupement intégre également un groupe de bombardement moyen, le GB II/12 équipé de Lioré et Olivier Léo 451 stationné en temps de paix sur la BA 139 de Persan-Beaumont avec le reste de la 12ème escadre, le 2ème groupe de la 12ème escadre ralliant à la mobilisation l’aérodrome de Lille-Lesquin.

L'élégant Lioré et Olivier Léo 451

L’élégant Lioré et Olivier Léo 451

Quand à la reconnaissance, elle est assurée par le le GR I/35 équipé de 36 Bloch MB-176 installé à Norrent-Fontes.

Le GRAVIA-VIIA dispose donc de 108 chasseurs (81 monomoteurs Bloch MB-157 et 27 bimoteurs Lockheed H-322 Eclair), de 54 bombardiers d’assaut (27 Bréguet Br691 et 27 Bréguet Br693), de 27 bombardiers en piqué Loire-Nieuport LN-430, 27 bombardiers moyens Lioré et Olivier Léo 451 et 36 Bloch MB-176 soit un total de 252 avions de combat.

Il peut prendre sous son aile, le GAO 501 équipé de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 ainsi que le GAO 518 équipé de équipé de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux ANF-123 soit un total de soixante-dix appareils, le premier nommé étant stationné sur la base aérienne de Dunkerque et le second sur la base de Saint Omer.

Bloch MB-175

Bloch MB-175

Au final, dans une configuration extensive, le GRAVIA-VIIA peut aligner 322 chasseurs, avions d’assaut, bombardiers et avions de reconnaissance.

Groupement d’Aviation de la 1ère armée

La 1ère armée chargée de couvrir la trouée de Gembloux au sud-sud est de Bruxelles dispose d’un groupement d’aviation important avec pas moins de deux escadres de chasse, de deux groupes de bombardement d’assaut, de deux groupes de bombardement en piqué, d’un groupe de bombardement moyen, d’un groupe de reconnaissance sans oublier le renfort éventuel d’escadrilles de transport et la mise sous le commandement du GRAVIA IA des GAO-502, GAO-519 et GAO-520.

Arsenal VG-33

Arsenal VG-33

La 2ème escadre de chasse stationnée sur la BA 142 Cambrai dispose de trois groupes de trente-six appareils, vingt-sept Arsenal VG-33 et neuf Lockheed H-322 Eclair. Elle est chargée de la couverture de la 1ère armée en liaison avec la 3ème escadre stationnée sur la BA 188 de Beauvais qui dispose de trois groupes de trente-six appareils répartis entre vingt-sept Dewoitine D-520 et neuf Bréguet Br700C2.

Bréguet Br700C2, l'un des chasseurs biplaces de l'armée de l'air

Bréguet Br700C2, l’un des chasseurs biplaces de l’armée de l’air

Au niveau des unités d’attaque, le GRAVIA I-A dispose du GBA III/35 équipé de Bréguet Br695 stationné sur la base aérienne BA 198 de Denain tout comme le GBA II/51 équipé lui de Bréguet Br693.

Le GB I/42 et le GB II/42 équipés de bombardiers en piqué bimoteurs Bréguet Br698 sont stationnés sur la BA 200 du Quesnoy en compagnie du GB II/12 équipé de Lioré et Olivier Léo 451, groupe stationné en temps de paix sur la base BA 139 de Persant-Beaumont en région parisienne.

Le GB II/35 équipé de Bloch MB-176 est stationné sur la BA 176 de Clastres-Saint-Simon en compagnie du GAO-520.
Outre les 216 chasseurs (162 monomoteurs _81 Arsenal VG-33 et 81 Dewoitine D-520_et 54 bimoteurs _27 Bréguet Br700C2 et 27 Lockheed H-322_), le GRAVIA IA dispose de 54 avions d’assaut (27 Bréguet 693 et 27 Bréguet 695), 54 bombardiers en piqué Bréguet 698, 27 bombardiers moyens Lioré et Olivier Léo 451 et 36 Bloch MB-176 soit un total de 387 avions.

Outre cette force importante, le Groupement d’Aviation de la 1ère Armée peut bénéficier du concours des trois Groupes Aériens d’Observation (GAO).

Le GAO-502 est stationné à sur la BA 199 de Valenciennes et dispose de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux ANF-123, le GAO 519 stationné sur la base aérienne 198 de Denain et qui dispose pour mener à bien sa missions de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux ANF-123 alors que le GAO 520 stationné sur la base aérienne 176 de Clastres-Saint-Simon dispose de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Mureaux AN-123.

Dewoitine D-720

Dewoitine D-720

Cela porte le nombre total d’avions disponibles pour le GRAVIA IA à 492 chasseurs, avions d’attaque, bombardiers et avions de reconnaissance.

24-Armée de l’air (40)

Ordre de bataille (2) : organisation de l’armée de l’air après mobilisation

Comme nous venons de le voir, l’armée de l’air dispose en septembre 1948 d’un grand nombre de bases aériennes. La majorité existaient en septembre 1939, certaines étant des plate-formes opérationnelles pérennisées après la démobilisation et d’autres des créations nouvelles.

En effet, outre le maintien en état de terrains de réquisition et leur aménagement en bases pérénnes, de nouvelles bases sont aménagées, quatre bases majeures avec une dans l’est (Strasbourg-Entzheim BA 244) et trois dans l’ouest (BA 245 de Caen-Carpiquet, BA 246 de Rennes-Saint Jacques et BA 161 de Montoir de Bretagne). A noter qu’un projet de base aérienne à Chambery ne s’est pas concrétisé, faute de crédits.

Sur le plan opérationnel, les différentes armées vont disposer d’un groupement d’aviation composé d’éléments de chasse, d’attaque au sol, de bombardement et de reconnaissance, les GAO des corps d’armée engagés sur le front sont placés sous le commandement du corps d’armée dont ils portent le numéro, devant dès l’engagement opérationnel du Corps d’Armée effectuer des missions de reconnaissance pour ouvrir le chemin et pister l’ennemi en liaison avec le GRCA (Groupe de Reconnaissance de Corps d’Armée).

Les Escadrilles Régionales de Chasse vont assurer la défense locale notamment des grandes villes, étant en première ligne pour contrer les vols de reconnaissance et les raids de bombardement sur les grandes villes françaises.

Les Groupes de Chasse non engagés dans la couverture des armées forment une «réserve générale» en compagnie des autres unités de combat dans la même situation en particulier la majorité des unités de reconnaissance et de bombardement horizontal.

Quand aux bombardiers lourds, ils peuvent participer à la manœuvre terrestre générale mais leur rôle majeur est une campagne de bombardements stratégiques contre l’industrie allemande, l’attaque des villes étant interdite par le pouvoir politique français du moins tant que l’Allemagne ne fera pas de même.

En cas d’offensive ennemie, la «réserve générale» doit renforcer un point menacé et en cas d’offensive alliée, ils doivent servir à appuyer là où ça fait mal en l’occurence le Schwerpunkt pour obtenir la percée ou déstabiliser de manière irrémédiable le dispositif ennemi pour favoriser ailleurs la percée.

Après plusieurs semaines d’emploi, le retour d’expérience permet au général Mondory de réorganiser la chaîne de commandement pour la rendre plus efficace et plus réactive même si il n’y eut pas encore d’attaque à l’Ouest.

Sous l’autorité de l’EMGAA qu’il continue de diriger, il organise un Commandement d’Action Tactique ou CAT qui dirige les groupements d’aviation affectés aux armées qui restent sous le contrôle de l’armée de l’air mais qui mènent des missions de couverture, de reconnaissance et d’appui au profit des forces de manoeuvre de l’armée de terre.

Le Commandement Stratégique d’Action (CSA préféré à CAS pour éviter une confusion avec le terme anglais de Close Air Support) regroupe sous son autorité la «Réserve générale» soit les unités de chasse non engagées en soutien des armées, les unités de bombardement moyen et de bombardement lourd chargées de paralyser l’effort de guerre allemand et italien et les unités de reconnaissance.

Le Commandement Territorial (CTer) garde précieusement sous son autorité la Défense Antiaérienne du Territoire et les Escadrilles Régionales de Chasse.

Le Commandement de Soutien et de Logistique (CSL) à sous son autorité les unités de transport et d’entrainement.

Les commandements thématiques sont mis en sommeil et sur le plan administratif, les districts aériens militaires sont dissous ne laissant plus que les échelons ZAM et BA moins à cause d’une inefficacité criante que pour libérer le maximum de personnel pour des unités de combat.

Enfin les unités d’infanterie de l’air, les quatre GIA sont placés sous le contrôle opérationnel de l’armée de terre au grand dam des fantassins de l’air qui ne sont pas au bout de leurs surprises.

En effet à l’issue des opérations Merkur (attaque germano-italienne contre la Corse et Malte) et Bayard (attaque franco-britannique contre l’ASI), les quatre GIA sont fusionnés en deux régiments de chasseurs parachutistes (RCP) formant la base d’une division aéroportée en compagnie d’un régiment de fusiliers parachutistes (RFP) recruté par l’armée de terre et d’un régiment étranger de parachutiste créé par la Légion Etrangère mais ceci est une toute autre histoire.

24-Armée de l’air (39)

Zone Aérienne Militaire Maroc (ZAM-Maroc)

-Base aérienne 206 de Meknès

-Base aérienne 207 de Marrakech

-La base aérienne 208 de Guelmine est aménagée en 1947 pour mieux surveiller le sud marocain voir le Sahara espagnol

Zone Aérienne Militaire Algérie (ZAM-Algérie)

-Base aérienne 201 de Blida

-Base aérienne 202 d’Oran

-Base aérienne 203 d’Alger

Zone Aérienne Militaire Tunisie (ZAM-Tunisie)

-Base aérienne 204 de Tunis

-Base aérienne 205 de Sidi-Ahmed

-La base aérienne 209 de Sfax est créée en 1946 pour surveiller le Golfe de Syrte. Cette base va être utilisée également par l’Aviation navale.

Zone Aérienne Militaire du Levant (ZAM-Levant)

-Base aérienne 139 de Rayak

-Base aérienne de Damas-Mezzé qui reçoit le numéro 210 en 1944

-Base aérienne de Beyrouth qui reçoit le numéro 211 en 1944

Zone Aérienne militaire de l’Afrique Occidentale Française (ZAM-AOF)

-Base aérienne de Dakar-Ouakam qui reçoit le numéro 212 en 1944

-Base aérienne de Thiès qui reçoit le numéro 213 en 1944

Zone Aérienne Militaire de l’Afrique Equatoriale Française (AEF)

-District Aérien Militaire de l’AEF

-Base aérienne de Fort Lamy au Tchad qui reçoit le numéro 214 en 1944.

-Des terrains de secours sont sommairement aménagés dans le nord du Tchad pour une éventuelle offensive aérienne contre l’Africa Septentrionale Italiana (ASI), la Libye actuelle.

Cela se limite à des pistes balisées et des terrassements mais pour rendre ses terrains opérationnels, il faudra du matériel qui ne pourrait venir que d’Afrique du Nord ou de Métropole.

-District Aérien Militaire de Djibouti

-Base aérienne de Djibouti qui reçoit le numéro 215 en 1944

-District Aérien Militaire de Madagascar-La Réunion

-Base aérienne d’Ivato (Madagascar) qui reçoit le numéro 216 en 1944

-Une deuxième base aérienne est installée à Mahajanga en 1945 avec le numéro 217

Zone Aérienne Militaire Tonkin-Laos

-District aérien militaire du Tonkin

-Base aérienne de Tong qui en 1945 reçoit le numéro 218

-Base aérienne de Do-Son qui en 1945 reçoit le numéro 219

-Base aérienne de Kien-An qui en 1945 reçoit le numéro 220

-District Aérien Militaire du Laos

-Base aérienne de Viangchan qui en 1945 reçoit le numéro 221

Zone Aérienne Militaire du Cambodge

-Base aérienne de Pursat qui en 1945 qui reçoit le numéro 222

Zone Aérienne Militaire Annam-Cochinchine

-District Aérien Militaire de Cochinchine

-Base aérienne de Tan-Son-Nhut près de Saigon (c’est aujourd’hui l’aéroport international de la 2ème ville du pays) qui en 1945 reçoit le numéro 223

-District Aérien Militaire d’Annam

-Base aérienne de Dong-Hoï qui en 1945 reçoit le numéro 224

-Base aérienne de Tourane/Da Nang qui en 1945 reçoit le numéro 225

Zone Aérienne Militaire du Pacifique (ZAM-Pacifique)

-Base aérienne de Nouméa-Tantouta qui hérite à sa création du numéro 226

-Projet non concrétisé d’une base aérienne à Tahiti

 Zone Aérienne Militaire des Antilles (ZAM-Antilles)

-Base aérienne de Fort de France installée à proximité de la base aéronavale à tel point que la BA 227 et la BAN de Fort de France-Schoelcher sont jointes

-Base aérienne de Point-à-Pitre installée sur l’aérodrome civil, base aérienne recevant le numéro 228

-Base aérienne de Cayenne qui reçoit le numéro 229

24-Armée de l’air (38)

3ème Zone Aérienne Militaire (3ème Z.A.M)

-La 3ème Zone Aérienne Militaire dispose du 4ème district qui correspond à la 4ème RM, du 5ème district qui correspond à la 5ème région militaire et du 14ème district qui correspond à la 14ème RM.

-Bases aériennes du 4ème district aérien militaire

-Base aérienne 161 de Montoir de Bretagne construite entre 1940 et 1944

-L’aéroport de Nantes-Chateau Bougon sert occasionnellement d’aérodrome militaire rien que par la présence de l’usine de la SNCAO de Bouguenais (livraison des avions), cet aérodrome accueillant des avions en transit lors par exemple d’exercices.

-Base Aérienne 246 de Rennes-Saint Jacques activée à l’été 1948 en utilisant une partie des infrastructures de l’aérodrome

-Bases aériennes du 5ème district aérien militaire

-Base aérienne 113 de Rochefort

-Bases aériennes du 14ème district aérien militaire

-Base aérienne 103 de Châteauroux

-Base aérienne 109 de Tours

-Base aérienne 114 de Romorantin

-Base aérienne 120 de Châteaudun

-Base aérienne 122 de Chartres-Champol

-Base aérienne 123 d’Orléans

-Base aérienne 127 d’Avord

-Plate-forme opérationnelle de Briare désactivée en juillet 1940 lors de la démobilisation. Elle est réactivée en septembre 1948, devenant la base aérienne 187.

4ème Zone Aérienne Militaire (4ème Z.A.M)

-La 4ème Zone Aérienne Militaire dispose du 6ème district qui correspond à la 6ème RM et du 7ème district qui correspond à la 7ème RM.

-Bases aériennes du 6ème district aérien militaire

-Base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac

-Base aérienne 124 de Cazaux

-Base aérienne 136 de Pau

-Bases aériennes du 7ème district aérien militaire

-Base aérienne 101 de Toulouse-Francazal

-Base aérienne 153 de Toulouse-Pérignon

5ème Zone Aérienne Militaire (5ème Z.A.M)

-La 5ème Zone Aérienne Militaire dispose du 8ème district qui correspond à la 8ème RM et du 13ème district qui correspond à la 13ème RM.

-Bases aériennes du 8ème district aérien militaire

-Base aérienne de Lezignan qui en 1944 reçoit le numéro 162

-Base aérienne de Perpignan (terrain de guerre devenue base aérienne en 1945, la BA étant une annexe à un aérodrome civil) qui à sa création effective reçoit le numéro 163

-Bases aériennes du 13ème district aérien militaire

-Une base aérienne est aménagée à Clermont-Ferrand moins dans un rôle opérationnel que pour permettre l’évacuation des avions produits par la SNCAC. Lieu important de stockage d’appareils neufs, il pourrait servir de base de déconcentration en temps de guerre. Reçoit le numéro 243.

6ème Zone Aérienne Militaire (6ème Z.A.M)

-La 6ème Zone Aérienne Militaire dispose du 9ème district qui correspond à la 9ème RM, du 10ème district qui correspond à la 10ème RM et du 11ème district qui correspond à la 11ème RM.

-Bases aériennes du 9ème district aérien militaire

-Base aérienne 108 de Marignane

-Base aérienne 125 d’Istres

-Base aérienne 130 de Salon-de-Provence

-Base aérienne de Cannes-Mandelieu qui en 1944 reçoit le numéro 164

-Base aérienne d’Orange-Plan-de-Dieu qui en 1944 reçoit le numéro 165

-Plate-forme opérationnelle du Luc pérénnisée après la démobilisation qui reçoit ultérieurement le nom de base aérienne 186.

-Plate-forme opérationnelle de Sisteron pérénnisée après la démobilisation qui reçoit ultérieurement le nom de base aérienne 194.

-Base aérienne d’Avignon qui en 1944 reçoit le numéro 166

-Base aérienne de Calvi-Sainte Catherine qui en 1944 reçoit le numéro 167

-Base aérienne de Campo del Oro près d’Ajaccio qui en 1944 reçoit le numéro 168

-Base aérienne de Solenzara qui en 1944 reçoit le numéro 169

-Bases aériennes du 10ème district aérien militaire

-Base aérienne 155 de Romans

-Bases aériennes du 11ème district aérien militaire

-Base aérienne 105 de Lyon-Bron

-Base aérienne de Valence qui en 1944 reçoit le numéro 170

-Plate-forme opérationnelle de Chambarand pérénnisée après la démobilisation mais mise en sommeil entre 1940 et 1948. Elle est réactivée sous le nom de base aérienne 195 en août 1948.

-Plate-forme opérationnelle de Saint-Etienne de St-Geoirs pérénnisée après la démobilisation mais mise en sommeil entre 1940 et 1948. Elle est réactivée sous le nom de base aérienne 196 en août 1948

-Plate-forme opérationnelle de Loyettes pérennisée après la démobilisation et qui ultérieurement reçoit le nom de base aérienne 185.

-Plate-forme opérationnelle de Marcilloles désactivée à la démobilisation et qui ultérieurement reçoit le nom de base aérienne 188.

24-Armée de l’air (37)

2ème Zone Aérienne Militaire (2ème Z.A.M)

-La 2ème ZAM dispose du 12ème district qui correspond à la 12ème RM, du 15ème district qui correspond à la 15ème RM, du 16ème district qui correspond à la 16ème RM et du 17ème district qui correspond à la 17ème RM.

-Bases aériennes du 12ème district aérien militaire

-Base aérienne 102 de Dijon

-Base aérienne de Luxeuil qui reçoit en 1944 le numéro 149

-Base aérienne de Dôle qui reçoit en 1944 le numéro 150

-Plate-forme opérationnelle de Chissey-sur-Loue pérénnisé après la démobilisation, devenant la base aérienne 183

-Plate-forme opérationnelle de Lure-Malbouhans désactivée en août 1940 mais réactivée en septembre 1948 sous le nom de base aérienne 184

-Plate-forme opérationnelle de Chamblay désactivée à l’été 1940, réactivée en août 1948, devenant en septembre, la base aérienne 239

-Bases aériennes du 15ème district aérien militaire

-Base aérienne 111 de Mourmelon

-Base aérienne 112 de Reims

-Base aérienne de Troyes-Barberey qui reçoit en 1944 le numéro 152

-Base aérienne de Chaumont-Sémoutiers qui reçoit en 1944 le numéro de 156

-Base aérienne de Vouques qui reçoit en 1944 le numéro 189

-Base aérienne de Vitry le François qui reçoit en 1944 le numéro 157

-Base aérienne 138 de Romilly

-Plate-forme opérationnelle de Saint-Dizier maintenue en activité réduite de septembre 1940 à juin 1948 date de son activation sous le nom de base aérienne 192.

-Plate-forme opérationnelle de la Perthe mise en sommeil en août 1940 avec un détachement de gardiennage fournit par la B.A 138. Réactivée dès juillet 1948 avec le nom de base aérienne 191.

-Plate-forme opérationnelle de Wez-Thuizy désaffectée en septembre 1940 mais réactivée en juin 1948 avec le numéro 171.

-Plate-forme opérationnelle de Suippes maintenue en activité réduite de 1940 à 1948 date elle devient une base majeure avec le numéro 172

-Plate-forme opérationnelle de Châtel-Cléhéry désaffectée en septembre 1940 mais réactivée en septembre 1948 comme base aérienne avec le numéro 177.

-Plate-forme opérationnelle de Anglure-Vouarces désaffectée en septembre 1940 mais réactivée en septembre 1948 comme base aérienne avec le numéro 179

-Plate-forme opérationnelle de Challerange désaffectée en septembre 1940 mais réactivée en août 1948 avec le nom de base aérienne 190

-Plate-forme opérationnelle de Tournes-Belval désactivée en juillet 1940. Réactivée à l’été 1948 dans le cadre des préparatifs préliminaires de mobilisation, elle devient la base aérienne 233 en septembre.

-Plate-forme opérationnelle d’Attigny désactivée en juillet 1940. Elle est réactivée en juillet 1948 et devient la base aérienne 235 en septembre.

-Bases aériennes du 16ème district aérien militaire

-Plate-forme opérationnelle de Belfort pérénisée après la démobilisation, recevant le nom de base aérienne 193.

-Base Aérienne 244 de Strasbourg-Entzheim créée en septembre 1947 sur une partie de l’emprise de l’aéroport créé en 1935.

-Bases aériennes du 17ème district aérien militaire

-Base aérienne 121 de Nancy-Essey

-Base aérienne de Toul-Ochey qui en 1944 reçoit le numéro 159

-Base aérienne 138 de Metz-Frescaty

-Base aérienne 151 de Metz-Chambières

-Base aérienne 154 d’Epinal

-Plate-forme opérationnelle de Toul-Croix de Metz qui devient la base aérienne 160 en 1944

-Plate-forme opérationnelle de Xaffevilliers désaffectée en août 1940, réactivée à la mobilisation où elle devient la base aérienne 173

-Plate-forme opérationnelle de Velaine en Haye près de Nancy est désaffectée en août 1940. Elle est réactivée en août 1948 pour déconcentrer les forces stationnées à Nancy et recevant le numéro 180.

-Plate-forme opérationnelle de Martigny-les-Gerbonvaux au sud de Toul est désaffectée en août 1940. Elle est réactivée en août 1948 pour déconcentrer les forces stationnées à Toul et recevant le numéro 181.

-Plate-forme opérationnelle de Neufchâteau au sud de Toul (entre Toul et Martigny-les-Gerbonvaux) est désaffectée en août 1940. Elle est réactivée en août 1948 pour déconcentrer les forces stationnées à Toul, recevant à cette occasion le numéro 182.

-Plate-forme opérationnelle de Stenay désactivée à l’été 1940, réactivée en août 1948, devenant en septembre, la base aérienne 234.

-Plate-forme opérationnelle de Spincourt désactivée à l’été 1940, réactivée en août 1948, devenant en septembre, la base aérienne 236

-Plate-forme opérationnelle d’Etain désactivée à l’été 1940, réactivée en août 1948, devenant en septembre, la base aérienne 237

-Plate-forme opérationnelle de Mars-le-Tour désactivée à l’été 1940, réactivée en août 1948, devenant en septembre, la base aérienne 238

-Plate-forme opérationnelle d’Adelot désactivée à l’été 1940, réactivée en août 1948, devenant en septembre, la base aérienne 240

-Plate-forme opérationnelle de Delme désactivée à l’été 1940, réactivée en août 1948, devenant en septembre, la base aérienne 241

-Plate-forme opérationnelle de Morhange désactivée à l’été 1940, réactivée en août 1948, devenant en septembre, la base aérienne 242