Mitteleuropa Balkans (38) Bulgarie (2)

HISTOIRE DE LA BULGARIE (история на българия/Istoriya na bŭlgariya)

Avant-propos

Pour cette partie d’histoire générale je vais essayer d’être succinct pour les temps jadis et être davantage exhaustif sur la Bulgarie moderne. Le problème est toujours de savoir ou fixer la limite.

Pour une fois l’arbitraire à du bon et j’ai décidé d’être plus généreux à partir de l’indépendance Bulgare qui remonte de facto à 1878 après la guerre russo-ottomane et de jure en 1908. Avant je vais balayer à très grands traits et je m’excuse par avance si j’ai passé sous licence des événements importants de l’histoire bulgare.

Aux temps jadis : nomades, invasions et empires

Il y à fort longtemps sur les bords de la mer Noire

En ces temps de crispation identitaire il est difficile d’être objectif sur l’histoire très ancienne, sur l’origine d’un peuple. Cette histoire frugale en sources peut être l’objet de nombreuses manipulations.

La Bulgarie n’échappe pas à la règle et comme nous allons le voir le peuple bulgare n’est pas né sur son territoire actuel mais plus à l’est.

Le territoire actuel de la Bulgarie à été peuplée précocément il y à 1.4 million d’année. Une civilisation sophistiquée y apparaît vers l’an -5000 avant notre ère et 2000 ans plus tard soit vers -3000 les Thraces arrivent dans la péninsule balkanique. Vers -600 le territoire actuel de la Bulgarie dépend ni des grecs ni des macédoniens mais de l’empire perse.

Vers -470 un royaume émerge de l’union de plusieurs tribus thraces. C’est le Royaume des Odryses qui occupe le sud et l’est de l’actuel territoire de la République de Bulgarie mais aussi jusqu’à l’actuelle Roumanie, le nord-est de la Grèce et même la partie européenne de la Turquie, sa capitale étant Seuthopolis (auj. Kazaniak).

En -46 le royaume des Odryzes est conquis par les romains. A l’époque son peuplement est mixte avec des descendants de thraces, des macédoniens, des grecs et même des celtes. Ce mélange est assimilé par les Slaves qui s’installent définitivement dans la péninsule balkanique après 500.

En 632 apparaît le premier état bulgare. Appelé Grande Bulgarie ou Ancienne Grande Bulgarie elle se situait au nord de la mer Noire dans l’actuelle Ukraine. Sa naissance est provoquée (ou accélérée) par une guerre entre l’empire perse et l’empire byzantin entre 602 et 628, conflit qui bouscule toute une région.

Les peuples sous domination des avars se révoltent. Parmi eux se trouve les bulgares qui en 632 s’unissent sous l’autorité d’un chef charismatique appelé Koubrat. Un khanat voir le jour mais il se disloque à sa mort en 671.

Un empire bulgare ? Non deux !

Sous la pression des khazars venus des steppes d’Asie centrale les bulgares comme d’autres peuples avant eux poussent vers l’ouest à la recherche d’un territoire plus agréable. Ils vont ainsi conquérir la Scythie Mineure et la Moésie inférieure, deux thèmes de l’Empire Byzantin qui n’est pas en très grande forme à l’époque.

En 681 un traité de paix est signé avec les byzantins, les bulgares établissent la capitale de leur état à Pliska (à 20km au nord-ouest de l’actuelle ville de Shune).

Le Khanat bulgare du Danube occupe un vaste territoire de part et d’autre du bas-Danube. En 864, le khan Boris se convertit au christianisme orthodoxe. Ce choix s’explique par le fait que c’est la religion des sujets grecs, slaves et valaques de l’empire et que la Bulgarie peut espérer devenir une église autocéphale.

On assiste à une véritable ethnogenèse du peuple bulgare avec une fusion des différentes composantes et le remplacement de la religion tengriste (religion chamanique venant d’Asie centrale marquée par le totéminisme, l’animisme et le culte des ancètres) par le christianisme orthodoxe. Aux temples succèdent des églises (souvent au même emplacement).

On parle à partir de 864 du premier empire bulgare mais si il faudra attendre 917 pour le khan prenne le titre d’empereur ou plutôt de tsar.

Carte du premier empire bulgare sous le règne de Siméon le Grand (893-927)

Cet empire connait plusieurs capitales : Pliska jusqu’en 893, Preslav de 893 à 972, Skopje de 972 à 992 et enfin Ohrid de 992 à la chute de ce premier empire bulgare en 1018.

En 917 les bulgares remportent contre les byzantins la bataille d’Anchialos. Les byzantins ne contrôlent que Constantinople, les îles et la côte, tout le reste étant aux mains des bulgares y compris le Péloponnèse.

A peine dix ans plus tard vers 927 l’empire bulgare connait une phase de déclin entre raison notamment des divisions entre orthodoxes et les bogomiles, une hérésie du type cathare.

Bordant la mer Egée, la mer Noire et la mer Adriatique, l’empire bulgare est vulnérable aux attaques extérieures puisqu’ils doivent lutter contre les petchenègues, les russes et les byzantins.

Basile II Bulgaroctone (976-1025)

Toute la partie de l’empire bulgare au sud du Danube est finalement annexé par l’empereur byzantin Basile II ( NdA mon empereur byzantin préféré entré dans l’histoire sous le surnom de Bulgaroctone (le tueur de bulgare) ) en 1018 après un long conflit dont l’issue n’était pas écrite d’avance. La partie nord est annexée par les hongrois, les petchenègues et les koumans. Des valaques s’y installent également.

De 976 à 989 les troubles du début du règne de Basile II (au pouvoir depuis 960) permettent aux bulgares de reconstituer leur Etat. Le futur bulgaroctone était conscient de la menace bulgare mais il devait d’abord sauver son trône.

En 989 la ville de Larissa est prise par des bulgares qui s’avancent jusqu’à Corinthe. Basile II chasse le tsar Samuel de la Grèce mais il est battu le 17 août 986 devant Sofia à la bataille des portes de Trajan. Cela entraîne la révolte de deux prétendants au trône byzantin, Bardas Skléros et Bardas Phocas.

Pour lutter contre ces deux usurpateurs (encore qu’il n’y eut jamais de règle précise de succession à Byzance) il demande l’aide du grand-prince de Kiev Vladimir 1er qui lui envoie 6000 hommes en échange d’un futur mariage avec une princesse porphyrogénète (née dans la pourpre). C’est l’acte de naissance de la mythique garde varègue qui allait protéger les empereurs byzantins jusqu’à la chute de l’Empire.

De 989 à 1001 Basile II est en paix avec les russes et les fatimides (qui règnent au Caire). Les bulgares marchent sur Thessalonique, prennant la ville de Veria qui barre l’accès occidental de cette ville aujourd’hui connue sous le nom de Salonique.

En 995 à lieu la bataille de Thessalonique qui se termine par une victoire bulgare. C’est l’apogée de la puissance bulgare puisque Samuel avait pris la Dalmatie, le port de Dyrrachium (Durres) et 2/3 des Balkans.

Peu à peu les byzantins remontent la pente rendant la tâche plus compliquée pour les bulgares. De 1001 à 1005 l’expansion bulgare connait un vrai coup d’arrêt. C’est alors au tour des byzantins de connaître une nouvelle phase d’expansion (1005-1014).

Cette phase est marquée notamment par la bataille de la passe de Kleidia. Cette bataille qui eut lieu le 29 juillet 1014 se termine par une victoire éclatante des byzantins qui font 15000 prisonniers.

Selon la légende Basile II décide d’aveugler tous les prisonniers pour les empêcher de reprendre le combat sauf un sur cent qui devaient guider les aveuglés. En voyant cette armée d’aveugles et de borgnes arriver le tsar Samuel serait mort d’une crise d’apoplexie. De ce jour là vient le surnom de Bulgaroctone attribué à Basile II.

Selon les historiens modernes c’est une légende car comment explique que les bulgares ont encore résisté pendant quatre ans ? Cela montre au moins le caractère impitoyable de ce conflit, une véritable lutte à mort entre bulgares et byzantins.

D’ultimes combats ont lieu de 1014 à 1018 qui se terminent par l’écroulement de l’empire bulgare et son annexion par l’empire byzantin qui connait un net regain de forme.

Le territoire de feu l’empire bulgare est divisé en deux avec la Bulgarie à l’ouest et le Parestrion à l’est. Les byzantins se montrent tolérants, les grands de bulgares sont grassement récompensés par des postes et par la possibilité de se marier avec des filles de la noblesse byzantine.

Il s’agissait également de diminuer le poids considérable de la noblesse d’Asie Mineure qui rendait la vie impossible aux basileus au pouvoir à Constantinople.

En 1185 une révolte éclate et entraîne la restauration de l’Empire Bulgare, ce deuxième empire bulgare atteint son apogée dans les années 1230. C’est ensuite un long déclin jusqu’à la conquête ottomane de la fin du 14ème et du début du 15ème siècle.

Cette révolte à pour origine comme souvent une augmentation brutale des impôts (les monarchies médiévales et de l’Ancien Régime sont perpétuellement à court d’argent), la multiplication des corvées et la mise en place d’une conscription.

Les révoltés prennent le contrôle des territoires actuels de la Bulgarie, de la Macédoine du Nord et de la Serbie orientale. Seule la Dobrogée (Dobrouja) et la côte de la mer Noire sont hors de portée des bulgares.

Quatre campagnes sont menées à partir de l’été 1186 dont deux dirigées par l’empereur Isaac II Ange en personne (il règne de 1185 à 1195 et 1203 à 1204). Du côté bulgare la révolte est menée par les frères Asen qui gouvernent ensemble sous le nom de Pierre IV (1185 à 1197) et d’Ivan Asen 1er (1189-1196) qui lèvent de nouvelles troupes et obtiennent l’alliance des koumans.

Comme la guerre ne donne rien, des négociations s’ouvrent aboutissant à un accord signé en 1186 à Loutch. Isaac II Ange sera détonné en 1195 et remplacé par Alexis III Ange.

En 1196 et 1197 les deux chefs de la rébellion sont assassinés. Après une période d’usurpation et une révolte, Ivan Assen II fils du 1er devient tsar de Bulgarie, portant la puissance bulgare à son apogée avec à nouveau pour horizon les rivages de la mer Adriatique, de la mer Egée et de la mer Noire. Il mène une politique habile et équilibrée pour contrebalancer les faibles de la géostratégie bulgare.

De 1229 à 1230 il cherche à se rapprocher de l’Empire latin de Constantinople, incongruité historique née de la désastreuse quatrième croisade (1202-1204). Cela déplait au despote d’Epire et à l’empire byzantin de Thessalonique (l’empire byzantin était à l’époque fragmenté en plusieurs entités rivales) Théodore 1er Ange Doukas Commène (NdA ouf). Ce dernier est battu à la bataille de Kiokotnica le 9 mars 1230 et fait prisonnier. La Serbie est également sous influence, le roi de Serbie étant le beau-fils du tsar de Bulgarie.

En 1232 la Bulgarie rompt avec Rome et en 1235 l’église orthodoxe bulgare devient une église nationale autocéphale. En 1235/36, l’empire de Bulgarie s’allie avec l’empire byzantin de Nicée.

La Bulgarie en 1265

La situation se dégrade en 1241 avec une révolte des boyards et les raids mongols de la Horde d’Or. Entre 1292 et 1298 la Bulgarie est vassale de la Horde d’Or.

Au XIVème siècle la Bulgarie affronte aussi bien les serbes que les byzantins. Ce qui ressort c’est que des tsars faibles se succèdent dans un contexte toujours plus compliqué.

De 1331 à 1371 l’empire bulgare est clairement affaiblit mais paradoxalement la civilisation est brillante sous le règne du tsar Aleksandre Asen. Ce dernier doit faire face à la montée en puissance des ottomans.

A sa mort l’empire connu officiellement sous le nom de royaume des Bulgares et des Valaques se fragmentent en petits états, certains à majorité bulgare (tzarats de Vidin et de Tarnovo), valaques (voïvodat de Valachie) et d’autres multiethniques (despotats de Macédoine, de Grèce septentrionnale, de Dobrogée).

La Bulgarie en 1350

La date de la fin de l’indépendance bulgare est sujette à caution. On cite le plus souvent la date de 1396 même si la Dobrogée ne succombe qu’en 1421.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s