Mitteleuropa Balkans (27) Hongrie (27)

Autos blindées

Avant-propos

Tout comme dans le domaine des chars et des canons d’assaut, l’armée hongroise à utilisé des autos blindées de conception nationale mais aussi des modèles étrangers qu’ils aient été acquis légalement ou capturés sur le champ de bataille.

Tout comme les autres armées, l’armée hongroise à utilisé ses autos blindées pour l’éclairage, le flanquement, la protection de l’arrière ainsi que le freinage de la progression ennemie. Bref le boulot traditionnel de la cavalerie légère.

29M Crossley

29M Crossley

Les premières autos blindées étaient des autos blindées acquises auprès des britanniques. Les 29M Crossley au nombre de deux étaient réalité des camions blindés armés de mitrailleuses. Rien de bien puissant. Il faudra donc attendre les années trente pour qu’une véritable autos blindée soit mise en service.

C’est la 39M Csaba (du nom du fils d’Attila) qui est suivie d’une variante de commandement (40M) suivit de la 47M Csaba II plus moderne et surtout plus facile à produire. En dépit de cela l’industrie hongroise déjà très solicitée ne parviendra pas à produire suffisamment d’autos blindées pour couvrir les besoins de l’armée royale hongroise.

Voilà pourquoi des autos blindées capturées (BA-10 soviétiques) ou de seconde main (AB-40/41/43 ex-italiennes) ont été utilisées jusqu’à la fin de la guerre.

Budapest sollicita la livraison d’autos blindées made in germany mais l’Allemagne ne parvint pas à distraire une partie de la fabrication pour un allié aussi turbulent qu’imprévisible.

39M Csaba

39M Csaba 3

C’est en 1933 que l’armée hongroise décide de remplacer ses vieillissantes Crossley. Un ingénieur du nom de Miklos Straussler qui travaillait pour la firme allemande Weiss Manfred est envoyé travailler dans une filiale hongroise, la firme Csepel.

Il doit mettre au point des véhicules à roues pour motoriser l’armée magyare. Parmi ces véhicules figurent une auto blindée de reconnaissance.

Après la mise au point d’un premier prototype baptisé AC-1 un deuxième prototype baptisé AC-2 intègre un deuxième poste de pilotage à l’arrière pour permettre au véhicule de se sortir d’une situation inconfortable. La caisse est munie de flancs inclinés ce qui lui donne une forme très moderne pour l’époque. L’armement lui se compose d’un fusil antichar de 20mm Solothurn et d’une mitrailleuse de 8mm.

Adoptée officiellement en 1939 cette nouvelle auto blindée est donc désignée 39M (modèle 1939) et reçoit le surnom de Csaba, le fils d’Attila et chef des Huns.

Si sur route cette auto blindée fait merveille en revanche en tout terrain elle est plus en difficulté, état de fait relevé dès les premières manœuvres. Cela aurait pu être corrigé avant production mais l’armée magyar craignant de ne pas recevoir suffisamment rapidement ces autos blindées décide de passer outre.

Après la livraison de seulement 92 39M Csaba l’armée magyare demande la mise au point d’un modèle amélioré aux performances tout terrain améliorée. Le renforcement de l’armement un temps évoqué n’est finalement pas mené à bien. Tout juste remplace-t-on le fusil antichar de 20mm par un véritable canon de ce calibre.

Seulement voilà le travail prend plus de temps que prévu et ce n’est qu’en 1947 que ce modèle amélioré tant demandé est enfin considéré comme digne d’être produite et mise en service. D’où son nom de 47M Csaba II.

Le châssis est plus haut, les roues de plus grand diamètre, la coque redessinée. On améliore notamment l’ergonomie du véhicule suite au retour d’expérience des équipages de la Csaba I.

La production est lancée en mars 1948 et quand la Hongrie s’engage dans la guerre en Yougoslavie 54 Csaba II sont en service. Toutes ne sont pas engagés contre les forces armées yougoslaves, la majorité étant conservée au pays au cas où la Roumanie voudrait récupérer par la force la Transylvanie du Nord.

La production va se poursuivre jusqu’en décembre 1952. Au final ce sont 93 Csaba I (dont une variante de commandement armée uniquement d’une mitrailleuse) et 102 Csaba II qui vont être produites soit 195 véhicules ce qui est très honorable pour un pays dont l’industrie avait du être reconstituée après la saignée de Trianon.

Au combat les Csaba I et II vont se comporter de manière honorable sur le front de l’est tout comme en Yougoslavie contre les partisans.

A la fin du conflit il restait 24 Csaba I et 28 Csaba II soit cinquante-deux véhicules. Quelques exemplaires sont étudiés par les soviétiques puis ferraillés mais d’autres remises en état vont équiper la police spéciale hongroise, police qui va servir de base à la reconstitution d’une nouvelle armée hongroise. Les derniers véhicules sont retirés du service en septembre 1959 et ferraillés sauf deux exemplaires préservés.

Caractéristiques Techniques

Type : auto blindée légère

Masse : 5.95 tonnes

Dimensions : longueur 4.52m largeur 2.1m hauteur 2.27m

Motorisation : un moteur Ford de 90ch

Performances : vitesse maximale 65km/h distance franchissable 150km

Protection : blindage 9mm

Armement : un fusil antichar de 20mm et deux mitrailleuses de 8mm

Equipage : trois hommes

BA-10

BA-10

La Broneavtomobil 10 est une auto blindée soviétique mise au point en 1938 et produite jusqu’en 1945. Au final se sont 5600 véhicules qui sont sortis des chaines de montage en trois versions, la version de base BA-10, une version améliorée baptisée BA-10M (avec notamment de nouvelles radios) et la BA-10ZhD destinée à rouler sur les voies de chemin de fer.

La BA-10 est une descendante de la BA-6 avec un dessin de caisse différent, une plus grande puissance moteur ce qui permet une augmentation des performances du véhicules. Pour permettre aux autos blindées BA-10 d’opérer en tout terrain, les deux roues arrières peuvent recevoir des chenilles.

La BA-10 connait son baptême du feu en Mandchourie contre les japonais lors de la bataille de Khalkin-Gol en 1939. Elle est également engagée dans la guerre d’Hiver même durant le second conflit mondial.

Progressivement remplacée par la BA-11, la BA-10 cesse globalement d’opérer en première ligne à l’été 1953. Elle est reléguée aux troupes du ministère de l’intérieur (NKVD) pour des missions de sécurité sur les arrières.

Au combat un certain nombre de véhicules à été capturée par les finlandais, les allemands, les hongrois et les roumains. Ces véhicules ont été généralement retournés contre leur ancien propriétaire après avoir plus ou moins de modifications.

L’armée hongroise à capturé une vingtaine de ces autos blindées. Après remise en état et quelques modifications de détail elles ont été réemployées contre l’ennemi soviétique ce qui provoqua quelques tirs fratricides. La dernière BA-10 utilisée par les hongrois à été détruit à l’automne 1952.

Caractéristiques Techniques

Type : auto blindée

Poids : 5.14 tonnes

Dimensions : longueur 4.65m largeur 2m hauteur 2.20m

Motorisation : moteur essence GAZ-MM de 50ch

Performances : vitesse maximale 53km/h distance franchissable 300km

Blindage : 6 à 15mm

Armement : un canon de 45mm 20K avec 49 coups et deux mitrailleuses de 7.62mm DT avec 2079 coups

Equipage : 4 hommes

Autoblinda AB-40/41/43

Autoblinda AB 41 6

AutoBlinda AB-41

Ces autos blindées 4×4 sont les armoured car les plus nombreuses en service dans l’armée de terre italienne en septembre 1948.

Produites jusqu’à la fin du conflit à environ 1050 exemplaires, elles vont combattre en Italie, en Afrique du Nord, en Afrique orientale, dans les Balkans et sur le front russe. Trois modèles vont être mis au point pour équiper les unités de reconnaissance du Regio Esercito Italiano.

Le premier modèle est l’AB-40 disposant de deux mitrailleuses de 8mm Breda modèle 1938 alors que les deux suivants baptisés AB-41 et 43 sont armés d’un canon de 20mm et de deux mitrailleuses de 8mm.

A l’origine de ces autos blindées figure une demande du ministère de la guerre italien en date de 1937 pour une auto blindée capable à la fois d’éclairer les futures divisions cuirassées mais également de mener des missions de police coloniale. Deux prototypes sont commandés, un dans chaque version.

L’AB-40 va entrer en service au printemps 1941. Par rapport au prototype, l’AB-40 dispose d’une caisse avant redessinée, d’un blindage de plancher plus épais, d’une ventilation améliorée, de pneumatiques de meilleure qualité.

L’AB-40 est produite de 1941 à 1944 à raison de 425 exemplaires. Elle est suivie par l’AB-41 produite entre 1945 et 1948 à 340 exemplaires, l’AB-43 étant produite à 295 exemplaires de 1948 à 1953.

A noter que certaines AB-40 ont été modifiées en AB-41 avec le même armement mais il s’agissait le plus souvent du prélèvement de la tourelle sur des AB-41 dont le châssis était hors service plutôt qu’une véritable modernisation.

SPA-Viberti AS.42 Sahariana 7

SPA-Viberti AS-42

Le châssis de ces autos blindées fût utilisé pour le véhicule blindé léger SPA-Viberti AS-42 ainsi que pour un projet d’auto blindée AB-44 disposant d’un canon de 47mm qui ne dépassa pas le stade du projet pour des raisons obscures (la plupart des historiens s’accordant sur le fait que les capacités industrielles italiennes étaient limitées et imposaient des choix douloureux aux responsables transalpins).

Généralement les autos blindées italiennes formaient des compagnies ou des groupes de reconnaissance disposant de trois ou quatre pelotons disposant chacun de 3 ou 4 véhicules soit en théorie 9 à 16 véhicules généralement renforcées par des motocyclistes mais cela représentait peu de chose par rapport aux autres pays (et quand bien sur les dotations théoriques étaient atteintes ce qui n’était pas toujours le cas).

Les trois divisions de cavalerie et les trois divisions cuirassées disposaient de moyens plus importants avec un bataillon d’éclairage disposant de trois compagnies à quatre pelotons de quatre autos blindées soit sur le papier 48 autos blindées sans compter les véhicules du commandement de compagnie et du commandant de bataillon soit 52 autos blindées sur le papier.

Présentes sur tous les théâtres d’opération dans lesquels fût engagée l’Italie, ces autos blindées ne déméritèrent pas.

Elles effectuèrent aussi bien des missions d’éclairage que de police coloniale, traquant également les partisans dans les Balkans et sur le front russe.

Si elles pouvaient tenir tête à certaines autos blindées, elles étaient plus en difficulté face à la puissante automitrailleuse Panhard modèle 1940P même si plus véloces et plus petites, elles pouvaient parfois jouer sur ses qualités face à la puissante AMP.

Cette auto blindée à également été utilisée par l’Allemagne et par la Hongrie qui récupéra auprès de Berlin des autoblinda saisies par les allemands lors du basculement italien d’avril 1953. L’ENR à également utilisé ces véhicules au combat moins pour de l’éclairage que traquer les partisans.

La Hongrie qui peinait à satisfaire ses besoins accepta avec gratitude la proposition allemande de récupérer une partie du parc.

Selon un texte retrouvé dans les archives hongroises en 1995, Budapest à reçu quatre AB-40, huit AB-41 et seize AB-43 soit finalement peu de choses.

A la fin du conflit sur ces vingt-huit véhicules il restait deux AB-40 utilisés pour le maintien de l’ordre à Budapest, quatre AB-41 plus ou moins endommagées et neuf AB-43. Ces autos blindées ont été remises en état et utilisées par la police spéciale hongroise jusqu’à leur retrait du service en septembre 1957.

Caracteristiques Techniques

Type : auto blindée de reconnaissance

Poids : 7.52 tonnes

Dimensions : longueur 5.21m largeur 1.93m hauteur 2.48m

Motorisation : un moteur essence SPA l6 de 88ch

Performances : vitesse maximale 78 km/h distance franchissable 400km

Blindage : 18mm maximum

Armement : (AB-40) deux mitrailleuses de 8mm Breda modèle 1938 en tourelle (AB-41 et 43) un canon de 20mm Breda et une mitrailleuse Breda de 8mm en tourelle et une mitrailleuse de 8mm dans l’arrière de la caisse. Le canon de 20mm dispose de 456 coups alors que les mitrailleuses disposent de 1992 coups.

Equipage : quatre hommes (chef de char, tireur, deux conducteurs)

Autres véhicules

40M Nimrod

40M Nimrod

Dès l’apparition de l’avion comme arme offensive se pose la question de la protection des troupes au sol. Sur un front fixe comme le camouflage ne suffit plus, on point vers le ciel mitrailleuses à tir rapide et canons médians.

Entre 1919 et 1939 les canons médians sont toujours là mais les mitrailleuses ont tendance à être remplacées par des canons légers à tir rapide.

Pour une position fixe on peut se permettre un simple affût mais pour protéger des unités motomécaniques ? Si la plupart des pays se contentent de monter un canon sur un camion certains pays vont aller plus loin en décidant de mettre sur pied un canon automoteur antiaérien soit en anglais Self-Propeled Anti-Aircraft Gun (SPAAG).

C’est ainsi que la Hongrie va acquérir la licence du char antiaérien suédois Luftvärnskanonvagn L-62 Anti-Tank II qui combine un châssis allongé du L-60B avec un canon de 40mm sous bouclier.

La Hongrie va ainsi imiter la Finlande qui va procéder également à la production sous licence de ce véhicule. Encore que pour être précis et rigoureux les hongrois ont redessiné la tourelle pour pouvoir accueillir un servant supplémentaire.

Après la livraison de douze véhicules produits directement par la Suède courant 1943, la Hongrie va prendre le relais en fabriquant de ses propres mains un total de 175 véhicules qui vont assurer la protection des unités de l’avant.

Opérant généralement par paires pour se couvrir mutuellement, les 40M Nimrod ne limitaient pas leur champ d’intervention à la défense aérienne du champ de bataille. Ils étaient également parfois utilisés pour protéger des passages obligés contre des cibles terrestres, quelques obus de 40mm ayant la fâcheuse tendance ce calmer bien des témérités.

Quand la Hongrie capitule en mars 1954 il restait une cinquantaine de 40M Nimrod en service dans les rangs de l’armée hongroise. Une partie est envoyée à la casse après récupération des pièces détachées utilisables, d’autres sont évalués par les soviétiques et d’autres stockés en attendant qu’on décide quoi en faire.

Quelques véhicules vont reprendre du service au sein de la nouvelle armée hongroise d’obédience communiste avant de prendre une retraite bien méritée en 1962 après leur remplacement par un canon automoteur antiaérien de conception et de fabrication soviétique, le ZSU-57-2 (qui sera remplacé quelques années plus tard par le redoutable ZSU-23-4 Shilka).

Caracteristiques Techniques

Type : canon automoteur antiaérien

Masse : 10.5 tonnes

Dimensions : longueur 5.32m largeur 2.31m hauteur 2.8m

Motorisation : un moteur à essence MAVAG-BÛSSING NAG VII refroidit par eau développant 150ch

Performances : vitesse maximale 50km/h distance franchissable 300km

Protection : (caisse) avant 13mm côtés 13mm arrière 6mm toit 10mm plancher 6mm (tourelle) 28mm pour l’avant, le mantelet du canon, les côtés et l’arrière mais pas pour le toit parce que tout simplement il n’y en à pas

Armement : un canon de 40mm Bofors disposant de 160 obus groupés en quarante lames-chargeurs, la tourelle abritant le canon permettant à ce dernier de pointer en azimut sur 360° et en site de -5° à +90°.

Equipage : six hommes (un chef de bord, un pilote, deux tireurs _un pointant en site et un autre en azimut_ deux pourvoyeurs _contre un dans le modèle suédois d’origine_)

Camions et Véhicules légers

La Hongrie essaya dans la mesure du possible de motoriser son armée mais n’y parvint jamais complètement la faute à une industrie surchargée de commande mais si elle avait pu fournir le matériel elle aurait du mal à trouver le carburant nécessaire en dépit du fait qu’elle possédait quelques gisements de pétrole qui lui offrait une timide autonomie (et une monnaie d’échange avec l’Allemagne).

En règle générale le front russe va être prioritaire par rapport à la Yougoslavie et au front intérieur. Plusieurs modèles de camions et autres véhicules légers vont être utilisés pour des tâches de transport de troupes et de transport logistique.

37M KRUPP-PROTZE (Hongrie)

On trouve par exemple un camion léger 6×4 de conception et de fabrication allemande, le 37M KRUPP-PROTZE acquis à 150 exemplaires par l’armée hongroise en 1938. Une commande ultérieure portera la flotte à 240 camions.

C’était un camion de 2.6 tonnes pouvait embarquer sept passagers en plus du conducteur ou 1150kg de charge utile voir remorquer 3500kg ce qui lui permettait de remorquer des pièces d’artillerie antiaériennes et antichars.

Mesurant 5.10m de long pour une largeur de 1.93m et une hauteur de 1.96m, ce camion était propulsé par un moteur essence Krupp M304 qui lui permettait d’atteindre une vitesse maximale de 70km/h sur route et de 32km/h en chemin, la distance franchissable étant de 450km sur route et de 360km en tout-terrain.

Beaucoup de ces camions engagées dans l’opération BARBAROSSA ont disparu dans la fournaise du front russe. Ce n’est pas confirmé mais il n’est pas impossible que certains de ces camions aient été réutilisés par les soviétiques.

38M RÁBA BOTOND (Hongrie)

-Le camion allemand que nous venons de voir à été complété en 1938 par un camion de conception hongroise, le 38M Raba Bottond, un camion 6×4 produit à 950 exemplaires avec 700 38M et 250 42M, une version améliorée du premier encore que les modifications sont assez limitées au point que certaines publications ne font pas la différence.

Pesant 2000kg, il disposait de deux «membres d’équipage» et pouvait embarquer 14 passagers. Il mesurait 5.65m de long pour une largeur de 2.08m et une hauteur de 2.55m. Disposant d’un moteur essence, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 60km/h sur route et franchir 400km sur route et 300km en tout-terrain.

Jugoslawien, Polizeieinsatz, Spähpanzer u. LKW

Fiat 626 utilisés par les allemand

La Hongrie à également utilisé le Fiat 626, le camion médian standard de l’armée italienne. Mis au point en 1938, il à été produit pendant quinze ans à un nombre particulièrement important puisque ce sont 12500 véhicules qui ont été produits faisant du modelo 626 le camion italien le plus produit.

Ce camion à été utilisé pour le transport logistique, la maintenance, le transport de troupes, le remorquage de pièces d’artillerie. Il va opérer sur tous les fronts sur lesquels sera engagé l’armée italienne (Afrique, Balkans, péninsule italique, front russe).

Premier camion FIAT à cabine avancée, il à remplacé les Fiat 621 et 633 de conception et de fabrication plus ancienne. Les 12500 Fiat 626 peuvent être répartis entre plusieurs variantes, le Fiat 626N (N = Nafta/Diesel) plus destiné au marché civil, le Fiat 626NL (NL = Nafta Long/Diesel Long) et enfin le Fiat 626NLM (NLM = Nafta Lungo Militare/Diesel long militaire).

Outre l’Italie ce camion va être utilisé par la France, l’Allemagne, la Bulgarie et la Hongrie. La production stoppée en février 1954 après la sortie de 12500 exemplaires va reprendre uniquement pour le marché civil en mars 1956, 1600 exemplaires sortant de l’usine FIAT jusqu’à la fin définitive de la production en mars 1960.

Pesant environ 3 tonnes, il pouvait embarquer dans sa cabine un conducteur avec un ou deux passagers sachant que le compartiment arrière peut embarquer au maximum 21 passagers. Mesurant 6.21m de long, 2.18 de large et 2.67m de haut, il était propulsé par un diesel Fiat de 65ch lui permettant d’atteindre la vitesse maximale de 65km/h avec une autonomie de 340km.

25M P4-100 (Hongrie)

-L’armée hongroise à également utilisé le 25M P4-100, un tracteur d’artillerie de conception et de fabrication italienne. Ce véhicule œuvre de la firme Pavesi était un 4×4 capable de remorquer les canons et les obusiers lourds. Il à été mis en service dans l’armée hongroise en 1925.

Pesant 4600kg, il transportait le conducteur et l’équipe de pièce. Mesurant 4.10m de long pour une largeur de 2.05m et une hauteur de 1.45m, il était propulsé par un moteur essence Fiat lui permettant d’atteindre la vitesse sur route de 22km/h et de franchir toujours sur route 190km.

35M KV-40 (Hongrie)

-Ce tracteur d’artillerie est complété à partir de 1940 par le 35M KV-40. Création de la société hongroise HSCS, il à été produit à 501 exemplaires ce qui représente une performance plus qu’honorable pour l’industrie hongroise.

Pesant 5200kg, il disposait d’un conducteur et pouvait embarquer sept servants mais aussi une charge supérieure à son poids (7000kg). Mesurant 3.85m de long pour 2.12m de large et 1.73m, il était propulsé par un moteur diesel lui permettant d’atteindre la vitesse maximale sur route de 34km/h pour une distance franchissable de 320km sur route et de 240km en tout-terrain.

37M HANSA-LLOYD (Hongrie)

-Les hongrois ont également utilisé des semi-chenillés comme le 37M HANSA-LLOYD, un semi-chenillé produit à 74 exemplaires pour l’armée hongroise et qui l’utilisait pour remorquer ses canons de 40mm et ses obusiers de 105mm principalement.

Ce véhicule mis en service dans l’armée magyare en 1937 pouvait atteindre un poids maximale de 3000kg pour une charge utile de 1800kg qui pouvait se traduire par l’embarquement de sept passagers en plus de deux membres d’équipage.

Mesurant 5.48m de long sur 1.82m de large et 1.62m de haut, propulsé par un moteur essence Maybach NL 38 il pouvait atteindre la vitesse maximale de 53km/h sur route et de 31km/h en tout-terrain. Son rayon d’action atteignait 240km sur route et 140km en tout terrain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s