Mitteleuropa Balkans (12) Hongrie (12)

La Kaiserliche-Köningliche Landwehr

Kaiserliche-Köningliche Landwehr

Pavillon de la Kaiserliche-Köningliche Landwehr

L’armée territoriale impériale et royale était l’armée propre à l’Autriche de la double-monarchie (Cisleithanie). Créée en 1869 et dissoute en 1918, elle était le pendant de l’armée royale territoriale hongroise que nous étudierons ensuite.

A la différence de la Landwehr allemande, la Landwehr autrichienne était une armée d’active en permanence sur le pied de guerre. Elle ne devait pas non plus être confondue avec le Landsturm, une milice de volontaires.

Bien entendue l’armée territoriale impériale et royale n’est pas née comme cela et peut plonger d’anciennes et profondes racines jusqu’au 16ème siècle. Une Landwehr est officiellement créée le 9 juin 1808 pour compléter l’armée régulière. Engagée dans les guerres napoléoniennes en 1809 et en 1813/14, elle à été supprimée en 1859.

Suite au compromis de 1867, la Hongrie ou Transleithanie est autorisée à mettre sur pied une armée territoriale pour compléter l’armée commune. Pour nombre de hongrois c’est une première étape vers une armée hongroise.

Pour des questions d’équilibres, la Cisleithanie est autorisée à posséder sa propre armée territoriale. Celle-ci doit en temps de paix participer au maintien de l’ordre et en temps de guerre compléter l’armée austro-hongroise.

Elle était autorisée à recruter 10000 hommes par an. Tous les hommes âgés de 21 à 32 ans pouvaient être concernés avec un passage minimal de deux ou trois ans en service actif.

Il y avait également la possibilité de servir comme volontaire mais en l’absence de solde et avec la nécessité de fournir son propre équipement, ce système était réservé aux plus riches. Après 32 ans, le conscrit de la Landwehr était transféré à la Landsturm.

La Landwehr impériale et royale dépendait du ministre de la défense de Cisleithanie installé à Vienne. Elle disposait de ses propres casernes, de ses propres dépôts et de ses propres écoles de formation pour officiers.

Au début de la première guerre mondiale, l’armée territoriale autrichienne disposait de trente-sept régiments d’infanterie, trente-quatre à trois bataillons (102 bataillons), un régiment à cinq bataillons, un régiment à quatre bataillons et un régiment à deux bataillons soit un total de 113 bataillons.

Kaiserliche-Köningliche Landwehr (infanterie de montagne)

Infanterie de montagne de la Kaiserliche-Köningliche Landwehr

A ces 113 bataillons d’infanterie de ligne s’ajoute des unités d’infanterie de montagne en l’occurrence deux régiments d’infanterie de montagne, quatre régiments de fusiliers tyroliens (Tiroler Landesschützen Regimenter) à trois bataillons (sauf le 3ème à quatre bataillons), régiments qui sont rebaptisés en janvier 1917 «fusiliers impériaux» (Kaiserschützen).

A cela s’ajoute pour la cavalerie six régiments de uhlans (lanciers), un bataillon monté de fusiliers tyrolien (Reteinde Tiroler Landesschützen) et un bataillon monté de fusiliers dalmates (Reitende Dalmatiner Landesschützen).

L’artillerie est composée de huit bataillons d’artillerie de campagne (Feldkanonen-Divisionen) et huit bataillons d’obusiers de campagne (Feldhaubitz-Divisionen).

Ces unités étaient mieux équipées que l’armée commune. Cette situation s’explique par le fait que les parlements cisleithaniens et transleithaniens étaient plus enclins à débloquer les budgets pour LEUR armée que pour l’armée commune.

Durant le premier conflit mondial, les régiments d’infanterie de la Landwehr étaient répartis en différentes divisions :

-13ème division d’infanterie de la Landwehr (Vienne) : 25ème brigade (1er et 24ème régiments) et 26ème brigade (14ème et 25ème régiments)

-21ème division d’infanterie de la Landwehr (Prague) : 41ème brigade (6ème et 7ème régiments) et 42ème brigade (8ème, 28ème et 29ème régiments)

-22ème division d’infanterie de la Landwehr : 43ème brigade à Graz (3ème, 26ème et 31ème régiments) et 44ème brigade à Pola (4ème, 5ème et 27ème régiments)

-26ème division d’infanterie de la Landwehr : 51ème brigade à Hohenmauth (11ème, 12ème et 30ème régiments), 52ème brigade à Leinmeritz (5ème, 9ème et 10ème régiments)

-44ème division d’infanterie de la Landwehr (Innsbruck) : 87ème brigade à Linz (2ème et 21ème régiments) et 88ème brigade à Bozen (1er,2ème et 3ème régiments)

-45ème division d’infanterie de la Landwehr (Premysil) : 89ème brigade (18ème et 33ème régiments) et la 90ème brigade (17ème et 34ème régiments)

-46ème division d’infanterie de la Landwehr (Krakov) : 91ème brigade (16ème et 37ème régiments) et 92ème brigade (13ème et 15ème régiments).

La cavalerie était organisée en une division de fusiliers montés tyroliens et une division de fusiliers montés dalmates ainsi que des éléments destinés à la liaison répartis entre différentes divisions.

Cette armée est dissoute en même temps que l’Autriche-Hongrie mais naturellement des officiers, des sous-officiers et des soldats ont intégré la Bundesheer, l’armée autrichienne limitée à 30000 hommes par le traité de Saint-Germain-en-Laye.

Armée territoriale royale hongroise

Armée territoriale hongroisee

L’armée territoriale royale hongroise ou en version originale Magyar Királyi Honvédség était donc le pendant hongrois de l’armée territoriale impériale et royale.

Le terme honved signifie «défenseur de la patrie», un terme apparu durant la révolution de 1848 et désignant les volontaires qui s’étaient engagés pour défendre l’indépendance hongroise. Il cohabitait avec le terme Gyözelemig («engagé jusqu’à la victoire»).

Cette armée territoriale est donc créée suite au compromis austro-hongrois en 1867. Elle doit assurer le maintien de l’ordre et relayer l’action de l’armée commune en cas de menace extérieure.

Tout comme son homologue autrichienne, l’armée territoriale hongroise était une armée d’active donc en théorie bien équipée et bien entraînée. Elle était divisée en une armée hongroise et une garde croato-slavonienne (Kraljevsko hrvatsko domobranstvo) suite à un compromis hungaro-croate en 1868.

Cette dernière n’était qu’une entité de l’armée territoriale royale hongroise et non une force autonome. Armée de conscription, la Magyar Királyi Honvédség recrutait des hommes âgés de 21 à 36 ans effectuant un service de deux ans.

Cette armée s’appuyait sur six districts avec le 1er district couvrant Budapest, le 2ème district couvrant Szeged, le 3ème district couvrant Kassa (aujourd’hui Kosice), le 4ème district couvrant la région Pozsony (aujourd’hui Bratislava), le 5ème district couvrant la région de Kolozsvar (aujourd’hui Cluj-Napoca) et le 6ème district couvrant la région d’Agram (Zagreb).

Armée territoriale hongroise troupes 1918

Soldats de l’armée territoriale hongroise en 1918

Quand éclate la première guerre mondiale l’armée territoriale hongroise comprend sept divisions d’infanterie dont une croate et dix régiments de cavalerie dont un croate. A cela s’ajoute huit régiments d’artillerie de campagne et un bataillon d’artillerie hippomobile.

Tout comme l’armée territoriale et royale, cette armée va participer au premier conflit mondial et disparaître suite à la dissolution de l’Autriche-Hongrie, une disparition de courte durée puisque très vite la Hongrie va reconstituer une armée et même plusieurs puisque comme nous l’avons Budapest va connaître des affrontements entre républicains et royalistes, Blancs et Rouges.

2 réflexions sur “Mitteleuropa Balkans (12) Hongrie (12)

  1. Avec une telle structure de commandement éclatée et parfois des armements différents d’une armée a l’autre, je me demande encore l’Autriche Hongrie ne s’est pas effondré plus tôt durant la Grande guerre.

    • clausmaster dit :

      C’est peut être parce qu’aucun belligérant n’avait une supériorité énorme et de plus il est probable que certains soldats, sous-officiers et officiers espéraient qu’un engagement permettrait d’améliorer la situation après guerre. Après avec une guerre qui durait les failles d’avant guerre se sont élargies avant de tout faire s’effondrer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s