Scandinavie (92) Finlande (30)

La Suomen Ilmavoimat dans la guerre d’Hiver

Quand éclate la guerre de Pologne le 1er septembre 1939, l’ordre de bataille de l’armée de l’air finlandaise est le suivant :

Fokker C.X 3

Fokker C.X

-Lentorymentti LeR 1 : Lentovailue 10 (LLv 10) treize Fokker C.X Lentovailue 12 (LLv 12) treize Fokker C.X Lentovailue 14 (LLv 14) treize Fokker C.V et Fokker C.X Lentovailue 16 (LLv 16) douze Blackburn Ripon, trois Junkers K.43 et Junkers W.34, quatre Fokker C.V et trois Fokker C.X.

-Lentorymentti LeR 2 : Lentovailue 24 (LLv 24) vingt-sept Fokker D.XXI Lentovailue 26 (LLv 26) vingt-sept Bristol Bulldog.

Fokker D.XXI 3

Fokker D.XXI

-Lentorymentti LeR 4 : Lentovailue 44 (LLv 44) neuf Bristol Blenheim Lentovailue 46 (LLv 46) neuf Bristol Blenheim Lentovailue 36 (LLv 36) six Blackburn Ripon.

bristol-blenheim-mark-iv-15

Bristol Blenheim Mk IV

La flotte est donc hétérogène et surtout quasiment-déclassée. Des commandes sont passées pour améliorer l’équipement avec notamment trente-cinq chasseurs Fiat G-50, des monoplans monomoteurs italiens à cockpit ouvert (pas difficile d’imaginer les conditions de vol des pilotes finlandais).

gloster-gladiator-24

Gloster Gladiator

Des Gloster Gladiator et des Hawker Hart vont également combattre les soviétiques au sein du Lentorykmentti 19 (Flygflottilj 19), un régiment de volontaires suédois qui va participer à partir de janvier 1940 à la défense du nord du pays jusqu’ici dégarni.

Ultérieurement des Gloster Gladiator seront cédés par la Grande-Bretagne à la Finlande pour équiper le LLv 26 en raison des retards dans les livraisons des chasseurs italiens. Quand les Fiat seront livrés, les biplans seront transférés aux LLv 12 et 14 où ils remplaceront des Fokker C.X.

MS-406

Le MS-406 était le principal chasseur de l’armée de l’air française au printemps 1940

Début 1940 un nouvel appareil fait son apparition dans l’hétéroclite équipement de l’armée de l’air finlandaise en l’occurrence le Morane-Saulnier MS-406, cinquante appareils étant livrés et vont équiper la LLv 28.

De nouveaux chasseurs arriveront que ce soit quarante-trois Brewster model B-239 _version export du Brewster Buffalo_ mais aussi douze Hawker Hurricane et six Caudron C.714. Si les chasseurs américains vont arriver à temps pour participer à la guerre d’Hiver en revanche les chasseurs britanniques et français arriveront trop tard.

Au combat les pilotes finlandais se montrer à la hauteur de leur réputation de grands professionnels face à des pilotes soviétiques mal formés et sûrement moins motivés que les pilotes de la Suomen Illmavoimat.

A cela s’ajoute des tactiques inappropriés comme l’engagement massif de bombardiers sans escorte de chasse et une campagne de bombardement stratégique sans intérêt tant la Finlande offre peu de cibles intéressantes.

Les pilotes finlandais vont réaliser des scores incroyables sur des appareils dépassés ou décriés comme le Brewster Buffalo. Quatre des dix plus grands as finlandais ont volé sur le rondouillard chasseur américain.

Renforcement : l’évolution de la Suomen Ilmavoimat dans la Pax Armada

Durant la Guerre d’Hiver, l’hétéroclisme de l’équipement des unités finlandaises s’accentue avec un véritable inventaire à la Prévert. Pas besoin d’être un génie pour comprendre le casse-tête logistique et tactique cela génère. Les mécaniciens et les pilotes effectuent de véritables prodiges mais à terme la situation allait devenir intenable.

Durant les dix années qui séparent la guerre d’Hiver de la guerre de Continuation le gouvernement finlandais va tenter de rationaliser le parc et de l’accroître tant sur le plan qualitatif que sur le plan quantitatif sans y parvenir complètement à la fois par manque de moyens et par crainte de mécontenter les voisins soviétiques et allemands.

Le nombre de régiments va ainsi passer de trois (1,2 et 4), à six (1,2,3,,4,5 et 6), les deux derniers étant des régiments de coopération avec la Mairivoimat, la marine de guerre.

Les deux premiers sont destinés à la chasse, le 3ème régiment est chargé de la coopération et le 4ème régiment est chargé du bombardement.

De nouvelles unités sont créées comme nous l’avons vu durant le conflit et beaucoup sont dissoutes suite à la démobilisation des réservistes, démobilisation consécutive à l’armistice du 13 mars 1940. Leur dissolution est d’ailleurs plutôt une mise en sommeil le temps qu’on décide quelle organisation adopter et quel équipement privilégier. Cela nous donne le panorama suivant :

-1er régiment aérien (Lentorymentti LeR 1) (reconnaissance et coopération puis chasse) :

-Lentovailue 10 (LLv 10) : Il dispose à l’origine de treize Fokker C.X répartis en trois patrouilles (lentue).

Brewster F2A-3 Buffalo 16

Brewster Buffalo

Il vole encore sur cet appareil robuste mais déclassé à la fin du conflit ce qui entraîne sa dissolution. Il est recrée en septembre 1941 avec des Brewster Buffalo toujours en service en juin 1950 même si ils étaient à l’époque totalement dépassés.

Fiat G.50 6

Fiat G-50

-Lentovailue 12 (LLv 12) Il dispose à l’origine de treize Fokker C.X et reçoit au cours du conflit six Gloster Gladiator et un Westland Lysander. Dissous le 13 mars 1940, il est reconstitué en octobre 1941 avec des chasseurs italiens Fiat G-50 et des britanniques Hawker Hurricane, ces appareils étant remplacés en mai 1950 par des Messerschmitt Me-109G qui est le chasseur le plus moderne de la Suomen Illmavoimat.

Curtiss H-81

Curtiss P-40

Lentovailue 14 (LLv 14) A l’origine il dispose de sept Fokker C.VE, de cinq Fokker C.X et de sept Gloster Gladiator. Il est dissous le 13 mars 1940 et recréé en septembre 1941 sous la forme d’un squadron de chasse volant d’abord sur des Gloster Gladiator et des MS-406 puis sur Curtiss P-40, à partir du printemps 1944, appareils toujours en service en juin 1950.

-Lentovailue 16 (LLv 16) Il dispose à l’origine de huit Blackburn Ripon II, quatre Fokker C.V, trois Junker K.43 et Junker W.34 ainsi que trois Fokker C.X. Il est dissous le 13 mars 1940 et recréé en novembre 1941 sous la forme d’un squadron de chasse volant d’abord sur Gloster Gladiator puis sur Fokker D.XXI et Fokker D.XXIV avec respectivement neuf et dix-huit exemplaires, tous en service en juin 1950.

-2ème régiment aérien (Lentorymentto LeR 2) (chasse) :

Hawker Hurricane Mk IID 2

Hawker Hurricane Mk IID

-Lentovailue 22 (LLv 22) : Ce squadron de chasse est créé le 10 janvier 1940 volant sur Brewster Buffalo et Hawker Hurricane jusqu’à sa dissolution le 13 mars 1940. Il est reconstitué une première fois du 17 septembre 1941 au 13 mars 1943 avec le même équipement puis une seconde fois le 17 janvier 1950 avec pour équipement des Curtiss P-40.

Me-109G

Messerschmitt Me-109G encore en état de vol en 2005

-Lentovailue 24 (LLv 24) : Au début de la guerre d’Hiver, l’unité dispose de vingt-sept Fokker D.XXI, appareil fiable et robuste très apprécié par des pilotes volant des conditions climatiques qui ne ménagent ni les hommes ni les machines. Il est cependant rééquipé avec des Brewster Buffalo en juillet 1941 puis par des Messerschmitt Me-109G en septembre 1949.

Lentovailue 26 (LLv 26) : Au début du conflit cette unité dispose de dix-sept appareils à savoir des Bristol Bulldog (NdA certaines sources donnent également des Fokker D.XXI). Il reçoit ensuite des Gloster Gladiator en raison du retard dans les livraisons de Fiat G-50, appareil avec lequel il termine le conflit. Maintenu en ligne après la fin de la guerre d’Hiver, l’unité vole en juin 1950 sur douze Fiat G-50 passablement obsolètes et quinze Fokker D.XXIV plus modernes.

Lentovailue 28 (LLv 28) : Cette unité est créée au cours de la guerre d’Hiver avec un équipement mixte composé de Morane-Saulnier MS-406 et d’Hawker Hurricane. Il est dissous le 5 mai 1940 puis reconstitué le 14 septembre 1942 avec pour équipement des Hawker Hurricane. En juin 1950 quand éclate la guerre de Continuation, les derniers Hawker Hurricane cohabitent avec des Fokker D.XXIV plus modernes.

-4ème régiment aérien (Lentorymentti LeR 4) (bombardement) :

-Lentovailue 44 (LLv 44) : Au début de la guerre d’Hiver il dispose de huit Bristol Blenheim et d’un Douglas DC-2. Il est préservé à la démobilisation et transformé au printemps 1944 sur Junkers Ju-88. C’est sur ce véloce bimoteur allemand que l’unité volait encore quand éclate la guerre de Continuation.

Junkers Ju-88

Junkers Ju-88 en vol

-Lentovailue 46 (LLv 46) : Au début de la guerre d’Hiver l’unité dispose neuf Bristol Blenheim Mk I puis reçoit rapidement en renfort onze Bristol Blenheim Mk IV. L’unité est préservée après la fin du conflit et dispose en juin 1950 d’un équipement mixte composé de Bristol Blenheim et de Dorrnier Do-17 de seconde main cédés par les allemands après reconditionnement et une modernisation a minima.

-Lentovailue 36 (LLv 36) : Il aligne initialement six Blackburn Ripon. Il reçoit ultérieurement deux Koolhoven F.K 52, un Illiouchine DB-3M, trois Junkers F.13 et un Waco YKS.7. Il est dissous le 13 mars 1940 puis réactivé le 17 juin 1942 sous le nom de Lentovailue 48 (LLv 48) avec différents modèles de bombardiers soviétiques capturés toujours en service en juin 1950 en compagnie de Junkers Ju-87 et de Junkers Ju-88 en petit nombre.

Junkers Ju-87B Pologne 1939

Junkers Ju-87B en formation au dessus de la Pologne en 1939

Durant la période de la Pax Armada trois régiments aériens sont créés, le 3ème régiment, un régiment de coopération (Lentorymentti LeR 3) et un régiment d’aviation navale portant le numéro 5 (Lentorymentti LeR 5).

Avro Anson et Lockheed Hudson

Lockheed Hudson en maintenance. En arrière plan un Avro Anson

Le Lentorymentti 3 dispose de trois escadrons numérotés 32, 34 et 36. Le squadron 32 dispose de treize Junkers Ju-88R, le squadron 34 vole sur treize Avro Anson et le squadron 36 vole sur Polikarpov Po-2.

Heinkel He115 (2)

Heinkel He-115

Le Lentorymentti 5 dispose de trois escadrons numérotés 52,54 et 56. Le premier est un squadron de chasse volant sur Fokker D.XXI, le second un squadron de bombardement-torpillage volant sur Bristol Blenheim et un squadron d’hydravions volant sur Heinkel He-115 et Dornier Do-18.

On ne trouve d’ailleurs pas d’aéronavale puisque c’est un régiment de l’Ilmavoimat le Lentorykmentti 5 qui assure la couverture et l’appui des opérations navales.

Ce régiment composé d’un squadron de chasse, d’un squadron de bombardement-torpillage et d’un squadron d’hydravions à vu le jour en septembre 1942.

La Suomen Ilmavoimat dans la seconde guerre mondiale et la guerre de Continuation ou comment faire le maximum avec peu

Ordre de bataille en juin 1950

-1er régiment aérien (Lentorymentti LeR 1) (reconnaissance et coopération puis chasse) :

-Lentovailue 10 (LLv 10) : vingt-sept Brewster Buffalo

-Lentovailue 12 (LLv 12) : vingt-sept Messerschmitt Me-109G

-Lentovailue 14 (LLv 14) : vingt-sept Curtiss P-40

-Lentovailue 16 (LLv 16) neuf Fokker D.XXI et dix-huit Fokker D.XXIV

-2ème régiment aérien (Lentorymentti LeR 2) (chasse) :

-Lentovailue 22 (LLv 22) : vingt-sept Curtiss P-40.

-Lentovailue 24 (LLv 24) : vingt-sept Messerschmitt Me-109G

-Lentovailue 26 (LLv 26) : douze Fiat G-50 et quinze Fokker D.XXIV

-Lentovailue 28 (LLv 28) : huit Hawker Hurricane et dix-neuf Fokker D.XXIV

-3ème régiment aérien (Lentorymentti LeR3) (coopération) :

-Lentovailue 32 : treize Junkers Ju-88R

-Lentovailue 34 : treize Avro Anson

Fieseler Fi156

Fieseler Fi-156 Storch

-Lentovailue 36 : treize appareils : six Polikarpov Po-2 et sept Fieseler Fi-156 Storch (NdA les premiers capturés durant la guerre d’Hiver, les seconds acquis en Allemagne).

westland-lysander-5

Westland Lysander

-Lentovailue 38 : seize Westland Lysander

-4ème régiment aérien (Lentorymentti LeR 4) (bombardement) :

-Lentovailue 44 (LLv 44) : seize Junkers Ju-88E de bombardement

-Lentovailue 46 (LLv 46) : huit Bristol Blenheim (quatre Mk I et IV) et huit Dornier Do-17

-Lentovailue 48 (LLv 48) : quatre Tupolev SB, quatre Illiouchine Il-4, quatre Junkers Ju-87D et quatre Junkers Ju-88E.

-5ème régiment aérien (Lentorymentti LeR 5) (coopération navale) :

-Lentovailue 52 (LLv 52) : seize Junkers Ju-88E de bombardement-torpillage

Fokker T.VIII

Fokker T.VIII W/C

-Lentovailue 54 (LLv 54) : huit bombardiers Fokker T.VIIIL et douze hydravions Fokker T.VIII W/C

-Lentovailue 56 (LLV 56) : huit Heinkel He-115 et six Dornier Do-18

-6ème régiment aérien (Lentorymentti LeR 6) (coopération navale) :

-Lentovailue 62 : seize Curtiss P-40

-Lentovailue 64 : seize Fokker D.XXI

-Lentovailue 66 : douze Bristol Blenheim Mk IV

 

Quand la guerre de Continuation commence la Suomen Illmavoimat aligne la flotte suivante :

-Chasse : vingt-sept Brewster Buffalo, cinquante-quatre Messerschmitt Me-109G, vingt-cinq Fokker D.XXI, cinquante-deux Fokker D.XXIV, soixante-dix Curtiss P-40, douze Fiat G-50 et huit Hawker Hurricane soit un total de 248 chasseurs.

-Bombardement : trente-six Junkers Ju-88E, vingt Bristol Blenheim Mk IV, huit Dornier Do-17, quatre Tupolev SB, quatre Illiouchine Il-4 et quatre Junkers Ju-87D soit 76 bombardiers

-Reconnaissance et coopération : treize Junkers Ju-88R, treize Avro Anson, six Polikarpov Po-2, sept Fieseler Fi-156, seize Westland Lysander, douze Fokker T.VIII W/C, huit Heinkel He-115 et six Dornier Do-18 soit un total de 81 avions et hydravions.

La flotte de première ligne est donc composée de 375 appareils sans compter les avions d’entrainement et de transport.

Les opérations

Durant la période septembre 1948 à juin 1950 quelques incidents aériens opposent la Suomen Illmavoimat et les VVS. Des appareils de reconnaissance soviétiques sont interceptés par la chasse finlandais et plusieurs abattus.

Quelques appareils finlandais s’égarent au dessus de la Carélie voir de la péninsule de Kola. Une partie est interceptée par l’aviation soviétique avec soit une escorte vers le pays ou une destruction en bonne et due forme. Régulièrement des épaves ont été découvertes depuis la fin du conflit ce qui permettait de résoudre certains mystères.

A l’approche de l’opération BARBAROSSA, l’armée de l’air finlandaise renforce la défense aérienne du territoire en effectuant des patrouilles aériennes et en mettant en place un réseau de guet aérien.

Le nombre d’incidents augmente au printemps 1950. Cette fois pas d’escorte pour ramener l’appareil «égaré» mais une destruction sans avertissements.

Dès le début de la guerre de Continuation l’aviation finlandaise est engagée en masse pour couvrir les troupes au sol en assurant des patrouilles de défense aérienne, en menant des frappes au sol ainsi que des missions de reconnaissance et de coopération.

Au dessus du Golfe de Finlande, les appareils des 5ème et 6ème régiments vont lutter contre les unités de chasse des VVS et des VMF (l’Aviation de la Flotte) pour obtenir une supériorité aérienne locale afin d’empêcher les avions et les hydravions de patrouille maritime soviétique de répérer les mouvements de la marine finlandaise, la circulation des convois et le mouillage de mines, le golfe de Finlande étant la zone la plus minée de l’histoire.

Dans un premier temps l’agressivité des pilotes finlandais surprend les soviétiques qui semblent avoir oublié la leçon de la guerre d’Hiver. Les opérations sont ainsi lancées en dépit du bon sens sans planification (un comble pour un pays communiste !) et sans méthode.

Certes à la guerre il y à la friction et comme le dit Clausewitz «A la guerre la première victime c’est le plan» mais les premières opérations soviétiques sont menées sous le sceau de l’improvisation et de l’impréparation.

Le cas le plus flagrant est la question du bombardement. Pendant de longues semaines on se demande si il faut lancer une campagne de bombardement stratégique contre l’industrie voir contre les villes pour provoquer la terreur de la population finlandaise ou si les bombardiers soviétiques doivent se contenter de mission d’interdiction en arrière immédiat du front.

Devant l’absence de cibles de valeurs (la Finlande est un pays peu urbanisé et peu industrialisé), l’URSS préféra concentrer ses rares opérations stratégiques contre l’Allemagne, le front finlandais voyant les bombardiers frappés de l’étoile rouge se contenter d’appuyer les troupes au sol par des missions d’interdiction à 25/50km en arrière immédiat du front, missions doublés de la présence de chasseurs-bombardiers notamment le redoutable Sturmovik, un appareil biplace d’assaut blindé qui n’allait pas tardé à entrer dans la légende de la guerre aérienne.

Illyushin Il-2 Sturmovik 13

Illiouchine Il-2 Sturmovik

A cela s’ajoute les besoins pour le front principal en Bielorussie et en Ukraine ce qui fait que certaines unités doivent être redéployées ailleurs. Voilà pourquoi pendant plusieurs semaines la Suomen Illmavoimat sans prendre définitivement le dessus sur les VVS arrive à obtenir une supériorité aérienne locale ce qui favorise la progression des troupes au sol.

A l’automne 1950 la situation se complique. La défense soviétique s’est raidie et la défense de Leningrad est devenue aussi importante que celle de Moscou ou de Kiev. Non seulement certaines unités reviennent mais d’autres sont déployées dans le secteur rendant les missions des pilotes finlandais plus difficiles.

A cela s’ajoute le parc aérien finlandais qui n’étant pas de première jeunesse en juin 1950 va peiner à se renouveler. Il y à certes quelques appareils nationaux mis au point, la livraison d’appareils allemands et encore et toujours des appareils soviétiques capturés retournés contre l’adversaire (au risque de provoquer des tirs fratricides) mais le temps joue clairement contre l’armée de l’air finlandaise.

Des pilotes exceptionnels émergent qui n’avaient rien à envier aux Experten allemands ou aux as alliés mais même un pilote extraordinaire ne peut aller indéfiniment contre l’obsolescence de sa machine.

Dès le printemps 1951 alors qu’au sol rien n’est joué on peut dire que les VVS ont pris le contrôle du front non sans subir encore de terribles déconvenues face aux pilotes finlandais qui vendent chèrement leur peau.

Il semble que les pilotes soviétiques avaient parfois tendance à sous-estimer les pilotes finlandais et dieu sait qu’à la guerre sous-estimer l’adversaire est le meilleur moyen de le motiver et de subir une terrible déconvenue. Les exemples dans l’histoire des guerres et des batailles sont légions.

En phase offensive la Suomen Illmavoimat menait donc des missions de couverture aérienne, d’appui-feu, de reconnaissance et de coopération alors qu’en phase défensive il s’agissait surtout de protéger les troupes au sol des bombardements ennemis et assurer leur appui en cas d’offensive. Il y eu également quelques missions d’interdiction pour tenter de bloquer la logistique soviétique mais ces missions n’ont visiblement remporté qu’un succès d’estime.

A la fin du conflit l’armée de l’air finlandaise est sérieusement affaiblie et surtout passablement démotivée. Une crise morale frappe les unités qui ont le sentiment de se battre pour rien. Fort heureusement peu de désertions et la discipline militaire va rapidement l’emporter sur tout le reste.

Suite à l’armistice du 13 octobre 1953, la Suomen Illmavoimat doit combattre son ancien allié allemand ce qui provoque quelques crises de conscience et d’autres conversions opportunistes.

Comme pour les unités terrestres le comportement varie du combat acharné contre les allemands au laissé-faire complice en passant par un combat symbolique pour donner le change.

Le traité de paix qui met fin officiellement et juridiquement à la guerre de Continuation impose un certain nombre de limitations à l’armée de l’air finlandaise qui ne peut aligner plus de 100 appareils, uniquement des chasseurs et des avions de reconnaissance, sans aucune arme air-sol.

Bref une armée de l’air destinée uniquement à défendre le pays et ne pouvant représenter une quelconque menace pour l’URSS.

Ces clauses seront progressivement assouplies permettant à la Finlande de disposer de plus d’appareils. En 1983 les limitations numériques sont levées et en 1992 suite à l’implosion de l’URSS la Suomen Illmavoimat peut disposer si besoin est de tous les appareils nécessaires à ses opérations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s