Scandinavie (90) Finlande (28)

Autos blindées

BA-3 et BA-6

BA-3

BA-3

Les Broneavtomobil 3 et 6 sont les principales autos blindées en service dans l’Armée Rouge à la fin des années trente.

En dépit de la mise en service de véhicules plus modernes au cours des années quarante, ces autos blindées sont encore largement utilisées par la RKKA quand les allemands déclenchent l’opération BARBAROSSA.

Si la BA-3 est mise en service en 1933, la BA-6 qui est sa descendante directe est elle mise en service trois ans plus tard en 1936.

BA-6 3

BA-6

Ce sont des autos blindées 6×4 puissamment armées puisqu’elles disposent de la même tourelle que les chars T-26 et BT-5 à savoir un canon de 45mm.

Après la production de 180 BA-3 entre 1933 et 1935, la production passe à la BA-6 qui est elle produite à 386 exemplaires entre 1936 et 1938.

Ces véhicules étaient très à l’aise sur route mais en tout-terrain les performances décroissaient très vite. Les seules variantes furent celles conçues pour rouler sur les lignes de chemin de fer.

Si le modèle BA-3ZD ne dépassa pas le stade du prototype, le BA-6ZD fût lui produit en série mais le nombre resta fort limité.

Ces deux modèles sont employés lors de la guerre d’Espagne, lors des incidents de frontière contre les japonais, dans la guerre d’Hiver contre les finlandais et durant les premières opérations de l’opération BARBAROSSA même si à l’époque la BA-10 avait largement remplacé ses aînées.

Des véhicules de ce type sont capturés par les allemands et les finlandais. Si les premiers vont les utiliser essentiellement pour des missions de sécurité et de lutte anti-partisans, les finlandais vont les utiliser comme autos blindées de plein exercice si je peux utiliser cette expression.

Si les soviétiques vont remplacer au combat ces autos blindées par des chars légers T-60 et T-70 au printemps 1952, les finlandais vont les utiliser jusqu’à la fin du conflit faute de mieux. Elles sont retirées du service en 1956.

Les véhicules encore en état sont confiés aux troupes du ministère de l’intérieur (NKVD) et après avoir été utilisées pour le maintien de l’ordre sont utilisées dans les dernières semaines du conflit pour nettoyer l’arrière du front des déserteurs et autres isolés de la Wehrmacht qui ne représentaient plus une menace militaire mais posaient de sérieux problèmes de sécurité puisqu’ils attaquaient les soldats et les véhicules isolés pour s’emparer de leurs armes et de leur nourriture.

Caractéristiques Techniques

Poids : 5.82 tonnes pour la BA-3 5.10 tonnes pour la BA-6

Dimensions : longueur 4.65m largeur 2.10m hauteur 2.20m

Motorisation : un moteur essence Gaz-A de 40ch

Performances : vitesse maximale 63 km/h (55 pour la BA-6) distance franchissable 260km (200 pour la BA-6)

Blindage : tourelle 15mm caisse 9mm

Armement : un canon de 45mm 20-K avec soixante coups, deux mitrailleuses de 7.62mm DT

Equipage : 4 hommes

BA-20

BA-20

La Broneavtomobil 20 est une auto blindée développée en URSS en 1934. Elle est destinée à remplacer les FAI et mise en service en 1935. elle est utilisée par les état-majors, les unités de reconnaissance et de transmission.

Construite à partir d’un châssis de voiture commercial, la BA-20 est produite à 5500 exemplaires jusqu’en 1943.

Cette production se répartit en trois versions, la BA-20 de base produite à 3800 exemplaires, la BA-20M à 1600 exemplaires et la BA-20ZhD destinée à opérer sur les chemins de fer (100 exemplaires).

Ce véhicule à été vendu aux républicains espagnols et à donc connu son baptême du feu lors de la guerre d’Espagne.

Sous les couleurs soviétiques il à été engagé dans la bataille de Khalkin-Gol contre les japonais en 1939. Il à également connu le feu en Pologne lors de la guerre du même nom puis en Finlande lors de la guerre d’Hiver, l’armée finnoise en capturant dix-huit.

Toujours en service en juin 1950 en grand nombre (les sources varient mais donnent toutes le chiffre respectable de 1800 véhicules encore en service), l’auto blindée BA-20 est engagée contre l’Axe qui venait de déclencher l’opération BARBAROSSA.

Ses performances sont médiocres tant en terme de mobilité que de survie au combat. Les allemands vont en capturer un grand nombre, souvent des véhicules abandonnés par leurs équipages faute d’essence ou de pièces détachées.

Les véhicules détruits étaient eux aussi évacués vers l’arrière mais quand ils représentaient une réparation trop importante, ils étaient cannibalisés pour permettre la réparation des autres BA-20.

Assez peu de BA-20 furent réemployées par les allemands sur le front, en première ligne mais nombre d’entre-elles furent utilisées pour des missions de sécurité, de protection de convois et de lutte anti-partisans.

La BA-20 est peu à peu retirée du service actif au cours du conflit. Très peu de véhicules sont encore en service à la fin du conflit. Les dernières autos blindées de ce modèle sont retirées du service actif dès l’automne 1954.

Les dix-huit BA-20 capturées par les finlandais ne sont pas toutes remises en service. Seulement douze le sont, les six étant cannibalisées pour fournir des pièces détachées. Deux sont détruites par des canons antichars soviétiques et une autre par mine laissant neuf véhicules opérationnels jusqu’à la fin du conflit. Entièrement remises en état avec l’aide des soviétiques elles vont rester en service jusqu’en 1965 quand elles sont retirées du service actif et envoyés à la casse.

Caractéristiques Techniques

Poids : 2.27 tonnes

Dimensions : longueur 4.31m largeur 1.74m hauteur 2.13m

Motorisation : un moteur à essence GAZ-M1 de 50ch

Performances : vitesse maximale 90km/h distance franchissable 350km

Blindage : 6 à 9mm

Armement : une mitrailleuse de 7.62mm DT

Equipage : 2 à 3 hommes

BA-10

BA-10

La Broneavtomobil 10 est une auto blindée soviétique mise au point en 1938 et produite jusqu’en 1945. Au final se sont 5600 véhicules qui sont sortis des chaines de montage en trois versions, la version de base BA-10, une version améliorée baptisée BA-10M (avec notamment de nouvelles radios) et la BA-10ZhD destinée à rouler sur les voies de chemin de fer.

La BA-10 est une descendante de la BA-6 avec un dessin de caisse différent, une plus grande puissance moteur ce qui permet une augmentation des performances du véhicules. Pour permettre aux autos blindées BA-10 d’opérer en tout terrain, les deux roues arrières peuvent recevoir des chenilles pour améliorer leurs performances en tout terrain.

La BA-10 connait son baptême du feu en Mandchourie contre les japonais lors de la bataille de Khalkin-Gol en 1939. Elle est également engagée dans la guerre d’Hiver même durant le second conflit mondial.

Progressivement remplacée par la BA-11, la BA-10 cesse globalement d’opérer en première ligne à l’été 1953. Elle est reléguée aux troupes du ministère de l’intérieur (NKVD) pour des missions de sécurité sur les arrières.

Au combat un certain nombre de véhicules à été capturée par les finlandais, les allemands, les hongrois et les roumains. Ces véhicules ont été généralement retournés contre leur ancien propriétaire après avoir plus ou moins de modifications.

Les finlandais vont capturer vingt-quatre BA-10 rapidement remises en état et retournées contre leurs anciens propriétaires. A l’automne 1953 il en restait douze en service qui sont utilisées pendant quelques mois avant d’être stockées puis envoyées à la ferraille.

Caractéristiques Techniques

Poids : 5.14 tonnes

Dimensions : longueur 4.65m largeur 2m hauteur 2.20m

Motorisation : moteur essence GAZ-MM de 50ch

Performances : vitesse maximale 53km/h distance franchissable 300km

Blindage : 6 à 15mm

Armement : un canon de 45mm 20-K avec 49 coups et deux mitrailleuses de 7.62mm DT avec 2079 coups

Equipage : 4 hommes

Landsverk L-182

Landsverk L-180 3

Landsverk L-180 de l’armée suédoise

Les Landsverk L-180/181/182 sont une famille d’autos blindées créés par la compagnie suédoise AB Landsverk. C’étaient des autos blindées rapides, robustes et fiables qui vont être exportées en petit nombre dans différents pays européens.

C’est ainsi que le Danemark va recevoir deux véhicules type L-180 (détruits en septembre 1948), l’Estonie un L-180 acquis en 1937 utilisé par la police estonienne puis par la police soviétique, l’Irlande commande treize L-180 qu’elle va utiliser jusqu’aux années soixante-dix, la Lituanie commande six L-181 qui seront réutilisés par les soviétiques puis pour les survivantes par les allemands jusqu’à leur disparition au cours du second conflit mondial alors que les néerlandais ont commandé quatorze Landsverk L-180 (Pantserwagen M-38) et douze Landsverk L-181 (Pantserwagen M-38). La Suède à également acquis douze autos blindées.

La Finlande à acquis un exemplaire (Landsverk L-182) à des fins de test en 1936. Il était initialement prévu de produire vingt-sept exemplaires sous licence mais en raison de tests décevants le projet est abandonné.

Elle est employée durant la guerre d’hiver au sein de la brigade de cavalerie (Ratsuväkiprikaati) où elle est visiblement endommagée. Elle est réparée mais finalement retirée du service en septembre 1941 et démolie en 1945.

Caractéristiques Techniques

Masse : 7.825kg

Dimensions : longueur 5.86m largeur 2.24m hauteur 2.28m

Motorisation : un moteur essence Büssing-NAG L8V de 180ch, transmission à 3 vitesses, 120 litres de carburant

Performances : vitesse maximale 80km/h sur route Distance Franchissable 288km

Blindage : caisse 9mm avant et côtés 5mm pour le toit 15mm pour la tourelle

Armement : une mitrailleuse de 13.2mm puis un canon antichar de 20mm

Equipage : un chef de bord, un conducteur, un tireur et deux pourvoyeurs

Guy Armoured Car

guy-armoured-car

Guy Armoured Car

L’auto-blindée Guy produite par la firme Guy Motors était la combinaison du châssis du tracteur d’artillerie Quad-Ant avec une caisse blindée surmontée d’une tourelle armée d’une mitrailleuse lourde et d’une mitrailleuse légère.

Après la production de vingt-cinq exemplaires, l’armée britannique préféra concentrer ses efforts sur la Humber Armoured Car qui reprenait la même caisse mais disposait d’un nouveau châssis celui d’un autre tracteur d’artillerie, le Karrier KT4.

La firme Guy Motors se lança dans une active promotion à l’export qui remporta un important succès. La Finlande fût le premier à passer commande en l’occurrence de vingt-quatre véhicules suivit par le Danemark (seize véhicules) et enfin par les Pays-Bas qui commanda trente-deux exemplaires et en produisit cent-quarante-huit à l’export.

Les vingt-quatre exemplaires finlandais furent utilisés par la cavalerie, participant à la guerre d’Hiver où deux d’entre-elles furent détruites par les soviétiques. Les vingt-deux autos blindées survivantes furent employées durant la guerre de Continuation où elles servirent à éclairer et à flanquer les troupes finlandaises en phase offensive puis en phase défensive d’empêcher les infiltrations soviétiques ou couvrir le repli.

En octobre 1953 il restait dix autos blindées qui furent rapidement reléguées à l’entrainement puis retirées du service en raison du manque de pièces détachées. Elles ont été ferraillées dans les années soixante sauf deux exemplaires préservés dans des musées.

Caractéristiques Techniques de la Guy Armoured Car

Poids : 5.3 tonnes

Dimensions : longueur 4.12m largeur 2.06m hauteur 2.29m

Motorisation : un moteur essence Meadows de 55ch

Performances : vitesse maximale 64 km/h distance franchissable 340km

Blindage : supérieur à 15mm

Armement : (Grande-Bretagne) une mitrailleuse .50 Vickers associé à une mitrailleuse .303 Vickers (Pays-Bas lots de production tardif) un canon de 37mm SA-38 et une mitrailleuse Lewis de 7.92mm dans une tourelle modifiée [Finlande] un canon de 20mm Madsen et une mitrailleuse de 7.62mm Suomi DT.

Equipage : trois hommes

Autres véhicules

Luftvämskanonvagn L-62 Anti II Tank 41

Luftvämskanonvagn L-62 Anti II Tank 41 2

Après la guerre d’Hiver, l’armée finlandaise comprend qu’il faut renforcer la protection de ses troupes contre l’aviation soviétique. Comme un renforcement de la Suomen Ilmavoimat (armée de l’air) est peu probable la seule solution et de renforcer la DCA et surtout d’en renforcer sa mobilité pour coller aux troupes au sol.

Seulement voilà la création d’un canon automoteur antiaérien n’était pas à la portée de l’industrie finlandaise. Helsinki se tourne vers la société suédoise AB Landsverk qui propose un projet très avance sur son temps avec un châssis inspiré de celui de son char léger L-60B sur lequel est monté une caisse profilée et surtout une tourelle ouverte avec un canon de 40mm Bofors.

Le prototype est prêt dès septembre 1941 et après des tests satisfaisants, l’armée finlandaise passe une commande six exemplaires en janvier 1942 suivit d’une deuxième pour six nouveaux véhicules en mars 1943. Une nouvelle commande à semble-t-il été étudiée mais n’à pas aboutit.

Ces douze véhicules sont tous en service en juin 1950 quand débute la guerre de Continuation. Ils vont se montrer redoutable face à l’aviation soviétique et si les chiffres sont incertains il semble que les douze véhicules ont abattu une cinquantaine de chasseurs et de bombardiers soviétiques.

Ce canon automoteur antiaérien désigné 40 ItPSV 41 dans la nomenclature finlandaise et qui allait avoir un cousin hongrois (40M Nimrod) va également être employé pour le tir sol-sol où son canon de 40mm était mortellement efficace pour les troupes surprises à découvert et dangereux pour les autos blindées et les chars légers.

En octobre 1953 il restait huit véhicules disponibles, véhicules qui restent en service jusqu’en 1959 quand ils sont mis en réserve, l’absence de radar limitant leur utilisation.

Ils sont retirés du service en 1969 et envoyés à la casse sauf un exemplaire préservé dans un musée. Ils ont été remplacés par des canons automoteurs soviétiques équipés de deux canons de 57mm.

Caractéristiques Techniques

Masse : 10.740kg

Dimensions : longueur 5.32m largeur 2.30m hauteur 2.30m

Motorisation : un moteur Scania de 160ch

Performances : vitesse maximale 40km/h

Protection : 6 à 20mm

Armement : un canon de 40mm Bofors avec 640 projectiles en quatre compartiments de 160 projectiles

Equipage : un conducteur, un chef de pièce, un tireur et deux pourvoyeurs

Miscellanées

La Finlande est toujours une armée de piétons au degré de motorisation assez faible en dépit de certains efforts menés durant la Pax Armada avec notamment l’acquisition de camions qu’ils soient étrangers (essentiellement américains notamment fournis par la diaspora finlandais et les américano-finlandais via des levées de fond) ou finlandais notamment les véhicules de la firme Sisu.

M-2

Parmi ces véhicules on trouve des half-track M-2 livrés pendant la Pax Armada officiellement comme engins de travaux publics mais qui à peine débarqués des cargos furent confiés à l’armée finlandaise et militarisés avec un blindage supplémentaire et une mitrailleuse.

Après cette première livraison de vingt-quatre exemplaires la Finlande étudia une production sous licence mais Washington échaudé par cette attitude un peu cavalière (En clair les américains ont peu apprécié d’être pris pour des imbéciles) refusa mais accepta une commande officielle de trente-six exemplaires cette fois pleinement militarisés. Ce sont soixante half-tracks qui ont été utilisés par l’armée de terre finlandaises.

Ces véhicules semi-chenillés (concept qui se révéla au final une fausse bonne idée) furent employés pour le transport de troupes puis pour le remorquage de pièces d’artillerie. Ils étaient encore vingt-cinq en service en octobre 1953 et vont le rester en compagnie de half-track M-3 fournis par les soviétiques qui eux-mêmes les tenaient des américains par le prêt-bail ! Comme quoi le monde est petit. Les half-track M-2 et M-3 ont été retirés du service en 1965 et remplacés par des véhicules chenillés.

Caractéristiques Techniques du M2 Half-track

Poids : 9 tonnes

Dimensions : longueur 5.96m largeur 2.2m hauteur 2.26m

Motorisation : un moteur White 160AX dévellopant 148ch

Performances : vitesse maximale 72 km/h distance franchissable 350km

Blindage : 6-12mm

Armement : une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2. Embarquement de 14 mines et 10 grenades à main

Equipage : 2 hommes + sept passagers

Latil M2 TL6

-Parmi les moyens fournis par les français aux finlandais durant la guerre civile figure un tracteur d’artillerie le Latil M2 TL6 (officiellement «Tracteur TL6 à moteur M2), un véhicules à six roues motrices utilisé par la France comme tracteur léger du génie, par la Belgique, la Roumanie et donc la Finlande comme tracteur d’artillerie.

Les véhicules fournis à la Finlande ont été utilisés à la fin de la Guerre d’Hiver et durant la guerre de Continuation. Durant la Pax Armada ils reçurent un certain nombre de modifications pour les adapter au rude climat finlandais. Sans que ce soit sur à 100% il semble que le Sisu M-49 soit une quasi-copie du Latil même si les finlandais s’en sont toujours défendu.

Les Latil ont été utilisés par l’armée de terre finlandaise jusqu’en 1962 quand ils ont été retirés du service et envoyés à la ferraille.

Caractéristiques Techniques

Poids mort en ordre de marche : 6250kg Charge utile 1700kg

Dimensions : Longueur : 5m largeur 2.23m Hauteur (capoté) : 2.64m

Puissance moteur maximale : 67ch à 2000 tours/minute

Vitesse maximale 40 km/h

 

-Comme de nombreux pays la Finlande à acquis des chenillettes Carden-Lloyd pour le remorquage d’armes lourdes et le ravitaillement de l’infanterie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s