Scandinavie (82) Finlande (20)

Armes de l’infanterie (4) : canons antichars d’infanterie

Canon de 25mm Hotchkiss modèle 1934

Canon de 25mm Hotchkiss

Canon de 25mm Hotchkiss modèle 1934

Face aux blindés les différentes armées cherchèrent la meilleure solution pour neutraliser ce nouveau monstre du champ de bataille. Tout en explorant la voie du fusil antichar la plupart des armées s’équipèrent de canons antichars suffisamment légers pour être utilisés par l’infanterie.

Le calibre variait tournait autour du 30mm avec deux calibres «stars» je peux me permettre cette expression à savoir le 37 et le 47mm.

La France elle se distingua en choisissant le calibre de 25mm privilégiant la vitesse initiale plutôt que la puissance intrinsèque du projectile.

Ce canon est mis au point dans le cadre d’un programme lancé en 1928. Deux candidats se présentent en l’occurrence l’établissement national APX et le constructeur privé Hotchkiss de Levallois.

Les prototypes sont prêts en 1933, Hotchkiss et APX présentant leurs armes aux essais en mars 1934 et c’est l’arme d’Hotchkiss est rapidement préférée, devenant le canon de 25mm SA (Semi-Automatique) modèle 1934.

La mise au point va être longue difficile ce qui impliquera la mise au point d’une variante améliorée le modèle 1934/39 et d’un autre canon, l’APX modèle 1937.

De nombreux canons sont produits même si seulement 4450 pièces seront sorties sur les 8000 initialement envisagées. Des armes sont vendues à la Grande-Bretagne, au gouvernement polonais libre, à la Yougoslavie, à la Belgique et aux Pays-Bas.

La Finlande va recevoir 100 canons antichars prélevés sur des stocks réservés initialement à l’Europe orientale. Ces canons arrivent à temps pour participer à la guerre d’Hiver où ils détruisent quelques blindés soviétiques.

Toujours en service en septembre 1948 et en juin 1950 il est utilisé durant la guerre de Continuation où il était surtout apte à détruire chars légers et autos blindées. Il à été rapidement retiré du service une fois le second conflit mondial terminé.

Le canon antichar de 25mm modèle 1934 était un canon antichar léger pesant 480kg en batterie, tirant un projectile de 0.320g à une distance maximale pratique de 800 à 1000m à raison de 15 à 20 coups par minute, l’obus en question pouvant percer 50mm d’acier dur à 400m. L’affût permet un pointage en site de -5° à +15° et en azimut sur 30° de part et d’autre de l’axe.

Canon antichar de 37mm Bofors

Pansarvärkskanon m 38

Canon antichar de 37mm Bofors mis en oeuvre par des soldats de l’armée suédoise

Le Pansarvärkskanon m/38 est un canon antichar de 37mm conçu et produit par la firme suédoise Bofors.

Il à été acquis par la Finlande en 1941 et désigné 37 PANSSARINTORJUNTA KANUUNA PstK/36 en petit nombre, un nombre incertain les sources variant entre 64 et 96. Ces canons ont été utilisés jusqu’à la fin du conflit même si il était à l’époque totalement dépassé et totalement déclassé.

Le Pansarvärkskanon m/38 était un canon antichar de 37mm (37x257R) pesant 380kg en ordre de combat (900kg en configuration transport) tirant via son canon de 45 calibres (longueur du tube 1.665m) un obus de 2.015kg capable de percer 33mm de blindage à 500m à 30° d’incidence à raison de 12 coups par minute, la portée maximale étant de 7400m. Son équipe de pièce était composée de 4 homnes qui pouvaient pointer le canon en site de -10° à +25° et en azimut sur 50° à l’abri d’un bouclier de 5mm d’épaisseur.

Canon antichar de 37mm Rheinmetall Pak 35/36

3.7cm Pak 36 6

Ce petit canon antichar à été mis au point à partir de 1925 par la firme Rheinmetall pour l’armée de terre allemande. Il est prêt en 1928 d’abord dans une version hippomobile puis dans une version pour traction automobile. Adopté officiellement en 1936 sous le nom de 3.7cm Panzerabwehrkanone 35/36, ce canon à été rapidement dépassé par l’augmentation de l’épaisseur des blindages des chars ennemis, français et anglais.

Ce canon antichar reste malgré tout en service jusqu’en 1942 quand le 5cm Panzerabwehrkanone 38 à été produit en suffisamment grand nombre pour équiper les unités d’active.

Quand aux canons de 37mm, l’immense majorité est stockée au cas où il aurait fallu équiper en urgence des unités en dépit des limites de ce canon qui fût exporté en URSS, en Italie et aux Pays-Bas, les Etats-Unis s’inspirant de ce canon pour mettre au point leur canon antichar M3.

La Finlande à reçut quelques exemplaires issus des stocks allemands officiellement vendus à la Suède mais qui n’y passaient que quelques heures avant de rallier la Finlande. Ils arrivent trop tard pour participer à la guerre d’Hiver et vont être utilisés pour l’entrainement puis pour armer la nouvelle ligne fortifiée au sein de blockhaus. Il à été retiré du service à la fin de la guerre.

Désigné 37 PANSSARINTORJUNTA KANUUNA Pstk/37 au sein de l’armée finlandaise, ce canon antichar léger de 37mm pesant 327kg en ordre de tir (450kg en traction) tirait un obus 37x249R pesant 690g (680g pour le perforant) via un canon de 45 calibres (1.65m) à une distance maximale pratique de 500m où il peut percer 31 mm de blindage incliné à 30°, la cadence de tir étant de 12 coups par minute. . L’affût permet à l’équipe de pièce de 5 hommes de pointer le canon sur 30° en azimut et en site de -5° à +25°.

Canon antichar de 2 livres (QF 2 Pounder)

QF 2 Pounder 9

Canon antichar QF 2 Pounder (40mm)

La Finlande à reçut durant la guerre d’Hiver quelques canons antichars de 2 livres (environ 40mm), le QF 2 Pounder. Comme souvent à l’époque il à été également conçu comme canon de char pour d’évidentes raisons logistiques.

Le projet à été lancé en 1935, deux entreprises développant des projets en l’occurrence Vickers avec l’Ordnance QF 2 Pounder Mk IX on carriage Mark I et le Woolwitch Arsenal avec l’Ordnance QF 2 Pounder Mk IX on carriage Mark II. Les canons commencèrent à entrer en service en 1938 mais ce n’est qu’en 1939 que le canon atteignit sa configuration définitive avec l’affût Mk III.

Tout comme le 25mm français et le 37mm allemand, le canon de 2 livres à été vite déclassé par l’augmentation de l’épaisseur du blindage.

Ce canon à également utilisé par la Grande-Bretagne, la Belgique, l’Espagne, l’Irlande, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud et donc la Finlande.

Ce canon n’à jamais été populaire dans les rangs de l’armée finlandaise qui le relégua rapidement à l’entrainement même si il n’est pas impossible que quelques pièces ont été renvoyés sur le front à la fin de la guerre où l’armée d’Helsinki faisait feu de tout bois contre les soviétiques. Ce canon à été rapidement retiré du service à la fin du conflit.

L’Ordnance QF 2 Pounder était un canon de 40mm, pesant 814kg, disposant d’un tube de 1.67m (soit environ 40 calibres), tirant des obus de 1.080kg à une distance maximale de 500m à raison de 22 coups par minute, le pointage en direction se faisant sur 360° et le pointage en hauteur de -13° à 15°.

Canons antichars de 45mm

Canon antichar de 45mm M-42 5

Canon antichar de 45mm

Alors que la guerre d’Hiver faisait rage, la France faute de pouvoir ou de vouloir intervenir directement aux côtés des finlandais décida de lui livrer des armes.

Parmi celles-ci figurent dix canons antichars de 45mm M1932, une arme mise au point au début des années trente et typique des canons antichar de l’époque à savoir une arme légère et compacte qui pouvait détruire la quasi-totalité des chars en service en septembre 1939 mais qui neuf ans plus tard était en difficulté sans compter que ce canon soviétique n’était pas sans défaut.

Voilà pourquoi les soviétiques ont remis l’ouvrage sur le métier pour aboutir aux modèles M1934 et M1937. Comme souvent à l’époque ce canon à aussi été décliné en canon de char et fût utilisé sur les autos blindées BA-3, BA-6,BA-10 et BA-11 ainsi que les chars T-26, T-50, T-70, T-80, BT-5, BT-7 et BT-20.

Bien que remplacé par des canons de 45mm plus modernes, le M1932 était toujours en service en 1950 ce qui explique la capture de pièces par les allemands. La production commença en 1932 et s’acheva en 1943 avec la sortie de 17964 pièces.

La Finlande utilisa durant la guerre d’Hiver non seulement les dix canons fournis par les français mais aussi des pièces capturées sur les soviétiques sans compter des canons de même calibre mais plus modernes (M1934 essentiellement mais aussi quelques M1937).

Ces canons furent vite déclassés par l’augmentation croissante de l’épaisseur du blindage mais pouvaient être encore utiles face aux chars légers ainsi qu’aux autos blindées mais aussi comme arme d’appui de l’infanterie en zone urbaine, des obus explosifs, fumigènes et éclairants étant mis au point pour cette mission. Le M1932 et ses descendants à été retiré du service en septembre 1955.

Le canon de 45mm M1932 était un canon léger antichar de 45mm tirant un obus encartouché (45x103mm) pesant 510kg (450kg pour la version hippomobile) tirant grâce à un tube de 46 calibre (2.07m) un obus de 1.43kg à une distance maximale de 4400m à raison de 15 coups par minute. L’affût permet à l’équipe de pièce de pointer le canon en site de -8° à +25° et en azimut sur 60°.

Canon antichar Böhler de 47mm

canon de 47mm Bohler

Canon antichar Bohler de 47mm

Le canon antichar Böhler de 47mm était un canon de conception et de fabrication autrichienne mais comme l’Autriche à été annexée par l’Allemagne (Anschluss) et que l’Italie à acquis la licence et l’à produit en très grande quantité sous le nom de Cannone da 47/32 M35 que l’arme est souvent considérée comme une arme italienne.

Ce canon à connu un grand succès à l’exportation puisqu’il à été vendu aux Pays-Bas, à la Roumanie, à la Chine, à l’Estonie, à la Lettonie, à l’URSS, à l’Allemagne et donc à la Finlande qui l’utilisa durant la guerre d’Hiver et durant la guerre de Continuation.

Tout comme les autres canons antichars d’un calibre inférieur à 75mm (et donc considéré comme un canon antichar d’infanterie selon moi) il fût déclassé par l’augmentation de l’épaisseur et de la qualité des blindages, le rendant inapte sauf coup heureux à détruire des chars de bataille.

En revanche il pouvait encore largement représenter une menace mortelle pour les chars légers et les autos blindées. Disposant également d’obus explosifs, fumigènes, incendiaires, éclairants et à shrapnels il pouvait servir d’arme d’appui à l’infanterie en combat urbain ou dans des positions défensives de campagne.

Le canon antichar Böhler de 47mm était un canon antichar d’infanterie de 47mm pesant 315kg en ordre de route et 277kg en ordre de combat tirant un obus perforant de 1.44kg ou explosif de 2.370kg via un tube de 32 calibres (1.525m) à une distance maximale de 7000m (obus explosif).

L’équipe de pièce de 4 hommes peut grâce à l’affût pointer le canon sur 62° en azimut et en site de -15° à +56°.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s