Scandinavie (76) Finlande (14)

L’Armée finlandaise dans la guerre de continuation

Le 5 septembre 1948 la seconde guerre mondiale éclate quand les allemands envahissent deux pays neutres, le Danemark et la Norvège.

Aussitôt la Finlande réaffirme sa neutralité à la face du monde tout en prévenant discrètement l’Allemagne qu’en cas de besoin elle est disponible pour une offensive concertée contre l’URSS. Bien entendu Helsinki se garde bien de préciser que son objectif unique est la reprise des territoires perdus en 1940.

Neutralité ne veut pas dire faiblesse et des mesures militaires sont rapidement prises au cas où l’URSS voudrait entrer dans la danse.

Les effectifs de l’armée de terre sont ainsi augmentés par le rappel de réservistes et le maintien sous les drapeaux d’une partie des conscrits qui devaient être libérés après un an de service.

Signe de la détermination du peuple finlandais certains conscrits libérés se réengagent immédiatement comme volontaires pour participer à la défense du pays.

Aux trois divisions maintenues en temps de paix (1ère DI, 4ème et 7ème DI) va s’ajouter deux autres divisions (2ème et 3ème DI). Ces divisions d’infanterie sont réparties de la manière suivante :

Armée finlandaise

Armée de Carélie du Sud : 1er Corps d’Armée (I. Armeejakunta) avec la 1ère et la 7ème DI; 2ème Corps d’Armée (II. Armeijakunta) avec la 2ème et la 4ème DI.

-La 3ème DI couvre la frontière au nord du lac Ladoga en compagnie de la 1ère brigade de chasseurs

-Le reste de la frontière est couvert par le Groupe de Finlande du Nord avec les 2ème et 3ème brigades de chasseurs plus des unités indépendantes pour défendre Petsamo.

-La 4ème brigade de chasseurs est chargée de missions de retardement au profit de l’Armée de Carélie du Sud.

-La 1ère brigade de cavalerie dépend du 1er Corps d’Armée et la 2ème brigade de cavalerie dépend directement de l’état-major général tout comme le régiment blindé indépendant.

Comme l’URSS reste pour l’instant en dehors de la guerre la Finlande en profite pour améliorer l’entrainement de ces unités ainsi que leur équipement même si les achats d’armes sont particulièrement difficiles, les belligérants ne voulant pas divertir leur production pour un pays à la neutralité aussi incertaine que flexible.

Helsinki se tournera donc encore davantage vers la Suède et la Suisse pour recevoir des armes modernes mais là encore avec un succès mitigé. La Finlande essayera de produire un maximum d’armes et de munitions au pays mais avec là encore des résultats contrastés.

Uniforme Finlande (modèle 1939)

Uniforme standard du fantassin finlandais en 1939. Cela n’à guère changé en 1950. 

Au début de 1950 Berlin informe Helsinki que d’ici la fin de l’année «le problème judéo-bolchevique sera réglé» ce qui signifie une guerre entre Berlin et Moscou.

C’est un véritable signe de confiance puisque la Finlande sera le seul allié de l’Allemagne à étre informé de la date exacte du déclenchement de l’opération BARBAROSSA. Même l’Italie sera maintenue dans l’ignorance très longtemps.

Cette confiance comme nous l’avons vu sera assez mal remboursée par Helsinki qui réclamera toujours plus d’armes pour accepter les demandes allemandes, demandes qui ne seront en réalité jamais satisfaites.

Dans un premier temps pourtant les allemands sont satisfaits puisque l’armée finlandaise prévoit de mobiliser douze à vingt divisions et d’en engager les deux tiers au combat.

C’est ainsi qu’au printemps 1950 de nouvelles divisions sont levées pour renforcer les effectifs à la frontière finno-russe. Les structures de commandement sont totalement réorganisées pour en tirer la quintessence. Cela nous donne l’organisation suivante :

Armée de Carélie du Sud : 1er Corps d’Armée (1ère et 7ème DI + 1ère brigade de cavalerie); 2ème Corps d’Armée (2ème et 4ème DI); 4ème brigade de chasseurs et 2ème brigade de cavalerie;unités d’artillerie, du génie et de soutien.

3ème Corps d’Armée (ex-groupe de Finlande du Nord) : 8ème et 9ème Division d’Infanterie, 2ème et 3ème Brigade de chasseurs, division S.S «Nordland»

4ème Corps d’Armée : Cette entité couvre la région située au nord du lac Ladoga avec les 3ème et 10ème DI ainsi que la 1ère brigade de chasseurs.

A quelques semaines de BARBAROSSA l’armée finlandaise aligne donc huit divisions d’infanterie, quatre brigades de chasseurs et deux brigades de cavalerie partiellement motorisées. Un effort important qui va être encore accru par la création de nouvelles G.U (Grandes Unités). Cela entraîne naturellement un nouveau bouleversement des structures.

C’est ainsi que l’Armée de Carélie du Sud reçoit à la mi-mai un troisième corps d’armée, le 5ème corps d’armée qui regroupe deux divisions novices (5ème et 6ème DI) et deux brigades de chasseurs à recrutement local (5ème et 6ème brigade de chasseurs). Ce corps ne va cependant pas être engagé immédiatement dans la guerre de Continuation mais gardé en réserve le temps d’améliorer son entrainement et son équipement. De nouvelles brigades de chasseurs sont également créées

Quand la Finlande déclenche la Guerre de Continuation, l’armée de terre est organisée de la façon suivante :

-Une Armée de Carélie du Sud à trois corps d’armée plus des unités dépendant directement de l’armée soit les unités suivantes :

I. Armeejakunta : 1ère et 7ème Divisions d’Infanterie, 1ère brigade de cavalerie

II. Armeejakunta : 2ème et 4ème DI 7ème et 8ème brigades de chasseurs
V. Armeejakunta : 5ème et 6ème DI 5ème et 6ème brigades de chasseurs

Réserve d’Armée : 4ème brigade de chasseurs et 2ème brigade de cavalerie

III. Armeejakunta (placé sous le commandement de l’Armée de Norvège) : 8ème et 9ème DI, Division S.S Nordland, 2ème et 3ème brigade de chasseurs

IV.Armeejakunta : 3ème et 10ème DI, 1ère brigade chasseurs

Si sur le front de Carélie il n’y aura pas d’unités allemandes plus au nord des divisions allemandes seront engagées donc au sein de l’AOK Norwegen avec trois corps d’armée, deux corps d’armée allemands et un corps d’armée finlandais.

Au cours du conflit l’armée de terre finlandaise va créer de nouvelles unités soit pour remplacer des unités très affaiblies par les combats ou pour renforcer la puissance de l’armée finlandaise face à une RKKA qui loin de s’effrondrer faisait preuve d’une résilience très importante.

Quatre nouvelles divisions d’infanterie sont ainsi mises sur pied (11ème,12ème,13ème et 14ème) mais avec seulement deux régiments d’infanterie.

Quatre autres brigades de chasseurs numérotées 9 à 12 sont également créées mais aussi une division blindée par regroupement des éléments blindés et motorisés dispersés entre les deux brigades de cavalerie et le régiment de chars. L’infanterie sera fournie par le démantèlement des 8ème et 10ème brigades de chasseurs.

Quand la Finlande change de camp et se retourne contre son ancien allié allemand, l’armée finlandaise affiche le visage suivant :

1ère Armée (ex-armée de Carélie du Sud) : 1er Corps d’Armée (1ère et 10ème DI), 2ème Corps d’Armée (2ème DI, Division Blindée finlandaise) et 3ème Corps d’Armée (3ème DI, 1ère division de chasseurs issus d’éléments fournis par les 4ème, 5ème et 6ème brigades).

2ème Armée : 4ème corps d’Armée (4ème DI et 14ème DI) et 5ème Corps d’Armée (11ème et 12ème DI).

C’est donc avec dix divisions (huit divisions d’infanterie, une division de chasseurs et une division blindée) que les finlandais vont repousser hors de Finlande leurs anciens alliés. Toutes les divisions n’ont pas montré le même zèle, certaines faisant mine de combattre les troupes allemandes pour les laisser s’échapper vers la Norvège.

A la fin de la guerre en Europe (30 avril 1954), l’armée finlandaise démobilise progressivement renvoyant ses réservistes et libérant des conscrits.

En mars 1955 l’armée finlandaise est organisée en deux divisions d’infanterie, deux brigades de chasseurs, une brigade de cavalerie, deux régiments d’artillerie et différentes unités de soutien et d’appui.

Son équipement est strictement contingenté avec l’interdiction de posséder de l’artillerie lourde (supérieure à 155mm), des armes de destruction massive. Un temps l’URSS voulait interdire à la Finlande de posséder des chars mais elle à finalement accepté que la Maarvoimat possède des MBT.

En 1967 l’armée de terre finlandaise va adopter le format brigade pour ses unités de combat avec une brigade blindée, deux brigades d’infanterie, une brigade de chasseurs, une brigade d’artillerie, une brigade du génie, des unités commandos, des unités de soutien.

La division devient une formation territoriale pour organiser la mobilisation et la défense totale avec conscrits non encore appelés sous les drapeaux et des réservistes, le territoire finlandais étant divisé en trois divisions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s