Scandinavie (73) Finlande (11)

Dragueurs de mines

Dragueurs de mines classe Ahven

Les six unités de la classe Ahven sont des dragueurs côtiers mis en service dans la marine finlandaise en 1936/37. Ils ont été baptisés Ahven Kiiski Mulkku Särki Kuore et Lahna.

Ces dragueurs de mines participèrent à la guerre d’Hiver puis à la guerre de Continuation, deux d’entre-eux étant perdus durant le second conflit mondial en l’occurence le Ahven victime d’une mine qu’il cherchait à désamorcer le 17 juillet 1953 et le Lahna abordé de nuit par un cargo et qui coula en quelques instants. Les quatre survivants ont été désarmés en 1960 (Kiiski), en 1961 (Mulkku) et en 1962 (Särki Kuore) puis démolis.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : 17 tonnes

Dimensions : longueur 17.2m largeur 3.7m tirant d’eau 1.3m

Propulsion : moteur diesel dévellopant 48ch

Performances : vitesse maximale 10.5 nœuds

Armement : un canon de 20mm Madsen

Equipage : huit hommes

Dragueurs de mines classe Ajonpää

Ces deux dragueurs de mines (Ajonpää Kallanpää) ont été mis en service en 1943 pour lutter contre les mines à influence notamment magnétiques. Ces deux navires ont survécu au second conflit mondial, étant finalement désarmées respectivement en 1961 et 1963 puis démolies.

Caracteristiques Techniques

Déplacement : 52 tonnes

Dimensions : longueur 20m largeur 5.3m tirant d’eau 1.7m

Propulsion : puissance propulsive 200ch

Vitesse maximale : 10 nœuds

Armement : un canon de 20mm Madsen

Propulsion: 200 hp (150 kW)

Dragueurs de mines classe Kuha

Kuha 11

Kuha 11

Les dix-huit dragueurs de classe Kuha sont assez semblables aux Ahven. Dix-huit navires ont été construits et mis en service entre 1941 et 1946. Si les six premiers portent des noms ( Kuha, Salakka, Siika, Harjus, Säynäs et Karppi), les douze autres ont été baptisés Kuha 7 à 18. Pour simplifier les choses les six premiers furent aussi baptisés Kuha 1 à 6).

Sur ces dix-huit navires, huit ont été perdus, trois suite à des mines (Kuha 1 Kuha 9 Kuha 18), deux suite à des collisions (Kuha 2 et 4) et trois suite à l’action de l’aviation (Kuha 10, 11 et 13). Les navires survivants ont été désarmés dans les années soixante après avoir été remplacés par des dragueurs de mines plus modernes.

Ces navires déplaçaient 18 tonnes, mesuraient 17.1m de long sur 3.8m de large pour un tirant d’eau de 1.5m, pouvaient filer à 9 nœuds avec un armement composé d’un canon de 20mm.

Dragueurs de mines classe Rautu

Les dragueurs de mines Rautu et Vilppula sont des dragueurs de mines classe Kljuz laissés par les russes en Finlande en 1918 et donc repris par la marine finlandaise qui les modernisa pour leur permettre de tenir le plus longtemps possible en l’occurence en 1947 quand ils sont désarmés puis transformés comme ponton-école pour la formation à la guerre des mines. Toujours en service en septembre 1948, ils sont utilisés jusqu’en juin 1955 quand ils sont envoyés à la démolition.

Caracteristiques Techniques

Déplacement : 240 tonnes

Dimensions : longueur 44m largeur 6.1m tirant d’eau 2.5m

Propulsion : puissance propulsive 450ch

Vitesse maximale 10 nœuds

Armement : un canon de 75mm et deux mitrailleuses puis un canon de 20mm Madsen

Equipage : 32 officiers et marins

Mouilleurs de mines

En guise d’avant-propos

En septembre 1948 la stratégie de la marine finlandaise est clairement une stratégie du faible au fort, une stratégie défensive reposant sur l’utilisation de batteries côtières, de navires légers d’attaque et de mines marines.

Qui dit mines dit mouilleur de mines et outre la possibilité pour nombre de navires de combat de troquer torpilles ou grenades ASM contre des mines, la Merivoimat dispose d’un certain nombre de mouilleurs de mines spécialisés.

Mouilleur de mines Louhi

Med konvoj över Ålands hav: Eskortfartyget Louhi.

Mouilleur de mines Louhi

Le mouilleur de mines Louhi était à l’origine un navire commandé par la marine tsariste mais saisi par les finlandais lors de la guerre civile russe.

Connu initialement sous le nom de Voin, il fût d’abord connu par les finlandais sous le nom de Miinalaiva 1 (M1) soit simplement «mouilleur de mines n°1» avant d’être d’adopter son nom final en 1936.

A l’usage le Louhi se révéla un mouilleur de mines médiocre avec une faible vitesse, de mauvaises qualités nautiques et un espace de stockage des mines mal conçu.

Voilà peut être pourquoi en temps de paix le navire fût utilisé comme bâtiment-dépôt avec des logements provisoires aménagés dans l’espace de stockage des mines.

Il assura des missions de sécurité en 1919/20 au profit des navires britanniques déployés en Baltique en soutien des Blancs avant de devenir bâtiment-dépôt notamment au profit des sous-marins finlandais.

Quand éclate la guerre d’Hiver, le Louhi était pourtant le mouilleur de mines le plus capable de la marine finlandaise ! Il était le seul à pouvoir mouiller de larges champs de mines, 1900 mines marines étant mouillées par la marine finlandaise durant la seule guerre d’Hiver dont un tiers par le Louhi.

Durant la Pax Armada les capacités en mouillage de mines de la marine finlandaise se sont singulièrement accrues.

Quand débute la guerre de Continuation, la coopération finno-allemande permet de mouiller des champs de mines plus efficaces que jadis, des champs de mines plus larges, plus profonds et plus difficiles à draguer car mélangeant mines classiques et mines à influence.

Avec la mise en service des Riilahti et Ruotsinsalmi, le Louhi devint davantage un navire de soutien qu’un mouilleur de mines même si sa destruction le 12 janvier 1954 eut lieu alors qu’il mouillait des mines destinés à perturber les mouvements de la Kriegsmarine.

Pour une raison inconnue après le mouillage d’une douzaine de mines, une explosion foudroie le vétéran qui coule en quelques minutes, ne laissant qu’une vingtaine de survivants.

Encore aujourd’hui la cause est inconnue, certains avançant l’explosion d’une mine défectueuse d’autres parlant d’une torpille d’un sous-marin allemand alors que d’autres avancent l’idée d’un sabotage.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : 776 tonnes

Dimensions : longueur 50m largeur 8m tirant d’eau 2.7m

Propulsion : type inconnu puissance développée 800ch

Vitesse maximale 12 nœuds

Armement : (origine) deux canons de 47mm et 150 mines (1948-1954) deux canons de 75mm, deux canons de 40mm Bofors, deux canons de 20mm Madsen 140 mines

Equipage : 41 hommes

Mouilleurs de mines classe Ruotsinsalmi

Riilahti

Le Riilahti

A la fin des années de trente la marine finlandaise obtint les crédits nécessaires à la construction de deux mouilleurs de mines modernes, navires Ruotsinsalmi et Riihalti. Le premier est mis en service en 1941 et le second en 1943. Si le Ruotsinsalmi survit au second conflit mondial et n’est désarmé qu’en 1975 (démoli en 1985), son sister-ship sera torpillé et coulé par un sous-marin soviétique le 14 février 1953 lors d’une mission de mouillage de mines.

Ces navires furent initialement conçus comme des dragueurs de mines pour protéger les deux cuirassés garde-côtes de classe Välnamoïnen mais finalement ils furent modifiés avant mise sur cale pour devenir des mouilleurs de mines capables également de mener des missions de lutte anti-sous-marine.

Ces deux navires vont participer à des mouillages de champ de mines pour protéger les accès aux ports finlandais et gêner les mouvements de la flotte de la Baltique. A eux deux les unités de classe Ruotsinsalmi mouillent près de 4500 mines. A plusieurs reprises ils ont assuré l’appui feu des troupes finlandaises défendant des îles du Golfe de Finlande attaqués par les soviétiques.

Quand la Finlande bascule, le Ruotsinsalmi continue sa mission de mouillage de mines mais pour gêner les mouvements de la marine allemande qui cherchait à se retirer en bon ordre de Finlande et qui surtout veillait à maintenir ouvert les ports de la poche de Courlande, ports vitaux pour le ravitaillement et l’évacuation des blessés.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : 310 tonnes

Dimensions : longueur 50m largeur 7.9m tirant d’eau 1.5m

Propulsion : deux moteurs diesel MAN puis deux diesels Rateau dévellopant respectivement 1199 et 1120

Vitesse maximale : 15 nœuds

Electronique et contre-mesures : hydrophones et générateur de fumées

Armement : un canon de 75mm un canon de 40mm Bofors, deux canons de 20mm Madsen, lanceurs de charges de profondeur, trois rails pour 100 mines.

Equipage : nc

Mouilleur de mines classe Pukkio

Les trois navires de classe Pukkio (Pukkio Porkkala Pansio) mis en service respectivement en 1939, 1940 et 1943 ont été initialement conçus comme des transports côtiers pouvant si besoin est servir de mouilleurs de mines. Ces trois navires bien qu’endommagés à plusieurs reprises ont survécu au second conflit mondial, servant jusqu’en 1982 (Pukkio), en 1987 (Porkkala) et 1990 (Pansio). Tous ont été démolis dans la foulée.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : 162 tonnes

Dimensions : longueur 28m largeur 6.7m tirant d’eau 2.5m

Propulsion : puissance propulsive d’origine 300ch portée après guerre par remotorisation à 600ch

Vitesse maximale : 10 nœuds à l’origine 15 nœuds après remotorisation

Armement : un canon de 45mm puis un canon de 40mm, un canon de 20mm Madsen, 40 mines

Equipage : 10 officiers et marins

Autres navires

Vedettes lance-torpilles

La marine finlandaise disposait de plusieurs classes de vedettes lance-torpilles de plus ou moins bonne qualité.

-Les deux vedettes formant la classe Sisu étaient deux vedettes lance-torpilles de conception et de fabrication italienne. Elles sont acquise en 1920 par la jeune marine finlandaise et baptisées Sisu et Hurja. Ces deux navires sont toujours en service en septembre 1948 et survivent au second conflit mondial, la Sisu étant désarmée en juin 1956 et la Hurja en mars 1957, les deux vedettes étant rapidement démolies.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : 13 tonnes

Dimensions : longueur 16.2m largeur 3m tirant d’eau 1.2m

Propulsion : deux moteurs Isotta Frachini dévellopant 373kW

Performances : vitesse maximale 25 nœuds distance franchissable

Armement : une mitrailleuse, quatre lanceurs de charges de profondeur, deux mines, deux torpilles de 450mm

Equipage : 7 officiers et marins

-La classe Syöksy est composée de quatre vedettes lance-torpilles de conception et de fabrication britannique mises en service en 1928 et toujours opérationnelles vingt ans plus tard. Elles sont baptisées Syösky, Nuoli, Vinha et Rajy.

Deux d’entre-elles sont détruites, la Syösky est coulée par l’aviation soviétique en septembre 1950 alors que la Rajy est victime d’une collision avec un cargo finlandais qu’il protégeait le 7 mars 1952.

La Nuoli est désarmée en septembre 1955 et la Vinha en juin 1956 avant d’être rapidement démolies.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : 13 tonnes

Dimensions : longueur 16.8m largeur 3.4m tirant d’eau 1m

Propulsion : deux moteurs de 375ch

Performances : vitesse maximale 43 nœuds

Armement : une mitrailleuse puis un canon de 20mm Madsen et deux mitrailleuses, deux torpilles de 450mm ou trois mines, deux lanceurs de charges de profondeur

Equipage : sept officiers et marins

-La classe Isku est composée d’une unique vedette lance-torpilles construite par la firme Thornycroft et mise en service en 1926. Si elle resta unique c’est qu’elle donna pas satisfaction. Si elle participe à la guerre d’Hiver, elle fût retirée du service en septembre 1942 et démolie dans la foulée.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : 11 tonnes

Dimensions : longueur 16.6m largeur 3.4m tirant d’eau 1.1m

Propulsion : deux moteurs Rolls Royce développant 597 kW

Vitesse maximale : 31 nœuds

Armement : deux mitrailleuses de 7.62mm, deux lanceurs de charges de profondeur, deux torpilles de 450mm

Equipage : 7 officiers et marins.

Classe Hurja

-La classe Hurja (Hyöku Hirmu Hurja Hyrsky Häijy), des vedettes commandées en Italie durant la guerre d’Hiver mais arrivées trop tard pour être engagées, les cinq vedettes étant livrées entre 1941 et 1942.

Navires de médiocre qualité, ils souffraient de faiblesses structurelles mais aussi de problèmes de moteurs au point que la marine finlandaise les retira du service dès 1945 avant de les remplacer par des vedettes conception nationale qui reprennent les mêmes noms. Les Hurja première version rebaptisées H-1 à H-5 pour éviter la confusion furent démolies avant guerre.

Déplacement : 14 tonnes

Dimensions : longueur 16.5m largeur 4.3m tirant d’eau 1.3m

Propulsion : deux moteurs Isotta Fraschini dévellopant 2300ch

Vitesse maximale : 36 nœuds

Armement : un canon de 20mm Madsen et deux torpilles de 450mm

Equipage : 10 officiers et marins

-Les Hurja italiennes furent donc remplacées par des Hurja construites en Finlande et nettement plus efficaces avec une coque plus solide et des moteurs plus fiables. En même temps comme le dira l’ingénieur à l’origine de sa conception «C’était difficile de faire pire que Hurja livrés par les italiens».

Ces cinq navires sont mis en service en 1945 et vont participer au second conflit mondial, deux d’entre-elles étant détruites, la Hyöku et la Hyrsky étant détruites par leurs homologues soviétiques au cours d’affrontements dans des conditions dantesques, les trois autres étant désarmées à la fin des années cinquante car trop usées pour continuer à opérer en mer Baltique.

Déplacement : 25 tonnes

Dimensions : longueur 18.20m largeur 4.5m tirant d’eau 1.5m

Propulsion : deux moteurs diesels MAN dévellopant 3500ch

Vitesse maximale : 33.5 nœuds

Armement : un canon de 40mm Bofors, deux canons de 20mm Madsen et quatre torpilles de 450mm (ou deux de 533mm)

Equipage : 21 officiers et marins

-Suite au succès de «finnish Hurja», la Finlande faire construire quatre vedettes lance-torpilles baptisées Jylhä, Jyry,Jyske,Jymy et mis en service en 1947. Ces vedettes vont se montrer efficaces et survivent toutes au conflit, étant désarmées entre 1959 et 1961.

Déplacement : 27 tonnes

Dimensions : longueur 18.50m largeur 4.6m tirant d’eau 1.5m

Propulsion : deux moteurs diesels MAN dévellopant 3500ch
Vitesse maximale : 33 nœuds

Armement : un canon de 40mm Bofors, deux canons de 20mm Madsen, deux mitrailleuses de 7.7mm et quatre torpilles de 450mm (ou deux de 533mm)

Equipage : 23 officiers et marins

Patrouilleurs

-Les patrouilleurs type VMV (Vartiomoottorivene) ont été construits pour la marine finlandaise en grande série avec pas moins de vingt unités. Ces navires furent de véritables réussites tenant bien la mer, pouvant aller à grande vitesse et leur coque en bois les protégeaient des mines magnétiques.

Un premier navire fût commandé à un chantier d’Helsinki mais devant le retard accumulé, la Merivoimat commandant deux navires en Allemagne, navires qui furent prêts avant le premier navire finlandais.

Deux autres navires sont commandés en janvier 1931 suivis d’un autre en 1932, de dix autres en 1934, le reliquat étant commandé en 1935. Ces navires n’ont pas reçu de nom mais ont été baptisés VMV-1 à 18.

Ces navires furent utilisés durant la guerre d’Hiver et la guerre de Continuation comme patrouilleurs côtiers et donc à l’écart des grandes opérations. Ils servirent également de canonnières et de chasseurs de sous-marins. Cinq d’entre-eux ont été perdus durant la guerre, les VMV-1 et 4 suite à des mines, le VMV-5 suite à un bombardement aérien d’Helsinki, les VMV-12 et 16 suite à une collision qui provoqua le naufrage immédiat de la VMV-12 pendant que la VMV-16 coulait lors de son retour au port. Les autres navires ont été retirés du service après guerre entre janvier 1955 et mars 1958. La VMV-6 à été préservée dans le port de Turku au sec.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : nc

Dimensions : longueur 25m largeur 4.10m tirant d’eau 1m

Propulsion : deux moteurs Maybach de 1220ch

Vitesse maximale 25 nœuds

Armement : un canon de 40mm et un canon de 20mm comme armement de base. Pouvaient également recevoir des charges de profondeur, deux torpilles de 450mm, quatre à cinq mines mais aussi des mitrailleuses

Equipage : nc

-Les quatre navires type SM sont désignés SM-1,SM-2,SM-3 et SM-4. Mis en service en 1941 comme patrouilleurs légers, ils vont être utilisés durant le second conflit mondial comme dragueur de mines auxiliaires.

La SM-3 est perdue lors d’une tempête en juin 1952 alors que les trois autres survivent au conflit, les SM-1 et SM-4 sont désarmés en 1958, la SM-2 sont désarmés en 1962.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : 20 tonnes

Dimensions : longueur 18m largeur 3.8m tirant d’eau 1.7m

Propulsion : puissance propulsive 80ch

Vitesse maximale 9 nœuds

Armement : un canon de 20mm Madsen et deux mitrailleuses

Equipage : sept officiers et marins

Miscellanées et inclassables

-Dans cette catégorie nous trouvons les unités de classe Teplokhod, des navires destinés en temps de paix à servir de transport littoral et en temps de guerre à gérer des champs de mines radiocontrôlées. De petite taille, ces unités étaient rapidement mis en difficulté en haute mer surtout quand le temps devenait difficile.

Sur les dix navires produits à la fin du premier conflit mondial la Finlande va en récupérer cinq, des unités baptisées Pommi, Miina, Loimu,Lieska et Paukku, des navires abandonnés par les russes lors de leur retrait en 1918.

Quatre navires étaient encore en service en septembre 1948, le Pommi ayant été victime d’une tempête en juin 1943. Les autres vont participer au second conflit mondial, le Miina étant coulé par une mine soviétique en mars 1950 alors que le Loimu est victime de l’aviation allemande en janvier 1954. Les Lieska et Paukku survivant au conflit étant désarmés et démolis au printemps 1956.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : 60 tonnes

Dimensions : longueur 28m largeur 4.5m tirant d’eau 1.2m

Propulsion : puissance propulsive 80ch

Vitesse maximale 9 nœuds

Armement : un canon de 20mm Madsen, deux mitrailleuses 30 à 45 mines

Equipage : 6 hommes

-Sur le lac Ladoga, la Finlande armait une petite flottille hétéroclite de navires assez anciens :

-Brise-glace Aallokas

-Cannonière Aunus

-Mouilleur de mines Yrgö

-Remorqueur Vakava

-Vedettes à moteur S.1 et N.K af Kiercher

A cela allaient s’ajouter bientôt des remorqueurs réquisitionnés en l’occurence les Tarno Vulcan Vapaus Aunus Voima.

-On trouve également d’autres navires océaniques comme les brise-glaces Murtaaja Sampo Apu Tarmo Jääkarhu Otso et Sisu ou encore le navire-dépôt von Dobeln et le navire de commandement Merikotka.

Défenses côtières

Canons de 305mm classe Gangut

Canon de 305mm modèle 1907

La marine finlandaise à hérité de plusieurs batteries côtières construites à l’époque du grand-duché de Finlande. Ces batteries avaient pour mission de protéger les ports principaux et les bases navales, le principal calibre de l’artillerie de côte finlandaise étant le 152mm, calibre médian bien adapté à la mer Baltique et à son caractère archipélagique.

Cela n’empêcha pas la Merivoimat de construire des batteries nettement plus puissantes comme celle de l’île de Kuivasaari au large d’Helsinki avec un canon de 305mm qui devait bloquer le golfe de Finlande en liaison avec les batteries côtières estoniennes mais ce plan habile tombe à l’eau quand l’Estonie et les deux autres pays baltes tombent entre les griffes de l’ogre soviétique.

On trouvait également sur l’île de Russarö au sud de la presqu’ile d’Hanko quatre canons de 234mm qui endommagèrent assez sensiblement le croiseur léger Kirov et l’obligea à se retirer

L’artillerie côtière fût également utilisée pour appuyer les troupes au sol défendant l’isthme de Carélie durant la guerre d’Hiver.

Durant la Pax Armada les batteries furent modernisées avec de nouveaux canons mais les projets de nouvelles batteries côtières ne virent pas le jour. Toutes les batteries côtières existantes ont été démantelées après guerre mais à partir des années soixante-dix de nouvelles batteries côtières ont vu le jour et sont toujours opérationnelles aujourd’hui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s