Scandinavie (67) Finlande (5)

La constitution du 17 juillet 1919

La constitution finlandaise du 17 juillet 1919 est divisée en un préambule et en onze chapitres regroupant un total de 95 articles. Elle remplace la constitution en vigueur depuis 1772…… .

On trouve les dispositions fondamentales dans le chapitre 1, les droits des citoyens finlandais dans le chapitre 2, la législation dans le chapitre 3, le gouvernement et l’administration dans le chapitre 4, les tribunaux pour le chapitre 5, les finances publiques dans le chapitre 6, la défense nationale dans le chapitre 7, l’enseignement dans la chapitre 8, les confessions dans le chapitre 9, les fonctions publiques dans le chapitre 10 et enfin les dispositions finales dans le chapitre 11.

Cette constitution fait de la Finlande une république souveraine, souveraineté issue de la nation qui délègue sa souveraineté à une Diète, cette dernière assurant le pouvoir législatif en compagnie du président de la République qui est lui chef du pouvoir exécutif. Il est relayé dans son action par un ministre d’Etat Président du Conseil qui réunit ses ministres en conseil. Le pouvoir judiciaire est indépendant, ses organes suprêmes étant la cour suprême et la cour administrative suprême.

La Diète (Eduskunta «Assemblée des représentants») se compose de 200 représentants dont 199 pourvus au scrutin proportionnel dans douze circonscriptions électorales de sept à trente-six députés selon leur population. Le député restant est élu au scrutin uninominal majoritaire à un tour par les résidents des îles Åland

Deux langues sont langues officielles de la République à savoir le finnois et le suédois ce qui signifie qu’un citoyen finlandais peut exiger d’être aidé par l’administration ou suivre des cours dans sa langue maternelle.

Le président de la République est élu au suffrage indirect pour six ans parmi les citoyens finlandais de naissance. Un collège de 300 électeurs présidentiels élit le président. Ces électeurs présidentiels sont élus les 15 et 16 janvier et se réunissent le 15 février suivant sous la présidence du président du Conseil. Le vote à lieu au scrutin secret et tout candidat obtenant plus de la moitié des suffrages exprimés est déclaré élu. Il y à un maximum de trois tours et si au troisième tour aucun candidat se dégage, c’est le sort qui décide.

Si le président de la République est empêché, ses fonctions sont exercées par le président du Conseil mais si l’empêchement est durable une élection est organisée le plus tôt possible.

Le président de la République peut convoquer la Diète en session extraordinaire, il ouvre et clôt ses sessions et peut la dissoudre et ordonner de nouvelles élections. Il dispose du droit de grâce, est chef suprême des forces armées.

A chaque session la Diète élit un Ombudsman et son suppléant chargés de surveiller l’application des lois par le pouvoir exécutif et l’administration. L’Ombudsman peut assister aux séances du Conseil des Ministres. Il adresse chaque année à la Diète un rapport sur sa gestion, sur l’état de la justice et les lacunes qu’il à remarquées dans la législation.

La Finlande reste divisée en provinces, districts, bailliages et communes. Seule la loi peut modifier le nombre des provinces alors que pour les autres échelons c’est le Conseil des Ministres qui s’en charge en veillant à ce que les limites permettent des zones linguistiquement homogènes. Chaque province est administrée par un préfet.

Miscellanées sur la vie politique finlandaise

Dans cette partie nous allons balayer rapidement la vie politique finlandaise en présentant des événements et des faits importants. Il ne s’agit bien entendu pas d’une étude exhaustive de la vie politique finlandaise mais de placer des faits et des informations qui me semblent nécessaires pour comprendre l’attitude des finlandais.

La république finlandaise est une république parlementaire avec une assemblée monocamérale appelée Eduskunta en finnois et Riksdagen en suédois. Il est composé de 200 députés et siègent à l’Eduskuntatalo, un palais achevé en 1931.

Eduskuntatalo

Eduskuntatalo. Sobre et minéral

La Suomen Eduskunta/Finlands Rikstag créé en 1906 succède à la Diète de Finlande qui avait elle même succédé aux Etats Généraux ou Rikstag en 1809. Le président du parlement est le troisième personnage de l’Etat derrière le Président de la République et le Premier Ministre.

Le premier ministre dirigeait un gouvernement de onze ministères dont la liste est fixée par la loi à savoir les Affaires Etrangères, la Justice, l’Intérieur, la Défense, les Finances, l’Education et la Culture, l’Agriculture et Forêts, les Transports et les communications, les Affaires économiques et l’emploi, les Affaires Sociales et la Santé, l’Environnement.

Qui dit vie politique dit donc partis. Plusieurs partis vont dominer la vie politique finlandaise en raison du mode de scrutin à savoir la proportionnelle ce qui imposait quasi-automatiquement un gouvernement de coalition avec un des trois partis dominants (parti social-démocrate, parti centriste et parti de la coalition nationale) associés à de petits partis pour faire nombre. Les gouvernements monocolores existent mais ils sont très rares.

-Le Parti Finlandais (Suomalainen Puolue) à été le premier parti politique finlandais actif des années 1860 à 1918. Outre son rôle purement politique, ce parti va jouer un rôle culturel et de revivification de l’identité finlandaise face à la menace de la russification.

Le Parti des Jeunes Finlandais (Nuoisuomalainen Polue) fondé en 1878 était un parti politique social-libéral actif à partir de 1894. Il disparaît après la première guerre mondiale.

-Le Parti Social-démocrate de Finlande (Suomen sosialu demokraattinen puolue) créé en 1899 sous le nom de Parti Travailliste Finlandais (Suomen Tyovaien puolue) ce qui en fait le plus ancien parti politique finlandais encore en activité. Il prend son nom actuel en 1903 et est très lié au syndicat central fondé en 1907.

Il est engagé aux côtés des Rouges lors de la guerre civile finlandaise ce qui aurait du durablement le discréditer mais son implantation est tellement puissante qu’il peut résister et devenir donc un parti majeur de la vie politique finlandaise. A noter que les plus extrémistes et/ou les plus compromis vont former le parti communiste finlandais.

-On trouve par exemple le Parti Centriste de Finlande (Suomen Keskusta) créé en 1906 sous le nom de Ligue Agraire. C’est un parti de centre-droit, libéral-conservateur et toujours républicain y compris quand la Finlande semblait promise à la monarchie.

Défendant les petits propriétaires et la décentralisation, ce parti est en 1920 le principal rival du parti social-démocrate. Son leader Kyösti Kallia est quatre fois premier ministre de 1922 à 1937. Il est devenu en 1965 le Parti Centriste (Keskustapuole) avant d’adopter son nom actuel en 1988.

-Toujours en 1906 est créé l’Union des ouvriers chrétiens finlandais soit en V.O Suomen Kristillisen Työväen Liito. Le programme économique est similaire à celui des sociaux-démocrates mais il se distingue par sa foi chrétienne et son refus de l’athéisme cher aux SD. En 1917 il devient le parti des ouvriers chrétiens ou Kristillinen Työväenpuolue. Il reste neutre durant la guerre civile ce que les Blancs ont vu comme un soutien tacite aux rouges. Il remporte deux sièges en 1919. Le parti est dissous peu après et ses dirigeants intègrent le parti social-démocrate.

-En 1906 est créé le Parti Populaire suédois de Finlande (Svenska folkpartiet in Finland/Suomen riiotsalainen kansanpuolue). C’est un parti centristes-libéral qui est destiné à défendre les droits de la minorité suédoise. Ce n’est qu’après la deuxième guerre mondiale qu’il va devenir un parti gouvernemental. Il est issu du Parti Suédois actif de 1870 à 1906.

-De 1918 à 1956 est actif le Parti National Progressiste ou Kansallinen Edistypolue. C’est un parti libéral fondé par la majorité républicaine du Parti des jeunes Finlandais et par la minorité républicaine du Parti Finlandais, la création datant du 9 décembre 1918. Le lendemain les monarchistes de ces deux partis vont former le Parti de Coalition Nationale. Il ne survit pas au second conflit mondial.

-Le 29 août 1918 est créé le Parti Communiste de Finlande ou Suomen Kommunistinen Puolue (SKP). Il est créé après la guerre civile perdue par les rouges et n’apparaît jamais sous son vrai nom durant les élections. Il va rester interdit jusqu’en 1953 quand l’armistice entre la Finlande et l’URSS permet sa légalisation. Il à disparu en 1992.

-Le Parti de Coalition Nationale ou Kansallinen Kokosmus est créé le 9 décembre 1918. C’est un parti de centre-droit, l’un des trois grands partis finlandais avec les sociaux-démocrates et les centristes. Son idéologie se fonde sur le le triptyque liberté/responsabilité/démocratie. Il est toujours actif actuellement.

-De 1919 à 1960 est actif le Parti Libéral Suédois ce qui donne en finnois Riiot salainen rapaamielinen puolue et en suédois Svenska forisinnate partiet. Il est fondé sous le nom de Gauche suédoise (Riiotsalainen vasemmisto/Svenska Vänster) et adopte son nom final en 1947. A la différence du parti populaire suédoise il est républicain. Plus efficace dans le lobbying que dans les résultats électoraux.

Du 13 mai 1920 au 3 août 1923 à existé le Parti des Travailleurs Socialistes de Finlande ou Suomen Sosialistinen Työväenpuolue. Il est fondé par des sociaux-démocrates radicaux qui quittent les SD après la guerre civile finlandaise. C’est un parti façade du parti communiste.

De 1932 à 1953 va exister un parti de droite dure, le Mouvement Populaire Patriotique ou Isämaallinen KansamLiike. Parti nationaliste et anti-communiste, il succède à le Ligue Lapone qui à été interdite par le gouvernement finlandais.

Ce n’est pas un parti nationaliste finlandais mais un parti nationaliste finnois, le mouvement populaire patriotique étant hostile au développement de la langue suédoise et aux droits de cette minorité qui représentait environ 9% de la population au début des années quarante.

Une partie du parti défend l’idée de la Grande Finlande (regroupement de tous les peuples de langue et de culture finnoise sous une même autorité) et on note la présence de nombreux prêtres influencés par le mouvement piétiste. D’autres portent un uniforme, une chemise noire avec une cravate bleu, le salut romain montrant clairement l’influence du fascisme italien.

Il existe également une organisation de jeunes la Sinimustat dont certains étaient entraînés au maniement des armes. Son socle électoral étant composé de riches fermiers, des membres de la classe moyenne éduquée, des employés, le clergé luthérien et des étudiants. D’éphémères succès électoraux en 1932 et 1936.

-Le 21 août 1932 est créé le Parti Populaire ou Kansan puolue. Ce parti est populiste et agrarien. En 1936 il fusionne avec le parti des petits paysans de Finlande et la Ligue Centrale des comités de récession pour former le Parti des petits propriétaires et des ruraux. Ce parti disparaît en 1954.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s