Scandinavie (50) Danemark (21)

Avions

Macchi C.200 Saetta

Macchi MC.200 8

Le développement du «Tonnerre» commença en 1935 soit à la même époque du Fiat G-50. Le programme officiel lancé en février 1936 demande un monoplan à moteur radial, capable de voler à 500 km/h, pouvant atteindre 6000m en cinq minutes, une endurance de deux heures et un armement composé d’une voir deux mitrailleuses de 12.7mm.

A ce programme répondent le Fiat G-50, le Macci C-200, le Reggiane Re-2000, l’AUT-18, l’IMAM Ro-51 et le Caproni-Vizzola 5 mais seuls les trois premiers seront produits en série.

Le Macchi C-200 Saetta effectue son premier vol le 24 décembre 1937. L’appareil se révèle rapide mais moins manœuvrant que son principal concurrent le Fiat G-50.

Il était très stable en piqué mais sous-motorisé et sous-armé. Une série d’accidents mortels nécessite un certain nombre de modifications avant que la production ne soit lancée en juin 1939.

L’appareil est mis en service courant 1939 et la production va se poursuivre jusqu’en mars 1943 quand le C-202 le remplace sur les chaines de montage. Au total ce sont 500 exemplaires qui sont produits et toujours en service en Italie mais également au Danemark, douze exemplaires étant livrés en 1941 pour remplacer les Hawker Nimrod alors en service.

Toujours en service en octobre 1948, le Saetta est ce qu’on appellerait un «honnête chasseur» sans performances extraordinaires mais sans non plus des défauts rédhibitoires. Il combat en Méditerranée, en Afrique du Nord, dans les Balkans.

En avril 1953 l’appareil est clairement dépassé, déclassé voir en voie d’obsolescence. Il participe à la défense de l’Italie contre les bombardements ennemis même si face aux lourds bombardiers français, britanniques et américains le «Tonnerre» avait du mal.

A la fin du conflit il restait une centaine d’appareils dispersée sur tous les fronts mais beaucoup étaient à l’état d’épave. Un appareil à été préservé en France, un autre en Italie, deux en Grande-Bretagne, un aux Etats-Unis et un en Suisse.

Les appareils danois ont eux été détruits durant l’opération Weserübung. Huit appareils sont détruits au sol mais deux parviennent à décoller, abattant un Ju-52 de transport, un Heinkel He-111 de bombardement et même un Bf-110 de chasse avant d’être eux-mêmes envoyés au sol.

Les deux derniers se réfugient en Suède, les pilotes ralliant la Grande-Bretagne pour combattre au sein de la RAF d’abord dans un squadron norvégien puis avec la formation de suffisamment de pilotes danois dans un squadron autonome alors que les appareils sont utilisés par la Flygvapanet, l’armée de l’air suédoise. Retirés en 1951, ils sont feraillés.

Macchi MC.200 9

Caractéristiques Techniques

Type : chasseur monoplace monoplan

Masse à vide 1964kg en charge 2200kg maximale au décollage 2395kg

Dimensions : longueur 8.25m envergure 10.58m hauteur 3.05m

Motorisation : un moteur radial 14 cylindres Fiat A.74 R.C38 de 870ch au décollage

Performances : vitesse maximale 504km/h à 4500m distance franchissable 570km plafond opérationnel 8900m

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm Breda-SAFAT avec 370 coups par arme. Certains appareils furent modifiés pour pouvoir embarquer huit bombes de 15kg ou deux de 50kg ou une bombe de 100kg

Fairey Ornen

Fairey P.4 34 2

Le Fairey P.4/34 était un bombardier monoplan biplace proposé par la firme Fairey Aviation pour répondre à l’Air Ministry Specification P.4/34, appel d’offres auquel à également répondu le Hawker Henley.

Hawker et Fairey reçoivent la commande de deux prototypes, le premier prototype Fairey conçu par un ingénieur belge Marcel Lobelle effectuant son premier vol le 13 janvier 1937. Les performances du Henley se révélant supérieures, l’appareil de Fairey n’est pas retenu mais va servir de base de travaille pour un projet de chasseur biplace, le Fairey Fulmar. Quant au Henley, il sera finalement commandé mais comme remorqueur de cibles.

Es-ce la fin du P.4/34 ? Non puisque le Danemark achète la licence de production de l’appareil auprès de Fairey Aviation pour produire à Copenhague douze appareils. Le premier appareil danois sort d’usine en septembre 1940 (la licence à été acquise dès 1938 !) et effectue son premier vol le 17 septembre 1940.

Accepté par l’aéronavale danoise, il est suivit de onze autres appareils livrés entre janvier et mars 1941. Suite à la perte de trois appareils, trois autres Ornen (Aigle) seront commandés en 1944 et livrés même si à l’époque l’appareil était clairement dépassé.

Quatre appareils sont détruits par les bombardements aériens allemands du 5 septembre 1948. Les autres vont parvenir à décoller pour attaquer les troupes allemandes au sol. Deux autres appareils sont perdus dans l’après midi du 5 sous les coups de la Flak.

La flotte tombe à six appareils mais par pour longtemps. Deux autres appareils sont abattus par la chasse allemande le 6 et un autre le 7 septembre suite à un accident.

Les trois derniers appareils sont capturés par les allemands et utilisés pour l’entrainement avant de disparaître avant la libération du Danemark. Selon une étude réalisée après guerre, les trois appareils ont été interdits de vol en septembre 1950 car trop usés puis utilisés comme appareil d’instruction statique avant d’être finalement envoyés à la casse courant 1952.

Caractéristiques Techniques

Type : bombardier monomoteur biplace monoplan

Masse à vide 2911kg maximale au décollage 3994kg

Dimensions : longueur 12.20m envergure 14.44m hauteur 4.29m

Motorisation : un moteur en ligne Rolls-Royce Merlin de 1030ch

Performances : vitesse maximale 456km/h distance franchissable 1481km plafond opérationnel 8110m

Armement : une mitrailleuse de 8mm Madsen tirant vers l’avant (aile gauche) et une mitrailleuse identique dans le poste arrière, deux bombes de 113kg.

Latécoère Laté 299

617686Latecoere_Late_299

Latécoère Laté 299

En mai 1933, la marine nationale lança un appel d’offre pour un nouvel hydravion de torpillage destiné à remplacer le Latécoère Laté 290 à peine en service. Cet appel d’offre est à l’origine du Latécoère Laté 298 qui effectua son premier vol en mai 1936 avant d’équiper des escadrilles de torpillage et de surveillance basées à terre ou embarquées à bord du transport d’hydravions Commandant Teste.

Quand est décidée la construction des porte-avions Joffre et Painlevé est lancé le programme A47 pour un appareil de surveillance, de bombardement et de torpillage.

Dans un premier temps, deux bimoteurs sont présélectionnés : le CAO-600 et le Dewoitine D-750 mais rapidement un monomoteur est aussi présélectionné, le Latécoère Laté 299, une version embarquable du Laté 298.

Deux prototypes sont commandés, le premier prototype effectuant son premier vol le 7 juillet 1939, le second décollant le 12 décembre 1939. Quatre appareils de présérie sont commandés pour des tests en profondeur, ces appareils étant livrés au printemps 1940.

L’appareil est choisit pour servir d’avion-torpilleur à bord des porte-avions Joffre et Painlevé au sein de deux escadrilles, la 2T pour le Joffre et la 11T pour le Painlevé à raison de six appareils chacune.

L’appareil n’est cependant plus en service en septembre 1948 puisqu’il à été remplacé par le Latécoère Laté 299-5. Le Danemark va acheter douze appareils de seconde main remis en état par Latécoère avant transfert, les appareils étant livrés courant 1945.

Le 5 septembre 1948 l’Allemagne attaque. Huit des douze Latécoère 299 sont perdus sous les bombes et les mitraillages de la Luftwaffe. Il n’en restait donc plus que quatre qui vont mener plusieurs attaques à la torpille mais sans aucun résultat probant. Deux appareils sont capturés par les allemands et réutilisés par eux jusqu’à leur destruction au printemps 1951.

Caractéristiques techniques du Latécoère Laté 299

Type : bombardier-torpilleur triplace monomoteur embarqué

Poids : à vide 3064kg totale 4550kg

Dimensions : Envergure 15.63m Longueur 12.28m Hauteur : nc

Motorisation : un moteur en ligne Hispano-Suiza 12Y-43 de 920ch entraînant une hélice tripale

Performances : vitesse maximale 356 km/h autonomie 900km montée à 4000m en 10mn43s

Armement : deux mitrailleuses Darne de 7.5mm dans les ailes et une mitrailleuse de même modèle et de même calibre en poste arrière, 900kg de charge militaire (une torpille ou des bombes). Les appareils danois onr remplacé les Darne par des mitrailleuses Madsen de 8mm

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s