Scandinavie (47) Danemark (18)

Sous-marins

Sous-marins de classe Aegir

Aegir1914

L’Aegir

-Les cinq unités formant la classe Aegir (Aegir Ran Triton Neptuna Galathea) ont été mis en service respectivement en 1915, 1912 et 1916 pour les trois dernières. Une sixième unité commandée et financée ne sera jamais construite (elle aurait du remplacer le vieux Dykkeren coulé accidentellement).

Ces navires déplaçaient 167.8 tonnes en surface et 213.19 tonnes en plongée, mesuraient 40.6m de long sur 3.7m de large avec un tirant d’eau de 2.4m, une propulsion diesel-électrique développant 450ch en surface et 340ch en plongée, une vitesse maximale de 13.5 nœuds en surface et 9.8 nœuds en plongée, un armement composé de trois tubes lance-torpilles de 457mm et un canon de 57mm.

Si l’Aegir et le Neptuna sont désarmés en 1933, les Ran Triton et Galathea ont été désarmés en 1942 et rassemblés en attente de démolition. Toujours là en septembre 1948, ils sont coulés par l’aviation allemande. Relevés, ils sont démolis.

Sous-marins classe Rota

Rota1918

Le Rota

En septembre 1948 les sous-marins danois les plus anciens sont les trois unités de classe Rota, des unités baptisées Rota, Bellona et Flora, des torpilleurs submersibles mis en service respectivement en 1920, en 1921 et 1922.

Modernisés à plusieurs reprises, ils déplaçaient 273 tonnes en surface et 334 tonnes en plongée, mesurant 47.5m de long sur 4.4m de large et un tirant d’eau d’eau de 2.7m, une propulsion diesel-électrique développant 900ch en surface et 640ch en plongée pour une vitesse maximale de 14.5 nœuds en surface et de 10.5 nœuds en plongée. L’armement se composait de quatre tubes lance-torpilles de 457mm (trois avant et un arrière) complété dans les années quarante par un canon de 57mm installé à plat pont.

Le 5 septembre 1948 seul le Rota était opérationnel, le Bellona était immobilisé pour avarie et le Flora sur le point d’être désarmé. Le Rota se réfugie en Suède où il est interné puis démoli durant la guerre par les suédois, le Bellona et le Flora sont sabordés par les danois. Récupérés par les allemands ils sont ferraillés sans autre forme de procès.

Sous-marins classe Daphne (type D)

Ces deux sous-marins côtiers baptisés Daphne et Drayden ont été mis en service respectivement en 1926 et 1927.

Il s’agissait de navires déplaçaient 279 tonnes en surface et 345 tonnes en plongée, une longueur hors tout de 49m, une propulsion diesel-électrique développant 900ch en surface et 400ch en plongée, une vitesse 13.4 nœuds en surface et 6.4 nœuds en plongée, un armement composé d’un canon de 75mm, d’un canon de 20mm et de six tubes lance-torpilles de 450mm (deux à la proue et deux à la poupe).

Le Daphne est coulé par un hydravion Blohm & Voss Bv-138 alors qu’il tentait de rallier la Suède alors que le Drayden sérieusement endommagé par un grenadage faire surface avant d’être sabordé par son équipage.

Sous-marins classe Havmanden

Havmanden1937

Le Havmanden

Les quatre unités de cette classe baptisées Havmanden Havfruen Havkalen et Havhesten ont été mises en service respectivement en 1938 pour la première, en 1939 pour les deux suivantes et en 1942 pour la dernière. La construction de quatre autres unités un temps envisagée à été finalement abandonnée.

Version améliorée des Daphne, les Havmanden déplaçaient 303 tonnes en surface et 369 en plongée, mesuraient 47.5m de longn étaient propulsés classiquement par des moteurs diesels en surface développant 1200ch et des moteurs électrique en plongée (450ch de puissance développée), le tout pour une vitesse maximale de 15.3 nœuds en surface et de 7.2 nœuds en plongée. Leur armement était composée de deux canons de 40mm Bofors, de deux mitrailleuses de 8mm et de cinq tubes lance-torpilles de 450mm (trois à la proue deux à la poupe)

Ces quatre sous-marins étaient toujours en service en septembre 1948. Deux d’entre-eux sont coulés à savoir le Havfruen victime d’un hydravion allemand le 6 septembre 1948 alors que le Havkalen est coulé par un sous-marin allemand le 8 septembre 1948 alors qu’il tentait de rallier la Grande-Bretagne, destination que vont atteindre les Havmanden et Havhesten qui vont intégrer le DNG et survivent au second conflit mondial. Modernisés en 1956/57, ils vont servir jusqu’en 1965 datant de leur désarmement et de leur démolition.

Autres navires

Miscellanées

-En septembre 1939 la marine danoise dispose d’une flotte d’antiques canonnières puisque les plus anciennes ont été construites entre 1862 et 1875. Autant dire que les unités de classe Absalon, Fylla, Falster, Oresund et l’unique Moën étaient véritablement dépassées.

Guère moins anciennes, les unités de classe Grönsund, des navires mis en service durant le premier conflit mondial et qui firent une brève apparition durant le second avant de disparaître sans faire de pruit.

Mouilleurs de mines

-Le HDMS Lossen était un navire mis en service en 1910, déplaçant 598 tonnes, mesurant 45.5m de long sur 8.6m de large pour un tirant d’eau de 2.9m, une puissance propulsive de 900ch lui permettant d’atteindre une vitesse de 13 nœuds. Son armement se composait de deux canons de 75mm et pouvait embarquer 100 mines. En 1940 son armement est modifié avec un canon de 75mm, quatre canons de 40mm Bofors et toujours 180 mines.

Dans les premiers jours de septembre 1948 il met en place les champs de mines défensif puis effectue du 5 au 9 septembre 1948 des transports au profit de l’armée de terre. Il évacue dans la nuit du 8 au 9 septembre deux cents soldats danois bien décidés à continuer la lutte. Il parvient en Grande-Bretagne où en dépit de son âge il est remis en état et utilisé comme auxiliaire à tout faire.

Victime d’une avarie moteur le 4 mars 1951 au large de Newcastle, il coule suite à une voie d’eau alors qu’un remorqueur était sur le point de le prendre en charge.

Minekran NR.5 class (1917)

Minekran type NR.5

-Les deux mouilleurs de mines type NR.5 (Kvintus Sixtus) ont été mis en service à la fin du premier conflit mondial et vont participer pleinement au second. Il s’agissait de navires de 150 tonnes, mesurant 27m de long avec une puissance propulsif de 290ch leur permettant d’atteindre la vitesse extraordinaire de…..8 nœuds. Armés d’un canon de 37mm et de soixante mines, ils furent coulés le 6 septembre 1948 lors du bombardement de Copenhague.

Relevés ils furent utilisés par les allemands jusqu’à ce que ces derniers sabordent les deux navires dans le port de Copenhague le 28 octobre 1953. Les épaves sont relevées et démolies.

-Le HDMS Henri Gerner est un mouilleur de mines également utilisé comme bâtiment-base de sous-marins et mis en service en 1928. Déplaçant environ 430 tonnes, ce navire disposait d’une propulsion diesel lui permettant avec les 900ch dévellopés d’atteindre la vitesse maximale de 13.2 nœuds. Son armement était composé d’un canon de 75mm et de 80 mines.

Coulé par petit fond en septembre 1948 il est relevé par les allemands qui le remette en service sous le nom de Prenzlau. Saisi par les britanniques à Hambourg, le navire est finalement cédé à la Saxe, l’un des Nouveaux Pays Allemands qui va l’utiliser jusqu’en 1965 date à laquelle le navire est vendu à la démolition et démantelé.

Lindormen-after-the-war

Le Lindormen après guerre

-Le HDMS Lindormen est un mouilleur de mines de 580 tonnes, mesurant 53m de long sur 8m de large pour un tirant d’eau de 2.40m. Propulsé par deux machines verticales à triple expansion développant 1000ch, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 14 nœuds avec pour armement un canon de 75mm, trois canons de 20mm et 150 mines.

Capturé par les allemands en septembre 1948 il est utilisé comme auxiliaire dans le port de Copenhague et retrouvé miraculeusement intact dans le port de la capitale danoise à la libération.

On apprendra plus tard que c’est la Résistance danoise qui l’avait mis à l’écart pour empêcher son utilisation comme blockship, les ouvriers faisant traîner les réparations telle Pénélope et son voile sans cesse recommencé. Il est donc remis en service dans la marine danoise qui va l’utiliser comme navire à tout à faire jusqu’à son désarmement définitif en 1969 suivit de sa vente à la démolition un an plus tard en 1970.

-Les deux mouilleurs de classe Laaland (Laaland Lougen) sont deux navires mis en service en 1943, des navires de 325 tonnes, mesurant 34m de long sur 6.6m de large pour un tirant d’eau de 2m. Ils pouvaient atteindre la vitesse de 20 nœuds et étaient armés de deux canons de 20mm en plus de leurs 40 mines.

Coulés par petits fonds en septembre 1948 ils sont relevés par les allemands qui les transforment en escorteurs côtiers ce qui explique qu’ils n’ont pas survecu au second conflit mondial, étant tous les deux victimes de sous-marins alliés lors de missions d’escorte dans les détroits danois.

Dragueurs de mines

En septembre 1948 la marine danoise dispose de seize dragueurs de mines récents avec six navires de classe Soloven et dix navires type MS-1.

Les six navires de classe Soloven (Soloven Sobjornen Soulven Soridderen Sohesten et Sohunden), des navires mis en service en 1939 pour les deux premiers, en 1940 pour les deux suivants et en 1942 pour les deux derniers.

Il s’agissait de navires de 244 tonnes (275 à pleine charge), mesurant 54m de long sur 6.3m de large et un tirant d’eau de 2m, une puissance propulsive de 2200ch pour une vitesse maximale de 18 nœuds. Ils étaient armés de deux canons de 75mm, deux canons de 20mm et deux mitrailleuses de 8mm.

Deux navires sont coulés durant l’opération Weserübung, le Soloven victime d’une mine allemande qu’il cherchait à désamorcer et le Sohunden victime de S-Boot allemandes.

Les quatre parviennent en Grande-Bretagne où ils vont participer à des opérations de dragage de mines long des côtes britanniques, mission fatale au Sobjornen qui est coulé par un sous-marin allemand en embuscade.

Il restait donc à la fin du conflit le Soulven Soridderen et Sohestern qui vont rester en service dans la marine danoise jusqu’en 1962 quand ils sont désarmés et démolis.

Les dragueurs de mines type MS-1 (MS-1 à MS-10) ont été mis en service en 1941 et 1942 pour compléter les précédents. Il s’agissait de navires déplaçant 44 tonnes, mesurant 24m de long sur 4.6m de large et un tirant d’eau de 1.5m, une puissance propulsive de 250ch qui permet à ces navires d’atteindre une vitesse maximale de 10.5 nœuds. L’armement est composé d’un canon de 20mm et deux mitrailleuses de 8mm en affût double.

Deux navires sont coulés lors de l’opération Weserübung (MS-1 et MS-3), deux se réfugient en Suède où ils sont internés (MS-2 et MS-4), deux sont sabordés à Copenhague (MS-9 et 10), les quatre derniers (MS-5, MS-6, MS-7 et MS-8) se réfugient en Grande-Bretagne pour continuer la lutte au sein du DNG. Ces navires survivent au second conflit mondial, sont baptisés en 1956 (Sorte Sara Asko Baago Eno) et vont rester en service jusqu’en 1970 quand ils sont désarmés et démolis.

Corvettes classe Flower et vedettes lance-torpilles : des navires britanniques pour la marine danoise

-Pour renforcer le Danish Naval Group (DNG) le gouvernement danois en exil solicite la Royal Navy pour recevoir de nouveaux navires. La marine britannique hésite craignant de perdre des navires pour une marine qui ne serait au final pas capable de mettre en œuvre les dits navires.

HMS Clematis (K-36) 2

La HMS Clematis sous pavillon britannique

 

Après des pressions politiques et des négociations tendues, la Royal Navy accepte de céder deux corvettes de classe Flower, les HMS Aconite (K58) et HMS Clematis (K36) qui sont respectivement rebaptisées Springeren et Harvesten du nom des deux torpilleurs danois qui avaient rallié la Grande-Bretagne.

Ces deux corvettes vont assurer des missions d’escorte de convois en mer du Nord et dans l’Océan Glacial Arctique.

Ces deux navires vont hélas disparaître au cours du second conflit mondial, la première corvette transférée le 14 juin 1949 est coulée le 8 octobre 1951 par un sous-marin allemand au large de la Norvège alors que la seconde transférée le 8 septembre 1949 est coulée le 14 juillet 1953 par l’aviation allemande lors d’une escorte d’un convoi entre Mourmansk et le Loch Ewe.

Fairmile C 3

Vedette lance-torpilles type Fairmile C

-Le DNG va aussi recevoir des vedettes lance-torpilles de type Fairmile C au total quatorze navires pour maintenir la flottille à huit navires. Six navires vont être perdus au combat et par accident, les huit navires disponibles début 1954 ralliant en ponton sur un cargo le Danemark pour servir de patrouilleur-dragueur. Ces vedettes usées sont remplacées peu après par des vedettes lance-torpilles de conception et de fabrication américaine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s