Scandinavie (33) Danemark (4)

Le royaume de Danemark-Norvège

Le Royaume de Danemark-Norvège est comme plus tard le royaume de Suède-Norvège une union personnelle avec deux royaumes possédant leurs institutions propres mais dont le monarque est le même.

Appelé également royaume dano-norvégien il va unir les deux pays de la dissolution de l’union de Kalmar en 1523 à la brève indépendance norvégienne de 1814 suivie la même année d’une union personnelle de la Norvège avec la Suède qui allait durer moins de 100 ans (1814-1905).

Outre le Danemark et la Norvège ce royaume inclut les possessions outre-mer de la Norvège (Féroés, Islande, Groenland) mais aussi les duchés de Schleswig et de Holstein, duchés qui allaient faire parler d’eux au 19ème siècle, nous y reviendrons.

En 1380 comme nous l’avons vu Olav II de Danemark hérite du royaume de Norvège où il devient Olav IV après la mort de son père Haakon VI de Norvège. Comme il ne peut être présent dans les deux royaumes en même temps il confie à sa mère Magareth le gouvernement de la Norvège.

Suite à la mort de son fils en 1387, Margareth 1er de Danemark devient également reine de Norvège et ce jusqu’à sa propre mort en 1412, quinze ans après la mise en place de l’Union de Kalmar. Cette union va durer jusqu’en 1523 quand la Suède fait sécession mais il faut attendre 1536/37 pour que le royaume de Danemark-Norvège se mette vraiment en place.

De 1537 à 1660 environ l’union est plus formelle qu’autre chose mais à partir du milieu du 17ème siècle les liens se renforcent et on passe d’une monarchie en théorie élective à une monarchie absolue. Néanmoins la Norvège et le Danemark conservent leurs propres institutions, leur propre monnaie et leur propre armée.

Cette union prendra fin suite à la signature du traité de Kiel de 1814. Si la Norvège rejoint la Suède pour une nouvelle union personnelle, en revanche ses territoires d’outre-mer restent sous l’autorité danoise. Outre les territoires déjà connus on trouvait quelques comptoirs en Afrique, en Inde et en Asie du Sud-Est. On trouvait également les îles Vierges danoises vendues aux Etats-Unis en 1917 et devenues donc américaines.

Plusieurs conflits opposèrent les anciens partenaires de l’Union de Kalmar avec la guerre de Sept ans du Nord de 1563 à 1570 une guerre qui vit également la participation de Lübeck et de la Pologne-Lituanie aux côtés des dano-norvégiens.

Une nouvelle guerre oppose le royaume de Danemark-Norvège à la Suède de 1611 à 1613 (guerre de Kalmar), guerre ayant pour origine la volonté suédoise de ne pas payer les taxes et autres droits de douane imposées par Copenhague qui contrôlait les détroits fermant l’accès à la Baltique. Cela se termine par une victoire dano-norvégienne et la Suède échappe au Sound Toll en l’échange d’une énorme rançon qui va servir à construire des villes nouvelles et à créer une compagnie commerciale pour l’outre-mer.

Christian IV (1588-1648) 28

Statue de Christian IV

Cette rançon ainsi que l’aide financière de la France, l’aide militaire et financière de l’Angleterre va permettre à Christian IV d’intervenir dans la Guerre de Trente ans. Ceci avait débuté en 1618 et se présentait mal pour le camp protestant quand le roi danois décide d’intervenir en déclarant la guerre au camp catholique le 9 mai 1625.

Après quelques succès d’estime, il subit une lourde défaite à Lutter le 27 mai 1626 en affrontant l’un des meilleurs généraux du camp catholique le comte de Tilly. Après une nouvelle défaite à Wolfgast (22 août au 2 septembre 1628) ainsi que l’occupation des duchés du Schleswig et du Holstein plus une partie du Jutland, le roi danois décide de se retirer du conflit en signant en 1629 le traité de Lübeck. La place était nette pour un nouveau champion de la cause protestante, le roi de Suède Gustave II Adolphe.

Gustave II Adolphe (1604-1632) 71

Gustave II Adolphe

En 1643 la Suède envahit le royaume de Danemark-Norvège profitant de l’impréparation danoise et des réticences norvégiennes à attaquer son voisin oriental. La victoire suédoise ne fait donc guère de doutes et le traité de Brömsebro signé en 1645 cède un certain nombre de territoires à la Suède (Jemtland, Herjedalen, Idre et Serna, les îles de la bAltique Gotland et Ösel).

En 1657/1658 une nouvelle guerre débute entre les danois et les suédois. Appelée également deuxième guerre du Nord c’est l’un des conflits les plus meurtrier de la région avec encore une fois une défaite danoise.

La Suède reçoit les provinces norvégiennes de Trøndelag et Båhuslen, les dernières possessions danoises au delà du Sound ainsi que l’île de Bornholm. Deux ans plus tard en 1660, le traité de Copenhague restitue Trondelag et Bornholm au royaume de Danemark-Norvège.

Le 14 novembre 1665 est proclamée la Lex Regia qui fait du royaume de Danemark-Norvège une monarchie absolue où la puissance souveraine ne vient que du roi qui n’est responsable que devant dieu.

En 1675 les dano-norvégiens envahissent la Suède dans l’espoir de récupérer la Scanie (le sud-ouest actuel de la Suède) en profitant du fait que Stockholm était engagé dans la guerre de Hollande aux côtés des Provinces Unies.

Comme jadis durant la guerre de Trente Ans, les premiers combats furent des succès mais très vite les suédois se rebiffèrent sous l’autorité d’un Charles XI tout juste âgé de 19 ans. La guerre se termina par une paix blanche c’est-à-dire un retour à la situation d’avant le début de la guerre (statu quo ante bellum).

Ces défaites vont favoriser le maintien de l’absolutisme danois alors qu’on aurait pu s’attendre au contraire à un affaiblissement de l’institution royale.

A cette époque les institutions danoises furent réformées et réorganisées dans un sens centralisateur avec le roi au centre de tout. Les bureaucrates qui assurent la gestion au quotidien de l’état sont rarement issus de l’aristocratie traditionnelle. Le roi n’est cependant pas tout puissant, l’administration ayant une telle force d’inertie qu’un «oukase» royal ne donnait pas forcément le résultat espéré et escompté.

En 1683 un nouveau code de loi est promulgué (Danske lov 1683 ou code danois de 1683). Il centralise et uniformise les différentes lois, atténuant les particularismes régionaux et locaux. Les poids et les mesures sont également harmonisées.

La situation économique est plutôt bonne puisque la population passera d’environ 600000 habitants en 1660 à 978000 en 1807.

En revanche en dépit des efforts, l’économie restera très liée à l’agriculture, l’industrie restant faible et surtout tournée vers l’armement et l’équipement de l’armée danoise. Cette faible industrialisation s’explique en grande partie par l’absence de ressources naturelles.

Le Danemark s’engage ultérieurement dans la Troisième guerre du Nord (1700-1721), une guerre engageant toutes les puissances de la région notamment la Russie de Pierre le Grand et la Suède de Charles XII.

Carl XII (1697-1718) 9

Charles XII. (Si vous êtes fans de métal je ne peux que vous recommander la sublimissime chanson Carolus Rex du groupe suédois Sabaton)

Cette guerre marque la fin de la puissance suédoise, le royaume de Danemark-Norvège participant à cette guerre. Outre la fin de la puissance suédoise c’est la fin de la menace pour le Danemark de son grand voisin oriental. Désormais les royaumes scandinaves vont rester des puissances de seconde ordre. Les frontières des différents pays scandinaves sont définitivement figées.

Durant tout le XVIIIème siècle, le Danemark va rester en paix. La seule exception fût 1762 quand le duc de Holstein-Gottorp devenu le tsar Pierre III de Russie déclara la guerre au Danemark au nom de droits anciens sur le Schleswig. Heureusement pour Copenhague avant toute opération militaire il fût renversé par des conspirateurs qui placèrent son épouse sur le trône, une certaine Catherine II.

Cette dernière négocia avec le roi de Danemark-Norvège Frédéric V. Elle céda le duché de Schleswig-Holstein au Danemark en échange du comté de Oldenburg et d’autres terres adjacentes qui quittèrent le Saint Empire Romain Germanique, un échange formalisé par le traité de Tsarskoye Selo (1773).

A la fin du 18ème siècle la censure se relâcha et la culture danoise se développa, une culture fortement teintée de nationalisme. Parler le danois ce qui jadis était vu comme une marque de faible distinction sociale devient à la mode, l’hostilité vis à vis des norvégiens et des allemands très présents à la cour de Copenhague augmente clairement.

Christian VII (1766-1808) 8

Christian VII

De 1766 à 1808 règne à Copenhague le roi Christian VII connu pour être mentalement instable. Il délègue de facto son pouvoir à l’amant de la reine, Johann Friedrich Struensee. Ce dernier s’inscrit dans le mouvement des Lumières pour moderniser le pays mais ces réformes de bonne volonté se heurte aux mentalités et à une forte inertie ce qui fait qu’elles n’ont qu’une durée de vie très courte puisqu’il est arrêté, jugé et exécuté en 1772. Détail macabre, son corps est séparé en plusieurs parties et exposées partout dans la capitale, une réminiscence médiévale aux temps des Lumières.

De 1772 à 1784 à lieu une véritable période de réaction qui s’achève quand un nouveau groupe de réformateurs arrive au pouvoir. Cette arrivée au pouvoir s’explique par le fait que Christian VII venait d’être déclaré inapte et que la réalité du pouvoir appartenait au prince héritier, le futur Fréderic VI nettement plus libéral que son père. De nombreuses réformes libérales annoncent déjà le fameux «modèle scandinave» tant vanté, tant envié et tant imité avec plus ou moins de succès.

Le Danemark s’essaye également à la colonisation outre-mer. Outre le contrôle de l’Islande, du Groenland et des îles Feroés (qui étaient à l’origine des possessions norvégiennes), Copenhague va s’intéresse à l’Amérique, à l’Afrique et à l’Asie. Point cependant de colonies gigantesques et d’un empire très étendu, les implantations coloniales danoises extra-européennes seront limitées à e simples comptoirs de commerce (y compris celui des esclaves).

Cela commence sous le règne de Christian IV (1588-1648) qui comme de nombreux souverains de l’époque veut préserver les métaux précieux en mettant sur pied une économie de type mercantiliste. La première colonie danoise est celle de Tranquebar installée en 1620 sur la côte sud de l’Inde.

En 1671, une colonie est installée à Saint Thomas suivit en 1718 d’une colonie à Saint John et d’une autre à Saint Croix en 1733 (un territoire acheté par la France). Ces colonies vont durer un certain temps disparaissant au cours des guerres napoléoniennes. Des comptoirs sont installés en Afrique de l’Ouest essentiellement pour le trafic d’esclave.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s