Scandinavie (28) Norvège (28)

Reconnaissance

Fokker C.V

Fokker C.V-E Norvège 4

Un Fokker C.V-E norvégien

Le Fokker C.V est un biplan de conception néerlandaise apparu en 1924 qui à connu un grand succès à l’export en raison de son efficacité, de sa simplicité d’utilisation et de son adaptabilité avec de nombreuses versions ce qui permettait à une armée de l’air couvrir un spectre assez large de missions avec peu d’appareils. Près de 955 appareils ont été produits en différentes variantes.

Principalement utilisé pour la reconnaissance et le bombardement léger, l’appareil à été dessiné par Anthony Fokker et produit à partir de 1924 dans l’usine Fokker d’Amsterdam.

L’exportation étant capitale pour la firme Fokker, celle-ci s’adapte aux désidératas de ses clients puisque ces derniers pouvaient choisir cinq formes différentes d’aile, différents moteurs d’une puissance allant de 451 à 970ch, un train d’atterrissage ou des flotteurs.

L’appareil fût vendu et produit sous licence en Bolivie, en Chine, au Danemark, en Finlande, en Hongrie, en Italie, au Japon, aux Pays-Bas, en Norvège, en Suisse, en URSS, en Suède et aux Etats-Unis (à des fins de test)

La Norvège achète cinq Fokker C.V-E en 1926 ainsi qu’un droit de production sous licence pour quarante-deux appareils, les quarante-deux appareils produits sous licence étant quinze C.V-E et vingt-sept C.V-D (respectivement entre 1929 et 1931 et 1932 et 1936).

En septembre 1948 il restait dix appareils en service au sein d’un groupe de reconnaissance, d’observation et de coopération.

Quatre appareils sont détruits au sol et deux abattus en vol par la chasse allemande ne laissant que quatre appareils qui vont opérer de nuit pour des missions de harcèlement nocturne militairement peu impactantes mais terriblement irritantes pour l’ennemi. Aucun appareil n’à survécu à cette campagne de Norvège.

Caractéristiques Techniques

Type : biplan monomoteur biplace

Masse à vide 1920kg maximale au décollage 2145kg (2000kg pour le C.V-D et 2400kg pour le C.V-E)

Dimensions : longueur 9.25m (9.4m pour le C.V-D et 9.53m C.V-E) envergure 12.50m (15.3m C.V-E) hauteur 3.3m

Motorisation : un Bristol Jupiter de 451ch pour le C.V-D, un Armstrong Siddeley Panther II de 575ch pour le C.V-E

Performances : vitesse maximale 250 km/h (215km/h pour le C.V-D et le C.V-E) vitesse de croisière 180 km/h distance franchissable 1000km plafond opérationnel 6500m (5900m pour le C.V-D)

Armement : deux mitrailleuses de 7.92mm tirant vers l’avant, une autre tirant vers l’arrière 200kg de bombes

De Havilland Mosquito

de-havilland-dh-98-mosquito-2

De Havilland Mosquito

Dans les années trente, la construction aéronautique abandonne progressivement le bois et la toile pour le métal et différents alliages légers. Comme ces matériaux pouvaient être difficiles à retrouver on continua à travailler sur des avions fabriqués avec des «matériaux non-stratégiques».

Parmi ces avions figurent le De Havilland Mosquito, un élégant et rapide bimoteur destiné à la reconnaissance non-armée en utilisant sa vitesse pour échapper à la chasse.
Cinq prototypes sont commandés le 15 avril 1940 (deux en version bombardier, un en version chasse lourde, un en version reconnaissance et un en version bombardement-torpillage).

Le prototype du bombardier rapide vole pour la première fois le 14 janvier 1941, celui de la chasse lourde le 5 février 1941, celui de bombardement-torpillage quittant pour la première fois le plancher des vaches le 14 mars 1941.

Le deuxième prototype en version bombardier rapide décolle pour la première fois le 27 juin 1941 suivit du deuxième prototype en version reconnaissance le 4 juillet 1941. Les test intensifs sont menés jusqu’à l’automne 1942 quand décision est prise de passer à la production en série.

La version bombardier rapide est abandonnée, la priorité de production étant donnée aux versions reconnaissance et chasse lourde (même si pour cette seconde mission le Beaufighter était prioritaire).

La Norvège s’intéresse à l’appareille pour équiper un escadron de reconnaissance du Norwegian Air Wing [Royal Air Force], le 4ème escadron de reconnaissance norvégien également connu sous la désignation de N°458 Squadron (Norge) avec seize appareils.
Ces avions vont opérer au dessus de la Norvège pour des missions de reconnaissance stratégique destiné à alimenter les SR alliés en informations fraîches.

Ils menaient parfois des missions de reconnaissance tactique ainsi que des missions dites de Pathfinder à savoir la localisation de cibles au profit de bombardiers lourds français et britanniques basés en Grande-Bretagne.

Durant le second conflit mondial, la Norvège va utiliser vingt-huit appareils, le Mosquito restant en service dans l’immédiat après guerre, étant remplacé par une version de reconnaissance de l’English Electric Canberra, le bombardier standard de la RNoAF.

Caractéristiques Techniques du De Havilland DH.98 Mosquito PR. Mk VII

Type : bimoteur biplace de reconnaissance

Masse à vide 5942kg avec armement 8210kg maximale au décollage 10150kg

Dimensions : envergure16.52m longueur 13.57m hauteur 5.3m

Motorisation : deux moteurs en ligne Rolls-Royce Merlin XXXIII de 1480ch chacun

Performances : vitesse maximale 612 km/h rayon d’action 2301km plafond opérationnel 10520m

Armement : quatre canons de 20mm Hispano-Suiza dans le nez et quatre mitrailleuses de 7.7mm Browning dans les ailes. Appareils photos dans la soute à bombe, pods de fusées éclairantes sous les ailes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s