Scandinavie (26) Norvège (26)

Supermarine Spitfire Mk V

Supermarine Spitfire Mk V 11

Élégant monomoteur à moteur Merlin, le Supermarine Spitfire («cracheur de feu») est le dernier appareil conçu par Reginald Mitchell qui décéda avant de voir le formidable succès de son appareil qui marqua les esprits dès son premier vol.

Le prototype (K504) décolle pour la première fois le 5 mars 1936. Aux commandes, le chef-pilote de Vickers Aviation qui en descendant de l’avion confia à des ingénieurs soucieux «Ne touchez à rien».

Les premiers appareils de série sont livrés à la RAF au printemps 1938, dix squadrons étant équipés en septembre 1939 quand éclate la guerre de Pologne ces unités ne sont pas toutes opérationnelles.

En septembre 1948, la RAF dispose de pas moins de trente-quatre squadrons de chasse équipés de Spitifre, vingt-huit en Métropole et six en Méditerranée et ce en différentes versions.

Si le Mk I n’est plus en service (certains sont utilisés pour l’entrainement et pour des tests), le Mk II équipe six des vingt-huit squadrons déployés en Métropole ainsi que trois squadrons déployés en Méditerranée.

Les Mk III et IV sont produites en petites quantités sans avoir été mis en service dans des unités de première ligne en raison notamment de performances guère supérieures à celle du Mk II. Le Mk V remplace les Mk I (remplacement achevé à l’automne 1945) avec pas moins de dix-neufs squadrons (dont seize en Métropole et trois en Méditerranée).

Un squadron vole sur Mk VI (interception haute altitude) et deux autres sur Mk VII (reconnaissance photo mais chasseur avant tout) ainsi que trois squadrons sur Mk VIII, tous ces squadrons étant déployés en Méditerranée.

D’autres versions vont être produits durant le conflit (Mk IX, Mk X, Mk XI et Mk XII). Le Supermarine Spitfire va aussi donner naissance à une variante embarquée, le Supermarine Seafire.

La Norvège s’intéresse rapidement au chasseur dessiné par Reginald Mitchell pour remplacer le Hawk mais aucune commande n’est officiellement passée avant l’invasion allemande de la Norvège.

Il faudra donc attendre la reconstitution des forces armées norvégiennes en Grande-Bretagne pour voir des «cracheurs de feu» voler sous les couleurs norvégiennes. Ils vont équiper le 1er escadron de chasse norvégien du Norwegian Air Wing [Royal Air Force] avec seize appareils en ligne.

Ces chasseurs vont être employés comme chasseurs de supériorité aérienne, comme chasseur-bombardier avec bombes légères et roquettes et comme escorteur de bombardier.

Au total cet escadron également connu sous la désignation de n°455 Squadron (Norge) va utiliser vingt-cinq Spitfire jusqu’en septembre 1952 quand il est transformé sur Hawker Fury II.

Un Spitfire norvégien à été préservé dans le musée de la guerre à Oslo et un autre remis en état dans les années soixante-dix vole encore de nos jours.

Supermarine Spitfire 34

Caractéristiques Techniques du Supermarine Spitfire Mk V

Type : monoplace de chasse

Masse : à vide 2297kg en charge 3000kg maximale au décollage 3039kg

Dimensions : longueur 9.12m envergure 11.23m hauteur 3.86m

Motorisation : un moteur en ligne douze cylindres Merlin 45 développant 1470ch à 2819m

Performances : vitesse maximale 595 km/h distance franchissable 786km (1827km en configuration convoyage) Plafond opérationnel 11125m

Armement : Deux canons de 20mm et 4 mitrailleuses de 7.7mm. Peut également emporter une bombe de 227kg sous le fuselage ou deux de 113kg sous les ailes.

Hawker Tempest

Hawker Tempest Mk V 2

A l’époque l’aviation évoluait tellement vite qu’un appareil mis en service n’était pas dépassé mais en voie de déclassement. Il fallait donc mettre au point un avion comme on joue aux échecs avec toujours deux coups d’avance.

Dès la fin des années trente les britanniques se préoccupent du successeur du Hawker Hurricane pourtant tout juste en en service.

C’est l’acte de naissance du Hawker Typhoon mais si cet appareil était un bon appareil il était davantage à l’aise à basse altitude ce qui n’était le mieux indiqué pour un chasseur de supériorité aérienne qui doit être à l’aise à moyenne voir à haute altitude où peuvent se dérouler les combats aériens.

Suite à ces performances décevantes, la firme Hawker décida de dévelloper une version améliorée initialement baptisée Typhoon II avant de recevoir la nouvelle désignation de Tempest.

Ce n’était pourtant pas gagné d’avance puisqu’il y eut un projet concurrent baptisé Tornado mais après la construction de deux prototypes et de six appareils de pré-série le projet fût annulé en raison des insolubles problèmes rencontrés par le moteur Rolls Royce Vulture, moteur qui condamna également le Westland Whirlwind et l’Avro Manchester.

Le premier prototype du Tempest décolle pour la première fois le 14 octobre 1942 suivit d’un second le 4 janvier 1943. Les essais se passent bien et l’appareil peut être mis en service début 1944 au sein de la RAF.

Jusqu’en 1949 la production du Typhon et du Tempest cohabitent avant que le Tempest soit seul en lice mais pour peu de temps car début 1951 il est remplacé sur les chaines de montage par le Fury II, le vrai remplaçant du Hurricane comme chasseur de supériorité aérienne.

La Norvège va recevoir des Tempest lors de la constitution du Norwegian Air Wing [Royal Air Force] pour permettre l’équipement du 3ème escadron de chasse norvégien également connu sous la désignation de n°457 Squadron (Norge).

Si seize appareils sont en ligne en permanence, la future RNoAF à utiliser un total de trente Tempest ce qui montre la dangerosité des missions de chasse-bombardement qui impose de voler vite à basse altitude ce qui peut être source d’accidents et surtout les rends vulnérables à la Flak.

En janvier 1953 l’unité est transformé sur Hawker Fury II, un appareil capable de mener aussi bien des missions de supériorité aérienne et de chasse-bombardement.

Ils harcelaient la navigation côtière allemande, poussait la chasse allemande en Norvège à accepter le combat, couvraient les Martin B-26 Marauder et parfois appuyaient des raids commandos.

Quand l’unité est transformée il ne restait que six Tempest qui sont tous ferraillés ce qui explique que le Tempest préservé à Oslo est en réalité un ancien appareil de la RAF repeint aux couleurs norvégiennes.

Hawker Tempest 8

Caractéristiques Techniques du Hawker Tempest Mk I

Type : monoplace monoplan de chasse-bombardement

Masse : à vide 4195kg en charge 5176kg maximale au décollage 6190kg

Dimensions : longueur 10.26m envergure 12.49m hauteur 4.90m

Motorisation : un moteur en ligne Napier Sabre II de 2180ch entraînant une hélice quadripale

Performances : vitesse maximale 695 km/h à 5608m distance franchissable 1190km (2462km avec des réservoirs largables) plafond opérationnel 11125m

Armement : quatre canons de 20mm Hispano Mk II avec 200 obus par canon deux bombes de 500 ou de 1000 livres ou 8 roquettes de 76.2mm RP-3.

Hawker Fury II

Hawker Sea Fury N-19SF 2

 

En ce temps là, les progrès de l’aviation étaient rapides, tellement rapides qu’un appareil entrait en service alors qu’il était pour ainsi dire périmé obligeant les bureaux d’études à jouer aux échecs en ayant toujours deux ou trois coups d’avance.

Dès la fin des années trente, le développement du successeur du Hurricane est lancé, les travaux commençant en mars 1937, un appel d’offres étant publié en mars 1938, aboutissant au vol inaugural du premier prototype du Hawker Typhoon le 24 février 1940 suivit du premier vol du second prototype le 14 juillet 1941.

L’appareil est mis en service fin 1942 mais se révèle davantage à son aise à basse altitude comme chasseur-bombardier. Même chose pour son dérivé, le Hawker Tempest mis en service en février 1944 (après avoir été connu initialement sous le nom de Hawker Typhoon II).

Le bureau d’études Hawker ne se découragea et lança fin 1943 les travaux d’un Tempest Light Fighter, un véritable chasseur de supériorité, un intercepteur et non un chasseur-bombardier même si au final l’appareil pouvait être utilisé pour ce rôle.

Un appel d’offres est lancé officiellement en mai 1944 pour un chasseur destiné à succédé au Hawker Hurricane, le «Hurri» étant progressivement déclassé dans des missions de chasse-bombardement où il excella.

Tout comme les américains avec le Grumman Bercat, les britanniques décident de développer le chasseur le plus léger possible autour du moteur le plus puissant. Cela donnait un chasseur rapide, maniable mais dont la puissance pouvait déconcerter les jeunes pilotes.

Deux prototypes sont commandés en septembre 1944, le vol inaugural du premier prototype ayant lieu le 17 janvier 1945. Le deuxième prototype effectue son premier vol le 04 mars 1945.

Le premier appareil de série effectue son vol inaugural le 17 septembre 1947. La production est lancée début 1948, les premiers appareils étant livrés en juin 1948 mais pas suffisamment rapidement pour permettre à des squadrons de la RAF d’être opérationnels quand le second conflit mondial éclate.

Le Hawker Fury II (pour le distinguer d’un biplan du début des années trente) est officiellement mis en service dans la RAF en novembre 1948. Il ne tarde pas à équiper des forces aériennes étrangères d’abord celle des Dominions puis très vite des forces aériennes en exil comme le Pays-Bas et la Norvège.

La Norwegian Air Wing [Royal Air Force] choisit le Hawker Fury II à l’été 1952 pour remplacer à la fois les Supermarine Spitfire et les Hawker Tempest et ainsi uniformiser l’équipement des N°455 et N°457 Squadron (Norge) avec un total de trente-deux appareils, le squadron 455 étant transformé fin 1952 et le squadron 457 étant transformé début 1953.

Ces appareils vont reprendre les missions jusqu’ici assurées par le Spit’ et le Temp’ à savoir la supériorité aérienne, l’escorte des bombardiers qu’ils soient norvégiens ou alliés, la chasse-bombardement et l’appui aux raids commandos.

Les deux unités sont engagées dans l’opération BOREALIS opérant d’abord depuis des aérodromes situés sur les îles britanniques puis rapidement depuis des aérodromes norvégiens.

La seconde guerre mondiale terminée, le Hawker Fury II reste en service au sein de la RNoAF dont il devient le chasseur standard, le gros monomoteur britannique étant remplacé au début des années soixante par un chasseur à réaction américain.

Hawker Sea Fury écorché

Caractéristiques Techniques du Hawker Fury II

Type : Chasseur-bombardier monoplace monomoteur

Masse : à vide 4191kg à pleine charge 5670kg

Dimensions : envergure 11.70m longueur 10.57m hauteur 4.84m

Motorisation : un moteur radial Bristol Centaurus 18 développant une puissance totale de 2480ch et entraînant une hélice quadripale

Performances : vitesse maximale à 5485m 740 km/h plafond opérationel : 10910m distance franchissable avec les seuls réservoirs internes : 1127kg

Armement : 4 canons de 20mm dans les ailes et jusqu’à 907kg de charges extérieures qu’il s’agisse de bombes, de roquettes ou de mines.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s