Scandinavie (25) Norvège (25)

Les avions de l’Haerens flyvapen

Chasse et Chasse-bombardement

Gloster Gladiator

Gloster Gladiator 20

A l’origine du Gloster SS.37 (le nom Gladiator est un nom officiel et non celui du constructeur) figure une spécification du ministère de l’Air (Air Ministry Specification F.7/30) de 1930 demandant un chasseur biplan capable de filer à 400 km/h et armé de quatre mitrailleuses. L’appareil devait être motorisé par un Rolls-Royce Goshawk mais ce moteur se révéla défectueux et fût remplacé par un Bristol Mercury.

Le prototype du Gladiator effectua son premier vol le 12 septembre 1934 et après trois mois d’évaluation (avril-juillet 1935), l’appareil est commandé en série par la RAF puis par la Fleet Air Arm sans parler de pays étrangers (Chine, Finlande, Norvège, Belgique, Grèce,Egypte, Irak, Irlande,Lettonie,Lituanie, Afrique du Sud, Portugal et Suède, seuls les deux premiers l’employant au combat). Au final 747 appareils furent produits, 483 pour la RAF, 98 pour la FAA et 216 pour l’exportation.

En ce qui concerne son pays d’origine, huit squadrons de chasse en sont encore équipé en septembre 1939 dont quatre appartenant à la Royal Air Auxiliary Force. En septembre 1948, aucun Gladiator ne vole encore dans les unités de première ligne, quelques appareils étant utilisés pour les entraînements et pour les amateurs de voltige.

La Norvège va acheter douze appareils (six Mk I et six Mk II) à partir de 1937, des appareils équipant le Flygerbataljonen qui assurait la défense de la capitale norvégienne, six étant déployés à Kjeller et six à Oslo-Fornebu.

Vite déclassé, vite obsolète le biplan britannique est retiré du service en 1944. Il restait alors huit appareils qui sont stockés sur l’aérodrome d’Oslo-Fornebu.

Le 5 septembre 1948 les allemands déclenchent l’opération Weserübung. Cette opération débute par une série de frappes aériennes pour paralyser la défense norvégienne (ce qui soit dit en passant met à mal le récit officiel d’une intervention allemande pour protéger la Norvège d’une agression franco-britannique).

Oslo-Fornebu est visé par les bombardiers allemands. Quatre Gladiator sont détruits au sol ne laissant que quatre appareils. A la fin de la campagne de Norvège il ne restait qu’un appareil qui va être évacué par son pilote sur un navire britannique.

L’appareil arrivé en Grande-Bretagne est débarqué puis stocké et enfin oublié jusqu’en 1965 quand il est retrouvé en mauvais état. Le pilote en question ayant survécu au conflit il rachète l’épave, le restaure pour l’exposer en Norvège. C’est toujours le cas en 2020.

gloster-gladiator-21

Gloster Gladiator

Caractéristiques Techniques du Gloster Gladiator

Type : chasseur biplan monoplace

Masse : à vide 1155kg en charge 2205kg

Dimensions : longueur 8,38m envergure 9,85m hauteur 3,17m

Motorisation : un moteur radial Bristol Mercury VIIIA ou AS 9 cylindres dévellopant 850ch

Performances : vitesse maximale 414 km/h plafond opérationnel 11570m distance franchissable 714km

Armement : quatre mitrailleuses de 7.7mm (deux Vickers et deux Lewis puis quatre Browning)

Curtiss H75A6 Hawk

Curtiss P-36C

Le Curtiss H75 (ou model 75B) est un petit chasseur monomoteur monoplan mis au point par la Curtiss-Wright Company. Le programme à été lancé en octobre 1934 pour remplacer le Boeing P-26 Peashooter, le programme étant officiellement lancé en mai 1935.

Bien qu’arrivant après le Seversky P-35, il est commandé en série avec 200 exemplaires (178 P-36A, un P-36B et 31 P-36C). A noter que le P-36A n°10 à servir de prototype pour le Curtiss H-81 plus connu sous le nom de Curtiss P-40.

L’appareil va vite connaître un succès à l’exportation en dépit d’un prix unitaire relativement élevé, le chasseur américain étant exporté en France, aux Pays-Bas, en Chine, en Argentine, en Turquie et en Norvège. A noter que la Chine, l’Argentine et la Turquie vont compléter leur flotte par des appareils retirés du service et reconditionnés par les français.

Au sein de l’USAAC l’appareil à été remplacé à partir de l’automne 1941 par le Curtiss P-40 Warhawk, le P-40 étant une évolution radicale du P-36.

Les norvégiens vont acheter vingt-quatre appareils, douze commandés en juillet 1939 et douze autres commandés durant la guerre de Pologne portant le total à vingt-quatre exemplaires qui sont livrés en 1940.

Au 5 septembre 1948 il restait vingt appareils en série, quatre appareils ayant été perdu (un en juin 1941 en mer _pilote tué_ , un second détruit par un incendie sans perte humaine en septembre 1942, un autre trop usé et réformé en mai 1943 et un dernier victime d’une sortie de piste au décollage et réformé).

Après les premiers raids allemands le 5 septembre 1948 il ne reste plus que dix appareils, quatre ayant été détruits au sol et six au cours de combats aériens non sans avoir chèrement vendue leur peau.

Si les revendications sont irréalistes (40 appareils allemands abattus !), les études menées depuis les historiens ont permis de confirmer que les Hawk norvégiens ont abattu lors du premier jour de l’opération Weserübung deux Junkers Ju-52 de transport, deux Dornier Do-217, un Focke-Wulf Fw-190 et un Messerschmitt Me-109.

Ce n’est certes pas mirobolant mais ce n’est pas déshonorant non plus. De plus les chasseurs norvégiens n’hésitaient pas à mitrailler les troupes au sol forçant le Landser à s’abriter en catastrophe en maudissant les aviateurs («Tous des salauds et même les nôtres parce qu’on les voit jamais !).

Quand la Norvège capitule le 27 octobre 1948 il ne restait plus que trois appareils qui vont rallier les îles britanniques. Les sept appareils perdus l’ont au sol (deux) et en combat aérien (cinq) où la maniabilité du chasseur américain en faisait mine de rien une cible difficile à atteindre obligeant les pilotes allemands qu’ils soient bleus ou Experten à mettre le paquet.

Les trois Hawk surnommés Thor Odin et Loki (parce que selon son pilote il pouvait toujours vous faire une crasse) sont préservés comme des reliques jusqu’à la fin du conflit. Ils sont installés sur le monument aux aviateurs norvégiens tombés pour la liberté du pays, monument inauguré en 1960.

Sur un imposant massif en granit rose les trois Hawk sont montés sur des supports, la liste des aviateurs morts au combat étant inscrite sur des panneaux de marbre noir..

A noter que le meilleur pilote norvégien du second conflit mondial le lieutenant Erik Livgersen à été pilote de Hawk (quatre victoires homologuées durant la campagne de Norvège) et qui pilotant ensuite un Spitfire puis un Fury II à porté son score à vingt-cinq victoires homologuées.

Caractéristiques Techniques du Curtiss model 75B

Type : chasseur monomoteur monoplace

Poids : à vide 2138kg pleine charge 2680kg (2716 pour la version A-2)

Dimensions : envergure 11.36m hauteur 2.70m longueur 8.79m

Motorisation : Un moteur Pratt & Whitney 14 cylindres en étoile de 1050ch (1200 pour la version A-3 et A-4) au décollage entraînant une hélice Curtiss-Electric tripale de 3.04m de diamètre

Performances : vitesse maximale 487 km/h (500 pour la version A-2) Autonomie maximale 1470km plafond pratique : 10000m

Armement : une mitrailleuse Browning M1919 de 7.62mm et une mitrailleuse Browning M2 de 12.7mm puis deux mitrailleuses Browning de 12.7mm dans le nez avec deux ou quatre mitrailleuses Browning M1919 de 7.62mm. Peuvent embarquer jusqu’à 150kg de bombes.

Hawker Hurricane Mk IV

Hawker Hurricane Mk IV KZ-321 4

Quelques Hawker Hurricane volent encore de nos jours

Le Hawker Hurricane est le premier chasseur monoplan monomoteur de la RAF. Il est mis au point suite à l’appel d’offres Air Ministry F.6/34 qui demandait un chasseur monoplan armé de huit mitrailleuses.

La firme Hawker dessine un appareil construit selon la construction classique du bois entoilé avec des parties métalliques.

Cette méthode de construction était certes moins coûteuse que la construction entièrement métal (et permettant d’employer du personnel moins qualifié) mais avait pour inconvénient de vite déclasser l’appareil. Voilà pourquoi si le Spitfire à eu une longue et brillante descendance, le Hurricane n’à pas eu cette chance ce qui ne l’empêcha pas de faire une carrière honorable

Le prototype du Hurricane vole pour la première fois le 6 novembre 1935 même si il n’est officiellement baptisé Hurricane que le 26 juin 1936 au moment où la production en série est lancée.

le premier appareil de série effectuant son vol inaugural le 12 octobre 1937. Les livraisons sont assez rapides puisqu’en septembre 1939 on compte dix-sept squadrons du Fighter Command équipés, le nombre passant rapidement à vingt-deux.

Dix squadrons de la RAF sont encore équipés de “Hurri” en septembre 1948. La production ayant été stoppée en septembre 1945 après la satisfaction des commandes export.

Le Hawker Hurricane à ainsi équipé l’Australie, la Belgique, le Canada, l’Egypte, la Finlande (durant la guerre d’Hiver), la Grèce, l’Inde britannique, l’Iran, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Portugal, la Roumanie, l’Afrique du Sud, la Turquie et la Yougoslavie.

Il va aussi équiper un temps la Fleet Air Arm (FAA) dans une version embarquée (Sea Hurricane), un appareil en service de juillet 1940 à avril 1944.

La Norvège passe commande de vingt-quatre appareils en septembre 1943, appareils livrés entre janvier et juin 1944 pour permettre la relève des Gloster Gladiator.

Le 5 septembre 1948 il y avait toujours vingt-quatre appareils mais quatre «Hurri» étaient des appareils issus des stocks de la RAF, la production ayant cessé comme nous l’avons vu en septembre 1945.

Au soir du premier jour de l’opération Weserübung il ne restait plus que douze appareils opérationnels. Six Hurricane ont été détruits au sol par des bombes, des roquettes et des mitraillages mais six autres ont été abattus en combat aérien.

Selon un bilan circonstancié réalisé en 1960, les Orkan ont abattu quatre Messerschmitt Me-109, deux Focke-Wulf Fw-190, trois Heinkel He-111 et deux Dornier Do-217 soit onze appareils pour six avions abattus (quasiment un pour deux).

Quand la Norvège capitule il ne restait que quatre appareils qui vont rallier la Grande-Bretagne via un porte-avions britannique, les pilotes appontant sans aucune formation préalable !

Les quatre appareils en relatif bon état sont reconditionnés et utilisés d’abord pour la défense locale (abattant plusieurs avions de reconnaissance allemands) avant d’être relégués à l’entrainement à la chasse jusqu’en janvier 1954 où ils sont retirés du service. Si trois Hurricane sont ferraillés, un appareil est préservé et exposé à l’entrée de la base aérienne de Solna, appareil détruit par un incendie criminel en 1980.

Caractéristiques Techniques du Hawker Hurricane Mk IIC

Type : chasseur-bombardier monoplan monomoteur

Masse à vide 2605kg en charge 3480kg maximale au décollage 3950kg

Dimensions : longueur 9.84m envergure 12.19m hauteur 4m

Motorisation : un moteur en ligne Rolls-Royce Merlin XX de 1185ch à 6400m

Performances : vitesse maximale 547km/h à 6400m distance franchissable 965km plafond opérationnel 10970m

Armement : huit mitrailleuses de 7.7mm Browning dans les ailes deux bombes de 500kg ou quatre de 250kg ou des roquettes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s