Scandinavie (24) Norvège (24)

La Haerens flyvapen dans le second conflit mondial

Une campagne de Norvège brève mais instructive

Malgré des efforts budgétaires et humains importants la Norvège se doute lucidement que cela ne suffira probablement pas pour repousser un adversaire décidé. Officiellement aucun pays n’est visé mais en pratique les autorités norvégiennes craignent davantage une action allemande qu’une action britannique ou française. Encore que cela dépende de l’orientation politique de la personne, certains craignant même une attaque suédoise ou finlandaise !

Le 5 septembre 1948 les allemands déclenchent l’opération Weserübung. Comme neuf ans plus tôt en Pologne, la Luftwaffe lance une série de raids en direction des aérodromes norvégiens pour tenter de neutraliser au sol la petite aviation norvégienne.

Comme quelques mois plus tard en Europe occidentale, ces raids ne connaissent qu’un succès partiel en raison d’un problème de coordination et d’un temps médiocre qui gêne l’action des bombardiers allemands.

Des appareils norvégiens parviennent à décoller et s’en prennent aux avions allemands. Les pilotes teutons sont surpris par la résistance norvégienne alors que la propagande allemande prétendait que les norvégiens attendaient avec impatience la «protection allemande».

Hawker Hurricane Mk IV KZ-321 3

Bien entendu les Hawker Hurricane Mk IV norvégiens ne portaient ce magnifique camouflage désert mais un camouflage plus sombre avec un vert moyen, un vert foncé et du noir.

Au 5 septembre 1948 la Haerens flyvapen disposait de vingt-quatre Hawker Hurricane Mk IV, de huit Gloster Gladiator stockés, de vingt Curtiss H-75A6, de vingt-huit Caproni Ca.310, de douze Caproni Ca.312, de trente-deux Northrop A-17 et de dix Fokker C.V.

Au soir du premier jour de la campagne de Norvège, l’aviation de l’armée norvégienne dispose encore de douze Hawker Hurricane Mk IV, de quatre Gloster Gladiator, de dix Curtiss H-75A6, de vingt Caproni Ca.310, de six Caproni Ca.312, de vingt-deux Northrop A-17 et de quatre Fokker C.V.

Fokker C.V-E Norvège 4

Un Fokker C.V-E norvégien

Les pertes n’ont pas si élevées que cela ce qui permet aux pilotes norvégiens de se battre en liaison avec les alliés d’abord avec les aviation embarquées puis avec quelques unités essentiellement britanniques déployées à terre mais si très rapidement les alliés renonceront à envoyer de nouvelles unités conscients que cela serait une perte de moyens pour des résultats très limités.

Les chasseurs norvégiens vont s’attaquer aux bombardiers allemands jouant au chat et à la souris avec les chasseurs allemands qui ont vite appris à respecter les pilotes norvégiens dont de nombreux se révèlent de redoutables bretteurs.

Après une dizaine de jours de combat, la Haerens flyvapen est virtuellement éliminée sous les coups des bombardements, des combats aériens et de l’épuisement des pilotes engagés. Le roi et le gouvernement soucieux de préserver l’avenir prennent la décision d’évacuer rapidement les pilotes pour permettre de reconstituer une aviation en exil. Des élèves-pilotes sont également évacués pour terminer leur formation en Grande-Bretagne.

Quelques appareils sont même évacués par les alliés. C’est ainsi que quatre Hurricane, un Gladiator, trois Hawk et six Northrop A-17 parviennent à rallier les îles britanniques, une évacuation pour rien puisque ces appareils seront ferraillés ou stockés.

Norwegian Air Wing [Royal Air Force]

Très rapidement pour ne pas dire immédiatement le gouvernement norvégien se pose la question de reconstituer une armée de l’air. C’est d’ailleurs la priorité par rapport à l’armée de terre.

Le 4 septembre 1949 est créé le Norwegian Air Wing [Royal Air Force] (NAW[RAF]) regroupant plusieurs squadrons composés de pilotes norvégiens dont certains ont un temps combattu au sein de la RAF.

La mise sur pied du wing aérien norvégien à d’ailleurs été difficile et douloureuse puisque les britanniques auraient bien aimé intégrer les pilotes norvégiens au sein d’unités britanniques et ainsi compenser une relative pénurie de pilotes.

Supermarine Spitfire Mk V 11

Supermarine Spitfire Mk V

Ce wing va se composer d’un squadron de chasse équipé de Supermarine Spitfire, un squadron de chasse-bombardement équipé de Hawker Tempest, un squadron de bombardement équipé de Martin B-26 Marauder, un squadron de reconnaissance équipé de De Havilland Mosquito et un squadron de transport équipé de Douglas C-47 Skytrain.

Martin B-26 Marauder 50

Martin B-26 Marauder

Ces unités sont placées sous le commandement nominal de la Norvège mais en pratique ils sont placés sous le commandement opérationnel de la Grande-Bretagne. Ces squadrons sont d’abord connus sous leur seule désignation norvégienne avant d’adopter des numéros dans la tranche des 400 en l’occurrence de 455 à 458.

C’est ainsi que le 1er escadron de chasse norvégien est également connu sous la désignation de n°455 Squadron (Norge), le 3ème escadron de chasse norvégien est aussi le n°457 Squadron (Norge), le 2ème escadron de bombardement norvégien est aussi connu sous la désignation de n°456 Squadron (Norge), le 4ème escadron de reconnaissance norvégien est aussi connu sous la désignation de n°458 Squadron (Norge) alors que le 5ème escadron de transport norvégien est aussi connu sous la désignation de n°459 Squadron (Norge).

Ces appareils vont naturellement opérer en mer du Nord et au dessus de la Norvège. Ils vont aussi bien assurer leur part de la défense aérienne des îles britanniques que mener des opérations offensives contre la navigation allemande, contre les positions militaires en Norvège.

Les Supermarine Spitfire et les Hawker Tempest vont opérer beaucoup comme chasseur-bombardier avec des bombes et des roquettes. Ils vont parfois escorter des bombardiers britanniques, français, canadiens voir norvégiens, se servant des bombardiers comme appâts pour forcer la chasse allemande au combat.

Les Martin B-26 Marauder vont participer à des raids aériens contre la Norvège visant aussi bien les usines, les aérodromes ou les ports pour maintenir la pression sur la Norvège et empêcher les allemands de s’y installer à l’aise.

De Havilland DH.98 Mosquito PR Mark XVI 5

De Havilland Mosquito

Les De Havilland Mosquito mènent des missions de reconnaissance stratégique pour alimenter en renseignement frais les services de renseignement alliés.

Les Douglas C-47 Skytrain sont utilisés pour des missions de transport logistique mais aussi de largage au profit notamment de la Résistance Norvégienne (armes, munitions, équipements d’espionnage, radios) sans oublier le largage de commandos pour encadrer les résistants norvégiens.

Durant le conflit l’équipement évolue avec le remplacement des Spitfire et des Tempest par des Fury II, l’arrivée de nouveaux Martin B-26 Marauder et de nouveaux Mosquito, les C-47 restant en service.

Le 4 septembre 1953 la Royal Norwegian Air Force (RNoAF) ou en version originale Luftforsvaret est mise sur pied d’abord à titre provisoire même si dès mars 1954 la fusion de la NAW[RAF) et du Naval Air Group (Norwegian) est annoncée comme durable.

Voilà pourquoi le 1er squadron de patrouille maritime ou eskvadron 740 équipé de Short Sunderland devient également le n°460 Squadron (Norge), le 2ème squadron de patrouille maritime ou eskvadron 732 équipé de Consolidated Catalina devient également le n°461 Squadron (Norge), le 3ème squadron de patrouille maritime ou eskvadron 736 équipé de Vickers Wellington devient également le n°462 Squadron (Norge), les Supermarine Walrus formant un 4ème squadron également connu sous la désignation du n°463 Squadron (Norge).

En ce qui concerne l’entrainement, une école norvégienne est mise sur pied à Toronto (Canada) loin des bombes allemandes, un centre d’entrainement formant pilotes, navigateurs, opérateurs radios et rampants qui ensuite ralliaient les îles britanniques pour intégrer des unités opérationnelles.

Le 11 octobre 1953 l’opération BOREALIS est déclenchée. La toute jeune Luftforsvaret participe aux raids préparatoires puis à l’appui des troupes au sol. Dès que possible les squadrons norvégiens vont rallier la Norvège pour opérer depuis les mêmes aérodromes qu’ils utilisaient en 1948, aérodromes agrandis et modernisés par les allemands (pistes en dur plus longues, hangar, blockhaus……).

La guerre terminée en Europe la RNoAF/Luftforsvaret se réorganise et se restructure pour faire face à ses nouvelles missions comme la défense aérienne, l’appui des troupes au sol, la patrouille maritime, tous les appareils volant en Norvège dépendant de l’armée de l’air qu’il s’agisse d’avions et d’hélicoptères.

hawker-fury-vr-930-2

Hawker Fury II sous les couleurs de la FAA

 

En mars 1955 l’armée de l’air norvégienne est organisée en une escadre de chasse avec trois squadrons de Hawker Fury II, une escadre de bombardement et de reconnaissance avec deux squadrons de Marauder et un squadron de Mosquito, une escadre de transport à deux squadrons de C-47 et une escadre de coopération navale avec un squadron de Sunderland et un squadron de Catalina. A cela s’ajoute des unités d’entrainement et des unités de DCA. En revanche le projet d’une unité parachutiste à été abandonnée.

Les squadrons de chasse sont désignés 455 457 et 463, les squadrons de bombardement 456 et 464, le squadron de reconnaissance 458, les squadrons de transport 459 et 465, les squadrons de patrouille maritime 460 et 461, une façon de perpétuer les numéros de certains squadrons et surtout leur mémoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s