Scandinavie (16) Norvège (16)

Armes collectives de l’infanterie

Fusils mitrailleurs

Madsen machine gun 4

-En septembre 1948 le principal fusil mitrailleur utilisé par l’armée norvégienne était le MASKINGEVAER m/22 plus connu sous son nom d’origine, le Madsen modèle 1922, un fusil mitrailleur de conception et de fabrication danoise.

Au sein de l’armée de terre norvégienne, le Madsen était utilisé au niveau de la section avec une arme servie par deux hommes. En septembre 1948, on augmenta le nombre d’armes avec jusqu’à deux fusils mitrailleurs par groupe de combat ainsi que des armes supplémentaires au niveau du régiment d’infanterie avec une compagnie d’armes automatiques regroupant trente-six Madsen et neuf mitrailleuses Browning-Jorgensen.

Mis au point à la fin du XIXème siècle, ce fusil-mitrailleur est adopté par l’armée danoise en 1902 avant de connaître un très grand succès à l’export puisque trente-quatre pays vont l’utiliser dans plusieurs conflits que ce soit la guerre russo-japonaise ou encore les deux conflits mondiaux.

Arme fiable et efficace, elle était coûteuse à produire. Elle était néanmoins encore en service dans l’armée de terre norvégienne quand éclate le second conflit mondial. Ce fusil mitrailleur fût également utilisé durant la révolution mexicaine, la guerre civile russe, la guerre du Chaco (1932-1935), la période des seigneurs de guerre en Chine,

Outre l’infanterie, ce fusil mitrailleur danois fût également utilisé au sein de la cavalerie, dans l’aviation mais aussi comme arme embarquée à bord de véhicules blindés comme le Brésil qui arma la majorité de ses vingt-trois tankettes CV-35 avec des Madsen en calibre 7mm.

La production de l’arme continua au Danemark et en Norvège au profit des allemands, une production difficile avec beaucoup d’inertie et de sabotage.

Le fusil-mitrailleur Madsen à été utilisé par le Danemark, la Norvège, l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, la Colombie, la Bulgarie, la Tchécoslovaquie, le Chili, la Chine, le Salvador, l’Estonie, l’Ethiopie, la Finlande, la France, l’Allemagne, le Honduras, la Hongrie, l’Indonésie (après l’indépendance), l’Irlande, l’Italie, le Japon, la Lituanie, le Mexique, les Pays-Bas, le Pakistan, le Paraguay, le Pérou, le Portugal, la Russie, l’Espagne, la Suède, la Thaïlande, la Turquie, la Grande-Bretagne, l’Uruguay et la Yougoslavie.

Les soldats norvégiens évacués en Grande-Bretagne ont pour certains gardé leurs Madsen mais très vite des Bren ont remplacé ce fusil-mitrailleur d’origine danoise, les Madsen étaient relégués à l’instruction.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 6.5x55mm Krag Poids : 9.07kg Longueur 1143mm (longueur du canon 584mm), portée maximale : 2000m (théorique) 900m (pratique) Cadence de tir 450 coups par minute Alimentation : chargeurs de 25,30 et 40 cartouches

Lors de la reconstitution de l’armée norvégienne en Grande-Bretagne, le choix d’un nouveau fusil mitrailleur fût vite tranché puisque le Madsen fût remplacé le Bren une arme aussi célèbre que le français «24/29» ou l’américain «BAR».

Bren LMG Mk I

Bren Light Machine Gun Mk I

Cette arme à connu une longue et lente maturation puisque dès 1922 le Small Arms Comitee étudia la question d’une nouvelle mitrailleuse légère pour appuyer l’infanterie et remplacer la Lewis.

De nombreux modèles furent évalués comme le Madsen, le BAR, un fusil mitrailleur proposé par la firme Hotchkiss, un projet de Beardmore-Farquhar, une évolution de la Lewis en attendant d’autres modèles évalués ultérieurement comme la SIG Neuhausen KE7, le Vickers-Berthier ou le ZB vz.27, le second modèle cité étant adopté par l’armée indienne.

En 1935, la Grande-Bretagne adopta un dérivé du vz.27, le ZB vz.26. Une licence de production fût acquise pour produire une arme adaptée aux besoins britanniques, la principale modification étant le changement du calibre, au 7.92mm tchèque, la nouvelle arme préféra le 7.7mm (0.303) britannique. Cette nouvelle arme fût baptisée Bren (BRno ENfield).

Le Bren fonctionne par emprunt de gaz, dispose d’un chargeur de trente-deux cartouches avec un canon facilement remplaçable en cas de surchauffe.

Au sein de l’armée britannique, le Bren était utilisé au niveau de la section du peloton de combat qui est organisé en un état-major avec un mortier de 51mm (2-inch mortar), des équipes antichars équipés de PIAT et trois sections (groupes en français) avec sept fusiliers et un fusil-mitrailleur Bren servit par un trio (tireur, pourvoyeur, chef de pièce) ce qui donne trois Bren par peloton et neuf au niveau de la compagnie.

Au niveau de la compagnie de combat, l’Admin Platoon dispose de trois Bren supplémentaires ce qui porte le nombre de Bren par compagnie à douze armes.

Le Carrier Platoon qui dispose de chenillettes Universal Carrier qui sont armées d’un fusil-mitrailleur Bren pour l’auto-défense mais également pour l’appui des troupes transportées.

Si le Bren ne pouvait être employé comme arme coaxiale dans les tourelles blindées en raison de son mode d’alimentation, le fusil-mitrailleur britannico-tchèque pouvait être utilisée comme arme antiaérienne soit sur un tripode ou sur les tourelles des chars et des automitrailleuses. Dans ce rôle, un chargeur de 100 coups était utilisé.

La production du Bren Mark I s’arrêta en septembre 1942 et lui succéda le Mark II plus simple à produire. Cette version était toujours en production en septembre 1948, des commandes régulières permettant d’augmenter les stocks et de remplacer les armes détruites ou trop endommagées pour être réparées.

Suite à la création à l’automne 1948 de la 1st Airborne Brigade (devenue ensuite division), une version allégée désignée Mark III est produite.

Le Bren fût largement exporté en Australie (où une chaîne de montage fût installée à Canberra), en Bulgarie (en calibre 7.92mm), en Chine (en calibre 7.92mm), en Grèce, en Irlande, au Canada (une chaîne de montage), en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud et équipa donc la Norvège.

Les norvégiens l’utilisèrent au sein des groupes de combat de l’infanterie (une ou deux armes), sur les véhicules comme arme antiaérienne et comme fusil lourd pour les commandos, les commandos norvégiens utilisant le Bren de manière très agressive.

Le Bren va rester en service dans l’armée norvégienne jusqu’en 1966 quand il est remplacé par la mitrailleuse belge MAG (Mitrailleuse à Usage Général). Quelques armes ont été stockées jusqu’en 2002 quand après une inspection décision est prise de les détruire pour éviter toute revente au marché noir.

Caractéristiques Techniques du Light Machine Gun Bren

Calibre : 0.303 (7.7mm) Longueur totale 1156mm Longueur du canon 635mm Poids (à vide) 10.35kg (chargé) 11.25kg Portée maximale (pratique) 550m (maximale théorique) 1690m Cadence de tir : 500/520 coups par minute Alimentation : chargeurs de 30 ou de 100 coups

Mitrailleuses

MITRALJÖSE m-29

-En septembre 1948, la mitrailleuse standard de l’armée de terre norvégienne est la Mitraljöse m/29, une arme qui est simplement la version produite sous licence de la Browning M1917, une mitrailleuse moyenne à refroidissement par eau.

Apparue en 1931, elle à été produite sous licence par Kongsberg à 1665 exemplaires, les bataillons puis les régiments d’infanterie norvégiens disposant de neuf armes qui pouvaient être groupées pour défendre une position fixe ou dispatchées entre les différentes unités de l’infanterie.

La cavalerie disposait également de ce type d’arme ainsi que l’artillerie pour la défense antiaérienne rapprochée. Elle était servie par cinq hommes.

Cette arme sera remplacée au sein de la nouvelle armée norvégienne par la Browning M1919A4, une mitrailleuse moyenne à refroidissement par air plus légère et plus maniable.

Calibre : 7.92mm Projectile 7.92x61mm Poids : 47kg avec le tripode Longueur hors tout 981mm longueur du canon 607mm Portée maximale 5000m (1200m en pratique) Cadence de tir : (maximale) 600 cpm (pratique) 450 cpm Alimentation : bandes de 250 cartouches

Browning M-1919 8

-La Mitraljöse m/29 à donc été remplacée par la Browning M1919A4 connue officiellement sous le nom de Mitraljöse m/49 (mitrailleuse modèle 1949).

En 1901, le prolifique ingénieur John M. Browning dépose un brevet pour une nouvelle mitrailleuse lourde à canon refroidi par eau (qui circule dans un manchon autour du canon), fonctionnant sur le principe d’un court recul du canon avec blocage de la culasse par un verrou, l’alimentation se faisant par une bande métallique de 250 cartouches.

Dans les années trente, cette arme est transformée en mitrailleuse par refroidissement par air avec un canon perforé.

Cette modification majeure et d’autres plus anecdotiques et l’arme devient la mitrailleuse M1919A4. Une version fusil-mitrailleur avec bipied et crosse en bois baptisée M1919A6 est aussi mise au point.

Produite à de nombreuses exemplaires, la mitrailleuse Browning équipe aussi bien l’infanterie comme arme débarquée sur trépied que les avions, les chars et les véhicules blindés.

La production ne cesse qu’en septembre 1955 mais l’arme reste en service jusqu’en 1959 quand une mitrailleuse polyvalente baptisée M-59 est mise en service au sein des forces armées américaines.

L’armée norvégienne va l’utiliser au sein des unités d’infanterie de sa nouvelle armée en remplacement de la mitrailleuse Browning-Kronsberg mais aussi depuis des véhicules (chars et véhicubles blindés) et au sein de l’artillerie pour assurer la protection rapprochée des pièces et les plots logistiques contre les menaces terrestres et aériennes.
Cette mitrailleuse à été remplacée en 1965 par des mitrailleuses belges FN MAG.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 7.62mm Projectile : .30-06 Springfield (U.S.) Poids 14kg Longueurs hors tout 964mm longueur du canon 610mm Alimentation : bandes de 250 cartouches Cadence de tir 400 à 600 coups par minute Portée maximale efficace 1400m

Browning M-2 95

La Browning M-2 est toujours en service en 2020 plus de cent ans après sa mise au point. Vous avez dit chef d’oeuvre ? 

-L’armée norvégienne à également utilisé des mitrailleuses lourdes Browning M2 de 12.7mm notamment sur les véhicules que ce soit des camions, des chars ou des véhicules blindés.

Pour lutter contre les chars, les allemands inventèrent un fusil antichar, le Mauser Gewher T, une arme d’un calibre 13mm. La mise au point de cette cartouche inspira John Moses Browning pour mettre au point la mitrailleuse lourde M-2 affectueusement surnommée «Ma Deuce» qui tirait une cartouche 12.7x99mm (la cartouche de 13mm allemande inspira également la mise au point de la cartouche de 13.2mm utilisée par la France, la Belgique, l’Italie ou encore le Japon).

Adoptée en 1921 par l’US Army, elle servait à l’origine d’arme antiaérienne avant d’être adoptée comme arme sol-sol parfois sur trépied au sein des unités d’infanterie mais surtout sur les véhicules comme les chars de combat ou les half-track.

A l’origine, l’arme était à refroidissement par eau avec un manchon mais en 1932 une version à refroidissement par air est mise au point par l’aviation. Munie d’un canon plus lourd, la M-2 devient la M-2HB, les lettres HB signifiant Heavy Barrel ou canon lourd.

La production de la M-2HB se poursuit tout au long du conflit, armant les véhicules, l’infanterie (notamment en position défensive), les navires comme arme de défense rapprochée, l’aviation qu’il s’agisse des chasseurs ou des bombardiers.

L’arme est toujours en service dans l’armée norvégienne et est donc devenu une arme centenaire.

Calibre : .50 BMG (12.7x99mm) Longueur 1653mm longueur du canons 1143mm Masse (totale) 58kg (avec le trépied) 72.6kg (à vide) 38kg Portée maximale pratique 1800m Cadence de tir 450/600 coups Alimentation : bandes de 50 ou 100 cartouches

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s