Scandinavie (15) Norvège (15)

Armes et Véhicules

Armes individuelles de l’Infanterie

Pistolets et Revolvers

Nagant M1895

 

-En septembre 1948, l’une des principales armes de poing de l’armée norvégienne est le Revolver Nagant modèle 1895, un revolver d’origine belge, Léon Nagant étant également connu pour avoir participé à la mise au point du fusil standard de l’armée russe, le Mosin-Nagant modèle 1891. Les armes norvégiennes utilisaient comme calibre le 7.5mm comme la Suède.

C’est un revolver disposant de sept coups fonctionnant à l’emprunt de gaz initialement mis au point pour l’armée russe avec la cartouche 7.62x38mmR. La production commença d’abord à Liège puis passa en Russie à Tula depuis 1898. Au plus fort de la production, 20000 exemplaires par an étaient produits.

Jusqu’en 1918 le revolver fût produit en deux versions : une version à double action pour les officiers et une à simple action pour les hommes du rang.

La production continua après le changement de régime. La datation des armes est facile puisque les armes produites sous la période soviétique ont une étoile gravée dans la crosse, symbole que ne possèdent pas les armes produites sous les Romanov.

A partir de 1933, le pistolet semi-automatique Tokarev commence à remplacer le vénérable revolver dont la production cesse en 1945 après la sortie de 2 millions d’exemplaires.

Si les Nagant russes utilisaient le 7.62mm, d’autres armes furent produites dans des calibres différents, certains en calibre .32, d’autres en 7.5mm pour la Suède.

L’arme à été utilisée par la Russie et l’URSS, la Suède, la Norvège, la Pologne, la Grèce, l’Afghanistan, la Belgique, le Canada (armes capturées sur des bolchéviques lors de la guerre civile russe), la Géorgie, la Biélorussie, l’Iran, le Japon (armes capturées lors de la guerre russo-japonaise et de l’intervention en Sibérie), le Laos, la Lettonie, la Lituanie, la Mongolie, l’Allemagne (armes capturées durant les deux conflits mondiaux), la Corée, la Pologne, la Roumanie, la Serbie, l’Espagne, le Vietnam, la Yougoslavie.

Caractéristiques Techniques

Type : revolver

Calibre 7.62mm (cartouche 7.62x38mmR)

Poids à vide 0.8kg

Longueur 23.5cm longueur du tube 11.4cm

Cadence de tir 14 à 21 coups

Portée maximale 46m

Alimentation barillet de sept cartouches

-Le revolver Nagant M1895 resta un temps l’arme de poing standard de la nouvelle armée norvégienne mais devant le manque d’armes, de munitions et de pièces détachées il est rapidement remplacé par le pistolet automatique américaine Colt M1911A1, le célèbre «.45».

Colt M-1911 5

Cette arme à été mise au point au début du vingtième siècle quand l’US Army se rendit compte du pouvoir d’arrêt insuffisant du calibre .38 notamment lors de la rébellion Moros aux Philippines.

Certains soldats américains se sont ainsi retrouvés en fâcheuse posture quand malgré deux ou trois balles un guérillero moro se relevait. On sélectionna donc un calibre plus puissant en l’occurrence le .45 ce qui donne en mesures métriques 11.43mm. Le pistolet dessiné par John Browning fonctionne via une culasse verrouillée.

Mis en service en mars 1911, il est utilisé par l’armée de terre et la marine, 592981 exemplaires étant réceptionnés par les forces armées américaines jusqu’à la fin du premier conflit mondial, les armes étant produit par l’usine Colt implantée à Hartford, par la firme Remington et enfin par l’arsenal de Springfield.

Dans les années vingt, l’armée est modifiée à la marge mais les modifications furent suffisamment importantes pour justifier un changement d’appelation, les nouvelles armes étant des Colt M1911A1.

La production de ce robuste pistolet automatique se poursuit durant tout l’entre-deux-guerre et durant le second conflit mondial, la production destinée tant aux forces armées américaines qu’aux alliés se chiffre en million. L’arme est restée en service jusqu’en 1985 quand une arme italienne de la firme Beretta l’à remplacé.

Le «.45» n’était pas une découverte pour les norvégiens qui avaient acquis cette arme en petit nombre dès 1916. Connue sous le nom de 11.25mm AUT m/14, ce pistolet était produit sous licence en Norvège par Kongsberg. 22311 armes ont été produites avant 1948 pour équiper essentiellement les officiers et les sous-officiers.

Ce pistolet automatique va rester en service dans l’armée norvégienne jusque dans les années quatre-vingt quand un pistolet autrichien de la firme Glock le remplaça.

Le 11.25mm AUT m/14 tirait une cartouche de 11.43x23mm, mesurait 219mm (127mm pour le canon), pesait chargé 1.36kg, tirant des cartouches de quinze grammes regroupées dans un chargeur de 7 cartouches. La cadence de tir était de 20 coups par minute avec une portée maximale pratique de 50m.

revolver Webley & Scott Mk IV

-D’autres armes de poing ont pu être utilisées au hasard des captures au combat (armes allemandes) ou lors de combats communs avec les britanniques (revolvers Webley) et français (SACM modèle 1935, MAC modèle 1950).

SACM modèle 1935

Pistolet automatique SACM modèle 1935

Pistolets mitrailleurs

Sten

La cousine britannique de Rosie la riveteuse armée d’un pistolet mitrailleur Sten

-Aucun pistolet mitrailleur n’est en service dans l’armée norvégienne en septembre 1948. Il faudra donc attendre la reconstitution de l’armée norvégienne pour que des submachine gun équipent les troupes du gouvernement en exil.

-Le principal pistolet mitrailleur est britannique, la Sten Mk III. Cette arme à été mise au point durant la Pax Armada pour offrir à l’armée britannique un pistolet mitrailleur de conception et de fabrication nationale.

Durant la guerre de Pologne, des pistolets mitrailleurs Thompson avaient été acquis mais cette arme était étrangère et Londres voulait privilégier une arme nationale. La Royal Navy et la RAF avaient acquis des Lanchester Sterling copie du MP-28 allemand mais la British Army voulu une arme plus facile à produire en masse.

Lanchester

pistolet mitrailleur Lanchester

C’est l’acte de naissance de la Sten Mk I, ce nom venant des initiales des concepteurs (Shepperd Turpin) avec les deux premières lettres de la manufacture d’Enfield.

C’est une arme usinée, de facture moderne _laide dirons certains à l’époque_ rappelant le MP-40 allemand dont les premiers exemplaires sont livrés au printemps 1941, la manufacture d’arme d’Enfield ayant d’autres productions plus urgente.

Avant le déclenchement du conflit, plusieurs modèles furent produits (Mk II, Mk III et IV) mais en septembre 1948, un Mk V était en cours de production avec la possibilité de fixer une baïonnette ou un silencieux ainsi que de changer la crosse pleine introduite avec le Mk III par une crosse repliable.

Cette arme à également été vendue aux Dominions (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud), à l’armée indienne mais également à l’Irlande et à la Grèce.

La Norvège à d’abord acquis cette arme pour les servants d’armes lourdes et les équipages d’engins blindés mais très vite d’autres armes ont été livrés aux commandos norvégiens chargés de maintenir la pression sur les allemands en liaison avec la Résistance Norvégienne.

Après la Mk III, la Norvège à utilisé la Sten Mk V, les deux armes cohabitant jusqu’au début des années soixante quand un nouveau pistolet mitrailleur de conception et de fabrication suédoise, le Carl Gustav M-45 est acquis.

Carl Gustav M-45 11

Le pistolet mitrailleur Sten pesait 3.2kg, mesurait 762mm de long (196mm pour le canon), tirait la cartouche 9x19mm Parabellum à une distance maximale effective de 100m et une cadence de tir de 500 à 600 coups par minute, l’alimentation se faisant par un chargeur détachable de 32 cartouches.

Fusils

Krag Jorgensen modèle 1892

fusil Krag-Jorgensen modèle 1892. Il s’agit du prototype du M1894

 

-En septembre 1948, le fusil standard de l’armée norvégienne est le Krag-Jorgensen, un fusil à répétition.

C’est une arme ancienne puisque mis en service dans l’armée norvégienne en 1894 (d’où sa désignation de M1894), arme mise au point par deux norvégiens, Ole Herman Johannes Krag et Erik Jørgensen. Cette arme va être utilisée par d’autres pays notamment le Danemark et les Etats-Unis. 300 exemplaires furent livrés aux boers qui les utilisèrent contre les britannique durant la deuxième guerre anglo-boer (1899-1902).

En 1884, l’armée norvégienne avait mis en service le Jarmann M1884 mais cette arme est très vite apparue pour ce qu’elle était à savoir une arme intérimaire qui ne pouvait prétendre à une longue carrière.

Krag et Jorgensen travaillèrent sur plusieurs prototypes qui intéressèrent en 1886 le Danemark qui testa le fusil et apporta un certain nombre de remarques et de critiques qui aidèrent à la mise au point du fusil.

Copenhague adopte ce fusil le 3 juillet 1889 sous le nom de Gevaer M/89 soit avant même la Norvège.

Utilisant la cartouche 8x58mmR, ce fusil était toujours en service dans l’armée danoise en septembre 1948, participant à la défense du pays lors de l’invasion allemande même si la résistance du Danemark cessa au bout de quatre jours (5 au 9 septembre 1948).

En août 1892 après un concours voyant la participation de 53 modèles, le Krag-Jorgensen est adopté comme nouveau fusil standard de l’armée de terre américaine.

Environ 500000 Krag-Jorgensen furent produits par la Springfield Armory dans le Massachusetts en calibre .30-40 entre 1894 et 1904. Ce fusil à été progressivement remplacé par le Springfield M1903 à partir de 1906.

En 1891 la commission du fusil suédo-norvégienne commença ses travaux en cherchant d’abord le meilleur calibre pour le futur fusil. Le 6.5mm fût sélectionné et les travaux concernant la recherche d’un nouveau fusil commença officiellement en décembre 1893, nouveau fusil qui devait tirer la 6.5x55mm.

Le 21 avril 1894, la Norvège adopte le Krag-Jorgensen en calibre 6.5x55mm après avoir évalué de nombreux fusils, retenant finalement trois fusils en finale (Mannlicher 1892, Mauser 1892 et Krag-Jorgensen 1892) sous le nom de Gevaer M/94.

215000 fusils furent produits en Norvège auxquels on ajoute 33500 armes produits par Steyr en Autriche-Hongrie pour la Norvège et pour d’autres clients. Différents modèles furent produits notamment la carabine de cavalerie M1895 et le M1897 destiné à l’artillerie de montagne et au sapeurs du génie.

On trouvera également la carabine du génie M1904, la carabine destiné à l’artillerie de campagne M1907 et la M1906 Guttekarabin, une arme simplifiée et allégée pour permettre aux garçons de 14 à 17 ans de s’entrainer.

Krag Jorgensen modèle 1912

Carabine M1912

Il y eut par la suite les carabines M1912, M1912/16, M1912/18, les fusils de précision M1923, M1925 et M1930

A plusieurs reprises le remplacement du fusil Krag-Jorgensen fût étudié mais aucun projet n’à aboutit avant septembre 1948. Durant la Pax Armada, la production s’est poursuivie avec des variantes améliorées, le Krag-Jorgensen M1894/42 ou encore la carabine M1912/44 voir le fusil de précision M1946.

La production était toujours en cours en septembre 1948. Les allemands tentèrent de poursuivre la production pour leurs auxiliaires norvégiens mais ce fût décevant en raison de l’inertie des ouvriers norvégiens et des sabotages. Cela concerna également un projet de Krag-Jorgensen en calibre 7.92mm dont le nombre produit ne dépassa pas le millier d’exemplaires.

Caractéristiques Techniques du Gevaer M/94

Calibre : 6.5x55mm (Danemark 8x58mmR Etats-Unis .30-40 Krag)

Masse : 3.375kg

Longueur 986mm (dont 520mm pour le canon)

Système d’alimentation : chargeur de 5 cartouches

Portée maximale 900m Cadence de tir 21.5 à 30 coups par minute

Caractéristiques Technique de la Karabin M/12

Calibre : 6.5x55mm Poids en ordre de tir 4.02kg Longueur hors tout 1107mm longueur du canon 610mm Chargeur de cinq cartouches Portée maximale 2000m (900m effectif) Cadence de tir 19 coups par minute.

-Si quelques Krag-Jorgensen furent ramenés en Grande-Bretagne par les soldats norvégiens évacués, ce fusil ne pouvait équiper la nouvelle armée norvégienne. Soutenu par la Grande-Bretagne, le gouvernement en exil dépendait beaucoup de Londres pour son équipement.

Lee Enfield n°4 7

En combat urbain avant de pénétrer dans un immeuble mieux vaut balancer une « carte de visite » histoire de s’annoncer. C’est pas parce qu’il y à la guerre qu’il faut renoncer aux bonnes moeurs. Outre sa grenade ce soldat canadien est armé d’un fusil Lee-Enfield n°4 Mk1

Le nouveau fusil standard de l’armée norvégienne fût donc le vénérable Lee-Enfield n°4 Mk I, un fusil ancien mais encore efficace.

Le Lee-Enfield Mk I est mis en service dans l’armée britannique en 1895 pour remplacer le Lee-Metford.

Décliné en une version Carbine (carabine) pour la cavalerie et une version adaptée pour la police servant dans la turbulente Irlande, ce fusil connu le dur conflit contre les Boers, conflit qui démontrèrent l’inutilité de deux armes différentes pour l’infanterie et la cavalerie.

Malheureusement comme souvent quand on demande une arme pour des besoins aussi différents que l’infanterie et la cavalerie, l’arme en question fit l’unanimité contre elle.

Baptisée Short Magazine Lee-Enfield (SMLE) elle était décriée par les fantassins qui estimaient que le raccourcissement du canon entraînait une moindre précision alors que les cavaliers la trouvait trop longue.

De multiples modifications plus tard et le SMLE devint le fusil Lee-Enfield SMLE Mk III, le fusil avec lequel le BEF allait combattre en Belgique et sur la Somme, en Italie et à Gallipoli sans oublier les théâtres d’opérations plus exotiques.

Cette arme va équiper la Grande-Bretagne, l’armée des Indes britanniques, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, l’Irlande et donc la Norvège après 1948.

Durant les années vingt, la dénomination des fusils fût modifiée et le SMLE Mk III devint le fusil Mk III n°1 alors que sa variante MK III* avait été logiquement rebaptisée N°1 Mk III*.

Ces fusils étaient d’excellentes armes mais coûteuses et compliquées à fabriquer. Or dans une guerre de type industrielle, l’important c’est le nombre, la quantité plus que la qualité. Il fallait simplifier la fabrication du fusil Lee-Enfield pour en disposer d’un nombre suffisant pour équiper les dizaines de divisions nécessaires.

Seulement voilà à l’époque les budgets de la défense n’étaient pas au sommet de leur forme et l’absence de réelle menace extérieure rendait inutile la mise en fabrication d’un nouveau rejeton de la famille Lee-Enfield.

Le projet est mis en sommeil en 1931 avant d’être réactivé en septembre 1939 quand le fusil Lee-Enfield n°4 Mk I fût mis en fabrication à partir du N°1 Mk VI, une arme de pré-série dérivé de la série Mk III.

En dépit de l’arrêt prématuré du conflit, la production continua pour remplacer peu à peu les N°1 Mk III et N°1 Mk III* dont le stock diminuait.

Ce nouveau fusil était reconnaissable entre tous par son canon dégagé du fût, un canon plus lourd qui améliorait la précision. Dans l’ensemble ce fusil reprenait les grandes lignes du système Lee-Enfield en tenant compte des nécessités des conflits modernes qui place la quantité au dessus de la qualité.

En septembre 1948, rares étaient les unités de la Regular Army à être encore équipées de fusils N°1 Mk III et Mk III*, ces fusils équipant encore les unités de la Territorial Army sans compter les armées des Dominions qui ne se rallièrent que tardivement au N°4 Mk I.

Une variante raccourcie appelée N°5 Mk I et destinée à l’Extrême-Orient fût produite en petite quantité. Utilisé pour le tir de précision, le N°4 Mk I recevait une lunette télescopique alors qu’une variante destinée aux parachutistes fût produite durant le second conflit mondiale. Baptisée N°7 Mk I, ce fusil comme le MAS 36CR recevait une crosse repliable et un canon légèrement raccourci.

Le fusil Lee-Enfield N°4 Mk I fût donc utilisé par l’infanterie de la nouvelle armée norvégienne au sein des brigades légères mais aussi au sein des groupes commandos même si ces derniers préféraient utiliser le pistolet mitrailleur.

A partir de mars 1952, la Norvège commença à recevoir des Garand M-1 qui allait devenir son fusil standard dans l’immédiat après guerre.

Caractéristiques Techniques du Lee-Enfield N°4 Mk I

Calibre : 7.7mm Longueur totale 1.12m Longueur du canon : 0.64m Poids : 4.14kg Capacité du chargeur : dix cartouches

M1 Garand 2

« L’homme le plus dangereux du monde est un Marine et son fusil »

-Le fusil automatique M-1 Garand à pour origine les travaux d’un ingénieur américain John C. Garand qui déposa en 1930 le brevet pour un fusil automatique, son invention étant perfectionné avec le concours du Springfield Arsenal.

Ce fusil est évalué en 1936 par l’armée américaine, adoptée même si les premières armes de série ne seront livrées qu’en janvier 1940.

Le Garand utilise l’emprunt de gaz pour son fonctionnement. Le gaz repousse un piston qui via une biellette ouvre la culasse qui recule et extrait l’étui tout en comprimant le ressort qui va la ramener vers l’avant en introduisant une nouvelle cartouche dans la chambre avant le verrouillage.

La production est modeste jusqu’en septembre 1948 avec la production de «seulement» 250000 exemplaires qui remplacent progressivement, très (trop?) progressivement le Springfield modèle 1903.

La production s’accélère à partir de septembre 1948 et explose littéralement à partir d’avril 1950, le Garand M-1 étant produit à 6 millions d’exemplaires jusqu’en septembre 1954. En dépit de la réduction drastique des effectifs, la production se poursuit à un niveau réduite, s’achevant en 1960 quand un nouveau fusil le M-14 lui succède.

La Norvège va recevoir un totale de 42580 exemplaires pour équiper ses unités d’infanterie durant l’exil puis dans l’armée norvégienne reconstituée après guerre, d’autres armes issues des surplus américains étant ultérieurement livrées à Oslo qui remplaça le Garand en 1964 par un fusil de la Confédération du Rhin, le Heckler & Koch G-3.

AG-3 (HK G3 Norvège) 3

Fusil d’assaut AG-3

Calibre : .30-06 (7.62mmx63mm) Longueur (totale) : 1092mm (canon) 610mm Masse : 4.7kg non chargé 4.9kg chargé Portée : 400m Cadence de tir : 30 coups/minutes vitesse initiale : 30 coups par minute Chargeur : 8 cartouches.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s