Dominions (104) Nouvelle-Zélande (15)

ROYAL NEW ZEALAND AIR FORCE (RNZAF)

Nouvelle Zélande 33.png

Drapeau de la RNZAF avec le kiwi, un oiseau qui ne se trouve qu’en Nouvelle-Zélande

Histoire

Les origines

L’histoire de l’aviation militaire en Nouvelle-Zélande commence en 1913 quand deux monoplans Blériot venus de Grande-Bretagne effectuent des démonstrations au cours desquels ils sont endommagés. Ils sont réparés mais quand le premier conflit mondial éclate, les deux appareils sont ramenés dans les îles britanniques pour être utilisés par le RFC.

Durant le premier conflit mondial, la Nouvelle-Zélande ne disposa pas d’une aviation militaire autonome obligeant les pilotes kiwis à servir au sein soit du Royal Flying Corps (RFC) (l’aviation de l’armée de terre) ou du Royal Naval Air Service (RNAS), l’aviation de la marine néo-zélandaise. 15 d’entre-eux devinrent as, le meilleur étant Keith Caldwell qui remporta 24 victoires.

Le gouvernement néo-zélandais ne resta cependant inactif en favorisant la mise sur pied de deux écoles privées pour former les pilotes réclamés par la Grande-Bretagne. La première est ouverte à Auckland et la second à Sockburn près de Christchurch. Les appareils utilisés furent pour la première des hydravions Curtiss et des avions Boeing alors que la second utilisa des Caudron fabriqués en Grande-Bretagne.

Quand le premier conflit mondial se termina, la majorité des pilotes néo-zélandais restèrent au sein de la jeune Royal Air Force (RAF) au sein de laquelle certains avaient atteint un niveau de responsabilité très appréciable.

D’autres rentrèrent au pays pour former le noyau dur de la New Zealand Permanent Air Force (NZPAF) qui comme ses homologues des autres dominions bénéficia du Don Impérial.

Avro 504 9

Avro 504

Sous ce nom pompeux et grandiloquent se cachait tout simplement la livraison à titre gracieux d’avions en surplus. Wellington récupéra 33 appareils, des Avro 504 polyvalents, des Bristol F.2 de chasse, des De Havilland DH.4 et DH.9 de reconnaissance et de bombardement. Certains furent cédés à des civils.

Airco DH.9 10.jpg

Airco DH.9

La NZPAF est officiellement créée le 14 juin 1923 est constituée d’un état-major composé de quatre officiers et deux sous-officiers, 102 officiers étant préparés à être mobilisés en cas de besoin. L’équipement est sommaire avec quelques appareils (Avro 504K, De Havilland DH.4 et 9, Bristol Fighters) opérant depuis l’aérodrome de Sockburn dans la banlieue de Christchurch.

 

En 1926 grâce à un généreux donateur, des chasseurs modernes sont acquis en l’occurrence des Gloster Grebe. Ce généreux donateur est remercié en rebaptisant l’aérodrome de Sockburn qui devient la RNZAF Station Wigram. C’est la maison-mère de l’armée de l’air néo-zélandaise puisque le musée y est installé.

Les premiers engagements de la NZPAF ont lieu aux Samoa contre des «rebelles» mais aussi en 1930 quand un De Havilland Tiger Moth largue une bombe improvisée sur un navire suspecté de se livrer au trafic d’armes. La bombe ne provoqua aucun dégât ce qui est finalement mieux car le navire appartenait en réalité à des missionnaires !

En 1930, un wing territorial est mis sur pied avec trois squadrons basés à Hobsonville (des flights sont détachés à Hamilton et Napier), Wellington et Christchurch n’ayant aucune unité. Un quatrième squadron était prévu à Dunedin mais il fallu attendre juillet……1939 pour qu’il croit enfin mis sur pied.

Il faut attendre le milieu des années trente pour qu’enfin la NZPAF soit enfin dotée de meilleurs avions. Le pacifisme des opinions, les conséquences de la crise de 1929 empêchant tout achat massif d’armement que certains pouvaient trouver déplacé pour un pays assez isolé sans menace majeure sur son territoire (même si Samoa était un mandat néo-zélandais).

vickers-vildebeest-4

Vickers Vildebeest

C’est ainsi qu’en 1933/34, douze bombardiers-torpilleurs Vickers Vildebeest sont commandés pour former deux flights de bombardement et de reconnaissance, le premier devant être basé à Hobsonville et le second à Wigram. Toujours en 1934, la NZPAF devient la Royal New Zealand Air Force (RNZAF). Trois ans plus tard, en 1937, ce sont 29 Blackburn Baffin qui sont acquis pour permettre à la Territorial Air Force de pouvoir mener des missions de reconnaissance côtière.

Blackburn Baffin

Blackburn Baffin

D’autres appareils arrivent progressivement comme des biplans de reconnaissance et de bombardement Vickers Vincent (seize livrés en juillet 1939) mais aussi des Airspeed Oxford, des Avro 626 mais aussi des Fairey Gordon.

Guerre de Pologne et Pax Armada

En septembre 1939 éclate ce que l’histoire va retenir comme la guerre de Pologne. A l’époque la RNZAF avait commandé et réceptionné des bombardiers bimoteurs Vickers Wellington.

Vickers Wellington B Mk III

Chargement d’une bombe de 250kg d’usage général (General Purpose) dans la soute d’un Vickers Wellington

Plutôt que de les ramener au pays, les néo-zélandais proposent de les laisser en Grande-Bretagne, les appareils formant le squadron 75 qui va effectuer quelques missions avant la fin du conflit le 15 décembre 1939. D’autres citoyens néo-zélandais vont s’engager dans la RAF, certains continuant à servir jusqu’à la fin du second conflit mondial.

En dépit de sa brièveté, la guerre de Pologne à mis en lumière de nombreuses lacunes qui doivent être corrigées pour un potentiel conflit. En effet personne n’à de doute qu’un nouveau conflit ne tardera pas à éclater en Europe et/ou dans le Pacifique.

En septembre 1941, un RNZAF Act est voté pour organiser et équiper la jeune armée néo-zélandaise. Il s’agit de défendre le pays mais aussi de se préparer à un futur conflit dans le Pacifique mais aussi en Europe.

L’armée de l’air néo-zélandaise est organisée en un état-major assisté d’un Air Council chargé de conseiller et d’influencer la politique aérienne néo-zélandaise sur le plan militaire.

Cet état-major dirige deux groupes, un groupe Nord et un groupe Sud correspondant aux deux îles du pays. A cela s’ajoute un Samoan Group pour les quelques avions déployés dans le mandat néo-zélandais.

Ultérieurement un Training & Logistic Group est mis sur pied pour gérer l’entrainement, la formation et le soutien logistique des unités.

Une réorganisation à lieu au printemps 1946. l’état-major et le conseil de l’air est toujours présents mais les deux groupes Nord et Sud deviennent des commandements soit Northern & Southern Command.

Le Samoan Group est toujours présent tandis que le Training & Logistic Group devient un Command. En mars 1947, un Expeditionnary Command est mis sur pied pour commander les squadrons engagés outre-mer.

A l’été 1948, la RNZAF aligne les moyens suivants :

Curtiss P-40E Warhawk 9

Curtiss P-40 en vol

-six squadrons de chasse (un équipé de Hawker Hurricane, un équipé de Supermarine Spitfire, deux équipés de Curtiss P-40 et deux équipés de Bristol Beaufighter)

bristol-blenheim-mark-iv-15

Bristol Blenheim Mk IV

-quatre squadrons de bombardement (deux équipés de Vickers Wellington et deux équipés de Bristol Blenheim)

-deux squadrons d’attaque équipés de Douglas SBD-5 Dauntless

avro-anson-23

Des Avro Anson sont encore en état de vol de nos jours

-deux squadrons de reconnaissance (un équipé de Vickers Vincent et un équipé de Avro Anson), un squadron d’hydravions équipé de Supermarine Walrus, un squadron d’entrainement et un squadron de transport soit un total de dix-sept squadron et un peu moins de deux cents appareils.

L’équipement est correct mais l’entrainement laisse un poil à désirer sans parler de l’expérience mis à part les pilotes néo-zélandais ayant combattu au sein de la RAF durant la guerre de Pologne et qui étaient revenus au pays pour transmettre leur expérience.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s