Dominions (85) Australie (29)

Hawker Fury II

Hawker Sea Fury néerlandais 6.jpg

En ce temps là, les progrès de l’aviation étaient rapides, tellement rapides qu’un appareil entrait en service alors qu’il était pour ainsi dire périmé obligeant les bureaux d’études à jouer aux échecs en ayant toujours deux ou trois coups d’avance.

Dès la fin des années trente, le développement du successeur du Hurricane est lancé, les travaux commençant en mars 1937, un appel d’offres étant publié en mars 1938, aboutissant au vol inaugural du premier prototype du Hawker Typhoon le 24 février 1940 suivit du premier vol du second prototype le 14 juillet 1941.

L’appareil est mis en service fin 1942 mais se révèle davantage à son aise à basse altitude comme chasseur-bombardier. Même chose pour son dérivé, le Hawker Tempest mis en service en février 1944 (après avoir été connu initialement sous le nom de Hawker Typhoon II).

Le bureau d’études Hawker ne se découragea et lança fin 1943 les travaux d’un Tempest Light Fighter, un véritable chasseur de supériorité, un intercepteur et non un chasseur-bombardier même si au final l’appareil pouvait être utilisé pour ce rôle.

Un appel d’offres est lancé officiellement en mai 1944 pour un chasseur destiné à succédé au Hawker Hurricane, le «Hurri» étant progressivement déclassé dans des missions de chasse-bombardement.

Tout comme les américains avec le Grumman Bercat, les britanniques décident de développer le chasseur le plus léger possible autour du moteur le plus puissant. Cela donnait un chasseur rapide, maniable mais dont la puissance pouvait déconcerter les jeunes pilotes.

Deux prototypes sont commandés en septembre 1944, le vol inaugural du premier prototype ayant lieu le 17 janvier 1945. Le deuxième prototype effectue son premier vol le 04 mars 1945.

Le premier appareil de série effectue son vol inaugural le 17 septembre 1947. La production est lancée début 1948, les premiers appareils étant livrés en juin 1948 mais pas suffisamment rapidement pour permettre à des squadrons de la RAF d’être opérationnels quand le second conflit mondial éclate.

Le Hawker Fury II (pour le distinguer d’un appareil du début des années trente) est mis en service en novembre 1948.

Les australiens s’intéressent à l’appareil à l’automne 1950. Les premières commandes sont passées au printemps 1951, les Hawker Fury II Mk IV étant livrés à l’été 1951 en vue de remplacer une partie des appareils en service.

La première unité rééquipée est le n°22 Squadron RAAF (3rd ATW) qui remplace ses Hurricane par son descendant. L’unité est opérationnelle début 1952 et va combattre au dessus des Balkans jusqu’à la fin du conflit en Europe.

Trois autres unités vont recevoir l’appareil début 1954 pour une courte carrière. Les squadrons 78, 83 et 84 étaient équipés de Spitfire. IIs vont combattre durant les derniers mois de la guerre en Asie-Pacifique. 76 appareils vont être en ligne simultanément, un nombre qui doit être doublé en prenant en compte les appareils stockés.

Le second conflit mondial terminé, le Fury II va devenir le chasseur majeur de la RAAF en compagnie du CAC-15. Il va rester en service jusqu’en 1964 quand il est remplacé par des chasseurs à réaction.

Hawker Sea Fury écorché

Caractéristiques Techniques du Hawker Fury II

Chasseur-bombardier monoplace monomoteur

Masse : à vide 4191kg à pleine charge 5670kg

Dimensions : envergure 11.70m longueur 10.57m hauteur 4.84m

Motorisation : un moteur radial Bristol Centaurus 18 développant une puissance totale de 2480ch et entraînant une hélice quadripale

Performances : vitesse maximale à 5485m 740 km/h plafond opérationel : 10910m distance franchissable avec les seuls réservoirs internes : 1127kg

Armement : 4 canons de 20mm dans les ailes et jusqu’à 907kg de charges extérieures qu’il s’agisse de bombes, de roquettes ou de mines.

Bristol Beaufighter

bristol-beaufighter-9

Bristol Beaufighter

Surnomé la «mort sifflotante» par les japonais, le Bristol type 156 Beaufighter était un bimoteur à aile basse qui allait connaître une carrière prolifique car utilisé dans de nombreux rôles : chasse-bombardement, chasse lourde, chasse de nuit et même bombardement-torpillage.

Il était issu du bombardier-torpilleur Bristol Beaufort (fait qu’il partageait avec le Beaumont) et conçu comme appareil intérimaire en attendant que le Westland Whirlwind soit fiabilisé.

On connait la suite : le Whirlwind allait être abandonné au profit de celui qui était censé assurer l’intérim.

Le vol inaugural à lieu le 17 juillet 1939 et avant même ce vol 300 appareils sont commandés (si ça c’est pas de la confiance), un deuxième prototype décolle le 14 mars 1940 mais cette version à moteur en ligne Merlin sera vite abandonnée car l’appareil était sous-motorisé et instable. Deux autres prototypes décollent pour la première fois les 4 juin et 12 août 1940 d’abord pour la chasse lourde et la chasse-bombardement.

C’est en septembre 1945 que l’Australie s’intéresse à l’appareil. Il s’agit d’obtenir un chasseur bimoteur à long rayon d’action pour couvrir l’immense territoire australien. Secondairement, l’appareil devait être utilisé pour la chasse-bombardement et la chasse de nuit.

Une première commande de Bristol Beaufighter Mk IVF est passée au printemps 1946. Les appareils sont livrés à l’automne.

En mars 1950, le «Beau» équipe le n°4 Squadron RAAF du 2nd ATW opérant en Nouvelle-Guinée pour des missions de chasse lourde, de chasse-bombardement et accessoirement de chasse de nuit.

Durant le conflit, le n°77 Squadron RAAF est mis sur pied au sein du 6th ATW à partir de janvier 1952. Ces deux unités volent encore sur Beaufighter à la fin du conflit et vont l »utiliser jusqu’à leurs dissolutions, ces deux escadres et leurs unités dépendantes étant dissoute à la démobilisation. Si le conflit s’était prolongé, le De Havilland DH.103 Hornet aurait pris le relais.

Un appareil à été préservé en Australie mais aucun «Beau» est en état de vol, le seul ayant été perdu lors d’un crash durant un meeting aérien en 1996.

Caractéristiques Techniques du Bristol type 156 Beaufighter

Type : chasseur lourd bimoteur

Masse : à vide 6623kg maximale au décollage 9798kg

Dimensions : longueur 12.70m envergure 17.63m hauteur 4.83m

Motorisation : deux moteurs radiaux Bristol Hercules Mk XVI de 1670ch

Performances : vitesse maximale 536 km/h à 4755m Distance franchissable 2382km plafond pratique 8075m

Armement : quatre canons de 20mm à l’avant, six mitrailleuses de 7.7mm dans les ailes une mitrailleuse de 7.7mm dans le poste arrière

Equipage : deux hommes

De Havilland DH.103 Hornet

De Havilland Hornet F Mk3

De Havilland DH. 103 Hornet

Le De Havilland DH.103 Hornet est un élégant chasseur bimoteur monoplace, un descendant du Mosquito.

Il à été conçu pour remplacer également le Beaufighter ce qu’il ne fera qu’imparfaitement que ce soit au sein de l’armée de l’air britannique que de l’armée de l’air sud-africaine voir de ses cousines néo-zélandaises, canadiennes et australiennes.

Le projet est lancé en septembre 1944. l’Air Ministry demandait un chasseur bimoteur où le rayon d’action primait sur la vitesse. Sans que l’on en parle ouvertement il semble que cet appareil devait principalement opérer dans le Pacifique où les distances étaient bien plus élevées qu’en Europe.

L’armement devait être puissant et surtout l’avion devait pouvoir embarquer un radar (les premiers exemplaires de radars aéroportés étaient à l’époque en cours de tests avec des performances prometteuses). La configuration équipage n’était pas limitée.

Fairey, Hawker, De Havilland et Boulton-Paul proposent des projets mais seuls Fairey et De Havilland allèrent jusqu’à la réalisation d’un prototype, l’Air Ministry passant commande deux prototypes pour chaque modèle, Fairey proposant son Goshawk et De Havilland son DH.103 Hornet.

Bréguet Br700

Bréguet Br700C2, l’un des chasseurs biplaces de l’armée de l’air

Le Hornet va intéresser rapidement la France (sans le conflit il était prévu que la production soit rapidement lancée par Farman pour remplacer les Bréguet Br700C2 et Lockheed H-322 et tout cela à moyen terme) alors que le projet d’être finalisé.

Les quatre prototypes sont livrés au printemps 1945, deux pour le Fairey Goshawk (qui ressemble au Whirlwind) et deux pour le futur Hornet. Les deux premiers décollent respectivement les 7 juin et 21 septembre 1945, les deux derniers respectivement les 21 mai et 8 août 1945. En septembre 1946 le Hornet est choisit pour être produit en série mais deux ans après celle-ci pour des raisons industrielles n’à pas encore commencée.

L’Australie s’intéresse à l’appareil en septembre 1951. Il s’agit de remplacer à terme le Beaufighter qui bien qu’excellent appareil n’était pas éternel. Comme il y eut d’autres priorités, la commande n’est passée qu’en novembre 1952.

Les appareils sont livrés au printemps 1953. Il rééquipe le n°79 Squadron RAAF qui volait sur Supermarine Spitfire Mk IX. L’unité est opérationnelle fin 1953 et va opérer au sein du 7th ATW et ce jusqu’à la fin du conflit. Si la guerre s’était prolongé, le Hornet aurait remplacé les Beaufighter des squadrons équipés.

Le squadron 79 est dissous à l’été 1955. Ce n’est pas pour autant la fin de la carrière du Hornet puisque certaines unités vont remplacer leurs chasseurs monomoteurs par des bimoteurs mais ceci est une autre histoire. Le Hornet est retiré du service actif en 1962.

Caractéristiques Techniques

Type : Chasseur bimoteur monoplace

Masse à vide : (à vide) 6033kg (à pleine charge) 8886kg (maximale au décollage) 9480kg

Dimensions : longueur 11.18m envergure 13.72m hauteur 4.3m

Motorisation : deux moteurs douze cylindres en ligne Rolls Royce Merlin 133/134 de 2030ch entrainant une hélice quadripales.

Performances : vitesse maximale : 748 km/h à 6705m distance franchissable avec réservoirs auxiliaires 2414km plafond opérationnel : 10670m

Avionique : un radar ASH centimétrique en 3cm sur le NF Mk 21

Armement : 4 canons de 20mm Hispano Mk V avec 190 coups par canon dans la partie inférieure du nez. Deux bombes de 454kg ou 8 roquettes de 60 livres.

Chasse-Bombardement

Avant-propos

La distinction entre chasseur et chasseur-bombardier est délicate puisque durant le second conflit mondial in fine tous les chasseurs ont un jour ou l’autre été armés de bombes et de roquettes pour l’attaque au sol, l’appui-feu et la lutte antichar. Dans cette catégorie je ne vais parler que des appareils conçus pour cette mission en l’occurrence pour la RAAF, le duo Typhoon/Tempest et le P-39 Airacobra à l’allure extérieure inimitable.

Hawker Typhoon

hawker-typhoon-12

Hawker Typhoon

Le Hawker Typhoon est un monomoteur à aile basse conçu par Sydney Camm destiné à remplacer le Hawker Hurricane.

Comme nous l’avons vu à propos du Hawker Fury II cela se passa différemment. Certes le Typhoon allait remplacer le Hurricane mais davantage comme chasseur-bombardier que comme chasseur de supériorité aérienne.

Le bureau d’études de Hawker Aviation commença à travailler sur le successeur du Hurricane dès mars 1937 alors que le Hurricane n’est pas encore en service (les échecs tout ça vous vous souvenez).

A l’époque il s’agit davantage de veille technique. Il s’agit d’envisager les possibilités offertes par les progrès constants des matériaux (passage définitif ou presque du bois entoilé au métal), de l’aérodynamisme et surtout des moteurs, la barrière des 2000ch semblant à portée raisonnable.

Un appel d’offres officiel est lancé en mars 1938 mais le développement est mené sans pression, le prototype n°1 effectuant son vol inaugural le 24 février 1940 suivit d’un second le 14 juillet 1941.

Le développement se passe bien mais les performances à moyenne et haute altitude sont décevantes. Les britanniques doivent se rendre à l’évidence que l’appareil baptisé Typhoon ne fera pas un bon chasseur de supériorité aérienne.

Qu’à cela ne tienne, le Typhoon allait être un nouveau chasseur-bombardier bien utile pour remplacer les bombardiers monomoteurs Fairey Battle. Le premier appareil de série effectue son vol inaugural en septembre 1942, le premier squadron étant opérationnel en mars 1943.

L’Australie s’intéresse à l’appareil dès l’avant guerre, commande de petits lots de Typhoon et de Tempest mais sans le choisir clairement. Une situation étonnante et paradoxale.

Il faudra attendre le second conflit mondial pour voir trois squadrons voler sur Typhoon. Si les n°80 et 82 sont des unités mixtes Typhoon/Tempest (avec respectivement huit et douze appareils), le n°86 Squadron vole uniquement sur Typhoon avec vingt appareils.

Il n’y à donc que trente-six appareils en ligne au sein des 7th et 8th ATW, l’Australie ayant également reçu des Bell P-39 Airacobra. Ces appareils vont rester en service jusqu’à la fin du conflit et même quelques années après pour le n°86 Squadron RAAF du 8th ATW qui va remplacer ses Typhoon par des Fury II en 1957.

Hawker Typhoon 18

Caractéristiques Techniques du Hawker Typhoon Mk II

Type : monoplace monoplan de chasse-bombardement

Masse : à vide 4010kg en charge 5170kg maximale au décollage 6010kg
Dimensions : longueur 9.73m envergure 12.67m hauteur 4.66m

Motorisation : un moteur en ligne Napier Sabre de 2200ch entraînant une hélice tri ou quadri-pale

Performances : vitesse maximale 663 km/h à 5485m (avec un Sabre IIB et une hélice quadriplace) distance franchissable 821km plafond opérationnel 10279m

Armement : quatre canons de 20mm Hispano Mk II huit roquettes RP-3 ou deux bombes de 500 livres ou deux de 1000 livres (respectivement 227 et 454kg)

Hawker Tempest

Hawker Tempest Mk V 2
Suite aux performances «décevantes» du Typhoon, la firme Hawker décida de développer une version améliorée initialement baptisée Typhoon II avant de recevoir la nouvelle désignation de Tempest.

Ce n’était pourtant pas gagné d’avance puisqu’il y eut un projet concurrent baptisé Tornado mais après la construction de deux prototypes et de six appareils de pré-série le projet fût annulé en raison des insolubles problèmes rencontrés par le moteur Rolls Royce Vulture, moteur qui condamna également le Westland Whirlwind et l’Avro Manchester.

Le premier prototype du Tempest décolle pour la première fois le 14 octobre 1942 suivit d’un second le 4 janvier 1943. Les essais se passent bien et l’appareil peut être mis en service début 1944 au sein de la RAF.

Jusqu’en 1949 la production du Typhon et du Tempest cohabitent avant que le Tempest soit seul en lice mais pour peu de temps car début 1951 il est remplacé sur les chaines de montage par le Fury Ii, le vrai remplaçant du Hurricane comme chasseur de supériorité aérienne.

L’Australie s’intéresse au Tempest comme elle s’intéresse au Typhoon, en dilettante. Quelques appareils sont acquis avant guerre mais en dépit des rapports dithyrambiques de ses pilotes cela ne va pas plus loin.

En mars 1951, l’Australie commande 72 Hawker Tempest pour équiper deux squadrons mixtes, les n°80 et n°82 Squadron RAAF créés fin 1951 pour intégrer officiellement le 7th ATW qui lui est mis sur pied officiellement en mars 1952.

Ces appareils vont servir jusqu’à la fin du conflit et même après puisque les deux unités ne sont dissoutes qu’en mars 1955.

Caractéristiques Techniques du Hawker Tempest Mk I

Type : monoplace monoplan de chasse-bombardement

Masse : à vide 4195kg en charge 5176kg maximale au décollage 6190kg

Dimensions : longueur 10.26m envergure 12.49m hauteur 4.90m

Motorisation : un moteur en ligne Napier Sabre II de 2180ch entraînant une hélice quadripale

Performances : vitesse maximale 695 km/h à 5608m distance franchissable 1190km (2462km avec des réservoirs largables) plafond opérationnel 11125m

Armement : quatre canons de 20mm Hispano Mk II avec 200 obus par canon deux bombes de 500 ou de 1000 livres ou 8 roquettes de 76.2mm RP-3.

Bell P-39 Airacobra

Bell P-39 Airacobra 14

Le Bell P-39 Airacobra est un chasseur-bombardier monomoteur conçu initialement comme intercepteur mais l’abandon du turbocompresseur dégrada fortement les performances à haute altitude. A l’aise à basse et moyenne altitude, il trouva dans la chasse-bombardement une carrière potentielle où son canon de 37mm lui donnait un punch meurtrier.

Le prototype effectue son vol inaugural le 6 avril 1938. Il est suivit par treize appareils de présérie pour continuer l’évaluation et la mise au point. Les appareils de série furent baptisés P-39C mais la première variante opérationnelle fût baptisée P-39D.

Successivement sont commandés et livrés 96 P-39D, 748 P-39E, 1200 P-39F et 1456 P-39G soit un total de 3500 appareils.

Les Etats-Unis ont équipé douze groupes de chasse-bombardement et l’ont exporté en Australie, au sein de l’armée de l’air italienne cobelligérante, en URSS et en Grande-Bretagne.

L’Australie va recevoir simplement 48 appareils, 48 P-39E livrés en juillet 1952. Ils vont armer pour seize d’entre-eux, le n°85 Squadron RAAF du 8th ATW. Cette unité va combattre jusqu’à la fin du conflit sur cet appareil, l’unité les remplaçant par des Hawker Fury II en septembre 1957.

Caractéristiques Techniques du Bell P-39 Airacobra

Type : chasseur-bombardier monoplace monomoteur

Masse à vide 2955kg en charge 3433kg maximale au décollage 3800kg

Dimensions : longueur 9.2m envergure 10.4m hauteur 3.8m

Motorisation : un moteur en ligne Allison V-1710-85 de 1200ch

Performances : vitesse maximale 626 km/h distance franchissable 840km plafond opérationnel 10700m

Armement : un canon de 37mm dans le nez avec 30 coups, deux mitrailleuses de 12.7mm dans le nez avec 200 coups par canon, deux mitrailleuses de 12.7mm avec 300 coups chacun dans les ailes, 690kg de bombes parfois remplacées par des roquettes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s