Dominions (79) Australie (23)

Autos blindées

L’armée australienne utilise plusieurs modèles d’autos blindées pour des missions de reconnaissance, de flanc-garde, de retardement. Ces véhicules sont utilisées au niveau divisionnaire mais aussi au sein des régiments de chars, les premiers servant surtout à la reconnaissance tactique alors que les seconds sont destinés davantage à éclairer les chars du régiment.

morris-light-reconnaissance-car

Morris Light Reconnaissance Car

-Tout comme l’armée canadienne, l’armée australienne utilise la Morris Light Reconnaissance Car,une auto blindée 4×2 d’un peu moins de quatre tonnes. Produite à 350 exemplaires avant guerre (150 au Canada, 100 en Australie et 100 en Afrique du Sud), elle était armée dans sa version Mk I d’un fusil antichar Boys et d’un fusil mitrailleur Bren.

La variante Mk II est produite quand éclate le second conflit mondial. La base mécanique ne change pas mais l’armement lui évolue avec deux mitrailleuses Besa de 7.92mm, un calibre aussi inhabituel pour l’armée britannique et pour l’armée australienne qui choisit de remplacer les mitrailleuses Besa par des Browning M1919A4. Autre changement, le châssis 4×2 devient 4×4.

L’Australie va assembler durant le conflit 450 exemplaires en Mk II, 300 en version standard et 150 en versions spécialisées (125 en variante antiaérienne avec quatre mitrailleuses de 12.7mm, 25 en version dépannage).

Ces véhicules vont opérer sur tous les théâtres d’opérations sur lesquels sont engagés les troupes australiennes. Si elles souffrent face aux canons antichars allemands dans les Balkans, elles sont nettement moins mises en danger par les japonais qui manquent cruellement d’armes antichars efficaces (les plus efficaces étant les armes suicides).

La Morris Light Reconnaissance Car reste en service jusqu’en 1957 quand elle est retirée du service remplacée par l’Alvis Ferret plus moderne et plus efficace.

Caractéristiques Techniques de la Morris Light Reconnaissance Car

Poids : 3.7 tonnes

Dimensions : longueur 4.06m largeur 2.03m hauteur 1.88m

Motorisation : un moteur à essence Morris 4 cylindre développant 72ch

Performances : vitesse maximale 80 km/h distance franchissable 385km

Blindage : 8-14mm

Armement : un fusil-antichar Boys 0.555 et un fusil-mitrailleur Bren 0.303 (Mk I) deux mitrailleuses Besa de 7.92mm en tourelle.

Equipage : 2 ou 3 hommes

daimler-dingo

Daimler Dingo

-Le deuxième modèle est le Daimler Scout Car ou Daimler Dingo, une autre automitrailleuse de 3 tonnes armée elle aussi à l’origine d’un fusil antichar Boys et un fusil mitrailleur Bren.

Après cette version Mk I, une version Mk II est produite peu différente de la première, la version Mk III dispose d’un moteur plus puissant, d’un blindage renforcé et d’un armement différent à savoir deux Besa de 7.92mm remplacées sur la version australienne par deux Browning M1919A4.

Le Daimler Dingo va être également produit au Canada sur un chassis différent (Ford) et en Australie. Elle va également être exportée en Irlande, en Norvège, en Suède, au Portugal et en Afrique du Sud.

L’Australie va produire 950 exemplaires répartis entre 400 Mk I, 300 Mk II et 200 Mk III. Ces véhicules comme les Morris vont être engagées sur tous les théâtres d’opérations qu’il s’agisse de l’Afrique du Nord, les Balkans, le Moyen-Orient et surtout en Asie-Pacifique.

La Daimler Dingo va rester en service jusqu’en 1957 quand elle est remplacée par l’Alvis Ferret qui avait également remplacé par la voiture légère de reconnaissance Morris.

Caractéristiques Techniques du Daimler Dingo

Poids : 3 tonnes

Dimensions : longueur 3.18m largeur 1.715m hauteur 1.50m

Motorisation : un moteur essence Daimler de 55ch

Performances : vitesse maximale 89 km/h distance franchissable 320km

Blindage : 12mm sur les côtés 30mm frontal

Armement : un fusil-antichar Boys .55 ou un fusil-mitrailleur .303 Bren

Equipage : deux hommes

daimler-armoured-car

Daimler Armoured Car

-Le troisième modèle est le Daimler Armoured Car, une automitrailleuse lourde de quasiment 8 tonnes avec pour armement un canon de 2 livres et une mitrailleuse Besa de 7.92mm puis sur la variante Mk II un canon de 6 livres et toujours la Besa de 7.92mm. Comme les autres autos blindées, les australiens ont remplacé les Besa par des Browning M1919A4.

A notez que pour l’anecdote, les premiers véhicules ont été livrés avec ces mitrailleuses d’origine tchèque. Celles-ci furent démontées, reconditionnées et livrées à la Chine qui utilisait des armes de ce calibre.

La Daimler Armoured Car à été développée parallèlement à la Daimler Scout Car, reprenant le design général, agrandit pour permettre l’installation d’une tourelle biplace issue du Tetrach, le char léger de la firme Vickers, cette tourelle disposant d’un canon de 2 livres.

Le prototype est prêt dès 1939 mais des problèmes de transmission (la même que le Dingo alors que le nouveau véhicule est deux fois plus lourd) obligèrent le concepteur à mener plusieurs modifications qui retardèrent la mise en service de la Daimler Armoured Car jusqu’au printemps 1942.

Il existe la version Mark I, la version Mark II et une version spécifique pour l’Australie baptisée Mk III avec un canon de 6 livres et des mitrailleuses Browning M1919A4 sans compter différentes modifications de détail liés notamment à une utilisation en milieu tropical (chaud et humide).

Ce véhicule à équipé les unités de la British Indian Army, l’Australie, la Belgique, le Canada et la Nouvelle-Zélande,

Caractéristiques Techniques de la Daimler Armoured Car Mk I

Poids : 7.6 tonnes

Dimensions : longueur 4m largeur 2.46m hauteur 2.26m

Motorisation : moteur à essence Daimler 6 cylindres de 95ch

Performances : vitesse maximale 80 km/h distance franchissable 320km
Blindage 7 à 16mm

Armement : tourelle abritant un canon de 2 pouces (40mm) approvisionné à 52 coups associé à une mitrailleuse coaxiale Besa de 7.92mm (2700 coups) + un fusil-mitrailleur Bren de 7.7mm

Equipage : 3 hommes

-Le dernier véhicule de cette catégorie utilisé par l’armée australienne est un véhicule américain, la M3 Scout Car.

M-3 Scout Car 47

M3 Scout Car ou en français « Véhicule d’éclairage modèle n°3 »

Le véhicule blindé léger M3 connu par son constructeur comme la White Scout Car était le véhicule léger à tout faire de l’US Army avant l’apparition de la jeep.

Conçu comme un petit véhicule de reconnaissance destiné à la cavalerie, il allait être utilisé également pour des missions de patrouille, de commandement, d’ambulance et de traction d’armes lourdes.

Après la production de 64 M3, l’US Army décide de commander une version améliorée baptisée M3A1. Celle ci disposait d’une coque plus longue et plus large lui permettant d’embarquer jusqu’à sept fantassins.

Après la production de 8500 M3A1 de septembre 1940 à octobre 1948, une version M3A2 lui succède sur les chaines de montage.

Le moteur est plus puissant, le blindage renforcé et le véhicule peut recevoir une véritable tourelle armée de deux mitrailleuses de 12.7mm, faisant d’elle une véritable auto-blindée. Au final ce sont 20000 véhicules qui sont produits jusqu’en décembre 1953 quand la production s’arrête.

Ce véhicule va être utilisé sur tous les théâtre d’opérations du Pacifique à la Norvège en passant par l’Europe du Nord-Ouest et la Méditerranée. Outre l’US Army, le véhicule à été livré à la Chine, à l’URSS, à la Grande-Bretagne, à la Belgique, la République Dominicaine, l’Australie, le Brésil, le Cambodge, le Canada, le Chili, la Colombie, la Grèce, le Liban, le Laos, le Mexique, la Norvège, les Philippines, le Portugal, le Vietnam et la Yougoslavie.

L’Australie va recevoir un total de 800 M3A2 livrées directement par les Etats-Unis. Ce véhicule va être utilisé sur le théâtre Asie-Pacifique comme véhicule de reconnaissance et d’observation mais aussi pour les liaisons, le commandement et le contrôle, l’évacuation sanitaire.

Caractéristiques Techniques de la M3 Scout Car

Poids : 4 tonnes Dimensions : longueur 5.6m largeur 2m hauteur 2m

Motorisation : un moteur diesel Hercules JXD 6 cylindres développant 110ch

Performances : vitesse maximale 89 km/h Distance franchissable 403km

Blindage : 6-13mm

Armement : une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2 et deux mitrailleuses Browning M1919A4 de 7.62mm

Equipage : conducteur + sept hommes

Autres véhicules

L’armée australienne est une armée quasiment entièrement motorisée, les unités montées sont peu nombreuses. Elle va employer de nombreux camions et de nombreux véhicules utilisés pour le soutien logistique et le transport.

-Pour les débarquements amphibies et le ravitaillement entre navires hauturiers et les îles, l’armée australienne utilise deux véhicules américains, un véhicule à roues, le DUKW et un véhicule chenillé, le LVT-4.

dukw

Un DUKW en mission de transport logistique. Vu l’attitude des hommes les combats sont très lointains 

Produit par la General Motors Company, le DUKW était un cargo amphibie 6×6, un véhicule qui entra dans l’histoire dans la mécanique en étant le premier à disposer d’un système centralisé de gonflage des pneus.

Sur une surface dure comme la route, les pneus étaient gonflés au maximum alors que sur une surface molle comme le sable d’une plage, les pneus étaient légèrement dégonflés.

Les premiers tests d’un cargo amphibie eurent lieu à partir du printemps 1944. Ils furent longs et compliqués à tel point que le projet faillit être abandonné. Finalement, le projet aboutit enfin au printemps 1948.

A la base du cargo amphibie 6×6 figure le camion GMC AFKWX, un camion 6×6 à moteur situé sous la cabine, une variante du GMC CCKW. Sur un châssis classique de camion on à installé une coque de bateau avec deux hélices pour permettre la navigation sur l’eau.

Les premiers véhicules de série sortent à l’automne 1948. Les retours d’expérience de la campagne de Norvège valide le concept, faisant taire les derniers sceptiques. La production déjà importante au printemps 1950 est accélérée.

20250 DUKW sont produits jusqu’en septembre 1954, la production cessant peu après la fin du conflit. Sur ces 20250 exemplaires produits, 2000 sont livrés à la Grande-Bretagne, 1200 à la France, 550 à l’Australie et 640 à l’URSS.

Ces véhicules furent utilisés dans le Pacifique, en Asie, en Méditerranée, en Europe de l’Ouest (franchissement de la Seine, de la Meuse, du Rhin et des autres fleuves allemands) et en Europe du Nord notamment lors de l’opération BOREALIS où les DUKW américains, britanniques et français effectuèrent le va et vient entre les navires mouillés dans les fjords et les petits ports norvégiens souvent mal équipés.

Les DUKW furent utilisés par l’US Army et l’USMC jusqu’en 1970 quand ils furent remplacés par des véhicules plus modernes. Les surplus de la guerre furent livrés aux Garde-Côtes, à des utilisateurs civils ou à des pays étrangers comme le Brésil, le Canada, les Philippines et l’Argentine. Certains DUKW civils sont encore en service aujourd’hui après avoir été remotorisés.

Caractéristiques Techniques du DUKW

Type : cargo amphibie 6×6

Poids : 5.9 tonnes à vide charge utile 2.3 tonnes

Dimensions : longueur 9.45m largeur 2.50m hauteur 2.17m

Motorisation : un moteur GMC de 94ch

Performances : vitesse maximale 80km/h sur route 10.2km sur l’eau distance franchissable 640km sur route 93km sur l’eau

Blindage : aucun

Armement : une mitrailleuse Browning M2HB de 12.7mm

Landing Vehicle Tracked (LVT) 22

Si le DUKW fût un simple cargo amphibie, le véhicule chenillé amphibie (Landing Vehicle Tracked) évolua d’un simple cargo amphibie à un véritable véhicule de combat destiné à permettre aux Marines de prendre pied dans des atolls et des archipels aux plages inaccessibles aux embarcations amphibies classiques.

A l’origine du LVT figure un engin de secours civil, l’Alligator. Conçu par Donald Roebling, il à été conçu pour mener des missions de secours dans les Everglades, une région marécageuse inaccessible aux véhicules routiers. Même les embarcations étaient gênées par la mangrove ou la boue.

Mis au point entre 1935 et 1937, l’Alligator intéresse rapidement les Marines mais en dépit de ses convictions patriotiques, le pacifiste Roebling refuse de développer son Alligator en engin de mort.

Après des pressions politiques et économiques, Donald Roebling accepte de développer un cargo amphibie à usage militaire. Il veillera cependant à ne toucher aucun royalties sur son invention.

Adopté sous le nom de LVT-1 en septembre 1943, l’Amphibious Tractor (Amtrac) se montre utile au cours des exercices mais l’absence d’une véritable évaluation opérationnelle, beaucoup doutent de son efficacité.

Après la production de seulement 250 LVT-1, la production passe au modèle LVT-2, un modèle au moteur plus puissant avec un blindage du compartiment de l’équipage. Produit à 350 exemplaires de juin 1944 à septembre 1945, ce modèle remplace peu à peu les LVT-1 qui sont relégués à l’entrainement.

La production reprend en octobre 1948 avec le LVT-3. Produit à 8500 exemplaires, c’est un véritable véhicule de combat avec un blindage couvrant tout le véhicule, faisant de lui un véritable APC (Armoured Personnal Carrier) amphibie.

Landing Vehicle Tracked (LVT) 26.jpg

Un LVT armé d’un obusier court de 75mm

Des variantes apparaissent rapidement, commandement, génie et surtout appui-feu, une tourelle armée d’un obusier court de 75mm étant installée sur le compartiment des troupes pour assurer l’appui-feu.

La production passe alors au LVT-4 produit à 8950 exemplaires, portant la production du LVT à 18050 exemplaires. Le véhicule à été utilisé essentiellement dans le Pacifique et par les Etats-Unis mais des exemplaires ont été livrés à la Grande-Bretagne et à l’Australie. Ils n’ont été remplacés qu’au début des années soixante-dix par une nouveau LVT ce qui n’empêcha pas les deux modèles d’opérer ensemble au Vietnam.

A noter que si dans le Pacifique, le LVT fût surtout utilisé pour les opérations amphibies, en Europe, il servit au franchissement des rivières et des fleuves, transportant notamment des troupes d’assaut pour s’emparer d’une tête de pont.

L’Australie n’à utilisé que le LVT-4, l’armée australienne recevant 600 exemplaires en version de base mais une partie sera convertie en versions spécialisées (commandement, génie et appui-feu).

Ce véhicule à été engagé en Asie-Pacifique pour des opérations amphibies et pour des missions de ravitaillement. Ce véhicule est resté en service jusqu’en 1962 sans être véritablement remplacé par un véhicule équivalent.

Caractéristiques Techniques du LVT-4

Type : véhicule de transport amphibie chenillé

Poids : 18.1 tonnes charge utile 4.1 tonnes

Dimensions : longueur 7.95m largeur 3.25m hauteur 2.46m

Blindage : 6 à 38mm

Motorisation : un moteur Continental W-670-9A dévellopant 250ch

Performances : vitesse maximale 40 km/h sur terre 11km/h sur l’eau distance franchissable 240km (120km sur l’eau)

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm Browning M2HB et deux mitrailleuses de 7.62mm Browning M1919A4. La version d’appui disposait d’un obusier de 75mm court en tourelle

Equipage : 2 à 7 hommes en fonction des variantes. Les LVT peuvent embarquer jusqu’à dix-huit soldats

Si l’armée de terre australienne n’à pas utilisé de half-track, elle va utiliser d’autres véhicules de transport comme les chenillettes Universal Carrier dont l’exemplaire le plus connu est le Bren Carrier.

universal-carrier-mk-ii

Universal Carrier Mk II

A l’origine du “transporteur universel” figure les chenillettes Carden-Loyd qui elles même venaient de la création du colonel Martel, un officier britannique qui avait créé des chars monoplaces alors que le tank connaissait au sein de l’armée britannique une véritable traversée du désert qui explique en partie l’état calamiteux du RTC en septembre 1939 avec des chars globalement inférieurs à leurs homologues continentaux.

En 1934 Vickers produit un véhicule chenillé léger, le Vickers-Armstrong D50 qui disposait d’un moteur à l’avant, d’un emplacement blindé pour un conducteur et un mitrailleur et d’un espace arrière non protégé pour le chargement.

Un petit nombre de ces véhicules furent acquis (soixante-neuf) pour être expérimentés avant de trouver un remplaçant aux tracteurs d’artillerie Dragon. Les véhicules sont livrés en 1936.

A l’origine il existait des modèles différentes adaptés à leur mission spécifique comme le Medium Machine Gun Carrier pour le transport d’une mitrailleuse Vickers et de leurs servants, le Bren Gun Carrier pour le transport d’un trio servant un fusil-mitrailleur Bren,

le Scout Carrier pour le transport d’éclaireurs d’infanterie et enfin le Cavalry Carrier mais dès l’automne 1940 dans le but de rationaliser production et utilisation un modèle unique est adopté baptisé Universal Carrier.

Le modèle définitif était organisé avec deux membres d’équipage à l’avant, le moteur au centre et l’espace de chargement à l’arrière, un espace peu protégé ce qui rendait inconfortable son utilisation comme un véritable transport de troupes.

Les premiers véhicules sont livrés en 1937 et la production continue jusqu’en 1948 en Grande-Bretagne, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud et au Canada pour équiper les unités d’infanterie, de char, du génie, de la logistique.

Si l’infanterie l’utilisait pour le transport de ses armes d’appui (mitrailleuses Vickers, fusil-mitrailleur Bren, mortiers), le remorquage des canons antichars de 2 et 6 livres, le transport de troupes (en dépit d’une protection faible de l’espace arrière), la cavalerie et les chars l’utilisait pour le transport de Scouts d’éclaireurs chargés de répérer les guets, les ponts, les éclaireurs étant intégrés aux unités de reconnaissance, utilisant parfois des motos side-car à la place des chenillettes.

Le génie va l’utiliser pour le transport des sapeurs, le transport du matériel de destruction, de franchissement, de minage et de déminage. L’artillerie va l’utiliser comme véhicule d’observation avancé. L’arme savante par excellence va également mettre en oeuvre une version lance-flamme baptisé Wasp.

A la différence des chenillettes Renault UE, les Universal Carriers sont toutes armées en l’occurrence un fusil mitrailleur Bren.

Les Universal Carrier produites au Canada et en Australie notamment étaient identiques aux modèles britanniques. Ottawa à cependant produit une version baptisée Windsor plus longue de 76cm et qui allait servir de base au premier véritable APC du Commonwealth, le Kangaroo.

Outre les pays producteurs, la chenillette Universal Carrier à été exportée en Grèce, en Chine, en Argentine, au Brésil, aux Pays-Bas et en Suisse.

L’Australie va utiliser l’Universal Carrier jusqu’à la fin des années cinquante, le remplaçant par un véhicule chenillé de transport de troupes blindé de conception et de fabrication américaine, le M-113.

Caracteristiques Techniques du Universal Carrier Mk I

Poids : à vide 3.19 tonnes en charge 3.75 tonnes

Dimensions : longueur 3.65m largeur 2.06m hauteur 1.57m

Motorisation : un moteur Ford 8 cylindres essence développant 85ch

Performances : vitesse maximale 48 km/h distance franchissable 250km

Blindage : 7 à 10mm

Armement : un fusil-mitrailleur Bren le plus souvent mais parfois un fusil antichar Boys est embarqué à cela s’ajoute les armes transportées (mitrailleuses, mortiers) ou remorquées (canons antichars).

-L’armée australienne va utiliser différents modèles de camions, essentiellement américains mais aussi avec quelques modèles britanniques. On trouve ainsi le Matador et le Diamond 4 ton britannique et différents modèles américains :

Ford CMP 26.JPG

Camion Ford

-Ford F-8

-Ford F-15

-Ford F-30

-Ford F-60

-Ford F-GT (Field Artillery Tractor)

-Chevrolet C-8 et C-8A

-Chevrolet C-15 et C-15A

-Chevrolet C15TA (camion blindé)

-Chevrolet C-30

-Chevrolet C-60

-Chevrolet F-GT (Field Artillery Tractor)

-On trouve également des camions GMC.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s