Dominions (68) Australie (12)

Navires amphibies

En septembre 1948 la Royal Australian Navy (RAN) ne fait pas exception à la règle : elle ne possède aucun navire amphibie alors qu’elle est pourtant appelée à opérer dans un milieu archipélagique.

En janvier 1951, un accord américano-britannico-français standardise les modèles de navires amphibies appelés à être utilisés par les alliés.

Les navires étaient désignés d’abord par la lettre L (Landing = Débarquement) suivit d’un S quand il s’agissait d’un navire ou d’un C pour une embarcation. La dernière lettre désignait le type de chargement avec I pour Infantry, T pour Tank ou U pour la logistique quand il ne désignait pas la taille (L pour Large M pour Medium).

Au final, les modèles suivants vont être produits :

-Landing Craft Personnal (LCP) et Landing Craft Personnal [Ramp] : petites embarcations pouvant transporter du personnel pour la première, des hommes et des véhicules pour la seconde. Ces modèles sont supplantés par le LCVP.

Les LCP et les LCP(R) sont identiques avec la seule différence naturellement que seuls les seconds possèdent une rampe pour permettre l’embarquement d’un véhicule léger type Jeep.

Pesant 6.5 tonnes à vide et 9 tonnes en charge, ces embarcations mesuraient 11.17m de long sur 3.30m de large avec un tirant d’eau variant entre 0.74m à l’avant et 1.07m à l’arrière.

Armées d’une ou deux mitrailleuses, ils pouvaient emporter 25 hommes ou un véhicule léger et 12 soldats, l’équipage se composant de 3 hommes et sa vitesse limitée à 8 nœuds.

USS Crescent City (AP-40 APA-21) LCVP.jpg

Soldats américains descendants dans un LCVP

-Landing Craft Vehicle and Personnal (LCVP) : Evolution des précédentes, elle à été rapidement privilégiée car plus souple d’utilisation car plus polyvalente. Pesant 8.2 tonnes à vide, elle mesurait 11.05m de long sur 3.30m de large avec un tirant d’eau de 0.91m à l’avant et 0.66m à l’arrière.

Filant (si on peut dire) à 12 nœuds, le LCVP était généralement armée d’une ou deux mitrailleuses avec un équipage de quatre hommes et une capacité de trente-six hommes ou d’un véhicule léger avec dix ou quinze hommes.

-Landing Craft Medium (LCM) : C’est l’embarcation amphibie standard du second conflit mondial avec le LST. Pesant 26 tonnes, elle mesurait 14m de long sur 4.3m de large avec un tirant d’eau de 0.91m.

Filant à 8.5 nœuds et disposant de deux mitrailleuses de 12.7mm, elle était manœuvrée par quatre hommes avec une capacité de 100 soldats ou d’un char de douze tonnes avec trente hommes ou de treize tonnes de fournitures.

-Landing Craft Utility (LCU) : Théoriquement destinée au transport des fournitures logistiques, le LCU était en réalité bien plus polyvalent que ne laisserait supposer sa désignation.

Pesant 183 tonnes, il mesure 35.08m de long sur 10.36m de large avec un tirant d’eau variant de 1.83m à l’avant à 0.84m à l’arrière. Filant à 8 nœuds, il était généralement armé de quatre mitrailleuses mais certaines étaient nettement mieux armées. Ce qui est certain en revanche c’est qu’elles étaient manœuvrées par quatorze hommes et qu’elles pouvaient emporter 300 hommes ou 170 tonnes de charge ou des véhicules.

LCT.jpg

Un LCT

-Landing Craft Tank (LCT) : embarcation pouvant embarquer deux chars Sherman ou un Pershing. Il peut soit être embarqué sur un LST ou effectuer la traversée seul.

Le LCT standard de la seconde guerre mondiale déplaçait 650 tonnes à pleine charge avec une longueur de 59m, une largeur de 9.1m et un tirant d’eau de 1.17m, la vitesse maximale étant de 9 nœuds, l’équipage de 24 hommes, la capacité étant de six à neuf chars.

-Landing Craft Infantry (LCI) : variante de la précédente version et plutôt destinée à l’infanterie.

Le LCI standard de la seconde guerre mondiale déplaçait généralement 238 tonnes à vide (395 à pleine charge), mesurant 48.31m de long sur 7.09m de large avec un tirant d’eau de 1.63m (1.80m à l’arrière), une vitesse maximale de 16 nœuds, un équipage de 24 hommes avec 180 à 210 soldats équipés. L’armement est généralement composé de deux canons de 20mm et de quatre mitrailleuses.

NdA Les textes sont confus entre LCI et LCT en dépit de différences de caractéristiques techniques assez marquées

-Landing Craft Control (LCC) : embarcation de commandement et de contrôle au profit des opérations amphibies. Ces embarcations sont des LCI adaptés aux missions de commandement avec notamment des équipements de transmission en nombre suffisant. Un toit fixe recouvre l’espace de chargement pour permettre à un état-major de travailler dans de relatives bonnes conditions.

LSM

Un LSM

-Landing Ship Medium (LSM) : navire de type caboteur pouvant effectuer de longues traversées en autonome avant de s’échouer sur une plage pour débarquer hommes, véhicules et matériel. Ces navires déplaçaient 528 tonnes (755 à pleine charge), mesuraient 62.03m de long sur 10.52m de large et un tirant d’eau de 1.07m (2.34m à pleine charge).

Filant à 13.2 nœuds, armés généralement d’un canon de 40mm et de quatre canons de 20mm, ces navires armés de 59 hommes embarquaient jusqu’à 48 hommes et cinq chars moyens ou 150 hommes.

-Landing Ship Infantry (LSI) : navire semblable au précédent mais en un peu plus grand et en un peu plus gros. En effet le LSI standard pèse 550 tonnes (790 tonnes pleine charge), 65m de long sur 12m de large avec un tirant d’eau allant de 1.20 à 2.50m. Filant à 12 nœuds, ils sont généralement armés d’un canon de 40mm et de quatre canons de 20mm avec pour équipage 62 officiers et marins, un LSI pouvant transporter 175 hommes ou 50 hommes et des véhicules allant de la jeep au char moyen.

-Landing Ship Large (LSL) : évolution du duo LSM/LSI dans une version élargie. Le LSL pèse généralement 620 tonnes (800 tonnes pleine charge), mesure 70m de long sur 13.50m de large et un tirant d’eau allant de 1.50 à 3m. Filant à 14 nœuds, ils étaient le plus souvent armés de deux affûts doubles de 40mm et de quatre mitrailleuses. L’équipage se composant de 65 officiers et marins avec pour capacité 190 hommes ou 60 hommes et des véhicules allant de la jeep au char moyen.

uss lst-911 3

Un LST

-Landing Ship Tank (LST) : navire amphibie emblématique du second conflit mondial, transportant principalement des chars de combat.

Le LST standard déplaçait 1809 tonnes à vide (3942 à pleine charge), mesurant 99.90m de long sur 15m de large avec un tirant d’eau de 1.02m (2.29m à pleine charge), une vitesse maximale de 12 nœuds.

Armés par 108 à 125 marins, ils pouvaient embarquer 2 à 6 LCVP mais aussi dix chars et quinze véhicules ou 150 hommes ou 150 tonnes de charge logistique. L’armement est généralement composé de deux canons de 76mm, quatre canons de 40mm Bofors et jusqu’à huit canons de 20mm Oerlikon.

L’Australie n’adhère pas directement à ce programme de construction mais adopte plusieurs modèles, produisant six LST, douze LSM, seize LCI, huit LCT et quarante-huit LCM. Ces navires ne portaient pas de noms mais de numéros.

Durant le conflit deux LST, trois LSM, six LCI et douze LCM sont perdus sous les coups de l’ennemi ou par accident.

Après la démobilisation, la marine royale australienne conserve quatre LST qui sont modernisés après guerre (nouvel armement, électronique plus moderne), quatre LCT, quatre LCI et douze LCM.

Si les LST, les LCT et les LCI sont utilisés en soutien des Australian Marines, les LCM sont essentiellement utilisés pour des missions de transport et de soutien, certains ayant d’ailleurs leur porte avant soudée pour les transformer en vrais petits caboteurs.

Cette flotte est renouvelée au cours des années soixante, les quatre LST étant par exemple remplacés par deux LSD en 1967 et 1969, permettant à la marine australienne de participer à la deuxième guerre du Vietnam.

Navires de soutien

Petroliers militaires classe Succes

USS Cimarron (AO-22) 38.jpg

Les pétroliers de classe Succes sont inspirés des Cimarron américains

C’est au printemps 1940 que la marine australienne prend la décision d’acquérir enfin ses propres pétroliers militaires pour ravitailler le pays et surtout ses navires. Jusqu’ici elle pouvait bénéficier de l’aide des navires de la Royal Fleet Auxiliary (RFA) mais elle voulait gagner en autonomie et participer à l’effort de guerre impérial.

Elle passe commande aux chantiers navals NASSCO de San Diego de deux pétroliers inspirés des Cimarron de la marine américaine. La commande est passée à l’automne 1940.

-Le HMAS Succes est mis sur cale le 17 juin 1941 lancé le 4 février 1943 et mis en service le 12 décembre 1943.

-Le HMAS Wrestalia est mis sur cale le 12 mars 1943 lancé le 14 janvier 1945 et mis en service me 21 septembre 1945.

Ces deux navires vont mener des transports de produits pétroliers pour les dépôts de la RAN mais aussi pour ravitailler les navires d’abord au mouillage puis en route, les deux navires étant adaptés à la délicate mission du ravitaillement à la mer.

Les deux navires sont encore en service en septembre 1948 mais à la fin du conflit ce n’est plus le cas. Si le Succes n’est désarmé qu’en septembre 1960 et remplacé par un pétrolier-ravitailleur reprenant son nom, le Westralia est coulé le 12 mars 1954 quand un kamikaze le frappe au large de Kaoshiung (opération BOXER). Coupé en deux le pétrolier sombre rapidement ne laissant que fort peu de survivants.

Caractéristiques Techniques de la classe Succes

Déplacement : standard 7300 tonnes pleine charge 23500 tonnes

Dimensions : longueur 160m largeur 20.50m tirant d’eau : 9.70m

Propulsion : turbines à engrenages, chaudières à vapeur, 13500ch, deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 noeuds distance franchissable 13000 miles nautiques à 10 noeuds

Capacités : 21000 mètres cubes (135000 barils)

Armement : quatre canons de 102mm en affûts simples sous masque, huit canons de 40mm Bofors, six canons de 20mm Oerlikon. Après guerre, l’armement est transformé avec simplement trois affûts doubles de 76mm

Equipage : 304 officiers et marins

Cargos militaires classe Protector

Après avoir commandé deux pétroliers militaires, la marine australienne décida de commander deux cargos militaires pour transporter munitions, pièces détachées, vivres et d’autres charges lourdes pour les navires.

Deux navires baptisés Protector et Prosecutor sont commandés aux chantiers navals NASSCO de San Diego en mars 1942.

-Le HMAS Protector est mis sur cale le 17 septembre 1942 lancé le 30 juin 1943 et mis en service le 17 février 1944.

-Le HMAS Prosecutor est mis sur cale le 10 août 1943 lancé le 12 mai 1944 et mis en service le 20 janvier 1945.

Ces deux navires effectuent de nombreuses missions de transport notamment entre l’Australie et les arrières immédiats du front. Ils sont endommagés à plusieurs reprises mais jamais sérieusement.

Profondément refondus entre 1954 et 1956, les deux navires sont désarmés respectivement entre 1969 et 1972, remplacés par des ravitailleurs rapides, les HMAS Wrestalia et Outback, deux navires de plus de 20000 tonnes, filant à 24 nœuds avec un équipement complet de ravitaillement (portiques, plate-forme hélicoptère…..) et une solide DCA. Ces navires ont connu une longue carrière mais ceci est une autre histoire.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 12000 tonnes pleine charge 17500 tonnes

Dimensions : longueur 125m largeur 14.50m tirant d’eau 7.20m

Motorisation : deux moteurs diesels de 7500ch entraînant une hélice

Performances : vitesse maximale 15 nœuds distance franchissable 5500 miles nautiques à 15 nœuds

Armement : deux canons de 102mm en deux affûts simples sous masque, quatre canons de 40mm Bofors en affûts simples

Capacités : 5000 tonnes

Equipage : 215 hommes

Pétroliers classe Barangaroo

SS Hat Creek (T-2).JPG

Un pétrolier type T-2

Les huit pétroliers de classe Barangaroo sont des pétroliers type T-2 construits pendant le second conflit mondial par l’Australie pour sa marine de guerre pour relayer l’action du Success et du Westralia. Ils sont identiques aux pétroliers américains mais l’armement est naturellement différent.

Deux navires sont mis en service à l’automne 1950 (Barangaroo Woolloomooloo), deux autres au printemps 1951 (Glebe Guildford), deux à l’été 1951 (Waverley Berrimah) et les deux derniers au printemps 1952 (Manly Lanakeyah).

Ces navires vont essentiellement faire la navette entre l’Australie et les dépôts avancés utilisés par la RAN . Deux d’entre-eux (Barangaroo et Lanakeyah) ont cependant reçut un équipement pour ravitailler les navires militaires à la mer.

Quatre d’entre-eux sont coulés dont les deux pétroliers transformés. Le Barangaroo envoyé en Méditerranée au profit de l’AMS saute sur une mine au large de la Crète le 14 mars 1953, mine d’origine inconnue (l’hypothèse d’une mine mouillée par un sous-marin italien ne fait pas l’unanimité).

Son sister-ship Waverley est coulé lors d’un bombardement sur Port Moresby le 4 octobre 1950, deux bombes touchent le pétrolier qui est littéralement pulvérisé.

Le Lanakeyah est torpillé par un sous-marin japonais le 12 mars 1952 en mer de Corail alors qu’il visait un porte-avions américain qui échappe à la destruction par le sacrifice bien involontaire du pétrolier qui coupé en deux coule rapidement.

Le Brinkin lui est victime d’un kamikaze dans le golfe de Lingayen (Philippines) le 4 août 1953. Le navire est incendié mais le feu rapidement maîtrisé semble n’avoir fait trop de dégâts. C’est cependant l’eau qui à raison du navire, les tonnes d’eau envoyées pour noyer l’incendie provoquant le chavirage du pétrolier.

Les quatre navires qui survivent au conflit sont démilitarisés et revendus à des armateurs privés pour renouveler leur flotte alors que la consommation de pétrole est appelée à littéralement exploser. Ils ont quitte lé service dans le courant des années soixante-dix en raison d’une usure prononcée et de l’obligation de nombreux pays de faire naviguer que des pétroliers à double coque.

Caractéristiques Techniques des pétroliers classe Barangaroo

Déplacement : standard 5875 tonnes pleine charge 22231 tonnes

Dimensions : longueur 159.56m largeur 21m tirant d’eau 9.40m

Propulsion : système turbo-electrique dévellopant 8000ch et entrainant une seule hélice

Performances : vitesse maximale 15 noeuds distance franchissable : inconnue

Capacité : 140000 barils

Armement : deux canons de 102mm en affûts simples sous masque et quatre canons de 40mm Bofors en affûts simples

Equipage : 267 officiers et marins

Cargos type C3 et type C1

Quatre cargos type C3 sont construits pour la marine royale australienne durant le conflit, des navires baptisés HMAS Nauru, Cook, Tulagi et Florida. Le premier est mis en service en décembre 1950, le second est mis en service en juin 1951, le troisième est mis en service en mars 1952 et le quatrième en février 1953.

Ces quatre navires sont utilisés pour le ravitaillement des garnisons australiennes notamment en Nouvelle-Guinée et dans les Salomons en attendant bien évidemment les Philippines, Formose et la Chine.

Endommagés à plusieurs reprises, ils survivent au conflit. Désarmés, ils sont remis en état, démilitarisés et revendus à des armateurs.

En septembre 1953, les américains transfèrent à leurs alliés australiens deux cargos type C1 pour les opérations de la deuxième campagne des Philippines. Ces navires baptisés Coral Reef et Timor Sea assurent des missions de transport de troupes et de matériel ainsi que d’évacuation de blessés en direction des navires-hôpitaux. Leur carrière australienne est brève puisqu’ils sont rendus aux américains en juillet 1955.

Les cargos type C1 transférés à la RAN étaient des navires de 5028 tonnes (6440 tonnes à pleine charge), 125.6m de long sur 18.3m de large et un tirant d’eau de 7.2m, une vitesse maximale de 14 nœuds, un équipage de 48 hommes avec la possibilité d’embarquer dix hommes en plus du matériel dans les cales.

Les cargos type C3 déplaçaient 7800 gross tons, mesuraient 149.97m de long sur 21.03m de large et un tirant d’eau de 8.53m, une propulsion par turbines développant 8500ch, une vitesse maximale de 16.5 nœuds, un équipage de cinquante-deux hommes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s