Dominions (41) Afrique du Sud (6)

Organisation

-L’état-major est installé à Simonstown dans les nouvelles installations construites après la création de la RSAN en 1945. Cet état-major à autorité sur deux districts, un Western District et un Eastern District.

-Le Western District couvre l’ouest du pays, l’Eastern District l’est du pays, Simonstown étant la principale base du WD alors que Durban est la principale base de l’ED.

-Ces districts préparent les unités pour le combat, gèrent le personnel, l’approvisionnement et l’entretien des navires en question. Ils ont également autorité sur la défense côtière.

-En juin 1948, un commandement opérationnel baptisé Strike Command est mis sur pied pour gérer les opérations de la Royal South African Navy (RSAN). Installé à Durban, il va gérer en autonomie les opérations menées lors des opérations GIDEON et VAMPYR.

-Un autre état-major est activé en mars 1949 au Cap pour gérer sur la durée les escortes de convois et les patrouilles anti-raiders, état-major qui est absorbé par le Strike Command en mars 1954.

-La RSAN est totalement réorganisée en mars 1955 avec la suppression du Strike Command tandis que les deux districts deviennent des squadrons (Western et Eastern Squadron) mais ceci est une autre histoire.

Artillerie et systèmes d’armes

Artillerie

4.7 Inch QF Mark VIII HMS Rodney.jpg

QF 4.7 Inch Mk VIII sur le Rodney

Je parlerai rapidement des canons de 120mm utilisés par les HMSAS Wakeful et Wryneck, deux destroyers type V &W transférés en septembre 1947 pour entraîner les équipages destinés aux navires modernes à commander (et qui seront au final deux destroyers type S et quatre Hunt IV).

Ces canons de 120mm sont des QF 4.7 Inch Mk VIII montés en affûts simples sous bouclier.

En mer le plus gros calibre utilisé sur la durée est le 114mm utilisé à bord des destroyers d’escadre (les type S et les type W) à raison de quatre pièces par navires. Le modèle utilisé est le QF 4.5 Inch Mk V monté sur un affût simple Mk V dans un bouclier enveloppant, une quasi pseudo-tourelle.

Les quatre destroyers disposaient donc de quatre pièces montés par groupes de deux, deux à l’avant et deux à l’arrière. Ces canons étaient polyvalents pouvant traiter des buts surface et antiaériens.

4 Inch QF Mark XVI 5.jpg

QF 4 Inch Mk XVI

 

Les quatre destroyers légers de type Hunt IV disposaient de six canons de 102mm ou plutôt des QF 4 Inch Mk XVI montés en trois affûts doubles Mk XIX (un à l’avant et deux à l’arrière).

Les chalutiers-dragueurs de mines, le pétrolier Louis Botha et le ravitailleur Drakensberg disposaient de canons de 4 pouces BL Mk IX (canon de 102mm modèle 1916), un seul pour les quatre chalutiers-dragueurs de mines, quatre pour le pétrolier et le ravitailleur.

Les deux vieux destroyers Wakeful et Wryneck disposaient d’un canon de 76.2mm antiaérien.

Les navires sud-africains sont également armés de pièces légères comme des affûts quadruples Pom-Pom de 2 pouces, des canons de 20mm Oerlikon et de 40mm Bofors.

Torpilles,Mines et Grenades ASM

La Royal South African Navy (RSAN) utilise des torpilles, des mines et des grenades ASM britanniques toujours parce que les navires de la marine sud-africains sont des modèles venus de la lointaine métropolitaine.

Les destroyers sud-africains utilisent la torpille de 533mm Mk X à bord des type S, des type W et des Hunt. Cette torpille à été initialement mise au point pour les destroyers exportés au début des années quarante au Brésil et en Turquie.

Outre ces torpilles de 533mm, la marine sud-africaine utilise à bord de ses avions une torpille de 457mm, la Mark XV qui sera également utilisée sur les vedettes lance-torpilles tout comme son évolution, la Mark XVII.

Durant le conflit des torpilles à autoguidage acoustique seront mises au point pour armer les destroyers.

Les mines _l’arme navale au rapport coût/efficacité inégalé et je dirai même mieux inégalable_ ne sont pas oubliées même si la marine sud-africaine ne pratiquera pas cette guerre à très grande échelle faute probablement de cibles suffisantes.

Comme pour les torpilles les mines utilisées par ma RSAN sont des mines britanniques (même si durant le second conflit mondial des mines américaines seront également utilisées).

La majorité est constituée de mines à orin (type HII Mark XIV Mark XV Mark XVI Mark XVII et Mark XIX), les mines à influence quelques soient magnétiques ou acoustiques ou à pression ne seront pas beaucoup utilisés par la RSAN au delà de quelques essais qui n’ont visiblement pas convaincus en haut lieu.

En ce qui concerne les armes anti-sous-marines, la RSAN utilise des grenades ASM ou charges de profondeur notamment la Mark VII (132kg d’explosifs sur 191kg), charges de profondeur lancées soit par gravité à l’arrière ou depuis un mortier comme le Thornycroft Mark II.

L’Afrique du Sud va ensuite utiliser des modèles améliorés baptisés Mark VIII, Mark IX et X, les améliorations concernant moins le poids en explosif que la forme de la charge pour améliorer son hydrodynamisme et augmenter l’impact de l’explosion, ces modèles été ayant mis au point par la marine canadienne.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s