Dominions (27) Canada (27)

Chars de combat

Ram Mk II 7

Char Ram I à canon de 6 livres

Durant le second conflit mondial, le Canada utilisa à la fois des chars britanniques, des chars américains et même un char de conception nationale, le Ram II.

Elle produisit la majeure partie des chars utilisés même si l’industrie canadienne restait partiellement tributaire de l’industrie américaine pour certains équipements dont la fabrication aurait été soit trop coûteuse ou redondante.

Carden Loyd tankette 11

Carden-Lloyd

-Comme de nombreux pays, le Canada à acquis des «tankettes» Carden-Lloyd en l’occurrence le modèle Mk IV. Ces véhicules avaient pour seul avantage un coût réduit et pour les pays novices de les initier à l’utilisation du char.

Ces véhicules dont on peut dire qu’ils étaient dépassés dès leur conception furent donc exclusivement utilisés pour l’entrainement en compagnie de vieux 6-Ton, des chars Renault FT fabriqués par les américains et vendus au Canada au poids de la feraille. Quelques exemplaires du Light Tank Mk VIA furent également utilisés pour l’entrainement.

M-3 Stuart 8

Maquette d’un char Stuart

-En ce qui concerne les chars légers, les canadiens utilisèrent plusieurs modèles. Le premier fût le Stuart, un char américain équipé d’un canon de 37mm et le Tetrach II, un char léger initialement destiné aux troupes aéroportées mais qui fût également comme char léger de reconnaissance au sein des divisions d’infanterie .

Ces deux modèles furent employés au combat en Europe et en Méditerranée avec visiblement plus de succès pour le second que le premier. Si le conflit s’était prolongé le Canada avait prévu d’acquérir le M-24 Chaffee américain mais la fin de la guerre fit capoter le projet.

M-4A3 Sherman 21

M-4 Sherman à canon de 76mm

-En ce qui concerne les chars moyens, le Canada à utilisé principalement des M-4 Sherman et des Ram II. Le premier qui fût le char allié le plus produit fût utilisé pour une partie des divisions blindées, l’industrie canadienne peinant à produire suffisamment de Ram II.

Les Canadian Armoured Division se retrouvèrent donc souvent avec une panachage de Sherman et de Ram II, les deux chars partageant le même calibre (75mm) mais pas le même modèle de canon, le canon canadien disposant d’une vitesse initiale plus élevée et était donc plus apte aux opérations antichars, ses performances se rapprochant du canon de 77mm HV.

valentine-tank-20

Infantry Tank Mk V Valentine II

L’Infantry Tank MkV Valentine II à été un temps préssenti pour être le char canadien standard mais Ottawa à finalement préféré le Ram II. La production de ce char à donc été limitée entre 1946 et 1950, les derniers exemplaires ralliant l’URSS et la Chine dans le cadre du prêt-bail. L’armée canadienne en conserva certains mais pour l’entrainement et non le combat.

crusader-tank-15

Tank Cruiser Mk VI Crusader

 

Même situation pour le Tank Cruiser Mk VI Crusader qui fût un temps pressenti pour être le char canadien standard mais après la livraison de seulement 54 exemplaires, décision fût prise de privilégier le Ram II. Les exemplaires livrés furent donc utilisés uniquement pour l’entrainement, la formation et les films de propagande.

-En ce qui concerne les chars lourds, les canadiens ont longtemps été réticents non pas contre le concept en lui même mais en raison de nombreuses contraintes dont la principale était : comment faire traverser l’Atlantique à des mastodontes de 50 tonnes voir plus.

La solution fût toute trouvée : se servir en Europe. Les canadiens étudièrent l’ARL-44 français puis l’Infantry Tank Mk VI Churchill II, sélectionnant le second. Ce char était une évolution de l’Infantry Tank Mk IV Churchill I.

churchill-47

Infantry Tank Mk VI Churchill II

Par rapport au Churchill I, le Churchill II disposait d’un canon de 17 livres en tourelle, un canon dont les projectiles étaient capables de percer les blindages de tous les chars allemands. Il remplaçait le canon de 6 pouces (57mm) qui était clairement en voie de déclassement (et qui ne pouvait détruire un Tigre ou un Panther que dans des conditions particulières). L’obusier de 3 pouces fût lui remplacé par une mitrailleuse de caisse.

Paradoxalement le Canada fût le premier livré. Le régiment de chars lourds longtemps coquille vide sera équipé dès l’arrivée de la 1ère division blindée en Europe. Les autres divisions seront progressivement équipés sauf la 4ème division qui restée au Canada recevra des M-26 Pershing à canon de 90mm.

A la fin du second conflit mondial l’arme blindée canadienne disposait donc de M-4 Sherman, de Ram II et III (version améliorée du II avec un canon de 77mm en tourelle), de M-26 Pershing et de Churchill II pour ne parler que des chars de combat.

Le Churchill II est rapidement retiré du service car vite déclassé par les progrès techniques. Même chose pour le M-4 Sherman, les divisions blindées canadiennes ayant décidé de conserver des Ram III et des M-26 Pershing en attendant l’arrivée d’un char de combat polyvalent.

-Les chars ont donné naissance à différentes variantes qu’il s’agisse de variantes destinées au dépannage, à la pose de ponts, à l’appui-feu. On trouve aussi des véhicules de défense antiaérienne, des canons automoteurs ainsi que des chasseurs de char comme le Ram-ATD.

Chasseurs de chars

-Pour lutter contre les chars ennemis, y opposer un autre char n’était pas forcément logique du moins dans l’entre-deux-guerre. Pour certains pays le char était avant tout conçu pour appuyer l’infanterie et non combattre ses semblables.

Pour contrer les chars ennemis on préférait utiliser le canon antichar mais son immobilisme ou sa faible mobilité pouvait le condamner à la destruction d’où l’idée de monter un canon antichar sur un châssis automobile pour améliorer ses capacités de déplacement.

C’est l’acte de naissance du chasseur de chars en anglais tank destroyer. Ces véhicules étaient généralement, faiblement protégés mais disposaient d’un puissant canon parfois monté en superstructure ce qui réduisait les coûts de fabrication et qui permettait d’emporter un canon de plus gros calibre.

Les allemands qui avaient également développé des canons d’assaut privilégièrent à la fin du conflit le duo Sturmgeschütz/Panzerjäger de préférence au char de combat plus long et plus coûteux à construire.

StuG III Ausf E

canon d’assaut Stug III Ausf E à canon long de 75mm

Les alliés tout en produisant des chars en très grande quantité produisirent également des chasseurs de chars. Ainsi la doctrine globale de l’armée américaine était de confier aux tank destroyer la destruction des chars ennemis, le Sherman devant assurer l’appui de l’infanterie. Bien entendu au combat ces dotes divisions s’effaçaient très souvent.

L’armée canadienne mis en œuvre plusieurs modèles de chasseurs de chars développés à partir de châssis de chars existants.

M-10 Tank Destroyer

-Le premier modèle utilisé est le M-10 Achilles, un véhicule de 29 tonnes composé d’un chassis de Sherman surmonté d’une nouvelle tourelle abritant un canon de 3 pouces.

Le Canada en à reçu 150 exemplaires mais peu ont été utilisés au combat, les canucks lui préférant le Ram-ATD plus performant et surtout de conception et de fabrication nationale. Sur les 150 exemplaires reçus, seulement 50 ont été engagés au combat dans les Balkans, 32 détruits et les 18 survivants cédés à l’armée grecque reconstituée. Les 100 véhicules restant sont restés au Canada pour entrainement et formation. Ils ont été feraillés à la fin des années cinquante.

Archer 37.jpg

Le Ram-ATD était un quasi-clone de l’Archer

Le principal chasseur de chars canadien fût donc le Ram-ATD, un véhicule qui combinait le châssis du char moyen Ram II avec un canon en superstructure, un canon de 77mm à haute vitesse initiale inspiré du canon de 17 livres.

Ce véhicule était rapide, légèrement protégé mais surtout sa faible hauteur le rendait redoutable pour de meurtrières embuscades. Pur chasseur de chars à l’origine, il est devenu rapidement plus polyvalent, recevant des obus éclairants, incendiaires et explosifs ce qui lui permettait si besoin est d’appuyer l’infanterie.

Au niveau de l’organisation, les chasseurs de chars étaient déployés au sein des divisions d’infanterie (une compagnie de 17 chasseurs de chars au sein des trois brigades de combat) et une troop (section) de chasseurs de chars au sein du squadron d’appui du bataillon de reconnaissance des divisions blindées.

Les chasseurs de chars Ram-ATD sont restés en service au sein de l’armée canadienne jusqu’au milieu des années soixante.

Autos blindées

L’armée canadienne à utilisé plusieurs modèles d’autos blindées au sein de ses régiments puis bataillons de reconnaissance (divisions d’infanterie) ainsi qu’au sein de ses compagnies puis bataillons de reconnaissance (divisions blindées). Trois modèles sont en service en septembre 1948.

morris-light-reconnaissance-car

Morris Light Reconnaissance Car

-Le premier modèle est la Morris Light Reconnaissance Car, une auto blindée d’un peu moins de quatre tonnes. Produite à 350 exemplaires avant guerre (150 au Canada, 100 en Australie et 100 en Afrique du Sud), elle était armée dans sa version Mk I d’un fusil antichar Boys et d’un fusil mitrailleur Bren.

La variante Mk II est produite quand éclate le second conflit mondial. La base mécanique ne change pas mais l’armement lui évolue avec deux mitrailleuses Besa de 7.92mm, un calibre aussi inhabituel pour l’armée canadienne que pour l’armée britannique.

Le Canada va produire 850 exemplaires pour son armée. A la variante de base vont s’ajouter des variantes spécialisées comme le dépannage, l’appui-feu (obusier de 3 pouces prototype seulement) et la défense antiaérienne avec quatre mitrailleuses de 12.7mm dans une nouvelle tourelle.

daimler-dingo

Daimler Dingo

-Le deuxième modèle est le Daimler Scout Car ou Daimler Dingo, une autre automitrailleuse de 3 tonnes armée elle aussi à l’origine d’un fusil antichar Boys et un fusil mitrailleur Bren. Après cette version Mk I, une version Mk II est produite peu différente de la première, la version Mk III dispose d’un moteur plus puissant, d’un blindage renforcé et d’un armement différent à savoir deux Besa de 7.92mm.

daimler-armoured-car

Daimler Armoured Car

-Le troisième modèle est le Daimler Armoured Car, une automitrailleuse lourde de quasiment 8 tonnes avec pour armement un canon de 2 livres et une mitrailleuse Besa de 7.92mm puis sur la variante Mk II un canon de 6 livres et toujours la Besa de 7.92mm.

-Durant le second conflit mondial d’autres véhicules de ce type ont été employés pour la reconnaissance et l’observation comme le M3 Scout Car américain.

Camions et véhicules légers

-Pour accompagner les chars, les canadiens comme les troupes alliées ont utilisé à la fois des semi-chenillés (half-track) et des chenillés, les premiers APC.

M-3 Halftrack 22

Les half-track sont les semi-chenillés américains M-3 auxquels il faut ajouter les variantes M-5 (essentiellement destinées au prêt-bail) et M-9 (évolution du précédent) mais très vite les canadiens vont préférer des transports de troupes entièrement chenillés.

Universal Carrier Mk II

Universal Carrier Mk II

Après avoir utilisé des Universal Carrier britanniques, les canadiens ont produit le Windsor une variante allongée de 76cm pour améliorer le confort des troupes et augmenter la capacité d’embarquement de troupes et de matériel.

De ce châssis, les canadiens ont tiré le Kangaroo, leur premier véritable APC. Sur le châssis du Windsor, les canadiens ont dessiné une vaste caisse avec à l’avant le moteur et le conducteur et à l’arrière le compartiment de troupes qui pouvait embarquer dix à douze hommes. L’armement de base se compose d’une mitrailleuse de 7.7mm Vickers ou d’une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2. Des variantes commandement et contrôle et porte-mortier ont également été mises au point.

-Comme l’armée américaine, l’armée canadienne est une armée entièrement motorisée. Elle dispose de nombreux véhicules et de nombreux camions.

morris-c-8-2

Morris C-8

On trouve des véhicules britanniques, canadiens et américains. Dans le domaine des véhicules légers on trouve l’immortelle Jeep, les véhicules britanniques Morris C-8 et AEC Matador. Les canadiens ont également utilisé différents véhicules français notamment ceux produits par la firme Laffly.

En ce qui concerne les camions, la majorité des véhicules sont produits par la division canadienne du groupe Ford. On trouvait également des camions produits par la firme Chevrolet. Le seul camion britannique utilisé est le Diamond T 4-Ton, les autres sont donc des produits du groupe Ford ou de la firme Chevrolet :

-Ford F-8

-Ford F-15

-Ford F-30

-Ford F-60

-Ford F-GT (Field Artillery Tractor)

-Chevrolet C-8 et C-8A

-Chevrolet C-15 et C-15A

-Chevrolet C15TA (camion blindé)

-Chevrolet C-30

-Chevrolet C-60

-Chevrolet F-GT (Field Artillery Tractor)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s