Dominions (12) Canada (12)

LES NAVIRES DE LA ROYAL CANADIAN NAVY (RCN)

Porte-avions

Porte-avions classe Colossus

HMS Colossus (R-15).jpg

Un porte-avions type Colossus portant le pavillon britannique (White Ensign)

Les porte-avions de classe Colossus sont des porte-avions économiques, des porte-avions conçus pour pouvoir être produits plus rapidement que les porte-avions blindés. C’est un projet Vickers qui l’emporte, commandé initialement par la France à deux exemplaires baptisés Alienor d’Aquitaine et Henriette d’Angleterre.

Deux sont commandés par la Royal Navy et mis en service en 1947, le premier le HMS Colossus mis en service en mars 1947 est déployé à Freetown alors que le second baptisé HMS Glory mis en service en septembre 1947 est lui déployé à Aden pour couvrir l’Océan Indien.

Huit autres (Ocean,Terrific,Pioneer,Theseus,Triumph,Venerable,Vengeance et Warrior) sont commandés quand le conflit éclate, certains pouvant être mis en oeuvre par les dominions même si le Canada et l’Australie ont passé commande de porte-avions de ce type peu après la première commande franco-britannique, deux pour la RCN et un pour la marine australienne.

ARA Independencia 2.jpg

Le porte-avions léger Independencia argentin. Cela poussa le Brésil et le Chili à s’équiper de porte-avions légers américains de classe……Independence

A noter qu’un porte-avions est également construit pour l’Argentine. Baptisé ARA Independencia et qu’un autre est fabriqué sous licence par les Pays-Bas, le Guillaume d’Orange.

Le Canada après avoir envisagé la commande de croiseurs légers choisit si l’on peut dire l’avenir en passant commande de deux porte-avions léger type Colossus, porte-avions baptisés HMCS Bonaventure et Magnificent

Les deux «Canadian Colossus» sont commandés aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast (le chantier du Titanic).

HMCS Bonaventure (CVL-22) 11.jpg

Deux porte-avions légers en construction dont le Bonaventure à gauche et le Glory à droite

-Le HMCS Bonaventure (R-21) est mis sur cale aux chantiers navals Harland & Wolf de Belfast le 9 septembre 1944 lancé le 27 février 1946 et mis en service le 25 septembre 1947.

Stationné à Halifax, il sert d’abord à former les pilotes des deux groupes aériens mis sur place par le RCNAS pour ses deux porte-avions légers.

Jugé pleinement opérationnel à l’été 1948, le Bonaventure ne tarde pas à être engagé dans le second conflit mondial, couvrant les convois à destination de la France et des îles britanniques.

La menace principale est le sous-marin et le croiseur auxiliaire. Plusieurs U-Boot furent coulés par les Fairey Albacore embarqués sur le porte-avions. N’utilisant pas de torpilles, ces biplans dérivés des Swordfish étaient alors armés de grenades ASM.

Si la menace aérienne était nulle, les chasseurs et les bombardiers en piqué embarqués (respectivement Supermarine Seafire et Douglas Dauntless) furent utilisés contre d’éventuels croiseurs auxiliaires engagés par la Kriegsmarine, cette dernière renonçant quasi immédiatement à envoyer ses navires de ligne dans des missions de guerre de course.

Deux forceurs de blocus sont interceptés par le groupe aérien canadien mais se sabordent avant l’arrivée d’équipes d’abordage, les Saarbrucken et Oder und Neisse finissant au fond de l’Atlantique avec leur chargement de métaux spéciaux, de caoutchouc et autres produits introuvables en Europe.

La carrière du premier porte-avions canadien va se révéler brève. Le 19 janvier 1952 alors qu’il couvrait un convoi ralliant Liverpool, il est touché par deux torpilles au large de l’Irlande. Le naufrage est rapide, faisant 250 morts, les survivants rapidement récupérés étant ramenés en Grande-Bretagne où ils ne vont pas tarder à retrouver du boulot.

-Le HMCS Magnificent (R-22) est mis sur cale aux chantiers navals Harland & Wolf de Belfast le 19 mars 1946 lancé le 27 juin 1948 et mis en service le 25 mars 1949.

Le deuxième porte-avions canadien est donc mis en service alors que le second conflit mondial avait déjà commencé. Il semble qu’un temps le Canada à songé à placer ce porte-avions sous commandement britannique mais finalement le porte-avions va rester sous la direction de la RCN.

Stationné à Halifax, le porte-avions relaie l’action du Bonaventure pour la couverture des convois sur le théâtre d’opérations Atlantique.

Comme son sister-ship, le Magnificent à coulé plusieurs sous-marins allemands (quatre à six selon les sources) mais n’à capturé aucun forceur de blocus allemand.

Le 25 février 1952 le porte-avions rentrait à Halifax. D’un seul coup le brouillard tombe, un brouillard à couper au couteau. Par une malchance incroyable le radar de navigation tombe en panne.

En dépit d’une navigation prudente et de multiples précautions, un cargo surgit brusquement à bâbord. Il s’agit du cargo rapide américain Colombian Victory qui conçu pour opérer dans des eaux froides avait une coque renforcée.

La collision ne peut être évitée. Les dégâts sont importants mais semble-t-il pas critiques. La RCN prépare même la mise au bassin de son porte-avions survivant. Alors qu’il rentre à Halifax en remorque, le porte-avions prend brusquement de la bande.

Le remorqueur coupe la remorque et assiste impuissant au naufrage du porte-avions type Colossus, la collision ayant fait 12 morts sur le porte-avions et 5 sur le cargo. L’épave est qui reposait à seulement 25m de profondeur à été relevée en 1958 et démolie, les corps récupérés étant inhumés à terre.

Caractéristiques Techniques des porte-avions de classe Colossus

Déplacement : standard 14000 tonnes pleine charge 17000 tonnes

Dimensions : longueur 211.25m largeur (flottaison) 24.50m tirant d’eau (en charge) 7.15m

Propulsion : turbines à engrenages Parson alimentées par quatre chaudières type Amirauté développant une puissance totale de 40000ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 25 noeuds distance franchissable 12000 miles nautiques à 14 noeuds

Armement : 48 canons de 40mm Bofors en vingt-quatre affûts doubles

Installations aéronautiques et Groupe aérien : Une catapulte à l’avant Deux ascenseurs axiaux Hangar de 135.63×15.84×5.33m Dix brins d’arrêt.

Le groupe aérien se compose de douze Supermarine Seafire Mk V et IX, six Fairey Albacore et quatre Douglas Dauntless.

Equipage : 42 officiers et 777 officiers mariniers et quartiers maîtres et matelots pour la conduite du navire et environ 200 hommes pour le groupe aérien

Porte-avions classe Majestic

Les Majestic sont une version améliorée des Colossus commandés au début du second conflit mondial par la Royal Navy en l’occurence huit exemplaires. Ces huit navires sont plus gros, plus rapides avec une organisation intérieure modifiée en tirant les leçons des expériences britanniques et françaises.

Ces huit navires sont baptisés Majestic Terrible Argus Hercules Leviathan Powerful Perseus et Pluton).

Si ces huit navires sont tous achevés, la Royal Navy commence à manquer d’hommes pour mettre en œuvre tous ces navires. La perte de deux porte-avions par la RCN est une «bénédiction» et cette offre de céder deux porte-avions à la marine canadienne n’était pas aussi désintéressée que cela.

En juillet 1952, les HMS Majestic et Leviathan sont cédés à la marine canadienne devenant respectivement les HMCS Bonaventure et Magnificent reprenant les noms des deux porte-avions perdus dans l’Atlantique quelques mois plus tôt.

-Le HMCS Bonaventure (R-23) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers de Birkenhead le 17 octobre 1948 lancé le 8 août 1949 et mis en service le 17 janvier 1950.

Déployé au sein de la Home Fleet, il opère essentiellement en mer du Nord, assurant la couverture des unités de ligne (cuirassés et croiseurs de bataille) et des croiseurs dans leurs opérations search & destroy notamment au large des côtes norvégiennes. Il est d’ailleurs endommagé à plusieurs reprises (une bombe en mai 1951 et le souffle d’une mine en septembre).

Le futur Bonaventure (II) subit un grand carénage et une remise en état complète entre octobre 1951 et février 1952. Opérationnel à nouveau en mars, son transfert est acté officiel en juillet 1952 mais dès avril les marins canadiens (des novices et des survivants du premier Bonaventure) sont à la manœuvre, prenant progressivement le relais des marins britanniques.

Le transfert est acté le 1er juillet 1952 et le porte-avions assure des couvertures de convois dans l’Atlantique même si à l’époque la menace sous-marine devient de plus en plus réduite.

En mars 1953, le porte-avions retrouve la mer du Nord pour entraver la navigation allemande en mer du Nord et surtout au large des côtes norvégiennes. Cette navigation était soumise à des attaques continuelles de l’aviation, était menacée par les mines, les sous-marins mais aussi les vedettes lance-torpilles.

L’arrivée de ces porte-avions permet la remise à niveau des groupes aériens, les Seafire sont remplacés par des Hawker Sea Fury, les Albacore par des Barracuda, les Dauntless par des LN-425.

Si les deux premiers appareils sont britanniques, le troisième est une évolution du Loire-Nieuport LN-420 c’est à dire un appareil français. Il semble que les canadiens voulaient remplacer leurs Dauntless par des Helldiver mais que les infrastructures des Majestic ne le permettait pas.

Les Sea Fury assuraient principalement la couverture des LN-425 et des Barracuda mais avec le temps et la réduction de la menace aérienne allemande, le Sea Fury fût également utilisé pour des missions de chasse-bombardement avec des bombes de 227 et de 454kg mais aussi des roquettes.

A partir de septembre 1953, le groupe aérien du Bonaventure se concentre sur les batteries côtières, les aérodromes, les postes de commandement. Il s’agit de préparer l’opération BOREALIS, le débarquement allié en Norvège qui voit l’engagement de six divisions américaines (cinq d’Infanterie et une blindée), une division française (27ème DIAlp) et une division britannique (6ème Division Aéroportée) sans compter des brigades norvégiennes.

Ce débarquement à lieu le 11 octobre 1953. Les combats sont violents même si très vite les têtes de pont alliées sont trop solides pour être neutralisées, les alliés bénéficiant d’une supériorité navale et aérienne totale.

Le Bonaventure est légèrement endommagé par une mine qui explose à 300m du porte-avions. Il se replie à distance pour réparer mais les avaries sont limitées. Il peut reprendre ses opérations de couverture, de reconnaissance et d’appui-feu.

Il termine le conflit en mer du Nord, opérant au large des côtes allemandes, neutralisant les dernières défenses allemandes.

Après avoir participé à l’opération ARCHANGE (rapatriement des soldats canadiens démobilisés), le HMCS Bonaventure (R-23) reste en service avec toujours Halifax comme port d’attache. Il était régulièrement déployé en Méditerranée et en Europe pour des exercices avec les marines de la région.

Entre septembre 1962 et mars 1964 le porte-avions subit une modernisation importante avec l’installation d’une piste oblique, de catapultes à vapeur, de nouveaux brins d’arrêt, de nouveaux radars et d’un nouvel armement. Le groupe aérien évolue, des avions à réaction remplaçant les derniers avions à hélice.

Le HMCS Bonaventure (R-23) est désarmé le 4 juin 1982 après une longue carrière de trente ans, l’ancien porte-avions étant vendu à la démolition et démantelé à Halifax.

Il à été remplacé par un porte-avions de 40000 tonnes, le HMCS Canada, identique aux HMAS Australia, Principe de Asturias et Giuseppe Garibaldi, ce porte-avions mis en service en 1983 à été désarmé 2005, remplacé par le HMCS Bonaventure, troisième du nom.

HMCS Magnificent (CVL-21) 3.jpg

-Le HMCS Magnificent (R-24) est mis sur cale aux chantiers navals Vickers de Birkenhead le 17 novembre 1948 lancé le 19 novembre 1949 et mis en service le 30 avril 1950.

Servant d’abord dans la Royal Navy en Méditerranée, il assure des couvertures de convois et des opérations de frappe contre les positions italiennes en Sicile, en Sardaigne et en Italie péninsulaire et ce jusqu’à son immobilisation suite à une avarie de chaudière (17 septembre 1951).

Remorqué à Gibraltar, il subit des réparations et une remise en état complète en vue de son transfert à la marine canadienne. Le porte-avions léger traverse l’Atlantique en escorte d’un convoi, rallie Halifax pour préparer de futures opérations……..en Méditerranée.

Le porte-avions va ainsi participer à l’opération HUSKY (débarquement en Sicile juillet 1952), l’opération DRAGON (débarquement en Sardaigne août 1952) et SKYLOCK (débarquement dans la région de Tarente janvier 1953) avant d’appuyer la longue et lente progression des troupes alliées dans la péninsule.

Endommagé à plusieurs reprises (une mine le 14 octobre 1952, des éclats de bombes le 8 mars 1953), le porte-avions est en assez mauvais état en septembre 1954 quand le conflit se termine, le porte-avions étant à l’époque au Canada, prêts à être remis en état pour être envoyé dans le Pacifique.

Finalement le porte-avions est remis en état entre septembre 1954 et mars 1955 au cours d’un grand carénage à Halifax. Une fois prêt, il sert à formé de nouveaux pilotes au profit du Bonaventure avant d’être mis en réserve en septembre 1956.

Alors qu’on s’acheminait vers une vente à la démolition, le Magnificent est réarmé en juin 1965 comme porte-hélicoptères. Il perd ses catapultes hydrauliques, ses brins d’arrêt, une partie du hangar transformé en logements pour les Royal Canadian Marines.

Ce porte-hélicoptères de la RCN se montre efficace dans différents exercices mais sa carrière est brève puisqu’il est victime d’un incendie en septembre 1972. Les machines sont hors service et décision est prise de le désarmer en mars 1973 puis de l’envoyer à la démolition. Il va être remplacé par un porte-hélicoptères de conception et de fabrication canadien, le HMCS Saskatchewan (mis en service en 1977) et remplacé au début des années 2010 par le HMCS Ontario.

Caractéristiques des porte-avions type Majestic

Déplacement : standard 16700 tonnes pleine charge 19500 tonnes

Dimensions : longueur 211.25m largeur (flottaison) 24.50m tirant d’eau (en charge) 8.20m

Propulsion : turbines à engrenages Parson alimentées par quatre chaudières type Amirauté développant une puissance totale de 47500ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 27.5 noeuds distance franchissable 12000 miles nautiques à 14 noeuds

Armement : 48 canons de 40mm Bofors en vingt-quatre affûts doubles

Installations aéronautiques et Groupe aérien : Une catapulte à l’avant Deux ascenseurs axiaux Hangar de 135.63×15.84×5.33m Dix brins d’arrêt. Le groupe aérien se compose de douze Hawker Sea Fury, six Fairey Barracuda et quatre Loire-Nieuport LN-425.

Equipage : 42 officiers et 777 officiers mariniers et quartiers maitres et matelots pour la conduite du navire et environ 200 hommes pour le groupe aérien

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s