URSS (65) Armée de Terre (13)

Génie

Avant-propos

Avec l’artillerie, le génie est l’autre arme savante, l’arme des techniciens qui savent aussi manier la pelle que l’explosif, qui savent détruire mais aussi aménager.

Le génie est une arme quasiment aussi vieille que la guerre. Dans l’Antiquité, la prise des villes fortifiées (poliorcétique) nécessitait des spécialistes et si il n’y avait pas encore d’explosifs, on trouvait déjà des sapeurs et des ingénieurs capables de construire des machines de guerre mais aussi de franchir des fleuves avec l’ancêtre des ponts mobiles.

A chaque époque il y eu des spécialistes du siège qui constitua longtemps la principale forme de guerre, la bataille rangée était au final assez rare.

Avec l’apparition de l’explosif, le génie devint incontournable, indispensable. Aucune armée ne pouvait se passer de spécialistes du piégeage et du contre-piégeage, de spécialistes de l’aménagement et du franchissement.

La RKKA n’échappait d’autant moins à la règle que son art opératif et ses actions dans la profondeur imposaient un tempo très élevé.

Pour limiter l’impact de ce que Clausewitz appelait la friction il fallait éliminer le plus rapidement possible les obstacles qu’il s’agisse de blockhaus, de champs de mines ou d’obstacles naturels.

Sur le plan de l’organisation on trouvait des unités du génie intégrées aux Grandes Unités mais aussi des brigades spécialisées. Signe de leur importance, ces dernières étaient tenues en réserve générale et n’étaient cédées aux fronts, aux armées et aux corps d’armée qu’au moment de l’offensive.

Sur le plan matériel des véhicules spécialisés vont être développés sans compter les livraisons de matériel par les alliés occidentaux.

Les unités de génie de l’Armée Rouge

Les divisions de fusiliers disposent en juin 1950 d’une unique compagnie de sapeur ce qui semble bien peu alors que d’autres armées alignent deux, trois, quatre compagnies voir un bataillon complet.

Ce n’est qu’au cours du conflit que les divisions d’infanterie de première ligne seront réorganisées pour aligner un bataillon du génie avec un état-major, deux compagnies de sapeur de combat, une compagnie de lance-flammes, une compagnie chimique et une compagnie d’aide au franchissement.

Les divisions de cavalerie elles vont conserver jusqu’au bout un unique escadron de sapeurs dépendant directement de l’état-major de la division.

Les divisions aéroportées disposent elles d’un bataillon du génie, un bataillon essentiellement tourné vers le déminage, la guerre chimique ou l’utilisation du lance-flammes.

OT-26 (T-26 Model 1933) 2.jpg

Le T-26 à connu une variante lance-flammes

Les divisions moto-mécaniques en revanche disposent de moyens conséquents pour les raisons que j’ai avancé dans l’avant-propos. On trouve un bataillon au niveau du corps mécanisé et un bataillon au sein des divisions qu’il s’agisse des divisions de chars (ou blindées) ou de la division motorisée.

Ces bataillons sont tournés vers le piégeage et le contre-piégeage c’est à dire la pose de champs de mines et le déminage, la destruction d’obstacles, la pose de pont, l’aménagement de routes carrossables.

Les brigades du génie créées au cours de la décennie 1940 sont au nombre de seize quand les allemands déclenchent l’opération BARBAROSSA. Elles peuvent être utilisées en bloc ou fournir des groupements occasionnels adaptés à une mission ou à une opération bien précise.

Elles sont organisées en un état-major, une compagnie de reconnaissance motorisée, une compagnie de transmissions, des services mais surtout un régiment de franchissement, un régiment de guerre des mines, un régiment d’aménagement, un régiment de guerre chimique et deux régiments de sapeurs de combat.

Leur organisation va peu évoluer mais le nombre au cours du conflit va passer de seize à soixante-quatre. Elles joueront un rôle capital dans le maintien d’un tempo opérationnel élevé.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s