Italie (67) Regio Esercito (17)

Fusils

Avant-propos

A la différence de la France, des Etats-Unis et de l’Allemagne, l’Italie ne possédait pas en septembre 1948 de fusils semi-automatiques se contentant de fusils à répétition globalement dépassés, des fusils d’un calibre de 6.5 ou de 7.35mm, une cartouche aux performances proches du 7.5mm français mais disponible en quantités insuffisantes pour permettre le remplacement complet du 6.5mm, une cartouche totalement dépassée.

Des prototypes sont mis au point dans les années quarante mais il faudra attendre le conflit pour que des fusils semi-automatiques sortent des usines mais en trop faible quantité pour remplacer les fusils à répétition.

Mannlicher modèle 1888

Mannlicher M1888 14.jpg

Le Mannlicher modèle 1888 est un fusil à répétition développé pour l’armée austro-hongroise. Il à donc été utilisé par l’armée de la Double-monarchie, les pays lui ayant succédé et donc l’Italie qui récupéra une grande quantité d’armes soit au cours du conflit soit au titre des réparations de guerre.

La production à dépassé le million d’exemplaires, les fusils ayant été également utilisé par l’Equateur, la Bulgarie, la Chine, le Chili, l’Ethiopie, la Grèce (fusils bulgares capturés), la Perse, les Philippines, la Roumanie, la Russie, la Thaïlande, l’Espagne et même la Grande-Bretagne.

Côté italien ces fusils ont servit jusqu’au début des années quarante au sein notamment d’unités de seconde ligne, des unités de milice voir dans certaines régions de l’empire colonial italien ce qui explique que des fusils de ce type ont été capturés par les britanniques.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 8mm (cartouche 8x52mmR)

Poids : 4.41kg

Longueur : 1280mm Longueur du canon 765mm Alimentation : cinq cartouches dans un clip placé à l’intérieur du corps du fusil

Mannlicher modèle 1895

Mannlicher M1895 20.jpg

Ce fusil austro-hongrois à été mis en service à la fin du XIXème siècle. Exporté dans les Balkans, il va être également utilisé par l’Italie soit via des armes capturées sur le terrible front de l’Isonzo ou cédées au titre des réparations de guerre.

Après le premier conflit mondial il à été utilisé par les pays ayant succédé à la Double-Monarchie mais également la Bulgarie voir des pays extra-européens. La production totale est estimée à 3.7 millions d’exemplaires, un chiffre plus que respectable.

En ce qui concerne les italiens, l’arme à été utilisée jusqu’au milieu des années trente. Officiellement retiré du service en 1937, il n’est pas impossible que certaines armes ont été remises en service pour des unités de seconde ligne.

Outre la version standard, une version courte à été mise sur pied pour les chasseurs et autres unités d’élite ayant besoin d’une arme moins encombrante. On trouve également un fusil destiné aux tireurs de précision.

Après guerre, certains fusils furent transformés pour tirer une cartouche plus puissante en l’occurrence le 8x56mm. Les armes transformées ont été essentiellement utilisées par l’Autriche et la Bulgarie alors que la Yougoslavie à transformé certains de ces modèles 1895 en fusil tirant la cartouche 7.92x57mm, certains fusils étant vendus à la Grèce et donc capturés par les allemands au cours du second conflit mondial.

Pour résumer ce fusil à été utilisé par l’Autriche-Hongrie, l’Italie, l’Albanie, la Bulgarie, la Tchécoslovaquie, la Finlande, l’Ethiopie (ex-armes italiennes), l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, la Turquie, la Pologne, le Portugal, la Chine, l’Espagne (républicains durant la guerre d’Espagne),la Roumanie, la Russie, la Yougoslavie, la Somalie (ex-fusils italiens),

Caractéristiques Techniques

Calibre : 8mm (8x50mmR Mannlicher)

Poids : 3.78kg

Longueur totale 1272mm Longueur du canon 765mm

Portée maximale : inconnue Cadence de tir 20/25 coups par minute

Alimentation : clip de cinq cartouches interne au corps de l’arme

Mannlicher-Carcano modello 1891

Carcano modèle 1891 2.jpg

Le fusil Mannlicher-Carcano modèle 1891 est encore en septembre 1948 le fusil standard de l’armée italienne. Ce fusil est la création du lieutenant-colonel Carcano de l’Arsenal de Turin qui s’inspira du système Mauser et plus précisément du Mauser modèle 1889 de l’armée belge.

A la différence du Mauser belge, le fusil italien tire une cartouche de 6.5mm. Si cette cartouche est stable et précise, elle manque de puissance d’arrêt.

Ce fusil va participer à toutes les campagnes de l’armée italienne qu’il s’agisse des conquêtes coloniales, de l’expédition des Boxer en Chine (1900), de la guerre italo-turque (1911/12), du premier conflit mondial, de la conquête effective de la future Libye, de la guerre italo-abyssinienne, de la guerre d’Espagne, de l’expédition d’Albanie en attendant le second conflit mondial.

Au modèle standard se sont ajoutés une version carabine (Moschetto Mannlicher-Carcano modèle 1938), version plus courte avec un levier d’armement coudé, une petite hausse et une baïonnette repliable sous le canon.

Comme toutes les carabines, le recul est plus violent car l’arme est plus courte. La deuxième version est une version courte à crosse repliable mise au point pour les parachutistes mais sa production à été très limitée.

Ce fusil était toujours en service en septembre 1948 bien que depuis 1943 la décision avait été prise de remplacer le 6.5 par le 7.35mm plus puissant.

Ce fusil va donc participer à son second conflit mondial, étant toujours en service en avril 1954 moins dans l’armée co-belligérante (ré-équipée par les anglo-saxons) que dans l’armée du régime pro-allemand largement ré-équipée avec des armes saisies lors de l’opération Asche, les armes italiennes les plus modernes étant utilisées par les allemands qui n’avaient qu’une confiance limitée dans les troupes italiennes.

Cette arme à été utilisée également par l’Albanie, la Yougoslavie, la Libye, l’Ethiopie, la Grèce, généralement des armes.

Globalement cette arme était solide et robuste et dans l’ensemble très appréciée de ses utilisateurs.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 6.5mm (cartouche 6.5x52mm)

Poids à vide : 3.9kg

Longueur totale 1290mm Longueur du canon 780mm

Alimentation : magasin de six cartouches

Accessoires : hausse tangentielle + guidon pour la visée, baïonnette de 30cm

Mannlicher-Carcano modello 1944

7.35 carcano rifle 2aa.jpg

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, la cartouche de 6.5mm était une cartouche fiable et précise mais sa puissance d’arrêt était largement perfectible. Il est probable que cette limite à été vite identifiée mais faute de temps et de moyen la munition de 6.5mm est restée en service.

La deuxième guerre italo-abyssinienne (octobre 1935-mai 1936) montre clairement que la cartouche de 6.5mm est totalement dépassée.

Alors que l’armée italienne cherche à se moderniser, décision est prise de développer une cartouche plus puissante et surtout plus moderne, l’Italie suivant le même chemin que le Japon (qui disposait de fusils de 6.5mm) ou de la France qui remplaça la puissante mais obsolète cartouche de 8mm par une cartouche de 7.5mm plus moderne, plus adaptée aux armes automatiques et dont les performances étant proches de la 7.92mm allemande.

Après de nombreuses recherches une inhabituelle cartouche de 7.35mm est officiellement adoptée en septembre 1943, une cartouche de 7.35x51mm.

Qui dit nouvelle cartouche dit nouveau fusil. Enfin nouveau fusil c’est vite dit. Faute de temps et de base industrielle suffisante l’Italie choisit d’adapter son vénérable modèle 1891 à la nouvelle cartouche. C’est l’acte de naissance du Mannlicher-Carcano modello 1944.

Outre le calibre, ce fusil se distingue par une nouvelle baïonnette, un nouveau système de visée, la possibilité d’installer une lunette télescopique et surtout la possibilité de lancer des grenades à fusil de manière plus sure.

Les premiers modèle 1944 sont livrés en juin 1944 pour des tests intensifs qui révèlent un certain nombre de problèmes. Ces problèmes réglés, la production de série est lancée au printemps 1945 mais trois ans et demi plus tard, le modello 1944 n’à pas remplacé tous les modello 1891.

La production s’est poursuivie tant bien que mal durant le second conflit mondial y compris après le basculement de l’Italie dans le camp allié. La production totale n’est pas connue avec certitude mais le chiffre est de 124000 exemplaires est souvent cité.

Cette arme tirant une cartouche sans équivalent dans le monde ne connait pas une brillante carrière une fois le second conflit mondial terminé.

Peu d’armées vont utiliser ce fusil mais des groupes de guerilla et autres mouvements terroristes ont pu profiter de cette arme tant qu’il y avait suffisamment de munitions. Aujourd’hui en 2018 cette arme est parfois utilisée par des tireurs sportifs amateurs d’armes rares.

Outre la version standard, une variante carabine, une variante à crosse repliable et une variante pour tireur de précision ont été mises au point mais la production à été très limitée probablement moins de quelques centaines d’exemplaires.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 7.35mm

Poids à vide : 4.2kg

Longueur totale 1290mm Longueur du canon 780mm

Alimentation : magasin de cinq cartouches

Accessoires : hausse tangentielle + guidon pour la visée, baïonnette de 25cm

Fucile Armaguerra Modello 49

Fucile Armaguerra Modello 49.jpg

Comme nous l’avons vu dans l’introduction, l’armée italienne entre en guerre avec des fusils à répétition à la différence par exemple de la France qui possédait déjà un fusil semi-automatique dont les qualités n’avaient rien à envier au M-1 Garand américain (MAS-40).

Des projets ont bien été lancés mais faute d’une base industrielle suffisante aucun n’avait aboutit avant octobre 1948.

Il faut attendre juin 1949 pour que soit adopté un fusil semi-automatique, le Fucile Armaguerra modello 49. Ce fusil qui tirait la cartouche de 7.35mm n’avait rien à envier aux réalisations étrangères mais hélas pour le fante italien peu de fusils sont sortis des chaines de montage.

Le chiffre exact n’est pas connu mais on estime que 3 à 5000 fusils ont été produits, fusils utilisés par la Regio Esercito Italiano mais surtout par les allemands et leurs alliés qui ont choisit de ne pas suivre le roi dans le changement d’alliance.

Comme pour le modello 1944, le Fucile Armaguerra modello 49 n’à pas connu une carrière très importante après guerre, la faute à une cartouche non conforme.

Aucune version dérivée n’à été produite ce qui n’exclut pas des projets. Aujourd’hui cette arme à rejoint les musées ou est utilisée par les tireurs sportifs et autres reconstitueurs.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 7.35mm (cartouche 7.35x51mm)

Poids : 8.16 livres

Longueur : 46.05 pieds Longueur du tube 23.6 pieds

Portée maximale effective 300 yards

Alimentation : six coups dans un magazine interne

Fusils de prise

Comme dans d’autres domaines, le Regio Esercito Italiano à utilisé des fusils capturés auprès des français et des britanniques en dépit du fait que cela pose des problèmes en matière d’alimentation en munitions.

Grenades

Avant-propos

Tout comme les autres armées, l’armée de terre italienne dispose de plusieurs modèles de grenades destinées à lutter contre les troupes adverses, à incendier des cibles voir à attaquer des chars. Il y eut également des projets de grenades à fusil mais aucun projet n’à pas dépassé le stade des études préliminaires.

Les différents modèles

-La SRCM modello 35 est une grenade offensive à fragmentation mise en service en 1935 au sein des forces armées italiennes. Elle à aussi été utilisée par Malte et par l’Allemagne.

Elle pèse 240grammes pour une hauteur de 8.5cm, un diamètre de 57mm, la charge explosive étant composée de 43 grammes de TNT ou de dinitronaphthalene. Sa portée est de 20 à 25m, le rayon d’efficacité des shrapnels étant de dix à quinze mètres.

A noter que durant le conflit cette grenade fût parfois utilisée comme mine anti-personnelle. Cette grenade à été conservée après guerre par la nouvelle armée italienne, servant jusqu’au début des années quatre-vingt.

-La OTO modello 35 est une grenade offensive contemporaine de la précédente. Pesant 150g (dont 36g d’explosifs), elle mesure 75mm de haut pour un diamètre de 50mm. Elle à été utilisée par l’armée italienne durant la guerre d’Espagne, la deuxième guerre italo-abyssinienne, l’expédition d’Albanie et naturellement le second conflit mondial. A la différence de la précédente, elle n’à pas été utilisé après le second conflit mondial.

-La Breda modello 35 est une autre grenade à main, une grenade offensive. Elle pèse 200g dont 63g d’explosifs, mesure 96mm de haut pour 58mm de diamètre. Outre la version standard il existait également une variante inerte et une variante d’entrainement.

-La OTO modello 42 est une grenade incendiaire. Pesant 1100g, elle contient une charge composée à part égale de liquide pour lance-flammes et d’essence. Son usage principal était la lutte contre les blindés mais d’autres modes d’utilisation étaient possibles.

-La Breda modello 42 est une grenade antichar produite à environ 15000 exemplaires. Pesant 1050g dont 600g de TNT, elle mesurait 290mm de haut pour un diamiètre de 115mm. Cette grenade étant normalement servie par deux hommes spécialement entraînées à la lutte antichar.

-La grenade type L est également une grenade antichar apparue au début des années quarante, une arme pesant 2040g dont 1500 de TNT, mesurant 320mm de haut pour un diamètre de 120mm.

Comme la charge explosive était trop faible pour détruire le char, elle était conçue pour le neutraliser. Généralement sous couvert de bombes fumigènes, les lanceurs de ces grenades visaient le compartiment moteur généralement moins bien protégé que le reste de char, espérant ainsi immobiliser le véhicule en vue de sa neutralisation définitive.

-La grenade Passaglia est une autre grenade antichar mise au point au cours du second conflit mondial en ASI. Il s’agit de grenades de fortunes construites pour compenser l’absence d’armes antichars efficaces sur ce théâtre d’opérations.

Comme l’opération BAYARD n’à duré que deux mois, ce type d’arme n’à pas été produite en très grande quantité mais à constitué une vraie menace pour les chars alliés. Il semble qu’on à étudié la possibilité de produire l’arme en série en Italie mais que ce projet n’à pas aboutit.

La grenade Passaglia comprenait un tube en métal de 7cm environ contenant une grenade OTO modèle 35 qui servait de détonateur aux explosifs glissés dans le tube.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s