Italie (36) Sous-Marins (2)

Sous-marins classe Argonauta

Argonauta 2

L’Argonauta

Carrière opérationnelle

Les sept sous-marins de classe Argonauta sont les premiers sous-marins dit de “600 tonnes”, des sous-marins côtiers mis en service au début des années trente, des sous-marins baptisés Argonauta, Fisalia,Medusa,Serpente,Salpa,Jantina et Jalea.

L’Argonauta est mis en service le 1er janvier 1932, le Fisalia est mis en service le 5 janvier 1932, le Jalea est mis en service en mars 1933, le Jantina est mis en service le 1er mars 1933, le Medusa est mis en service le 5 janvier 1932, le Salpa est mis en service en décembre 1932 alors que le Serpente est mis en service le 12 novembre 1932.

Ces sous-marins sont désarmés entre septembre 1945 et mars 1946. Cinq sont démolis mais deux sont préservés comme sous-marins d’entrainement (Argonauta Jalea).

Quand le second conflit mondial, les deux sous-marins sont engagés au combat et finissent par succomber, le premier victime de charges de profondeur d’un CAO-700M français alors que le second est coulé par un sous-marin britannique alors qu’il tentait de ravitailler la Libye italienne.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : en surface 667 tonnes en plongée 810 tonnes

Dimensions : longueur 61.50m largeur 5.65m tirant d’eau 4.64m

Propulsion : un moteur diesel de 1250ch, un moteur électrique de 800ch une hélice

Performances : vitesse maximale en plongée 14 noeuds distance franchissable 4900 miles nautiques à 9.5 noeuds en surface 110 miles nautiques à 3 noeuds

Armement : six tubes lance-torpilles de 533mm (quatre à la proue, deux à la poupe), six torpilles (de réserve ?) un canon de 102mm, deux mitrailleuses de 13.2mm en affûts simples

Equipage : 44 officiers et marins

 

Sous-marins classe Settembrini

Ruggiero Settimo (1931).JPG

Le Ruggero Settimo

Carrière opérationnelle

La classe Settembrini est composée de deux unités construites à la fin des années vingt par les chantiers navals Franco Tosi implantés à Tarente.

Baptisées Luigi Settembrini et Ruggero Settimo, ces deux sous-marins peuvent se targuer d’avoir des cousins argentins, trois unités de ce type baptisées Salta, Santa Fé et Santiago del Estero ayant été exportés en Argentine, servant .jusqu’au milieu des années soixante.

La carrière des Settembrini de la marine italienne sera en revanche plus courte puisqu’ils sont désarmés respectivement en septembre 1945 et mars 1946. La raison est à la fois une usure importante et la nécessité de dégager des “ressources humaines” pour de nouveaux sous-marins plus modernes.

Le réarmement des Settembrini à été étudié quand l’Italie est entrée en guerre mais n’à pas été menée à bien pour des raisons obscures. Mouillés à La Spezia, ces sous-marins ont été sabordés par les allemands en février 1954 peu avant la prise de la ville par les alliées.

Rapidement dégagées pour libérer le port des épaves, les deux Settembrini on été démolis en 1957/58.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : surface 953 tonnes plongée 1153 tonnes

Dimensions : longueur 76.50m largeur 6.60m tirant d’eau 4m

Propulsion : deux moteurs diesels Tosi de 1500ch, deux moteurs électriques Ansaldo de 700ch

Performances : vitesse maximale 17.5 noeuds en surface 8 noeuds en plongée distance franchissable 5500 miles nautiques à 8 noeuds en surface 100 miles nautiques à 3 noeuds en plongée Immersion opérationnelle 100m

Armement : un canon de 120mm, deux mitrailleuses Breda de 13.2mm en affûts simples, huit tubes lance-torpilles de 533mm (quatre à la proue et quatre à la poupe) avec douze torpilles

Equipage : 56 officiers et marins

 

Sous-marins classe Sirena

Naiade.jpg

Le Naiade

Carrière opérationnelle

Les douze unités de classe Sirena forment la deuxième série d’une nombreuse classe de sous-marins, une série dite des “600 tonnes” en référence naturellement à leur tonnage. Ils sont dérivés de la classe Argonauta.

La construction des douze unités de classe Sirena est décidée alors que les Argonauta sont encore en construction. Initialement les modifications étaient assez limitées mais au final les modifications allaient se révéler plus importantes.

Ces sous-marins sont baptisés Sirena, Naiade, Nereide,Anfitrite,Galatea,Ondina (construction attribuée aux chantiers navals de Monfalcone), Diamante, Smerlado (chantiers Tosi de Tarente), Ametista Zaffiro (chantiers navals OTO de Muggiano), Rubino, Topazio (chantiers navals Quarnaro de Fiume).

Ces sous-marins sont mis en service en 1933 (Diamante,Naiade,Sirena,Smeraldo) 1934 (Ametista Anfitrite Galatea Nereide Ondina Rubino Topazio Zaffiro)

Quatre seulement sont encore en service en septembre 1948 (Ametista, Galatea,Ondina Topazio), les autres ayant été désarmés en 1947/48. Deux d’entre-eux sont réarmés comme sous-marins d’entrainement (Diamante, Naiade).

Les quatre sous-marins encore en service en septembre 1948 sont coulés durant le conflit, l’Ametista étant coulé en septembre 1950 par un hydravion britannique, le Galatea est victime de navires français au large de la Corse, l’Ondina est torpillé par un sous-marin français alors que le Topazio saute sur une mine britannique au large des côtes albanaises.

Les deux sous-marins d’entrainement échappent à la destruction jusqu’en avril 1953 mais c’est pour finir à La Spezia sabordés par les allemands pour embouteiller le port et ralentir les alliés.

Les épaves sont relevées au printemps 1954. Les deux sous-marins perdent leurs kiosques, sont neutralisés et servent de support pour un ponton-grue flottant, ponton-grue non motorisé qui va servir à relever les épaves embouteillant les ports italiens. Il à été démoli en 1970.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : en surface 678.15 tonnes en plongée 842.20 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 60.18m largeur 6.45m tirant d’eau 4.64m

Propulsion : deux moteurs diesels FIAT de 650ch, deux moteurs électriques CRDA de 400ch, une batterie de 104 éléments

Performances : vitesse maximale en surface 7.7 noeuds vitesse maximale en plongée 14 noeuds distance franchissable 5000 miles nautiques à 8 noeuds en surface 72 miles nautiques à 4 noeuds Immersion opérationnelle 80m

Armement : un canon de 100mm avec 152 obus, deux mitrailleuses de 13.2mm avec 3000 cartouches, quatre tubes lance-torpilles à l’avant, deux à l’arrière avec six torpilles

Equipage : 44 officiers et marins

Sous-marins classe Archimede

Archimede.jpg

L’Archimede

Carrière opérationnelle

Ces quatre sous-marins océaniques ont été mis en service en 1934 dans la Regia Marina après avoir été construits aux chantiers navals Franco Tosi de Tarente. Ces navires baptisés Archimede Evangelista Torricelli, Galilleo Ferraris et Galileo Galillei n’ont pas connu une carrière très longue dans la marine italienne.

Non seulement les deux premiers ont été cédés à l’Espagne nationaliste devenant respectivement les General Moja et General Sanjurjo mais les deux autres vont être désarmés en septembre 1947.

Leur réarmement à été envisagé à l’automne 1948 mais le projet n’est pas allé plus loin que la simple intention théorique.

Les deux submersibles stockés à Tarente bien que camouflés ont été coulés par des chasseurs-bombardiers français attaquant la grande base calabraise en préparation de l’opération SKYLOCK. Les épaves ont été relevées après guerre et démolies. Quand aux sous-marins espagnols, ils ont servit jusqu’en 1959 avant d’être eux aussi démolis.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : surface 985 tonnes plongée 1295 tonnes

Dimensions : longueur 70.5m largeur : nc tirant d’eau : nc

Propulsion : propulsion diesel-électrique, deux moteurs diesels de 1500ch, deux moteurs électriques de 550ch, deux hélices

Performances : vitesse maximale 17 noeuds en surface 7.7 noeuds en plongée, distance franchissable 10300 miles nautiques à 8 noeuds en surface

Armement : deux canons de 100mm modèle 1927, deux mitrailleuses de 13.2mm Breda en affûts simples, huit tubes lance-torpilles de 533mm avec seize torpilles

Equipage : 55 officiers et marins

Sous-marins classe Glauco

Glauco 2.jpg

Le Glauco

Carrière opérationnelle

Ces deux sous-marins ont été initialement commandés par le Portugal. Lisbonne s’étant trouvée dans l’incapacité de payer la construction, les deux submersibles mis en chantier aux Cantieri Reuniti dell’ Adriatico (CRDA) de Monfalcone ont été repris par la Regia Marina, achevés et mis en service en 1935 sous les noms de Glauco et de Otaria.

Techniquement ce sont de bons sous-marins rapides et manoeuvrant dont les caractéristiques n’avaient rien à envier à leurs homologues étrangers.

Toujours en service en septembre 1948 ils ne survivent pas au second conflit mondial, le Glauco étant coulé par un Short Sunderland du Coastal Command au large d’Alexandrie en mars 1949 alors que l’Otaria à été victime d’une mine posée à l’entrée de la base navale de Tarente en septembre 1950.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : surface 1059 tonnes plongée 1312 tonnes

Dimensions : longueur 73m largeur 7.2m tirant d’eau 5.09m

Propulsion : deux moteurs diesels Fiat de 1500ch deux moteurs électriques CRDA de 560ch chacun

Performances : vitesse maximale 17 noeuds en surface 8 noeuds en plongée distance franchissable 2815 miles nautiques à 17 noeuds 9860 miles nautiques à 8 noeuds en surface, 8 miles nautiques à 8 noeuds, 110 miles nautiques à 3 noeuds en plongée Immersion opérationnelle 100m

Armement : deux canons de 100mm modèle 1931, deux mitrailleuses Breda de 13.2mm, huit tubes lance-torpilles de 533mm (quatre à la proue, quatre à la poupe)

Equipage : 57 officiers et marins

Sous-marin mouilleur de mines Pietro Micca

Micca 2.jpg

31 mars 1935 : lancement du Pietro Micca

Carrière opérationnelle

Le Pietro Micca est un sous-marin mouilleur de mines construit par les chantiers Franco Tosi installés à Tarente. Mis sur cale le 15 octobre 1931, il est lancé le 31 mars 1935 et mis en service le 1er octobre 1935.

Sous-marin rapide et puissant, il doit également pouvoir servir de sous-marin de transport pour permettre à l’Italie de ravitailler des territoires où l’accès de navires de surface serait impossible ou du moins difficile.

A l’origine, il était prévu plusieurs navires identiques mais en raison de son coût trop élévé, l’Italie a été incapable de le reproduire.

Il participe à la guerre d’Espagne en soutien des nationalistes espagnols et le 5 mai 1938 mène la parade sous-marine menée à Naples en l’honneur de la visite d’Adolf Hitler.

Toujours en service en septembre 1948, le sous-marin à la mer quand l’Italie entre en guerre mène des missions de mouillage de mines au large d’Alexandrie, de Bizerte, de Tunis et d’Alger, étant endommagé à plusieurs reprises.

Il effectue également des missions de transport en direction de l’Africa Septentrionale Italiana (ASI) mais également en direction du Dodécannèse.

Le 12 septembre 1951 alors qu’il menait une mission de mouillage de mines au large de la Tunisie, le sous-marin est surpris par un hydravion Consolidated Catalina de l’Aviation Navale qui place quatre grenades anti-sous-marines qui sont fatales au sous-marin qui coule en ne laissant aucun survivant.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : surface 1371 tonnes plongée 1883 tonnes

Dimensions : longueur 90m largeur 7.6m tirant d’eau 5.3m

Propulsion : deux moteurs diesels Tosi de 1500ch chacun deux moteurs électriques Marelli de 800ch chacun le tout entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 15.5 noeuds en surface 8.5 noeuds en plongée distance franchissable : 12000 miles nautiques à 8 noeuds en surface 70 miles nautiques à 4 noeuds en plongée Immersion opérationnelle 100m

Armement : deux canons de 120mm, quatre mitrailleuses Breda de 13.2mm en deux affûts doubles, six tubes lance-torpilles de 533mm (quatre à la proue, deux à la poupe), 40 mines

Equipage : 72 officiers et marins

Sous-marins classe Calvi

Calvi.jpg

Le Pietro Calvi

Carrière opérationnelle

Ces trois sous-marins sont dérivés de la classe Balilla. Mis en service en 1936, ces submersibles ont été construits par les chantiers navals Odero-Terni-Orlando installés à La Spezia.

Par rapport aux classes précédentes, les Calvi disposent d’une double coque complète, une autonomie plus importante tout comme une manœuvrabilité améliorée.

Ces trois sous-marins sont encore en service en septembre 1948, combattant d’abord en mer Rouge où ils tentent de s’opposer au passage en Méditerranée de renforts venus d’Extrême Orient et d’Océanie.

Cette mission est fatale au Pietro Calvi. Violement grenadé à l’automne 1948 par des sloops britanniques assistés d’hydravions français, il doit faire surface. En dépit de ses avaries, le sous-marin engage le duel au canon, duel qui lui sera fatal, le sous-marin sombrant avec une partie de son équipage.

Le Giuseppe Finzi entame lui une extraordinaire épopée par le cap de Bonne Espérance, se ravitaillant auprès de forceurs de blocus allemands mais également au Brésil.

Il parvient à revenir en Méditerranée mais succombera sous les coups d’un hydravion français au large de Bizerte alors qu’il venait de torpiller un pétrolier (mars 1950).

L’Enrico Tazzoli sérieusement endommagé se réfugie à Mogadiscio en Somalie italienne. La remise en état se révélant impossible, le sous-marin est sabordé pour tenter d’embouteiller le port et gêner la progression des alliés qui s’emparent de la ville au printemps 1950. l’épave sera relevée quelques semaines plus tard pour dégager le port et permettre la reprise du trafic.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : surface 1550 tonnes plongée 2060 tonnes

Dimensions : longueur 84.3m largeur 7.71m tirant d’eau 5.14m

Propulsion : deux moteurs diesels FIAT de 2200ch chacun deux moteurs électriques San Giorgio de 900ch, deux batteries à 120 éléments

Performances : vitesse maximale 17 noeuds en surface 8 noeuds en plongée distance franchissable 11400 miles nautiques à 8 noeuds 120 miles nautiques en plongée Immersion opérationnelle 100m

Armement : deux canons de 120mm modèle 1931, quatre mitrailleuses de 13.2mm Breda en affûts doubles, huit tubes lance-torpilles de 533mm avec seize projectiles

Equipage : 72 officiers et marins

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s