Italie (25) Croiseurs lourds (2)

Croiseurs lourds classe Zara

CA Zara 10

Le Zara

Avant-propos

Comme nous l’avons vu plus haut les premiers Incrociatori Pesanti étaient des navires bien armés, rapides mais à la protection plus symbolique qu’efficace. La seconde génération de croiseurs lourds est marquée par une diminution de la vitesse et un renforcement de la protection.

Les études concernant les Zara commencèrent d’ailleurs alors que les Trento étaient encore en construction. Des doutes sur l’efficacité de leur protection étant apparus on décida de la renforcer sur les unités suivantes.

En renforçant la protection et en maintenant la même puissance propulsive le tonnage dépassait de 2000 tonnes celui autorisé. Le poids est donc économisé sur l’appareil propulsif qui ne développe plus que 95000ch au lieu des 150000ch. En dépit de cette perte de puissance, les Zara sont capables de filer à 30 voir 31 nœuds.

Les quatre navires sont baptisés du nom de villes récupérées après 1918 à savoir Zara, Fiume, Gorizia et Pola, financés respectivement aux budgets 1929 (Zara Fiume), 1930 (Gorizia) et 1931 (Pola).

Carrière opérationnelle

Le Zara

CA Zara 8.jpg

-Le Zara (aujourd’hui Zadar en Croatie) est mis sur cale aux chantiers Odero-Terni-Orlandi (O.T.O) de La Spezia (Ligurie) le 4 juillet 1929 lancé le 27 avril 1930 et admis au service actif le 20 octobre 1931.

A sa mise en service il forme la Primera Divisione Incrociatori Pesanti (1ère division de croiseurs lourds) avec ses sister-ship Gorizia et Fiume. Il est stationné à La Spezia en Ligurie.

Avec quasiment dix-sept années de service actif quand éclate le second conflit mondial, le Zara à subit plusieurs modernisations, modernisations qui concernaient essentiellement l’installation de radars, la modernisation de la conduite de tir et le renforcement de la DCA légère.

Suite au retrait du service actif des Trento, les Divisione de Incrociatori Pesanti sont réorganisés et les neuf navires en service sont répartis suivant le schéma suivant :

-Primera Divisione Incrociatori Pesanti : Zara Gorizia Pola

-Seconda Divisione Incrociatori Pesanti : Bolzano, Nissa, Ragusa

-Terza Divisione Incrociatori Pesanti : Fiume, Ravenna, Napoli

Si la première reste stationnée à La Spezia, les deux autres sont déployées à Tarente en Calabre.

La guerre menée par le Zara va être extrêmement courte. Le 15 octobre 1948 il est surpris alors qu’il bombardait des positions françaises au nord de Cagliari par la 4ème DCT (Magon Dunois La Hire) accompagné par le croiseur léger Condé.

Plus puissant sur le papier que ses adversaires, le croiseur lourd est pourtant sévèrement endommagé par une torpille qui le touché à tribord arrière ainsi que de nombreux obus de 152 et de 130mm dont certains explosent à l’intérieur du bloc-passerelle provoquant de terribles dégâts.

Alors que les navires français allaient porter le coup de grâce, l’estocade finale, un grain providentiel protège le croiseur qui tente de se traîner vers Naples mais le lendemain le sous-marin britannique HMS Upholder se place en bonne position et exécute le croiseur lourd de trois torpilles ne lui laissant aucune chance. Peu de survivants sont récupérés et sauvés du naufrage.

Le Fiume

CA Fiume 5.JPG

Le Fiume à Tarente en 1933

-Le Fiume (aujourd’hui Rijeka en Croatie) à été mis sur cale aux Stabilimento Tecnico Triesto de Trieste le 29 avril 1929 lancé le 27 avril 1930 et admis au service actif le 23 novembre 1931.

Avec le Gorizia et le Pola, le Fiume participa à la guerre d’Espagne en assurant l’escorte des navires transports le corps expéditionnaire italien dans la péninsule ibérique et des missions de transport en 1936/37. En avril 1939, il participa aux opérations contre l’Albanie avec le Zara.

Initialement il est affecté à la Primera Division Incrociatori Pesanti en compagnie des sister-ship Zara et Gorizia mais ultérieurement il est réaffecté à la Terza Divisione Incrociatori Pesanti, division également formée des croiseurs lourds Ravenna et Napoli.

Depuis sa base de Tarente, le Fiume couvre plusieurs convois de renforts en direction de l’Africa Septentrionale Italiana ce qui lui vaut les hommages de l’Aviation Navale, un Bloch MB-175T plaçant deux bombes de 250kg ce qui provoque quelques dégâts vite réparés.

Il participe ensuite à la défense de la Sardaigne attaquée par la France (opération SCIPION), étant légèrement endommagé par une bombe. A nouveau réparé, il participe à la défense de l’ASI attaquée par les français et les anglais c’est l’opération BAYARD.

Déclenchée le 7 juillet 1949, l’offensive terrestre se double d’une offensive aérienne et d’une offensive navale menée essentiellement par la 4ème Escadre et la 6ème Escadre Légère de la Flotte de la Méditerranée.

Une partie de la flotte italienne tente de s’y opposer notamment le croiseur lourd Fiume. A l’aube du 17 août 1949, une escadre française venait de bombarder Benghazi.

Composée du cuirassé Jean Bart, du croiseur lourd Charles Martel, du croiseur léger Jean de Vienne et de la 11ème DCT (Mogador Volta Hoche) elle surprend le croiseur Fiume, le croiseur léger Mediterraneo et quatre contre-torpilleurs qui venaient de bombarder des positions britanniques à l’est de Benghazi.

Un affrontement confus oppose les deux groupes d’inégale valeur, affrontement fatal au Fiume qui sombre après avoir encaissé un obus de 380mm, trois de 203mm, quatre de 152mm, douze de 130mm ainsi que deux torpilles. Il coule rapidement ne laissant que fort peu de survivants.

Le Mediterraneo est lui plus légèrement endommagé et parvient à se replier en compagnie de trois contre-torpilleurs, le quatrième ayant été coulé. Ce ne sera qu’un bref sursis car il sera coulé deux jours plus tard par les aviations françaises et britanniques.

Le Gorizia

CA Gorizia essais à la mer.jpg

-Le Gorizia est mis sur cale aux chantiers Odero-Terni-Orlandi de Livourne le 17 mars 1930 lancé le 28 décembre 1930 et admis au service actif le 23 décembre 1931. Il porte le nom de la ville de Gorizia, une ville du nord de l’Italie à la frontière slovène.

Avec le Fiume et le Pola, le Gorizia participa à la guerre d’Espagne en assurant l’escorte des navires transports le corps expéditionnaire italien dans la péninsule ibérique et des missions de transport en 1936/37.

Intégré à la Primeria Divisione Incrociatori Pesanti en compagnie de ses sister-ships Zara et Fiume, il est toujours en septembre 1948 avec pour compères ses sister-ship Zara et Pola. Son port d’attache ne change pas, toujours la base ligurienne de La Spezia.

Après avoir participé à la défense de la Sardaigne, la troisième unité de classe Zara est redéployé à Brindisi pour participer à l’appui des troupes italiennes combattant en Grèce. Les combats terrestres, aériens et navals sont particulièrement âpres et violents.

Le 17 mars 1950 la Regia Marina joue son va-tout dans le Golfe de Zanthe engageant notamment deux cuirassés (Impero Francesco Caracciolo) et deux porte-avions (Italia Don Juan de Austria) dans une tentative pour couper le Péloponnèse du reste de la Méditerranée et ainsi en faciliter la conquête.

Dans cette bataille tellement confuse que les récits se contredisent parfois la Regia Marina subit de lourdes pertes perdant un cuirassé plus un lourdement endommagé, un porte-avions et trois croiseurs dont le Gorizia.

Ce dernier est victime de l’aviation embarquée britannique ainsi que des croiseurs français, finissant par sombrer après avoir encaissé une torpille, trois bombes, huit obus de 152mm et deux de 203mm. Foudroyé par une explosion alors qu’il s’inclinait lentement sur babord, le Gorizia ne laisse qu’une poignée de survivants.

Le Pola

CA Pola.jpg

-Le Pola (aujourd’hui Pula en Croatie) est mis sur cale aux chantiers Odero-Terni-Orlandi de Livourne le 17 mars 1931 lancé le 5 décembre 1931 et admis au service actif le 21 décembre 1932.

Avec ses sister-ship, Fiume et Gorizia, le Pola participa à la guerre d’Espagne en 1936/37 notament pour protéger l’envoi en Espagne d’un corps expéditionnaire de 70000 hommes chargé d’appuyer les nationalistes.

Initialement le Pola était le navire-amiral de la Seconda Squadra Navale, la 2ème escadre stationnée à Tarente. Suite à la réorganisation des divisions de croiseurs lourds, le Pola intégre la Primera Divisione Incrociatori Pesanti, division qu’il forme avec ses sister-ship Zara et Gorizia.

Stationnée à La Spezia, ce croiseur couvre un convoi en direction de la Sardaigne, tentant de défendre la grande île attaquée par les français (opération SCIPION) qui s’achève à la fin de 1948 par la conquête française.

L’année suivante, en février 1949, les germano-italiens déclenchent l’ambitieuse opération MERKUR, une opération combinant opérations aéroportées et amphibies en direction de la Corse, de la Sardaigne et de Malte.

Le 12 février 1949 un convoi italien quitte La Spezia en direction de la Corse. Ce convoi solidement escorté est couvert par des cuirassés et des croiseurs de la 1ère escadre.

Le groupe de couverture est accroché par la 2ème escadre qui à mobilisé de puissantes forces notamment les cuirassés Richelieu et Clemenceau ainsi que le croiseur lourd Algérie sans compter les torpilleurs et les contre-torpilleurs.

Le lendemain les deux escadres se rencontrent. L’objectif étant de faire passer à tout prix le convoi de renforts, le groupe de couverture se sacrifie subissant de lourdes pertes dont le cuirassé Vittorio Veneto qui encaisse huit obus de 380mm et six obus de 203mm qui transforme l’orgueil de la marine italienne en un amas d’acier fumant, de flammes gigantesques.

Alors que le cuirassé est sur le point de couler, les torpilleurs d’escadre Corsaire et Hallebarde ainsi que les contre-torpilleurs Desaix Kléber et Marceau lancent une attaque à la torpille, une véritable exécution avec le lancement de quinze torpilles.

Six font mouche contre le cuirassé, deux touchent le Pola sévèrement matraqué par l’Algérie (l’incrociatori pesanti avait encaissé huit obus de 203mm), une autre coule un torpilleur, les autres se perdent. Le croiseur lourd s’incline sur tribord, chavire et coule emportant une bonne partie de son équipage.

Caractéristiques Techniques

CA Pola 4.jpg

Déplacement : Zara : 11870 tonnes standard 14530 tonnes à pleine charge Fiume : 11508 tonnes standard 14168 tonnes pleine charge Gorizia : 11900 tonnes standard 14560 tonnes pleine charge 11730 tonnes standard 14360 tonnes pleine charge

Dimensions : longueur 182.8m largeur 20.6m tirant d’eau à pleine charge 7.2m

CA Fiume lancement.jpg

27 avril 1930 : lancement du croiseur lourd Fiume

Propulsion : deux groupes de turbines Parson fabriqués sous licence alimentées par 8 chaudières à trois tubes Thornycroft dévellopant 95000ch (71 MW) et actionnant deux hélices

Performances : vitesse : 31 noeuds distance franchissable : 4500 miles nautiques à 16 noeuds 2950 miles nautiques à 25 noeuds 1700 miles nautiques à 31 noeuds

Blindage : ceinture de 100 à 150mm pont blindé 70mm tourelles 120 à 140mm barbettes 140 à 150mm

Armement : 8 canons de 203mm Ansaldo modèle 1927 en quatre tourelles doubles modèle 1927 (deux avant deux arrières), 12 canons de 100mm Oto Melara modèle 1927 en 6 affûts doubles installés latéralement, douze canons de 37mm en six affûts doubles, huit mitrailleuses de 13.2mm en quatre affûts doubles remplacés ultérieurement par des canons de 20mm

Aviation : une catapulte encastrée dans la plage avant et deux hydravions. Parmi les modèles embarqués, on trouve le Piaggio P6bis, le Macchi M.41, le CANT 25ARS, le CMASA MF6 et enfin le IMAN Ro43 à partir de 1938.

Equipage : 830 officiers et marins

Croiseur lourd Bolzano

CA Bolzano.jpg

Avis personnel le croiseur lourd Bolzano est le plus élégant des incrociatori pesanti

Avant-Propos

Initialement la marine italienne prévoyait la construction de seulement six croiseurs lourds, les deux Trento et les quatre Zara. La construction du Bolzano financé au budget 1931 répond au besoin de disposer d’un navire-amiral alors que les cuirassés Conte di Cavour et Giulio Cesare allaient entrer en refonte.

Comme les italiens opéraient avec des divisions à trois unités, il fallait un septième croiseur lourd d’où la construction du Bolzano pour compenser le choix du Pola comme navire-amiral de la 2ème escadre.

Paradoxalement le nouveau croiseur est une version améliorée des Trento et non un Zara n°5 comme on pourrait s’y attendre. Il semble que la marine italienne à voulu posséder deux divisions homogènes, une division avec trois Zara et une autre avec trois Trento.

Par rapport au Trento et Trieste, le Bolzano dispose d’un certain nombre de modifications qu’il s’agisse d’un bloc-passerelle inspiré des Zara, l’embarquement de canons de 203mm modèle 1927 (au lieu du modèle 1924), une catapulte installée non pas à l’avant mais entre les deux cheminées.

Disposant de la même puissance propulsive que les Trento (150000ch) et de la même protection, ils sont plus rapides que les Zara mais les deux nœuds supplémentaires (33 au lieu de 31 nœuds) ne compensaient pas la faible protection ce qui fait dire à certains officiers de marine italien que le Bolzano était une erreur tout simplement, une erreur qui allait pourtant survivre au second conflit mondial.

Carrière opérationnelle

-Le Bolzano est mis sur cale aux chantiers navals Ansaldo de Gênes le 11 juin 1930 lancé le 31 août 1932 et admis au service actif le 19 août 1933.

Affecté à la Seconda Divisione Incrociatori Pesanti stationnée à Tarente, le Bolzano opère en compagnie du Trieste et du Trento.

Après la réorganisation des divisions de croiseurs lourds, le Bolzano reste intégré à cette division composée cette fois des Nissa et Ragussa.

Toujours en service en septembre 1948, le croiseur lourd opère lors des opérations alliées contre la Sardaigne et la Libye, couvrant la tentative amphibie en direction de Malte (opération MERKUR-III). A chaque fois le croiseur lourd est endommagé plus ou moins sérieusement.

Il participe ensuite à la campagne de Grèce jusqu’au mois de mars 1950 quand il est lourdement endommagé par des bombardiers britanniques. C’est un miracle que le croiseur parvienne jusqu’à Brindisi où il est immobilisé pour réparations jusqu’en juin 1951.

A plusieurs reprises le croiseur sort pour des missions de recherche et de destruction, étant endommagé à plusieurs reprises. Le manque de carburant va peu à peu l’immobiliser à Tarente où il sert de batterie flottante.

En décembre 1952 des bombardiers français et britanniques attaquent Tarente en préparation de l’opération SKYLOCK. Bien que camouflé le croiseur lourd est lourdement endommagé, échoué par petits fonds.

Les italiens renoncent très vite à le réparer et les alliés peuvent capturer le croiseur lourd échoué qui est relevé en mars 1954. Hâtivement rafistolée, la coque est mouillée à l’extérieur de port jusqu’en 1957 ou après une étude pour sa transformation en porte-avions, la décision est prise de l’envoyer à la casse. Le démantèlement à lieu sur place entre l’automne 1955 et le printemps 1956.

Caractéristiques Techniques

CA Bolzano 1933.jpg

Déplacement : standard 11064 tonnes pleine charge 13883 tonnes

Dimensions : longueur : (hors tout) 196.6m (entre perpendiculaires) 187.6m largeur : 20.6m tirant d’eau : 6.6m pour le Bolzano

Propulsion : 4 groupes de turbines à engrenages Parson alimentées par 10 chaudières Yarrow développant une puissance totale de 150000ch et entraînant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 35 noeuds distance franchissable 4432 miles nautiques à 16 noeuds pour le Bolzano

Protection : ceinture blindée 70mm pont blindé principal 50mm tourelles de 203mm 100mm bloc passerelle 100mm

Armement : 8 canons de 203mm Ansaldo modèle 1929 en quatre tourelles doubles modèle 1929 (deux avant et deux arrières) 16 canons de 100mm Oto Melara modèle 1927 en 8 affûts doubles, Quatre canons de 40mm quatre affûts simples et huit mitrailleuses de 13.2mm en quatre affûts doubles ultérieurement remplacés par huit canons de 37mm et douze canons de 20mm, Huit tubes lance-torpilles de 533mm en quatre plate-formes doubles

Aviation : Une catapulte au milieu du navire pouvant embarquer trois hydravions de reconnaissance. Parmi les modèles embarqués, on trouve le Piaggio P6bis, le Macchi M.41, le CANT 25ARS, le CMASA MF6 et enfin le IMAN Ro43 à partir de 1938.

Equipage : 725 officiers et marins

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s