Japon (78) Armée de l’Air (5)

Les avions du service aéronautique de l’armée impériale (4) : transport

Avant-propos

Les premiers avions étaient de fragiles constructions de bois et de toile, pouvant transporter tout juste leur pilote. Très vite les appareils grandissent, grossissent permettant d’embarquer un passager puis deux puis de nombreux passagers même si tout est relatif.

Si les années vingt et trente virent le développement de l’aviation commerciale pour les plus riches, l’aviation militaire de transport resta longtemps marginale faute de moyens et surtout de besoins.

Les seuls à utiliser des avions de transport à cette époque étaient les britanniques et les français qui voyaient là un moyen intéressant d’alléger les colonnes engagées dans les opérations de police coloniale.

Alors qu’avant elles devaient s’encombrer d’animaux de bat vulnérables à une embuscade, désormais les troupes de combat pouvaient se concentrer sur le combat, le ravitaillement se faisant par voie aérienne.

Au cours des années trente, l’URSS, l’Allemagne ainsi que la France développèrent des unités parachutistes qui nécessitèrent le développement d’avions de transport militaire ou du moins la militarisation d’avions commerciaux.

Le Japon va disposer d’avions de transport pour le soutien logistique, la liaison mais également la mise en œuvre d’unités parachutistes.

Si les premières unités émergèrent à la fin des années trente, il fallu attendre les années quarante pour voir la création des Teishun Shudan ou groupe de raid et la fin du conflit pour voir émerger le Giretsu Kuteitai (parachutistes héroïques).

Les avions de transport japonais vont être à la fois des appareils civils militarisés (y compris la version produite sous licence du Douglas DC-3), des appareils conçus comme avions de transport militaire et des variantes de bombardiers.

Nakajima Ki-34

Nakajima Ki-34.jpg

Le Nakajima Ki-34 est un avion de transport léger, un élégant bimoteur comparable au Lockheed Electra, le Ki-34 étant un bimoteur à aile baisse avec un train d’atterrissage rétractable.

Le Nakajima Ki-34 était un bimoteur créé par la Nakajima Aircraft Company. Cette dernière possédait les droits de production du Douglas DC-2 mais elle estima que certaines lignes ne justifiaient pas la présence du DC-2.

Le premier prototype décolle pour la première fois le 12 septembre 1936. Trente-deux Nakajima AT-2 ont été produits pour des compagnies civils avant que la production ne passe à une version militaire, le Nakajima Ki-34. A noter que les appareils civils ont été réquisitionnés durant le conflit par l’aviation de l’armée de terre.

Par rapport à l’AT-2, le Nakajima Ki-34 disposait de moteurs plus puissants ainsi qu’un certain nombre de modifications liées à un emploi militaire.

L’appareil produit à 351 exemplaires (plus les 32 civils) à également été utilisé par l’aéronavale nippone (Nakajima L1N1). L’appareil à été engagé pour le transport logistique, le transport de troupes, l’EVASAN, les liaisons et bien évidement le largage de parachutistes.

Caractéristiques Techniques

Type : bimoteur de transport léger

Masse à vide 3500kg en charge 5250kg

Dimensions : longueur 15.30m envergure 19.81m hauteur 4.15m

Motorisation : deux moteurs radiaux Nakajima Kotobuki 2-1 9 cylindres de 710ch chacun

Performances : vitesse maximale 360 km/h vitesse de croisière 310 km/h distance franchissable 1200km plafond opérationnel 7000m

Armement : aucun

Equipage : trois hommes + 8 passagers

Kawasaki Ki-56

Kawasaki Ki-56.jpg

Aussi connu sous le d’avion de transport type 1, le Kawasaki Ki-56 est un petit bimoteur de transport à aile baisse, propulsé par deux moteurs radiaux entraînant des hélices tripales. Le train d’atterrissage était rétractable.

L’appareil est dérivé du Lockheed Model 14 Super Electra que la firme Kawasaki produisait sous licence. Le programme du Ki-56 est lancé en septembre 1939. L’appareil est commandé au printemps 1940 à 150 exemplaires livré jusqu’à l’automne 1943 quand la production cesse.

L’appareil est toujours en service en mars 1950 et va servir durant tout le conflit pour des missions de transport essentiellement les liaisons et le soutien logistique, des avions plus gros étant utilisés pour le largage des parachutistes. Un appareil à été préservé aux Etats-Unis et un second en Australie.

Caractéristiques Techniques

Type : bimoteur de transport léger

Masse à vide 4672kg en charge 8024kg charge utile 2400kg

Dimensions : longueur 14.90m envergure 19.96m hauteur 3.6m

Motorisation : deux moteurs radiaux Nakajima Ha-25 14 cylindres de 990ch chacun entraînant des hélices tripales

Performances : vitesse maximale 400 km/h à 3500m distance franchissable 3300km plafond opérationnel 8000m

Equipage : quatre hommes (pilote, copilote, navigateur et opérateur radio) et 14 passagers

Mitsubishi Ki-57

Mitsubishi_Ki-57.jpg

Le Mitsubishi Ki-57 est une variante de transport du bombardier bimoteur Mitsubishi Ki-21. Cet appareil bimoteur fût utilisé pour le transport et le largage de parachutistes tant pour l’entrainement que pour les opérations réelles.

Il effectue son premier vol en août 1940, sa mise au point est rapide puisqu’il est mis en service en 1942. La production est lancée en 1941 et ne se terminera qu’en 1952 après la sortie de 792 exemplaires.

En 1938, l’apparition du bombardier Ki-21 attira l’attention de la compagnie Imperial Japanese Airways pour une version civile du bombardier.

L’appareil garda les moteurs du bombardier, les ailes passant de la position médiane à la position basse, le fuselage étant adapté à l’embarquement de onze passagers.

Le prototype effectue son premier vol en août 1940 et mis en service en 1942 à la fois dans la compagnie aérienne pré-cité mais également au sein de l’aviation de l’armée de terre mais également au sein de la marine.

L’appareil à été utilisé également par l’armée de l’air du Manchoukouo en petit nombre, la Thaïlande et après guerre par les deux belligérants de la guerre civile chinoise.

Caractéristiques Techniques

Type : bimoteur de transport

Masse à vide 5585kg en chaege 8173kg maximale au décollage 9120kg

Dimensions : longueur 16.10m envergure 22.60m hauteur 4.86m

Motorisation : deux moteurs radiaux Mitsubishi Ha-102 Zuisei 14 cylindres de 1080ch

Performances : vitesse maximale 470 km/h à 5800m distance franchissable 3000km plafond opérationnel 8000m

Equipage : 4 hommes (pilote, copilote, navigateur et opérateur radio) et onze passagers

Kokusai Ki-59

 

Le Kokusai Ki-59 est un avion de transport léger ayant effectué son premier vol en 1941. Produit à cinquante-neuf exemplaires, l’appareil à été conçu à partir du Teradako-ken TK-3, un appareil léger transportant huit à dix passagers destiné à remplacer les Airspeed Envoys et Fokker Super Universals.

Le premier prototype effectua son premier vol en juin 1938 mais l’appareil étant incapable d’atteindre les performances demandées et le projet est annulé.

L’année suivante, en 1939, le projet est relancé car l’aviation de l’armée impériale avait un besoin urgent pour un avion de transport léger et de liaison.

Le projet Teradako-ken TK-3 est relancé sous la forme du Ki-59, donnant naissance à un appareil à aile haute cantiveler, un train fixe. Les moteurs étaient différents pour permettre d’atteindre les performances demandées par l’armée.

La production est lancée en 1941, le Transport de l’Armée type 1 étant produit à seulement cinquante-neuf exemplaires, cédant la place au Tachikawa Ki-54 plus performant. Les appareils sont retirés du service en septembre 1948.

Les appareils survivants sont cédés pour seize d’entre-eux à l’armée de l’air du Mandchoukouo, les autres étant utilisés pour le remorquage de cible et les essais. Aucun appareil n’à survécu au conflit.

Caracteristiques Techniques

Type : avion de transport léger et de liaison

Masse à vide 2880kg en charge 4120kg

Dimensions : longueur 12.5m envergure 17m hauteur 3.05m

Motorisation : deux moteurs radiaux Hitachi Ha-13a de 450ch chacun

Performances : vitesse de croisière 300 km/h distance franchissable 800km

Equipage : trois hommes d’équipage plus huit passagers

Les avions du service aéronautique de l’armée impériale (5) : entrainement

Tachikawa Ki-9

Effectuant son premier vol le 7 janvier 1935, le Tachikawa Ki-9 est un biplan biplace d’entrainement intermédiaire. L’appareil à été produit à 2618 exemplaires, servant de 1935 à 1954.

Trois prototypes sont mis au point dans le but de mettre au point un avion d’entrainement de base et d’intermédiaire mais au final l’appareil fût développé comme avion d’entrainement intermédiaire, le Tachikawa Ki-17 servant d’avion d’entrainement de base.

L’appareil à été utilisé au Mandchoukouo, en Thailande, par le gouvernement de Nankin pro-japonais puis après le second conflit mondial par la Chine, la Corée et l’Indonésie indépendante (1960).

Caractéristiques Techniques

Type : biplan d’entrainement biplace

Masse à vide 1120kg maximale au décollage 1580kg

Dimensions : longueur 7.9m envergure 10.32m hauteur 3.1m

Motorisation : un moteur radial Hitachi Ha-13a de 150ch

Performances : vitesse maximale 240 km/h vitesse de croisière 150 km/h plafond opérationnel 5800m autonomie 3.5h

Tachikawa Ki-17

Effectuant son premier vol en juillet 1935, le Tachikawa Ki-17 est un biplan d’entrainement de base destiné à l’aviation de l’armée impériale japonaise. Produit de 1936 à 1946, le Ki-17 à été produit à environ 750 exemplaires pour former les jeunes pilotes japonais.

Développé à la même époque que le Ki-9, le Ki-17 avait des ailes de taille égale, un fuselage plus fin et une dérive différente qui en faisait un avion plus facile à prendre en mains pour les novices. Le moteur était identique.

L’appareil à été utilisé par le Japon mais également par l’armée de l’air thaïlandaise jusqu’à la fin du second conflit mondial. L’appareil à été utilisé après guerre par la Chine, la Corée, les Philippines et l’Indonésie indépendante. Deux appareils ont été préservés dans des musées au Etats-Unis.

Caractéristiques Techniques

Type : avion d’entrainement élémentaire biplace

Masse à vide 639kg en charge 914kg

Dimensions : longueur 7.85m envergure 9.82m hauteur 2.95m

Motorisation : un moteur radial Hitachi Ha-12 sept cylindres de 160ch

Performances : vitesse maximale 170 km/h vitesse de croisière 150 km/h plafond opérationnel 5300m Endurance 3.5h

Tachikawa Ki-55

Le Tachikawa Ki-55 qui à effectué son premier vol en septembre 1939 est un avion d’entrainement avancé dérivé du Tachikawa Ki-36, l’avion de coopération décrit plus haut.

Utilisé d’abord par l’aviation de l’armée impériale japonaise, l’appareil à également été utilisé par la Thaïlande et le Mandchoukouo. Pas moins de 1640 exemplaires ont été produits de 1940 à 1947 date à laquelle la production cesse car les besoins sont couverts.

Officiellement connu sous le nom d’avion d’entrainement avancé type 99, l’appareil était utilisé pour la formation avancée des pilotes y compris pour le tir.

Si le Tachikawa Ki-36 évolua dans une variante baptisée Ki-72, le temps manquant pour une version entrainement du Ki-72, le projet étant stoppé par la capitulation japonais et un intérêt plus discutable à une époque où les jeunes pilotes japonais étaient formés de manière expéditive.

Caractéristiques Techniques

Type : avion d’entrainement avancé biplace

Masse à vide 1292kg en charge 1721kg maximale au décollage 1721kg

Dimensions : longueur 8m envergure 11.80m hauteur 3.64m

Motorisation : un moteur radial Hitachi Ha-13a de 510ch au décollage

Performances : vitesse maximale 349 km/h vitesse de croisière 235 km/h distance franchissable 1060km plafond opérationnel 8150m

Armement : une mitrailleuse de 7.7mm type 89 tirant vers l’avant. Possibilité d’emporter des bombes d’exercice pour l’entrainement au tir

Tachikawa Ki-54

Le Tachikawa Ki-54 est un avion d’entrainement bimoteur destiné à la formation des équipages d’avions multimoteurs qu’il s’agisse de bombardiers ou d’avions de reconnaissance.

Le prototype à effectué son premier vol à l’été 1940, la mise en service ayant lieu courant 1941, pas moins de 1640 exemplaires ont été produits jusqu’en 1948, l’appareil étant utilisé pour l’entrainement mais également la liaison.

L’appareil va être utilisé par le Japon, la Thaïlande, le Mandchoukouo et la Chine pro-japonaise jusqu’à la capitulation de l’empire du soleil levant.

Le second conflit terminé, l’appareil à été employé durant la guerre civile chinoise (par les deux camps) mais aussi par les Philippines et l’Indonésie (indépendante en 1960).

A la fin du conflit, l’appareil à été utilisé pour des missions de patrouille maritime, de lutte ASM et même lors de raids kamikazes à une époque où tous les avions japonais étaient utilisés pour cette terrifiante stratégie aux résultats contrastés.

Peu d’appareils ont survécu au conflit, un appareil étant exposé en Australie, un autre aux Etats-Unis et un troisième à Singapour, l’appareil retrouvé lors de travaux d’extension de la cité-état en 1984 ayant été restauré et exposé.

Caractéristiques Techniques

Type : avion d’entrainement bimoteur

Masse à vide 2954kg en charge 3897kg charge utile 943kg

Dimensions : longueur 11.94m envergure 17.90m hauteur 3.58m

Motorisation : deux moteurs radiaux Hitachi Ha-13a 9 cylindres de 510ch chacun

Performances : vitesse maximale 375 km/h vitesse de croisière 240 km/h distance franchissable 960km plafond opérationnel 7180m

Armement : quatre mitrailleuses de 7.7mm, bombes d’entrainement

Equipage : deux pilotes plus huit passagers ou huit élèves

Bücker Bü 131

Bucker Bu131 Jungmann

A partir des années trente, le Japon cesse d’acquérir des avions étrangers, favorisant son industrie aéronautique. Il y à parfois des exceptions comme l’acquisition de l’avion d’entrainement allemand Bücker Bu-131 qui allait être ensuite produit sous licence.

L’appareil est un biplan d’entrainement élémentaire qui effectua son premier vol le 27 avril 1934 avant d’être mis en service l’année suivante au sein de la toute nouvelle Luftwafe.

L’appareil à été produit sous licence par la Suisse, l’Espagne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et le Japon qui en produisit 1700 exemplaires, bien plus que n’importe quel autre constructeur étranger.

L’appareil à été utilisé aussi bien par l’aviation de l’armée de terre que par l’aéronavale japonaise sous la désignation de Kokusai Ki-86 pour l’aviation de l’armée de terre et de Kyushu K9W1 pour la marine impériale.

Le Bücker Bu-131 à été utilisé par la Bulgarie, la Tchécoslovaquie, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, le Japon, les Pays-Bas, la Roumanie, la Slovaquie, l’Afrique du Sud, l’Espagne, la Suisse, la Yougoslavie.

Le Bücker Bu-131 à été utilisé par le Japon jusqu’à la capitulation mais très peu de Bu-131 produits sous licence par le Japon ont été préservés.

Caractéristiques Techniques

Type : avion d’entrainement biplace biplan

Masse à vide 380kg en charge 670kg

Dimensions : longueur 6.62m envergure 7.40m hauteur 2.35m

Motorisation : un moteur Hirth HM-504 de 100ch

Performances : vitesse maximale 183 km/h vitesse de croisière 170 km/h distance franchissable 628km plafond opérationnel 4050m

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s