Japon (37) Sous-Marins (2)

Sous-marins type Kaidai

Avant-propos

Les sous-marins de type Kaidai sont des sous-marins de 1ère classe, correspondant grosso modo à nos «1500 tonnes». Très inspirés des U-Boot du premier conflit mondial, les «KD» sont en septembre 1939 au nombre de trente-cinq, formant non pas une classe homogène mais une classe hétérogène.

Effet ces navires assez anciens peuvent être répartis en neuf sous-séries avec le type I ou KD-1 (une unité), le type II ou KD-2 (une unité également), le type IIIa (trois unités), le type IIIb (six unités), le type IV (trois unités), le type V (trois unités), le type VIa (six unités), le type VIb (deux unités) et enfin le type VII avec pas moins de dix unités.

Voilà pourquoi une partie des KD sont désarmés durant les années quarante et ne connaitront pas d’expérience opérationnelle lors du second conflit mondial.

Carrière opérationnelle

Sous-marin type KD-1

I-51.jpg

-Le I-51 est un sous-marin fortement inspiré de la référence mondiale de l’époque à savoir le U-Boot. Construit par l’Arsenal de Kure, il est mis sur cale le 6 avril 1921 lancé le 29 novembre suivant et mis en service le 20 juin 1924 sous le nom de sous-marin n°44.

Rebaptisé I-51 dès le 1er novembre 1924, il reçoit de nouveaux moteurs en 1932. Désarmé le 17 mars 1941, il est immédiatement démoli.

Sous-marin type KD-2

Cette deuxième sous-série du type Kaidai comprend également une seule unité, la I-52 rebaptisée I-152 en mars 1942. Construit également à l’Arsenal de Kure, il est mis sur cale comme Sous-Marin n°51 le 14 février 1922 lancé le 12 juin 1923 et mis en service le 20 mai 1925 sous le nom de I-52.

Il est utilisé comme sous-marin d’entrainement jusqu’en septembre 1942 quand il est retiré du service. Il est coulé comme cible en juin 1946.

Sous-marin type KD-3

Les KD-3 sont les premiers sous-marins océaniques japonais produits en série avec pas moins de neuf unités, trois type KD-IIIa (I-53 à I-55) et six KD-IIIb (les autres).

Ces sous-marins sont immatriculés I-53 à I-60 et I-63 puis à partir de septembre 1944 I-153 à I-160 (et I-163), ce changement de nom s’expliquant par la volonté d’augmenter de manière importante le nombre de sous-marins et éviter les doublons.

-Le I-53/I-153 est mis sur cale à l’Arsenal de Kure le 1er avril 1924 sous le nom de sous-marin n°64 rebaptisé I-53 le 1er novembre 1924, lancé le 5 août 1925 et mis en service le 30 mars 1927. Il est rebaptisé I-153 le 15 septembre 1944.

I-54

I-54

-Le I-54 est mis sur cale à l’Arsenal de Sasebo le 15 novembre 1924 lancé le 15 mars 1926 et mis en service le 15 décembre 1927.

-Le I-55 est mis sur cale à l’Arsenal de Kure le 1er avril 1924 lancé le 2 septembre 1925 et mis en service le 5 septembre 1927.

-Le I-56 est mis sur cale à l’Arsenal de Kure le 3 novembre 1926 lancé le 23 mars 1928 et mis en service le 31 mars 1929.

-Le I-57 est mis sur cale à l’Arsenal de Kure le 8 juillet 1927 lancé le 1er octobre 1928 et mis en service le 24 décembre 1929.

-Le I-58 est mis sur cale à l’Arsenal de Yokosuka le 3 décembre 1924 lancé le 3 octobre 1925 et mis en service le 15 mai 1928.

-Le I-59 est mis sur cale à l’Arsenal de Yokosuka le 25 mars 1927 lancé le 25 mars 1929 et mis en service le 31 mars 1930.

-Le I-60 est mis sur cale à l’Arsenal de Sasebo le 10 octobre 1927 lancé le 24 avril 1929 et mis en service le 20 décembre 1929.

-Le I-63 est mis sur cale à l’Arsenal de Sasebo le 12 août 1926 lancé le 28 septembre 1927 et 20 décembre 1928.

Sept d’entre-eux sont toujours en service en septembre 1948, le I-63 victime d’un accident le 20 février 1939 est relevé puis démoli au printemps 1940. Le I-160 victime d’un grave incendie à Kure le 14 septembre 1947 qui entraîne son naufrage est relevé et démoli.

Les sept unités encore opérationnelles (I-153/154/155/156/157/158/159) sont relégués à l’entrainement au printemps 1949. Après mars 1950 en dépit des pertes sensibles de la force sous-marine de la marine japonaise, les I-153/154/155/156/157/158/159 sont réservés à l’entrainement.

Ils n’échappent cependant pas aux coups de l’ennemi car le I-153 saute sur une mine au large de Sasebo en septembre 1951, le I-155 est coulé par un Grumman Avenger en mars 1954 alors que les I-158 et 159 doivent être sabordés après une collision provoquée par une attaque aérienne contre le premier nommé.

Il ne reste donc en septembre 1954 que les I-154/156/157 qui sont capturés par les américains à Kure. Totalement obsolètes, ils sont remorqués à l’écart où ils sont pour ainsi dire oubliés jusqu’en mars 1957 quand l’ancien I-154 rond ses amarres et dérive, manquant d’entrer en collision avec un destroyer américain. On se rappelle donc de la présence de ces navires qui sont remorqués au large et utilisés comme cibles de tir.

Sous-marins type KD-4

Les trois sous-marins type KD-4 sont une évolution du type KD-III. Ils sont plus petits que leurs neufs prédécesseurs avec seulement quatre tubes lance-torpilles au lieu de huit.

-Le I-61 est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Kobé le 15 novembre 1926 lancé le 12 novembre 1927 et mis en service le 6 avril 1929. Il est perdu lors d’un accident de plongée le 2 octobre 1941. Relevé à l’été 1942, sa remise en état est envisagée mais les dégâts sont tels que le projet est abandonné et le sous-marin ferraillé.

-Le I-62 (Le I-62 devient I-162 en septembre 1944) est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Kobé le 20 avril 1927 lancé le 29 novembre 1928 et mis en service le 24 mars 1930.

Toujours en service en septembre 1948, il l’est encore en mars 1950 mais comme sous-marin d’entrainement. Le 17 septembre 1953, il est supris en mer intérieur par un sous-marin américain qui l’exécute de deux torpilles.

-Le I-164 est mis sur cale à l’Arsenal de Kure le 28 mars 1928 lancé le 5 octobre 1929 et mis en service le 30 août 1930.

Toujours en service en septembre 1948, il l’est encore en mars 1950 mais comme sous-marin d’entrainement, carrière qui s’achève quand il est torpillé par un sous-marin américain au nord d’Okinawa le 17 mai 1943.

Sous-marins type KD-5

Les trois sous-marins appartenant au type Kaida V marquent plusieurs évolutions par rapport aux précédents KD avec un canon de pont plus puissant (l’augmentation des calibres du canon de 50 à 65 calibres augmente la vitesse initiale et donc la puissance), ils sont plus larges et plus hauts, l’équipage porté à 75 hommes, la profoneur d’immersion passant à 70m.

-Le I-65 (I-165 en septembre 1944) est mis sur cale à l’Arsenal de Kure le 19 décembre 1929 lancé le 2 juin 1931 et mis en service le 1er décembre 1932.

-Le I-66 (I-166 en septembre 1944) est mis sur cale à l’Arsenal de Sasebo le 8 novembre 1929 lancé le 2 juin 1931 et mis en service le 10 novembre 1932.

-Le I-67 est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Kobe le 8 novembre 1929 lancé le 2 juin 1931 et mis en service le 2 juin 1931.

Si le I-67 est perdu par accident le 29 août 1940, les I-165 et I-166 sont toujours en service en septembre 1950. Ils sont coulés, le premier par un hydravion américain Catalina au large des Salomons le 8 avril 1951 et le second est victime d’un sous-marin américain au large de Yokohama le 8 mars 1953.

Sous-marins type KD-6

La sixième sous-classe du type KD est aussi produite en nombre avec six type VIa et deux type VIb, des sous-marins baptisés I-68 à I-75 avant de devenir comme nous l’avons vu I-168 à I-175 pour permettre à la marine japonaise de disposer d’un grand nombre de numéros disponibles.

Avec 23 nœuds, ce sont les sous-marins les plus rapides du monde en surface à leur mise en service. Les différences entre le type a et le type b sont assez limitées : 30cm de plus en longueur, 25 tonnes plus lourds et un canon de pont d’une longueur plus importante.

Mis en service entre 1934 et 1938, ils sont toujours en service en mars 1950. Aucun ne survivra au conflit. Quatre seront coulés par des navires de surface (I-168 I-171 I-173 I-174), deux par l’aviation (I-169 I-170), un par mine (I-172) et un par un sous-marin (I-175).

I-168 2.jpg

Le I-168 à bonne vitesse en surface

-Le I-168 est mis sur cale à l’Arsenal de Kure le 18 juin 1931 lancé le 26 juin 1933 et mis en service le 31 juillet 1934.

-Le I-169 est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 22 décembre 1932 lancé le 15 février 1934 et mis en service le 28 septembre 1935.

-Le I-170 est mis sur cale à l’Arsenal de Sasebo le 25 janvier 1933 lancé le 14 juin 1934 et mis en service le 9 novembre 1935.

-Le I-171 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 15 février 1933 lancé le 25 août 1934 et mis en service le 24 décembre 1935.

-Le I-172 est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 16 décembre 1933 lancé le 6 avril 1935 et mis en service le 7 janvier 1937.

-Le I-173 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 5 septembre 1933 lancé le 20 juin 1935 et mis en service le 7 janvier 1937.

-Le I-174 est mis sur cale à l’Arsenal de Sasebo le 16 octobre 1934 lancé le 28 mars 1937 et mis en service le 15 août 1938.

-Le I-175 est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 1er novembre 1934 lancé le 16 septembre 1936 et mis en service le 18 décembre 1938.

Sous-marins type KD-7

Les KD-7 au nombre de dix unités (I-76 à I-85 puis I-176 à I-185) sont financés au budget 1939. Appelés officieusement New Kadai, ils étaient vus comme les remplaçants des KD-3 et 4 même si au final ces navires étaient toujours en service en mars 1950.

A la différence des séries précédentes, les KD-7 concentraient leurs six tubes lance-torpilles à l’avant. Leur endurance était de 75 jours.

I-176.jpg

I-176

-Le I-76 est mis sur cale à l’Arsenal de Kure le 22 juin 1940 lancé le 7 juin 1941 et mis en service le 4 août 1942.

-Le I-77 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 10 mars 1941 lancé le 22 février 1942 et mis en service le 7 septembre 1942.

-Le I-78 est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 21 mai 1941 lancé le 24 février 1942 et mis en service le 17 janvier 1943.

-Le I-79 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 21 août 1941 lancé le 16 juillet 1942 et mis en service le 21 juillet 1943.

-Le I-80 est mis sur cale à l’Arsenal de Yokosuka le 17 avril 1941 lancé le 7 mars 1942 et mis en service le 5 mars 1943.

-Le I-81 est mis en service à l’Arsenal de Kure le 11 novembre 1941 lancé le 5 décembre 1942 et mis en service le 6 août 1943.

-Le I-82 est mis en service à l’Arsenal de Yokosuka le 10 novembre 1941 lancé le 2 novembre 1942 et mis en service le 7 septembre 1943.

-Le I-83 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 26 décembre 1941 lancé le 21 janvier 1943 et mis en service le 13 octobre 1943.

-Le I-84 est mis sur cale à l’Arsenal de Yokosuka le 1er avril 1942 lancé le 12 décembre 1942 et mis en service le 15 octobre 1943.

-Le I-85 est mis sur cale à l’Arsenal de Yokosuka le 9 février 1942 lancé le 17 décembre 1942 et mis en service le 14 octobre 1943.

Tous les sous-marins sont coulés durant le conflit. Trois sont victimes de l’aviation (I-76/I-79/I-80), trois sont victimes de sous-marins (I-77/I-78/I-81), trois sont coulés par des navires de surface (I-82/I-83/I-85) et un par mine (I-84).

Caractéristiques Techniques

KD-1

Déplacement : 1412 tonnes en surface 2469 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 91.44m largeur 8.81m tirant d’eau 4.60m

Propulsion : quatre moteurs diesel Sulzer dévellopant 5200ch moteurs électriques dévellopant 2000ch en plongée 4 hélices

Performances : vitesse maximale 18.4 nœuds en surface 8.4 nœuds en plongée 20000 miles nautiques à 10 nœuds en surface 100 miles nautiques à 4 nœuds Immersion 45.7m

Armement : huit tubes lance-torpiles de 533mm (six avant deux arrières) avec vingt-quatre torpilles et un canon de 120mm. Des canons de 25mm sont embarqués durant le conflit (deux à quatre)

Equipage : 70 officiers et marins

KD-2

Déplacement : surface 1412 tonnes plongée 2540 tonnes

Dimensions : longueur 100.85m largeur 7.64m tirant d’eau 5.14m

Propulsion : deux moteurs diesels Sulzer + moteurs éléctriques 6800ch en surface sur diesel 1800ch sur moteurs électriques deux hélices

Performances : vitesse maximale 20.1 nœuds en surface 7.7 nœuds en plongée distance franchissable 10000 miles nautiques à 10 nœuds en surface 100 miles nautiques à 4 nœuds Immersion 45.7m

Armement : huit tubes lance-torpiles de 533mm (six à l’avant deux à l’arrière) avec seize torpilles, un canon de 120mm et un canon de 76.2mm

Equipage : 58 officiers et marins

KD-3

Déplacement : surface 1661 tonnes plongée 2337 tonnes

Dimensions : longueur 100.58m (101m pour les IIIb),largeur 7.98m (7.9àm pour les IIIb) tirant d’eau 4.83m (4.90m pour les b)

Propulsion : deux moteurs diesels Sulzer moteurs électriques 6800ch en surface 1800ch en plongée deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 nœuds en surface 8 nœuds en plongée distance franchissable 10000 miles nautiques à 10 nœuds en surface 90 miles nautiques à 4 nœuds (60 miles nautiques pour les b).

Armement : huit tubes lance-torpiles de 533mm (six avant deux arrières) 16 torpilles 1 canon de 120mm et une mitrailleuse de 7.7mm

Equipage : 63 officiers et marins

KD-4

Déplacement : surface 1600 tonnes pleine charge 2337 tonnes

Dimensions : longueurs hors tout 97.70m largeur 7.80m tirant d’eau 4.83m

Propulsion : deux moteurs diesels Rauschenbach Mk2 moteurs électriques 6000ch en surface 1800ch en plongée deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 nœuds en surface 8.5 nœuds en plongée distance franchissable 10000 miles nautiquees à 10 nœuds en surface 60 miles nautiques à 3 nœuds en plongée Immersion 60m

Armement : six tubes lance-torpiles de 533mm (quatre avant deux arrière) 14 torpilles, 1 canon de 120mm et une mitrailleuse de 7.7mm

Equipage : 58 officiers et marins

KD-5

Déplacement : surface 1600 tonnes plongée 2367 tonnes

Dimensions : longueur 97.70m largeur 8.20m tirant d’eau 4.70m

Propulsion : deux moteurs diesels Sulzer Mk3 moteurs électriques 6000ch en surface 1800ch en plongée 2 hélices

Performances : vitesse maximale 20.5 nœuds en surface 8.2 nœuds en plongée 10000 miles nautiques à 10 nœuds en surface 60 miles nautiques à 3 nœuds en plongée Immersion 75m

Armement : six tubes lance-torpiles de 533mm (quatre avant deux arrières) 14 torpilles un canon de 100mm et une mitrailleuse de 12.7mm

Equipage : 62 officiers et marins

KD-6

Déplacement : surface 1422 tonnes plongée 2479 tonnes (VIb 2605 tonnes en plongée)

Dimensions : longueur 104.70m (105m pour les VIb) largeur 8.20m tirant d’eau 4.58m (4.60m pour les VIb)

Propulsion : deux moteurs diesels Kampon Mk.1A Model 8 9000ch moteurs électriques 1800ch deux hélices

Performances : vitesse maximale 23 nœuds en surface 8.2 nœuds en plongée distance franchissable 14000 miles nautiques à 10 nœuds en surface 65 miles nautiques à 3 nœuds (90 miles nautiques à 3 nœuds VIb) en plongée Immersion 70m

Armement : 6 tubes lance-torpiles de 533mm (quatre avant deux arrières) 14 torpilles 1 canon de 100mm (un canon de 120mm pour les VIb), une mitrailleuse de 13.2mm et une mitrailleuse de 7.7mm (une mitrailleuse de 13.2mm pour les Vib).

Equipage : 68 officiers et marins

KD-7

Déplacement : surface 1656 tonnes plongée 2644 tonnes

Dimensions : longueur 105.50m largeur 8.25m tirant d’eau 8.25m

Propulsion : deux moteurs diesels Kampon Mk 1B model 8 moteurs électriques 8000ch en surface 1800ch en plongée deux hélices

Performances : vitesse maximale 23.1 nœuds en surface 8 nœuds en plongée 8000 miles nautiques à 16 nœuds en plongée 50 miles nautiques à 5 nœuds en plongée Immersion 80m

Armement : six tubes lance-torpiles de 533mm à l’avant douze torpilles un canon de 120mm et deux canons de 25mm en affût double

Equipage : 86 officiers et marins

Sous-marins type Junsen

Avant-propos

Comme nous l’avons vu plus haut, les premiers sous-marins japonais étaient de petites unités aux performances médiocres. La livraison de sous-marins allemands capturés permet aux japonais d’accéder à un domaine jadis inconnu à savoir le sous-marin océanique.

La stratégie japonaise imposait un combat océanique, une bataille de rencontre contre l’US Navy en haute-mer. Avec un nombre réduit de sous-marins, il fallait des sous-marins océaniques capables d’opérer en haute-mer et surtout de durer.

Parmi les six sous-marins livrés figure le U-142, un croiseur sous-marin. Il servit de base au type Junsen ou J. En attendant la mise au point des J, le Japon copia le sous-marin mouilleur de mines U-125 aboutissant au I-21.

Après un gros travail de recherche et de dévellopement, les japonais allaient construire huit sous-marins de ce type répartis entre le type J-1 (quatre unités I-1/I-2/I-3/I-4), le type J1mod (une unité la I-5), le type J-2 (une unité I-6) et enfin le type J-3 (deux unités I-7/I-8).

Sur le plan technique, les J-1 et J-1mod sont semblables quasi-identique. Le J-2 ajoute une catapulte à une coque de type J1mod alors que le J-3 est une synthèse des meilleurs équipements du type J-2 et du type KD-5.

Carrière opérationnelle

Les dates clés

I-1.jpg

I-1

-Le I-1 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 12 mars 1923 lancé le 15 octobre 1924 et mis en service le 10 mars 1926.

-Le I-2 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 6 août 1923 lancé le 23 février 1925 et mis en service le 24 juillet 1926.

-Le I-3 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 1er novembre 1924 lancé le 8 juin 1926 et mis en service le 30 novembre 1926.

-Le I-4 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 17 avril 1926 lancé le 22 mai 1928 et mis en service le 24 décembre 1929.

-Le I-5 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 30 octobre 1929 lancé le 19 juin 1931 et mis en service le 31 juillet 1932.

-Le I-6 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 14 octobre 1932 lancé le 31 mars 1934 et mis en service le 15 mai 1935.

-Le I-7 est mis sur cale à l’Arsenal de Kure le 12 septembre 1934 lancé le 3 juillet 1935 et mis en service le 31 mars 1937.

-Le I-8 est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 11 octobre 1934 lancé le 20 juillet 1936 et mis en service le 5 décembre 1938.

Carrière opérationnelle

Sept des huit sous-marins type J-1 sont encore en service, le I-5 usé étant désarmé en 1943 puis démoli en 1946.

Les sous-marins I-1/I-2/I-3/I-4/I-6/I-7/I-8 sont toujours en service en mars 1950. Ils opèrent contre des navires américains jusqu’en septembre 1951 sans succès notable, leurs seules victimes étant des cargos et quelques pétroliers, un comble pour une force sous-marine privilégiant l’attaque de cible «nobles».

Le I-1 est coulé le 14 octobre 1951 alors qu’il rentrait au Japon pour être transformé en sous-marin de transport. Les I-2/3/4 sont eux transformés en transport pour ravitailler des garnisons isolées.

Le I-2 est engagé dans une opération de transport en direction de l’Allemagne, amenant des matériaux stratégiques en échange d’équipements destinés à améliorer les radars japonais. Il sera coulé dans l’Atlantique en mars 1952 par une coopération entre hydravions français stationnés à Dakar et des escorteurs français, américains et britanniques.

Le I-3 est coulé par un sous-marin américain au large des Philippines le 17 septembre 1952 alors que le I-4 est victime d’un Privateer de l’US Navy lors de la campagne Carolines-Mariannes, le I-4 amenant des munitions et des troupes pour tenter de repousser l’opération américaine. Le I-6 saute sur une mine au large de Sasebo en mai 1953 alors qu’il se rendait aux Philippines.

Les I-7 et I-8 restent jusqu’au bout des sous-marins d’attaque. Le I-7 est coulé par un sous-marin américain au large de la Nouvelle-Guinée en octobre 1952 alors que le I-8 est victime d’un Consolidated Catalina de la RAAF au large de Guadalcanal le 7 août 1951.

Caractéristiques Techniques

J-1

Déplacement : surface 2002 tonnes plongée 2836 tonnes

Dimensions : longueur 97.50m largeur 9.22m tirant d’eau 4.94m

Propulsion : deux diesels Rauschenbach Mk2 moteurs électriques 6000ch 2600ch deux hélices

Performances : vitesse maximale 18.8 nœuds en surface 8.1 nœuds en plongée 24400 miles nautiques à 10 nœuds en surface 60 miles nautiques à 3 nœuds Immersion 75m

Armement : six tubes lance-torpilles (quatre avant deux arrière) 22 torpilles 2 canons de 140mm et une mitrailleuse de 7.7mm puis un canon de 140mm et quatre canons de 25mm en deux affûts doubles.

Equipage : 75 officiers et marins

J-1mod

Déplacement : surface 2002 tonnes plongée 2836 tonnes

Dimensions : longueur 97.50m largeur 9.22m tirant d’eau 4.94m

Propulsion : deux diesels Rauschenbach Mk2 moteurs électriques 6000ch 2600ch deux hélices

Performances : vitesse maximale 18.8 nœuds en surface 8.1 nœuds en plongée 24400 miles nautiques à 10 nœuds en surface 60 miles nautiques à 3 nœuds Immersion 75m

Armement : six tubes lance-torpilles (quatre avant deux arrière) 20 torpilles 2 canons de 127mm et une mitrailleuse de 7.7mm
Aviation : hangar étanche et un hydravion Yokosuka E6Y1

Equipage : 75 officiers et marins

J-2

Déplacement : surface 1930 tonnes plongée 3110 tonnes

Dimensions : longueur 98.50m largeur 9.06m tirant d’eau 5.31m

Propulsion : deux diesels Kampon 1A model 7 moteurs électriques 8000ch 2600ch deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 nœuds en surface 7.5 nœuds en plongée distance franchissable 20000 miles nautiques à 10 nœuds 65 miles nautiques à 3 nœuds Immersion 80m

Armement : six tubes lance-torpilles de 533mm (quatre avant et deux arrière) avec dix-sept torpilles un canon de 127mm et une mitrailleuse de 13.2mm remplacé par un canon de 25mm

Aviation : une catapulte et un hydravion Yokosuka E6Y1

Equipage : 80 officiers et marins

J-3

Déplacement : surface 2267 tonnes plongée 3640 tonnes

Dimensions : longueur 109.30m largeur 9.10m tirant d’eau 5.26m

Propulsion : deux moteurs diesels Kampon Mk1A model 10 moteurs électriques 11200ch 2800ch deux hélices

Performances : vitesse maximale 23 nœuds en surface 8 nœuds en plongée distance franchissable 14000 miles nautiques à 16 nœuds 80 miles nautiques à 3 nœuds Immersion 80m

Aviation : catapulte et hangar avec un hydravion Watanabe E9W1 Slim

Armement : six tubes lance-torpilles de 533mm (six avant) avec vingt torpilles, deux canons de 140mm, deux mitrailleuses de 13mm puis deux canons de 25mm

Equipage : 100 officiers et marins

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s