Japon (43) Navires légers (4)

Mouilleurs de mines

Avant-propos

Qui dit mine dit vecteur de mouillage. On peut utiliser l’aviation et les sous-marins mais leurs capacités sont assez limitées notamment pour mouiller des champs de mines étendus.

Le meilleur vecteur pour ce type de champ de mines est donc le navire de surface. On peut utiliser des navires de guerre comme le croiseur (Emile Bertin/Pluton) ou des destroyers voir des navires spécialisés, des minelayer.

CL Pluton 1932

Le croiseur mouilleur de mines Pluton

Ces navires sont souvent d’une taille comparable à un petit croiseur, disposent d’un solide armement et surtout d’une vitesse très élevée proche des 40 nœuds pour permettre de mouiller rapidement le champ de mines et surtout de pouvoir se replier très rapidement pour éviter d’être surpris par l’ennemi qu’il s’agisse de destroyers ou d’avions.

Le Japon n’échappe pas à cette règle et va elle aussi construire des navires spécialement prévus pour le mouillage de mines.

On trouve le Katsuriki mis en service en 1917, Itsukushima mis en service en 1929, le Shirataka mis en service en 1929, le Yaeyama mis en service en 1932, le Okinishima en 1936 et le Tsugaru mis en service en 1941,

A ces unités isolées s’ajoute des classes de mouilleurs de mines comme la classe Sokuten (treize navires, onze encore en service en septembre 1939, aucun en mars 1950) classe Hatsutaka composés de quatre navires mis en service au cours des années quarante (Hatsutaka Aotaka Wakataka Asadori), les deux Tsubane (Tsubane Kamone) mis en service en 1929 et les trois Natsushima (Natsushima Nasami Sarushima) mis en service en 1933.

On peut ajouter les mouilleurs de cable de classe Hashima. Initialement conçus comme des mouilleurs de cables pour les télécommunications, ces navires vont in fine servir à mouiller des mines télécommandées destinées à protéger les approches des bases navales japonaises. Ces navires sont baptisés Hashima Tsurushima Otate Takeishi.

Dix-neuf mouilleurs de mines sont donc en service en mars 1950. Durant le conflit, des mouilleurs de mines de classe Sokuten seront construits même si sur les 41 navires envisagés initialement, seulement 26 seront effectivement commandés et 15 mis en service moins pour le mouillage de mines que pour des missions de transport. Ajoutons quatre mouilleurs de mines auxiliaires type n°1 à la carrière brève et éphémère.

Les différentes classe de mouilleurs de mines

Mouilleurs de mines auxiliaires classe Sokuten

Kurosaki classe Sokuten (1913).jpg

Le Kurosaki 

Treize mouilleurs de mines de classe Sokuten sont construits peu avant le début du premier conflit mondial. Ce sont des navires de taille réduite, lents (12 nœuds) et destinés à opérer en milieu littoral.

Les deux premiers navires (Natsushima Sokuten) sont mis en service respectivement en 1911 et 1913 sont de véritables navires expérimentaux avant que la production en série ne prenne le relais avec la mise en service de deux navires en 1915 (Toshima Kuroshima), deux en 1916 (Ashizaki Katsku), trois en 1917 (Ento Kurokami Katashima), un en 1919 (Enoshima), un en 1920 (Ninoshima) et les deux derniers en 1921 (Kurosaki Washizaki).

Ces navires utilisés davantage pour des missions de transport que pour le mouillage de mines connaissent une longue carrière. Si le Natsushima est désarmé en 1927 et le Sokuten en 1936, les autres sont désarmés entre 1945 et 1948.

Le Toshima est désarmé en juin 1945, le Katsku en septembre 1945, le Kuroshima en janvier 1946, le Ashizaki quitte le service en mars 1946, le Washizaki est désarmé en juillet 1946, le Ninoshima quitte le service actif en novembre 1946, le Kurosaki est désarmé en janvier 1947, le Ento quitte le service en avril 1947, le Kurokami est désarmé en décembre 1947, le Katashima en février 1948 et enfin le Enoshima en juin 1948.

Ces navires sont pour la plupart démolis sauf les Katashima Washizaki et Toshima qui sont revendus à la marine marchande, ajoutant le suffixe maru pour les distinguer de navires militaires,ces navires réquisitionnés par la marine militaire étant coulés durant le conflit.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 411 tonnes

Dimensions : longueur 45.7m largeur 7.6m tirant d’eau 2.3m
Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par une chaudière développant 600ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 12 nœuds distance franchissable : nc

Armement : deux canons de 76.2mm, deux mitrailleuses de 13.2mm, 82 mines marines et 18 charges de profondeur (deux projecteurs de charges ASM)

Equipage : 40 officiers et marins

Mouilleur de mines Katsuriki

-Le Katsuriki est mis sur cale au Kure Kaigun Kosho le 15 mai 1916 lancé le 5 octobre 1916 et mis en service le 15 janvier 1917.

Le Katsuriki est le premier mouilleur de mines océanique construit dès l’origine pour cette mission par la marine japonaise. Cette construction répond à la crainte de voir les allemands s’en prendre aux ports japonais.

Pour les protéger, le champ de mines est l’outil le mieux indiqué sauf qu’à l’époque la marine japonaise ne possède aucun mouilleur de mines océanique. Le mouilleur de mines est donc commandé en 1915 dans le cadre du programme «8-6».

Ce navire toujours en service en mars 1950 reste déployé au Japon pour mouiller d’immenses champs de mines pour protéger les ports et les bases navales. Le 27 septembre 1952, il est coulé par un sous-marin américain au large de Maizuru, deux torpilles l’envoyant chez Neptune.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1565 tonnes

Dimensions : longueur 73.15m (flottaison) largeur 11.91m tirant d’eau 4.27m

Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par deux chaudières Kampon développant 1800ch et entraînant deux hélices

Vitesse maximale 13 nœuds

Armement : trois canons de 76mm et 100 mines navales Mk.5

Equipage : 138 officiers et marins

Mouilleur de mines Shirataka

Shirataka.jpg

-Le Shirataka est mis sur cale aux chantiers navals Tokyo Ishikawajima le 24 novembre 1927 lancé le 25 janvier 1929 et mis en service le 9 avril 1929.

Financé au budget 1923, le Shirataka répond au projet H2 destiné à donner des mouilleurs de mines modernes à la marine japonaise, la Nihon Kaigun cherchant à remplacer ses mouilleurs de mines obsolètes, les anciens croiseurs Aso et Tokiwa.

Aux côtés du futur Shirataka, on trouve également le Itsukushima. Le Shirataka devait également servir d’escorteur mais surtout devait mouiller des filets anti-sous-marins.

Une fois mis en service, le Shirataka est stationné à Kure. Il subit des travaux pour améliorer sa stabilité, une leçon tirée du chavirage du torpilleur Tomozuru (ballast additionnels, un pont moins haut, des cheminées raccourcies). Les travaux vont immobiliser le navire de juin 1934 à mai 1936.

Il participe ensuite à la deuxième guerre sino-japonaise, servant notamment de patrouilleur. En novembre 1940, il est transformé en escorteur avec des charges de profondeur.

Il subit plusieurs périodes de travaux, étant toujours en service en mars 1950, participant à la campagne d’Indochine puis à celle de Malaisie, terminant la campagne à Singapour où elle sert de bâtiment-base pour la remise en état de feu le «Gibraltar de l’Extrême-Orient».

Il reste stationné à Singapour jusqu’en septembre 1952 quand il rallie Saigon, servant de patrouilleur/escorteur, couvrant les convois en mer de Chine méridionale.

Le 7 juin 1953, le Shirataka est torpillé par un sous-marin britannique au large de Saïgon, sombrant rapidement après avoir encaissé trois torpilles.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1367 tonnes pleine charge 1562 tonnes

Dimensions : longueur 84m (flottaison) 79.2m (entre perpendiculaires) largeur 11.55m tirant d’eau 3.1m

Propulsion : deux machines verticales à expansion alimentées en vapeur par deux chaudières développant 2200ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 16 nœuds distance franchissable 2000 miles nautiques à 10 nœuds

Armement : (origine) trois canons de 120mm, une mitrailleuse de 13.2mm 24 filets anti-sous-marins type 14 de 500m de long ou 100 mines, deux lanceurs de charge de profondeur avec dix-huit charges de profondeur

Equipage : 148 officiers et marins

Mouilleur de mines Itsukushima

Itsukushima.jpg

-Le Itsukushima est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 2 février 1928 lancé le 22 mai 1929 et mis en service le 26 décembre 1929.

Financé au budget 1923, le Itsukushima devait relayer l’action de mouilleurs de mines plus anciens, des croiseurs convertis, les Aso et Tokiwa. Initialement prévu comme un navire de 3000 tonnes, il ne déplacera que 2000 tonnes pour des raisons budgétaires.

Comme beaucoup de navires de ce type, le Itsukushima sert en temps de paix de transport et de navire-école comme l’infortuné croiseur mouilleur de mines Pluton.

Il participe ensuite à la deuxième guerre sino-japonaise comme patrouilleur au large des côtes chinoises mais également sur le Yangtze. Entre fin 1938 et le 15 novembre 1940, le navire est conservé en réserve à Yokosuka.

Il participe au second conflit mondial en mouillant des champs de mines défensifs mais également assurant des missions de transport jusqu’à sa destruction le 17 juin 1953 par un sous-marin néerlandais au large de Batavia alors qu’il tentait de rallier l’île de Borneo avec des hommes et du matériel.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard standard 2002 tonnes

Dimensions : longueur à la flottaison 104m longueur entre perpendiculaires 100m largeur 11.83m tirant d’eau 3.22m

Propulsion : nc

Performances : vitesse maximale 17 nœuds distance franchissable 5000 miles nautiques à 10 nœuds

Armement : trois canons de 140mm, deux canons de 80mm, 500 mines type 5

Equipage : 221 officiers et marins

Mouilleurs de mines classe Tsubame

Tsubame.jpg

-Le Tsubame est mis sur cale aux chantiers navals de Yokohama le 17 septembre 1928 lancé le 24 avril 1929 et mis en service le 10 juillet 1929.

Reconstruit en 1936 (conséquence du chavirage du torpilleur Tomozuru), le Tsubame participe de 1938 à 1943 à la deuxième guerre sino-japonaise avant d’être placé en réserve jusqu’en 1945 quand il est remis en service.

Toujours opérationnel en mars 1950, il participe comme transport à la campagne des Philippines, transportant hommes et matériel.

Stationné à Manille à partir de mai 1950, il effectue de nombreuses missions de patrouille et d’escorte jusqu’à sa destruction le 1er mars 1953 en baie de Manille par des chasseurs bombardiers F4U Corsair qui le détruise à l’aide de vingt-quatre roquettes HVAR de 127mm et trois bombes de 227kg. Le navire chavire et coule en quelques minutes.

-Le Kamone est mis sur cale aux chantiers navals Osaka Iron Works le 11 octobre 1928 lancé le 27 avril 1929 et mis en service le 30 août 1929.

Comme son sister-ship, il est reconstruit à l’Arsenal de Sasebo de 1936 avant de participer à la guerre sino-japonaise. Seule différence, le navire n’est pas mis en réserve avant le début du second conflit mondial.

Après avoir participé comme transport à la campagne des Philippines, le mouilleur de mines participe aux derniers combats en Insulinde avant d’être engagé dans la terrible campagne des Salomons, servant aussi bien d’escorteur que de transport ou de navire de commandement.

Endommagé par deux bombes en septembre 1951 au moment de l’évacuation de Guadalcanal, le mouilleur de mines se replie sur Rabaul pour réparer. Il n’en aura guère le temps puisqu’il est coulé le 17 novembre 1951 par des B-25 de l’USAAF qui placèrent trois bombes qui provoquèrent son naufrage. L’épave n’à pas bougé depuis soixante-six ans.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 457 tonnes

Dimensions : longueur 68.80m largeur 7.20m tirant d’eau 2.10m

Propulsion : deux machines verticales à triple expansion (VTE) alimentées en vapeur par deux chaudières Kampon développant 2500ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 19 nœuds distance franchissable 1200 miles nautiques à 10 nœuds

Armement : un canon de 76.2mm et une mitrailleuse de 13.2mm remplacée ultérieurement par un affût double de 25mm, 80 mines marines ou dix-huit charges de profondeur ou six filets anti-sous-marins

Equipage : 43 officiers et marins

Mouilleur de mines Yaeyama

Yaeyama.jpg

-Le Yaeyama est mis sur cale à l’Arsenal de Kure le 2 août 1930 lancé le 13 octobre 1931 et mis en service le 31 août 1932.

Ce petit mouilleur de mines à été financé au budget 1927 pour pouvoir mouiller des mines près des côtes et dans des fleuves, un complément des mouilleurs de mines océaniques, les vieux croiseurs Aso et Tokiwa en attendant la construction de navires neufs spécialement construits pour ce rôle.

Stationné à Sasebo, le nouveau mouilleur de mines participe à la deuxième guerre sino-japonaise, servant de navire-amiral à la 11ème division de canonnières stationnée à Shanghai, division patrouillant sur le Yangtze.

Il couvre également le débarquement de l’infanterie de marine japonaise à Shanghai et l’évacuation des ressortissants japonais présents sur place.

Il est mis en réserve du 1er décembre 1937 au 25 mai 1938 quand il est réarmé pour participer à nouveau à la deuxième guerre sino-japonaise.

Le navire va rester déployé en Chine en quasi-continu jusqu’en septembre 1944 quand il rallie Sasebo pour subir un grand carénage jusqu’en décembre 1945. Remis en service, il reste stationné à Sasebo jusqu’au début du second conflit mondial.

Il assure des missions de mouillage de mines au large des côtes japonaises, chinoises et coréennes pour tenter de freiner la guerre au commerce lancée par le Silent Service avec une efficacité pour le moins limitée.

Il va aussi être employé comme transport et navire de commandement durant les campagnes de Salomons, de Nouvelle-Guinée et des Philippines.

Jamais sérieusement endommagé, il est pourtant coulé le 14 janvier 1953 quand des chasseurs bombardiers F4U Corsair et des bombardiers en piqué Curtiss SB2C Helldiver le surprenne au large de l’île de Palawan. Huit bombes frappent le navire qui coule en quelques minutes.

Ayant coulé par petits fonds, le navire est en théorie récupérable mais après guerre, les américains comme les phillipins se désintéressent d’une telle épave qui va donc pourrir. En 2017, on peut voir encore la carcasse calcinée, véritable attraction touristique de la région.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1153 tonnes pleine charge 14058 tonnes

Dimensions : longueur 89m (flottaison) 85.5m (entre perpendiculaires) largeur 10.65m tirant d’eau 2.84m

Propulsion : deux turbines à engrenages alimentées en vapeur par deux chaudières développant 4800ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 nœuds distance franchissable 3000 miles nautiques à 14 nœuds

Armement : deux canons de 120mm, deux mitrailleuses de 13mm puis quatre canons de 25mm, 185 mines marines

Equipage : 180 officiers et marins

Mouilleurs de mines classe Natsushima

Nasami classe Natsushima.jpg

Le Natsumi classe Natsushima

Trois navires de classe Natsushima sont mis en service au début des années trente (Natsushima Nasami Sarushima). Cette construction à été financée par le même budget qui avait financé le Okinoshima.

-Le Natsushima est mis sur cale aux chantiers navals Tokyo Ishikawajima Zosen le 24 décembre 1931 lancé le 24 mars 1933 et mis en service le 31 juillet 1933.

Après avoir été reconstruit suite à l’incident du Tomozuru, le mouilleur de mines opère en Chine comme mouilleur de mines et comme transport.

Toujours en service en mars 1950, le Natsushima assure d’importants mouillage de mines pour sanctuariser le territoire métropolitain. Au printemps 1951, le mouilleur de mines est envoyé dans les Salomons où il succombe aux coups de l’aviation américaine le 17 juillet 1951.

-Le Nasami est mis sur cale aux chantiers navals Harima Zosen le 19 janvier 1933 lancé le 26 mars 1934 et mis en service le 20 septembre 1934.

Il opère en Chine durant le second conflit sino-japonais avant d’assurer de mars 1950 à juin 1951 des missions de mouillage de mines et d’escorte.

Envoyé en Nouvelle-Guinée en septembre 1951 pour des missions de transport, d’escorte et de mouillage de mines, le Nasami est coulé par un sous-marin américain au large de Rabaul le 17 février 1952.

-Le Sarushima est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi sis à Yokohama le 28 mars 1933 lancé le 16 décembre 1933 et mis en service le 20 juillet 1934.

Il participe à la deuxième guerre sino-japonaise servant moins comme mouilleur de mines que comme transport de troupes et de matériel. Toujours en service en mars 1950,le Natsushima participe à la campagne d’Indochine puis à celle des Salomons.

Sérieusement endommagé par une mine américaine en septembre 1951, il est remorqué en direction de Rabaul pour être réparé mais durant le remorquage par un destroyer, une alerte sous-marine est déclenchée.

La remorque est coupée mais quand le destroyer veut reprendre le navire en remorque, le navire à disparu sans que l’on sache exactement si le navire à coulé accidentellement ou si le sous-marin à torpillé le mouilleur de mines.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 483 tonnes

Dimensions : longueur 73m largeur 7.50m tirant d’eau 1.95m

Propulsion : deux machines verticales à triple expansion (VTE) alimentées en vapeur par deux chaudières mixtes Kampon développant 2300ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 19 nœuds distance franchissable 2500 miles nautiques à 14 nœuds

Armement : deux canons de 76.2mm, une mitrailleuse antiaérienne de 13.2mm puis quatre canons de 25mm en affûts doubles, 120 mines type 89 ou dix-huit charges de profondeur ou un filet anti-sous-marin de 510m type 14

Equipage : 74 officiers et marins

Mouilleur de mines Okinoshima

Okinoshima.jpg

La construction de l’Okinoshima est décidée suite à la signature du traité de Londres (1930). Le Japon prend la décision de désarmer ses mouilleurs de mines obsolètes (les anciens croiseurs Aso et Tokiwa) et de les remplacer par un mouilleur de mines neuf.

Le Japon décide de construire un navire de grande taille, une leçon tirée de l’utilisation des mouilleurs de mines précédents dont la taille limitée rendait leur utilisation parfois problématique.

Le nouveau navire devait pouvoir embarquer 600 mines, un armement antisurface important et un hydravion pour la reconnaissance.

-Le Okinoshima est mis sur cale aux chantiers navals Harima Shipyards le 27 septembre 1934 lancé le 24 novembre 1935 et mis en service le 30 septembre 1936.

Après avoir assuré des missions de transport en Chine, le Okinoshima est en réserve de 1945 à 1947 avant d’être remis en service en janvier 1948.

Toujours en service en mars 1950, le Okinoshima sert de transport de troupes et de mouilleur de mines d’abord à Wake puis aux Salomons où il est endommagé par l’aviation américaine en mai 1951. Réparé, il assure des mouillages de mines pour verrouiller les accès à la Nouvelle-Guinée.

Servant de transport depuis Rabaul, il est surpris le 17 août 1952 par des croiseurs légers et des destroyers américains.

Il tente de s’échapper en émettant un nuage de fumée mais ce nuage n’empêche pas les navires américains de matraquer le mouilleur de mines qui encaisse une demi-douzaine d’obus de 6 pouces, huit obus de 5 pouces et deux torpilles, provoquant le naufrage du navire en quelques minutes.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 4359 tonnes

Dimensions : longueur 119.29m à la flottaison 113m entre perpendiculaires largeur 15.74m tirant d’eau 5.49m

Propulsion : deux turbines à engrenages alimentées en vapeur par quatre chaudières développant 9000ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 nœuds distance franchissable 9000 miles nautiques à 10 nœuds

Armement : quatre canons de 140mm, deux canons de 80mm et deux mitrailleuses de 13.2mm (puis douze canons de 25mm en affûts doubles), vingt-deux charges de profondeur et 500 mines navales type 6.

Aviation : une catapulte et un hydravion Kawanishi E7K

Equipage : 445 officiers et marins

Mouilleurs de mines classe Hatsutaka

Hatsutaka.jpg

Les mouilleurs de mines de classe Hatsutaka sont construits au début des années quarante. C’est une évolution du Shirataka construit en 1929.

-Le Hatsutaka est mis sur cale le 29 mars 1938 lancé le 28 avril 1939 et mis en service le 31 octobre 1939.

-Le Aotaka est mis sur cale le 10 mai 1939 lancé le 3 février 1940 et mis en service le 30 janvier 1941.

-Le Wakataka est mis sur cale le 15 novembre 1940 lancé le 12 juillet 1941 et mis en service le 30 novembre 1941.

-Le Asadori est mis sur cale le 14 mai 1941 lancé le 12 mars 1942 et mis en service le 2 décembre 1942.

Si le Asadori survit au second conflit mondial (capturé par les britanniques à Singapour, il est cédé à la Fédération de Malaisie en septembre 1955, utilisé comme navire-école jusqu’en septembre 1961 quand il coule suite à un incendie dans le détroit de la Sonde), les autres sont coulés durant le second conflit mondial.

Le Hatsutaka qui mouillait un champ de mines pour protéger l’accès à la baie de Cavite en mars 1952 est torpillé par un sous-marin américain le 5 mars, le Astaka est coulé par l’aviation américaine le 5 octobre 1951 au large de Rabaul alors que le Wakataka est coulé par des destroyers américains en février 1954 alors qu’il tentait de s’échapper de Kaoshiung.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1626 tonnes

Dimensions : longueur 91m (hors tout) 86.50 à la flottaison largeur 11.30m tirant d’eau 4m

Propulsion : deux turbines à engrenages Kampon alimentées en vapeur par trois chaudières mixtes mazout/charbon développant 6000ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 nœuds distance franchissable 3000 miles nautiques à 14 nœuds

Electronique : un sonar actif type 93 et un hydrophone type 93

Armement : quatre canons de 40mm Vickers, un projecteur de charges de profondeur type 94 avec dix-huit charges de profondeur, 24 filets anti-sous-marins type 96 ou 100 mines type 93.

Au cours du conflit, l’armement est totalement modifié avec deux canons de 76mm, huit canons de 25mm en quatre affûts doubles, un lanceur de charges de profondeur avec seize charges de profondeur. Le reste de l’armement ne change pas.

Equipage : 202 officiers et marins

Mouilleur de mines Tsugaru

Tsugaru.jpg

-Le Tsugaru est mis sur cale à l’Arsenal de Yokosuka le 5 juillet 1939 lancé le 5 juin 1940 et mis en service le 22 octobre 1941.

Ce mouilleur de mines océanique est une évolution de l’Okinoshima construit quelques années plutôt. Financé au budget 1937, il est donc mis en service à l’automne 1941.

Après avoir opéré en Chine comme transport et navire de commandement jusqu’en septembre 1943, le Tsugaru est déployé depuis l’île de Haïnan comme patrouilleur et navire de surveillance.

Redéployé à Sasebo à partir de septembre 1947, le Tsugaru va servir de transport de troupes et de matériel durant la campagne des Philippines au cours de laquelle il est endommagé par une bombe américaine.

Ramené au Japon en août 1950, il repart ensuite en Malaisie, opérant en Insulinde jusqu’en mars 1951 quand il effectue des mouillages de mines au large des Salomons.

Sérieusement endommagé par l’aviation américaine en octobre 1951 au large de Rabaul, le mouilleur de mines rentre au Japon à la remorque, arrivant miraculeusement à Sasebo début décembre pour une remise en état complète qui l’éloigne des combats jusqu’en janvier 1953.

Envoyé dans un convoi en direction des Philippines, le Tsugaru est torpillé par un sous-marin américain le 12 janvier 1953, sombrant à 75 miles nautiques au nord-est de Luzon.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 4064 tonnes pleine charge 4394 tonnes

Dimensions : longueur à flottaison 124.5m longueur entre perpendiculaires 113.6m largeur 15.6m tirant d’eau 5.49m

Propulsion : deux turbines à engrenages alimentées en vapeur par quatre chaudières développant 9000ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 nœuds distance franchissable 9000 miles nautiques à 10 nœuds

Armement : quatre canons de 127mm, quatre mitrailleuses de 13.2mm puis huit canons de 25mm en quatre affûts doubles, 500 mines marines, un projecteur et six rails pour le lancement de grenades ASM

Kawanishi E7K 2.jpg

Kawanishi E7K

Aviation : une catapulte et un hydravion Kawanishi E7K

Equipage : 445 officiers et marins

Mouilleurs de cables classe Hashima

IJN Hashima.jpg

Le Hashima

Comme nous l’avons vu plus haut, les quatre navires de classe Hashima ont été d’abord conçus pour installer des câbles de télécommunication mais au final, ils vont être adaptés pour mouiller des mines notamment des mines télécommandées pour protéger les approches des bases navales japonaises.

-Le Hashima est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 15 octobre 1939 lancé le 10 avril 1940 et mis en service le 25 octobre 1940.

-Le Tsurushima est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobé le 15 janvier 1940 lancé le 24 mai 1940 et mis en service le 28 mars 1941.

-Le Otate est mis sur cale aux chantiers navals Harima Zosen le 22 avril 1940 lancé le 11 décembre 1940 et mis en service le 31 juillet 1941.

-Le Tateishi est mis sur cale aux chantiers navals Harima Zosen le 22 avril 1940 lancé le 1er mars 1941 et mis en service le 31 août 1941.

Ces quatre navires sont toujours en service en mars 1950. Le Hashima sert de transport pour l’opération contre Wake où il est endommagé par l’aviation.

Ramené au Japon, il sert de mouilleur de mines pour protéger le Japon, la Chine continentale et Formose. Il est coulé par un sous-marin américain au large d’Okinawa en mars 1952.

Le Tsurushima sert de transport, de mouilleur de câbles et de mouilleurs de mines durant tout le conflit. Survivant au conflit, il devient un mouilleur de câbles civils sous le nom de Tsurushima Maru servant dans ce rôle jusqu’en 1970, date à laquelle il est vendu à la démolition et démantelé.

Le Otate est victime de l’aviation américaine au large des Philippines en janvier 1953 alors que le Tateishi est surpris par l’aviation au mouillage au large de Sasebo en janvier 1954.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1585 tonnes

Dimensions : longueur 76.80m largeur 10.80m tirant d’eau 3.53m

Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par deux chaudières à mazout Kampon développant 600ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 14 nœuds distance franchissable 1000 miles nautiques à 12 nœuds

Armement : un canon de 76.2mm, deux mitrailleuses de 13.2mm puis deux canons de 25mm, neuf charges de profondeur, douze mines télécommandées type 92 ou 20000m de cable sous-marin

Equipage : 109 officiers et marins

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s