Japon (34) destroyers (4)

Destroyers classe Kagero

Isokaze classe Kagero

L’Isokaze 

Avant-propos

Les destroyers de classe Kagero sont une évolution de la classe précédente, une version agrandie et musclée des Asashio.

Leur nombre est musclé puisqu’aux dix Asashio succèdent pas moins de vingt-deux Kagero. Ces vingt-deux unités sont financées aux budgets 1937 et 1939 ne seront au final que dix-neuf, trois navires étant annulés pour permettre le financement des cuirassés de classe Yamato.

Sur le plan technique, les navires sont un peu plus lourds mais les dimensions sont semblables tout comme l’armement.

A leur mise en service ces destroyers étaient parmi les mieux armés en matière de combat antisurface. Hélas pour eux, leurs capacités antiaériennes et anti-sous-marines étaient médiocres comme de nombreux navires d’escorte japonais.

Carrière opérationnelle

Les dates clés

-Le Kagero est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 3 septembre 1937 lancé le 27 septembre 1938 et mis en service le 6 novembre 1939.

-Le Shiranui est mis sur cale aux chantiers navals de la Uraga Dock Company le 30 août 1937 lancé le 28 juin 1938 et mis en service le 20 décembre 1939.

-Le Kuroshio est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 31 août 1937 lancé le 25 octobre 1938 et mis en service le 27 janvier 1940.

-Le Oyashio est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 29 mars 1938 lancé le 29 novembre 1938 et mis en service le 20 août 1940.

Hayashio.JPG

Le Hayashio

-Le Hayashio est mis sur cale aux chantiers navals de la Uraga Dock Company le 30 juin 1938 lancé le 19 avril 1939 et mis en service le 31 août 1940.

-Le Natsushio est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 9 décembre 1937 lancé le 23 février 1939 et mis en service le 31 août 1940.

-Le Hatsukaze est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobe le 3 décembre 1937 lancé le 24 janvier 1939 et mis en service le 15 février 1940.

-Le Yukikaze est mis sur cale à l’Arsenal de Sasebo le 2 août 1938 lancé le 24 mars 1939 et mis en service le 20 janvier 1940.

-Le Amatsukaze est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 14 février 1939 lancé le 19 octobre 1939 et mis en service le 26 janvier 1941.

-Le Tokitsukaze est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 20 février 1939 lancé le 10 novembre 1939 et mis en service le 15 février 1941.

-Le Urakaze est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 11 avril 1939 lancé le 19 avril 1940 et mis en service le 7 mars 1941.

-L’Isokaze est mis sur cale à l’Arsenal de Sasebo le 25 novembre 1938 lancé le 19 juin 1939 et mis en service le 17 février 1941.

-Le Hamakaze est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 20 novembre 1939 lancé le 25 novembre 1940 et mis en service le 30 janvier 1942

-Le Tanikaze est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 18 octobre 1939 lancé le 1er novembre 1940 et mis en service le 25 janvier 1942.

-Le Nowaki est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 8 novembre 1939 lancé le 17 septembre 1940 et mis e service le 8 février 1942.

-L’Arashi est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 4 septembre 1939 lancé le 22 novembre 1940 et mis en service le 27 mars 1942.

-L’Hagikaze est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 23 septembre 1939 lancé le 18 décembre 1940 et mis en service le 31 mai 1942.

-Le Maikaze est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 22 avril 1940 lancé le 13 mars 1941 et mis en service le 8 juin 1942.

-L’Akigumo est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 2 juillet 1940 lancé le 11 septembre 1941 et mis en service le 18 janvier 1942.

Les Kagero dans la guerre

Les dix-neuf navires mis en service entre 1939 et 1943 (deux en 1939, six en 1940, quatre en 1941, six en 1942 et un en 1943) sont toujours en service mars 1950 et vont participer aux différentes opérations de la marine japonaise, ne laissant que deux survivants, les Kagero et Akigumo étant cédés aux soviétiques qui les utilisèrent comme navires d’entrainement et d’expérimentation avant de les couler comme cible en mer de Barents en mai 1956.

Les dix-sept autres vont être coulées au combat aussi bien par l’aviation, par les sous-marins, par les mines mais également lors d’un duel antisurface contre leurs homologues américains.

Oyashio.jpg

Le Oyashio à été coulé par l’aviation américaine lors de la campagne des Salomons

Cinq Kagero sont coulés par l’aviation américaine, l’Oyashio est coulé lors de la campagne des Salomons le 2 avril 1951 par l’aviation embarquée, l’Hayashio est victime de North American PBJ-1 lors de la tentative japonaise contre la Nouvelle-Calédonie (5 octobre 1951).

Si le Yukikaze est coulé lors de la deuxième campagne des Philippines le 8 mai 1953, le Shiranui est coulé par l’aviation américaine lors de la tentative désespéré de repousser la flotte américaine engagée dans l’opération Iceberg (1er avril 1954), opération menée par le cuirassé Fuji, le croiseur léger Sukawa et six destroyers dont les Kagero et Shiranui.

Le Hatsukaze est coulé par l’aviation américaine lors de la tentative menée par l’escadre composée du cuirassé Setssu, des croiseurs légers Yahagi et Tenryu et de quatre destroyers dont les Hatsukaze et Kuroshio.

Si le premier est donc coulé par l’aviation, le Kuroshio est victime des torpilles d’un sous-marin américain qui largue deux anguilles qui faisant mouche provoqua le naufrage rapide du destroyer qui fût l’un des quatre Kagero coulé par des sous-marins.

Les trois autres sont les Natsushio torpillé lors de la campagne Carolines-Mariannes en avril 1953, le Tokitsukaze coulé par un sous-marin britannique en juillet 1952 au large de la Nouvelle-Guinée et enfin le Isokaze coulé par un sous-marin américain lors de la deuxième campagne des Philippines.

Trois Kagero sont victimes de ce qu’on appelait jadis des torpilles à savoir des mines, le Amatsukaze qui saute sur une mine lors de la première campagne des Philippines en juin 1950, le Urakaze qui saute sur une mine lors de la campagne des Salomons en mai 1951 et enfin le Hamakaze victime d’une mine au large de Yokohama le 14 février 1954.

Quatre destroyers sont coulés lors d’un duel antisurface contre des destroyers et des croiseurs américains, le Hagikaze est coulé par des destroyers américains en août 1950 lors de la première campagne des Philippines, l’Arashi est coulé lors de la campagne des Salomons en mai 1951, le Novaki est coulé lors de la bataille de la mer de Corail en février 1952 alors que le Tanikaze est coulé lors de la deuxième campagne des Philippines.

Enfin le Maikaze est sabordé à Cavite en juin 1953 pour échapper à la capture par les américains, l’épave est relevée en 1955 et démolie.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 2032 tonnes pleine charge 2540 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 118.5m longueur entre perpendiculaires 116.2m largeur 10.80m tirant d’eau 3.76m

Propulsion : deux turbines à engrenages Kampon alimentées en vapeur par trois chaudières Kampon développant 52000ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 35.5 nœuds distance franchissable 5000 miles nautiques à 18 nœuds

Armement : six canons de 127mm en trois tourelles doubles (une avant et deux arrières), 4 canons de 25mm en deux affûts doubles, huit tubes lance-torpilles de 610mm en deux plate-formes quadruples avec seize torpilles, dix-huit charges anti-sous-marines.

Durant le conflit l’armement évolua avec l’augmentation du nombre de canons de 25mm (jusqu’à 32 pour certains destroyers) et du nombre de charges ASM de dix-huit à trente-six. Pour compenser l’augmentation de poids, la plupart des Kagero encore à flot débarquèrent leurs torpilles de réserve voir pour certain une tourelle de 127mm arrière.

Equipage : 239 officiers et marins

Destroyers classe Yugumo

Hayashimo 2.jpg

Le Hayashimo

Avant-propos

La fin des années trente avait été marquée par une frénésie de construction de destroyers, le Japon voulant éviter de se trouver dans ce domaine en infériorité vis à vis des Etats-Unis.

Comme la guerre semble devoir attendre, la Nihon Kaigun réflechit un peu avant de décider quel type de destroyer elle doit désormais construire.

La classe Yugumo va faire les frais de cette hésitation. Initialement, il était prévu un total de 48 navires dont le financement devait être réparti entre le budget 1939 (14), le budget 1940 (10), le budget 1941 (16) et le budget 1942 (8).

En mars 1940, le nombre est réduit à 32 (14 financés au budget 1939 et dont une partie est déjà sur cale, 8 financés au budget 1940 _pas encore sur cale_ et 10 financés au budget 1941) avant qu’en septembre 1941, le nombre soit finalement réduit à 28 navires (14 financés au budget 1939, 8 financés au budget 1940 et enfin 6 financés au budget 1941). Ce nombre n’évoluera plus. Les vingt-huit Yugumo sont mis en service entre août 1941 et mars 1945.

Les Yugumo sont baptisés Yugumo Makigumo Kasagumo Nagamani Makinami Takanami Onami Kiyonami Tamanami Suzunami Fujinami Hayanami Hamanani Okinami Kishinami Asashimo Hayashima Akishimo Kiyoshimo Unigiri Yamagiri Tanigiri Kawagiri Taekaze Kiyokaze Satokaze Murakaze Yamasame.

Sur le plan technique, les Yugumo sont des copies des Kagero. Les différences entre les deux classes sont minimes. Tout juste notons une amélioration de la DCA embarquée.

Carrière opérationnelle

Les dates clés

-Le Yugumo est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 14 janvier 1940 lancé le 8 décembre 1940 et mis en service le 5 août 1941.

-Le Makigumo est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 12 décembre 1939 lancé le 17 novembre 1940 et mis en service le 17 août 1941.

-Le Kasagumo est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 17 février 1940 lancé le 28 novembre 1940 et mis en service le 18 septembre 1941.

-Le Nagamani est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 17 juin 1940 lancé le 8 mars 1941 et mis en service le 4 janvier 1942.

-Le Makinami est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 14 mai 1940 lancé le 4 mars 1941 et mis en service le 17 février 1942.

Takanami.jpg

Un Yugumo au combat

-Le Takanami est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 14 mars 1940 lancé le 12 février 1941 et mis en service le 8 février 1942.

-Le Onami est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 17 décembre 1940 lancé le 12 octobre 1941 et mis en service le 4 novembre 1942.

-Le Kiyonami est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 8 décembre 1940 lancé le 4 novembre 1941 et mis en service le 14 décembre 1942.

-Le Tamanami est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Ccompany le 14 avril 1941 lancé le 8 mai 1942 et mis en service le 5 janvier 1943.

-Le Suzunami est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 15 mars 1941 lancé le 5 janvier 1942 et mis en service le 15 octobre 1942.

-Le Fujinami est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 4 janvier 1942 lancé le 18 septembre 1942 et mis en service le 17 avril 1943.

-Le Hayanami est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 30 mars 1941 lancé le 14 février 1942 et mis en service le 21 septembre 1942.

-Le Hamanami est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 17 février 1942 lancé le 4 janvier 1943 et mis en service le 1er novembre 1943.

-L’Okinami est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 14 décembre 1941 lancé le 12 novembre 1942 et mis en service le 28 décembre 1943.

-Le Kishinami est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 17 mars 1942 lancé le 8 avril 1943 et mis en service le 4 janvier 1944.

-Le Asashimo est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 7 février 1943 lancé le 4 janvier 1944 et mis en service le 17 juillet 1944.

-Le Hayashima est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 15 février 1943 lancé le 10 janvier 1944 et mis en service le 8 août 1944.

-L’Akishima est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 14 décembre 1942 lancé le 5 novembre 1943 et mis en service le 27 mai 1944.

-Le Kiyoshimo est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 27 décembre 1942 lancé le 19 novembre 1943 et mis en service le 12 juin 1944.

-Le Umigiri est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 17 mai 1943 lancé le 8 avril 1944 et mis en service le 14 décembre 1944.

-Le Yamagiri est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 5 juin 1943 lancé le 2 mai 1944 et mis en service le 5 janvier 1945.

-Le Tamigiri est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 5 février 1944 lancé le 17 décembre 1944 et mis en service le 8 juin 1945.

-Le Kawagiri est mis sur cale à l’Arsenal de Maizuru le 17 février 1944 lancé le 5 janvier 1945 et mis en service le 2 juillet 1945.

-Le Taekaze est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 17 décembre 1943 lancé le 8 novembre 1944 et mis en service le 17 mai 1945.

-Le Kioyakze est mis sur cale aux chantiers navals Fujinagata le 30 décembre 1943 lancé le 19 novembre 1944 et mis en service le 2 juin 1945.

-Le Satokaze est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 15 mai 1944 lancé le 7 avril 1945 et mis en service le 1er décembre 1945.

-Le Murakaze est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 5 juin 1944 lancé le 8 mai 1945 et mis en service le 12 décembre 1945.

-Le Yamasane est mis sur cale aux chantiers navals de l’Uraga Dock Company le 15 juin 1944 lancé le 8 mai 1945 et mis en service le 21 décembre 1945.

Les Yugumo dans la guerre

Les vingt-huit destroyers de classe Yugumo sont tous en service en mars 1950 quand le Japon se lance dans la guerre contre les Etats-Unis.

Vingt-quatre d’entre-eux vont être coulés, quatre vont survivre au conflit. Les quatre unités capturées sont réparties entre la France (Yugumo Makigumo), la Grande-Bretagne (Hamanani) et les Etats-Unis (Yamasame).

Ces navires ne sont pas remis en service comme des destroyers opérationnels mais utilisés pour différentes expérimentations. Si l’USN et la RN démolissent leur Yugumo, la France cède ses deux unités à la jeune marine vietnamienne qui les utilisera jusqu’à la fin des années soixante, les engageant dans la première guerre du Vietnam.

Huit navires vont être coulés par des sous-marins, dix vont être coulés par l’aviation, deux par mines et quatre lors d’un combat antisurface.

Huit destroyers de classe Yugumo sont victimes des torpilles de sous-marins. Le Kasagumo est torpillé par un sous-marin type Gato lors de la première campagne des Philippines (12 avril 1950), le Makinami est coulé lors de campagne de Malaisie, victime d’un sous-marin néerlandais près de Batavia (8 décembre 1950), le Takanami est torpillé par un sous-marin britannique au large de la Thaïlande le 8 juillet 1950.

L’Unigiri est torpillé et coulé par un sous-marin américain dans les Salomons le 17 juin 1951 alors que son sister-ship Yamagiri est coulé au large de Rabaul le 17 mars 1952.

Le Kawagiri est torpillé au large de Formose le 17 septembre 1953 alors que les Taekaze et Kiyokaze sont coulés par des navires du Silent Service lors de la tentative du cuirassé Setssu contre la flotte américaine engagée dans les différents volets de l’opération Boxer (février 1954).

Lioré et Olivier Léo 451

C’est un Lioré et Olivier Léo 456 qui à coulé le destroyer Naganami

Dix destroyers de classe Yugumo sont victimes des avions alliés. Le Naganami est coulé par des Lioré et Olivier Léo 456 de l’Aviation Navale lors de la campagne d’Indochine (avril 1950). Il est bientôt suivi par l’Onami victime des avions embarqués américains lors de la première campagne des Philippines (avril 1950).

Durant la campagne des Salomons, ce sont trois Yugumo qui sont coulés par les avions américains qu’il s’agisse de bombardiers bimoteurs de l’USAAF (Kiyonami 17 mai 1951) ou d’avions embarqués de l’US Navy (Tamanami Suzunami).

Si le Fujinami est coulé lors de la bataille de la mer de Corail (4-5 février 1952), le Hayanami est victime des bombardiers en piqué américains lors de la campagne de la Nouvelle-Guinée (août 1952).

L’Okinami est coulé lors de la deuxième campagne des Philippines par des Grumman Avenger des porte-avions américains engagés dans la reconquête de leur ancienne colonie (7 mai 1953), le Kishinami est coulé à Shanghaï le 14 janvier 1954 lors des raids préparatoires à l’opération Boxer alors que le Hayashima à été coulé lors de la campagne Carolines-Mariannes en avril 1953.

L’Asashimo saute sur une mine au large de Sasebo le 17 mars 1951 alors que son sister-ship Akishimo subit le même sort au large de Kobé le 14 mars 1954.

Enfin les quatre derniers Yugumo perdus sont victimes de leurs homologues américains voir de croiseurs. C’est ainsi que le Kiyoshimo est coulé lors de la campagne des Salomons en mars 1951, le Tanigiri est perdu lors de la bataille de la mer de Corail (4-5 février 1952), le Satokaze est coulé lors de la deuxième campagne des Philippines (juin 1953) alors que le Murakaze est coulé lors de l’opération Iceberg au large d’Okinawa.

Caractéristiques Techniques

Yugumo.gif

Déplacement : standard 2077tonnes pleine charge 2520 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 119.03m (117m entre perpendiculaires) largeur 10.80m tirant d’eau 3.76m

Propulsion : deux turbines à engrenages Kampon alimentées en vapeur par trois chaudières Kampon développant 52000ch et entraînant deux hélices

Performances : vitesse maximale 35.5 nœuds distance franchissable 5000 miles nautiques à 18 nœuds

Armement : six canons de 127mm en trois tourelles doubles (une tourelle à l’avant et deux à l’arrière), quatre canons de 25mm (nombre porté progressivement à 12, 16, 24 et jusqu’à 36 pour les dernières unités encore à flot), huit tubes lance-torpiles de 610mm en deux plate-formes quadruples avec seize projectiles, dix-huit puis trente-six grenades ASM

Equipage :225 officiers et marins

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s